Navigation – Plan du site
Recherches

Le journalisme narratif en espagnol dans la société de l’information

Juan Antonio García Galindo et Antonio Cuartero Naranjo

Résumés

Le journalisme et la littérature sont deux domaines qui s’influencent et qui ont donné naissance, entre autres, au journalisme narratif. Par journalisme narratif, les auteurs entendent l’utilisation journalistique de recours rhétoriques et littéraires, plus proches de la description littéraire, tout en nuançant et même en élargissant les possibilités expressives du journalisme, notamment de l’information. Dans le cadre de la présente enquête, les auteurs ont analysé quatre sites latino-américains consacrés au journalisme narratif sur Internet : les revues numériques (avec ou sans version papier), les maisons d’édition spécialisées, les collections de livres numériques (ebooks) et les organisations vouées au journalisme narratif.

Haut de page

Texte intégral

1Par journalisme narratif, nous entendons l’utilisation journalistique de recours rhétoriques et littéraires, plus proches de la description littéraire, tout en nuançant et même en élargissant les possibilités expressives du journalisme, notamment de l’information. Certains auteurs attribuent la dénomination de journalisme littéraire à ce que nous appelons ici journalisme narratif, bien qu’il y ait d’autres désignations possibles pour ce domaine du journalisme. En effet, journalisme et littérature sont deux domaines qui coexistent dans des champs très proches, parfois superposés. Ils s’influencent en un va-et-vient constant. Mais c’est seulement à la fin du XXe siècle et au début du XXIe qu’on a commencé à étudier les relations entre eux.

2Nous savons aujourd’hui que l’association entre le journalisme et le littéraire ou la narration peut susciter des controverses. Or, aujourd’hui plus que jamais, en l’état actuel du journalisme, nous devons recourir à de nouveaux paradigmes théoriques et à de nouveaux concepts pour essayer de décrire, d’analyser et d’étudier un phénomène caractérisé par la rupture des limites traditionnelles encadrant le journalisme.

  • 1 Tout en étant conscients de la controverse qui existe aussi autour de la notion d’objectivité, nous (...)

3À notre avis, le journalisme narratif incorpore de nouvelles approches et perspectives qui élargissent le champ de vision et d’analyse des faits, des situations et des événements de nature journalistique. Du point de vue du récepteur, le journalisme narratif représente une nouvelle façon d’aborder l’information, qui nous permet de connecter la subjectivité de l’émetteur avec l’objectivité du fait informatif, dans une interrelation créative qui ne réduit ni ne sous-évalue le contenu de l’information, mais qui le développe et l’enrichit. Cet élargissement de l’approche n’est pas contraire à l’objectivité1 : elle permet de générer une relation empathique du lecteur avec ladite narration.

4Ce « nouveau journalisme » nous présente de très longs textes, qui dépassent largement la longueur habituelle des articles journalistiques. Ce fait permet au journaliste d’offrir une vision large de l’événement, riche en détails, déclarations et sources. En définitive, ces caractéristiques offrent au lecteur un autre « visage » de l’information, auquel nous sommes habitués, donnant un point de vue unique et différent.

5Mais le journalisme narratif s’avère également nécessaire pour aborder des questions dans l’étude de la communication qui, jusqu’à présent, n’ont pas été examinées avec la minutie requise. L’un des apports importants de l’étude du journalisme narratif est la mise en lumière de genres journalistiques moins présents, comme le reportage, la chronique, le profil et le reportage romancé. Des genres qui exigent davantage de travail, de longueur et qui répondent parfaitement aux besoins du journalisme littéraire.

6Cela conduit sans aucun doute à ce que le journaliste offre parfois une vision plus personnelle des faits, en raison des caractéristiques intrinsèques de ces genres, qui permettent une plus grande liberté. Il en résulte des textes dotés d’une empreinte particulière. En raison de ces particularités, ces textes sont beaucoup plus coûteux à réaliser pour les entreprises de communication et sont donc très peu présents dans les moyens de communication traditionnels.

7Le journalisme narratif a cherché d’autres voies où prendre racine, et Internet est devenu l’un des meilleurs outils puisqu’il a permis la naissance de nombreuses revues, de maisons d’édition spécialisées (avec des textes en version numérique ou papier), ainsi que de catalogues de livres numériques, qui connaissent un véritable essor dans le monde du journalisme narratif. Par ailleurs, les grandes chroniques et les reportages sous la forme de livre enregistrent une croissance dynamique, surtout grâce au soutien d’éditeurs comme Debate qui ont créé des collections spécifiques.

