Navigation – Plan du site
Articles

Pratiques télévisuelles et pratiques en ligne

L’expérience médiatique du blogueur invité de l’émission CULT
Céline Ferjoux

Résumés

Pour rendre compte du phénomène complexe de la dialectique des publics imaginés et réels d’internet, l’auteure examine la construction, par les pratiques professionnelles, de l’expérience des blogueurs qui sont invités à communiquer en direct par webcam dans une émission de télévision interactive pionnière, le magazine CULT sur France 5, la chaîne du savoir et de la connaissance du groupe France Télévisions. Elle analyse cette expérience à partir des pratiques et des discours des professionnels, sous l’angle de la distribution entre compétence technique et compétence expressive.

Haut de page

Texte intégral

1Pour rendre compte d’un phénomène complexe comme la dialectique des publics imaginés et réels d’internet, il est possible d’examiner la figure particulière du blogueur invité telle qu’elle est construite par les pratiques des professionnels des médias pour une émission de télévision interactive pionnière. Lorsque les producteurs et les diffuseurs adaptent leurs formats d’émission au Web, ils doivent respecter de nouvelles contraintes techniques, écrire dans un nouveau langage, adopter des codes culturels liés à l’univers de l’informatique et des télécommunications. En 2005, la notion d’interactivité à la télévision concentre de nouvelles formes d’attention au public (Mehl, 2002). Grâce aux technologies numériques, sur les plateformes de rencontre que sont les sites des chaînes, le public est engagé dans des pratiques hybrides (Bardini et Proulx, 1998 ; Cardon et al., 1999). L’expérience télévisuelle est enrichie, prolongée, déclinée dans des pages Web. Au printemps 2005, France 5, la chaîne du savoir et de la connaissance du groupe France Télévisions, voit ses plages de programmation élargies grâce à la diffusion numérique hertzienne. À cette occasion, elle produit et diffuse une émission interactive : l’émission CULT pour « C’est unique à la télé ». Ce magazine tourné vers les « cultures urbaines » devient l’emblème de la ligne éditoriale de la nouvelle grande chaîne. Sur les pages de son site Web et à l’antenne, diffuseur et producteurs décident de donner la parole aux internautes. Ces derniers interviennent dans l’émission, en direct, de chez eux, au moyen de webcams. Le 5 avril 2006, les producteurs reçoivent le premier International Emmy Award de la meilleure émission interactive pour CULT. L’émission a cessé d’être programmée en juin 2005, après seulement une saison.

2Nous proposons d’interroger la situation des internautes forgée par des pratiques professionnelles télévisuelles (Scannell et Gamberini, 1997). Tout d’abord, nous analyserons le processus de recrutement des blogueurs officiels de l’émission. Le format d'émission désigne l’ensemble des contraintes et des choix effectués lors de la création d’un contenu médiatique récurrent. Il s’agit des techniques qui organisent des rendez-vous réguliers entre un public et une émission de télévision. Le concept de l’émission CULT repose sur la captation et la retransmission en direct des vidéos provenant de webcams placées chez les blogueurs invités. L’image et la parole d’un internaute sont recueillies à domicile et retransmises instantanément sur le réseau de télévision, sans filtre ni contrôle de la part des professionnels. L’analyse des pages Web publiées ainsi que des enregistrements vidéo de l’émission montre comment culture télévisuelle et culture du Web se rencontrent dans le format conçu par les professionnels. Les pratiques, les choix en matière d’édition et de fabrication de l’émission télévisuelle, exprimés notamment dans les discours sur le format, témoignent de la représentation que les professionnels se font de leurs publics (Mehl, 1993). Ils ouvrent un espace d’expression aux internautes invités et mettent en scène leurs contributions (Duccini, 1998).

3Notre démarche relève des sciences de l’information et de la communication ; elle propose d’interroger la mise en scène des internautes à partir d’une analyse empirique du format (télévision et déclinaison Web) et des discours associés à la programmation de l’émission. L’objectif est de caractériser l’expérience qui est proposée aux internautes et à terme de comprendre quelles compétences et quels savoirs sont mobilisés (Dewey, 1927/2013). Les contenus médiatiques sont envisagés comme les produits de pratiques professionnelles. Les choix effectués par les professionnels (diffuseurs et éditeurs) dans la phase de conception des formats configurent non seulement la représentation des publics, mais aussi les pratiques offertes aux internautes-téléspectateurs. Les activités professionnelles et les pratiques médiatiques sont à l’origine de la constitution des internautes comme un public particulier (Dewey, 1927/2013).

  • 1 Voir la notion de compétence, qui sera développée à partir de Dewey (1927/2013).
  • 2 Pour les discours d’accompagnement : retranscription de l’édition spéciale de l’émission C dans l’a (...)

4L’interactivité à la télévision a été étudiée de multiples manières en sciences de l’information et de la communication. Le fait que des émissions ouvrent leur cadre à la parole et à la présence du public n’est pas totalement inédit en 2004. Les travaux qui ont analysé ces transformations mobilisaient déjà le concept de « néo-télévision » (Cassetti et Odin, 1990). Plus récemment, la participation du public a été envisagée comme un produit médiatique en soi (Vivo et al., 2014). En 2004, la conception d’un format d’émission comme CULT s'inscrit dans une tradition télévisuelle tout en étant soumise aux codes et aux contraintes du numérique, autrement dit à la culture informatique (Proulx, 2002). Les dimensions technique et expressive des compétences des internautes conçues par les professionnels de la télévision sont incluses dans les codes du programme1. Notre corpus, délimité par le format, est composé d’écrans des pages Web de l’émission, d’enregistrements vidéo de l’émission ainsi que d’une vidéo complémentaire2. Notre réflexion s’articule autour de trois axes. D’abord, il s’agira de situer les blogueurs dans le format CULT à partir de l’analyse du casting. Ces blogueurs sont recrutés en vue de participer en direct à l’émission. Il faudra ensuite qualifier la présence des blogueurs dans le flux de l’émission diffusée à la télévision et simultanément sur le Web. Enfin, la figure du blogueur dans le discours des professionnels sera observée sous l’angle de la distribution entre compétence technique et compétence expressive.

5Ces trois axes permettent d’appréhender les visages des usagers d’internet à la fois dans les discours et dans les pratiques des professionnels de la télévision. À partir de l’examen de l’étape du recrutement matérialisée par les textes et les différentes mentions publiés sur les pages du site Web de l’émission, nous verrons quelle image des publics d’internet est convoquée. Ensuite, en observant le déroulement réel de l’émission et les modalités de la participation des internautes, nous verrons en quoi ces séquences s’adaptent au cadre de bonnes pratiques fixé par les producteurs lors de l’élaboration du format. Enfin, grâce à un échantillon vidéo qui correspond à des discours de promotion de l’émission CULT, nous verrons comment se distribue la question de la compétence des blogueurs invités. Nous interrogerons la place accordée aux dimensions technique et expressive des compétences des internautes, dans le format télévisuel.

Le casting des blogueurs, le début d’une expérience communautaire

Le pilote J’m’en mail : les internautes entrent au club

6En 2004, la mise en œuvre et la programmation de l’émission CULT sont intégrées à la stratégie éditoriale de France 5. Cette période correspond pour la chaîne à l’opportunité, grâce à l’ouverture de la diffusion numérique hertzienne au territoire français, de voir sa grille de programmes étendue. La loi du 1er février 1994 avait créé La Cinquième. Celle-ci émet pour la première fois en décembre 1994 sur le cinquième réseau qu’elle partage avec Arte, une chaîne franco-allemande. La Cinquième dispose du canal en journée et jusqu’à 19 h (Chaniac et Jezequel, 2005 : 116-117). Elle est rebaptisée France 5 par la loi du 1er août 2000 et intégrée au groupe France Télévisions. L’évolution permise par la numérisation du réseau de diffusion hertzien et l’attribution de 28 fréquences (18 gratuite et 10 payantes) auront pour effet que la grille des programmes de France 5 s’allongera pour atteindre une diffusion 24 heures sur 24, le 31 mars 2005 (Sauvage et Veyrat-Masson, 2012 : 294).

  • 3 « La chaîne France 5 lance une émission interactive expérimentale », Les Échos, no 19141, 21 avril (...)

7La création du format CULT ainsi que sa programmation hebdomadaire les samedis de 18 h à 20 h à partir du 2 avril 2005 sont stratégiques. Cette émission a été choisie pour incarner la ligne éditoriale et la position de la chaîne dans l’espace médiatique français. Pour l’inauguration officielle de la nouvelle grille de programmes, une stratégie de production éditoriale ambitieuse est envisagée pour le site internet de France 5. Une vingtaine de mini-sites consacrés à des émissions voient le jour au cours de l’année 2004. Parmi eux, on trouve celui d’un format expérimental, une émission de télévision interactive intitulée J’m’en mail qui évoluera ensuite vers CULT. Cette émission est lancée le 21 avril 2004 et intégrée à la grille de diffusion de France 5 par câble et par satellite3. Elle préfigure la programmation qui entrera en vigueur sur le réseau hertzien avec le passage officiel de France 5 à la diffusion numérique, le 31 mars 2005.

  • 4 Je me permets ici de faire référence à l’une de mes publications.

