Navigation – Plan du site
Recherches

Mauvaises réputations ?

À propos des arbitres dans la presse écrite française
Fatia Terfous et Géraldine Rix-Lièvre

Résumés

Nombreux sont les observateurs (dirigeants, chercheurs, sportifs) à dénoncer le traitement que les médias réservent aux arbitres en France et ailleurs. Aucune étude n’a pourtant été consacrée jusqu’à maintenant aux représentations médiatiques des arbitres ou de l’arbitrage dans le domaine sportif. Les auteures visent à saisir le traitement réservé aux arbitres et à cerner les perceptions ou jugements formulés sur eux au cours des coupes du monde. Elles envisagent plus largement de révéler les substrats mobilisés et les stratégies discursives adoptées par la presse dans leur mise en scène et d’appréhender les liens entre la presse spécialisée et les figures de l’ordre et l’autorité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En France, les arbitres incarnent la figure de l’ordre, l’agent mandaté pour veiller au respect des (...)

1Notre contribution tente d’appréhender les liens entre la presse spécialisée et les figures de l’ordre et l’autorité1 en présentant les caractéristiques et les substrats mobilisés dans la production de représentation entendue comme « [l]a forme de connaissance socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social ou culturel » (Jodelet, 1989 : 53).

2Notre problématique suppose une dialectique entre formes énonciatives et subjectivité ; en ce sens, elle vise à illustrer la dynamique propre à un média spécialisé et sa participation à la remise en cause de la légitimité des arbitres. Elle conduit à une série de questions : quelle est la couverture médiatique réservée à l’arbitrage et aux arbitres dans la presse spécialisée ? Qui parle des arbitres et de l’arbitrage dans cette presse et comment en parle-t-on ? Existe-t-il des situations plus âprement commentées ?

3Des éléments quantitatifs et qualitatifs permettront de rendre compte des premiers résultats sur le traitement, les représentations et les normes d’usage dans la mise en scène des arbitres. L’examen sociologique de ces éléments conduit aux savoirs constitués, entre autres, autour de l’ordre de l’interaction.

Les travaux scientifiques sur les arbitres et l’arbitrage dans le domaine sportif

4Dans la littérature scientifique, la question des arbitres a, jusqu’à présent, été principalement abordée selon deux approches. La première, inscrite dans le domaine de la psychologie, s’intéresse essentiellement à la prise de décision arbitrale et à ses biais dans des contextes variés, mais aussi à la manière dont les émotions vécues par les arbitres influent sur leur performance (Mascarenhas et al., 2009 ; Dosseville et Gamcarzyk, 2007 ; Plessner et Haar, 2006). La deuxième, ancrée dans le domaine de la physiologie, se centre sur le potentiel physique de l’arbitre, sur son effet sur sa performance et sur les possibilités d’entraînement (Kay et Gill, 2003 ; Weston et al., 2007). À cela s’ajoutent quelques travaux en droit (Baddeley, 2008 ; Maisonneuve, 2011) et en sociologie (Atelier Sherpas, 2010 ; Perreau-Niel et Erard, 2012).

5Les recherches centrées sur les représentations des arbitres sont rares. Nous pouvons, toutefois, évoquer les réflexions de Catherine Garncarzyk (2011) à propos des représentations sociales de l’arbitrage, de Smith Randall (2005) sur les points de vue des médias concernant « l’arbitrage maison » et de François Borel-Hanni (2013) sur la responsabilité sociale des médias et les arbitres de football.

La méthodologie de la recherche

  • 2 Avec la presse écrite, il est relativement facile d’observer la hiérarchie, les choix, les position (...)

6Fondé sur un terrain d’enquête empirique limité mais original, notre travail ambitionne de saisir comment la presse écrite met en scène les arbitres et l’arbitrage. Pour ce faire, nous avons choisi d’étudier le seul quotidien sportif français, car contrairement aux autres médias, la presse écrite spécialisée permet de comprendre les discours informatifs que les journalistes construisent2. Nous focalisons notre attention sur le football et le rugby, car l’organisation et la marchandisation des spectacles qui découlent de ces sports de haut niveau, par le fait de leur médiatisation, produisent à leur tour un certain nombre de pratiques de réception, de représentations culturelles ou de nature stéréotypique (Derèze, 1998 ; Krieg-Planque, 2009). Ainsi, dans L’Équipe, nous avons sélectionné une série d’énoncés ayant trait à l’arbitrage et aux arbitres de football et de rugby parus lors des coupes du monde organisées en 2002 (Corée du Sud, Japon), en 2006 (Allemagne) et en 2010 (Afrique du Sud) pour le football ; en 2003 (Angleterre), en 2007 (Afrique du Sud) et en 2011 (Nouvelle-Zélande) pour le rugby.

