Navigation – Plan du site
Recherches

Charles Swann en film, en BD et en manga

Polyphonie et domination inversée
Delphine Saurier

Résumés

La notoriété d’une personne invite la société, ses acteurs et ses institutions à continuellement revisiter sa vie, pour trouver de nouvelles façons de la célébrer. Ce faisant, la figure d’un écrivain comme Marcel Proust connaît des transformations créatrices dans l’espace public, ce qui n’est pas sans incidence sur les représentations de son œuvre. Dans cette perspective, l’auteure propose de porter un regard sur la rencontre entre trois secteurs des industries culturelles et À la recherche du temps perdu. Plus précisément, qu’est-ce que ces secteurs font d’un des personnages centraux de l’œuvre proustienne, Charles Swann ? C’est en arpentant les domaines de la bande dessinée, de la production cinématographique et du manga que l’auteure envisage cette question.

Haut de page

Texte intégral

1La notoriété d’une personne invite la société, ses acteurs et ses institutions à continuellement revisiter sa vie et son œuvre, pour trouver de nouvelles façons de la célébrer. C’est ainsi que 2013 aura été l’année du centenaire de la parution du premier tome d’À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, Du côté de chez Swann. Articles, numéros spéciaux de magazines, émissions, rediffusions se multiplient… Cet été 2013, c’est aussi France Inter, par la voix de Laura El Makki, qui propose tous les soirs à ses auditeurs de passer Un été avec Proust. Si la sphère médiatique est prolixe, l’univers de l’enseignement, celui de la recherche, mais aussi celui des industries culturelles ne sont pas en reste. La figure de l’écrivain et les matérialités (Escande-Gauquié et Souchier, 2011) de son œuvre dans l’espace public ne cessent alors d’alimenter et de transformer Proust, devenu un être culturel (Jeanneret, 2008).

2Dans cette perspective, nous proposons de porter notre regard et notre analyse sur la rencontre entre trois secteurs des industries culturelles et À la recherche du temps perdu, en tant qu’œuvre littéraire consacrée, relevant de la littérarité (Jakobson, 1973 ; Riffaterre, 1979). Plus précisément encore, qu’est-ce que ces secteurs spécifiques font de l’un des personnages centraux de l’œuvre proustienne, Charles Swann ? C’est en arpentant les domaines de la bande dessinée avec les adaptations d’Un amour de Swann par Stéphane Heuet chez Delcourt (2006, 2008), de la production cinématographique avec Un amour de Swann de Volker Schlöndorff (sortie en salle en 1984) et du manga avec À la recherche du temps perdu aux Éditions Soleil Manga (2011), que nous envisageons cette question.

3Si Charles Swann est un personnage d’À la recherche du temps perdu que le lecteur retrouve dans différentes parties de l’œuvre, nous proposons d’observer, dans le présent article, les mutations intermédiatiques que cette figure littéraire connaît exclusivement dans les trois adaptations d’Un amour de Swann qui ont cours dans les industries culturelles. L’intérêt de ces productions est qu’elles sont issues de trois secteurs différents des industries culturelles et que leur contexte de production respectif apparaît particulièrement légitime.

4Volker Schlöndorff est un représentant du nouveau cinéma allemand, connu et reconnu depuis son adaptation du roman de Günter Grass Le tambour en 1979, qui lui a valu la Palme d’or au Festival de Cannes et l’Oscar du meilleur film langue étrangère. Delcourt est en 2012 le plus important producteur d’albums avec 906 titres, soit plus de 16 % de la production annuelle et, en matière de chiffre d’affaire, il s’agit du deuxième groupe éditorial1. Ainsi, l’adaptation d’À la recherche du temps perdu en bande dessinée s’adosse à l’un des chefs de file du marché de la bande dessinée et bénéficie d’une large diffusion. En 15 ans, Stéphane Heuet aura adapté 6 albums, vendu des centaines de milliers d’exemplaires et vu ses albums traduits en 24 langues. Enfin, le studio Variety Artworks s’est lancé depuis quelques années dans l’adaptation de classiques de la littérature, tels que Tolstoï, Stendhal, Hugo, Marx, Machiavel… et Proust. Ce collectif de mangakas japonais anonymes a octroyé la licence pour la publication de ces adaptations en français à la collection « Soleil Manga » de l’éditeur Soleil Production, éditeur français phare dans le secteur de la bande dessinée japonaise et qui, depuis 2011, est aux mains de l’éditeur Guy Delcourt.

