Navigation – Plan du site
Recherches

Enjeux contextuels et écriture du genre du portrait dans la presse canadienne

Marc-François Bernier et Banafsheh Karamifar

Résumés

En examinant les manuels de rédaction journalistique, les auteurs ont constaté que ceux-ci n’abordent pas le rôle décisif du contexte dans les choix d’écriture. Ils ont donc étudié cet aspect en comparant l’écriture des portraits journalistiques au sein des entreprises médiatiques francophones au Canada. À partir d’une analyse statistique et textuelle, assistée par ordinateur, ils se proposent de comparer les modes de construction de cinq niveaux textuels, y compris le niveau stylistique, dans les articles issus de différents titres de presse. Les résultats permettront de proposer un modèle didactique.

Haut de page

Texte intégral

Depuis les années 1950, les guides, les manuels ou les ouvrages prescriptifs concernant la pratique d’écriture journalistique, fondamentaux dans la formation des journalistes, ne cessent de se développer (Ruellan, 2008). Rédigés tant par des journalistes (Beauregard et Papineau, 2006/1969 ; Bège, 2007 ; Capron, 2000/1982 ; Florio, 1984 ; Hicks, 2008/1999 ; McFarlane et Clements, 1998/1995 ; Mouriquand, 1997 ; The Associated Press, 2007/1997) que par des journalistes enseignants (Agnès, 2008/2002 ; de Broucker, 1995 ; Kaddour, 2007 ; Martin Lagardette, 2009/1984 ; Maltais, Asselin, Brisson et Parent, 2010 ; Knight, 2003/1998 ; Mencher’s, 2011/1977 ; Pangop Kameni, 2011 ; Ndaeyo Uko, 2007) et des chercheurs du domaine (Lallemand, 2011 ; de La Haye, 2005 ; Hoffbeck, 2001 ; Mouillaud et Tétu, 1989), ces ouvrages, de volumes variables, s’attachent à préciser les éléments constitutifs du métier de journaliste, y compris l’écriture, et à « indiquer les repères et les codes pour fixer [ses] règles (Agnès, 2008 : 9).

  • 1 Dans ses réflexions sur la sémiotique en tant que moyen d’analyse des produits socioculturels, Rast (...)

1Méritoires pour leurs explications de base des écritures journalistiques, ces ouvrages décrivent, toutefois, les fonctionnements propres à celles-ci par une « abstraction de formes » et un petit nombre de relations et de catégories : la visée de la rédaction journalistique, le mode de traitement de l’information, la forme (composantes typographiques) et les composantes (titre, habillage) propres à chaque genre journalistique. Ces abstractions, combinées en modèles constitutionnels, paraissent « beaucoup trop puissantes pour leur trivialité même et que l’on peut projeter sur des objets quelconques, certes sans grand effort, mais sans gain descriptif notable » (Rastier, 2001 : 150-151)1.

2À titre indicatif, le genre journalistique du « portrait » est défini dans les ouvrages prescriptifs par le thème (une personne), le mode de collecte des informations : « enquête » ou « interview » (Bège, 2007). Il est comparé rapidement avec le genre de l’enquête — pour préconiser le même mode de recherche et « découvrir un trait de caractère, une constante » (Mouriquant, 1997 : 67) —, avec le genre du reportage — pour « donner de la chair à un individu, regorger d’anecdotes, d’images, de citations » (ibid.) —, sur le plan de la forme, tantôt avec le genre de l’interview — pour éviter les interrogations concrètes et les séquences dialogales —, tantôt avec le genre du curriculum vitae — pour éviter les énumérations longues et ennuyeuses (Hoffback, 2001) — ou de la fiche d’état civil — pour éviter la présentation non orientée des suites d’action du personnage (Montant, 1995).