7Pour créer notre corpus, nous avons réalisé une recherche à partir de l’Équipe On Line (intranet du journal). Nous avons plus précisément fait des recherches par mots-clés en incluant la semaine précédant et celle suivant les dates officielles des coupes du monde. Nous avons lu tous les documents dans lesquels figurent les termes arbitre et arbitrage. Puis, nous avons trié et classé les documents sélectionnés. Notre corpus est ainsi composé des énoncés sur les arbitres et l’arbitrage extraits de différents genres de publications (compte rendu, éditorial, chronique, reportage, réaction, brève, écho…). Nous avons enregistré les énoncés selon les critères suivants : année de parution, sport, identité et statut des locuteurs (énonciateurs et coénonciateurs), nom et nationalité des arbitres cités, matchs mentionnés.

8À la suite de ce classement, nous avons conduit une analyse thématique. Tous les énoncés sur les arbitres et l’arbitrage constituent les unités de l’analyse. Ils ont été classés dans des catégories thématiques (Negura, 2006 ; Derèze, 2009). Cette analyse a été couplée à une analyse catégorielle permettant de calculer les fréquences d’apparition de certains éléments regroupés en catégories thématiques (Bardin, 1977). Enfin, pour apprécier la connotation positive, négative ou neutre des termes ou des jugements formulés par les locuteurs sur les arbitres, nous avons procédé à une analyse des évaluations. Notre démarche s’inspire des variations (simplifications) apportées au principe d’analyse des attitudes développé par Charles E. Osgood (1957).

9Le travail sur corpus et les croisements d’observations sur des corpus multiples doivent permettre de déterminer des « typifications discursives » dont le recensement peut s’opérer par types d’occurrences-événements ou par catégories de thèmes problèmes (Delforce et Noger, 1999). Dans ce cadre, le traitement quantitatif de l’identification des locuteurs pose un certain nombre de problèmes. Certaines publications ne sont pas signées alors que d’autres le sont par deux énonciateurs. D’autres ne sont que des commentaires de coénonciateurs repris par les énonciateurs. Ainsi, nous n’avons pas isolé le ou les locuteurs qui se sont exprimés dans une ou plusieurs publications. À cette caractéristique problématique de l’énonciation en presse, il faut ajouter que, dans l’évaluation des termes ou des jugements formulés par les locuteurs, nous ne nous sommes pas contraints à définir formellement toutes les connotations (neutre, positive ou négative), dans la mesure où certaines formulations sont parfois ambivalentes. Enfin, pour simplifier et clarifier notre propos, nous faisons le choix ici de ne pas présenter les premiers résultats pour chaque période considérée, mais plutôt ceux pour l’ensemble des périodes relatives aux deux disciplines sportives.

Le traitement médiatique formel : pluralité de voix et de faits

  • 3 L’Équipe produit en moyenne 45 publications par édition (tous types et genres confondus). Une coupe (...)

10Pour rendre compte des caractéristiques de la couverture médiatique réservée à l’arbitrage, nous avons compté le nombre d’énoncés qui s’y rattachent et rapporté les chiffres obtenus à l’ensemble des publications parues au cours des périodes3. Les énoncés de référence de notre corpus sont, certes, peu nombreux (112 au total), mais leur représentativité, sur le plan quantitatif, rompt avec l’idée d’une surmédiatisation du phénomène (Vasterman, 2005). Cela est encore plus vrai si l’on considère le nombre de papiers parus dans le quotidien au cours de la période, tous types et genres de sujets confondus : 0,8 % des énoncés consacrés à l’arbitrage et aux arbitres. Nous avons également relevé 94 énonciateurs et 78 coénonciateurs dans les 112 énoncés constituant notre corpus. L’hétérogénéité énonciative du discours d’information est constitutive d’une écriture où un sujet produit une parole qui ne lui est pas propre (Charaudeau, 1997). Elle montre que les journalistes ne parlent que très rarement en leur nom, comme s’ils voulaient éviter d’exposer leur point de vue.

