Navigation – Plan du site
Article hors thème

Étude sur la phénoménologie de la réalité et de sa représentation idéelle dans la société civile

Marcienne Martin

Résumés

Convoquer le concept de réalité renvoie à la perception que les individus en ont par l’intermédiaire de tel objet du monde considéré dans tel contexte particulier. Or, d’un système socioculturel à l’autre, la réalité et ses corrélats ne sont pas décryptés de la même manière. Par le déni, la transformation de faits ou la mise en place de procédures lexico-sémantiques comme la métonymie, un pouvoir quel qu’il soit peut mettre en place de nouvelles valeurs sociétales dans une société donnée. Ce phénomène est illustré dans l’œuvre de George Orwell 1984.

Haut de page

Texte intégral

1Convoquer le concept de réalité renvoie à la perception que les individus en ont par l’intermédiaire de tel objet du monde considéré dans tel contexte particulier. Or, d’un système socioculturel à l’autre, la réalité et ses corrélats ne sont pas décryptés de la même manière. Ce phénomène est porté par la doxa, l’histoire du groupe, son inscription ou non dans un dogmatisme voulu par l’organisation dominante, ce qui signifie qu’entre la réalité d’un phénomène et sa représentation, il peut exister un écart important, voire une opposition totale. Il existe des systèmes politiques au sein desquels fleurit une forme de pensée en phase avec les règles édictées par l’oligarchie en place. Ce mode idéologique prend corps dans la société civile par l’intermédiaire du déni ou de la transformation d’un fait ou encore de la réécriture sémantique d’unités lexicales par l’utilisation, notamment, de la figure de style appelée « métonymie ». Ce déplacement de sens renvoie à des valeurs en place dans la société donnée. Par ces procédures lexico-sémantiques, c’est un nouveau paradigme comprenant des valeurs sociétales différentes, parfois opposées aux anciennes, que le pouvoir en place implanterait dans la société concernée. Ce phénomène est parfaitement illustré dans l’œuvre de George Orwell 1984 et par ce que cet auteur appelle la « novlangue1 », terme signifiant « langage convenu et rigide destiné à dénaturer la réalité ».

2Dans le présent article sera abordé le concept de réalité traité d’un point de vue généraliste, puis dans son approche consensuelle au sein d’une culture donnée. À quoi correspond une représentation idéelle de la réalité ? Par une retranscription faussée et voulue de certains faits réels diffusés par la presse (télévision, internet, journaux), cette nouvelle représentation de la réalité ne recouvrirait-elle pas un système coercitif déguisé ? Peut-on alors évoquer la liberté d’expression ?

Le repérage et la nomination des objets du monde

  • 2 Je pense, donc je suis.

3La spécificité de l’homme est la pensée, plus exactement la conscience qu’il a de son existence ainsi que l’affirmait René Descartes (1637) dans sa célèbre formule : Cogito, ergo sum2. À la pensée est associé le langage dont l’intentionnalité servirait l’adaptation de l’homo sapiens à son milieu par la création puis la transmission de messages à portée informative à ses congénères. À propos desdits messages, Jacques Corraze précise que « les uns sont des processus d’action sur le milieu à modalités physiques et visent à des transformations du même ordre. Les autres sont des moyens de communication et aboutissent à modifier le comportement d’autres individus vivants » (1980 : 38-39). Les sciences cognitives dérivent des réflexions philosophiques à propos de l’existence de l’âme intégrant un corps physique ou de la pensée issue des interactions neuronales dans le cerveau. Umberto Eco s’interroge ainsi :

Le problème de savoir ce qui se passe dans notre « boîte noire » lorsque nous percevons quelque chose est un problème débattu par les sciences cognitives lorsqu’elles demandent par exemple si le milieu environnant nous fournit les informations nécessaires sans une intervention constructive de notre appareil mental ou neuronal, ou s’il y a au contraire une sélection, une interprétation et une réorganisation du champ stimulant (1997 : 186).

  • 3 Ce terme considéré ici dans son sens généraliste recouvre les objets tant matériels qu’immatériels, (...)

4Si Jean-François Dortier précise que « partout, dans le monde du vivant, les animaux font preuve de capacités cognitives plus ou moins élaborées » (1998 : 304), l’intelligence sensori-motrice chez l’enfant lui permettrait d’entrer « en même temps dans le monde du symbole, de l’image mentale, des mots, puis bientôt de l’abstraction » (1998 : 307). Ce qui sous-tend l’ensemble des phénomènes présentés ci-dessus est la tentative de compréhension de ce que recouvre le concept de réalité. L’unité lexicale « réalité » dérivée du latin classique res, signifiant « chose » (Rey, 2000 : 3129), est à l’origine de nombre d’investigations philosophiques. À propos de ce concept, Lev Semenovich Vygotsky mentionne : « Nous avons démontré qu’une réflexion générale sur la réalité est la base caractéristique des mots. […] Pensée et langage, qui reflètent la réalité de façons différentes de la perception, sont les clefs pour pénétrer la nature de la conscience humaine » (1962 : 153). La réalité recouvre diverses instances, telles que les objets3 constituant le monde visible à l’échelle humaine ou au moyen d’artefacts (par exemple le microscope électronique), les relations entre eux, le rapport que l’homme entretient avec eux ainsi que la conscience qu’il en a.

5La réalité recouvre une infinité d’objets sur lesquels le regard diffère aussi bien d’un être vivant à un autre que d’une culture humaine à l’autre, puisque le filtre subjectif spécifique à chaque être humain, en modifie les valeurs. Si nous considérons l’objet du monde perçu par un sujet social donné, nous constaterons que son approche varie en fonction de paramètres comme le vécu, l’âge, les événements divers qui émaillent la vie du sujet. Ainsi un enfant va-t-il découvrir l’objet « soleil » par l’expérience qu’il en aura : sa lumière ainsi que sa chaleur, qui intégreront une expérience liée à son environnement. Puis, il en apprendra l’orthographe et le découvrira également à travers des récits. Adulte, il en aura une connaissance qui sera peut-être moins subjective avec l’étude de l’astronomie. Dans cet exemple, nous pouvons déjà noter que la perception de l’objet du monde, outre qu’elle fait appel au percept avec les organes de la vision et du toucher, mobilise également l’expérience qu’en aura le sujet. À ce propos, Claude Bonnet précise : « La perception est la capacité qui permet à un organisme de guider ses actions et de connaître son environnement sur la base des informations fournies par ses sens » (1998 : 231).