3Sur le plan de l’écriture, c’est également la présence des comparaisons et des adjectifs, ainsi que celle des descriptions et des citations pour décrire les aspects physiques, le comportement, le langage et les habitudes du personnage (Montant, 1995), les variables typographico-visuelles ou compositionnelles, « longueur variable » et « titre, accroche, habillage complexe », qui sont parfois mises en valeur (Bège, 2007 : 45). Et cela se fait sans pour autant approfondir le rôle des plans politique, social, économique ou culturel des entreprises médiatiques, leur identité propre, l’éthos qu’elles veulent construire par l’intermédiaire des portraits, la relation de proximité qu’elles cherchent à établir avec leur lectorat, les relations intertextuelles aux différentes échelles — micro et macro —, les procédés stylistiques (particularités de l’écriture), l’époque ou la culture dominante et les évolutions culturelles, les modifications de la forme ; toutes ces dimensions se manifestent matériellement dans le texte.

4Ainsi, l’étudiant ne semble pas sensibilisé aux résultats des recherches fondamentales sur les moyens de « régulation du savoir sur le monde », au moyen des mises en mots construites. La didactique de l’écriture journalistique dans ces ouvrages est réduite le plus souvent à une suite d’instructions techniques concernant les règles communes — lisibilité typographique, densité informationnelle, vocabulaire simple et précis, écriture courte (Agnès, 2008) — pour unifier les règles de la rédaction. En assimilant implicitement le texte à un « programme informatique » (Rastier, 1994), ces ouvrages présupposent que le respect de ces suites d’instructions est suffisant pour l’exécution pertinente de l’article journalistique. La situation de communication est réduite aux contextes universels de la créativité, alors que sont négligées la diversité des situations et leurs répercussions sur la pratique d’écrits journalistiques.

Vers une étude de l’écriture dans le contexte

5C’est dans ce contexte que s’inscrit notre programme de recherche sur la conception et l’interprétation des écritures journalistiques, avec le but d’approfondir l’aspect sémantique des manifestations matérielles, en fonction de leur contexte de production. Autrement dit, pour dégager la didactique des genres journalistiques de leur moule industriel, notre projet de recherche propose d’analyser, au-delà des catégorisations génériques, le contexte discursif dans lequel les écrits journalistiques prennent place. Ainsi sera-t-il possible d’ajouter de nouveaux critères de sous-catégorisation pour chaque genre journalistique.

6Les résultats de cette recherche peuvent, entre autres, renouveler les approches didactiques de l’écriture journalistique en sciences de l’information et de la communication, et alimenter la parution d’un ouvrage didactique différent des autres manuels présents sur le marché (Sormany, 2011 ; Ross, 1990 ; Noël, 2009). L’originalité et la plus-value de ce projet résident notamment dans le fait de compléter ou de confronter les résultats de l’analyse de discours à une enquête qualitative menée par des entretiens semi-directifs auprès de journalistes.

7Notre objectif est restreint, dans le cadre du projet actuel, à l’étude du genre du portrait. Celui-ci est considéré comme l’un des six grands genres journalistiques. Il est au journalisme ce que la biographie est à la littérature. Il a pour fonction, notamment, de dire le « collectif » à partir de « la singularité d’un individu » et il est susceptible d’intéresser la majorité du lectorat. Son rôle constitutif, qui a pour vocation d’orienter ou de modifier le comportement public, serait révélateur des tendances politiques, culturelles et éthiques d’une société, à une époque donnée.

8En se limitant au cas des journaux francophones au Canada, l’étude permettra l’approfondissement des spécificités de ce genre. Elle s’attachera à proposer une typologie du genre en analysant un corpus constitué de deux parties. D’une part, nous étudierons des portraits publiés au cours d’une période donnée, 2013-2014, au sein des entreprises médiatiques féminines francophones qui « font la part belle aux récits de vie et notamment au portrait », en tâchant de « peindre, de raconter, en plus beau » (Wrona, 2007 : 69-70) tant le corps de la femme que le destin des femmes plus représentatives dans la vie sociale. D’autre part, nous dépouillerons des portraits publiés dans les quotidiens (Le Devoir, La Presse, Le Journal de Montréal), représentant des politiques d’information et des lectorats divers et fort susceptibles de se servir de stratégies de rédaction différentes. Les deux parties de corpus feront ensuite l’objet d’une comparaison pour vérifier s’il y a des changements de stratégies de rédaction entre les entreprises médiatiques féminines et les quotidiens.

