Navigation – Plan du site
Recherches

Le public québécois du cinéma, 1989-1999

Gilles Pronovost
p. 224-241

Texte intégral

1L’évolution du profil des consommateurs de cinéma n’a pas fait l’objet de recherches très nombreuses, du moins au Québec. Si l’Observatoire de la culture et des communications a commencé à diffuser des données sur la fréquentation des salles de cinéma, ces informations ne portent que sur le nombre d’usagers. Le total des entrées compte de nombreux « doublons » au sens où les mêmes individus, fréquentant assidûment le grand écran, contribuent ainsi à gonfler le nombre réel de personnes différentes qui visionnent des films. Les ciné-clubs échappent encore à ces statistiques et sans doute certains cinémas de répertoire. De plus, ces données ne nous renseignant en rien sur les caractéristiques sociologiques de ce public plus ou moins distinct, nous ne pouvons pas en établir les ressemblances ou différences avec les amateurs de cinéma dans d’autres pays, nous ne savons pas comment ont évolué les taux de fréquentation selon les générations. Par ailleurs, comme le nombre d’usagers a fluctué de manière importante au cours de la dernière décennie, il importe de tenter de préciser si ces variations proviennent par exemple d’un engouement accru des jeunes générations ou s’il s’agit d’un effet généralisé à l’ensemble des groupes d’âge ; par exemple, quels sont les groupes sociodémographiques qui ont contribué à l’importante augmentation des entrées en salle dans la dernière décennie ? De même, qu’en est-il des autres pratiques cinématographiques de ce public : est-ce le même qui est friand de cinéma-maison ? Se différencie-t-il dans ses autres sorties culturelles ? Comment « compense-t-il » pour une plus faible diversité de salles en région ?

Aspects méthodologiques

  • 1 Cette recherche a été réalisée grâce au soutien financier de la Régie du cinéma du Québec.

2C’est pour répondre à ces questions que nous allons dresser un portrait essentiellement descriptif du public québécois du cinéma1. De manière à obtenir un profil de son évolution sur une décennie, nous avons exploité trois enquêtes sur les pratiques culturelles, toutes menées pour le compte du ministère de la Culture et des Communications : une enquête réalisée en 1989 (N = 2 900 répondants) que nous avons nous-même traitée (Pronovost, 1990) ; une autre en 1994 (N = 4 894 ; données dans Garon, 1997) de même que l’enquête de 1999 (N = 6 548 ; des analyses viennent d’être diffusées, portant sur l’ensemble de la population québécoise). Grâce à la collaboration du ministère, nous disposons des données originales que nous avons nous-même traitées. Ces données sont bien connues, elles comptent des échantillons suffisants et peuvent être considérées représentatives de la population québécoise âgée de 15 ans et plus.

  • 2 Voici le libellé exact de la question dans le sondage de 1999 : « Passons maintenant aux sorties. A (...)

3Précisons que les enquêtes de participation culturelle portent sur des déclarations de sorties2, de la part des répondants, et non sur les statistiques des entrées au cinéma (comme par exemple les Statistiques sur l’industrie du film). Règle générale, les informateurs savent, bien entendu, s’ils ont fréquenté ou non tel ou tel spectacle, s’ils sont allés ou non au cinéma, ils se rappellent assez fidèlement les films qu’ils sont allés voir et la langue de visionnement. Le nombre de sorties qu’ils déclarent est cependant sujet à caution, en raison des oublis ou surestimations possibles. La période couverte par les enquêtes — les 12 derniers mois — peut également donner lieu à des interprétations variées, elle ne recouvre pas fidèlement une durée fixe de 12 mois puisque l’on fait appel ici à la mémoire du répondant. Cependant, étant donné que de tels biais sont systématiques dans toutes les enquêtes, les résultats d’ensemble demeurent valables. Ils ne peuvent être directement jumelés aux statistiques des entrées au cinéma, en raison des limites mentionnées ci-dessus et également parce que la fréquentation du cinéma, chez un informateur, peut recouvrir diverses réalités (ciné-club, salles publiques, etc.), ce que les statistiques disponibles ne mesurent pas fidèlement.