6L’expérience de l’objet du monde « soleil » fera donc partie du substrat sociolinguistique du sujet ; il rejoindra l’ensemble des autres objets du monde déjà mémorisés dont le sujet pourra mobiliser une représentation schématisée. L’unité lexicale « soleil » appartient au champ sémantique de l’astronomie et fait partie du groupe des étoiles (hyperonyme) et a pour particularité d’être une étoile de type G24 dont « les raies du calcium ionisé sont très intenses ; [avec] de nombreuses raies de métaux neutres ou ionisés ; [avec] l’apparition des bandes moléculaires de CH5 » ou encore une « étoile naine située sur le plan médian de la Galaxie6 ». Considérée d’un point de vue scientifique, cette unité lexicale aura une valeur différente de celle symbolisant le dieu-soleil Ré. Dans la figure 1, nous pouvons voir un réseau de significations liées à cet objet du monde avec l’hyperonymie, l’hyponymie, des liens de type métaphorique (fondre comme neige au soleil) ou encore de type symbolique (le père ou encore le dieu-soleil Ré), sans compter les expériences du sujet liées à cet objet. Cette figure montre que les points de vue sur un objet du monde donné peuvent diverger.

Figure 1. Un réseau de significations

Figure 1. Un réseau de significations
  • 7 Ensemble des opinions communes aux membres d’une société et qui sont relatives à un comportement so (...)

7L’expérience liée à un objet du monde X va faire appel à des objets connus et mis en relation avec ce nouvel objet afin d’en déterminer les éléments communs et différents. Cette approche cognitive est corrélée à la taxinomie. Par ailleurs, la désignation des objets du monde est un processus qui renvoie à la lexicologie à travers des sens différents donnés à l’objet nommé lorsqu’on en fait l’étude en diachronie ; l’étymologie a pour mission de nous le rappeler. Que ce soit la complexité du classement de type à la fois arborescent et réticulaire (figure 1) ou la mobilisation des savoirs du locuteur dans le cadre du repérage des objets du monde, ces procédures cognitives sont corrélées à l’interpénétration de champs variés comme le champ expérientiel du groupe, dont la prise en compte des expériences vécues, puis intégrées à son histoire ainsi qu’à sa culture, lesquelles donnent corps à la doxa7, le champ sémantique ainsi que le champ lexical que l’on retrouve avec les entrées dictionnairiques.

Les différents niveaux de réalité de l’objet nommé

8L’objet du monde possède ainsi différents niveaux de réalité. La rencontre de l’objet du monde avec un sujet social donné peut se faire de manière directe au moyen des organes de perception (le percept) ; intégré dans tel substrat socioculturel et linguistique, il peut faire l’objet d’une interprétation qui, suivant le contexte socioculturel, peut donner audit objet des fonctions et des valeurs pouvant être fort différentes de celles d’un autre substrat socioculturel : « […] dans l’Égypte antique […] les rois de la Vedynastie firent la fortune du dieu-soleil, Ré, qu’ils introduisirent dans le cercle des divinités tutélaires de la royauté8. » Lié ou non à la subjectivité, l’objet du monde est représenté par l’image mentale que des individus ou des groupes en ont à travers leur propre expérience.

  • 9 La définition peut être consultée sur le site Trésor de la langue française informatisé (TLFi) : ht (...)

9L’approche de toute expérience individuelle renvoie à une organisation des objets du monde construite autour de la subjectivité. De cette construction mentale, John Rogers Searle stipule que, déontologiquement, elle s’oppose à la connaissance objective en tant qu’opinion subjective et qu’ontologiquement la subjectivité est « une forme d’existence au monde » (1998 : 183). Ainsi, l’ordonnancement des objets du monde et les valeurs qui leur sont données, que les objets soient réels ou mythiques, corrélés au système émotionnel au sein duquel l’individu construit son identité, différeront d’un sujet à l’autre. Ce constat nous renvoie à la notion de solipsisme dont le sens philosophique est le suivant : « Attitude du sujet pensant pour qui sa conscience propre est l’unique réalité, les autres consciences, le monde extérieur n’étant que des représentations9. » Les différentes expériences qui émailleront la vie d’un individu se cristalliseront autour du champ émotionnel. Les charges émotionnelles et symboliques données à un objet seront donc plus ou moins fortes ; il en est ainsi pour des individus ayant traversé des épisodes dramatiques au cours de leur vie (guerre, accidents, maladies, etc.). À ce propos, Maria Carmen Gear et Ernesto Cesar Liendo soulignent :

  • 10 Le mot est un signe (image phonique ayant validité de signifiant) qui renvoie à un concept (ayant v (...)

Dans le code « affectif » qui admet les perceptions objectives pour signifiants10 et les sensations affectives pour signifiés, nous suggérons que le refoulement consiste pour le Moi narcissique à substituer à sa perception d’un signifiant hostile la perception du signifiant inverse, désidératif, afin de transmettre sa sensation (signifié) déplaisante, castratrice ou annihilante, en une sensation plaisante, [qui est] non-castratrice et non-annihilante (1975 : 264).

10Si nous considérons la perception qu’un individu a des objets de la réalité, elle est à la fois individuelle (le solipsisme) et groupale. En effet, nombre d’apprentissages renvoient au substrat socioculturel commun à l’ensemble des membres d’un groupe donné. Ainsi, dans une société de type théocratique, le concept de dieu fera partie des référents importants liés à des règles où cohabiteront le licite et l’illicite, le sacré et le tabou, alors que dans des sociétés de type laïque, chaque individu a le choix quant à ses propres croyances. L’individu a une relation aux objets du monde par l’intermédiaire du filtre individuel évoqué précédemment, mais aussi par celui du filtre sociétal ; celui-ci ouvre au sujet social la possibilité de faire différents choix en ce qui concerne des objets ayant intégré son univers personnel. Par ailleurs, les appartenances par lesquelles le sujet se définit, la relation qu’il a établie avec les objets du monde, la représentation qu’il peut en avoir ainsi que sa propre histoire forment un ensemble de paramètres qui peuvent modifier la vision qu’il aura du système de valeurs en cours dans la société ainsi que la position qu’il adoptera face à lui.