9Le choix synchronique du corpus au détriment d’une approche diachronique relève de notre intention de réduire les variables et de nous concentrer sur celle de l’identité des entreprises médiatiques à une époque donnée et de ses influences sur la variété de l’écriture du portrait. À l’avenir, le projet pourra tenir compte de la dimension diachronique pour approfondir les variétés rédactionnelles qu’une seule entreprise médiatique a adoptées au cours de son histoire.

État de l’art : nouveauté et actualité du sujet

10L’intérêt des sciences de l’information et de la communication pour le genre du portrait s’est accru au cours des dernières années. Par exemple, l’ouvrage récent d’Adeline Wrona et Yves Jeanneret (2012) prête attention aux métamorphoses du genre du « portrait médiatique » depuis le XIXe siècle. Issu du mémoire d’habilitation à la direction de recherches de l’auteure, cet ouvrage interroge les processus de convergence du portrait peint ou littéraire en un genre informatif. L’approche, basée sur la poétique d’Aristote, dépouille les systèmes iconographiques (image et texte) et met en œuvre les procédés de représentation thématique et rhétorique. Les questionnements sémiotiques portent notamment sur les formes de la représentation portraitiste et sur la place accordée à l’individu (portraitiste, commanditaire et parfois destinataire) dans les portraits. Les hypothèses s’appuient sur les exemples d’un corpus de portraits de presse, réunissant des publications des XIXe, XXe et XXIe siècles. Comme indiqué plus haut, notre projet est ancré dans une autre méthodologie d’analyse et envisage de ne dépouiller l’identité des écritures des portraits journalistiques qu’en fonction de l’identité des entreprises médiatiques au sein desquelles ils prennent forme. Les analyses sémantiques et comparatives relèveront des différences idéologiques, thématiques et rhétoriques manifestes dans les textes. En outre, la portée à la fois didactique et socioculturelle fait que notre démarche se distingue clairement de celle de cet ouvrage.

11En sciences sociales, nous pouvons citer l’ouvrage d’Yves de La Haye (1985/2005), dont l’objectif se rapproche du nôtre, à la différence qu’il s’inscrit dans un cadre plus restreint et porte sur un corpus français. Il traite des manières d’écrire l’actualité dans la presse quotidienne française et met l’accent sur l’impossibilité de désunir l’examen du discours et celui de sa production. L’analyse croise les agences de presse, le champ journalistique et la pratique symbolique dans le discours médiatique français. On tient compte dans les discours étudiés des pratiques propres à chaque quotidien ainsi que des effets de champ et de pouvoir. La fonction sociale des citations et des discours dominants est notamment examinée au sein des articles d’actualité.

12En sciences du langage, on peut évoquer particulièrement des réflexions sur les caractéristiques des récits. Le genre du portrait qui se caractérise par les séquences descriptives et narratives « est traditionnellement enseigné dans les formations de journalisme, selon les règles de mise en récit » (Jeanne-Perrier, Le Cam et Pelissier, 2005 : 172). Les travaux de Jocelyne Arquembourg (2003 et 2005) sur le récit médiatique en sont des exemples. De plus, le centre de recherche de narratologie à l’Université de Fribourg2 mène des recherches prometteuses sur le genre du récit sous toutes ses formes, y compris médiatiques. Sabrinelle Bedarne, Françoise Revaz et Michel Viegnes (2012) abordent, entre autres, le genre du reportage pour analyser ses chaînes narratives. La notion de récit minimal traitée dans cet ouvrage renvoie « à un texte ayant toutes les apparences formelles d’un récit, mais dont le signifié narratif est très mince et correspond dans l’univers référentiel à une durée atone » (2012 : 7). Il en va de même pour l’ouvrage de Jean-Michel Adam (2011) qui porte sur les genres de discours sous l’angle limité des récits et des formes narratives brèves. Des récits autobiographiques ou anecdotiques sont étudiés, entre autres, pour rendre compte de leur fonction explicative ou argumentative.