Les taux de fréquentation

4Reflétant en cela les statistiques brutes d’entrée, le taux de fréquentation du cinéma s’est considérablement accru entre 1989 et 1999 au Québec, passant de 51 % des personnes âgées de 15 ans et plus à 72 % de celles qui ont déclaré être allées au moins une fois au cinéma dans les 12 derniers mois précédant l’enquête du ministère. En comparaison de la France et des États-Unis, il s’agit du plus haut taux ; en effet, par rapport à la population française âgée de 15 ans et plus, l’écart est d’au-delà d’une vingtaine de points ; pour les États-Unis, en ne tenant compte que de la population âgée de 18 ans et plus (puisque l’échantillon américain est basé sur ces catégories d’âge), l’écart est de plus de cinq points. En fait, le Québec a rattrapé et dépassé les taux américains, et se tient constamment au-dessus des taux français, lesquels ont eu plutôt tendance à demeurer très stables depuis une dizaine d’années (tableau 1).

5En référence à ce que nous avons souligné en introduction, le nombre précis de sorties n’est pas nécessairement fidèle à la réalité. Mais nous sommes convaincu que les ordres de grandeur demeurent fort significatifs. C’est pourquoi, sur cette base, on peut répartir presque également la population en quatre groupes :

  • Le retraité : il ne va jamais au cinéma (un peu plus du quart des répondants)

  • L’amateur occasionnel : il déclare aller au cinéma entre 1 et 3 fois par année)

  • L’amateur régulier : il déclare y aller de 4 à 10 fois par année

  • Le grand consommateur : il déclare y aller 11 fois et plus, sans doute au moins une fois par mois (tableau 2).

6Il y a également ceux que l’on pourrait qualifier de cinéphiles, qui déclarent assister à des visionnements de films dans le cadre de festivals du film ; ils représentent près de 8 % de la population.

Les caractéristiques sociodémographiques générales du public québécois du cinéma

7Qui sont donc ces usagers du cinéma ? Comment se répartissent-ils au sein de la population ?

8Ce sont majoritairement des jeunes, ils forment un peu moins de la moitié du public des salles de cinéma, leur taux de fréquentation dépasse 90 %. Nous savons, par d’autres enquêtes, que les taux très élevés de fréquentation chez les jeunes sont déjà atteints à l’âge de 12 à 14 ans. Comme il en est pour la plupart des pratiques culturelles, mais à l’exception notable de la lecture, la fréquentation du cinéma décroît à mesure que l’on vieillit (tableau 3).

9Il y a légèrement plus d’hommes que de femmes.

10Sur le plan des caractéristiques liées au niveau de vie, il y a plus d’amateurs parmi les groupes plus aisés et parmi ceux qui sont plus scolarisés ; en fait, ceux qui ont un très faible taux de scolarité vont au cinéma dans des proportions 2 à 3 fois moindres. Ces mêmes caractéristiques sont également liées au profil du cinéphile dont nous reparlerons.

11Dans l’ensemble des régions du Québec, à quelques exceptions près, ce sont les grandes régions urbaines qui affichent les taux les plus forts (régions de Québec et de Montréal, tout particulièrement). Ce sont les régions les plus éloignées des grands centres qui ont les plus faibles taux (tableau 4). Ce sont souvent ces mêmes régions qui se plaignent le plus de l’absence de salles de cinéma ; elles « compensent » cette pénurie par une plus grande utilisation de la câblodistribution et du magnétoscope. Par exemple, en tenant compte de l’éloignement géographique, lequel peut expliquer certaines inégalités, les taux les plus élevés d’abonnement au câble se retrouvent en Abitibi-Témiscamingue, au Saguenay, notamment, alors que l’on y observe certains des taux parmi les plus bas de fréquentation du cinéma. Au contraire, l’Île-de-Montréal, la région Québec-CUQ, la Montérégie, qui se situent parmi celles qui affichent les taux les plus élevés de fréquentation du cinéma, ont des taux parmi les plus bas d’abonnement au câble. De même, ce n’est pas un hasard si les régions de Québec-Hors-CUQ, de Chaudière-Appalaches, de la Côte-Nord se plaignent le plus de l’accessibilité des salles de cinéma, et que les régions de Montérégie, Laval, Île-de-Montréal s’en plaignent le moins.

