Navigation – Plan du site
Lectures

Anne-Marie GINGRAS (dir.), La communication politique : état des savoirs, enjeux et perspectives

Québec, Presses de l’Université du Québec, 2003
Emmanuel Viau
p. 266-270
Référence(s) :

Anne-Marie GINGRAS (dir.) (2003), La communication politique : état des savoirs, enjeux et perspectives, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Texte intégral

1À l’ère du tout communication, le public est bombardé de mots et d’images, aussi bien comme consommateur que comme citoyen. Nécessité d’unifier autour de valeurs communes des États à la forte démographie, accroissement de l’individualisme et bris des anciens liens sociaux et idéologiques, développement technologique : pour toutes ces raisons – et d’autres – l’exercice du pouvoir est de plus en plus dépendant des échanges communicationnels. En ce sens, la question de la communication est éminemment politique. Utopie ou mal nécessaire, la communication, par son omniprésence même, stimule la réflexion scientifique au-delà des polémiques partisanes, en ce qu’elle est porteuse de pratiques et d’enjeux. Tout communique, mais qui communique, à qui, pourquoi et comment ? Derrière ces interrogations, c’est la démocratie qui est en jeu : comment elle est, comment nous la voulons. C’est aussi notre rapport à l’État, en ce que la communication a à voir avec une certaine mondialisation des liens sociaux et des pratiques culturelles. C’est, finalement, notre rapport à la science, pour une épistémologie qui interroge nos pratiques face à la complexité de l’objet étudié. Toute cette réflexion pose également la question d’une discipline, la communication politique, qu’il importe aujourd’hui de doter d’une direction et d’un bilan.

2Selon Anne-Marie Gingras, la naissance de la communication politique ne saurait être historiquement située, puisque la communication est une nécessité pour l’exercice du pouvoir, de quelque nature qu’il soit et à toutes les époques. Mais dans les démocraties hypermédiatisées, fondées sur la légitimité donnée par le peuple, les enjeux sont accrus : le langage proprement communicationnel y acquiert le rôle de lien entre les gouvernants et les gouvernés. Face au développement des moyens et des outils de communication (tant dans les nouvelles pratiques que par la nouvelle technologie), il faut prendre en compte non seulement les dimensions de l’imaginaire et de l’idéologie dans les discours textuels et visuels, mais aussi la question du pouvoir institutionnel et symbolique, les pratiques anciennes et nouvelles de la communication politique établies par les acteurs ainsi que la question de la réception des messages par un auditoire citoyen. Car la communication politique se joue certes dans les institutions, mais aussi dans le langage des acteurs de la scène politique et, surtout, dans les réactions des citoyens eux-mêmes, en lien avec leur environnement social et leur façon d’interpréter la culture. En regroupant les savoirs issus de plusieurs disciplines scientifiques, cet ouvrage se veut le début d’une clarification disciplinaire. Il s’agit de faire le point sur la recherche actuelle, sous les angles du langage politique et de la rhétorique, de l’utilisation de l’image, de la définition d’une opinion publique, des enjeux de la communication électorale, de l’impact politique d’Internet et de la réception des messages.

3Pour Anne-Marie Gingras, cette « explosion de la communication » (Breton et Proulx, 2002) exige un cadrage méthodologique. Elle aborde ainsi les théories de la communication politique selon une lecture historique partagée en deux pôles libéral et critique. Le premier se distingue notamment par la valorisation de la rationalité des acteurs. Le behaviorisme dominant s’y voit actuellement concurrencé par la montée du constructivisme. La recherche critique, quant à elle, s’écarte de l’individualisme méthodologique des libéraux. Inspirés par l’École de Francfort, le courant critique culturel et celui de l’économie politique ont permis de reconnaître l’enchevêtrement des influences dans les processus de domination et de redonner plus d’autonomie au sujet et à l’audience. Dans une perspective critique, la communication politique sera dès lors définie en fonction des dynamiques de pouvoir exercées dans l’espace public. Elle ne se réduit pourtant pas au problème des influences, mais renvoie plutôt à une gestion du pouvoir fondée sur l’échange.

4Cette nécessité de l’échange entre sujet et audience évoque forcément le renouveau de la rhétorique. Pour Maurice Charland, le système politique est fondamentalement un système de communication, puisqu’il dépend du consentement des gouvernés. La politique est donc affaire de dire et de dit, d’où cet intérêt pour les fonctions persuasives du langage politique. La rhétorique permet alors d’aborder une communication plurielle, provenant d’une multiplicité d’acteurs publics qui formulent des discours fondés sur les valeurs communes en les transformant, établissent des relations de pouvoir, forgent des consensus. Il ne s’agit pas de condamner la prétendue fausseté d’un langage se déployant dans la contingence des affaires humaines, mais de comprendre le discours en soi et les effets qui en résultent, afin qu’il puisse être accompagné de normes pragmatiques qui permettraient l’émergence d’une pratique démocratique du discours.

5Les images sont souvent juxtaposées aux mots. Faisant le constat de l’abondance de ces images, et consciente du soupçon dont elles font l’objet, Estelle Lebel montre les modalités de communication particulières et les enjeux politiques liés à l’image (ici essentiellement télévisuelle). Un historique des imaginaires politiques montre d’abord que les manipulations d’images à des fins politiques correspondent à des pratiques très anciennes. La complexité de la réception est ensuite soulignée, en ce qu’elle est fondée sur une impression de réalité qui articule un discours sur le monde. Une impression qui fait intervenir des représentations de sens et une réflexion sur l’origine de la médiation. Une impression qui concerne aussi le contrôle des images, en fonction des contraintes et des intérêts qui régissent leur contenu et leur circulation. Pourtant, l’image, même contrôlée, demeure coproduite avec le récepteur, d’où cet encouragement à une analyse de l’image qui soit plus profonde et mieux diffusée (notamment par l’enseignement), dans l’intérêt de la démocratie.

