Navigation – Plan du site
Recherches

Vers une approche théorique pour une communication des risques efficace en adaptation

Bernard Motulsky, Jean-Bernard Guindon, Flore Tanguay-Hébert et Béatrice Roy

Résumés

La Chaire de relations publiques et communication marketing de l’Université du Québec à Montréal s’engage à faire avancer les connaissances sur des sujets liés aux changements climatiques et à la communication des risques et en temps de crise. Les auteurs exposent les grandes lignes d’un projet de recherche dont l’objectif est de définir et d’analyser les enjeux, les contraintes et les perspectives de développement de la communication des risques météorologiques pour optimiser les vecteurs de transmission de l’information et ainsi contribuer au développement de la résilience des populations.

Haut de page

Texte intégral

1Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), 11 des 12 dernières années sont les plus chaudes depuis 1850, date à laquelle ont été prélevées pour la toute première fois les températures à la surface terrestre. Ce phénomène est d’autant plus grave qu’il est de nature internationale, dans la mesure où les températures ont augmenté plus ou moins rapidement partout sur la surface du globe. Quotidiennement, d’un océan à l’autre, des milliers de gens sont affectés et parfois même mis en danger par des événements climatiques extrêmes. Les fortes pluies, les inondations, les tempêtes de neige, de grêle et de verglas, les tsunamis et les canicules influencent non seulement notre quotidien, mais également les infrastructures et l’économie.
Face à ce type de phénomènes, exacerbés par l’effet des changements climatiques, l’adaptation n’est pas l’unique moyen de se préparer, mais elle devient un élément intéressant lorsqu’elle est intégrée dans les procédures de planification à l’échelle locale, régionale, nationale et internationale (World Health Organization, 2009). D’ailleurs, parler d’adaptation dans un tel contexte, c’est parler de la conception et de l’incorporation de mesures face à un stress causé par la dérèglementation du climat afin d’en réduire les conséquences (Smit et Wandel, 2006 ; Pruneau, Demers et Abdellatif, 2008). Face à des phénomènes météorologiques menaçants et souvent complexes, les autorités et administrations publiques se doivent d’assurer la sécurité des populations. Les défis sont grands, en ce qui a trait autant à la forme du message qu’au choix d’une combinaison de vecteurs de transmission de l’information. Toutefois, afin d’obtenir les résultats escomptés et d’influencer positivement les populations vulnérables, on doit optimiser la transmission de l’information en utilisant les meilleurs vecteurs pour toucher et mobiliser les acteurs clés qui, à leur tour, ont la charge de joindre le plus grand nombre possible d’individus potentiellement affectés par un aléa pour en contenir les impacts.

2Ces interventions proactives et préventives s’inscrivent dans une approche de communication interactive aujourd’hui mise en avant en matière de sécurité civile (Chagnon, 2004) et de communication des risques qui favorise la prise de décisions cruciales en temps opportun (Broise et Lamarche, 2006), à la fois par les décideurs et par les citoyens (Laigle et al., 2003).

3Ce concept de sécurité civile rompt avec la tradition selon laquelle les météorologues agiraient comme simples courroies de transmission de l’information sans considération pour le format ou les outils de diffusion du message. Cette tradition constitue un obstacle à la sensibilisation adéquate des acteurs et freine la prise en compte des mesures appropriées de protection et de prévention par les autorités régionales et locales ainsi que par la population en général. Tenant compte de cette problématique, notre recherche a pour objectif général de comprendre comment les outils de la communication publique peuvent contribuer à l’adaptation et à la protection des populations en cas de phénomènes météorologiques extrêmes. Cette recherche devrait également contribuer à évaluer avec plus de précision les possibilités d’informer et d’alerter pour modifier les perceptions, les attitudes et les comportements des publics cibles en fonction des aléas auxquels ils font face.

4Notre recherche, qui soulève des enjeux liés à l’adaptation aux changements climatiques et aux alertes météorologiques, collige et analyse des connaissances sur les meilleures pratiques de communication des risques, notamment sur les systèmes d’alerte précoce, les facteurs d’influence de la perception des risques, la performance des stratégies et des outils de communication ainsi que sur la recherche et l’analyse des enjeux, des contraintes et des perspectives de développement de la communication des risques météorologiques.