12Alors qu’en 1989 les anglophones et les allophones fréquentaient plus souvent le cinéma, un certain rattrapage s’est nettement fait chez les francophones, de sorte que, présentement, les différences se sont nettement atténuées entre ces trois groupes linguistiques, même si les anglophones conservent le plus haut taux de fréquentation. En ne retenant que la population de la CUM (région administrative 06), cependant, étant donné la forte concentration de non-francophones dans la région de Montréal, on y constate que les anglophones ont des taux encore plus élevés (tableaux 5 et 6). Dans l’ensemble des publics, la proportion des divers groupes linguistiques équivaut pratiquement à leur poids démographique (par exemple, alors que 83 % de la population au Québec en 1999 est composée de francophones, ceux-ci forment le même pourcentage de l’ensemble du public du cinéma).

13Nous avons observé les comportements par rapport à la langue des films que l’on va voir. Dans l’ensemble du Québec, on y constate un maintien de la proportion de films en français, voire une légère progression. Cependant, dans la région de Montréal, les films en français sont minoritaires même si leur fréquentation s’est légèrement accentuée, la progression de l’anglais est surtout notable dans le choix des films sur le territoire de la CUM. Quant aux communautés linguistiques, ce sont finalement les francophones et les allophones qui témoignent des choix les plus diversifiés en matière de langue de films. Les anglophones, très majoritairement, ne choisissent que des films dans leur propre langue (à peine 1 % des Anglophones vont voir des films surtout en français). La polarisation entre les choix des anglophones et des francophones est donc très forte, le public francophone comptant pour plus de 95 % du public des films en français. Plus encore, près de 85 % du public des films en anglais ou en français (réponse « Les deux également ») est également formé de francophones.

Effets d’âge, effets de cohortes

14Comme on l’a vu, la fréquentation du cinéma s’est accrue de plus de 20 % au Québec entre 1989 et 1999. On peut se demander d’où vient le contingentement le plus important, quels sont les groupes qui ont le plus contribué à cette hausse. Pour analyser ce phénomène, nous faisons une distinction entre les effets d’âge et les effets de cohortes. Ce sont des distinctions que nous avons présentées dans des travaux antérieurs et qui nous ont toujours été fort utiles.

15L’effet de cohortes est sans doute celui qui est le plus important. Il renvoie à l’évolution de la participation d’un groupe d’âge donné, à mesure qu’il vieillit. Par exemple, les données du groupe d’âge des 35-44 ans de l’enquête de 1999 peuvent être jumelées à celles du groupe des 25-34 ans de 1989, en vue d’observer comment, en dix années, la fréquentation du cinéma s’est modifiée ou non à mesure que l’on vieillit. En d’autres termes, nous menons ici une étude de quasi-cohorte, en présumant que le groupe des 35-44 ans de 1999 est en grande partie composé du groupe des 25-34 ans de 1989 : en ce cas précis, les 25-34 ans avaient un taux de fréquentation du cinéma de 54,3 % en 1989 ; dix années plus tard, à l’âge de 35-44 ans, ce taux avait grimpé à 78 %, soit une augmentation de près de 24 %.

16À cet égard, les données sont très révélatrices (graphique 1). On constate que depuis 10 années, à mesure qu’elle a vieilli, la population québécoise a accru sa fréquentation du cinéma d’environ 10 % chez les 55-64 de 1989, presque du double chez les autres groupes d’âge. En dix ans, tous les groupes d’âge de 1989 ont contribué à la hausse de la fréquentation du cinéma, le groupe qui s’est particulièrement distingué étant les jeunes de 25 à 34 ans. L’une des conséquences est que la chute des taux de fréquentation selon l’âge, l’une des constantes de la participation culturelle (à quelques exceptions près), a été reportée vers des âges supérieurs. Par exemple, la chute des taux en deçà de 50 % de fréquentation, qui s’observait dès 35-44 ans en 1989, n’est atteinte qu’à 55-64 ans en 1999, les taux de ces derniers étant même plus élevés que celui des 35-44 ans de 1989 !