6Loïc Blondiaux souligne le contraste entre, d’une part, la fréquence et la persistance des usages politiques et scientifiques de la notion d’opinion publique et, d’autre part, les difficultés d’établir sa définition. L’opinion publique s’assimilerait-elle simplement à ce que mesurent les sondages ? Et si ce n’est pas le cas, que mesurent-ils, et sur quoi repose leur réussite ? Par une revue des critiques portées contre les sondages d’opinion depuis 1930, l’auteur relève d’abord une série de définitions et de critères implicites de l’opinion publique. Puis, il trouve « l’essence historique » de cette notion dans la contradiction entre logos et doxa, entre éloge de la raison et peur du nombre. Il relève enfin la proximité du dispositif du sondage avec celui du suffrage universel. En dupliquant le modèle référendaire, les sondages contracteraient la légitimité démocratique ; en objectivant l’opinion par la statistique, ils s’appuieraient sur la « supériorité » de la science. Les sondages créent ainsi une entité nouvelle en mesurant autre chose que ce qu’ils prétendent mesurer.

7Nadeau et Bastien s’attardent sur l’émergence du champ de la communication électorale à l’intérieur de celui, plus vaste, de la communication politique. Suivant le développement des moyens de communication de masse, l’analyse aboutit à la situation actuelle, caractérisée par la professionnalisation et l’américanisation des campagnes électorales et par la montée du marketing politique. Sondages électoraux, nouvelles et débats télévisuels, publicité et Internet devraient idéalement diffuser une information qui est nécessaire à la démocratie, en vue de comprendre le monde et les enjeux pour une décision éclairée. Mais la motivation des partis n’est pas d’informer, et les médias sont plus tournés vers le divertissement que vers l’information. La solution viendrait alors de journalistes dotés de ressources suffisantes et affranchis des impératifs commerciaux ou des préférences politiques de leur employeur. De ce point de vue, une forte tradition de service public paraît un contrepoids utile à l’information issue des partis et aux médias commerciaux.

8La jonction entre Internet et les pratiques politiques permet à Thierry Vedel de présenter le débat entre technophiles et technophobes, qu’il tente de circonscrire par une approche en termes de potentialités et d’usages. Les potentialités politiquesconcernent une meilleure information des citoyens, la stimulation du débat politique, les mobilisations politiques plus aisées, les relations plus étroites entre gouvernés et gouvernants. Les usages politiques d’Internetpermettraient une meilleure transparence, l’amélioration de la qualité des services publics, la réduction des coûts et la réforme de l’État. Mais les problèmes sont nombreux : fracture numérique, exigence d’une citoyenneté hyperactive et éclairée, relativisation de la fonction de médiation, menaces d’un État de la surveillance, remise en cause de l’État-nation. L’auteur prédit qu’Internet s’intégrera aux côtés des autres moyens de communication, sans les remplacer. Un outil qui, bien utilisé, est susceptible de modifier les flux d’information au sein des systèmes politiques, que ceux-ci soient vus comme relevant d’un modèle élitiste, pluraliste ou républicain.

9Proulx et Bélanger traitent enfin de la réception des messages véhiculés par les médias, en particulier par la télévision. Un survol des analyses traditionnelles permetd’aborder les théories des effets directset des effets limités, avant de définir le message télévisuel comme texte médiatique susceptible de lecture, grâce à l’apport des Cultural Studies. Les éléments du codage et du décodage sont ensuite raffinés par l’ethnographie qui ancre le décodage individuel au sein d’une communauté interprétative. Les auteurs s’attardent ensuite sur les possibilités de convergence d’un champ de recherche où se croisent des traditions apparemment incompatibles. Les optimistes parlent d’un regard global, tandis que les réalistes privilégient la multidisciplinarité et que les pessimistesrefusent d’accorder des théories irréconciliables. Par ailleurs, un problème méthodologique est souligné, concernant la place du chercheur dans l’observation de la réception. En conclusion, le champ de l’analyse de la réception reste un champ de bataille, et la réception demeure un processus « mystérieux ».

10Puisque la question de la communication pose à la fois les questions du pouvoir, de sa conquête et de sa préservation, mais aussi celle des croyances collectives, on aurait pu également intégrer une étude plus générale des fondements de l’idéologie en lien avec la communication. En ce sens, la question des valeurs promues aurait pu susciter un débat plus profond sur le pourquoi de cette surabondance de communication, en le fondant sur la question du lien social et du sens collectif. Nonobstant cela, ce livre s’avère exceptionnellement clair et accessible, précis et utile malgré la concision : une bonne synthèse de la recherche actuelle. Intégrant des travaux anglo-saxons et francophones, il se veut le « premier manuel avancé de communication politique en français ». Un point de vue global, interdisciplinaire et pluriculturel, sans doute aussi le début d’une meilleure circonscription de l’objet et des méthodes de la communication politique. D’ores et déjà, il s’agit d’un outil didactique et synthétique remarquable qui, à défaut d’être complet, permet de mieux situer la discipline de la communication politique dans le champ scientifique actuel.

Haut de page

Bibliographie

Breton, Philippe, et Serge Proulx (2002), L’explosion de la communication à l’aube du xxie siècle, Paris/Montréal, La Découverte/Boréal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Viau, « Anne-Marie GINGRAS (dir.), La communication politique : état des savoirs, enjeux et perspectives », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 266-270.

Référence électronique

Emmanuel Viau, « Anne-Marie GINGRAS (dir.), La communication politique : état des savoirs, enjeux et perspectives », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 25 septembre 2008, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/569

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org