5Ces productions sont considérées dans le présent article à partir de leurs matérialités, mais aussi comme des médias caractéristiques et constitutifs du champ (Bourdieu, 1992) et des sous-champs des industries culturelles et comme des médiations (Hennion, 1993/2007) qui, par leurs imbrications et les effets qu’elles provoquent, travaillent la matière que constitue l’œuvre littéraire majeure de Proust, À la recherche du temps perdu. Comme les lieux patrimoniaux, les experts et encore Proust lui-même, elles constituent l’un des maillons dans une chaîne sans extrémité de médiations contribuant à une perpétuelle évolution de la figure de l’auteur et de son œuvre : la galaxie Proust.

6Ce faisant, nous évitons de nous inscrire dans deux axes de réflexion. D’abord, la question de l’adaptation dans ses développements anciens, qui considère « le rapport intermédiatique [comme] réduit à un rapport <binaire> » entre une œuvre source et une œuvre cible » (Baetens, 2009 : 2), c’est-à-dire l’œuvre littéraire adaptée par un autre média. Le texte source est dans ce schéma un modèle, et les théories de l’adaptation ont alors pour tâche de mesurer le degré de fidélité de l’œuvre cible à l’œuvre littéraire. Cette démarche a été adoptée par Sjef Houppermans (2008) concernant l’adaptation d’À la recherche du temps perdu en bande dessinée par Heuet. Ensuite, nous n’alimenterons pas les nombreuses réflexions qui portent sur les avantages et les méfaits des adaptations d’œuvres littéraires sur le média cible. Ces réflexions, Anne-Marie Chartier (2009) en a fait état concernant l’adaptation d’À la recherche du temps perdu en bande dessinée, soulignant l’opposition de deux sphères de réception : le quitus des proustiens et le rejet des bédéistes concernant cette adaptation. Partant de ce résultat a priori inattendu, nous souhaitons plutôt comprendre comment les nouvelles matérialités de Swann produites par les processus de transmédialité du monde (Becker, 1988) de la littérature vers ceux du cinéma, de la bande dessinée et du manga contribuent à interroger et à façonner la place des acteurs et consécutivement la structuration de leur champ d’appartenance et le rapport de force entre les champs. Fondamentalement, comment ces matérialités de Swann interrogent-elles la légitimité et l’hégémonie culturelles, ainsi que ce qui fait littérature ?

7Après un rapide retour sur le personnage de Swann tel qu’il est traité dans l’œuvre proustienne, nous envisagerons d’abord les transformations narratives, puis les transformations sémiotiques que l’on retrouve dans les nouvelles productions. Chemin faisant, nous chercherons à définir les logiques sociales sur lesquelles ces médiamorphoses reposent, mais également les évolutions culturelles et sociales qu’elles supposent.

Ce que Charles Swann doit à La recherche

8Fils d’un riche agent de change d’origine juive, Charles Swann est un homme fortuné, cultivé, discret et élégant, ce qui lui vaut la possibilité de fréquenter des salons et des familles de l’aristocratie parisienne. Sans activité professionnelle, il consacre une partie de son temps à la rédaction d’une biographie du peintre Veer Mer de Delft, qu’il n’achève pas, étant sans cesse éloigné d’elle par des préoccupations et occupations annexes.

9Un amour de Swann, partie de l’œuvre qui nous intéresse, est un chapitre d’À la recherche du temps perdu consacré au récit de la rencontre de Swann avec Odette de Crécy, femme du demi-monde. Le lecteur découvre une description minutieuse du milieu des salons bourgeois à travers celui de Mme Verdurin, scène principale abritant l’idylle des deux personnages. Dans ce cadre, Proust fait naître, évoluer et mourir la passion de Swann pour Odette, passion catalysée par l’art et dévorée par la jalousie.

10Si le niveau diégétique offre une première esquisse de Swann, le personnage prend corps également par le style (Badiou-Monferran et al., 2005) de Proust. L’auteur étire le récit sur plusieurs années, alternant des épisodes dramatiques, au sens du drame théâtral et, par extension, de ce qui offre une peinture vive et animée de l’action et des événements, avec des passages contemplatifs faits de rêveries, d’interrogations, de descriptions sociologiques et psychologiques. Le personnage double alors ses actions et son statut social d’une épaisseur introspective et onirique. Pour autant, cet ancrage que Proust parvient à donner à son personnage n’est pas concrétisé par une enveloppe physique explicitée par l’auteur : Swann est roux, il a les yeux verts et porte la moustache. Peu prolixe en informations, l’auteur laisse à l’imagination du lecteur la possibilité de faire se mouvoir, dans son esprit, le Swann le plus approprié à son histoire et à sa mémoire personnelles. Point crucial dans l’art d’écrire de Proust, qui cherche la réappropriation individuelle par le lecteur (Saurier, 2013).