17En comparant les groupes d’âge entre eux, pour mesurer cette fois l’effet d’âge, on constate que ce sont bien les âges moyens qui ont le plus accru leur fréquentation du cinéma. Les jeunes affichant déjà des taux très élevés, il est un peu normal que ce soient les autres catégories d’âge qui aient le plus contribué à cette hausse de la fréquentation (graphique 2). La hausse des taux, entre 25 et 54 ans, en 1999, dépasse de près du tiers les taux observables chez ces mêmes groupes d’âge en 1989.

18On peut donc conclure que la hausse de 20 % de la fréquentation du cinéma, de 1989 à 1999, est en grande partie un phénomène d’âge moyen, de très nette diffusion du cinéma dans la tranche des 25-54 ans, et de manière très marquée chez les 25-34 ans. De plus, en comparant les taux pour d’autres variables démographiques, on peut également conclure qu’il s’agit d’un phénomène « populaire » puisque ce sont ceux qui ont une scolarisation moyenne qui ont connu les plus fortes hausses. La même observation peut être faite par rapport au revenu : toutes les strates ont contribué de manière très semblable à cette hausse, les strates les moins riches affichant même le plus fort accroissement. C’est également un phénomène attribuable en large partie à la hausse chez les francophones du Québec. La hausse en régions (hors Montréal et Québec) a été significative. Le phénomène s’est manifesté autant chez les hommes que les femmes.

Le cinéphile, l’amateur occasionnel et le grand consommateur

19Nous avons fait état de la possibilité de répartir la population québécoise en quatre groupes principaux, en fonction de la fréquence déclarée de sorties au cinéma. Nous tentons ici de préciser les caractéristiques sociodémographiques de certains de ces groupes.

Le grand consommateur

20Ramené au seul nombre déclaré de sorties, on parvient à identifier un grand consommateur, celui qui déclare aller 11 fois ou plus au cinéma, soit en moyenne une fois par mois. Ses caractéristiques s’apparentent à celles qui ont déjà été notées : jeune, plus scolarisé, habitant les grands centres urbains ; il y a un peu plus d’hommes que de femmes ; les anglophones et les allophones s’y retrouvent plus souvent.

L’amateur occasionnel

21En contrepartie, l’amateur occasionnel (celui qui déclare aller au cinéma une à trois fois par année) demeure relativement indistinct, étant donné les taux élevés de fréquentation du cinéma au Québec. Il ne se différencie guère selon la scolarité, le sexe, le revenu et même la région, ce qui laisse supposer que la fréquentation occasionnelle du cinéma constitue un phénomène populaire qui touche toutes les strates de population. Seule exception : les jeunes y sont moins représentés, étant donné leur très grande fréquence de sorties au cinéma.

Le cinéphile

  • 3 Voici le libellé de la question : « Q35G — Avez-vous vu des films dans le cadre d’un festival du fi (...)

22Il n’est pas facile d’identifier le « cinéphile » : ce peut être un usager régulier des salles de cinéma, mais aussi un amateur de films nouveaux ou spécialisés. Il dénote très certainement certaines caractéristiques du grand consommateur : urbain, scolarisé, mais pas nécessairement identifiable aux groupes les plus jeunes. Pour les fins de cette analyse, nous avons retenu ici le cas des répondants qui ont déclaré avoir assisté à des projections de films dans le cadre d’un festival de films3. On se rappellera qu’il s’agit de près de 8 % de la population, à savoir un consommateur très sélectif, porté vers les films récents ou de répertoire.

23À l’examen, il ressort que ce type de consommateur comprend moins de jeunes qui déclarent fréquenter le cinéma régulier, et nettement plus de personnes plus âgées (55 ans et plus). Il est également plus scolarisé. Toutes proportions gardées, les allophones forment le groupe linguistique le plus attiré par ces festivals de films (tableau 7).

24En d’autres termes, le cinéphile des salles spécialisées partage avec les grands consommateurs certaines caractéristiques qui se confondent, mais se distingue surtout par sa scolarité plus forte et son plus grand âge ; à ce sujet, il y a une moyenne d’environ 5 ans qui les sépare.