Cadre théorique et définition des indicateurs

5Bien qu’il s’agisse d’enjeux fondamentaux, lorsqu’il est question de communiquer de l’information sur les risques météorologiques, plusieurs problèmes se posent. Plusieurs entraves gênent l’efficacité de la communication : la spécialisation et la difficulté d’interpréter les informations scientifiques sous l’angle des effets concrets (Duclos, 1996), surtout lorsqu’il y a un effet domino où un premier aléa en entraîne un ou plusieurs autres (Nordenstreng, 1975) ; l’incertitude liée à la nature probabiliste des prévisions (Covello et al., 1997) ; la difficulté de traiter des effets concrets de la communication sur les impacts potentiels par rapport aux dommages réels (Filion, 2004) ; la tendance des parties prenantes à fonctionner en silo (Broise et Lamarche, 2006) ; la difficulté de transmettre les informations à temps aux populations vulnérables(Griffin et Lachlan, 2007). Les particularités intrinsèques des événements et celles des acteurs en interaction, outre les caractéristiques du message et de sa transmission, peuvent aussi influencer l’efficacité de la communication des risques (Lachlan et Spence, 2007).

6La perception joue aussi un rôle important dans l’acceptation des risques, car les aléas n’ont pas la même signification pour chaque individu. La perception du danger, réel ou imaginaire, guide les actions subséquentes d’un individu face à une situation donnée (Soulé, Reynier et Corneloup, 2007). Or, loin de se baser exclusivement sur des faits observables, prouvés ou prévisibles hors de tout doute, ces actions s’ancrent dans l’émotivité, l’incertitude et un calcul de coût-avantage qui varient grandement selon les individus (World Health Organization, 2005). Le développement d’une culture de résilience et de prévention sur tous les plans pour réduire la vulnérabilité aux aléas hydrométéorologiques (Chagnon, 2004 ; Lessard et Guindon, 2004) et une communication des risques extrêmement sensible, ciblée et précoce (Organisation mondiale de la santé, 2008 ; Nantel, 2004 ; Doré, 2004) deviennent inévitables non seulement pour avertir les citoyens des dangers auxquels ils font face (Laigle et al., 2003 ; Bouzon, 2004), mais aussi pour permettre de coordonner les opérations des acteurs clés du milieu (Broise et Lamarche, 2006). Si une communication basée sur le long terme et permettant une coordination des acteurs est primordiale en situation de crise, elle l’est d’autant plus lorsqu’il s’agit de prévenir les catastrophes imminentes et de changer le cours potentiellement dramatique des choses (Soulé, Reynier et Corneloup, 2007 ; Seeger, 2006).

Grille d’analyse

7Les études de cas constituent notre corpus principal puisqu’elles permettent de prendre en compte les caractéristiques contextuelles, interactives et interprétatives complexes des événements météorologiques et de déterminer les scénarios à privilégier en matière de communication des risques météorologiques (Arnaud, 2007). Plus précisément, ce corpus sera constitué d’une douzaine d’études de cas sélectionnées sur une base géographique. Pour diversifier l’échantillon et augmenter la valeur comparative de l’étude, nous retenons à des fins d’analyse des événements climatiques extrêmes ayant touché les continents américain, africain, européen et asiatique. À partir des principes fondamentaux que dévoile la littérature et qui définissent les « bonnes pratiques » en matière de communication, et d’élaboration et d’analyse des campagnes de communication des risques (Frattolillo et Boutin, 2004), il a été tenté d’intégrer ces principes au processus de gestion des risques majeurs (Bérubé, 2013). C’est donc à partir de ces principes de performance de la communication des risques qu’a été créé un tableau qui permet de structurer l’analyse des études de cas (Bérubé, 2013) en déterminant pour chaque principe les critères applicables et les indicateurs tant d’activité que de performance. On sait que ce sont les indicateurs de performance qui sont les plus importants parce qu’ils permettent de refléter l’efficacité des communications et les résultats atteints.

Tableau 1. Indicateurs de performance de la communication des risques

Tableau 1. Indicateurs de performance de la communication des risques

8Le tableau permet de soulever un certain nombre de questions susceptibles d’alimenter la réflexion sur la communication des risques : quels sont les paramètres et les facteurs d’influence de la perception des risques chez la population pour l’adoption de comportements préventifs ou le développement de la résilience ? Quelles sont les bonnes pratiques de la communication des risques en cas d’événement météorologique majeur pour les acteurs clés et les parties prenantes ?
Comment les médias influencent-ils la perception des risques et leur gestion en cas d’événement météorologique majeur ? En quoi les pratiques courantes en matière de communication des risques météorologiques diffèrent-elles selon les pays et les organisations, et quelles sont les approches qui obtiennent les résultats les plus satisfaisants ? 