8Internet a été un outil unique et important pour l’éclosion de ce type de textes et a aussi ajouté un avantage financier très important : le faible coût du lancement d’une initiative sur Internet. La plupart des projets dont il sera question plus loin dans notre analyse commencent en ligne, proviennent d’entrepreneurs du monde de la communication (journalistes, éditeurs, concepteurs, etc.), mais également de l’extérieur du milieu journalistique, qui décident d’ouvrir une nouvelle voie notamment en raison de la crise ou de leur mécontentement à l’égard des médias d’information traditionnels.

Méthodologie et corpus

9Dans le cadre de la présente enquête, nous avons voulu connaître la place du journalisme narratif sur le réseau Internet. Nous avons choisi d’étudier quatre objets : les revues numériques (avec ou sans présence sur papier), les maisons d’édition spécialisées, les collections de livres numériques (ebooks) des journaux et les organisations autour du journalisme narratif. Au total, ce sont quatre phénomènes différents du journalisme narratif dont nous analysons la présence et les formes sur le Web.

Tableau 1. Quatre dimensions du journalisme narratif et leurs caractéristiques

Tableau 1. Quatre dimensions du journalisme narratif et leurs caractéristiques

10Le nombre de revues, de maisons d’édition, de journaux et d’organisations n’étant pas très élevé, nous avons analysé tout l’univers, sans être obligés de recourir à un échantillon. Pour constituer l’univers de l’enquête, nous avons retenu les publications dans lesquelles le journalisme narratif joue un rôle significatif ou les revues qui se définissent elles-mêmes comme pratiquant le journalisme narratif. Ces plateformes utilisent généralement l’expression « journalisme littéraire », bien que dans les espaces d’origine latino-américaine, celle de « journalisme narratif » soit la plus utilisée.

Tableau 2. Le corpus

Tableau 2. Le corpus

Implantation du journalisme narratif dans le Web

11Actuellement, nous pouvons faire certains constats sur la forme dans laquelle se développe le journalisme narratif dans Internet, aussi bien en ce qui concerne les risques que court ce genre que les bénéfices à attendre.

Tableau 3. Risques et attraits du journalisme narratif

Tableau 3. Risques et attraits du journalisme narratif

Analyse de la présence du journalisme narratif

Revues

12Les revues faisant intervenir le journalisme narratif sont l’un des piliers du phénomène en Espagne et en Amérique du Sud. La présence de ces revues est toutefois beaucoup plus importante et ancienne en Amérique du Sud qu’en Espagne, où il s’agit d’une tendance émergente.

13Nous avons choisi le mois de septembre 2013 pour analyser les revues, à l’exception de la revue Orsai, qui est bimensuelle. Le numéro analysé couvre les mois de septembre et d’octobre.

  • 2 Nous n’en avons analysé que 42, car certains textes sont rédigés uniquement pour l’édition papier.

14L’analyse a permis de retracer 49 textes2 correspondant à 54 auteurs (certains sont signés par deux journalistes) dans 11 revues analysées, bien qu’il y ait eu des cas comme celui de la revue Diez 4 dont le numéro de septembre n’a publié aucun texte présentant les caractéristiques retenues pour notre analyse. La revue Marcapasos n’a procédé à aucune mise à jour durant l’analyse et n’a pas paru pendant quelques mois, même si elle a été récemment publiée à nouveau. Bien que certaines n’aient publié aucun texte du type recherché pendant la période choisie, elles ont été maintenues dans l’univers de l’enquête en raison de leur caractère de revues de journalisme narratif. La plupart des 42 textes analysés figurent dans trois revues : Etiqueta Negra (9), Frontera D (8) et Jot Down (11).

15L’analyse des genres permet de poser des constats très intéressants, entre autres que le genre le plus utilisé est le reportage (17), suivi de près par la chronique (9), le profil (6) et les entretiens approfondis (6). Des 17 reportages, 12 sont publiés par deux revues espagnoles, Jot Down et Frontera D, et des 9 chroniques, une seule est publiée dans ces revues. Cela peut s’expliquer par les différentes utilisations des genres dans le journalisme espagnol et le journalisme latino-américain. La tradition journalistique espagnole est davantage attachée à des genres plus proches de l’opinion tels que la colonne, l’article ou le portrait, et qui sont éloignés du reportage et de la chronique, par exemple, qui ont plus d’exigences d’information. Entre ces deux pôles, le reportage est particulièrement présent (d’où les résultats obtenus), mais la chronique a pratiquement disparu de nos moyens de communication (Chillón, 1999 : 356).