8En 2004, l’interactivité devient l’une des caractéristiques incontournables des nouveaux formats de télévision. Elle rend concrets l’espace de convivialité du nouveau média télévisuel et la « relation de proximité » qui y est créée. Cette « néo-télévision » est une télévision relationnelle et donc interactive, « elle abolit la séparation entre espace de réalisation et espace de la réception : tout se passe à l’intérieur d’un même espace télévisuel qui se confond avec l’espace quotidien » (Mehl, 2002). Ce qui est donc totalement inédit dans le format de l’émission proposée par France 5 au printemps 2004 (J’m’en mail) qui évoluera ensuite vers CULT, ce sont surtout les modalités techniques de l’intervention des membres du public. Selon le concept de l’émission, de jeunes contributeurs sont invités à débattre en direct (live), simultanément sur la plateforme internet mise en place par la chaîne et à l’antenne, au moyen de webcams et de lignes ADSL haut débit. Le site Web de la chaîne et les technologies internet y tiennent un rôle central. Cette émission est lancée le 21 avril 2004. Elle est programmée de façon mensuelle, les mercredis à 19 h, lorsque la chaîne ne diffuse que par câble et par satellite. L’étude empirique des pages des mini-sites J’m’en mail puis CULT nous fournit une vision très précise de la situation des utilisateurs d’internet, configurée par les pratiques des professionnels de la télévision. Le format est l’ensemble des codes et des contraintes techniques qui permettent de rendre compte d’une émission de télévision comme d’un rendez-vous régulier entre un public et un contenu. Ces émissions de télévision interactives peuvent être étudiées comme des formats puisqu’elles ont été produites dans des conditions professionnelles. Les pratiques professionnelles organisent la production des émissions au moyen de techniques télévisuelles, comme la programmation4. Les techniques médiatiques investies lors de la conception et de la mise en œuvre du format CULT relèvent à la fois de la culture télévisuelle et de la culture informatique. Les modalités du recrutement des blogueurs nous renseignent sur la position que les professionnels de la télévision accordent à l’internaute dans l’émission de France 5.

  • 5 L’émission est retirée de la grille de programmation de France 5 après une dernière édition diffusé (...)
  • 6 Voir la page d’accueil : www.france5.fr, version du 31 mars 2004, page consultée à partir d’interne (...)

9Pour cette phase de notre étude, le corpus étudié sera constitué d’archives des pages Web des émissions J’m’en mail et CULT. En plus des archives accessibles à partir d’internet Archive, nous disposons d’une douzaine d’enregistrements qui correspondent à la captation régulière sous la forme de screencasting des pages du site internet de la chaîne France 5. Ces enregistrements ont eu lieu entre 2004 et 2005. Nous disposons notamment de 10 enregistrements hebdomadaires des pages de l’émission CULT entre le 9 avril 2005 et le 21 mai 2005, ce qui correspond à 9 numéros de l’émission diffusée par voie hertzienne5. L’expérimentation J’m’en mail s’est faite sur quatre émissions. Elle a permis de tester le format et le principe de participation des internautes en direct depuis leur domicile. En une de la page d’accueil du site de France 5, le 31 mars 2004, on trouvait l’accroche suivante : « J’m’en mail : Préparez la première émission en direct depuis chez vous6. »

  • 7 Voir la page d’accueil : www.france5.fr, version du 19 mai 2004, page consultée à partir d’internet (...)

10L’exposition de l’émission en une du site correspond à un choix qui traduit la ligne éditoriale de la chaîne (Denis, 2003 ; Ferjoux, 2011). Le discours d’autopromotion de France 5 sur la page d’accueil de son site internet invite les internautes-téléspectateurs à venir « t’chater avec Ray et Emma », les animateurs de l’émission7. Pour évoquer la dimension interactive de l’émission, on remarque que c’est le vocabulaire du Web (et donc la culture internet) qui est mobilisé par l’usage de termes comme t’chat et mail. L’injonction à la participation est directe et se fait sur le site et à l’antenne avec la diffusion de bandes-annonces. Le diffuseur fédère et mobilise une communauté autour de l’émission, celle des internautes-téléspectateurs. Le mini-site J’m’en mail comporte six pages dans sa première version. Sur ces pages, on trouve la mention « Comment participer », écrite en blanc et en majuscules sur fond rouge, juste au-dessus de la colonne de navigation placée à gauche de l’écran (voir l’illustration 1a). Le texte explicatif précise :

Chacun peut participer depuis chez soi quand il veut et comme il veut : forums, e-mail, SMS, photo, dessin, vidéo, flash, etc.

Pour intervenir en direct pendant l’émission, il suffit de proposer votre candidature afin de devenir membre d’un club équipé gratuitement par France 5 d’une webcam et d’une ligne ADSL.

  • 8 Selon John Dewey, le public est un résultat, la communauté n’est pas fédérée a priori, son existenc (...)

11Ce texte distingue essentiellement deux types de participation ; cette distinction s’effectue par rapport à l’émission et à sa programmation. Un premier type de participation pourrait donc être qualifié de « différé » puisqu’il s’agit alors pour n’importe quel internaute de publier des contenus sur le site de l’émission à n’importe quel moment. On peut noter au passage que la forme des contenus sollicités est variée et renvoie à la culture du Web puisque les textes, les images (photo, dessin), les vidéos et les infographies (flash) sont acceptés. Les auteurs du texte font explicitement référence au caractère « multimédia » du Web et aux pratiques d’édition que ses technologies permettent. Les contenus seront ensuite sélectionnés par les professionnels pour être diffusés. Ils viendront alimenter le débat lancé dans l’émission. Le deuxième type de participation pourrait être qualifié de « participation live » puisqu’il s’agit alors de faire partie « d’un club » et donc de se livrer au préalable à un casting, pour avoir ensuite accès à un équipement technique qui rend possibles les interventions en vidéo et en direct pendant l’émission. Les producteurs emploient le terme de club pour désigner la communauté des utilisateurs de l’équipement technique, ce qui n'est pas un hasard. Comme l’a indiqué Serge Proulx (2006 : 17), l’une des caractéristiques de la communication électronique comme « communication en groupe » réside dans le « lien d’appartenance » qui existe entre les membres d’une communauté, ce que l’on pourrait appeler avec E. Rogers (1983) « les effets de réseaux ». La référence au « club » pour désigner les internautes invités de l’émission de télévision J’m’en mail est ainsi en phase avec la culture informatique du réseau, qui s’infiltre ici dans les pratiques télévisuelles. En mettant en ligne ces textes d’accroche au printemps 2004, les producteurs posent les bases de la constitution de la communauté spécifique des internautes qui participent à l’émission. Ils actionnent un levier pour le recrutement et la motivation des participants8.

Du club à la famille : des intervenautes aux blogueurs

  • 9 « La télé sous le feu des webcams », 01net, 28/02/05 [En ligne]. http://www.01net.com/editorial/267 (...)
  • 10 Nous retenons ici l'orthographe conforme aux recommandations des principaux ouvrages de référence.

12Au-delà de la notion de club, ce qui fait sens dans le processus de reconnaissance de la communauté des internautes-téléspectateurs, « intervenautes », c’est le fait de partager une expérience de sélection, puisqu’ils doivent proposer une « candidature ». Ils partagent aussi un équipement technique, identique. Cet équipement technique est évoqué comme un privilège, une gratification. Les internautes choisis seront équipés gratuitement par France 5 et l’opérateur de téléphonie Wanadoo. Ils disposent pour participer à l’émission en direct d’une webcam et d’un abonnement à une ligne ADSL pour 12 mois. Au début de l’année 2004, 31 % des ménages français sont connectés à internet et environ 10 % disposent d’un accès haut débit (Heitzmann et Dayan, 2004 : 39, 41). Les membres du club J’m’en mail ont le sentiment d’appartenir à un groupe sélect, puisqu’ils partagent un équipement coûteux. Le fait que les producteurs accordent ce privilège « gratuitement » aux internautes est aussi une marque supplémentaire de la valeur de la sélection. C’est une forme de rétribution pour la contribution gratuite de l’internaute au contenu de l’émission. La presse spécialisée nous apprend d’ailleurs que 250 personnes se sont portées volontaires à la sélection et que même si tout le monde peut s’inscrire en ligne, « le recrutement se fait plutôt par capillarité9 ». La compétence technique des internautes est implicite. Le vocabulaire technique employé par les professionnels de la télévision pour désigner le « club » des internautes invités dans l’émission témoigne de l’importance des pratiques langagières dans l’exercice des professions médiatiques. Pour désigner les internautes-téléspectateurs qui participent à l’émission en direct, France 5 et les producteurs de l’émission J’m’en mail utilisent le terme intervenaute. Ce mot est un néologisme, que la chaîne a pris soin de déposer auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) le 17 mars 2004. Le terme sera repris dans la presse, par exemple dans l’édition du 23 avril 2004 du quotidien Le Monde, dont un article est intitulé « France 5 veut faire de l’internaute-téléspectateur un <intervenaute> ». Pour le format CULT, c’est le terme de blogueur10 qui a été choisi par les producteurs. Dans l’émission, le mot est employé par les animateurs lorsqu’ils s’adressent de façon indifférenciée à tout le panel des internautes invités. Par exemple, pendant l’introduction de la première émission diffusée en numérique hertzien, sur France 5, le 4 avril 2005, l’un des animateurs interpelle les participants par ces mots : « Les blogueurs !? … On fait l’émission avec vous ! »

  • 11 Extrait d’un sujet consacré à CULT et diffusé au cours de l’édition spéciale de l’émission C dans l (...)