11La vie triviale (Jeanneret, 2008) de Charles Swann ajoute encore des dimensions au personnage. Charles Swann est l’un des personnages d’À la recherche du temps perdu les plus connus et les plus appréciés des lecteurs. Peut-être parce qu’Un amour de Swann a longtemps été considéré par les spécialistes, les pédagogues et les distributeurs de la chaîne du livre comme la meilleure des entrées dans l’œuvre proustienne. Peut-être en raison du caractère à la fois sympathique, cultivé et drôle, voire caustique de celui qui pourrait être considéré comme un antihéros. Car Swann est un esthète sans œuvre d’art achevée, doublé d’un amoureux déçu. Jean-Yves Tadié estime dans l’émission du 10 juillet 2013 d’Un été avec Proust de Laura El Makki, sur France Inter, que

Proust dresse en Swann la figure même qu’il craignait d’être. Celui qui est l’auteur qui n’arrive pas à écrire. Celui qui n’arrive pas à finir son œuvre. De même pour l’amour. Le grand amour de Swann […]. Justement Proust met en lui toutes ses propres souffrances. [On découvre dans la correspondance de Proust que] la jalousie de Swann pour Odette est exactement la jalousie de Proust à l’égard de Reynaldo Hahn.

12Peut-être certains lecteurs trouvent-ils là une raison supplémentaire d’affectionner particulièrement le personnage de Swann.

Matérialités de Charles Swann : les nouveaux récits et leur contexte de production

13Quelles sont les médiamorphoses, du point de vue narratif, que connaît le personnage de Swann ? 

14La construction narrative typique du style de Proust se retrouve partiellement dans la bande dessinée. Celle-ci présente en effet un respect de la chronologie des faits.

Comme les « événements » de la Recherche sont des rencontres, des séparations, des situations ressenties comme énigmatiques, des scènes entraperçues restées inexpliquées, la BD peut les « mettre en scène » presque sans coupure, dans un découpage proche du roman (Chartier, 2009 : 56).

15En revanche, l’épaisseur faite de réflexions et de réflexivité est peu présente, voire absente, et l’adaptation ne rend pas compte de la double dimension typique de la narration de l’auteur.

16Malgré cette différence, la bande dessinée apparaît proche de l’œuvre littéraire du point de vue des faits, par rapport au manga et au film de Schlöndorff. Du côté du manga, Un amour de Swann est réduit à une allusion à la page 31. Cette page renvoie le lecteur exclusivement au rejet de la société aristocratique subi par Charles Swann en raison de sa liaison avec Odette, puis de son mariage avec elle. La complexité des intrigues et leurs intrications avec les développements psychologiques sont réduites à un fait social unique.

17Du côté du film, Schlöndorff (2009) précise qu’Un amour de Swann évoque pour lui avant tout la jalousie. Il choisit alors de construire son film autour de ce sentiment : 

Proust, ce n’est pas les épisodes qui comptent. C’est les moments. Il y a des moments privilégiés. […] C’est pas un moment qui est important à l’intérieur d’un conflit dramatique qu’on raconte, mais c’est simplement un moment intéressant en soi. Et tout le film est comme ça. Le parti pris était de raconter cet épisode d’Un amour de Swann en un seul jour.

18La narration proustienne est alors déconstruite et l’on voit surgir un nouveau récit : non plus celui de l’amour de Swann dans toute sa complexité, mais celui de sa jalousie. Des gestes et des paroles des personnages qui dans l’œuvre littéraire sont séparés par des dizaines de pages et des mois entiers dans la narration, sont agrégés dans une même scène du film. L’œuvre littéraire ne se retrouve alors plus dans la temporalité de l’histoire, comme pour la bande dessinée, mais dans l’évocation du cheminement psychologique de la jalousie qui se retrouve dans la tension filmique. Enfin, le film impose une autre rupture avec Un amour de Swann : alors qu’il condense en un seul jour ce chapitre de l’œuvre proustienne dont l’histoire s’étire sur plusieurs années, le film se termine par une évocation du Temps retrouvé. Finalement, sur les dix dernières minutes du film, le réalisateur consigne dans son long métrage l’ensemble d’À la recherche du temps perdu.