Les intérêts culturels des amateurs de cinéma

25Nous avons cherché à dégager les intérêts culturels des consommateurs de cinéma, en particulier à l’égard d’autres pratiques reliées au cinéma (vidéocassettes, littérature sur le cinéma), de même que les autres pratiques concurrentes au cinéma comme les sorties au spectacle. Comme nous l’avons signalé en introduction, c’est l’intérêt des grandes enquêtes de participation culturelle que de permettre de croiser la participation à telle ou telle activité avec les autres intérêts culturels des répondants.

26Règle générale l’amateur de cinéma a tendance à regarder moins longtemps la télévision… mais bien plus de films loués. Cette constatation s’applique autant aux grands consommateurs qu’à celui que nous avons défini comme le cinéphile. Il s’ensuit qu’au plan de l’équipement, ils possèdent presque tous un magnétoscope. Ils sont également sans doute plus nombreux à posséder une caméra vidéo, puisque le pourcentage de ceux qui déclarent pratiquer le cinéma amateur ou la vidéo est également plus important. On peut d’ailleurs ajouter que cette tendance croît avec l’usage, puisque tant le cinéphile que le grand consommateur de cinéma se caractérisent par des pratiques audiovisuelles très intenses. L’amateur de cinéma ne se distingue cependant pas vraiment du reste de la population au plan de la câblodistribution, même s’il a tendance à être légèrement plus « équipé ». En d’autres termes, la location de cassettes vidéo, loin d’affaiblir la consommation du cinéma en salle, constitue en fait une pratique complémentaire, surtout pas opposée. Le seul médium qui souffre de la concurrence de telles pratiques est la télévision, que l’on regarde moins souvent, puisque l’on sort plus fréquemment ou que l’on utilise le téléviseur pour la consommation de films (tableau 8).

27Sur le plan de la concurrence éventuelle entre les diverses sorties et l’assistance aux spectacles, le portrait est très clair : aller au cinéma fait partie d’un univers culturel plus large qui fait aussi large place aux spectacles et aux activités de toutes sortes. Règle générale, les consommateurs de cinéma sont plus actifs que ceux qui ne fréquentent pas les salles de cinéma. Nous avons déjà eu l’occasion de souligner ce phénomène des intérêts culturels et du cumul des sorties (Pronovost, 1997 : chapitre 6).

28Deux facteurs sont ici à l’œuvre. Le premier renvoie à une « culture jeune », puisque l’on a vu que le public des cinémas est fortement majoritaire chez les jeunes ; or les jeunes sont aussi généralement les plus actifs au plan culturel, social, musical et sportif ; il n’est donc pas étonnant que les pratiques culturelles de sorties et d’assistance aux spectacles y soient plus fortes, et que cela s’observe également chez les consommateurs de cinéma. D’où cette plus importante fréquentation des boîtes de nuit, spectacles d’humour, concerts rock et matchs sportifs, par exemple.

29Le deuxième facteur renvoie au niveau scolaire et au niveau de vie. On a vu que la fréquentation du cinéma croissait avec le niveau d’étude et le niveau de revenu personnel ; or toutes les études de participation culturelle ont depuis longtemps bien étayé comment la stratification sociale était forte en matière de participation culturelle. Encore ici, la diversification et l’intensité de la participation culturelle s’expliquent également par les caractéristiques d’éducation et de revenu d’une partie de la clientèle du cinéma. D’où cette plus importante fréquentation du théâtre, des concerts classiques ou des spectacles d’opéra, par exemple.

30De façon à illustrer ce phénomène de cumuls des activités, déjà visible d’ailleurs dans les tableaux antérieurs, nous avons reproduit au tableau 9 quelques taux de participation à divers spectacles, selon le nombre déclaré de sorties au cinéma. On constatera que la progression est linéaire. De même, quand on étudie les sorties des cinéphiles amateurs de festivals du film, on observe les mêmes tendances ; étant donné que ce public est plus âgé et plus scolarisé, le phénomène de participation à des activités de culture classique est plus accentué (théâtre, musique classique, par exemple).

31De plus, comme nous en avons déjà fait état, il semble bien que « le plaisir croît avec l’usage », puisque les amateurs de cinéma, majoritairement, souhaitent assister à encore plus de spectacles, alors que le tiers de la population qui ne fréquente pas le cinéma, encore plus majoritairement, ne souhaite pas assister à plus de spectacles.