11La représentation des objets du monde peut donc être liée à des souvenirs émotionnels plus ou moins intenses, à des images plus ou moins stéréotypées, à des concepts ainsi qu’à des règles d’action. Michel Denis (1989) précise qu’il existe trois modalités de représentations cognitives : les images mentales, les concepts et les représentations liés à l’action. Les images mentales renvoient aux éléments caractérisant la perception visuelle comme la forme, la couleur, la taille des objets, ainsi que leur orientation dans l’espace. En ce qui concerne les représentations conceptuelles, elles sont corrélées au langage. Quant aux représentations que nous avons des images en relation avec l’action, elles réfèrent au savoir que nous avons acquis quant à la manière de mener une activité.

12Le fait de poser des structures cohérentes à un univers particulièrement complexe est nécessaire à l’homo sapiens qui est un être de repère. À ce propos, nommer permet de pallier la difficulté à apporter une réponse aux interrogations quant à l’essence de l’univers, à son origine, à celle de l’homme et de la nature au sein de laquelle il évolue. Les diverses cosmogonies mises en place dans les différents groupes sociaux sont là pour en témoigner.

13Comme le souligne Claude Hagège, « […] les langues, en parlant le monde, le réinventent. Elles ordonnent objets et notions » (1985 : 170). Les informations participant du substrat sociolinguistique de l’observateur permettent à ce dernier d’intégrer l’objet nouveau dans une structure sémantique déjà préétablie dans une relation de similitude ou de différence. Afin d’exemplifier ledit phénomène, nous nous référerons à l’œuvre de Michel Tournier Robinson ou Les limbes du Pacifique. L’auteur présente la démarche cognitive engagée par Robinson face à un objet inconnu : « […] aussi songea-t-il à une souche à peine plus bizarre que d’autres lorsqu’il distingua, à une centaine de pas, une silhouette immobile qui ressemblait à celle d’un mouton ou d’un gros chevreuil. Mais, peu à peu, l’objet se transforma dans la pénombre verte en une sorte de bouc sauvage, au poil très long » (1967 : 16). Les substantifs donnant corps à cet extrait de texte appartiennent à des champs sémantiques divers ; leur analyse renseigne sur le processus itératif engagé par le héros. En mobilisant son système représentationnel des objets du monde pour comprendre l’objet nouveau faisant irruption dans son univers, Robinson fait une première interprétation qui se réfère à l’univers des objets inanimés, soit une souche, puis, en procédant à une réanalyse de la nature de l’objet nommé, il fait appel au terme « silhouette » qui signifie selon le Dictionnaire historique de la langue française ( DHLF ) « une forme qui se profile en noir sur fond clair » (2000 : 3508). Enfin, Robinson fait appel à trois termes appartenant au champ lexico-sémantique de la classe des mammifères. Finalement, dans sa dernière interprétation : « une sorte de bouc sauvage, au poil très long », Robinson constate que cet animal n’appartient pas au répertoire des objets de son univers, tout en possédant certains éléments en commun. Dans l’extrait de la phrase : « une sorte de bouc sauvage », le syntagme « sorte » est restrictif puisqu’il met l’accent sur la catégorisation de l’objet et non sur l’objet lui-même.

14Dans nombre d’observations ou d’expériences, des objets inconnus remettant en question la cohérence de l’univers intégré au paradigme humain prendraient le statut de réalités existantes, bien que non observables avec une structure qui participerait à la fois du domaine de l’imaginaire et de celui de l’émotion.

De l’information et de la communication dans la société civile

15L’outil langagier, par l’intermédiaire de la taxinomie, permet la retranscription des objets du monde dans leurs similitudes et leurs différences ou même dans leurs oppositions. Les classes d’objets intègrent des termes généralistes ou hyperonymes et des termes spécifiques au sein de cette classe ou de cet hyponyme. Si nous exemplifions avec une automobile ou une fleur, leur représentation génère une image peu précise, car il s’agit d’une approche généraliste d’un objet qui, pour le premier, possède quatre roues sur un habitacle tracté par un moteur et qui, pour le second, est composé d’une tigelle terminée par des pétales. Seules les caractéristiques principales de l’objet nommé intègrent sa représentation, laquelle renvoie à la fonction du stéréotypage ; l’objet est alors dessiné à la manière du caricaturiste qui fait ressortir des traits considérés comme marquants. À propos du caractère généraliste des hyperonymes ainsi que de leurs représentations, Gottfried W. Leibniz, dans un dialogue imaginé entre Philathète et Théophile, en décrit ainsi la nature :

[…] les termes généraux ne servent pas seulement à la perfection des langues, mais ils sont nécessaires pour leur constitution essentielle. […] Aussi voyez-vous que les enfants et ceux qui ne savent que peu la langue qu’ils veulent parler, ou la matière dont ils parlent, se servent de termes généraux comme chose, plante, animal, au lieu d’employer les termes propres qui leur manquent (1990 : 214).

  • 11 La définition peut être consultée sur le site Trésor de la langue française informatisé (TLFi) : ht (...)

16La représentation d’un objet du monde évolue en fonction de facteurs divers, dont l’avancée de la science. Ainsi, la lecture du terme « homme » à des époques variées renvoie à des définitions différentes. Le Dictionnaire de l’Académie française en donne la signification suivante : « Animal raisonnable, être formé d’un corps et d’une âme. Dans ce sens, il se dit en parlant de l’un et de l’autre sexe, et on l’emploie souvent au singulier pour désigner l’espèce humaine en général » (1835 : 2979) ; la consultation de ce même mot dans un dictionnaire récent11 montre certaines similitudes avec la définition de 1835, mais des différences également :

Être appartenant à l’espèce animale la plus développée, sans considération de sexe. Mammifère de l’ordre des Primates, seule espèce vivante des Hominidés, caractérisé par son cerveau volumineux, sa station verticale, ses mains préhensiles et par une intelligence douée de facultés d’abstraction, de généralisation, et capable d’engendrer le langage articulé.

17La recherche scientifique a permis une approche de l’homme beaucoup plus riche avec l’utilisation de termes spécifiques (mammifère, primate...) à la place de mots renvoyant à des significations d’ordre plus général : âme, animal, ce qui induit une nouvelle représentation de l’homme en tant qu’objet du monde.