13L’un des producteurs de CULT, Dominique Delport, évoque brièvement le nom choisi pour désigner ce nouveau type d’invités des plateaux de télévision : « On espère que cette communauté de blogueurs, hein, c’est le nom qu’on a trouvé avec Estelle, les blogueurs, qui animent aussi leurs blogs sur internet, vont, euh, tout simplement se multiplier » (voir l’illustration 4c)11.

  • 12 Pour la distinction entre les pratiques des diaristes et des blogueurs, voir Siles (2012).
  • 13 Notamment le succès de la plateforme Blogger rachetée par Google en 2003.
  • 14 Le terme blog est adopté en 1999, les expériences pionnières de 1998 portaient le nom de weblog (Si (...)

14Le discours du producteur souligne la volonté de mobiliser une communauté, fédérée autour de la pratique qui consiste à publier régulièrement des textes sur des pages internet grâce aux technologies du blogue12. Les participants sont liés à l’expérience de l’émission de télévision par cette pratique. Les intervenautes de J’m’en mail se sont mués en blogueurs CULT dans la nouvelle version du format. Les professionnels de la télévision mettent à profit leurs compétences communicationnelles. Ils abandonnent le néologisme intervenautes et font référence à des pratiques en ligne devenues courantes en 2004 avec l’utilisation du terme blogueur13. L’usage des technologies permettant l’édition régulière de pages Web adossées à des bases de données s’est répandu à partir de 1999 et tout au début des années 200014. L’édition de blogues est caractéristique des pratiques liées au Web 2.0 ou Web participatif. Comme l’explique Ignacio Siles, ce qui différencie les blogueurs des diaristes, c’est « qu’ils tirent de la fierté de la connaissance technique nécessaire pour configurer leurs sites » (2012 : 417). Il poursuit avec l’idée que pour ces usagers d’internet, la compétence technique est un marqueur d’identité. Lorsque le terme est employé par les professionnels de la télévision, producteurs et animateurs, il renvoie aux usagers de la plateforme conçue par des techniciens du web dans le cadre de l’émission. Le mini-site CULT, mis à la disposition des internautes, est hébergé comme un sous-domaine du site france5.fr. Il a vu le jour à l’automne 2004. Il s’agissait alors d’une phase de rodage. L’émission était diffusée quotidiennement à 19 h et uniquement sur le réseau de télévision par câble et par satellite. Ce mini-site est composé de pages éditées conjointement par les professionnels des médias et par les internautes-téléspectateurs invités.

15L’étude de l’architecture et du fonctionnement de ce mini-site montre que sa structure est restée stable sur la durée de vie de l’émission (illustration 2a). La barre de navigation du mini-site, qui se surajoute à celle du site France5.fr, est composée de huit rubriques. La moitié des intitulés des rubriques font référence à la culture télévisuelle, il s’agit des éléments : « Les émissions », « Archives », « Le zapping », « L’actu ». L’autre moitié des rubriques font référence à la culture internet avec des éléments comme « Accueil », « Goodies », « Forum » et « Les bloggers ».

16Dans ce temps de notre analyse, notre attention va maintenant se focaliser sur la rubrique intitulée « Les bloggers » (illustration 2b). La rubrique présente en détail le mode de fonctionnement de l’émission. Elle complète les mentions « Prépare les émissions avec nous… », « et passe à la télé ! » que l’on trouve intégrées au fond graphique de la page d’accueil (illustration 2a). De fait, le mini-site est conçu pour héberger les contenus produits par les internautes qui participent en direct à l’émission et alimentent les pages Web en contenus. Les pages du site servent de relais aux discussions avant et après l’émission. Pendant l’émission, elles donnent accès à la diffusion intégrale et en direct du flux vidéo (illustrations 3a, 3b et 3c). Sur la page d’accueil, on trouve aussi la mention cliquable « Comment devenir blogger ? », intégrée à une animation qui présente l’incrustation d’une succession d’images d’inconnus, en gros plan, dans un ancien modèle de téléviseur. Juste en dessous, on peut lire dans un bandeau jaune collé comme une étiquette « Enregistre ton message ». Les exhortations à agir sont nombreuses, et l’internaute qui visite le site est interpellé à titre individuel par le tutoiement et les questions qui l’invitent à cliquer. Les internautes sont ensuite dirigés vers les pages regroupées sous l’appellation « Les bloggers ». La rubrique est conçue comme une mini-plateforme collaborative (illustration 2b). En haut de page, un espace est consacré à la mise en avant d’un blogue dans l’encart « Le blog de la semaine ». Un visuel représente le visage du blogueur et, en dessous, son prénom, par exemple Cyrièle, son âge et son lieu d’habitation (« 19 ans, Saint-Raphaël », illustration 2b). À côté, une accroche de trois lignes présente le profil du blogueur à la manière d’un autoportrait de Roland Barthes (1975) : « elle aime : les pommes, le piano, le rock… », suivi de « elle n’aime pas : sa prof d’esthétique et culture et le prof de JavaScript… » La partie centrale de la page est consacrée au recrutement des blogueurs. Un paragraphe de texte est amené par le titre en gras « CULT recherche des bloggers ! ». Ensuite, on peut lire : « Tu veux faire comme Amelle, Brice, Marina et tous les autres ? Il te suffit d’une webcam et d’une connexion ADSL — et d’avoir quelque chose à dire ;-) — pour passer à la télé. »

17Le texte met l’accent sur la simplicité. L’énonciation des conditions de la participation est succincte ; elle ne concerne que l’équipement technique et l’envie de s’exprimer. Même si la structure de la page prévoit de promouvoir un blogue chaque semaine, le discours médiatique et l’énumération des prénoms, notamment, mettent les participants sur un pied d’égalité. Le texte suscite une proximité immédiate entre blogueurs. La lecture de la page agit comme catalyseur, l’expérience de blogueur se partage. L’initiation commence (Kolb, 1984). La suite du texte développe la proximité énoncée par la phrase d’accroche. Le paragraphe suivant s’ouvre avec le titre en gras : « C’est quoi un blogger, au juste ? »

18Et se poursuit par :

Être blogger, c’est s’offrir la possibilité d’interviewer en direct les invités et de participer aux débats, c’est avoir le privilège d’une discussion privée par webcam avec Cali, Axelle Laffont ou Cut Killer, avec les animateurs Ray et Chakib, c’est infiltrer les coulisses et suivre le déroulement d’une émission. Mais c’est aussi recevoir toutes les infos en avant-première, pouvoir diffuser ses messages vidéo sur le site et créer son propre blog… La preuve en images ! (Voir l’illustration 2b)

19Le texte présente les bénéfices que les internautes peuvent retirer de l’expérience médiatique. La promesse d’un dialogue privilégié et intime avec des personnalités est avancée, tout comme l’est la possibilité de suivre l’actualité culturelle de manière exclusive « en avant-première ». Le travail que l’internaute aura à fournir en échange est présenté aussi comme un bénéfice, celui de pouvoir « diffuser ses messages vidéo » et « créer » son blogue. Pour enrôler les internautes, le portrait vidéo d’un blogueur est proposé. À côté du titre « La vie d’un blogger », une image fixe permet de lancer la vidéo dont elle est extraite. Ce visuel montre un jeune homme de profil, qui tient un téléphone portable et fait face à un écran d’ordinateur. En 2015, cette iconographie est à rapprocher de l’esthétique des vidéos amateurs autoproduites que l’on peut trouver sur YouTube. Au printemps 2005, la posture du blogueur de CULT est celle d’un internaute qui passe à la télévision, à partir de chez lui, grâce à sa webcam. Les deux paragraphes de texte accentuent l’aspect communautaire de la démarche d’adhésion : « Deux minutes pour te convaincre de rejoindre la communauté CULT ! » et « Rejoins la communauté et parraine de futurs bloggers CULT. »

20Ensuite, la mention « Envoie ta candidature ! » incite l’internaute à poursuivre dans sa démarche de casting. Le lien hypertexte ouvre l’accès à une page contenant un formulaire qui permet d’entrer en contact avec les producteurs de l’émission. Il s’agit de la première étape d’un processus de sélection qui s’effectue ensuite selon les modalités d’une communication interpersonnelle.

21L’exemple fourni par l’agencement de cette page montre le savoir-faire des professionnels des médias et leur capacité à produire un discours fédérateur qui vise à enrôler un public dans une émission. Cette phase de recrutement est cruciale pour le succès et la pérennité du format. L’argument communautaire est présenté comme fondateur de l’expérience médiatique proposée aux internautes. Le blogueur ne sera pas seul à intervenir de chez lui et à produire des textes, il sera lié à la communauté des téléspectateurs participant à l’émission. Le document vidéo intégré à la page « Les bloggers » fournit une illustration concrète de l’expérience proposée. Il dresse le portrait d’Aldo, l’un des internautes participant à l’émission. Une caméra filme l’adolescent de 17 ans alors qu’il rentre chez lui. On le voit se diriger dans la maison et allumer son ordinateur.