Problématique et approche théorique

13En nous basant sur le contexte, l’objectif de l’étude et l’état de l’art, nous pouvons à présent indiquer les questions auxquelles tente de répondre cette étude. Quels sont les répertoires concernant les propriétés des formes et des fonds sémantiques définissant le genre du portrait dans les médias écrits francophones au Canada ? Qu’est-ce qui les distingue d’un titre de presse à l’autre ? Quelle typologie de création journalistique peut-on en proposer tout en sachant que les journalistes produisent les articles, y compris les portraits, sans dessein linguistique particulier ? Quelles valeurs éthiques et culturelles sont représentées par quels journaux ? Quel modèle pédagogique peut-on en tirer pour la didactique de ce genre ? Pour répondre à ces questions, le recours à plusieurs approches théoriques relevant des disciplines diverses, mais connexes, s’avère nécessaire.

14Nos deux premières questions d’ordre classificateur du genre impliquent la mobilisation des théories de l’analyse du discours et de la linguistique de texte (Adam, 1990, 1993/2007 et 2005). Pour élaborer une grille de codage formant une arborescence des différents critères de construction des articles de notre corpus, nous partirons de cinq critères de caractérisation des genres (pragmatique, énonciatif, thématique, compositionnel et stylistique). Chacun de ces critères a été minutieusement exploité et publié dans plusieurs travaux de recherche relatifs aux genres de discours variés. Compte tenu de nos objectifs, notre propre grille visera toutefois un niveau de détail plus fin et une étendue de critère plus large, dans la mesure nécessaire, pour mieux classifier les portraits journalistiques de chaque entreprise médiatique étudiée.

15Sur ce plan et à titre complémentaire, nous ferons également appel aux théories de l’analyse critique du discours, une des filières de l’analyse du discours en général. Celles-ci (par exemple, Fairclough, 1995 et 2003 ; van Leeuwen, 2003 et 2005 ; Machin, 2007) cherchent notamment une méthodologie adéquate pour décrire la forme et le contenu des messages médiatiques et visent un but ultime : interpréter les inférences contextuelles au sein des textes. Le discours n’est pas analysé uniquement à partir de sa matérialité iconographique, mais aussi à partir des variables comme les propriétés psychocognitives de la source, les conditions sociales et culturelles de la production ainsi que les caractéristiques psychologiques et socioprofessionnelles des usagers des médias (par exemple, van Dijk, 1988). Le recours à ces théories nous aide notamment à répondre à la troisième question de notre recherche, tout en nous souciant de raffiner les critères de la classification du genre, et en considérant les techniques de rédaction de la source de la pratique d’écriture, c’est-à-dire des journalistes, et non des spécialistes de la linguistique du texte.

16L’objectif d’établir une nomenclature des valeurs éthiques et culturelles représentées par chaque titre de presse étudié nous amène également à nous appuyer sur les études réalisées en éthique journalistique (Bernier, 1995, 2004, 2005 et 2013 ; Pritchard et Sauvageau, 1999) et en sociologie des médias francophones du Canada (Pilon et Paquette, 2014 ; Le Cam, 2005) ainsi que sur les aspects cognitifs de la communication professionnelle (Labasse, 2006, 2009 et 2012a).