18Si la communication est une procédure cognitive qui permet de relayer une information d’un locuteur A à un locuteur B, quel que soit l’objet recouvrant cette unité lexicale (sujet social, groupe, etc.), son contenu est articulé autour de ce que Jean-Louis Dessalles (2000) désigne comme le « fait saillant ». Cette notion s’applique à l’ensemble des informations transmises, quel qu’en soit l’auteur. En effet, il s’agit de la mise en relief de tel événement particulier :

Si un locuteur parvient à faire partager par ses vis-à-vis le sentiment que le fait rapporté présente un intérêt, par exemple parce qu’il sort de l’ordinaire, ce locuteur est pertinent. La pertinence, dans ce cas, se mesure au caractère saillant du fait rapporté (2000 : 261).

19L’expérienciation de la réalité ainsi que sa représentation permettent au sujet de communiquer avec les objets tangibles et intangibles du monde, cependant il existe également des objets transactionnels qui nourrissent nombre d’informations, redonnant au réel, ou du moins à ce qu’il est censé être, des valeurs différentes. Ainsi, le journalisme, dont la mission est de répondre « au droit du public de connaître les faits et les opinions » (Cornu, 2013 : 69), distribue l’information en prenant en compte des facteurs comme la vérification des faits qui formeront le volet principal de l’actualité, en utilisant notamment la technique des « cinq W : Who (qui), What (quoi), When (quand), Where (où), Why (pourquoi) auquel s’est ajouté aussitôt un H (how, comment) » (Cornu, 2013 : 152). D’un point de vue déontologique, le journalisme doit se référer à des règles protégeant la vie privée de l’individu, entre autres, mais aussi pose comme paramètre important de l’information son objectivité.

  • 12 « POLITIQUE. Côté gauche de l’hémicycle d’une assemblée parlementaire. […] P. méton. L’ensemble des (...)
  • 13 « POLITIQUE. Côté droit de l’hémicycle d’une assemblée parlementaire P. méton. L’ensemble des parle (...)

20Toujours à propos de l’éthique prônée par cette profession, l’auteur précité spécifie : « La valeur de liberté recouvre à la fois la visée du journalisme en démocratie, qui est d’assurer le débat sur les affaires publiques, et l’indépendance requise de ses agents » (Cornu, 2013 : 104). Cependant, le sujet social peut s’interroger sur ladite indépendance puisqu’en France, les médias traditionnels, mis également en ligne, renvoient à des positions politiques qui vont de la gauche12 à la droite13 en passant par des positions moins affirmées. Le clivage gauche/droite apparut historiquement lors de la Constituante française (1789-1791) sans toutefois que les idéologies qu’elle reflétait soient définies comme elles le sont actuellement. Ainsi que le souligne Marc Crapez citant Marcel Gauchet,

le vocabulaire droite-gauche demeurait « étroitement associé à la vie parlementaire ». En 1906, la droite et la gauche se trouvent « mobilisées comme signes identitaires » dans les discours électoraux. À la veille de la guerre de 1914, « leur rôle de repères est définitivement consacré. La topographie parlementaire est devenue le moyen primordial par lequel les citoyens se pensent en politique » (1998 : 42).

  • 14 Sa ligne éditoriale est de centre gauche, selon le spectre politique français. http://fr.wikipedia. (...)
  • 15 L’organe officiel du Parti a longtemps été le journal L’Humanité, qui en est désormais structurelle (...)
  • 16 Sa ligne éditoriale est de droite et de centre droit conservatrice, selon le spectre politique fran (...)
  • 17 Sa ligne éditoriale est de droite sur l’échiquier politique, avec une vision du monde généralement (...)

21Il en est ainsi du journal Le Monde14 ou du journal L’Humanité15, quotidien diffusé par le Parti communiste ; en ce qui concerne les partis affiliés à la droite, des journaux comme Le Figaro16 ou Valeurs actuelles17 s’en font l’écho, ce qui signifie que l’approche objective des faits et la transmission d’opinions seront positionnées en fonction de valeurs sous-jacentes renvoyant à des mouvements politiques, et plus indirectement, bien souvent, aux détenteurs de pouvoirs divers peu disposés à les modifier ou à s’en défaire.

22Ces réflexions font écho à celles relatives à la vie politique et rédigées par Nicolas Machiavel. Ces études datant de 1515 sont toujours d’actualité. Soulignant la prise de pouvoir par des scélératesses, cet auteur évoque « [l]es deux manières, soit de s’élever au pouvoir souverain par la scélératesse et les forfaits, ou d’y être porté par la faveur des concitoyens » (1515/1962 : 955). Cela renvoie à nombre de scandales nés d’œuvres cachées en vue du maintien du pouvoir par tel détenteur. Dans un article relatif aux risques divers et à leur imputation en termes de responsabilité politique et leur traduction en termes d’informations journalistiques, Violaine Roussel précise :

Il s’agit donc bien de la construction collective d’une nouvelle responsabilité politique en matière de risques publics, indissociable des rapports que différents groupes et individus intervenant dans les scandales nouent et de leurs transformations durant cette période. Elle dépend notamment de mutations en cours des relations entre magistrature et politique (2008 : 954).

  • 18 Dans le cadre des dons du sang, le 20 juin 1983, une circulaire de la Direction générale de la sant (...)

23Et de citer le scandale du sang contaminé18. Cette auteure montre ainsi que le monde du politique et celui de la magistrature partagent des univers communs :

On sait que, jusqu’au milieu du 20e siècle, magistrats et hommes politiques partagent dans une certaine mesure un destin social commun : ils appartiennent au même univers de notabilité locale. Largement issus des mêmes groupes sociaux, ils se retrouvent dans les mêmes espaces de sociabilité et se fréquentent. Cette proximité et cette familiarité donnent lieu à la constitution de représentations communes, de perceptions du monde et de l’action possible et convenable qui sont très largement convergentes (2008 : 956).

24Ce qui peut laisser penser que la communication relayant les informations sur ces scandales est orientée de manière à aller dans le sens désiré par ces groupes sociaux. Cela signifie notamment que les faits saillants relatifs à l’actualité, mis en exergue par tel ou tel média et transmis à la société civile, prendront en compte leur orientation de base, ce qui aura pour conséquence la rédaction d’un contenu discursif en fonction des différents types de choix éditoriaux de l’organe de presse. En effet, les choix éditoriaux faits par la presse ont vocation à infléchir l’opinion du citoyen quant aux informations présentées par tel média informationnel selon leur orientation politique et par une narration discursive en adéquation avec les valeurs de celle-ci ; cependant, le lecteur ou le spectateur a toujours la liberté de choisir son média informationnel. Il arrive également que le discours fasse usage d’unités lexicales dont la signification est modifiée soit par amplification, soit par minoration, ce qui a une incidence sur la langue en usage dans la société civile tant dans son contenu que dans sa forme. Les nouvelles valeurs sémantiques données à telle ou telle unité lexicale en dehors des codes journalistiques, ou chartes de déontologie, ou entrées dictionnairiques des ouvrages canoniques des sciences de l’information et de la communication, reflètent des désirs politiques inavoués (masquage de la réalité sociale, minoration des scandales politiques divers, etc.).