16Le format dans lequel sont présentées ces revues a été considéré comme très révélateur dans l’actuel secteur de la communication. Trois revues publient exclusivement en version numérique (Frontera D, Anfibia et Marcapasos) alors que les neuf autres publient des versions numérique et papier. La présentation des textes diffère selon qu’il s’agit de la version numérique ou papier. Le téléchargement des deux versions est gratuit pour six des neuf revues.

17D’autres publications comme Orsai ou Soho établissent une barrière temporelle avant le téléchargement. Par exemple, Orsai permet le téléchargement de ses textes 15 jours après leur diffusion sur papier.

18Trois des revues qui publient des versions numérique et papier — par exemple Etiqueta Negra — n’offrent qu’une partie (30 % environ) de leur contenu sur Internet. Dans ce cas, la version numérique est un simple support destiné à faire connaître la publication et à inciter le lecteur à acheter la version papier. L’internaute a aussi accès à des extraits des anciens numéros.

19La survie de la majorité de ces revues, surtout celles qui privilégient les deux versions, dépend, outre la publicité, des abonnements et des ventes de la version papier. Les prix oscillent de 10 à 15 euros, selon la taille de la revue. Bien qu’il existe plusieurs modalités pour financer les revues, Orsai a annoncé dans son blogue (qu’elle a éliminé plus tard) que son mode de financement serait exclusivement fondé sur les abonnements, en raison de la baisse des revenus publicitaires au cours de la dernière année. Par contre, Gatopardo insère de nombreuses publicités de grandes marques dans ses numéros, ce qui lui permet d’absorber la plus grande partie de ses coûts. Enfin, il y a le cas de Jot Down qui, avec ses 300 pages au prix de 15 euros, n’inclut aucune publicité, assurant son financement grâce à la vente de la revue, comme pour Orsai.

20Les thèmes qu’abordent les journalistes sont très divers : nous trouvons principalement le crime organisé, la musique, la télévision, le sport, les sciences, la gastronomie. Les thèmes sont abordés soit par l’entremise d’un personnage célèbre ou important (six), soit par l’analyse de situations concrètes (trois), soit par des enquêtes (deux), par exemple criminelles.

21La présence des médias sociaux a été considérée comme un élément intéressant à analyser pour connaître la manière qu’ont les lecteurs potentiels d’entrer en contact avec une revue et pour comprendre la façon dont la revue fidélise son lectorat. Le nombre d’abonnés à ces médias sociaux a été analysé ; soulignons que El Malpensante — suivie par Soho et Jot Down — est l’une des revues les plus actives, en particulier sur Twitter (487 000 abonnés). En général, toutes les revues sont plus actives sur Twitter que sur Facebook.

22La plupart de ces revues possèdent un compte d’entreprise sur Twitter et Facebook. Par contre, Frontera D met à profit, en plus de son compte d’entreprise, celui de son créateur, Alfonso Armada, et Orsai, qui n’a pas de compte d’entreprise, utilise celui d’un de ses fondateurs, Hernan Casciari. Les comptes sont en général utilisés pour faire la promotion des contenus des revues. Il existe des exceptions : par exemple, Jot Down profite de ses interventions sur Twitter pour commenter des faits de l’actualité quotidienne en employant un ton satirique et sarcastique alors que le site Web de Frontera D offre un manuel de bonnes pratiques journalistiques3 destiné à ses collaborateurs. En général, les médias sociaux ont pour fonction principale de faire la promotion des revues, d’établir un dialogue avec leurs lecteurs, mais surtout d’attirer de nouveaux lecteurs.

23Enfin, seulement trois des revues analysées se définissent comme des revues exclusives de journalisme narratif (ou littéraire) — Anfibia, Gatopardo et Frontera D — alors que les autres publications se considèrent plutôt comme des revues culturelles ou littéraires.

24L’analyse nous a également révélé des aspects plus négatifs. Par exemple, nous observons l’absence dans les versions numériques des dates de mise en ligne des textes d’information, ce qui nous semble très grave. C’est notamment le cas de Jot Down et Coroto.