  • 4 Wayne Barnes et Eric Darrière.
  • 5 Joël Quiniou, Marc Batta (football) et Joël Jutge (rugby).

11Comme la contribution des coénonciateurs dans la visibilité (ou non) de l’arbitrage paraît importante, nous avons examiné leur identité pour comprendre qui, précisément dans L’Équipe, parlent de ce phénomène. Seize joueurs ont été identifiés dans les énoncés. Ils sont suivis par les entraîneurs (12 au total) et les dirigeants sportifs (9). Les ressources du média sont plus diversifiées en ce qui a trait au rugby et les acteurs n’occupent pas la même position dans les deux disciplines. La place des dirigeants dans le média ne se vérifie pas en rugby. En revanche, en football, la parole de Sepp Blatter (président de la Fédération Internationale de Football Association) est fréquemment présentée ou reprise (huit fois entre 2002 et 2010). Alors qu’en football on note l’absence de parole d’arbitre en exercice, en rugby, celle de deux arbitres internationaux4 paraît exceptionnelle compte tenu de leur devoir de réserve. Aussi, si leur nombre est limité, les anciens arbitres convoités5, par leur position d’autorité, semblent donner une crédibilité aux discours tenus sur les arbitres auprès du public. L’argument d’autorité fait partie des procédés qui participent de la quête de légitimation (Charaudeau, 2001).

12Si le statut de l’acteur social et le rôle qu’il joue sont déterminants pour juger de la conformité/légitimité d’un discours par rapport au domaine dans lequel il est produit, l’efficacité d’un énoncé dépend de conditions sociales particulières. C’est la raison pour laquelle nous avons cherché des circonstances particulières remarquées ou qui méritent de l’être selon le média. Les buts ou essais validés (ou pas) ou perçus comme valides (ou pas) et signalés comme valides (ou pas) par les arbitres sont récurrents dans les énoncés (cités 34 fois). Les hors-jeu (12) et les penalties (7) en football, les mêlées (7) et les pénalités (8) en rugby sont aussi des marques énonciatives relativement importantes. Les délibérations médiatiques sur les arbitres et l’arbitrage sont donc surtout fondées sur des actions de jeu controversées ayant trait au score, à la marque. Elles illustrent ce qu’englobe la production de représentations de la réalité (arbitrale) et contribuent à l’aménagement d’un système de preuve/justification à l’endroit des lecteurs. Elles constituent des critères d’appréciation/objectivation qui n’ont pas de racines dans les actions réelles. Décontextualisées, elles peuvent conduire à des représentations frauduleuses et interrogent sur le réel de l’énonciation, son caractère différé, fictif et spectaculaire, sachant que « le caractère spectaculaire des discours polémiques permet aussi d’embrayer de manière optimale la logique commerciale à l’œuvre dans les médias » (Amossy et Burger, 2011 : 9).

13Les allitérations médiatiques, caractérisées par le nombre de fois où les acteurs sont cités ou dans lesquelles la parole est donnée, comme les actions de jeu sont des indicateurs pertinents pour montrer la stratégie discursive adoptée par le média. Celui-ci donne la parole à une pluralité d’acteurs et accorde une part de crédibilité importante aux informations issues des institutions et des représentants de l’arbitrage. L’argument par autorité de ces voix semble remplacer celui des arbitres en exercice. La discrétion de ces derniers met en question les effets de leur devoir de confidentialité. Elle paraît créer des relations anonymes (Goffman, 1973) entre les arbitres et le média et peut expliquer la façon dont celui-ci traite les arbitres.

Le traitement des absents : évaluation des opinions ou des jugements portés sur les arbitres

  • 6 La culture rugbystique dans laquelle le respect des décisions de l’arbitre paraît être de mise pour (...)