Méthodologie

17Dans un souci de rigueur, plusieurs bases de données seront utilisées. Notre première base de données est constituée des politiques rédactionnelles internes aux entreprises d’information de la presse. Elle nous permet de tracer le portrait des cultures rédactionnelles. Autrement dit, avant de passer à l’étude des portraits journalistiques, nous tenterons de répondre à la question suivante : quelle image hypertextuelle les journaux cherchent-ils à mettre en œuvre dans leurs chartes éditoriales ou politiques rédactionnelles susceptibles de modifier les artefacts du contrat d’écriture des articles auprès des journalistes ? Les premiers dépouillements manuels ont démontré un manque important de l’information précise sur les politiques de la rédaction au sein de la plupart des conventions collectives imprimées. Ces informations sont parfois entièrement absentes (par exemple, Le Soleil, Le Nouvelliste, Le Droit) ou inscrites de manière disparate dans différentes parties du document et confondues avec d’autres informations (par exemple, La Presse). Dans de rares cas où celles-ci sont classées clairement dans une rubrique séparée (par exemple, La Voix de l’Est, La Presse), il s’agit d’informations très générales (le caractère d’utilité individuelle et sociale de l’information) qui n’incluent pas l’écriture.

18Notre deuxième base de données, considérée comme l’objet d’analyse principal, sera constituée d’au moins 10 articles de portrait représentatifs du ou des choix d’écriture au sein de chaque titre de la presse. Pour ce choix représentatif entre une centaine de portraits, nous étudierons d’abord tous les portraits au sein d’un même titre de presse selon une grille d’analyse de texte composée de critères relatifs aux cinq niveaux de construction textuelle (pragmatique, énonciatif, sémantique, compositionnel et stylistique). Les éléments comme l’emplacement de l’article, le genre et le domaine d’activité du personnage à traiter, le nombre de caractères de l’article, les traits abordés, les marqueurs de l’énonciation, le plan de rédaction (syntaxe et lexique dominants) seront dépouillés. Ce dépouillement sera d’abord manuel (codage thématique, regroupements lexicaux…), compte tenu des jugements catégoriels à opérer. Mais, à titre complémentaire, il fera appel à des relevés automatisés (statistiques textuelles, analyses lexicométriques, etc., avec les logiciels SATO et AQUAD) pour certaines variables textuelles. Les données obtenues seront l’objet de décomptes directs et de regroupement qui permettront d’obtenir une ventilation des articles de portrait par fréquence et par catégories au sein de chaque titre, directement exploitables pour la deuxième phase d’analyse.

19La deuxième phase d’analyse des articles, basée sur la recherche de corrélations entre les titres, visera à comparer les propriétés des portraits dans les 10 articles sélectionnés. La même grille de codage composée de cinq critères textuels servira à catégoriser les propriétés textuelles et les cooccurrences. À titre d’exemple, la variété lexicale, la thématique et sa position dans le texte, la corrélation entre parties différentes du texte (cohésion, cohérence) et les variables morphosyntaxiques (les corrélations entre syntaxe et sémantique, la stéréotypie textuelle et les normes de la doxa, les liens entre sections du texte et catégories morphosyntaxiques, entre lexies et formes textuelles) seront comparées.

20Les analyses seront essentiellement inductives, en ce sens que ce sont des données qui émergeront des thèmes ou des patterns pour décrire et comparer des propriétés de genre.

21En plus, étant donné l’insuffisance communicationnelle normative à l’égard des politiques rédactionnelles (relevée au début de cette partie), et dans l’intention de vérifier, d’infirmer ou d’éclairer les grandes tendances émergentes au cours de notre analyse de discours, les entretiens semi-directifs avec les journalistes nous semblent nécessaires. Après avoir obtenu le certificat d’éthique de la recherche, nous pourrons mener des entretiens semi-directifs auprès des journalistes rédacteurs des portraits repérés dans les différents titres composant les corpus de l’analyse de discours. Les questions abordées seront les suivantes : comment les journalistes définissent-ils les politiques rédactionnelles en général et sur un genre particulier comme le portrait ? Comment les journalistes, n’abordant pas forcément l’écriture journalistique du point de vue des théories discursives et linguistiques, définissent-ils les contraintes et la liberté dans l’écriture par rapport aux normes ? À partir de ces questions, nous travaillerons les représentations que les professionnels se font des normes de l’écriture du portrait. Dans cette troisième phase, des entretiens semi-directifs seront également menés auprès des journalistes.