9Le tableau permet également de s’interroger sur les enjeux, les contraintes et les perspectives de toute tentative de développer une communication des risques météorologiques. Ce faisant, il favorise l’uniformisation de l’analyse et facilite le choix des meilleurs scénarios et des meilleures pratiques en matière de communication des risques météorologiques avec, pour résultat, d’offrir des outils efficaces aux acteurs clés et aux parties prenantes pour faire face aux événements climatiques extrêmes.

  • 1 Exemple d’application de la grille basée sur l’étude de cas de la tempête Klaus (France, 2009) ; ch (...)

10Afin d’établir des parallèles entre les différentes études de cas sélectionnées, nous nous sommes inspirés de l’œuvre de Thierry Libaert (Libaert et de Marco, 2006) pour construire une grille d’analyse (tableau 2). Sa structure demeure ouverte et remaniable en fonction des spécificités des cas, ce qui permet non seulement d’ajouter une valeur comparative à l’étude, mais également de confirmer ou d’infirmer la valeur des différents indicateurs cernés au cours de la première étape et de produire une comparaison chiffrée des indicateurs1.

Tableau 2. Fiche d’évaluation des indicateurs (Libaert et de Marco, 2006)

Tableau 2. Fiche d’évaluation des indicateurs (Libaert et de Marco, 2006)

11L’hypothèse qui guide notre recherche suggère qu’une meilleure formation des météorologues en communication combinée avec le développement d’outils de diffusion performants, diversifiés, ciblés et partagés par les différents acteurs, permettraient d’encadrer le processus de communication des risques de façon systématique et précoce et ainsi d’atteindre l’objectif de mobilisation des publics menacés afin qu’ils prennent les moyens pour en contenir les impacts. Pour que la communication des risques soit adaptée à la nature des risques et aux publics qui y font face, elle doit non seulement intégrer de façon systématique toutes les étapes du processus de gestion des risques, mais également permettre de générer pour les acteurs clés des outils, des stratégies et des messages adaptés aux différentes étapes d’évolution du risque. Une communication des risques efficace repose sur la capacité d’une organisation de déterminer des risques, d’en mesurer les répercussions potentielles et de mettre en place les outils nécessaires à l’atténuation des effets et, ultimement, à l’élimination des conséquences.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ARNAUD, Nicolas (2007), « Étudier, relever et analyser la communication organisationnelle en situation de gestion, ou comment accéder à la conversation et aux textes », Communication & organisation, 32 : 168-191.
DOI : 10.4000/communicationorganisation.381

BÉRUBÉ, Pierre (2013), « La communication en temps de crise » dans Andrée de SERRES (dir.), La gestion des risques majeurs, Montréal, Éditions Yvon Blais, Coll. « FidRisk », p. 525-557.

BROISE, Patrice de la et Thomas LAMARCHE (dir.) (2006), Responsabilité sociale : vers une nouvelle communication des entreprises ?, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

CHAGNON, Jacques (2004), « La loi sur la sécurité civile et la communication des risques » dans Danielle MAISONNEUVE (dir.), La communication des risques. Un nouveau défi, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 3-11.

COVELLO, T. Vincent et al. (1997), « The determinants of trust and credibility in environmental risk communication: An empirical study », Risk Analysis, 17 : 43-54.

DORÉ, Marie-Claude (2004), « La place de la communication dans un système global de gestion des risques » dans Danielle MAISONNEUVE (dir.), La communication des risques. Un nouveau défi, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 69-77.

DUCLOS, Denis (1996), « Puissance et faiblesse du concept de risque », L’Année sociologique, 46(2) : 309-339.

FILION, Yves (2004), « Le point de vue d’un organisme public sur la communication des risques » dans Danielle MAISONNEUVE (dir.), La communication des risques. Un nouveau défi, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 167-171.

FRATTOLILLO, Pietro et Stéphane BOUTIN (2004), « Le projet de communication des risques industriels dans l’est de Montréal » dans Danielle MAISONNEUVE (dir.), La communication des risques. Un nouveau défi, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 135-145.

GOZLAN, Estelle et al. (2004), « La communication des entreprises françaises sur les risques environnementaux : une analyse de l’information diffusée sur Internet en 2003 », Risques, 59 : 102-107.