25La délimitation des genres et des sections est plus rigoureuse dans les revues latino-américaines. Les publications espagnoles désignent les sections de manière très différente et originale, mais cette pratique peut prêter à confusion étant donné que le lecteur peut parfois confondre journalisme et littérature. L’utilisation de dénominations plus classiques, ou peu novatrices, a l’avantage d’aider le lecteur à mieux reconnaître et à mieux distinguer les textes qu’il choisit de lire.

26L’une des principales caractéristiques du journalisme narratif est la longueur des articles. Afin de maintenir l’intérêt du lecteur, la revue Gatopardo dans sa version papier a choisi d’insérer entre une première partie, publiée au début, et la seconde partie qui ne comporte aucune photo, publiée en dernière page, une série de textes d’information plus courts et plus divertissants. Cette stratégie viserait à offrir au lecteur un temps d’arrêt, une pause, avant de continuer la lecture d’un texte qui demande temps et concentration.

27Il convient de nous attarder sur la fermeture de la revue Orsai en 2014 et de rappeler la politique éditoriale de son fondateur, Hernan Casciari. Cette revue publie deux versions, numérique et papier, mais avec une barrière temporelle de 15 jours. Casciari la considère d’abord comme une publication papier. Elle ne contient aucune publicité et ses seules sources de revenus sont les abonnements et la vente au numéro. Casciari rappelle dans son intervention dans le cadre du TED (TEDxTalk4, 2011) que son idée était de créer « une revue impossible », qui « n’aurait pas un centimètre de publicité », mais qui « aurait la meilleure qualité graphique du marché » et « se passerait de tous les intermédiaires possibles ». Dans les pays où elle est distribuée, le prix d’achat est ajusté au prix de base des journaux et des revues en vigueur dans chacun des pays (Casciari admet dans la vidéo que l’entreprise a parfois ainsi perdu de l’argent). Dans son intervention, il explique comment, grâce à la communauté de son blogue, il est parvenu à financer et à rentabiliser la revue, puis comment, deux ans après sa fondation, la chute des abonnements le force, dans l’éditorial du numéro 15, à annoncer la fermeture après la publication du prochain numéro. Même si Internet offre la possibilité de penser différemment un modèle d’affaires, la publication d’une revue demeure toujours risquée.

28Ces revues ont été conçues pour un public très exclusif, elles traitent longuement de thèmes complexes, dans un marché très difficile et extrêmement divers. La fermeture de bon nombre de ces moyens de communication deviendra fréquente au fil du temps. Les revues qui survivent sont celles qui misent sur un journalisme de grande qualité, original, indépendant, dont les contenus touchent le lecteur et renouvellent de façon continue leurs sujets, leurs approches et leurs structures.

29En France et Belgique est apparu, ces dernières années, un phénomène présentant des caractéristiques similaires, mais plus singulier. Il s’agit des mooks – une contraction de magazine (m) et de book (ook) (Vanoost, 2013 : 160) — un hybride entre livre et revue qui aborde le journalisme narratif, en donnant plus d’espace à l’illustration et à la bande dessinée dans certains cas (Vanoost, 2013 : 141). Un mook est une revue, généralement trimestrielle, qui est vendue au prix de 15 euros environ en librairie et dans les kiosques. Le premier mook, Le Tigre, a été publié en 2008.

30La France est devenue une référence pour ce phénomène dans les pays occidentaux. Les mooks les plus distinctifs dans le panorama français sont XXI, Feuilleton, Le Tigre, France Culture Papiers, Revue Dessinée. Il y a aussi des exemples de mooks en Belgique francophone comme 24HO1. La structure éditoriale préalable très forte et consolidée en France a permis la naissance de ces publications. Dans le cas espagnol, en raison d’un marché plus fragile, les revues misent davantage sur Internet, en publiant soit une version numérique, soit une version numérique et une version papier, mais aucune ne publie exclusivement une version papier.

Maisons d’édition spécialisées

31Il faut souligner deux nouvelles maisons d’édition indépendantes nées en Espagne et spécialisées dans la publication de livres de journalisme narratif. Il s’agit de eCícero et Libros del K.O., les premières maisons d’édition axées exclusivement sur ce marché.