14L’identification des acteurs qui sont à l’origine de l’énonciation révèle les stratégies de légitimation, de crédibilité et de captation adoptées par le média. Nous avons donc opéré une évaluation des énoncés pour apprécier la connotation positive, négative ou neutre des termes ou des jugements formulés par les locuteurs sur les arbitres. Ceux des énonciateurs ont été évalués, dans l’ordre, comme négatifs (dans 38 énoncés), neutres (33), positifs (5). On retrouve le même ordre concernant les coénonciateurs : négatifs (21 énoncés), neutres (17), positifs (10). La discrétion/réserve des arbitres en exercice pourrait constituer le socle des appréciations négatives émises par les locuteurs. Les résultats diffèrent pourtant en fonction des disciplines sportives. En football, les termes ou les jugements des locuteurs ont été évalués comme négatifs (46 énoncés), neutres (33), positifs (6). En rugby, ils ont été évalués comme neutres (17), négatifs (13), positifs (9). Ces résultats montrent que les termes ou les jugements formulés sont plus souvent dépréciatifs envers les arbitres de football et plus souvent positifs envers les arbitres de rugby. Examinés sous un angle culturaliste, ils laissent place à des interprétations hypothétiques6.

15Comme les arbitres sont qualifiés/disqualifiés majoritairement par des acteurs n’appartenant pas à leur groupe, nous avons affiné notre analyse et distingué nos évaluations en fonction du statut des coénonciateurs. Les joueurs (six), les techniciens (trois) et les dirigeants (quatre) tiennent les premières places dans l’évaluation négative des arbitres de football, alors que pour les arbitres de rugby, ce sont les anciens joueurs (trois) et les techniciens (deux). Dans le cas de l’évaluation positive, les joueurs apparaissent en première place parmi l’ensemble des acteurs du football et du rugby (quatre). Si sa part de subjectivité est irréductible, notre mode d’évaluation des connotations des termes ou des jugements formulés sur les arbitres permet de proposer diverses interprétations au sujet des acteurs convoités et utilisés par le média et de la légitimité de leur jugement sur les arbitres. Il suppose que le devoir de réserve de ces derniers participe à la formation de jugements dépréciatifs de la part des locuteurs, sorte de routines journalistiques/médiatiques, révélatrices d’une construction partagée de l’actualité guidée par les schèmes de représentation (Neveu, 2009).

Les convictions des locuteurs ou les narrations dramatiques sur les arbitres

  • 7 L’Équipe (28 juin 2010), « Larrionda, le récidiviste. Voir aussi page 4, la liste des erreurs d’arb (...)

16Puisque l’évaluation des termes ou des jugements formulés par les locuteurs conduit à l’idée d’une dépréciation des arbitres, nous avons cherché les régimes scéniques participant à cette mise en scène. Les assertions relatives aux décisions arbitrales, aux règles, aux sanctions et à leurs conséquences révèlent les normes à partir desquelles le média remet en cause la légitimité des arbitres. Concernant les décisions arbitrales, les locuteurs partagent la conviction selon laquelle il existe des incohérences. En rugby, l’incohérence des décisions est discutée selon que le directeur de jeu soit de l’hémisphère nord ou sud. Si les locuteurs admettent que les décisions arbitrales relèvent du jugement humain et sont faillibles, ils les qualifient également de fautes scandaleuses ou honteuses. Aussi, l’acte de reformuler des « erreurs » dans les décisions arbitrales constitue un aspect marquant du discours médiatique. Les locuteurs participent ainsi à la production d’un continuum entre des « erreurs décisionnelles » de même nature7 et à la formation de perceptions sur leur irréductibilité.