Conclusion

32Entre 1989 et 1999 le cinéma a connu une croissance exceptionnelle de popularité au Québec, au point que les taux de fréquentation sont sans doute parmi les plus élevés du monde occidental. En y ajoutant la location de vidéocassettes et l’écoute de films à la télévision ou à des chaînes spécialisées, on peut dire que l’aventure cinématographique n’est pas près de disparaître, même si l’on vient d’enregistrer une certaine baisse des assistances en salle.

33Les jeunes ont contribué et contribuent encore à une telle popularité, mais on a également assisté à une certaine diffusion du cinéma dans tous les groupes d’âge et dans toutes les régions, auprès des milieux les plus diversifiés. La population francophone du Québec a contribué de manière très significative à cette hausse des taux de fréquentation. Le consommateur de cinéma s’avère très actif en matière de pratiques apparentées (location de films, etc.), tout comme il est généralement plus actif dans la plupart des autres sorties et des spectacles de toutes sortes. En région, la croissance a également été significative, même si, dans l’ensemble, la fréquentation du cinéma est toujours plus forte dans les grands centres urbains.

34Avec le vieillissement de la population, et donc de la diminution du poids démographique des jeunes, fort contingent du public du cinéma comme on l’a vu, on peut cependant se demander si l’on n’a pas atteint une sorte de sommet dans les taux de fréquentation, inexorablement condamnés à décliner, comme le laisseraient entendre d’ailleurs les dernières statistiques de cinéma.

35Les données que nous avons analysées portent sur le nombre déclaré de sorties au cinéma. Elles s’inscrivent dans une série d’enquêtes comparables menées pour le compte du ministère de la Culture et des Communications. Elles permettent de dresser un portrait exceptionnel de l’évolution de la fréquentation du cinéma. Elles demeurent néanmoins sommaires, et nous renseignent surtout sur des caractéristiques sociodémographiques générales. Nous ne disposons pas au Québec de véritables études spécialisées portant sur le public du cinéma.

36Par exemple, nous ne connaissons pas vraiment le contexte réel d’une sortie au cinéma. Parfois il peut s’agir d’un moyen d’évasion, pour échapper à la solitude. Certains films s’imposent en raison de leur succès médiatique. D’autres font l’objet d’un visionnement dans le cadre de pratiques de sociabilité tout aussi significatives que le choix même du film, ce qui est sans doute le cas chez les jeunes en de nombreuses circonstances. À certaines occasions, la sortie « familiale » explique le choix d’une sortie au cinéma. Et ainsi de suite. Le contexte de la pratique, les aspects de sociabilité, les motivations et les significations demeurent à toutes fins pratiques peu étudiées, voire pratiquement inconnues.

37L’arrivée des salles multiplexes s’inscrit sans doute dans un mouvement significatif dont nous connaissons peu de choses. Ensembles de salles de cinéma de nouvelle génération, offrant au spectateur, sur un même site, un grand choix de films et un confort nettement amélioré, c’est comme si on tentait de reproduire un certain caractère intimiste à la fréquentation massive des salles de cinéma, ou encore d’offrir un menu genre « cafétéria » dans lequel, hasard ou décision réfléchie, le consommateur s’engouffre. S’agirait-il d’une réaction des grands propriétaires des salles de cinéma au vieillissement de la population ? Comment les complexes cinématographiques modifient-ils la pratique du visionnement ? Parvient-on à retenir les publics, à en attirer d’autres, à inciter le cinéphile à y venir ?

38Et que dire du cinéphile, dont nous ne connaissons pas vraiment les usages, notamment par rapport à sa pratique du cinéma régulier. Ses motivations ainsi que le contexte de ses visionnements sont sans doute relativement spécifiques.

39De même, il est bien établi que l’amateur de cinéma fait montre de pratiques culturelles apparentées et complémentaires parfois très intenses : abonnement à des clubs vidéos ou location régulière de cassettes, sorties culturelles plus fréquentes, etc. Comment joue une telle complémentarité dans le choix des films, dans l’univers global des pratiques culturelles ? Comment s’établit l’équilibre entre la fréquentation du cinéma et les autres sorties ? Jusqu’à quel point la vidéocassette ou l’écoute de films à la télévision constituent-elles des pratiques complémentaires ou de substitution ? Et encore, quelles relations complexes se nouent entre les pratiques cinématographiques et l’écoute de la télévision généraliste ou spécialisée, dont on a vu qu’elle est moins importante chez les consommateurs de cinéma ?