Le transfert communicationnel analysé à l’aune du déni ou de la transformation du fait réel

25Le principe organisationnel prend sa source dans le cadre du passage de l’entropie à la néguentropie. L’observation de l’univers, quel qu’en soit le niveau scalaire, montre que sa structure fondamentale oscille entre ordre et désordre par l’intermédiaire de la transformation instruisant une nouvelle réorganisation, phénomène corrélé de facto au facteur temps. Ainsi, tout objet du vivant traversant ces différents stades passe de la potentialité à la réalisation, puis, en fonction de facteurs divers (humidité des sols, niches de marché…) interférant avec ladite organisation ainsi que de paramètres qui lui sont liés comme des génomes compatibles ou non, des éléments liquides ou gazeux à l’origine de la vie ou de la mort de tel ou tel organisme, la structure organisationnelle évoluera vers plus de stabilité ou se délitera.

26Cela posé, une organisation correspond à la mise en place d’un projet soit né de la volonté humaine, soit posé dans le cadre des lois soutenant le fonctionnement de l’univers en général et sous-tendu par le désir de réalisation. Celui-ci correspond aux buts à atteindre ; quant aux moyens, ils sont codépendants de variables et de facteurs relatifs audit projet. Structure organisationnelle et coalescence peuvent entrer en résonance.

27La structure organisationnelle entre en résonance avec le fait communicationnel, ce qui correspond au transfert d’informations donnant à ladite structure une dynamique orientée. Cette orientation prend place tant dans la relation avérée du fait que dans sa dissimulation ou sa transformation voulue en fonction des buts réels, parfois tus, des instances à l’origine du transfert informationnel.

28Si le phénomène organisationnel est le substrat à partir duquel la matière prend forme, la représentation du monde dans la pensée chez l’homme intègre aussi ce mode procédural. La mise en relation de ces procédures avec la représentation que le sujet humain peut en avoir montre qu’il existe parfois un écart fort important entre la réalité du phénomène observé et sa perception dans le cadre du paradigme de la représentation. Le stéréotype qui participe du fonds parémiologique (maximes, proverbes, expressions populaires, etc.) est la procédure cognitive qui illustre le mieux ce décalage. Il en est ainsi des stéréotypes véhiculés au sein de la culture française au sujet du peuple anglais. La traîtrise comme participant du mythe fondateur de l’autre, ici l’Angleterre et son peuple, s’est ancrée dans la doxa française. Ainsi l’hypocrisie est-elle actualisée dans la locution « la perfide Albion ». La doxa ou fonds culturel populaire prend sa source de manière fort diverse comme dans l’exemple précédent précité avec, en jeu, l’histoire conflictuelle de deux pays.

29Par ailleurs, dans le cadre du champ des sciences, la perception des objets du monde peut également varier en fonction du contexte dans laquelle elle prend place. Dans un article relatif à la langue et au langage et en référence au Siècle des lumières, Robert Nicolaï montre que la démarche épistémologique est tributaire des cadres mentaux de l’époque dans laquelle elle s’inscrit, car « les procédures de description ne distinguent pas toujours nettement dans l’explication entre des arguments introspectifs, des généralisations contestables, des hypothèses spéculatives et des faits objectivés et vérifiés » (2013 : 83).

30L’image que peut avoir tel groupe de locuteurs de tel phénomène peut avoir été mise en place par une oligarchie donnée pour des raisons cachées. Prenons les exemples suivants qui sont fort instructifs sur la manière d’orienter un discours pour nier un phénomène réel, mais dérangeant. Philippe Bovet et Agnès Sinaï19, dans un article paru dans le journal Le Monde diplomatique, stipulent : « Comment les structures étatiques de la France pourraient-elles s’ouvrir rapidement aux questions écologiques alors qu’en 1986 elles ont géré l’accident de Tchernobyl dans la plus grande opacité (le nuage radioactif supposé s’être arrêté aux frontières françaises) » (octobre 2007). Cette attitude de déni peut aussi trouver exemplification dans le cadre de l’apparition de l’épidémie d’encéphalite spongiforme bovine ; dans un article paru dans le journal précité en décembre 2000, Ignacio Ramonet20 dénonce ces manipulations :

Des mesures aberrantes, couvertes par des « experts », ont été adoptées au mépris des lois de la nature et des principes les plus élémentaires de précaution. Mensonges et dissimulations se sont ensuite succédé, lorsqu’il fut évident que la maladie s’étendait et se propageait aux êtres humains.

31Il est montré dans ces deux exemples comment des groupes ayant du pouvoir sur d’autres peuvent, par le relais d’une information faussée, transformer des faits réels. Ainsi, le fait que le nuage de Tchernobyl s’arrête aux frontières de la France a sans doute dû interpeller quelques sujets sociaux. Quelle attitude adopter quand chacun sait qu’un nuage correspond à un « amas compact visible, plus ou moins important, d’aspect et de forme variables, de fines particules d’eau ou de glace en suspension dans l’air21 », dont le déplacement est indépendant des frontières géopolitiques, mais que les instances détentrices de l’autorité et de l’information affirment le contraire ?

32Dans cette structure communicationnelle, nous avons l’objet de l’information : le nuage et son incidence sur la santé de la population française, le transfert de ladite information et les risques qui peuvent en découler : réaction de la population en fonction des conséquences liées aux radiations, remise en question du pouvoir en place. La transmission d’une information faussée montre que, dans ce cas de figure, le but affiché à atteindre était de rassurer la population tandis que le but caché était le maintien du pouvoir en place, les moyens utilisés renvoyant au déni de la réalité, celui-ci fut-il proche de l’incohérence.

33Si la modification de l’information transmise par les médias peut servir les différents pouvoirs en place, la modification sémantique de certains termes ou leur usage intensif font également partie d’une stratégie similaire.