32eCícero se définit comme une maison d’édition de « livres électroniques brefs de non-fiction ». Bien que ce ne soit pas le même format qu’un livre physique, chaque édition ne dépasse pas les équivalents de 70 ou 100 pages. Selon l’analyse de son catalogue et de ses titres, il ne fait aucun doute qu’il s’agit de journalisme narratif.

33L’objectif de Libros del K.O. est beaucoup plus concret ; d’une part, il s’agit de publier des livres plus conformes à ses contre-parties physiques et, d’autre part, de « donner au journalisme un format livre ». Si nous sommes habitués à plusieurs formes du journalisme telles que la radio, la presse, la télévision ou Internet, il est intéressant que soit envisagé aujourd’hui de publier le journalisme sous la forme du livre (notons que le XXe siècle a tout de même connu de nombreux auteurs journalistes comme Tom Wolfe, Gay Talese, Kyszada Kapuscinski ou Manuel Vázquez Montalbán, pour ne citer que les mieux connus).

34Les deux maisons d’édition sont très similaires — eCícero compte 20 auteurs et a publié 19 numéros alors que Libros del K.O. compte 23 auteurs et a publié 24 numéros. Par contre, seuls deux auteurs publient dans les deux maisons. Quant aux genres, toutes leurs publications sont des chroniques à l’exception de eCícero, qui a publié quatre entretiens approfondis.

35Les deux maisons privilégient le livre numérique pour limiter les frais de distribution. À l’exception d’un titre publié seulement en version papier, Libros del K.O. publie tous ses autres titres en version papier — distribués dans 9 librairies — et en version numérique. eCícero publie cinq titres en version papier — distribués dans 15 librairies espagnoles — et en version numérique. Tous ses autres titres sont publiés exclusivement en version numérique. En plus d’offrir un mode d’accès plus facile à ses lecteurs, le choix du numérique représente pour ces deux maisons d’édition un important avantage financier.

36Le prix de vente varie selon la taille des livres et l’étendue du marché : chez eCícero, un titre papier coûte en moyenne 6,99 euros et sa version numérique, 2,99 euros ; chez Libros del K.O., un titre papier se vend entre 8 et 20 euros et ses livres numériques, entre 1 et 8 euros.

37La présence de ces maisons d’édition dans les médias sociaux est marginale et peu significative ; les entreprises se limitent à faire la promotion de leurs nouveautés.

Collections de livres numériques de journaux

38Les journaux comme The New York Times, The Guardian, The Washington Post, The New Yorker, The Boston Globe (Rédaction, 2011), La Vanguardia et El País ont lancé en 2011 leur catalogue de livres numériques qui reproduisent leurs meilleurs textes journalistiques et littéraires mais nous avons constaté que très peu de leurs textes peuvent être considérés comme du journalisme littéraire.

39Pour acquérir l’un de ces livres numériques, il faut obligatoirement se rendre sur la plateforme Amazon, qui héberge deux catalogues. Pour télécharger un livre numérique dans son ordinateur, sa tablette ou son ordiphone, il faut télécharger l’application (gratuite) Kindle Amazon.

40Le catalogue d’El País compte plus de 300 titres et celui de La Vanguardia plus de 150, répartis dans de nombreuses sections (art, biographie, droit, sport, politique, religion, etc.). La plupart de leurs titres sont des reportages et des entretiens. Cependant, ces livres numériques — dont le prix de vente oscille entre 0,94 et 2,50 euros — reproduisent les contenus des journaux, par ailleurs facilement et gratuitement accessibles sur leur site, si bien que très peu d’utilisateurs sont attirés par le livre numérique.

41El País s’efforce de rassembler les chroniques de guerre, entretiens et reportages sur certains thèmes, ou de présenter des livres numériques avec des contenus plus denses. La Vanguardia, par contre, se contente de reproduire en version numérique son contenu papier. Si l’objectif est d’attirer des lecteurs, il serait nécessaire d’améliorer la qualité à la fois du contenu et de sa présentation.

42Notre analyse sommaire indique que très peu de textes du catalogue d’El País peuvent être qualifiés de journalisme narratif et aucun ne peut prétendre au titre dans le catalogue de La Vanguardia. Seule La Vanguardia offre des livres numériques dans d’autres langues non officielles comme le catalan.