19Les nouveaux récits dans lesquels est pris Charles Swann sont directement dépendants de la place des trois productions médiatiques dans leur champ respectif d’appartenance. La bande dessinée présente un fort caractère pédagogique, qui incite l’éditeur à mettre en avant Proust comme auteur, tandis que Heuet est « illustrateur-adaptateur ». Ce dernier est donc un vecteur et non un artiste, contrairement à d’autres adaptations d’œuvres classiques de la littérature qui n’opèrent pas ce choix d’effacement. Cette bande dessinée se place, sous une forme ludique, dans la lignée des manuels pédagogiques, comme la collection « Profil d’une œuvre » aux Éditions Hatier, permettant de connaître en quelques pages l’intrigue d’une œuvre romanesque : Charles Swann se réduit alors à des actes et à des faits.

20Le manga va plus loin encore que la bande dessinée, puisqu’il ne comporte aucune mention du mangaka. Il s’agit d’un « manga éducatif » (Bouvard, 2011) : pas de tentative de respecter l’intégrité de l’œuvre littéraire, mais une volonté de susciter l’envie de lecture. On le constate particulièrement en se reportant aux Avertissements aux lecteurs, à la page 4 du manga : « Par la lecture de ce manga, nous avons la volonté de provoquer l’envie de lire cette fabuleuse œuvre dans le texte. » Absence des événements de l’histoire comme des dimensions sociologiques et psychologiques : le Swann d’Un amour de Swann se résume donc dans le manga à la stigmatisation sociale dont il est la victime.

21Enfin, le film de Schlöndorff est une œuvre cinématographique dans le sens où il propose la vision qu’a le réalisateur de Swann (il est d’ailleurs précisé sur l’affiche du film : « D’après l’œuvre de Marcel Proust, éditions Gallimard »), ce que sa propre individualité a retenu du personnage, à savoir les affres de la jalousie, au mépris de la temporalité du roman.

22L’analyse des médiamorphoses montre donc une transformation de la densité et de la nature du personnage de Swann produite par le travail de la narration dans l’œuvre proustienne : les nouveaux récits s’éloignent d’À la recherche du temps perdu, en raison notamment des nouveaux dispositifs qui les accueillent ainsi que des enjeux et des façons de faire propres à leurs champs de production. À la recherche du temps perdu se retrouve d’autant moins dans ces nouveaux récits que ceux-ci reposent sur d’autres codes (notamment l’image) qui leur sont propres.

Charles Swann en « image à voir » ou l’appropriation sectorielle d’À la recherche du temps perdu

23Grands et minces, fidèles à l’époque en ce qui a trait à l’élégance vestimentaire et à la mode capillaire, ainsi se (re-)présentent les Swann en images que l’on peut trouver dans la bande dessinée, le manga et le film. Des représentations visuelles qui, en donnant corps à Swann, ont toutes trois pour caractéristique de rompre avec la perspective de l’écrivain qui laisse au lecteur le soin de remplir avec précision les contours des personnages qu’il propose. Des représentations visuelles qui, en donnant corps physique à Swann, font basculer le personnage dans une production d’une autre nature que l’œuvre littéraire, l’inscrivant dans d’autres codes, valeurs et enjeux : initialement « image à lire », il devient « image à voir » (Cléder et Montier, 2003).

24Dans l’adaptation de Heuet, deux codes coexistent : l’écrit et l’image. Le texte est celui — tronqué — de Proust, le dessin, celui de la tradition de la bande dessinée franco-belge.

Les bulles sont nourries des dialogues du livre et la célèbre « voix off » du narrateur court dans les cartouches, imprimée sur fond jaune, comme un récitatif allant du piano au fortissimo, selon qu’elle se retire ou envahit l’espace. Ces citations enchaînées font que le texte à lire, pour une BD, est incroyablement long. Mais très bref par rapport au commentaire qui déploie dans le roman l’éventail des espoirs, soupçons, angoisses, ramifications songeuses que ces événements ont fait naître (Chartier, 2009 : 56).