34Qu’en est-il quand une institution ou une industrie de la communication (la presse, les sciences de l’information et de la communication, le syndicat des journalistes, les publicistes, les relations publiques, par exemple) décide d’imposer sa vision du monde et de modifier le substrat socioculturel qui fonde une société donnée pour y introduire des valeurs servant ses intérêts propres ? Nous exemplifierons avec l’ouvrage de fiction d’Orwell publié en 1949 (traduction française) et dans lequel l’auteur illustre très exactement ce qui se passe dans le cas de figure précité. Cet auteur évoque la mise en place du ministère de la Vérité, appelé « Miniver » en novlangue, dont le sens recouvre celui de « langage convenu et rigide destiné à dénaturer la réalité » (p. 8). Orwell illustre ce langage en citant les trois slogans du parti : la guerre c’est la paix ; la liberté c’est l’esclavage ; l’ignorance c’est la force, avec chacune des formules composées de deux antonymes. Nous trouvons également les locutions : « double-pensée » (p. 13) et « contrôle de la réalité » (p. 51). Dans le cadre de systèmes totalitaires, la langue est découpée, élaguée, transformée, comme le souligne l’auteur :

Nous taillons le langage jusqu’à l’os. Naturellement, c’est dans les verbes et les adjectifs qu’il y a le plus de déchets, mais il y a des centaines de noms dont on peut aussi se débarrasser. Pas seulement les synonymes, il y a aussi les antonymes. Après tout, quelle raison d’exister y a-t-il pour un mot qui n’est que le contraire d’un autre ? Les mots portent en eux-mêmes leur contraire (ibid. : 75).

35La maîtrise du langage par le pouvoir en place est illustrée par cet extrait :

Syme prit une autre bouchée de pain noir, la mâcha rapidement et continua : — Ne voyez-vous pas que le véritable but du novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? À la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée, car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer. Tous les concepts nécessaires seront exprimés chacun exactement par un seul mot dont le sens sera délimité. Toutes les significations subsidiaires seront supprimées et oubliées (ibid. : 77).

36Il sera présenté ici quelques exemples de métonymie en relation avec nombre de problèmes existant dans la société civile française et ayant peu ou prou été réglés. Ainsi, à propos du phénomène de délinquance en France, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales22 a publié un ouvrage avec nombre d’études statistiques présentées sur des vols avec violence ou sans violence et qui renvoient au phénomène de délinquance :

De 2006 à 2008, la part des femmes de 14 ans et plus se déclarant victimes de vols ou tentatives de vols personnels sans violence, ni menace s’établissait à chaque fois à 0,1 point de moins que celle des hommes […]. En revanche, elle a connu une hausse très significative de 0,5 point entre 2008 et 2009 […] (2012 : 27).

37Cependant, afin de maintenir la paix sociale dans un certain nombre de zones urbaines et périurbaines où la violence est coutumière, le terme « délinquance » a été remplacé par celui d’« incivilité » dans le discours journalistique ; l’approche dictionnairique nous en donne le sens suivant : « Manque de civilité, oubli des convenances, du savoir-vivre23. » Ainsi, dans un article de journal24 sous la plume de Halima Najibi et publié le 16 juillet 2013, il est mentionné : « Somme : les gendarmes assurent la traque aux incivilités. Depuis le début de l’été, la brigade de prévention de la délinquance juvénile de la Somme, la BPDJ règle les incivilités et donne de précieux conseils aux estivants. »

Tableau 1. Dérivation métonymique du terme « incivilité »

Tableau 1. Dérivation métonymique du terme « incivilité »

38Dans ce cas de figure, le premier terme « incivilité » mis en relation de synonymie avec celui de « délinquance » minore la valeur du second, ce qui est une manière de dénoncer des faits tout en minimisant leur gravité. En effet, manquer de savoir-vivre subsume des appartenances à un milieu socioculturel n’ayant rien de commun avec les règles de courtoisie admises dans la doxa et activées par les membres du groupe, un refus des règles de convenance, etc. En revanche, l’unité lexicale « délinquance25 » renvoie au sens suivant : « État de celui qui commet un délit », soit une transgression des règles relatives au territoire privé de l’individu ou au territoire public, mais dans les deux cas de figure, il s’agit de l’appropriation d’un espace : vol, agressions physiques ou psychologiques, destruction, etc. Le délit n’appartient aucunement au champ sémantique de l’incivilité ; en effet, cette pratique renvoie au non-respect des règles établissant un lien social dans un groupe donné et indirectement à la règle et au lien social. Ainsi que le mentionne Orwell,

[i]l était entendu que lorsque le novlangue serait une fois pour toutes adopté et que l’ancilangue serait oublié, une idée hérétique — c’est-à-dire une idée s’écartant des principes de l’angsoc — serait littéralement impensable, du moins dans la mesure où la pensée dépend des mots (1949 : 435).

39Une autre dérivation métonymique a été mise en place afin de minorer des faits et événements, dont certaines émeutes urbaines. Appliquées à la doxa française, dans les dérivations métonymiques, nous trouvons des banlieues ou des quartiers dits « sensibles ». De cette unité lexicale, le dictionnaire donne la signification suivante : « Qui est doué de sensibilité. […] Qui peut éprouver des sensations, capable de percevoir des impressions » ; elle appartient au champ sémantique de l’affect, de l’émotion et des sentiments (Larousse) ; ses antonymes sont des termes comme « cruel, dur, froid26 ». Or, ces lieux sont jugés politiquement sensibles, car ils sont susceptibles de créer des émeutes à partir d’un simple contrôle de police. La réécriture sémantique du terme « sensible » est présentée dans le tableau suivant.

Tableau 2. Dérivation métonymique du terme « sensible »

Tableau 2. Dérivation métonymique du terme « sensible »

40Si nous analysons l’approche métonymique du terme « sensible » appliqué à celui de « banlieue », nous notons que cet adjectif s’applique à une représentation de l’objet du monde « banlieue », mais dont la réalité sémantique réfère aux habitants de ce lieu, et plus spécifiquement à certains groupes non nommés et à l’origine de réactions violentes si le territoire qu’ils habitent est investi par des personnes ou des groupes non acceptés ou encore par des groupes de citoyens n’acceptant pas ces événements. La métonymie a donc permis la minoration de faits non acceptés par la majorité des groupes sociaux français. Ce qui signifie indirectement qu’évoquer les objets du monde dans leur réalité pourrait être ainsi source de réactions violentes de la part de différents groupes, d’où l’application de nouveaux termes où la réalité est évoquée, mais avec un double langage, soit de l’ordre de la « négation de la réalité objective » (Orwell, 1949 : 226).