Illustration 1. L’arbitrage en question

Illustration 1. L’arbitrage en question

Chronique de Didier Braun8 parue le dimanche 23 juin 2002 dans L’Équipe, p. 2

17Les règles et les sanctions constituent d’autres régimes scéniques à partir desquels la conformité/légitimité des arbitres est discutée. Les règles offrent aux locuteurs un flux d’expression sur leur interprétation et leur application par les arbitres. Les locuteurs dénoncent une application rigide ou au contraire trop souple des règles par les arbitres. Ils indiquent aussi que les arbitres sanctionnent trop ou, au contraire, trop peu certaines équipes, certains faits de jeu ou joueurs. Ils évoquent également des sanctions à géométrie variable, selon l’origine des arbitres (Nord/Sud) et nations en lice (grandes/petites nations du football et du rugby). La relation du média envers les règles et les arbitres qui les appliquent, tout comme l’usage des sanctions qui pénalisent ce que les arbitres (agents mandatés et officiellement délégués à cette tâche) jugent comme une infraction (au règlement du jeu), exposent les arbitres au discrédit. Ainsi, les interprétations des locuteurs de la conduite des arbitres envers les règles et sanctions menacent ces derniers dans leur définition et leur fonction en présentant leur usage comme causalité immédiate, au sens où les locuteurs racontent que ce sont les sanctions infligées ou l’application et l’interprétation des règles par les arbitres qui ont causé l’élimination/maintien de telle nation dans la compétition ou qui ont biaisé la suite/résultat de la compétition.

  • 9 L’Équipe (21 juin 2002), « La RAI porte une action en justice contre la FIFA pour obtenir le rembou (...)

18Les discours dans lesquels des incidences sont liées aux décisions, aux règles ou aux sanctions arbitrales nourrissent l’idée qu’il faut endiguer « la faute » soit en appliquant une action corrective issue de l’intérieur (suspension des directions des matchs pour les arbitres en cause, c’est-à-dire une sanction administrée par les agents de l’arbitrage international), soit en conduisant des réparations plus vastes (réformes, uniformisation de l’arbitrage). Les locuteurs, qui lancent des signaux d’alarme quant à la menace que les arbitres font peser sur la justice sportive, proposent parfois des moyens (sélection et désignation des meilleurs arbitres sans tenir compte de leur nationalité). L’énonciation des réformes ou des expérimentations institutionnelles est, toutefois, plus courante (vidéo, ballon à puce, système de captation sur la ligne de but). Le plus souvent, les techniques sont approuvées et présentées comme souhaitables pour servir l’idéologie sportive : justice, impartialité, égalité (Ehrenberg, 1987). Le soutien des locuteurs paraît provenir du soulagement couramment reconnu que les techniques peuvent apporter en ce qui a trait à la faillibilité des arbitres (Habermas, 1973). D’autant plus que les locuteurs produisent une interrelation entre l’activité arbitrale et des conséquences de diverses natures : équipe flouée, élimination précoce ou poursuite injuste des nations dans la compétition, amertume des spectateurs ou des joueurs en fin de carrière, dégradation du climat, pertes financières9.

Conclusion

19Notre travail exploratoire montre que l’arbitrage est relativement médiatisé. Il révèle l’enchevêtrement des acteurs qui participent à la fabrication de représentations et de la mise en scène du phénomène. Il conclut que les stratégies discursives qui structurent le corpus puisent dans la dramaturgie. Les régimes scéniques reposent sur certains éléments : actions de jeu liées au score, décisions, application/interprétation des règles, sanctions ainsi que leurs conséquences. Ces éléments ont une fonction indicative par rapport à la façon dont le média constitue un même ensemble de normes et de jugements sur le rôle, la responsabilité et la légitimité des arbitres.

20Liés aux activités des arbitres perçues, contrôlées et jugées comme conformes ou non conformes (ratées), ces éléments constituent des répliques qui prêtent à jeter le doute sur la figure de l’ordre et de l’autorité. Ils conduisent ainsi à la production de discours dépréciatifs qui semblent être directement liés à une perte de crédibilité et de légitimité des arbitres, dont l’action publique, les pratiques et les compétences ne sont plus reconnues et apparaissent comme dysfonctionnantes (Habermas, 2002).

21En même temps, notre travail montre que les locuteurs croient en une justice sportive et semblent persuadés qu’une personne telle que l’arbitre doit la rendre ou, dans le cas contraire, être tenue comme responsable ou coupable et repentante, ce qui exige alors des punitions ou des réparations. Si elle n’envisage pas de mesurer les effets des discours sur les rapports sociaux entre arbitres et médias (Bourhis et Leyens, 1998), notre recherche montre, enfin, que les relations anonymes entre les deux parties conduisent à une reconnaissance cognitive privée d’une reconnaissance sociale qui peut menacer la réputation des arbitres (Croizet et Leyens, 2007).

