Navigation – Plan du site
Lectures

Tristan MATTELART (dir.), La mondialisation des médias contre la censure

Bruxelles, Éditions De Boeck Université, 2002
Mustapha Belabdi
p. 275-278
Référence(s) :

Tristan MATTELART (dir.) (2002), La mondialisation des médias contre la censure, Bruxelles, Éditions De Boeck Université.

Texte intégral

1Compte tenu de l’évolution rapide de la technologie des communications au cours du dernier siècle et le rôle croissant des médias audiovisuels dans la plupart des contrées de ce monde, la couverture des événements et l’accès à l’information ont traversé toutes les frontières. Le tiers-monde, qui a connu un élargissement important de son paysage médiatique audiovisuel, subit des changements sociaux et politiques importants. Cet ouvrage présente les résultats d’une étude dans le cadre d’un programme de recherche intitulé Le tiers-monde à l’épreuve des médias trans-frontières, menée conjointement par le Groupe de recherche et d’étude sur les enjeux de la communication (GRESEC) et l’Institut français de presse (IFP). L’ouvrage trace le portrait des médias audiovisuels dans plusieurs pays et régions du Sud dont l’Afrique noire et subsaharienne, le Maghreb, l’Iran, les deux Corées, la Chine et Cuba.

2L’un des points forts de cet ouvrage est la variété des aires géographiques, des médias, des approches et des points de vue qui sont abordés à l’aide de concepts comme « changement », « impact », « réception », « enjeu », « domination » et « résistance ». La question des effets de l’implantation des médias télévisuels satellitaires dans les pays concernés traverse tous les chapitres. Sauf le dernier qui aborde le phénomène d’Internet en Chine, ils traitent essentiellement de la radio ou de la télévision (de la vidéo aussi pour le cas iranien) et de l’impact des antennes paraboliques.

3Le premier de deux chapitres rédigés par Tristan Mattelart porte sur le tiers-monde sous l’assaut des médias audiovisuels transnationaux (chapitre 1) alors que le second (chapitre 7) traite du cas de la radio et de la télévision Marti comme armes audiovisuelles contre Fidel Castro.

4Dans son premier chapitre, Mattelart passe en revue la littérature portant sur les médias audiovisuels dans le contexte de l’évolution des médias transnationaux et qui oppose mondialisation, régionalisation et localisation. Le texte soulève aussi la question du marché unique mondial et ses aspects géolinguistiques, l’hybridation, l’identité culturelle. Il souligne les controverses autour de la question des médias audiovisuels transnationaux et aborde les limites des recherches, notamment celles qui touchent les flux télévisés « pirates » ou clandestins ainsi que les questions de réception. L’auteur conclut en affirmant que même si les médias transfrontaliers contribuent à atténuer les monopoles étatiques de l’information, un regard critique sur ces médias demeure nécessaire compte tenu qu’ils appartiennent aussi à l’industrie commerciale et à sa logique de la compétitivité et du gain.

5Son second article est consacré à la radio et à la télévision Marti soutenues par le lobby des exilés cubains résidant à Miami et appuyées par le gouvernement des États-Unis depuis la présidence de Ronald Reagan. Cette étude, bien documentée, rend compte de la création de cette station et des objectifs de ses promoteurs et alliés. Elle jette un éclairage sur les stratégies de propagande médiatique par un exemple fort représentatif d’antagonismes dans l’histoire politique contemporaine.

6Dans les deux chapitres consacrés à l’Afrique noire, les auteurs traitent respectivement et de façon complémentaire de la radio et de la télévision. Théophile E. Vittin (chapitre 2) soutient que les radios internationales ont des retombées multiformes, ambivalentes et contestées dans certains pays de l’Afrique de l’Ouest même si leur rôle demeure utile, voire indéniable compte tenu qu’elles comblent un manque d’information et qu’elles contribuent à la constitution de l’opinion publique. L’inconvénient demeure toutefois le renforcement de la dépendance des pays africains en matière d’information et de communication. Le paysage médiatique africain, cependant, se renouvelle sous le signe d’une concurrence locale, notamment par la prédominance de télévisions qui dépassent dans certains cas l’audience de la radio.