25Le texte de Proust est alors épuré de son style, comme décrit précédemment, et Heuet ne retient que la logique des actions. Qu’en est-il du dessin ? Y retrouve-t-on le style de l’écrivain ? La « ligne claire » de la bande dessinée contribue plutôt à ancrer les personnages dans l’action, appuyant encore les morceaux choisis du texte d’À la recherche du temps perdu, s’éloignant d’autant plus du style proustien et manquant la complexité des sentiments et des émotions du personnage. Et ce, malgré certaines planches qui tentent de retranscrire les visions intérieures et les pensées du narrateur, comme les planches des pages 18 et 19 du tome 1 qui évoquent le souvenir de la première rencontre du narrateur avec la Sonate de Vinteuil.

26Dans le manga, le texte de Proust est quasiment réduit à néant et se trouve de façon éparse dans des cartouches très courtes. Swann est présent par touches tout au long de l’adaptation qui parcourt l’ensemble d’À la recherche du temps perdu : en noir et blanc, à l’allure décontractée et décoiffé, il apparaît jovial et souvent hilare. Ainsi, du texte et du style de Proust et du personnage de Swann ne reste-t-il que peu de chose. Seules des traces de l’histoire persistent, sous la forme d’un récit tronqué et retravaillé. Contrairement à la bande dessinée, le manga ne cherche pas à transiger avec l’œuvre littéraire. Ce faisant, il évite de présenter un mixte périlleux, qui fait courir le risque de contrarier à la fois l’œuvre littéraire et l’œuvre dessinée (Chartier, 2009). Contrairement à la bande dessinée, l’industrie du manga ne se pose pas la question de la fidélité dans le processus d’adaptation : quand la bande dessinée flirte avec À la recherche, le manga l’absorbe.

27Schlöndorff, quant à lui, focalise son film sur le caractère des personnages, plus que sur l’action, et particulièrement sur la jalousie ressentie par Swann. Le travail du scénario, les morceaux choisis de l’œuvre et leurs réarticulations, les plans, les séquençages… tout concourt à créer un espace intimiste où s’exprime la complexité du sentiment. Schlöndorff (2009) évoque l’exemple précis du travail sur la lumière pour exprimer sa propre création : « Pas de filtre, pas de lumière tamisée qu’on a tendance à confondre avec Proust. Proust est un analyste, il est en train de véritablement disséquer ses personnages, donc il faut un regard très direct, très droit. » En s’éloignant du récit proustien et de la question de la fidélité à l’œuvre, le réalisateur se rapproche du caractère introspectif de l’œuvre littéraire.

28La littérature, la bande dessinée, le manga, le film : quatre formes culturelles, quatre représentations de Charles Swann uni- et pluri-codales. Un seul dénominateur commun les rassemble : Swann est un dandy fortuné qui connaît une mise au ban de la société aristocratique en raison de son amour pour Odette de Crécy, puis de son mariage avec cette femme du demi-monde.

29Si « donner l’envie de lire l’œuvre de Marcel Proust » est un objectif commun à la bande dessinée et au manga, il résulte de deux logiques absolument dissemblables. La présente bande dessinée Un amour de Swann illustrée par Heuet fait partie des adaptations littéraires qui cherchent à respecter le texte, par sa reprise intégrale ou partielle dans des cartouches et des bulles et par le choix d’un dessin sobre, non caractérisé par une quelconque dimension artistique de l’illustrateur (Baetens, 2009). Ce faisant, la série de Heuet trouve sa légitimité en s’inscrivant dans la vague actuelle des adaptations littéraires dans laquelle se sont lancées plusieurs maisons d’édition, se présentant alors comme un outil pédagogique à l’usage des enseignants. Un tome de la collection y est d’ailleurs consacré et s’intitule « Pistes et parcours pédagogiques. Pour les classes de Seconde et de Première ». L’affaire apparaît alors sérieuse. Swann, qui sera toujours celui de Heuet et non celui de Proust ni celui du lecteur, se présente pourtant comme une représentation archétypale du personnage d’À la recherche du temps perdu.