  • 15 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, séquence « Portrait d’Aldo », code temporel : 0 (...)

La voix hors champ dit : « Lundi soir, 18 h à Bagneux en banlieue parisienne, Aldo c’est lui, 17 ans, il vient à peine de terminer les cours, mais sa journée n’est pas finie, dans moins d’une heure, Aldo passe à la télé. »
Voix d’Aldo (musique en fond) : « Ça va très bien. C’est l’premier geste dès qu’je rentre c’est… y’a une (é)mission, c’est l’ordi. »
Voix hors champ : « OK, sa chambre, son ordi, tout est près, un studio télé à domicile, en somme, il a oublié qu’qu’chose quand même Aldo… »
Voix d’Aldo : « J’vais aller voir mes parents, j’vais leur dire bonjour… »
Voix hors champ : « Ouais, ça s’rait bien quand même… […] »Voix hors champ : « Au fait, comment ça marche un blogger ? »
Voix d’Aldo : « Ben j’vais me préparer directement pour faire l’émission, mais c’est super simple, j’ai juste besoin de mon téléphone, du casque et euh, d’mon portable peut-être et euh, l’essentiel, l’ordi et la webcam. »
Voix hors champ : « Allez, 18 h c’est l’heure de… »
Voix de l’animateur : CULT ! (musique du générique)
Voix d’Aldo : « Bon l’émission a commencé… ouais, c’est pas grave… »
Voix hors champ : « Eh oui, M’sieur et Mad’me Achem, faut être un peu professionnels quand même, c’est d’la télé, quoi. »
Voix de l’animateur en plateau : « Aldo, qu’est-ce que t’en penses ?15 »

22On voit ensuite le blogueur passer dans l’émission de télévision alors qu’il est dans sa chambre, assis devant son ordinateur.

  • 16 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, séquence « La famille », code temporel : 00:12: (...)

23Cette séquence sera aussi diffusée à la télévision. Après que le reportage a été diffusé, on retourne en plateau, et l’animateur Chakib Lahssaini dit : « Ouais, merci Aldo, et j’vous rappelle juste que pour dev’nir blogueur y’a pas plus simple, il suffit juste de visiter l’site et en quelques clics vous êtes enregistré et vous faites partie de la famille. » Il est appuyé par l’animateur Ray Cokes : « Voui, et on aime beaucoup quand tu fais partie d’la famille16. »

24La proximité entre les membres du club des blogueurs est telle que dans l’émission, les animateurs n’hésitent pas à employer et à répéter régulièrement le mot famille. De fait, lors de la diffusion du reportage, c’est le blogueur qui a présenté les membres de sa famille au public de l’émission.

25Au terme de cette première phase de notre analyse, nous pouvons affirmer que l’étape de recrutement des internautes mobilise les ressources communicationnelles des professionnels des médias. Pour cette étape cruciale au bon déroulement de l’émission de télévision, la notion de communauté est convoquée dans sa version la plus intime, la famille. Elle agit comme catalyseur, elle jette un pont entre l’expérience des médias traditionnels comme la télévision et celle des médias informatiques, des blogues et des médias sociaux.

La téléprésence : le blogueur urbain en direct, à la télévision

26Dans ce deuxième mouvement de notre exploration de la figure des internautes conçue par les professionnels de la télévision dans l’élaboration du format de l’émission CULT, nous allons observer les modalités de la présence des blogueurs en direct sur le plateau de l’émission. Nous verrons notamment comment le principe de la diffusion en direct de l’émission peut poser des problèmes aux professionnels. Certaines séquences laissent place à l’imprévu. Des aléas techniques à la liberté de parole offerte aux blogueurs, nous allons voir comment le professionnalisme télévisuel est mis à mal par le concept de l’émission : l’actualité des cultures urbaines.

Les visages de l’internaute : les minorités visibles

27Dans le déroulement de l’émission CULT, orchestré par les producteurs, l’identité des blogueurs se dévoile progressivement et mobilise des techniques de présentation variées. Dès la première édition de l’émission, la présence des blogueurs en plateau est l’occasion d’aborder le registre de la représentativité des interlocuteurs et des personnes qui prennent la parole à la télévision. Les discours qui circulent au moment du lancement de l’émission traduisent certaines tensions qui existent alors au sein du débat public (Cossee, Lada et Rigoni, 2004). La question des minorités visibles est l’un des points sensibles qui sont évoqués d’emblée lorsqu’il est question du format CULT.

28Cette émission consacrée aux cultures urbaines va mettre en scène la présence télévisuelle de blogueurs dont le profil sociologique est avancé par l’un des animateurs de l’émission dans les termes suivants :

C’qui change dans CULT c’est que, euh, la personne, notre public de prédilection, c’est-à-dire les 15-25 ans, voire même 15-35 ans sont pas simplement spectateurs, aujourd’hui ils sont acteurs de cette émission parce qu’ils peuvent, peuvent faire partager leurs points de vue et surtout y… y’z’interviennent sur des sujets sur lesquels on n’a pas l’habitude de les entendre parce qu’on les renvoie souvent à ce qu’ils s…, à l’image qu’on s’fait d’eux, c’est-à-dire des jeunes alors qu’on peut les entendre sur l’euthanasie, sur la désobéissance civile et sur d’autres sujets et j’crois qu’c’est ça qui change un peu, euh, c’est un peu l’état d’esprit de l’émission et qui change par rapport aux autres émissions où on peut voir un public qu’qu’y’a a peu près notr… la tranche d’âge du nôtre (illustration 4d).

29Cet extrait du discours de l’animateur, prononcé au cours de l’émission qui présente les émissions phares de la nouvelle grille de la chaîne, en présence du directeur de la programmation de France 5, notamment, montre une certaine confusion entre le public de l’émission et les blogueurs invités. Dans une certaine mesure, dans l’esprit des producteurs de l’émission, la présence des blogueurs en plateau renvoie à celle des spectateurs derrière leur écran de télévision.

30La même confusion est à l’œuvre lorsque l’animateur, Chakib Lahssaini, dit :

Ouais et y’a plein d’invités d’ailleurs qu’on voit pas sur les autres émissions et qu’on… qu’on a la fierté de recevoir dans la nôtre parce que c’est d’autres visages, d’autres personnes, d’autres sensibilités, on a envie de leur donner un droit de cité à la télévision et j’crois que CULT c’est aussi une émission pour ces personnes (illustration 4d).

31Le discours du professionnel traduit la superposition qui s’opère dans le format entre les internautes-téléspectateurs, le public de l’émission et les invités.

32Une étape de plus est franchie dans la caractérisation même physique des interlocuteurs qui prennent part au dialogue noué dans le cadre de l’émission. À l’occasion de la discussion lancée après la diffusion d’un sujet qui revient sur le lancement de la télévision numérique terrestre en France, l’invité, le rappeur Disiz la Peste, entre dans la conversation entre les blogueurs et les animateurs et souligne les différentes cultures représentées sur le plateau de télévision. Il rapproche cette diversité de l’arrivée de la nouvelle télévision. Le dialogue se noue ainsi :

Disiz la Peste : J’voulais just’ dire c’est bien, j’espère qu’ça profit’ra à tout l’monde, c’t’à dire des émissions où là, j’chui métissé, toi t’es maghrébin et toi tu es d’origine africaine, qu’on en verra, qu’y aura plein d’émissions comme ça et que tout l’monde pourra s’retrouver sur ces émissions-là…

Chakib Lahssaini : […] d’avoir un’ télévision un peu plus représentative de la société française…

  • 17 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, code temporel : 00:36:25 – 00:36:43.

Disiz la Peste : […] si y’a plus de chaînes mais c’est toujours les mêmes chaînes, c’est un peu relou quoi17.

33Dans une certaine mesure, cette réflexion sur le métissage s’adresse à toutes les personnes présentes sur le plateau. Or, en réalité, l’invité s’adresse d’abord aux animateurs de l’émission. Pourtant, cette réflexion s’applique aussi aux blogueurs dont l’image envoyée par la webcam est affichée en plateau sur un panneau du décor (illustration 5b).

34Au-delà de leur image animée et de leurs voix, les blogueurs qui participent à l’émission ont l’occasion de se présenter de façon moins superficielle dans certaines séquences qui leur sont consacrées. Dans une version minimale, leur présence se concentre sur le flux vidéo retransmis depuis leurs webcams, et incrusté dans un habillage propre à l’émission. Un bandeau jaune est intégré au-dessus de la vidéo. Leur prénom, leur âge ainsi que la ville où ils habitent et le département entre parenthèses sont indiqués en lettres majuscules noires (illustration 5a). Dans la séquence « Le grand chat’ inversé », le format de l’émission laisse le dialogue se nouer de manière plus intime entre les blogueurs et l’invité en plateau. L’invité s’adresse directement au mur d’images des blogueurs. Les questions permettent aux internautes de se présenter de façon plus détaillée. Ainsi, dans la séquence « Le grand chat’ inversé » de l’émission du 4 avril 2005, l’invité Disiz interroge tour à tour les blogueurs sur leur personnalité et leurs aspirations. La conversation se fait plus personnelle. Yamina, 25 ans, de Puteaux, se décrit alors ainsi : « Journaliste pour un magazine féminin, danseuse hip-hop depuis 10 ans, je suis dans le milieu culture urbaine depuis un peu plus longtemps. »

L’invité lui demande alors : « Et tu vas souvent sur internet ? »

Elle répond : « Oui, souvent pour mon boulot, c’est super rapide » (illustration 5d).