22Quant à la portée didactique, les différents résultats permettront d’élaborer une synthèse vulgarisée des techniques de rédaction mobilisées dans chaque titre et nous donneront les moyens d’aborder de façon stratégique et pragmatique le perfectionnement communicationnel des étudiants. En nous basant sur les théories didactiques et pédagogiques déjà présentes en sciences de l’éducation pour élaborer des tâches individuelles et collectives en cours, nous exploiterons nos exemples comparatifs pour produire dans une quatrième phase des exercices propres à la maîtrise de la rédaction du portrait journalistique (Baudouin et Friedrich, 2001). Ces exercices viseront à améliorer la réflexion critique des outils de rédaction et leur sélection appropriée au contexte, pour ainsi faciliter la rédaction des points à approfondir

Haut de page

Bibliographie

ADAM, Jean-Michel (1990), Éléments de linguistique textuelle, Liège, Mardaga.

ADAM, Jean-Michel (1992), Les textes : types et prototypes, Paris, Nathan.

ADAM, Jean-Michel (1993/2007), « Le texte et ses composantes », Semen 8, mis en ligne le 25 mai 2007. [En ligne]. http://semen.revues.org/4341. Page consultée le 23 janvier 2015.

ADAM, Jean-Michel (1999), Linguistique textuelle : des genres de discours aux textes, Paris, Nathan/HER.

ADAM, Jean-Michel (2005), La linguistique textuelle : introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin.

ADAM, Jean-Michel (2011), Genres de récits : narrativité et généricité des textes, Louvain-la-Neuve, L’Harmattan-Academia.

AGNÈS, Yves (2002/2008), Manuel de journalisme, Paris, La Découverte.

ARQUEMBOURG, Jocelyne (2003 et 2005), Le temps des événements médiatiques, Paris/Bruxelles, INA/De Boeck.

BAUDOUINJean-Michel et Jeannette FRIEDRICH (dir.) (2001), Théories de l’action et éducation, Bruxelles, De Boeck Université.

BEAUREGARD, Claude et Claude PAPINEAU (1969/2006), Guide de rédaction : le style — ses pièges, la langue, ses lexiques, l’éthique — ses lois, cinquième édition revue et augmentée, Montréal, La Presse canadienne.

BEDRANE, Sabrinelle, Françoise REVAZ et Michel J. VIEGNES (2012), Le récit minimal : du minime au minimalisme : littérature, arts, média, Paris, Presse Sorbonne Nouvelle.

BÈGE, Jean-François (2007), Manuel de la rédaction : les techniques de base, Paris, Centre de formation et de perfectionnement des journalistes.

BERNIER, Marc-François (1995), Les planqués. Le journalisme victime des journalistes, Montréal, VLB éditeur.

BERNIER, Marc-François (2004), Éthique et déontologie du journalisme, Québec, Presses de l’Université Laval.

BERNIER, Marc-François (2005), L’ombudsman de Radio-Canada : protecteur des journalistes ou du public ?, Québec, Presses de l’Université Laval, Coll. « Éthique et philosophie de la communication ».

BERNIER, Marc-François (2013), « La corégulation spontanée des citoyens », Colloque international des écoles francophones de journalisme, Des médias en démocratie, les défis de la formation et de l’information, Dakar, du 22 au 24 septembre.

BERNIER, Marc-François et al. (2005), Pratiques novatrices en communication publique : journalisme, relations publiques, Québec, Presse de l’Université Laval.

CAPPON, René J. (dir.) (1982/1991/2000), The Associated Press, Guide to News Writing, The Resource for Professional Journalists, Forest City (CA), IDG Books Worldwide.

DE BROUCKER, José (1995), Pratique de l’information et écriture journalistique : pour des journaux de journalistes, Paris, Centre de formation et de perfectionnement des journalistes.