Organisations

43Les revues et les maisons d’édition que nous avons examinées s’associent à l’un des organismes les plus actifs qui contribuent à faire connaître le journalisme narratif en Amérique latine et en Espagne : la Fondation Nuevo Periodismo (Nouveau journalisme), créée en octobre 1994 à Cartagena de Indias (Colombie) et dont l’un des objectifs est d’encourager le « journalisme narratif » et de nouvelles générations d’auteurs journalistiques, c’est-à-dire l’éclosion du journalisme littéraire5.

44Sa principale activité est la création de séminaires, d’ateliers et de diverses rencontres en vue de former des journalistes de différentes disciplines. Ces ateliers sont en général animés par des journalistes renommés, parmi lesquels figurent beaucoup d’auteurs qui publient dans les revues et les maisons d’édition étudiées ci-dessus, par exemple Alma Guillermoprieto, Alberto Salcedo Ramos, Julio Villanueva Chang et Leila Guerriero. Plus de 250 activités ont été organisées ; elles ont rassemblé plus de 5 000 participants. Les écrits de grands journalistes disparus comme Ryszard Kapuściński, Tomás Eloy Martínez, Susana Rotker et Carlos Monsiváis servent de référents pour les nouvelles générations de journalistes. La Fondation a récemment créé le prix Gabriel García Márquez de journalisme et a mis sur pied le Réseau ibéro-américain de journalisme culturel, dont l’objectif est de réunir des textes de journalisme culturel de grande qualité et de faciliter les relations entre journalistes d’Amérique latine et d’Espagne.

45Signalons le Red Ética Segura (Réseau éthique sûre), dont l’objectif est de réfléchir aux défis auxquels doit faire face le journaliste à l’ère du numérique. Il y a aussi Cosecha Roja, la Red Latinoaméricana de Periodismo Judicial, un réseau d’entraide de journalistes judiciaires. Grâce au Web, les journalistes et les citoyens signalent des problèmes éthiques et un groupe d’experts sous la responsabilité du journaliste Javier Darío Restrepo est chargé d’y répondre. Les publications de biographies, de chroniques et de guides pour les journalistes sont également un autre objectif de la Fondation.

46Tous les documents de la Fondation sont téléchargeables sur Internet. La Fondation est également active dans les médias sociaux. Elle utilise Twitter — elle compte 42 000 abonnés — pour tenir des débats, sur des thèmes précis, appelés « Tuitdebates », qui sont organisés dans le réseau de microblogging et dont les échanges sont ensuite rassemblés dans le Web grâce à un storify.

47En plus d’encourager la formation et le perfectionnement des journalistes, la Fondation Nuevo Periodismo est devenue un instrument de promotion des revues et des maisons d’édition.

Conclusion

48Le journalisme narratif se situe à la marge des moyens de communication plus traditionnels et, en général, il est méconnu du grand public. L’arrivée d’Internet a permis à ce type de journalisme de se faire connaître, de prendre de l’expansion, d’élargir sa diffusion et d’attirer un public plus large. Le travail des journalistes narratifs exige plus de temps et plus d’argent, ce dont disposent très peu les médias traditionnels. Internet offre à ces journalistes non seulement des outils plus performants, à des coûts minimes, mais aussi des plateformes de diffusion très efficaces.

49Le journalisme narratif privilégie la chronique et le reportage dont le genre autorise le recours au style littéraire. Le reportage est le genre le plus utilisé dans des revues d’origine espagnole alors que la chronique l’est dans les revues de l’Amérique du Sud.

  • 6 Au cours de la table ronde « La red y el negocio cultural », dans le cadre du cycle La nueva prensa (...)

50Il existe deux modèles de diffusion : la version papier seule (Frontera D, Anfibia et Marcapasos) et la double version papier/numérique. Si Internet permet de créer plus facilement un moyen de communication, il est encore difficile de trouver une source de financement stable. La vente de l’édition papier constitue la principale source de revenus6.

  • 7 Des 12 revues analysées, 3 sont exclusivement numériques ; en conséquence, le calcul de cette donné (...)

51Il existe trois modèles d’accessibilité pour les revues en double version : le téléchargement libre et gratuit de la version numérique en concomitance avec la version papier, ce qui est le cas de six des neuf revues analysées7 ; une barrière temporelle au téléchargement après la publication de la version papier, c’est le cas des revues Orsai et Soho ; un accès partiel au contenu de la version papier, c’est-à-dire que certaines sections ne peuvent jamais être téléchargées ou ne peuvent l’être qu’avec l’achat de la revue papier (c’est le cas de la revue Etiqueta Negra). À notre avis, ce troisième modèle est le moins approprié alors que le deuxième pourrait selon nous assurer un financement plus stable, vu la pérennité du contenu.

