Navigation – Plan du site
Lectures

Jacques LAJOIE et Éric GUICHARD (dir.), Odyssée Internet. Enjeux sociaux

Québec, Presses universitaires du Québec, 2002
Katia Roquais-Bielak
p. 271-274
Référence(s) :

Jacques LAJOIE et Éric GUICHARD (dir.) (2002), Odyssée Internet. Enjeux sociaux, Québec, Presses universitaires du Québec.

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage pose, d’emblée, la question des représentations et des conséquences diverses que fait naître dans la société un phénomène aussi omniprésent que difficile à définir. Si la métaphore du voyage maritime semble communément admise pour parler de l’Internet, le terme d’« Odyssée » attire notre attention sur son caractère épique, c’est-à-dire sur ce mélange de légende et d’histoire, de merveilleux et de réel dont l’investissent ses usagers ou observateurs. Une aventure donc, aux allures héroïques, mais qui dépasse un destin individuel pour devenir un des enjeux sociaux majeurs de notre temps. Survient alors la question d’inscription d’Internet dans nos activités et des changements qu’il entraîne sur la réorganisation des sociétés industrielles tant pour la communication humaine, l’échange des biens et des services que pour la coordination des actions.

2Serge Proulx – « Pratiques d’Internet et numérisation des sociétés » – présente ainsi Internet comme un dispositif sociotechnique qui se situe au carrefour des problématiques et des disciplines qui sont en rapport avec la notion même de l’information dans le contexte où une part importante du travail humain est accomplie par des « machines informationnelles ». Il suggère trois lectures possibles du phénomène Internet : technologique (Internet comme un nouvel outil technique), sociologique (en termes de continuité de transformation sociale des modes de production, de consommation et de communication) et anthropologique (où Internet serait emblématique d’une nouvelle synergie entre humains et machines). En se plaçant du côté de l’approche sociologique, l’auteur invite à chercher des moyens épistémologiques et méthodologiques qui permettent de comprendre l’influence de la technique sur la société sans verser dans une vision déterministe et tout en anticipant certains risques comme celui de l’affaiblissement des institutions exposées aux processus de « spectacularisation du mondeet de survalorisation des effets d’image » (2002 : 32). Il semble ainsi que si Internet s’impose comme un mode de production, de consommation et de communication, il nécessite une large réflexion sur la régulation qui en fixe l’étendue et les limites : l’accessibilité à Internet, la protection de la vie privée, le respect des droits des auteurs et des créateurs, la démocratie et la communication politique.

3Paul Mathias – « La chose Internet » – propose, lui, une perspective délibérément philosophique qui a recours, entre autres, au modèle leibnizien de la concomitance, garante d’une autonomie normative d’Internet où les pratiques individuelles prévalent sur les dispositifs techniques. Il utilise à ce propos le terme de « humanware », entre le hardware et le software, qui serait le véritable enjeu de la régulation. L’importance de la composante humaine serait soulignée par l’incapacité du discours technologique à définir l’objet Internet. Ce dernier, en raison de sa structure réticulaire et dynamique, est plutôt un processus d’investissement et d’appropriation qui évolue au gré des usages qu’un instrument fini. À cela deux preuves, tout au moins : le caractère temporel plus que spatial du réseau et le caractère instable et pluriel des pratiques qu’il engendre.

4Aux questionnements, parfois inquiets, sur les bouleversements sociaux dont Internet pourrait être un des facteurs les plus déterminants s’oppose une analyse optimiste, voire enthousiaste de Pierre Lévy – « Vers la cyberdémocratie ». Son point de vue prend pour acquis le fait que l’histoire des communications est aussi celle de l’accroissement de la transparence dans l’accès à l’information et dans sa circulation. D’un côté, Internet, permet de contourner la censure, de l’autre, il assure une omnivision où chacun dirigerait librement son regard vers les lieux et les événements diffusés en direct. La disparition des médiateurs traditionnels pourrait donner ainsi un accès, lui aussi direct, à la démocratie qui prendrait la forme d’un e-gouvernement (réduction des niveaux hiérarchiques, décloisonnement entre services…). D’où, également, une nouvelle définition de la sphère publique – inclusive, transparente et universelle. Car la cyberdémocratie n’est pas seulement un dialogue à l’échelle locale, entre le citoyen et ses édiles, mais, principalement, la mondialisation du débat politique. C’est ainsi que l’auteur inclut dans la bibliographie une liste, très riche, de sites Web voués à l’information politique et à la promotion de la démocratie en ligne ou à la liberté d’expression. Liberté qui trouve ses limites, mais aussi ses outils, dans l’article d’Aude Dufresne – « Les filtres à la communication sur l’Internet ». Après un rappel historique de la réflexion sur l’écriture non linéaire et l’organisation du contenu – notamment de Vanevar Bush et de Douglas Engelbart –, une place importante est réservée à l’analyse des moteurs de recherche et des filtres qui permettent de faire face à l’accumulation de l’information sur Internet et d’amorcer une symbiose entre l’humain et la masse croissante du contenu. Il s’agit, avant tout, de donner à l’usager les moyens de lier les connaissances on et off line de façon à rendre l’information assimilable et pourvue d’une structure qui facilite la mémorisation. On aboutit ainsi à l’un des problèmes sociaux, et juridiques, qui suscitent le plus de polémiques dans le discours consacré à Internet – comment concilier l’ouverture et la créativité et le besoin d’exercer un contrôle. Si les outils techniques, comme les filtres justement, existent, ils ne relèvent pas de la compétence de tous les usagers et ne s’adaptent que partiellement aux besoins particuliers. Le constat final pourrait même paraître quelque peu pessimiste : si nos moyens et nos pouvoirs de communiquer augmentent, leur maîtrise nous échappe et nous avons de plus en plus souvent recours à des « béquilles » pour établir notre rapport à l’information et à la réalité.