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY, Ruth et Marcel BURGER (2011), « Introduction : la polémique médiatisée », Semen, 31 : 7-24.

ATELIER SHERPAS (2010), Plus près des faits, plus près des gestes. Enquêtes sur l’arbitrage et retour sur trois ligues, rapport de recherche non publié, Ligue du football amateur, Université d’Artois.

BADDELEY, Margareta (2008), « Droits de la personnalité et arbitrage : le dilemme des sanctions sportives » dans Peter GAUCH, Franz WERRO et Pascal PICHONNAZ (dir.), Mélanges en l’honneur de Pierre Tercier, Genève, Schulthess, p. 707-725

BARDIN, Laurence (1977), L’analyse de contenu, Paris, Presses universitaires de France.

BOREL-HANNI, François (2013), « La responsabilité sociale des médias dans leur mission d’information : théorie ou réalité ? Le cas de l’arbitre de football en France », Revue Ubuntou, 1 : 66-77.

BOURHIS, Richard et Jacques-Philippe LEYENS (1998), Stéréotypes, discrimination et relations intergroupes, Liège, Mardaga.

CHARAUDEAU, Patrick (1997), Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris, Nathan/INA, Coll. « Médias Recherches ».

CHARAUDEAU, Patrick (2001), « Visées discursives, genres situationnels et construction textuelle » dans Analyse des discours. Types et genres, Toulouse, Éditions universitaires du Sud. [En ligne]. http://www.patrick.chauraudeau.com. Page consultée le 22 octobre 2006.

DELFORCE, Bernard et Jacques NOGER (1999), « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale », Études de communication. Langages. Information, médiation, 22 : 13-40.

DEREZE, Gérard (2009), Méthodes empiriques de recherche en communication, Bruxelles, De Boeck.

DOSSEVILLE, Fabrice et Catherine GARNCARZYK (2007), « L’arbitrage des pratiques sportives : jugement et décision », Bulletin de psychologie, 3(60) : 225-237.

EHRENBERG, Alain (1987), « Le show méritocratique, Platini, Stéphanie, Tapie et quelques autres », Esprit. Le nouvel âge du sport (avril 1987).

GARNCARZYK, Catherine (2011), « Représentations sociales de l’arbitrage : à chacun son point de vue » dans Fabrice DOSSEVILLE et Sylvain LABORDE (dir.), Les facettes de l’arbitrage, Paris, Éditions Publibook Université, p. 87-111.

GOFFMAN, Erving (1973), La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi, traduit de l’anglais par Alain ACCARDO. Les relations en public. 2., traduit de l’anglais par Alain KIHM, Paris, Minuit.

GOFFMAN, Erving (1975), Stigmate, les usages sociaux des handicaps, traduit de l’anglais par Alain KIHM, Paris, Minuit.

GROIZET, Jean-Claude et Jacques-Philippe LEYENS (2007), Mauvaises réputations. Réalités et enjeux de la stigmatisation sociale, Paris, Armand Colin.

HABERMAS, Jürgen (1973), La science et la technique comme idéologie, traduit de l’allemand par Jean-René LADMIRAL, Paris, Gallimard.

HABERMAS, Jürgen (2002), Raison et légitimité : problèmes de légitimation dans le capitalisme avancé, traduit de l’allemand par Jean LACOSTE, Paris, Payot.

JODELET, Denise (1989), Les représentations sociales, Paris, Presses universitaires de France.

KAY, Bartholomew et Nicholas GILL (2003), « Physical demands of elite Rugby League referees: Part one time and motion analysis », Journal of Science and Medicine in Sport, 3(6) : 339-342.

LE BOHEC, Jacques (2010), Dictionnaire du journalisme et des médias, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

MAISONNEUVE, Mathieu (2011), L’arbitrage des litiges sportifs, Paris, L.G.D.J., Bibliothèque de droit public, t. 267.

MASCARENHAS, Duncan et al. (2009), « Physical performance and decision making in association football referees: A naturalistic study », Open Sports Sciences, 2(9) : 1-9.

NEGURA, Lilian (2006), « L’analyse de contenu dans l’étude des représentations sociales », SociologieS. Théories et recherches. [En ligne]. http://sociologies.revues.org/993. Page consultée le 22 octobre 2006.