52Les médias sociaux jouent un rôle très important, car ils facilitent le contact avec les lecteurs. C’est particulièrement le cas de Twitter. Les revues qui bonifient leur offre sur Internet — par exemple, Jot Down offre en plus de son contenu une analyse de l’actualité quotidienne — connaissent un plus grand succès dans les médias sociaux.

53Comment se définissent-elles ? Trois des revues se considèrent comme des revues de journalisme narratif (Anfibia, Gatopardo et Frontera D) alors que les autres se définissent comme littéraires ou journalistiques.

54Comment indexent-elles leurs contenus ? Les revues latino-américaines sont plus rigoureuses et définissent plus clairement les sections, ce qui facilite la lecture et le repérage.

55Comment maintenir l’attention du lecteur ? Les textes du journalisme narratif étant plus denses et plus longs, nous avons trouvé peu de stratégie éditoriale. La seule exception est la version papier de la revue Gatopardo qui, en scindant en deux les textes, y intercale un contenu plus « léger ». C’est un moyen de rompre la lecture longue pour éviter que le lecteur ressente de la fatigue : on lui donne d’autres contenus à lire, pour essayer ensuite de lui faire reprendre la lecture jusqu’à la fin de la revue.

56Peu de ces revues connaissent la stabilité et toutes sont à la recherche de nouvelles sources de financement. La revue Marcapasos éprouve de la difficulté à renouveler son contenu et la revue Orsai s’est vue obligée de cesser sa publication.

57Les maisons d’édition spécialisées en journalisme narratif trouvent leur rentabilité dans le livre électronique, qui allie un faible coût de production, un système de distribution efficace (téléchargement) et un prix de vente accessible pour le grand public. Ce système d’exploitation permet aux maisons d’édition d’assurer la sauvegarde des grands noms du journalisme narratif — tel Josep Pla chez Libros del K.O. —, de faire connaître de nouvelles œuvres et des auteurs inconnus ou difficiles d’accès et, enfin, de diffuser à prix modique des titres de 80 ou 100 pages dont les coûts de publication, en version papier, seraient prohibitifs.

58Les collections de livres numériques que les journaux affichent comme « Le meilleur journalisme de votre journal » ne connaissent pas le succès. Leur contenu, entre autres, ne correspond pas toujours au genre du journalisme narratif et leur prix de vente — de 1 à 2 euros — est relativement élevé par rapport à un contenu largement accessible gratuitement sur les sites (hémérothèque ou hemerotica) des journaux. Le passage obligé par Amazon et le téléchargement (gratuit) de son application peuvent être considérés par plusieurs lecteurs potentiels comme un obstacle, sinon comme une contrainte.

59Enfin, il convient de souligner le très important rôle de la Fondation Nuevo Periodismo, une organisation qui soutient très activement de nombreux projets dont certains sont directement liés au journalisme narratif, par exemple Encuentro Nuevos Cronistas de Indias. Présentement, cette organisation est l’épicentre du journalisme narratif en langue espagnole, rassemblant les meilleures voix, les meilleurs auteurs et les plus grandes œuvres.

60Internet fournit les outils nécessaires pour que le journalisme narratif trouve de nouveaux modèles de production et de diffusion dans des revues, des maisons d’édition et des organismes. Si le journalisme narratif est plus actif en Amérique latine, il est en train de devenir un phénomène émergent en Espagne, après un départ plutôt discret.

61Malgré tous les avantages qu’offre Internet, le problème économique reste présent sur tous les plans. Il existe de nouvelles options, mais il n’y a pas de solution « miracle » pour les journalistes dont le travail nécessite aussi bien de nombreuses heures et beaucoup d’efforts que d’importants moyens pour le publier et le diffuser. Actuellement, la grande majorité des revues analysées privilégient un modèle mixte, soit les versions papier et numérique.

62Outre le problème économique, et malgré les avantages d’Internet, l’Espagne et l’Amérique latine ne disposent pas pour le moment de compétences éditoriales suffisamment fortes pour soutenir d’autres types de production comme les mooks en France, un hybride entre revue et livre, qui assurent, de plus en plus, la plus grande partie de la production française et belge en journalisme narratif. La revue espagnole Jot Down, par son format et sa structure commerciale, est peut-être l’exemple le plus proche de ce nouveau phénomène éditorial français.