GRIFFIN, R. Donyale et Kenneth A. LACHLAN (2007), « Crisis communication, race, and natural disasters », Journal of Black Studies, 37(4) : 539-554. [En ligne]. http://www.diversitypreparedness.org/SiteData/docs/JournalofB/2ab8df65e47d6914/Journal%20%20of%20Black%20Studies-2007-Spence-539-54.pdf. Page consultée le 2 septembre 2013.

LAIGLE, Dominique et al. (2003), « Coulées de boue et avalanches virtuelles : un outil visuel de communication et de caractérisation pour les risques naturels en montagne », Ingénieries, numéro spécial : 127-136.

LESSARD, Richard et Jean-Bernard GUINDON (2004), « Un projet de vigie sur les risques majeurs à Montréal » dans Danielle MAISONNEUVE (dir.), La communication des risques. Un nouveau défi, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 147-156.

LIBAERT, Thierry et André de MARCO (2006), Les tableaux de bord de la communication : indicateurs de pilotage et évaluation des résultats, Paris, Éditions Dunod.

NANTEL, Albert (2004), « La communication des risques technologiques et la sécurité des populations » dans Danielle MAISONNEUVE (dir.), La communication des risques. Un nouveau défi, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 11-16.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

NORDENSTRENG, Kaarle (1975), « Les nouvelles tendances de la théorie de la communication »,
Communication et langages, 28(28) : 4-16.
DOI : 10.3406/colan.1975.4244

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (2008), Plan d’action sanitaire contre la chaleur, Genève, Bureau régional de l’Europe.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

PRUNEAU, D., M. DEMERS et K. ABDELLATIF (2008), « Éduquer et communiquer en matière de changements climatiques : défis et possibilités », VertigO- La revue électronique en sciences de l'environnement, 8(2). [En ligne]. http://vertigo.revues.org/4995. Page consultée le 5 décembre 2015.
DOI : 10.4000/vertigo.4995

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SEEGER, W. Matthew (2006), « Best practices in crisis communication: An expert panel process », Journal of Applied Communication Research, 34(3) : 232-244.
DOI : 10.1080/00909880600769944

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SOULÉ, Bastien, Véronique REYNIER et Jean CORNELOUP, « La communication préventive sur les risques », Communication, 26(1). [En ligne]. http://communication.revues.org. Page consultée le 30 octobre 2014.
DOI : 10.4000/communication.754

SMIT, Barry and Johanna WANDEL (2006), « Adaptation, adaptative capacity and vulnerability », Global Environmental Change, 16(3) : 282-292.

WORLD HEALTH ORGANIZATION (2005), Effective Media Communication During Public Health Emergencies. A WHO Handbook, Genève, WHO, regional office of Europe.

Haut de page

Notes

1 Exemple d’application de la grille basée sur l’étude de cas de la tempête Klaus (France, 2009) ; chaque indicateur est noté sur 10 pour chaque critère d’évaluation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Indicateurs de performance de la communication des risques
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5854/img-1.png
Fichier image/png, 129k
Titre Tableau 2. Fiche d’évaluation des indicateurs (Libaert et de Marco, 2006)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5854/img-2.png
Fichier image/png, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Motulsky, Jean-Bernard Guindon, Flore Tanguay-Hébert et Béatrice Roy, « Vers une approche théorique pour une communication des risques efficace en adaptation », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 08 février 2016, consulté le 24 mai 2016. URL : http://communication.revues.org/5854 ; DOI : 10.4000/communication.5854

Haut de page

Auteurs

Bernard Motulsky

Bernard Motulsky est titulaire de la Chaire de relations publiques et communication marketing et professeur au Département de communication sociale et publique, à l’Université du Québec à Montréal. Courriel : motulsky.bernard@uqam.ca

Jean-Bernard Guindon

Jean-Bernard Guindon est responsable de projet de recherche en communication des risques à la Chaire de relations publiques et de communication marketing, à l’Université du Québec à Montréal. Courriel : jbguindon@live.fr

Flore Tanguay-Hébert

Flore Tanguay-Hébert est étudiante au doctorat en communication et assistante de recherche à la Chaire de relations publiques et communication marketing, à l’Université du Québec à Montréal. Courriel : flore.tanguayhebert@gmail.com

Béatrice Roy

Béatrice Roy est étudiante à la maîtrise en communication internationale et interculturelle et assistante de recherche à la Chaire de relations publiques et communication marketing, à l’Université du Québec à Montréal. Courriel : roy.m.beatrice@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org