30L’adaptation par Soleil Manga, elle, souhaite initier à la lecture d’À la recherche du temps perdu, tout en s’inscrivant dans les logiques du modèle économique du manga. Celui-ci est caractérisé par une

ultra-segmentation de la production (qui) s’est trouvée alliée à une productivité colossale : comme la majorité des mangas sont en noir et blanc et utilisent un vocabulaire graphique stylisé, un mangaka peut produire beaucoup plus de planches par mois que ses collègues européens et américains. Depuis un demi-siècle, le modèle économique dominant est celui de revues épaisses de format A5 proposant une ou plusieurs histoires à suivre. Imprimées en noir et blanc sur mauvais papier et vendues à bas prix — on en trouve même en distributeurs automatiques — ces publications sont conçues pour être lues rapidement et jetées (Gabilliet, 2009 : 38)

31Contrairement au segment de la bande dessinée européenne, dans lequel se place Heuet, qui cherche sa légitimité par une fréquentation assidue du champ de la littérature, le manga absorbe selon ses normes et ses enjeux À la recherche du temps perdu pour en faire un produit de masse décomplexé. En cela, ce manga répond bien au principe sur lequel repose la bande dessinée japonaise qui « ne connaît pas d’élitisme culturel fondé sur la prééminence de l’écrit par rapport à l’image » (Gabilliet, 2009 : 39). En « images dérisoires » — selon la traduction littérale de manga —, Swann devient alors une caricature divertissante, produit d’une industrie culturelle qui s’assume (Bouissou, 2008).

32Enfin, Schlöndorff ne s’inscrit pas dans une forme de prosélytisme, mais propose et revendique sa lecture individuelle de Charles Swann, dans une nouvelle forme esthétique. De fait, son Swann est caractéristique de la période des adaptations littéraires au cinéma post-André Bazin : cet important critique cinématographique du XXe siècle réclame l’intervention d’un cinéaste qui serait « génie créateur », ouvrant alors la voie à l’émergence d’œuvres cinématographiques qui ne cherchent plus la traduction, la translation ou la transposition (Cléder, 2006). Un amour de Swann de Volker Schlöndorff est une œuvre cinématographique, marquée par son autonomie à l’égard de l’œuvre littéraire, cherchant par là même à trouver sa légitimité dans son champ de production.

Polyphonie de la réception et systèmes de légitimation

33De l’histoire aux récits, de l’écrit aux supports pluricodes, du style aux manières : plus que des adaptations ou des transpositions, les matérialités étudiées peuvent être comprises comme des transformations créatrices, résultant du passage de Charles Swann de la littérarité vers des secteurs des industries culturelles. Elles entraînent une autre polyphonie. Non plus celle des exégètes pour amateurs éclairés, mais une polyphonie en provenance de mondes mêlant réalisateurs, dessinateurs, professionnels et logiques de secteurs marchands qui visent des publics qui leur sont propres, et non plus des lecteurs. Si nous avons vu que ces transformations créatrices peuvent être considérées comme révélatrices des systèmes d’où elles émergent, les discours qu’elles suscitent remettent en question et bousculent les champs sociaux, leur système de valeurs, leurs acteurs, leurs institutions…

34Comment ces matérialités de Swann, qui ne sont donc pas des copies, des imitations ou des reflets du personnage premier, viennent-elles reconfigurer les valeurs et l’hégémonie culturelles ? En suscitant l’émergence de nouvelles voix qui s’expriment à leur propos. Quelle place prennent ces voix dans le paysage déjà formé par les expressions sur Proust et son œuvre, savantes et de l’ordre de la vulgarisation scientifique ? Forment-elles, toutes ensemble, un nouveau chœur ? Ou cette polyphonie crée-t-elle de la cacophonie ? 

35Contre toute attente, les discours des acteurs et des spécialistes de la littérature et des industries culturelles concernées tendent à évoquer une transposition/adaptation qui implique une perte de la valeur, non pas pour le monument littéraire, mais pour la bande dessinée, le manga et le film. Il reste de l’expérience cinématographique de Schlöndorff l’idée que toute tentative d’adaptation de l’œuvre proustienne est vaine (Miguet, 1985) ; nous n’avons pas pu obtenir de chiffres concernant les ventes du manga, mais un détour par les librairies généralistes et spécialisées montre une absence globale du document sur les étagères, ce qui laisse pense que le manga d’À la recherche du temps perdu ne trouve pas son public ; les bédéistes considèrent l’adaptation de Heuet comme une caricature, éloignée des œuvres du neuvième art. En revanche, un spécialiste de Proust comme Tadié voit dans la bande dessinée une forme d’adaptation réussie, qui permet d’attirer un nouveau public et de renouveler le lectorat proustien. Dans la même veine, Jean Cléder, spécialiste de l’adaptation cinématographique des textes littéraires, considère que les adaptations cinématographiques qui laissent la part belle au cinéaste « […] s’efforcent de sauver la littérature d’elle-même en atomisant le discours répressif tenu par les institutions culturelles et le système éducatif […] » (2006 ; page consultée le 16 novembre 2015).