41La meilleure manière d’imposer des valeurs différentes à des objets censés ne pas en changer, sauf dans le cas de découvertes scientifiques révolutionnaires, c’est de conjuguer cet acte avec des émotions fortes comme la peur ou la menace, en relation indirecte avec la survie et le risque qui lui sont corrélés — par exemple, dans le cas d’une infraction au changement — ou, encore, poser, dans le cadre d’un discours implicite et caché, des formes d’identification à des valeurs autres que celles qui étaient alors en cours dans la société concernée et, ceci, afin de minorer ou d’accentuer la valeur émotionnelle perçue par le sujet social.

42Nous trouvons également des formules qui changent la donne quant à la responsabilité des membres du gouvernement. Roussel précise à ce sujet :

On se souvient de l’expression popularisée par Georgina Dufoix — ancienne ministre de la Santé qui était mise en cause — et largement propagée par les médias, selon laquelle elle était « responsable mais pas coupable », c’est-à-dire responsable politiquement mais non juridiquement ou pénalement (2008 : 955).

Conclusion

43Comme nous l’avons noté, l’objet du monde mobilise différents modes d’appréhension : le percept, l’interprétation, la représentation et la conceptualisation. Ces procédures cognitives complexes intègrent les différents niveaux de réalité dudit objet. Par ailleurs, l’objet convoqué ne sera jamais perçu de manière totalement identique par deux individus ; en effet, leur histoire personnelle marquée par des expériences au contenu émotionnel plus ou moins prégnant pourra avoir une influence sur ladite perception. Si les valeurs données à un objet peuvent différer d’un groupe social à un autre, elles peuvent également subir des transformations amorcées par des groupes ayant un pouvoir important au sein de la société. Il en est ainsi de termes ayant des valeurs bien définies et intégrées par le groupe social. Comme le démontrait Orwell, par la modification et l’élaguation des mots existants, le groupe social est obligé de s’adapter à la pensée dite « politiquement correcte » s’il ne veut pas être sanctionné.

44Dans certains systèmes politiques, il existe des centres de rééducation de la pensée. Or, comme nous l’avons vu, la pensée est un système qui se construit à la fois de manière individuelle et de manière groupale dans le cadre d’un consensus sur les différentes valeurs données aux mots de la langue et à leurs combinaisons diverses. Afin de néantiser ou de minorer des faits ou des phénomènes sociaux dérangeants, il sera transmis une information de l’ordre du déni même si après analyse il s’avère que ladite information relève du domaine de l’absurde (nuage de Tchernobyl) ou encore il sera donné à certains mots, par l’intermédiaire de la métonymie, des valeurs différentes de celles qui leur étaient affectées.

45Finalement, quand l’information relaie les groupes ayant autorité sur d’autres et montrant une volonté affichée de ne pas transmettre le fait dans sa réalité observée ou quand la métonymie modifie la valeur des mots par l’intermédiaire de l’assimilation d’une valeur à une autre dans le cadre de groupes en place possédant un pouvoir sur d’autres, ne faudrait-il pas s’interroger sur le devenir d’une société passant d’une réalité vécue, expériencée, acceptée, traduite par des représentations imagées et des concepts, à une réalité idéelle promouvant des valeurs biaisées avec des buts cachés ?

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BAUER, Alain et Christophe SOULLEZ (2012), La criminalité en France. Rapport 2012 de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, Paris, Rapport 2012, INHESJ/ONDRP.

BONNET, Claude (1998), « Les trois étapes de la perception » dans Jean-François DORTIER (dir.), Le cerveau et la pensée. La révolution des sciences cognitives, Paris, Éditions Sciences humaines, p. 231-236.

CORNU, Daniel (2013), Tous connectés ! Internet et les nouvelles frontières de l’info, Genève, Labor et Fides.

CORRAZE, Jacques (1980), Les communications non-verbales, Paris, Presses universitaires de France.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CRAPEZ, Marc (1998), « De quand date le clivage gauche/droite en France ? », Revue française de science politique, 1 : 42-75. [En ligne]. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_00352950_1998_num_48_1_395251. Page consultée le 23 octobre 2013.
DOI : 10.3406/rfsp.1998.395251

DENIS, Michel (1989), Image et cognition, Paris, Presses universitaires de France.

DESCARTES, René (1637), Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences, plus la dioptrique, les météores et la géométrie qui sont des essais de cette méthode, Paris, A. Leyde. [En ligne]. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30328384x. Page consultée le 3 mars 2015.

DICTIONNAIRE DE L’ACADÉMIE FRANÇAISE (1835), Édition du groupe Ebooks libres et gratuits, VIe édition.

DESSALLES, Jean-Louis (2000), Aux origines du langage : une histoire naturelle de la parole, Paris, Hermès Science Publications.

DORTIER, Jean-François (1998), « Du calamar à Einstein… L’évolution de l’intelligence » dans Jean-François DORTIER (dir.), Le cerveau et la pensée. La révolution des sciences cognitives, Paris, Éditions Sciences humaines, p. 303-309.

ECO, Umberto (1997), Kant et l’ornithorynque, Paris, Grasset.

GEAR, Maria Carmen et Ernesto Cesar LIENDO (1975), Sémiologie psychanalytique, Paris, Minuit.

HAGÈGE, Claude (1985), L’homme de paroles, Paris, Fayard.

LEIBNIZ, Gottfried W. (1990), Nouveaux essais sur l’entendement humain, Paris, GF Flammarion.

MACHIAVEL, Nicolas (1515/1962), Le prince et autres textes, Paris, Union générale d’Éditions, Coll. « 10-18 ».

ORWELL, George (1949), 1984, Paris, Gallimard.

NICOLAÏ, Robert (2013), « Origine du langage et origine des langues : réflexions sur la permanence et le renouvellement d’un questionnement des Lumières » dans Béatrice FRACCHIOLLA (dir.), Les origines du langage et des langues, Paris, L’Harmattan, p. 81-151.

PECHOIN, Daniel (2009), Le dictionnaire des analogies, Paris, Larousse.

REY, Alain (2000), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert.

