Navigation – Plan du site
Lectures

Kim Schrøder, Kristen Drotner, Stephen Kline and Catherine Murray, Researching Audiences

London, Arnold, 2003
Bertrand Labasse
p. 281-283
Référence(s) :

Kim Schrøder, Kristen DROTNER, Stephen KLINE and Catherine MURRAY (2003), Researching Audiences, London, Arnold.

Texte intégral

1La question des publics et de la réception de l’information jouit d’un statut particulier au sein des recherches en communication : thématique fondatrice, centrale, elle est aussi celle où se cristallisent les tensions de ce champ ; entre les approches qualitatives et quantitatives, entre les attentes instrumentales des uns et les préoccupations scientifiques des autres… Bref, par un curieux retournement, la question des publics pose, d’une certaine façon, la question des sciences de la communication.

2C’est dire que tout ouvrage sur ce thème est par nature important ou, en tout cas, intéressant. Celui de Schrøder et al., parce qu’il impose plusieurs lectures, l’est à plus d’un titre.

3Il peut se lire simplement comme un manuel. Remarquablement complet, il offrira aux étudiants de troisième cycle un panorama dense et très construit des principales méthodes de recherche sur ce thème, recherches qu’il divise en quatre grandes branches : les approches « ethnographiques » (ici essentiellement l’observation participante), les « études de réception » (entretiens qualitatifs), les approches quantitatives et les approches expérimentales. Comme toute taxinomie, celle-ci pourrait laisser place à la discussion tant sur les appellations utilisées que sur les périmètres tracés. Mais elle en vaut bien d’autres. Chacune de ces parties veille à replacer les méthodes décrites dans une perspective historique (parfois un peu succincte) et dans une réflexion approfondie sur leurs fondements et leurs limites de validité, avant de développer les aspects plus techniques, tels que la préparation du dispositif de recherche et l’analyse des données. Si poussé soit-il, l’ouvrage ne permettra sans doute pas à un doctorant de s’affranchir de la consultation d’ouvrages spécialisés dans la méthode choisie, mais sa vertu réside justement dans la large culture scientifique qu’il confère en confrontant de façon détaillée et raisonnée l’essentiel des grandes voies de recherche. Pour autant, l’ouvrage ne peut prétendre à l’exhaustivité. Pour ne prendre qu’un exemple, une approche longitudinale comme celle de Tichenor et al. (1970) n’y trouve pas de place et les spécialistes francophones (Dayan, Proulx, etc.) ne sont même pas évoqués.

4Au-delà de sa portée didactique Researching Audiences relève, dans sa première et sa dernière partie, d’une autre visée, beaucoup plus ambitieuse. On le lira alors comme un manifeste et une tentative de rénovation épistémologique. Face aux antagonismes butés qui morcellent et mutilent depuis si longtemps les recherches sur les publics, les auteurs prêchent le pluralisme méthodologique avec des arguments bien connus, solides, raisonnés. On peut toutefois douter qu’ils ébranleront les vieilles murailles, en tout cas dans les pays où celles-ci sont épaisses. D’autant que les auteurs, même s’ils s’en défendent, semblent par moments réduire à une seule fracture des clivages qui s’assimilent difficilement : l’opposition entre recherches qualitatives et quantitatives n’est pas nécessairement la même que celle qui sépare le relativisme et le positivisme, ou encore le dévoilement critique et la recherche administrative (et chacune de ces catégories est évidemment caricaturale en soi). Toutefois, l’ouvrage, loin de se cantonner à un irénisme impuissant, a le mérite de promouvoir une autre voie. Un cadre conceptuel syncrétique, le « réalisme discursif » – qui gagnera à être étoffé pour montrer comment il résout les contradictions plutôt qu’il ne les englobe –, mais aussi des méthodes de recherche sinon nouvelles, du moins toujours prometteuses. L’objectif, en effet, n’est pas de juxtaposer simplement une enquête qualitative et une enquête qualitative : il convient de valoriser les techniques capables de combiner ces deux angles. C’est en particulier le cas de la méthode des cartes de choix (Q sorts), utilisée il y a un quart de siècle par Bourdieu (1979), mais dont les auteurs montrent toute la puissance heuristique et le riche potentiel de développement à la fois qualitatif et quantitatif.

5Enfin, le livre peut se lire comme un témoignage. On l’a suggéré plus haut : tout discours savant sur les publics est, d’une certaine façon, un discours sur les sciences de la communication elles-mêmes. C’est évident de la dimension explicitement épistémologique de l’ouvrage qui, si elle s’applique ici aux problématiques liées à la réception, les dépasse nécessairement et serait toute aussi pertinente pour d’autres thématiques, telles que celles qui portent sur les producteurs et diffuseurs des informations. Mais c’est également vrai des aspects implicites du livre. Fruit d’une collaboration entre des chercheurs danois et canadiens anglophones, il peut en effet témoigner, pour des lecteurs latins, d’un « vécu » plus septentrional, et souvent vivifiant, de leur discipline. Ainsi est-il intéressant de voir que, si la dichotomie entre qualitatif et quantitatif se révèle universelle, l’une et l’autre approche sont envisagées ici sur un pied d’égalité, ce qui serait presque incongru en France (Souchon, 1993), pour ne pas parler de la place que le livre réserve aux approches expérimentales, également incongrues sous certaines latitudes. De même, l’importance accordée aux besoins instrumentaux des professionnels peut surprendre, et plus encore la légitimité conférée aux prestations des consultants : l’influence croissante des pseudo-études en groupes restreints (focus group) dans la conduite des médias est même saluée ici comme un argument en faveur des méthodes qualitatives, comme si l’alchimie validait la chimie. Enfin, bien que les auteurs notent que l’histoire des sciences de la communication est « caractérisée par des luttes féroces et amères pour l’hégémonie scientifique », l’idée que le progrès des méthodes et le développement de la fiabilité des résultats prévaudront sur toute autre considération sous-tend tout leur ouvrage. On ne peut que le souhaiter, mais de là à le croire…

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU, Pierre (1979), La distinction ; critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

SOUCHON, Michel (1993), « Le vieux canon de 75 : l’apport des méthodes quantitatives à la connaissance du public de la télévision », Hermès, 11-12, p. 233-245.

TICHENOR, P. J., G. A. DONOHUE et C. N. OLIEN (1970), « Mass media flow and differential growth in knowledge », Public Opinion Quarterly, 34 (2), p. 159-170.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Labasse, « Kim Schrøder, Kristen Drotner, Stephen Kline and Catherine Murray, Researching Audiences », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 281-283.

Référence électronique

Bertrand Labasse, « Kim Schrøder, Kristen Drotner, Stephen Kline and Catherine Murray, Researching Audiences », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 15 septembre 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/582

Haut de page

Auteur

Bertrand Labasse

Bertrand.Labasse@univ-lyon1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org