DE LA HAYE, Yves (2005), Journalisme, mode d’emploi, des manières d’écrire l’actualité, Paris, L’Harmattan.

FAIRCLOUGH, Norman (1995), Media Discourse, Londres, Edward Arnold.

FAIRCLOUGH, Norman (2003), Analysing Discourse: Textual Analysis for Social Research, Londres, Routledge.

FLORIO, René (1984), L’écriture de presse, quatrième édition, Lille, Trimédia.

HICKS, Wynford et al. (2008), Writing for Journalists, New York, Routledge.

HOFFBECK, Gérard (2001), Écrire pour un journal : entreprises, associations, collectivités territoriales, correspondants locaux, Paris, Dunod.

JEANNE-PERRIER, Valérie, Florence LE CAM et Nicolas PÉLISSIER (2005), « Les sites web d’auto-publication : observatoires privilégiés des effervescences et des débordements journalistiques en tous genres » dans Roselyne RINGOOT et Jean-Michel UTARD (dir.), Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 161-202.

JEANNE-PERRIER, Valérie, Florence LE CAM et Nicolas PELISSIER (2006), « Les sites web d’auto-publication : un observatoire privilégié des débordements en tous genres », Réseaux, 137 : 9-25.

KADDOUR, Hédi (2007), Inventer sa phrase, Paris, VE.

KANENI, Pangop et Alain CYR (2011), Collecte et traitement de l’information : éléments pratiques pour plus d’efficacité, Saarbrücken, Éditions universitaires européennes. 

KNIGHT, Robert M. (1998/2003), A Journalist Approach to Good Writing, the Craft of Clarity, Ames, Iowa State Press.

KRESS, Gunther et Theo VAN LEEUWEN (2001), Multimodal Discourse: The Modes and Media of Contemporary Communication, London, Arnold.

LABASSE, Bertrand (2006), La communication écrite, Lyon, Éditions Colbert.

LABASSE, Bertrand (2009), « L’écrit professionnel : ambiguïtés et identités d’un objet académique indistinct », Pratiques, 143 : 233-248.

LABASSE, Bertrand (2012a), « Structures narratives et congruence cognitive : cas du summary lead et de la pyramide inversée », Rédactologie — Canadian Journal for Studies in Discourse and Writing, 24(1) : 65-83.

LABASSE, Bertrand (2012b), « Un trou noir dans la galaxie : la compétence opératoire dans les recherches en communication », Canadian Journal of Media Studies, 10(2) : 176-214.

LALLEMAND, Alain (2011), Journalisme narratif en pratique, Bruxelles, De Boeck.

LE CAM, Florence et Denis RUELLAN (2004), « Professionnalisme, professionnalisation et profession de journaliste au Brésil, en France et au Québec : un essai de comparaison » dans J.-B. LEGAVRE (dir.), La presse écrite : objets délaissés, Paris, L’Harmattan (coll. « Logiques politiques »), p. 53-69.

MACHIN, David (2007), Introduction to Multimodal Analysis, 4 volumes, London, Sage.

MACHIN, David et Theo VAN LEEUWEN (2007), Global Media Discourse, London, Routledge.

MALTAIS, Robert (dir.) et al. (2010), L’écriture journalistique sous toutes ses formes, Montréal, Presses universitaires de Montréal.

MARTIN-LAGARDETTE, Jean-Luc ([1984] 2005), Le guide de l’écriture journalistique, Paris, La Découverte.

MARTIN-LAGARDETTE, Jean-Luc (1987), Informer, convaincre : les secrets de l’écriture journalistique, Paris, Syros.

MCFARLANE, James Alexander et Warren CLEMENTS (1994/1995/2003), The Globe and Mail Style Book: A Guide to Language and Usage, Toronto, M & S.

MENCHER’S, Melvin (1997/2011), News Reporting and Writing, London/New York, McGraw-Hill.