35En quelques échanges, la promesse de proximité entre les vedettes de la culture urbaine et les blogueurs s’accomplit. Dans le cadre de discussion fixé par les professionnels de la télévision pour l’émission CULT, les pratiques numériques sont un sujet de conversation privilégié. La communauté des blogueurs est fédérée par le partage de pratiques numériques.

36Par la suite, on découvre le profil de Baptiste, 17 ans, de Vannes. Le blogueur explique qu’il est en formation, en première année du brevet d’études professionnelles en électro-technique. Ce qui l’intéresse particulièrement, c’est « tout s’qui est dans l’monde de la radio » (illustration 5d).

37Finalement, les échanges qui peuvent avoir lieu autour de la personnalité des blogueurs mettent en lumière des profils de personnes qui ont un intérêt particulier pour les médias. Sur le site de la chaîne, les contenus publiés dans les pages de blogues traitent de l’actualité culturelle et de la culture numérique. Les blogueurs font donc figure d’amateurs, voire de semi-professionnels des médias. Pour certains, la volonté de faire de ce centre d’intérêt une carrière est clairement évoquée. À de multiples reprises, il va donc y avoir des moments de cadrage opérés par les professionnels de la télévision et les animateurs notamment, qui doivent marquer leur territoire. Dans l’émission, les blogueurs ne sont ni des invités ni des chroniqueurs ou des animateurs.

Entre proximité et familiarité : le décalage entre les blogueurs et les invités

38Comme nous l’avons vu précédemment, l’idée de communauté est très présente dans les discours qui visent à recruter les blogueurs de l’émission CULT. Les animateurs n’hésitent pas à souligner leur proximité avec les internautes qui participent à l’émission. Dans une ambiance très marquée par la convivialité, la relation entre les professionnels de la télévision et les blogueurs glisse dans le registre de la familiarité. Ainsi, on peut entendre les animateurs lancer en s’adressant à la caméra :

Si toi aussi tu veux faire partie de notre petite famille, il suffit d’avoir une webcam et une ligne ADSL et il faut aller sur notre site cult.fr tous les détails sont là-dessus, comment devenir blogueur ou blogueuse, comme nos amis à la maison ce soir, sauf que quand toi tu viens dans l’émission tu vas bouger… (illustration 5a).

39Cette référence au cadre privé dans lequel l’internaute se trouve pour intervenir est soulignée à de multiples reprises dans l’émission. Le discours touche à la sphère familiale, et la figure de l’amateur n’est pas loin lorsque l’on se place dans une émission « faite maison ». Dans une phrase de transition, l’animateur lance : « On va rester là encore une heure avec vous à la maison, et tout’ suite on va passer à Chakib et Aline qui vont nous dire qu’est-ce qu’y’a dans l’émission… »

40L’ambiguïté entre le cadre d’émission des messages produits au moyen des webcams par les blogueurs et celui de réception de l’émission par les téléspectateurs est à son comble. Alternativement, l’animateur s’adresse aux blogueurs ou aux téléspectateurs, sur un ton jovial et en jouant sur la proximité. Les frontières deviennent encore plus floues lorsque pour la première émission, un reportage présente une sorte de making-of de l’émission : le blogueur est filmé chez lui, dans sa chambre ; la caméra croise au passage les autres membres de sa famille, et la télévision et les téléspectateurs parcourent du regard, en un instant, l’espace intime du domicile du blogueur. Les sphères publique et privée sont mêlées et le blogueur accepte l’intrusion de la télévision dans son espace privé. Seuls les blogueurs de l’émission subissent cette incursion. Il existe un décalage entre le traitement médiatique qui est réservé aux blogueurs et celui qui est réservé aux invités de l’émission.

  • 18 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, code temporel : 00:15:54, débat : « Le sida : t (...)

41Dans le même ordre d’idées, les questions posées aux internautes en plateau et en direct sont parfois très abruptes. Les blogueurs sont très fréquemment incités à dévoiler des pans de leur vie privée. Lors d’un débat intitulé : « Le sida : tu flippes ou t’esquives ? » (tableau 1) par exemple, Chakib Lahssaini  formule ainsi la première question posée à une blogueuse : « Question simple, Marlène, est-ce que tu te protèges systématiquement avant d’avoir une relation sexuelle ?18 »

  • 19 Pour le parallèle avec la radio et notamment la familiarité entre animateur et auditeur, voir Méade (...)

42Sur un ton qui rappelle les émissions de libre antenne à la radio, les internautes-téléspectateurs vont donc régulièrement être amenés à s’exprimer devant leurs webcams19. Ainsi, dans la séquence « Blog notes » à propos de l’arrivée de la télévision numérique terrestre en France, l’animatrice interroge un blogueur sur son goût pour les chaînes coquines ; la discussion s’engage sur le ton de la confidence entre les animateurs et les blogueurs. Le dialogue sur les questions intimes semble très facile et l’appareillage médiatique est gommé au profit d’échanges personnels sur un ton amical, voire familier. Or, ce type de traitement tranche avec celui qui est réservé aux invités de l’émission. Et c’est l’alternance entre ces échanges intimes avec les internautes et la distance respectueuse des animateurs à l’égard des invités qui crée le ton particulier de l’émission. Le regard du téléspectateur, quant à lui, est intégré au format. Les codes médiatiques élaborés pour l’émission visent à satisfaire le public de la chaîne et la connivence qui existe entre les animateurs et les blogueurs préfigure le lien que la chaîne tend à nouer avec son audience. La familiarité est affaire de professionnalisme.

43La programmation de l’émission CULT dans les grilles de France 5 en 2004 et en 2005 est typique d’une programmation en environnement concurrentiel. C’est une pratique professionnelle stratégique. Elle a pour fonction de canaliser la liberté de choix du téléspectateur. Les travaux de Dominique Mehl auprès des professionnels de l’audiovisuel corroborent cette conception de l’activité de programmation sur un mode relationnel. Selon la sociologue,

les professionnels du petit écran partagent un certain nombre de références communes par delà leur diversité : la plus évidente étant celle qui consiste à toujours appréhender le média dans son rapport au public (c’est la réception qui donne du sens à l’émission que l’on construit), de mettre l’accent sur la démonstration, sur les émotions au moyen de l’image et du direct (ou du « faux direct ») (citée dans Rieffel, 2001/2005 : 139).

44La projection des attentes du public est ainsi intégrée au format, elle est assimilée à une culture professionnelle commune. Les conditions de consommation et d’usage de l’émission sont prises en compte dans la phase de conception. La projection des attentes d’un téléspectateur imaginaire guide les choix et donne du sens à la pratique des professionnels. En tant que diffuseur, la chaîne de télévision émet une proposition à l’intention d’un public cible, défini par des attentes et doté d’attributs et de comportements à l’égard des contenus médiatiques. Dans une logique d’efficacité, le diffuseur formalise sa position dans la sphère médiatique en programmant un contenu sélectionné de manière à satisfaire l’audience la plus nombreuse possible à l’horaire le plus adéquat possible. En donnant la parole aux blogueurs dans l’émission CULT, France 5 offre une expérience de libre expression aux internautes urbains.

Les pratiques télévisuelles bousculées : la figure de l’internaute amateur

  • 20 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, sujet : « Internet : héros malgré eux », code t (...)
  • 21 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, sujet : « Internet : héros malgré eux », code t (...)

45La fenêtre de libre expression qui est accordée aux blogueurs de l’émission CULT est considérable pour ce qui est du volume. En moyenne, les interventions des internautes représentent 30 % du temps total de l’émission, qui dure deux heures dans sa formule hebdomadaire. Cet espace consacré à l’expression libre des internautes-téléspectateurs est le théâtre de situations inédites. Les pratiques médiatiques permises par le format de l’émission donnent lieu à de réelles innovations télévisuelles. Ces pratiques surprenantes qui émergent de la participation des blogueurs dans l’émission sont évoquées (voire provoquées) par les animateurs. Par exemple, en introduction d’une séquence intitulée « internet : héros malgré eux », l’animatrice Aline Afanoukoe interpelle les blogueurs en se tournant vers le mur d’images : « Amis bloggers, vous qui aimez bien faire des délires devant vos webcams…20 » Les internautes interviennent ensuite autour de la question : « Ça t’fait flipper d’êtr’ victime de ton propre blog ? » La discussion s’anime en plateau et Ray Cokes lance une blague autour de l’idée que lui peut faire ça, ici en plateau, au travail, avec de « grandes cam’21 ».