7Misse Misse (chapitre 3) interroge les changements sociopolitiques provoqués par la mise en place des télévisions internationales en Afrique subsaharienne. Selon l’auteur, la montée en puissance de ces médias relève des dynamiques sociales internes d’une population à la recherche de nouvelles sources d’information et d’une liberté de choix dans les programmes. Cette recherche accroît le risque d’un péril culturel pour les sociétés africaines. Le choix de ces médias par le public exprime pour le moins le rejet des produits médiatiques nationaux et par eux des systèmes politiques qui les soutiennent. L’enjeu est donc la confrontation continue entre ce que l’auteur appelle des modèles d’organisation sociopolitique nationaux et étrangers.

8Riadh Ferjani (chapitre 5) aborde la question de la concurrence qu’a entraînée la présence de chaînes télévisuelles en Algérie. Il se réfère, plus spécifiquement, à la présence de la Rai Uno (Italie), Antenne 2/France 2, Al Jazeera (Qatar) et Al Mustakilla, la chaîne satellitaire tunisienne. L’auteur considère que « […] ce processus d’internationalisation est une construction sociale à l’intérieur même de la société tunisienne, en plus d’être une injonction venue de l’extérieur » (2002 : 156).

9Il souligne comment ces chaînes internationales fournissent une information anticipée, complète et qui échappe au contrôle des institutions tunisiennes. Cette information a provoqué, à plusieurs reprises, des réactions comme l’interdiction de retransmission des programmes d’Antenne 2 et le rappel de l’ambassadeur tunisien à Doha (Qatar). Même la chaîne satellitaire tunisienne n’a pas été épargnée.

10Lotfi Madani (chapitre 6) décrit l’irruption du phénomène de l’antenne parabolique en Algérie comme un phénomène sociopolitique lié aux émeutes populaires d’octobre 1988. L’un des points marquants du chapitre, ce sont les statistiques sur l’utilisation des antennes paraboliques selon les foyers, les secteurs d’activité des utilisateurs, leurs niveaux d’instruction et la fréquence d’utilisation.

11Mohamed Ali Kyanvar analyse l’expérience iranienne fortement marquée par l’idéologie de la révolution islamique. Il considère que les réformes engagées par ce pays pour accroître la diffusion des chaînes existantes et la création de nouvelles demeurent limitées. Le recours à des sources internationales est très répandu, ce qui multiplie les frustrations et crée davantage de confusion dans la gestion du flux d’information.

12Seok-Kyeong Hong traite de l’enjeu audiovisuel entre les deux Corées, qui incarnent chacune deux systèmes politiques opposés. Il analyse ce qu’il nomme une guerre invisible de l’audiovisuel, à travers trois stratégies de propagande :

  • la propagande blanche, de type modéré, vise à faire connaître la culture des deux Corées à leurs populations respectives installées à l’étranger ;

  • la propagande grise cherche davantage à gagner leur sympathie ;

  • la propagande noire incite les nationaux à choisir leur camp et à se soulever contre l’autre identifié comme l’ennemi.

13Le chapitre contient beaucoup d’information sur les politiques médiatiques des deux pays et notamment sur la Corée du Nord, qui fournit très peu de données sur sa politique et son système de communication. L’auteur présente au lecteur certains pans de l’histoire récente des médias nord-coréens et des outils méthodologiques pour mieux les comprendre.

14Dominique Colomb s’interroge à propos d’Internet en Chine, perçu comme un outil de développement économique mais dont l’usage le transforme aussi en un instrument de liberté, dans un contexte de contrôle étatique. Il explique que ce sont les réseaux nationaux backbones, qualifiés d’intranet national, qui soutiennent les connexions à l’échelle du pays et gèrent tout le trafic sur ce plan. Le taux d’utilisation connaît une croissance importante selon les statistiques même si, comparativement à des pays comme l’Inde ou le Japon, cette croissance demeure encore limitée. Malgré la réglementation adoptée et le contrôle d’accès à des sites internationaux, des failles technologiques permettent de contourner la censure. L’impact sur la société reste cependant mitigé, car Internet n’est pas encore accessible à la majorité de la population.

15L’ouvrage demeure une référence importante pour la suite de la recherche universitaire sur les médias audiovisuels transnationaux parfois dans un contexte difficile d’accès et même inhibitoire pour les chercheurs tant du point de vue du contenu que des questions suscitées et de l’analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Belabdi, « Tristan MATTELART (dir.), La mondialisation des médias contre la censure », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 275-278.

Référence électronique

Mustapha Belabdi, « Tristan MATTELART (dir.), La mondialisation des médias contre la censure », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/576

Haut de page

Auteur

Mustapha Belabdi

Courriel : b_muss@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org