Haut de page

Bibliographie

CHILLÓN, A. (1999), Literatura y periodismo. Una tradición de relaciones promiscuas, Bellaterra, Universitat Autònoma de Barcelona.

LÓPEZ PAN, F. (2005), « ¿Es posible el periodismo literario ? Una aproximación conceptual a partir de los estudios de redacción periodística en España en el periodo 1974–1990 », Doxa Communication. Revista interdisciplinar de estudios de comunicación y ciencias sociales, 3 (mai) : 11-31.

REDACCION (2011), « La Vanguardia lance une nouvelle maison d’édition de livres électroniques », La Vanguardia, 2 novembre. [En ligne]. http://www.lavanguardia.com/cultura/20111102/54236715389/la-vanguardia-lanza-una-nueva-editorial-de-libros-electronicos-ebooks-de-vanguardia.html. Page consultée le 15 septembre 2013

RODRÍGUEZ, J. M. Rodríguez (2012), Contar la realidad : el drama como eje del periodismo literario, Zaragoza, 451 Editores.

RODRÍGUEZ, J. M. Rodríguez et Maria ANGUELO EGEA (dir.) (2010), Periodismo literario. Naturaleza, antecedentes, paradigmas y perspectivas, Madrid, Fragua.

TEDXTALK (2011), Como matar al intermediario : Hernán Casciari [En ligne]. https://www.youtube.com/watch?v=_VEYn3bXz34. Page consultée le 17 septembre 2013.

VANOOST, M. (2013), « Journalisme narratif : proposition de définition, entre narratologie et éthique », Les Cahiers du journalisme, 25 : 140-160.

VANOOST, M. (2013), « Éthique et expression de l’expérience subjective en journalisme narratif », Sur le journalisme, About journalism, Sobre jornalismo, 2(2). [En ligne]. http://surlejournalisme.com/rev. Page consultée le 15 décembre 2013.

Haut de page

Notes

1 Tout en étant conscients de la controverse qui existe aussi autour de la notion d’objectivité, nous souhaitons utiliser dans le présent texte cette notion en l’entendant comme la tendance ou la recherche de l’objectivité, dont la caractéristique fondamentale est de parvenir à la plus grande véracité et à la vraisemblance des informations.

2 Nous n’en avons analysé que 42, car certains textes sont rédigés uniquement pour l’édition papier.

3 Voir : http://www.fronterad.com/?q=deontologia. Page consultée le 17 septembre 2013.

4 Voir : https://www.youtube.com/watch?v=_VEYn3bXz34. Page consultée le 17 septembre 2013.

5 Voir : http://www.fnpi.org/fnpi/lineas-de-actuacion/. Page consultée le 17 septembre 2013.

6 Au cours de la table ronde « La red y el negocio cultural », dans le cadre du cycle La nueva prensa cultural en la web, à Málaga, en novembre 2013, Ángel L. Fernández, cofondateur de Jot Down et administrateur de la société, a expliqué comment la revue Jot Down se finançait entièrement par la vente de sa revue.

7 Des 12 revues analysées, 3 sont exclusivement numériques ; en conséquence, le calcul de cette donnée est de 9 revues.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Quatre dimensions du journalisme narratif et leurs caractéristiques
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5823/img-1.png
Fichier image/png, 110k
Titre Tableau 2. Le corpus
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5823/img-2.png
Fichier image/png, 144k
Titre Tableau 3. Risques et attraits du journalisme narratif
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5823/img-3.png
Fichier image/png, 152k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Antonio García Galindo et Antonio Cuartero Naranjo, « Le journalisme narratif en espagnol dans la société de l’information  », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/5823 ; DOI : 10.4000/communication.5823

Haut de page

Auteurs

Juan Antonio García Galindo

Juan Antonio García Galindo est professeur à la Faculté des sciences de la communication de l’Université de Málaga. Courriel : jagarciag@uma.es

Antonio Cuartero Naranjo

Antonio Cuartero Naranjo, boursier pré-doctoral FPU (Programme National de Formation du Personnel Universitaire) Faculté des Sciences de la communication de l’Université de Málaga. Courriel : cuartero@uma.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org