46Les échanges entre les professionnels de la télévision, sous les traits des animateurs de l’émission, et les blogueurs sont truffés de références au statut des interlocuteurs. Les blogueurs sont des figures d’amateurs privilégiés (Flichy, 2010), tandis que régulièrement, le discours des animateurs tend à souligner le caractère professionnel de leur situation personnelle. Dans cet exemple, le ton est humoristique et le décalage entre la sphère professionnelle et la sphère intime de l’amateur est souligné par l’évocation du matériel, de l’équipement technique.

  • 22 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, séquence « Boîte à CULT », code temporel : 01:1 (...)
  • 23 Voir la notion d’intercréativité dans Berners-Lee (1999/2008).

47L’amateurisme des blogueurs surgit également dans des séquences où, contrairement aux émissions classiques, les intervenants n’hésitent pas par exemple à dire publiquement qu’ils n’ont pas lu le livre dont il est question ou bien qu’ils n’ont pas écouté l’album de musique dont on parle en plateau. C’est le cas par exemple lors de la séquence « Boîte à CULT » de l’émission du 4 février 2005, quand Disiz, l’invité en plateau, présente ses « objets cultes »22. Il est alors question du livre La vie devant soi de Romain Gary (Émile Ajar). Lorsque l’animateur Ray Cokes pose la question aux blogueurs : « Vous l’avez lu ? », l’écran qui propose une visualisation de quatre images provenant en simultané des webcams des blogueurs est accompagné par les voix qui répondent : « Non ». Parmi Yamina, Bruno, Djamel et Baptiste, présents derrière leurs ordinateurs, aucun n’est en mesure de répondre à l’enthousiasme de l’invité (illustration 5c). C’est alors que le blogueur Djamel, dans un élan d’interaction créative23, montre par sa webcam la couverture d’un livre qu’il apprécie. La séquence se termine avec cette phrase de l’animateur : « Je suis content qu’on apprenne plein de choses dans cette émission. » Il répondait en écho à l’invité qui avait lancé aux blogueurs et au public : « C’est bien il faut lire ! »

  • 24 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, sujet : « Le commerce équitable des baskets », (...)

48Au cours de cette séquence, l’internaute a fait preuve de créativité en montrant la couverture d’un livre à sa caméra. Le rapport de forces entre les animateurs, l’invité et les blogueurs s’est inversé un court instant. À une autre occasion, ce type d’inversion se produira dans l’émission. Un blogueur utilisera la télécommande d’un téléviseur pour imiter l’attitude d’un des animateurs. Celui-ci répondra d’une grimace amusante et ajoutera : « Il faut 20 ans de carrière pour savoir faire ça, Bruno24. »

49Régulièrement, et même si ces ajustements sont faits sur un ton humoristique, les animateurs jouent de l’ambiguïté de la situation et renvoient les blogueurs à leur condition d’amateur en soulignant leurs propres traits de professionnalisme. Cependant, ces discours sont rares et ils sont produits en réaction à des circonstances où les blogueurs se montrent particulièrement audacieux. Par leur attitude, les internautes qui participent à l’émission jouent avec les codes mis à leur disposition par la production. Ils s’approprient le format et détournent le cadre d’expression proposé. Le fait que l’émission soit diffusée en direct ajoute une dimension supplémentaire au risque pris par le diffuseur, qui est pénalement responsable des contenus télévisuels qu’il met à l’antenne. À de nombreuses occasions, les débats engagés dans l’émission flirtent avec les limites et le politiquement correct. Les échanges débordent parfois le cadre de bonne pratique fixé par les producteurs dans la phase de conception du format.

L’expérience télévisuelle du blogueur : la compétence expressive et la compétence technique

50Comme nous l’avons vu précédemment, le format de l’émission CULT (C’est unique à la télé), c’est-à-dire l’ensemble des codes et des contraintes techniques et médiatiques fixés par les diffuseurs et les producteurs de l’émission de télévision, est investi par de nombreuses formes de discours. L’évocation du processus de recrutement des internautes qui participent à l’émission est l’occasion pour les différents interlocuteurs de souligner la simplicité de la démarche. Qu’ils émanent des animateurs de l’émission ou des éditeurs qui rédigent les pages Web du site dédié, ces discours mettent en avant l’équipement technique comme seule condition préalable à l’expérience participative. De fait, la compétence qui nécessite de savoir utiliser le matériel cité (connexion ADSL et webcam) est implicite. C’est même cette compétence technique qui fait lien entre les membres de la communauté des blogueurs de l’émission. Nous allons maintenant voir comment s’effectue la distribution entre compétence technique et compétence expressive dans les discours des professionnels.

De la compétence technique à la liberté d’expression

51L’inauguration de la nouvelle programmation de France 5 a lieu le 31 mars 2005. Elle est soulignée par la diffusion d’une édition spéciale de deux heures de l’émission C dans l’air consacrée à la télévision numérique terrestre. L’émission s’intitule C’est encore plus France 5, autour de l’animateur Yves Calvi, les invités sont des professionnels de télévision. Les personnes présentes en plateau sont Alexandre Michelin, le directeur de l’antenne et des émissions de France 5, Michel Cymes, Iris Jimenez et Elisabeth Tchoungi, des animateurs de la chaîne, Yves Calvi, le présentateur de l’émission, et François Viot, le directeur de la rédaction d’un guide de programmes télévisés hebdomadaire, Télé-Câble-Sat Hebdo. Les propos échangés relèvent de l’autopromotion. La chaîne met en œuvre son savoir-faire et ses ressources médiatiques pour communiquer autour de l’allongement de sa grille des programmes.

  • 25 Archive de l’émission C dans l’air : C’est encore plus France 5, France 5, 31 mars 2005, 19 h, code (...)
  • 26 Archive de l’émission C dans l’air : C’est encore plus France 5, France 5, 31 mars 2005, 19 h, code (...)
  • 27 Archive de l’émission C dans l’air : C’est encore plus France 5, France 5, 31 mars 2005, 19 h, code (...)

52À ce titre, l’interactivité figure comme l’un des piliers de différenciation de l’offre de France 5 et l’émission CULT en devient l’emblème. Le 31 mars 2005, le discours d’autopromotion investit le format et l’érige en symbole de la nouvelle programmation. Lorsqu’il doit lancer la diffusion du reportage dédié à cette émission, l’animateur Yves Calvi dit : « C’est visiblement, on va dire euh, l’un des chouchous de la chaîne, cette émission25. » La voix hors champ qui commente les images extraites de l’émission explique ensuite : « CULT, ça veut dire c’est unique à la télé, objectif ambitieux qui passe principalement par l’interactivité26. » Puis, le reportage présente le format original de l’émission et la voix hors champ ajoute : « Un ordinateur, une webcam et ces jeunes blogueurs interviennent directement dans l’émission27. » Le commentaire de la voix hors champ recentre la signification des images de blogueurs qui se succèdent à l’écran sur la culture informatique et la compétence technique des internautes-téléspectateurs.

  • 28 Ces consoles éditées par Nintendo étaient très populaires dans les années 1980 et sont devenues des (...)

53Les images extraites du générique de l’émission présentent un montage extrêmement rapide. Dans chaque plan, le mot CULT apparaît dans des formats graphiques faisant référence à la culture urbaine, jeune, numérique, comme le montre une capture d’écran qui présente le mot CULT intégré à l’écran d’une console de jeux vidéo de poche Game & Watch (illustration 4a)28. Le générique présente une collection d’images qui ont été fournies à la production par les internautes. Partout, l’habillage de l’émission manipule les codes urbains comme les graffitis. La voix hors champ souligne l’originalité de l’émission. Le texte d’introduction du reportage commente la présence des téléspectateurs internautes. Les intervenants sont décrits en ces termes : « Aldo a 17 ans et fait partie des interviewers réguliers de CULT, pas la peine d’avoir une compétence particulière sur le sujet, il suffit d’avoir une opinion » (illustration 4b).

54La même idée est ensuite développée dans un extrait d’une interview du producteur de l’émission, Dominique Delport :

Y’a des émissions comme C dans l’air avec des experts en plateau, qui sont des sachant, hein, ils savent des choses et ils le transmettent avec euh, avec l’animateur-interviewer Yves Calvi. CULT c’est un peu différent puisque ce sont avant tout ces jeunes-là qui interviennent en direct, qui posent leurs questions, qui réagissent sur l’actualité sans être forcément sachant, savant mais néanmoins avec cette fraîcheur, cette spontanéité que, euh, l’interactivité et le Web permet, on les maquille pas, on les fait pas répéter, ils sont… dans leurs piaules depuis leur appart, leur studio, le bureau des parents, avec juste une connexion ADSL, une webcam et ils interviennent comme s’ils étaient chez eux et on les considère, au même titre que nos chroniqueurs, comme des intervenants réguliers de l’émission (illustration 4c).