40Autre phénomène mal connu : les choix linguistiques. Nous avons eu l’occasion de souligner la polarisation très forte entre les anglophones et les francophones à cet égard. Comme le cinéma constitue une pratique de consommation massive de films américains, la place de films québécois ou étrangers demeure encore très mince. De même, la langue des films ne devrait pas constituer un obstacle pour les cinéphiles. Comment donc s’exercent les choix linguistiques, tant à l’égard des films choisis, des caractéristiques des films américains, québécois ou étrangers, et selon les diverses catégories de spectateurs que nous avons tenté de dégager ?

Haut de page

Bibliographie

NATIONAL ENDOWMENT FOR THE ARTS, (Oct. 1993), Arts participation in America : 1982-1992, Washington, D.C., National Endowment for the Arts, Research Division #27.

NATIONAL ENDOWMENT FOR THE ARTS, 1997 Survey of public participation in the Arts, (1998), Washington, D.C., National Endowment for the Arts, Research Division Report #39 [En ligne]. http://arts.endow.gov

DONNAT, Olivier (1998), Les pratiques culturelles des Français. Enquête 1997, Paris, La Documentation française.

DONNAT, Olivier et Denis COGNEAU (1990), Les pratiques culturelles des Français, 1973-1989, Paris, La Découverte/La documentation française.

ENQUÊTE DE 1999 : http://www.mcc.gouv.qc.ca

GARON, Rosaire (1997), La culture en pantoufles et en souliers vernis : rapport d’enquête sur les pratiques culturelles au Québec, Québec, Les Publications du Québec (enquête de 1994).

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC, Statistiques sur l’industrie du film. Édition 2000, Québec, Institut de la statistique du Québec, juillet 2000. (Annexe statistique, 141 p.).

MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION, En vacances et à l’école. Les loisirs des élèves du secondaire, Québec, ministère de l’Éducation, 1994.

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION, « Les loisirs des 8-19 ans », Développement culturel, 131, Paris, Ministère de la culture et de la communication, déc. 1999.

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE, Les jeunes et les sorties culturelles, Paris, Ministère de la culture et de la francophonie, 1995 (Développement culturel, 106).

NATIONAL ENDOWMENT FOR THE ARTS, NATIONAL ENDOWMENT FOR THE ARTS, PRONOVOST, Gilles (1990), Les comportements des Québécois en matière d’activités culturelles de loisir/1989, Québec, Les Publications du Québec (enquête de 1989).

PRONOVOST, Gilles (1997), Loisir et société. Traité de sociologie empirique, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2e éd.

ROBINSON, John et Geoffrey GODBEY (1999), Time for Life : The Surprising Ways Americans use Their Time, University Park, Pennsylvania State University Press, 2e éd.

Haut de page

Annexe

Données statistiques


Tableau 1. Taux de fréquentation du cinéma

Tableau 1. Taux de fréquentation du cinéma

Sources : voir la bibliographie
Population de 15 ans et plus pour le Québec et la France
Population de 18 ans et plus pour les États-Unis
*En 1999 au Québec, population de 18 et plus : 71

Tableau 2. Répartition des usagers selon la fréquence déclarée des sorties au cinéma, 1999

Tableau 2. Répartition des usagers selon la fréquence déclarée des sorties au cinéma, 1999

Tableau 3. Fréquentation du cinéma selon l’âge, Québec, 1989-1999

Tableau 3. Fréquentation du cinéma selon l’âge, Québec, 1989-1999

Tableau 4. Taux de fréquentation du cinéma selon la région, Québec, 1989-1999

Tableau 4. Taux de fréquentation du cinéma selon la région, Québec, 1989-1999

* Mauricie et Centre-du-Québec en 1989

Tableau 5. Langue des films au cinéma selon la langue d'usage, Québec, 1999

Tableau 5. Langue des films au cinéma selon la langue d'usage, Québec, 1999

Tableau 6. Poids des publics au cinéma selon la langue des films et selon la langue d'usage, Québec, 1999

Tableau 6. Poids des publics au cinéma selon la langue des films et selon la langue d'usage, Québec, 1999

Le public des films surtout en français est composé de 97,1 % de spectateurs dont la langue maternelle est le français.