36Dans une sphère de la littérarité où la défaite de la culture (Finkielkraut, 1987) est devenue un sentiment globalement partagé, l’incursion des acteurs de la bande dessinée, du manga et du cinéma n’est pas nécessairement vécue comme un outrage, mais peut être comprise comme une nouvelle garantie de pérennité pour l’œuvre : les nouveaux Swann sont autant de médiations possibles vers le Swann originel. En revanche, ces matérialités, en prenant leur source dans la sphère de la littérature, replongent les acteurs et les spécialistes des industries culturelles dans les débats remettant en question leur propre légitimité culturelle. On le constate particulièrement dans l’extrait suivant d’un article du rédacteur en chef, Thierry Groensteen, de la Revue en ligne de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image :

Heuet pourrait dessiner n’importe quoi, il apparaîtrait de toutes façons pour ce qu’il est, un très médiocre dessinateur. Il se trouve qu’il a choisi d’adapter Proust. Et cette circonstance, au lieu de l’accabler, est apparemment ce qui le sauve. D’un texte génial, il fait une méchante bande dessinée (quelque chose comme Swann et Odette en visite chez Fripounet et Marisette), et tout le monde, ou presque, d’applaudir. Quelle bonne idée ! Quelle heureuse initiative !

C’est en cela qu’il y a, selon moi, une « affaire Heuet ». Ce n’est pas du tout à lui personnellement que j’en veux (je le tiens, on l’aura compris, avant tout pour un inconscient), c’est à ce milieu intellectuel et enseignant qui avoue son incapacité à prononcer un jugement éclairé dès lors qu’il s’agit de dessin, c’est à sa cécité devant un échec artistique patent, ou bien, s’il l’a vu, sa résolution à n’en tenir aucun compte.

« Proust en BD » n’est qu’un symptôme de ce que la culture graphique est chose très peu partagée, et une illustration du vice fondamental sur lequel a été si souvent fondé jusqu’ici l’utilisation de la bande dessinée à l’école, comme simple prétexte2.

37Selon l’auteur, théoricien reconnu de la bande dessinée, l’adaptation de Heuet connaît une félicité dans l’espace public au mépris de l’analyse esthétique et du système de légitimation propre à la bande dessinée et plus largement à la « culture graphique ». Aussi, et malgré la façon dont tout en elle — nous l’avons vu — signifie son appartenance à sa sphère de production, elle attise le regard critique des acteurs et des spécialistes de son champ, les engage à réfléchir et à affirmer leur système de valeurs et les critères de leur légitimité. Le film de Schlöndorff a fait naître un mouvement similaire (Miguet, 1985). En somme, penser ces nouveaux Swann comme des essais manqués de transposition/adaptation littéraire permet aux acteurs de désigner ce que doit être une création cinématographique, de manga et de bande dessinée, en tant qu’œuvre artistique novatrice et originale.

38Ainsi, comprendre ces matérialités de Swann comme des transformations créatrices nous aura permis de mieux appréhender les enjeux de l’adaptation littéraire qui ne se situent pas tant dans la création elle-même, mais dans les discours des acteurs. En effet, la réception à la polyphonie croissante qui accompagne les transformations créatrices de Charles Swann semble reconfigurer le rapport de force initial entre sphère de la littérarité et secteurs des industries culturelles : sont interrogées les dimensions de sacralité, d’une part, et de création, d’autre part, de la valeur artistique. Pour autant, existe-t-il véritablement un rapport de dépendance inversée — autant économique qu’idéologique — décrit par certains spécialistes qui développent l’image des industries culturelles venant sauver l’art, la littérature, la culture cultivée… par ses qualités de diffusion massive, d’accessibilité et de pédagogie, de divertissement ?

Haut de page

Bibliographie

ADORNO, Theodor W. (1964), « L’industrie culturelle », Communications, 3 : 12-18.

BAETENS, Jan (2009), « Littérature et bande dessinée. Enjeux et limites », Cahiers de narratologie, 16 : 2-9.

BADIOU-MONFERRAN, Claire et al. (2005), La langue, le style, le sens. Études offertes à Anne-Marie Garagnon, Paris, L’Improviste.

BECKER, Howard (1988), Les mondes de l’art, Paris, Flammarion.