55L’intervention de la voix hors champ est complétée par les propos du producteur. Le ton est donné dès la phrase d’introduction. Le discours marque de façon lourde le peu de compétences nécessaires pour intervenir dans l’émission. Cette séquence souligne l’ouverture et la liberté d’expression qui sont offertes aux internautes-téléspectateurs. Cependant, les modalités de l’expression sont maladroites et tendent à souligner l’amateurisme de la prise d’images (réalisées sans maquillage ni décor) et la faiblesse supposée des propos qui seront tenus par les intervenants (leurs opinions). Les compétences techniques qui pourtant sont à l’origine de l’expérience participative des internautes ne sont pas évoquées. Le discours des professionnels de la télévision tend à réduire l’étendue de leurs compétences à une compétence expressive. Par la suite, le présentateur Yves Calvi va chercher à éclaircir la notion d’interactivité. Il interroge à ce sujet Chakib Lahssaini, l’un des animateurs de CULT qui intervient par écran interposé, en direct, depuis le plateau de son émission. Le présentateur dit :

L’interactivité, alors euh, comme toujours, euh, c’est à la fois, euh, le meilleur et parfois le moins bon, j’veux dire, y suffit pas d’prononcer l’mot, hein, c’est c’est vraiment quelque chose sur lequel vous allez travailler et qui chez vous, euh, essaie d’avoir un état d’esprit, euh et un impact différent… (illustration 4d)

56Et l’animateur invité, Chakib Lahssaini, répond :

Ouais c’est clair, j’crois que les rapports de toute façon ne sont pas les mêmes quand on a quelqu’un qui est dans sa chambre, qui vit ça comme quelque chose qui appartient à son intimité et on s’lâche plus facilement, on n’est pas à la télévision, y’a pas les lumières, y’a pas les caméras qui peuvent un peu nous empoisonner parce qu’on est sous pression, on s’retrouve très libres, à parler de sujets sur lesquels on est à l’aise, sur lesquels on a envie de discuter, de chez soi, c’est un peu ça qui est, qui fait le caractère spécifique de l’émission (illustration 4d).

57L’animateur lie la liberté de ton des internautes au cadre intime dans lequel les images sont captées. L’utilisation des webcams renforce la spontanéité des interventions. L’interactivité se présente donc comme l’instrument d’une volonté de donner la parole au public. Elle n’est pas conçue comme un phénomène technique, elle est ramenée à sa dimension communicationnelle.

La compétence expressive et la liberté d’expression

  • 29 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005.

58Le discours des professionnels sur le format CULT met l’accent sur les compétences expressives des internautes. Il traduit l’audace de la chaîne qui ouvre son antenne. À ce titre, il fait référence à la culture radiophonique et aux expériences de « libre antenne » (Glevarec, 2005). La chaîne engage sa responsabilité éditoriale en programmant et en diffusant un format qui laisse la parole en direct aux internautes. Les propos subversifs et les dérapages sont possibles. Comme le laisse entendre l’un des animateurs, « on s’lâche plus facilement » (illustration 4d), d’autant que les internautes participent aux débats depuis leurs chambres. Au cours de l’émission, les blogueurs sont très souvent invités à s’exprimer, sur tous les types de sujets (tableau 1). Les animateurs leur demandent de « poser toutes les questions qui leur passent par la tête ». C’est ainsi que l’on assiste à une discussion avec un prêtre dominicain de 33 ans sur le port du préservatif. Les interventions des blogueurs et des animateurs se font sur un ton frais, libre et décalé29. Par exemple, dans un échange lors de la séquence du « Grand chat’ inversé », la blogueuse Amina parle du « piston » pour travailler à la radio, on lui conseille alors de monter une « radio-pirate ». Et le dialogue s’achève par un : « Qu’on nous laisse nous exprimer, bordel ! » (illustration 5d).

59La liberté d’expression qui est accordée aux internautes de l’émission CULT est grande. En direct, sur une chaîne de dimension nationale, une émission hebdomadaire de deux heures leur accorde la parole. Au total, 30 % du temps d’antenne de l’émission est consacré à diffuser les images et les propos des internautes. Sur le site Web de la chaîne, les intervenants publient des contenus de blogue qui reçoivent à leur tour des commentaires (illustration 2c). Avant et après l’émission, les discussions se poursuivent en ligne dans l’espace du forum.

60À propos des expériences de clavardage associées à des émissions de télévision, les sociologues Thierry Bardini et Serge Proulx remarquaient dans un article paru en 1998 que

la clientèle fréquentant l’un ou l’autre des deux sites en observation ne constitue pas des sous-ensembles des publics des émissions régulières de télévision associés explicitement à ces sites. Sauf exception, il n’est pratiquement jamais fait mention de l’émission de télé dans les conversations. La fonction des échanges apparaît essentiellement phatique : le Web Chat est un lieu pour socialiser et éventuellement pour se reconnaître en tant qu’appartenant à un même sous-groupe. Les conversations se font sous le signe du plaisir ; il n’y a pratiquement pas d’information « sérieuse » qui circule dans ces chats (1998 : 273).

61Cette étude pionnière des pratiques et des échanges autour des déclinaisons internet des formats de télévision montre que le lieu de rencontre médiatique trouve sa source dans le plaisir procuré par l’expérience. Qu’il s’agisse des émotions produites au moment de la consommation des émissions sur les réseaux de télévision ou de celles véhiculées lors d’échanges informels dans les forums qui s’organisent sur les sites des chaînes de télévision, c’est cette fonction motrice et essentielle de l’activité médiatique qui réunit les deux environnements techniques et les deux cultures, médiatique et informatique dans ces nouvelles pratiques, qui manipulent des objets numériques.

62À la fin du mois de juin 2005, France 5 retire l’émission de ses grilles de diffusion. Le 5 avril 2006, les producteurs reçoivent, à Cannes, le premier International Emmy Award de la meilleure émission interactive pour CULT. Dix ans après, en 2015, les techniques médiatiques sollicitées pour cette émission se sont propagées aux pratiques de visionnage du type « second écran ». Les messages autour des émissions de télévision prolifèrent sur Twitter. Envisager les internautes comme une communauté nécessite de considérer un public fédéré autour de pratiques et d’expériences. Les pratiques médiatiques actuelles mettent en jeu une compétence expressive bien plus que technique. Les émotions suscitées par les émissions de télévision mettent sous tension les internautes-téléspectateurs qui publient sur Twitter leurs réactions en temps réel. L’expérience télévisuelle des internautes invités de l’émission CULT est aujourd’hui massivement actualisée dans les pratiques de microblogage. Une plateforme comme Twitter permet à toutes les émissions de télévision d’être interactives et à tous les spectateurs de publier leurs appréciations. L’expérience médiatique proposée par le format CULT définit une communauté d’internautes unis autour du plaisir de s’exprimer. Un public pour qui la technique est un moyen et non une fin.

Haut de page

Bibliographie

AKRICH, Madeleine (1993), « Les formes de la médiation technique », Réseaux, 60 : 87-98.

AWAD, Gloria (2011), « La médiatisation de soi et la constitution des sujets », Communication, vol. 29, 1, [En ligne]. http://communication.revues.org/2406. Page consultée le 9 février 2015.

BARDINI, Thierry et Serge PROULX (1998), « Entre publics et usagers : la construction sociale d’un nouveau sujet communicant » dans Médiations sociales, systèmes d’information et réseaux de communication, actes du Congrès INFORCOM 98, Société française des sciences de l’information et de la communication, Metz, décembre, p. 267-274.

BARTHES, Roland (1975), Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, Seuil.

BERNERS-LEE, Tim (1999/2008), Weaving the Web, Paradise (CA), Paw Prints.

BIANCHI, Jean et al. (1990), L’invention du téléspectateur, Paris, CENT.

CARDON, Dominique et al. (1999), « Les formats de la générosité : trois explorations du Téléthon », Réseaux, 17(95) : 15-105.

CASETTI, Francesco et Roger ODIN (1990), « De la paléo- à la néo-télévision », Communications, 51 : 9-26.

CHANIAC, Régine et Jean-Pierre JEZEQUEL (2005), La télévision, Paris, La Découverte.

COSSEE, Claire, Emmanuelle LADA et Isabelle RIGONI (2004), Faire figure d’étranger. Regards croisés sur la production de l’altérité, Paris, Armand Colin.

DANARD, Benoît et Rémy LE CHAMPION (2005), Les programmes audiovisuels, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

DAYAN, Daniel et Elihu KATZ (1996), La télévision cérémonielle, Paris, Presses universitaires de France.

DENIS, Jérôme (2002), « Les dispositifs de visibilisation sur les scènes marchandes. Le cas des chaînes de télévision françaises », Réseaux, 6(116) : 257‐288.

DEWEY, John (1927/2013), Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, Coll. « Folio ».

DUCCINI, Hélène (1998), La télévision et ses mises en scène, Paris, Éditions Nathan Université, Coll. « 128 Cinéma ».

FISKE, John et John HARTLEY (1989), Reading Television, 2e édition, New York, Routledge, Coll. « New Accents ».

FISKE, John (1987), Television Culture, New York, Routledge, Coll. « Studies in Communication ».

FLICHY, Patrice (2010), Le sacre de l’amateur, Paris, Seuil.

FOUCAULT, Michel (1994), « L’écriture de soi » dans Dits et écrits, Paris, Gallimard, p. 415-430.

FOUCAULT, Michel (1970/1999), L’ordre du discours, Paris, Gallimard.

GLEVAREC, Hervé (2005), Libre antenne : la réception de la radio par les adolescents, Paris, Armand Colin.

HEITZMANN, Raymond et Martine DAYAN (2004), « Tableau de bord du commerce électronique », décembre 2004, p. 39-41 [En ligne]. http://www.insee.fr/sessi/tableau_bord/tic/tabord1204.pdf. Page consultée le 6 mai 2014.