Tableau 7. Profil du cinéphile qui a vu des films dans le cadre d’un festival de films, Québec

Tableau 7. Profil du cinéphile qui a vu des films dans le cadre d’un festival de films, Québec

Tableau 8. Certaines pratiques audiovisuelles selon le nombre de sorties au cinéma, Québec

Tableau 8. Certaines pratiques audiovisuelles selon le nombre de sorties au cinéma, Québec

Tableau 9. Importance de la participation à divers spectacles selon la fréquentation du cinéma

Tableau 9. Importance de la participation à divers spectacles selon la fréquentation du cinéma

Graphique 1. Croissance de la fréquentation sur dix ans, groupes d’âge de 1989

Graphique 1. Croissance de la fréquentation sur dix ans, groupes d’âge de 1989

Graphique 2. Différence dans les taux de fréquentation selon l’âge, 1989-1999

Graphique 2. Différence dans les taux de fréquentation selon l’âge, 1989-1999
Haut de page

Notes

1 Cette recherche a été réalisée grâce au soutien financier de la Régie du cinéma du Québec.

2 Voici le libellé exact de la question dans le sondage de 1999 : « Passons maintenant aux sorties. Au cours des 12 derniers mois, êtes-vous allé : Combien de fois ? Q22 — Au cinéma ».

3 Voici le libellé de la question : « Q35G — Avez-vous vu des films dans le cadre d’un festival du film ? »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Taux de fréquentation du cinéma
Légende Sources : voir la bibliographiePopulation de 15 ans et plus pour le Québec et la FrancePopulation de 18 ans et plus pour les États-Unis*En 1999 au Québec, population de 18 et plus : 71
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5683/img-1.png
Fichier image/png, 22k
Titre Tableau 2. Répartition des usagers selon la fréquence déclarée des sorties au cinéma, 1999
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5683/img-2.png
Fichier image/png, 27k
Titre Tableau 3. Fréquentation du cinéma selon l’âge, Québec, 1989-1999
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5683/img-3.png
Fichier image/png, 34k
Titre Tableau 4. Taux de fréquentation du cinéma selon la région, Québec, 1989-1999
Légende * Mauricie et Centre-du-Québec en 1989
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5683/img-4.png
Fichier image/png, 95k
Titre Tableau 5. Langue des films au cinéma selon la langue d'usage, Québec, 1999
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5683/img-5.png
Fichier image/png, 29k
Titre Tableau 6. Poids des publics au cinéma selon la langue des films et selon la langue d'usage, Québec, 1999
Légende Le public des films surtout en français est composé de 97,1 % de spectateurs dont la langue maternelle est le français.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5683/img-6.png
Fichier image/png, 33k
Titre Tableau 7. Profil du cinéphile qui a vu des films dans le cadre d’un festival de films, Québec
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5683/img-7.png
Fichier image/png, 62k
Titre Tableau 8. Certaines pratiques audiovisuelles selon le nombre de sorties au cinéma, Québec
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5683/img-8.png
Fichier image/png, 42k
Titre Tableau 9. Importance de la participation à divers spectacles selon la fréquentation du cinéma
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5683/img-9.png
Fichier image/png, 123k
Titre Graphique 1. Croissance de la fréquentation sur dix ans, groupes d’âge de 1989
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5683/img-10.png
Fichier image/png, 18k
Titre Graphique 2. Différence dans les taux de fréquentation selon l’âge, 1989-1999
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5683/img-11.png
Fichier image/png, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Pronovost, « Le public québécois du cinéma, 1989-1999 », Communication, vol. 21/2 | 2002, 224-241.

Référence électronique

Gilles Pronovost, « Le public québécois du cinéma, 1989-1999 », Communication [En ligne], vol. 21/2 | 2002, mis en ligne le 22 janvier 2016, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://communication.revues.org/5683 ; DOI : 10.4000/communication.5683

Haut de page

Auteur

Gilles Pronovost

Gilles Pronovost, Université du Québec à Trois-Rivières.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org