MONTANT, Henri (1995), L’interview écrite et le portrait, Paris, Éditions du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes.

MOUILLAUD, Maurice et Jean-François TÉTU (1989), Le journal quotidien, Lyon, Presse universitaire de Lyon.

MOURIQUAND, Jacques (1997), L’écriture journalistique, Paris, Presse universitaire de France.

NDAEYO, Uko (2007), Story Building: Narrative Techniques for News and Feature Writers, Lanham, University Press of America.

NOËL, André (2009), Le style : conseils pour écrire de façon claire et vivante, Montréal, Éditions La Presse.

PILON, Alain et Martine PAQUETTE (2014), Sociologie des médias du Québec. De la presse écrite à Internet, deuxième édition, Anjou, Fides éducation.

PRITCHARD, David et Florian SAUVAGEAU (1999), Les journalistes canadiens : un portrait de fin de siècle, Québec, Presses de l’Université Laval.

RASTIER, François (1994), consultable sur le site Texto [En ligne]. http://www.revue-texto.net/Inedits/Rastier/Rastier_Immanentisme.html. Page consultée le 15 juillet 2014.

RASTIER, François (2001), Arts et sciences du texte, Paris, Presses universitaires de France.

RASTIER, François (2011), La mesure et le grain. Sémantique de corpus, Paris, Honoré Champion.

ROSS, Line (1990), L’écriture de presse : l’art d’informer, Boucherville, G. Morin.

RUELLAN, Denis (2005), « Dis à qui tu te donnes… La presse quotidienne gratuite ou le marketing du don » dans R. RINGOOT et J.-M. UTARD (dir.), Le journalisme en invention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

SORMANY, Pierre (2011), Le métier de journaliste : guide des outils et des pratiques du journalisme au Québec, Montréal, Boréal.

VAN DIJK, Teun A. (1988), Case Studies of International and National News in the Press, Hillsdale (NJ), Erlbaum.

VAN LEEUWEN, Theo (2003), « A multimodal perspective on composition » dans T. ENSINK et C. SAUER (dir.), Framing and Perspectivising in Discourse, Amsterdam, John Benjamins, p. 23-61.

VAN LEEUWEN, Theo (2005), « Three model of interdisciplinarity » dans Ruth WODAK et Paul CHILTON (dir.), A New Agenda in (Critical) Discourse Analysis Theory, Methodology and Interdisciplinarity (Discourse Approaches to Politics, Society and Culture), Amsterdam, John Benjamins, p. 3-18.

WRONA, Adeline (2007), « Moi-même comme autre : sur le portrait dans les magazines féminins », Communication & langages, 152 : 69-77.

WRONA, Adeline et Yves JEANNERET (2012), Face au portrait : de Saint-Beuve à Facebook, Paris, Hermann.

Haut de page

Notes

1 Dans ses réflexions sur la sémiotique en tant que moyen d’analyse des produits socioculturels, Rastier critique l’usage excessif des « catégories universelles », comme « la matière de la réflexion » et de classification. Ces catégories sont facilement généralisables aux divers domaines et n’offrent pas de description précise de l’objet socioculturel considéré. Pour plus de précision, voir http://www.revue-texto.net/Reperes/Themes/Rastier/Rastier_Intro-Semiotique.pdf, page consultée le 16 novembre 2015.

2 Voir http://www.narratologie.ch/. Page consultée le 16 novembre 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-François Bernier et Banafsheh Karamifar, « Enjeux contextuels et écriture du genre du portrait dans la presse canadienne », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5764 ; DOI : 10.4000/communication.5764

Haut de page

Auteurs

Marc-François Bernier

Marc-François Bernier est professeur au Département de communication, Université d’Ottawa. Courriel : mbernier@uottawa.ca

Articles du même auteur

Banafsheh Karamifar

Banafsheh Karamifar est chercheuse postdoctorale au Département de communication, Université d’Ottawa. Courriel : bkaramif@uottawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org