BOLTANSKI, Luc (1975), « La constitution du champ de la bande dessinée », Actes de la recherche en sciences sociales, 1(1) : 37-59.

BOUISSOU, Jean-Marie (2008), « Pourquoi le manga est-il devenu un produit culturel global ? », Esprit, 346 : 42-55.

BOURDIEU, Pierre (1992), Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil.

BOUVARD, Julien (2011), « Réflexions sur le manga éducatif », Image & Narrative, 12(1) : 189-205.

CHARTIER, Anne-Marie (2009), « Proust en bande dessinée », Hermès, 54 : 53-58.

CLÉDER, Jean, « Ce que le cinéma fait de la littérature », Fabula LHT. Ce que le cinéma fait à la littérature (et réciproquement), 2. [En ligne]. http://www.fabula.org/1ht/2/Cleder.html. Page consultée le 16 novembre 2015.

CLÉDER, Jean (2012), Entre littérature et cinéma : les affinités électives. Échanges, conversions, hybridations, Paris, Armand Colin.

CLÉDER, Jean et Jean-Pierre MONTIER (dir.) (2003), Proust et les images. Peinture, photographie, cinéma, vidéo, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

DACHEUX, Éric (dir.) (2009), « La bande dessinée, art reconnu, média méconnu », numéro spécial, Hermès, 54.

ECO, Umberto (1976), « Le mythe de Superman », Communications, 24 : 24-40.

ESCANDE-GAUQUIÉ, Pauline et Emmanuel SOUCHIER (dir.) (2011), « Bande dessinée : le pari de la matérialité », Communication et langages, numéro spécial, 167.

FINKIELKRAUT, Alain (1987), La défaite de la pensée, Paris, Gallimard.

FRESNAULT-DERUELLE, Pierre (dir.) (2007), « Poétiques de la bande dessinée », MEI, numéro spécial, 26.

GABILLIET, Jean-Paul (2009), « BD, mangas et comics : différences et influences », Hermès, 54 : 35-40.

HENNION, Antoine (1993/2007), La passion musicale. Une sociologie de la médiation, Paris, Métailié.

HOUPPERMANS, Sjef (2008), « À la recherche des images perdues », Relief. Revue électronique de littérature française, 2(3) : 398-423.

HOUPPERMANS, Sjef (2009), « Pas mon genre Swann en BD », Annual Bilingual Review of the Dutch Marcel Proust Society, Marcel Proust aujourd’hui, 7 : 158-176.

JAKOBSON, Roman (1973), Questions de poétique, Paris, Seuil.

JEANNERET, Yves (2008), Penser la trivialité. Vol. 1 : La vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès-Lavoisier.

MAIGRET, Éric (1994), « La reconnaissance en demi-teinte de la bande dessinée », Réseaux, 67 : 113-140.

MANGA DE DOKUHA : « À la recherche du temps perdu », par Marcel Proust, 2011, Toulon, MC Productions pour l’édition en langue française.

MIGUET, Marie (1985), « Un film mal aimé : Un amour de Swann de V. Schlondorff », Bulletin de la Société des amis de Marcel Proust, 35 : 350-361.

MOURATIDOU, Eleni (2011), « D’une scène à l’autre. Matérialités et théâtralités de la bande dessinée », Communication et langages, 167 : 41-52.

RIFFATERRE, Michel (1979), La production du texte, Paris, Seuil.

SAURIER, Delphine (2013), La fabrique des illustres : Proust, Curie, Joliot et lieux de mémoire, Paris, Éditions Non Standard.

SCHLÖNDORFF, Volker (réalisateur) (2009), Témoignage du réalisateur dans le documentaire inédit du coffret Un amour de Swann, Coll. « Gaumont Classiques », DVD Zone 2, paru le 20 octobre.

Haut de page

Notes

1 Données disponibles en ligne à l’adresse suivante. [En ligne]. http://www.lemotif.fr/fichier/motif_fichier/473/fichier_fichier_acbd.bilan.2012.pdf. Page consultée le 19 décembre 2013.

2 [En ligne]. http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?page=blog_neufetdemi. Page consultée le 16 novembre 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Saurier, « Charles Swann en film, en BD et en manga », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 26 janvier 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/5741 ; DOI : 10.4000/communication.5741

Haut de page

Auteur

Delphine Saurier

Delphine Saurier est enseignante-chercheuse à l’école SciencesCom (Audencia Nantes School of Management, Nantes, France). Courriel : dsaurier@sciencescom.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org