5La dimension psychologique des enjeux amplifiés et modifiés par l’apparition et l’extension du réseau est abordée par trois contributions qui en présentent des aspects en quelque sorte complémentaires. Patrice Renaud – « La cinématique de la perception et immersion virtuelle » –, se référant aux modèles du philosophe Maurice Merleau-Ponty et du psychologue James J. Gibson, montre différentes interactions entre les dispositifs techniques propres à l’immersion dans la réalité virtuelle et le corps de l’usager. L’expérience et l’exploration de ce terrain offrent de nouvelles possibilités d’observation de phénomènes de perception et de leurs variations dynamiques. « La cyberrelation. Du virtuel au présenciel » de Mario Poirier et d’Alexandre Simard est le résultat d’une recherche menée auprès de 36 sujets qui ont répondu au questionnaire sur les relations interpersonnelles sur Internet. Après la présentation du protocole de leur démarche, les auteurs analysent les spécificités de la sociabilité médiée par le réseau et de son influence sur les rencontres en présence, c’est-à-dire sans le filet sécurisant d’une confrontation « dématérialisée ». Ils posent ainsi la question de la raison du « charme du virtuel », y compris dans le contexte où il précède, voire engendre, une rencontre des correspondants. « Internet et activité exploratoire » de Jacques Lajoie rend compte des recherches accomplies dans le domaine du développement cognitif, en particulier quand il s’adjoint le concours d’un outil comme Internet, à savoir un moyen d’accès à toutes les formes de connaissances. Son analyse débouche sur le constat d’une augmentation et d’une diversification des apprentissages pour l’usager avec, pour conséquence, un gain d’autonomie et d’ouverture – gages d’une plus grande diversité culturelle et sociale.

6Trois articles posent, au sens large, la problématique d’Internet et de l’éducation. Éric Guichard parle des « Usages de l’Internet chez les chercheurs en sciences humaines » dans la mesure où ce public, très hétérogène, témoigne d’une attitude complexe, pour ne pas dire contradictoire, à l’égard d’un outil élaboré, entre autres, par ce même milieu universitaire. Un des exemples cités est celui de la difficulté à passer des publications scientifiques « papier » aux publications numériques sans bousculer l’inertie d’un système qui résiste au changement. Un autre exemple, sans doute plus encourageant, est donné dans « Le cybermontorat », article signé par Catherine Légaré, Jean-François Trudeau et Jacques Lajoie, qui se fondent sur l’expérience du programme Academos pour conclure à ses effets bénéfiques constatés dans les milieux ciblés : les forums, le courrier électronique et les listes de diffusion offrent des facilités, des flexibilités, dans l’organisation et la coordination du travail comme dans la diffusion des ressources. Que le soutien du type cybermentorat ait besoin d’un encadrement et d’une meilleure adaptation aux intérêts individuels n’est qu’une étape vers le partage de l’expérience à l’échelle interculturelle. Milon Campos et Thérèse Laferrière – « Internet en éducation » – apportent des nuances et quelques restrictions au rôle du réseau dans les démarches pédagogiques. En effet, si la facilité de diffusion est un atout, il ne faudrait pas qu’Internet soit un autre canal, une forme dérivée, du téléapprentissage avec une multitude de sites à voir mais sans véritable innovation dans l’interaction sociale. Les auteurs argumentent en faveur d’une indispensable intégration des nouvelles technologies où la fascination pour l’outil n’occulterait pas la nature et les besoins humains.

7Venus de plusieurs disciplines et utilisant des méthodes diversifiées, les auteurs de l’ouvrage dressent un paysage de problématiques et de méthodes d’approche qui est le reflet de la complexité du réseau et de ses enjeux. Cette multitude d’éclairages et d’appréciations convergent vers un point d’intersection qui donne au lecteur la possibilité d’exercer son jugement et de se forger une idée des potentialités et des difficultés propres à Internet, vu non pas tant comme un dispositif technique « subi » par l’usager mais comme inscrit dans la continuité de l’évolution de la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katia Roquais-Bielak, « Jacques LAJOIE et Éric GUICHARD (dir.), Odyssée Internet. Enjeux sociaux », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 271-274.

Référence électronique

Katia Roquais-Bielak, « Jacques LAJOIE et Éric GUICHARD (dir.), Odyssée Internet. Enjeux sociaux », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 25 septembre 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/572

Haut de page

Auteur

Katia Roquais-Bielak

katia.roquais@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org