NEVEU, Érik (2009), Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte.

OSGOOD, Charles E., George J. SUCI et Percy H. TANNENBAUM (1957), The Measurement of Meaning, Urbana, University of Illinois Press.

PERREAU-NIEL, Alexandre et Carine ERARD (2012), « French football referees: An exploratory study of the conditions of access and employment for referees in terms of level and gender », Soccer & Society, 15(1) : 1-16.

PLESSNER, Henning et Thomas HAAR (2006), « Sports performance judgments from social cognitive perspective », Psychology of sport and exercise, 6(7) : 555-575.

RANDALL, Smith (2005), « Disconnects between popular discourse and home advantage research: what can fans and medias tell us about the home advantage phenomenon? », Journal of Sports Sciences, 4(23) : 351-364.

VASTERMAN, Peter (2005), « Média-hype. Self-reinforcing news wave, journalistic standards and the construction of social problems », European Journal of Communication, 20 : 508-530.

WESTON, Matthew et al. (2007), « Analysis of physical match performance in English Premier League soccer referees with particular reference to first half and player work rates », Journal of Science and Medicine in Sport, 6(10) : 390-397.

Haut de page

Notes

1 En France, les arbitres incarnent la figure de l’ordre, l’agent mandaté pour veiller au respect des règles au même titre que les policiers. À ce titre, depuis 2006, les arbitres sont considérés comme des agents exerçant une mission de service public et bénéficient, en conséquence, d’une protection judiciaire accrue.

2 Avec la presse écrite, il est relativement facile d’observer la hiérarchie, les choix, les positionnements et les structures qui montrent que l’information d’actualité est une construction du réel et pas le réel lui-même.

3 L’Équipe produit en moyenne 45 publications par édition (tous types et genres confondus). Une coupe du monde de football dure 5 semaines, une de rugby 6 semaines. Auxquelles nous ajoutons la semaine avant et celle suivant les dates officielles de chaque coupe (donc 7 semaines, soit 49 jours pour le football et 8 semaines, soit 56 jours pour le rugby). Considérer trois coupes du monde nous conduit à évaluer la couverture médiatique par rapport à l’ensemble des publications parues pendant 21 semaines (147 jours) pour le football et 24 semaines (168 jours) pour le rugby. On estime ainsi que le quotidien a publié sur 147 jours 6 615 papiers tous types de sujets confondus lors des coupes du monde de football contre 7 560 lors des coupes du monde de rugby.

4 Wayne Barnes et Eric Darrière.

5 Joël Quiniou, Marc Batta (football) et Joël Jutge (rugby).

6 La culture rugbystique dans laquelle le respect des décisions de l’arbitre paraît être de mise pourrait expliquer les différences existantes.

7 L’Équipe (28 juin 2010), « Larrionda, le récidiviste. Voir aussi page 4, la liste des erreurs d’arbitrage depuis le début de la Coupe du monde ».

8 [En ligne]. http://www.patrick-charaudeau.com/-Analyse-de-discours-.html. Page consultée le 9 novembre 2015.

9 L’Équipe (21 juin 2002), « La RAI porte une action en justice contre la FIFA pour obtenir le remboursement des dommages financiers subis à cause des erreurs d’arbitrage contre l’équipe italienne durant la coupe du monde ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. L’arbitrage en question
Légende Chronique de Didier Braun8 parue le dimanche 23 juin 2002 dans L’Équipe, p. 2
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5813/img-1.png
Fichier image/png, 561k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatia Terfous et Géraldine Rix-Lièvre, « Mauvaises réputations ? », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/5813 ; DOI : 10.4000/communication.5813

Haut de page

Auteurs

Fatia Terfous

Fatia Terfous est membre du Laboratoire Acté (EA no 4281), de l’Université Blaise Pascal, à Clermont-Ferrand. Courriel : fatia.terfous@univ-bpclermont.fr

Géraldine Rix-Lièvre

Géraldine Rix-Lièvre est membre du Laboratoire Acté (EA no 4281), de l’Université Blaise Pascal, à Clermont-Ferrand. Courriel : geraldine.rix@univ-bpclermont.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org