ROUSSEL, Violaine (2008), « Scandales et redéfinitions de la responsabilité politique. La dynamique des affaires de santé et de sécurité publiques », Revue française de science politique, 58 : 953-983. [En ligne]. http://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2008-6-page-953.htm. Page consultée le 3 mars 2015.

SEARLE, John Rogers (1998), « La conscience et le vivant » dans Jean-François DORTIER (dir.), Le cerveau et la pensée. La révolution des sciences cognitives, Paris, Éditions Sciences humaines, p. 181-186.

TOURNIER, Michel (1967), Vendredi ou Les limbes du Pacifique, Paris, Gallimard.

VYGOTSKY, Lev Semenovich (1962), Thought and Language, Cambridge (MA), MIT Press and Wiley.

Haut de page

Notes

1 http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/novlangue/55145. Page consultée le 16 août 2013.

2 Je pense, donc je suis.

3 Ce terme considéré ici dans son sens généraliste recouvre les objets tant matériels qu’immatériels, c’est-à-dire le tangible et l’intangible.

4 http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/dico/d/univers-soleil-3727/. Page consultée le 10 septembre 2013.

5 http://lpce.cnrs-orleans.fr/~theureau/PANORAMA/Etoiles.pdf. Page consultée le 10 septembre 2013.

6 http://www.cnrtl.fr/definition/soleil. Page consultée le 10 septembre 2013.

7 Ensemble des opinions communes aux membres d’une société et qui sont relatives à un comportement social. Chez Edmund Husserl, ensemble des croyances et des idées non objectives. http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/doxa/26675. Page consultée le 30 mai 2014.

8 http://www.cnrtl.fr/definition/soleil. Page consultée le 10 septembre 2013.

9 La définition peut être consultée sur le site Trésor de la langue française informatisé (TLFi) : http://atilf.atilf.fr/. Page consultée le 10 septembre 2013.

10 Le mot est un signe (image phonique ayant validité de signifiant) qui renvoie à un concept (ayant valeur de signifié) (voir :  http://atilf.atilf.fr/). Page consultée le 10 septembre 2013.

11 La définition peut être consultée sur le site Trésor de la langue française informatisé (TLFi) : http://atilf.atilf.fr/. Page consultée le 23 octobre 2013.

12 « POLITIQUE. Côté gauche de l’hémicycle d’une assemblée parlementaire. […] P. méton. L’ensemble des parlementaires qui y siègent ; les idées, les partis (traditionnellement progressistes) qu’ils représentent, l’opinion publique qui les soutient. » La définition peut être consultée sur le site Trésor de la langue française informatisé (TLFi) : http://atilf.atilf.fr/. Page consultée le 23 octobre 2013.

13 « POLITIQUE. Côté droit de l’hémicycle d’une assemblée parlementaire P. méton. L’ensemble des parlementaires qui y siègent ; les idées, les partis (traditionnellement conservateurs ou réactionnaires) qu’ils représentent, l’opinion publique qui les soutient. » La définition peut être consultée sur le site Trésor de la langue française informatisé (TLFi) : http://atilf.atilf.fr/. Page consultée le 23 octobre 2013.

14 Sa ligne éditoriale est de centre gauche, selon le spectre politique français. http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Monde. Page consultée le 23 octobre 2013.

15 L’organe officiel du Parti a longtemps été le journal L’Humanité, qui en est désormais structurellement indépendant tout en restant très proche. https://fr.wikipedia.org/wiki/L'Humanit%C3%A9. Page consultée le 23 octobre 2013.

16 Sa ligne éditoriale est de droite et de centre droit conservatrice, selon le spectre politique français habituellement utilisé, et réunit une majorité de lecteurs de droite. http://fr.wikipedia.org/wiki/Journal_Le_Figaro. Page consultée le 23 octobre 2013.

17 Sa ligne éditoriale est de droite sur l’échiquier politique, avec une vision du monde généralement conservatrice et un certain libéralisme politique. http://fr.wikipedia.org/wiki/Valeurs_actuelles. Page consultée le 23 octobre 2013.

18 Dans le cadre des dons du sang, le 20 juin 1983, une circulaire de la Direction générale de la santé visant à assainir les collectes de sang en écartant les donneurs « à risque » a été diffusée. Cependant, « la poursuite de la distribution de lots contaminés pendant le premier semestre 1985 » ainsi que « le retard dans la mise en œuvre d’un dépistage obligatoire sur fond de rivalité industrielle » ont mis en danger un certain nombre de citoyens français. http://www.jurisques.com/jfcsida.htm#PROCES. Page consultée le 24 octobre 2013.

19 http://www.monde-diplomatique.fr/2007/10/BOVET/15205. Page consultée le 24 octobre 2013.

20 http://www.monde-diplomatique.fr/2000/12/RAMONET/14531. Page consultée le 24 octobre 2013.

21 http://www.cnrtl.fr/definition/nuage. Page consultée le 31 mai 2014.

22 http://www.inhesj.fr/sites/default/files/book/464-128e47/files/assets/common/downloads/publication.pdf. Page consultée le 23 octobre 2013.

23 http://www.cnrtl.fr/definition/incivilité. Page consultée le 23 octobre 2013.

24 http://picardie.france3.fr/2013/07/16/somme-les-gendarmes-assurent-la-traque-aux-incivilites-288547.html. Page consultée le 23 octobre 2013.

25 http://www.cnrtl.fr/definition/incivilité. Page consultée le 14 septembre 2013.

26 http://www.cnrtl.fr/antonymie/sensible. Page consultée le 13 septembre 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Un réseau de significations
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5720/img-1.png
Fichier image/png, 77k
Titre Tableau 1. Dérivation métonymique du terme « incivilité »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5720/img-2.png
Fichier image/png, 31k
Titre Tableau 2. Dérivation métonymique du terme « sensible »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5720/img-3.png
Fichier image/png, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcienne Martin, « Étude sur la phénoménologie de la réalité et de sa représentation idéelle dans la société civile », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 04 février 2016, consulté le 26 août 2016. URL : http://communication.revues.org/5720 ; DOI : 10.4000/communication.5720

Haut de page

Auteur

Marcienne Martin

Marcienne Martin est chercheuse associée à l’Observatoire réunionnais des arts, des civilisations et des littératures dans leur environnement (ORACLE), de l’Université de La Réunion. Courriel : marcienne.martin@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org