JENSEN, Jens F. (2008), « The concept of interactivity-revisited: Four new typologies for a new media landscape », 1st International Conference on Designing interactive user experiences for TV and video, ACM, p. 129-132.

KOLB, David A. (1984/2014), Experiential Learning: Experience as the Source of Learning and Development, Upper Saddle River (NJ), Pearson Education FT Press.

LATOUR, Bruno (1991/2006), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, Coll. « Poche ».

LIEBES, Tamar, Édith ZEITLIN et Dominique PASQUIER (1994), « À propos de la participation du téléspectateur », Réseaux, 12(64) : 93-105.

NARDI, Bonnie A., Diane J. SCHIANO et Michelle GUMBRECHT (2004), « Blogging as social activity, or, would you let 900 million people read your diary? », ACM conference on Computer supported cooperative work, ACM, p. 222-231.

MACÉ, Éric et Éric MAIGRET (2005), Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, INA/Armand Colin.

MACÉ, Éric (1993), « La télévision du pauvre : sociologie du public participant » dans Daniel DAYAN (dir.), « À la recherche du public », Hermès, 11‐12 : 159-175.

MEADEL, Cécile (1984), « Ethnographie de l’antenne. Le travail des gens de radio », Réseaux, 2(9) : 77-98.

MEHL, Dominique (1993), « Décideurs et professionnels : les fractures », Sociologie du travail, 4 : 389-407.

MEHL, Dominique (2002), « La télévision relationnelle », Cahiers internationaux de sociologie, 112 : 63-95.

PAPACHARISSI, Zizi (2007/2012), « Audiences as media producers: Content analysis of 260 blogs » dans Mark TREMAYNE, Blogging, Citizenship, and the Future of Media, New York, Routledge, p. 21-38.

PROULX, Serge (1998), Accusé de réception. Le téléspectateur construit par les sciences sociales, Paris, L’Harmattan, Coll. « Champs visuels ».

PROULX, Serge (2002), « Trajectoires d’usages des technologies de communication : les formes d’appropriation d’une culture numérique comme enjeu d’une <société du savoir> », Annales des télécommunications, 57(3-4) : 180-189.

PROULX, Serge, Louise POISSANT et Michel SENECAL (2006), Communautés virtuelles. Penser et agir en réseau, Québec, Presses de l’Université Laval.

RIEFFEL, Rémy (2001/2005), Sociologie des Médias, 2e édition, Paris, Ellipses.

ROGERS, Everett Mitchell (1983/2003), Diffusion of innovations, 5e édition, New York, Free Press.

ROUQUETTE, Sébastien (2009), L’analyse des sites internet, Paris/Bruxelles, Ina/De Boeck.

SAUVAGE, Monique et Isabelle VEYRAT-MASSON (2012), Histoire de la télévision française, Paris, Nouveau Monde.

SCANNELL, Paddy et Marie-Christine GAMBERINI (1997), « L’intentionnalité communicationnelle dans les émissions de radio et de télévision », Sociologie de la communication, 1(1) : 881-895.

SILES, Ignacio (2011), « From online filter to Web format: Articulating materiality and meaning in the early history of blogs », Social Studies of Science, 41(5) : 737-758.

SILES, Ignacio (2012), « Web technologies of the self: The arising of the <blogger> identity », Journal of computer-mediated communication, 17(4) : 408-421.

VIVO, José Manuel Noguera et al. (2014), « The role of the media industry. When participation is a product » dans Nico CARPENTIER, Kim Christian SCHRODER et Lawrie HALLETT (dir.), Audience Transformations. Shifting Audience Positions in Late Modernity, New York, Routledge/COST, p. 172-189.

WILLIAMS, Raymond (1974/2003), Television: Technology and Cultural Form, 3e édition, New York, Routledge.

ZASK, Joëlle (2008), « Le public chez Dewey : une union sociale plurielle », Tracés, 15 : 169-189.

Haut de page

Annexe


Tableaux et illustrations

Tableau 1. Extrait : sujets de l’émission CULT

Tableau 1. Extrait : sujets de l’émission CULT

Tableau 1. Extrait : sujets de l’émission CULT (suite)

Tableau 1. Extrait : sujets de l’émission CULT (suite)

Illustration 1a. Corpus Web 2004-2005. France 5, émission J’m’en mail. Page d’accueil : france5.fr/mayday/, écran du 13 avril 2004, 14 h 9

Illustration 1a. Corpus Web 2004-2005. France 5, émission J’m’en mail. Page d’accueil : france5.fr/mayday/, écran du 13 avril 2004, 14 h 9

Illustration 1b. Corpus Web 2004-2005. France 5, émission J’m’en mail. Page « Vos contributions » « J’m’en mail » : france5.fr/mayday/W00383/7/109152.cfm, écran du 13 avril 2004, 14 h 11

Illustration 1b. Corpus Web 2004-2005. France 5, émission J’m’en mail. Page « Vos contributions » « J’m’en mail » : france5.fr/mayday/W00383/7/109152.cfm, écran du 13 avril 2004, 14 h 11

Illustration 1c. Corpus Web 2004-2005. France 5, émission J’m’en mail. Page « Forum » « J’m’en mail » : forum.france5.fr/, écran du 13 avril 2004, 14 h 12

Illustration 1c. Corpus Web 2004-2005. France 5, émission J’m’en mail. Page « Forum » « J’m’en mail » : forum.france5.fr/, écran du 13 avril 2004, 14 h 12

Illustration 2a. Corpus Web 2005 : cult.france5.fr. Structure de la page d’accueil : http://cult.france5.fr, écran du 2 avril 2005, 18 h 01

Illustration 2a. Corpus Web 2005 : cult.france5.fr. Structure de la page d’accueil : http://cult.france5.fr, écran du 2 avril 2005, 18 h 01

Illustration 2b. Structure de la page « Les bloggers » : http://cult.france5.fr/​index.html?page=bloggers, écran http://cult.france5.fr, 2 avril 2005, 18 h 07

Illustration 2b. Structure de la page « Les bloggers » : http://cult.france5.fr/​index.html?page=bloggers, écran http://cult.france5.fr, 2 avril 2005, 18 h 07

Illustration 2c. Corpus Web 2005 : france5.fr CULT. Page « Le blog de la semaine ». Site France 5 du 7 mai 2005, 17 h 15 : http://cult.france5.fr/​index.html?page=home

Illustration 2c. Corpus Web 2005 : france5.fr CULT. Page « Le blog de la semaine ». Site France 5 du 7 mai 2005, 17 h 15 : http://cult.france5.fr/​index.html?page=home

Illustration 2d. Structure de la page « Les émissions » : http://cult.france5.fr, écran du 7 avril 2005, 10 h 8

Illustration 2d. Structure de la page « Les émissions » : http://cult.france5.fr, écran du 7 avril 2005, 10 h 8

Illustration 2e. Promotion, bandeau. Page d’accueil : France5.fr, écran du 2 avril 2005, 19 h 57

Illustration 2e. Promotion, bandeau. Page d’accueil : France5.fr, écran du 2 avril 2005, 19 h 57

Illustration 3a. Corpus Web 2005 : france5.fr CULT. Page « Le live », player video. Mini-site, page « Le live » : http://cult.france5.fr/​live.html, écran du 21 mai 2005, 13 h 50, code temporel de la vidéo : 00:01:45

Illustration 3a. Corpus Web 2005 : france5.fr CULT. Page « Le live », player video. Mini-site, page « Le live » : http://cult.france5.fr/​live.html, écran du 21 mai 2005, 13 h 50, code temporel de la vidéo : 00:01:45

Illustration 3b. Corpus Web 2005 : france5.fr CULT. Page « Le live », player video. Mini-site, page « Le live » : http://cult.france5.fr/​live.html, écran du 21 mai 2005, 13 h 50, code temporel de la vidéo : 00:01:49

Illustration 3b. Corpus Web 2005 : france5.fr CULT. Page « Le live », player video. Mini-site, page « Le live » : http://cult.france5.fr/​live.html, écran du 21 mai 2005, 13 h 50, code temporel de la vidéo : 00:01:49

Illustration 3c. Corpus Web 2005 : france5.fr CULT. Page « Le live », player video. Mini-site, page « Le live » : http://cult.france5.fr/​live.html, écran du 21 mai 2005, 13 h 50, code temporel de la vidéo : 00:02:01

Illustration 3c. Corpus Web 2005 : france5.fr CULT. Page « Le live », player video. Mini-site, page « Le live » : http://cult.france5.fr/​live.html, écran du 21 mai 2005, 13 h 50, code temporel de la vidéo : 00:02:01

Illustration 4a. Corpus TV 2005 : France 5, extrait, retranscription texte/vidéo. Émission C dans l’air : C’est encore plus France 5, diffusion le 31 mars 2005 à 19 h, durée : 52 minutes. TVhttp://wayback.archive.org/web/20000315000000*/http://www.arte-tv.com

Édition spéciale du magazine C dans l’air, le lancement de la télévision numérique terrestre en France, le 31 mars 2005.
Pour cet événement spécial, l’émission s’intitule C’est encore plus France 5 et les invités reçus en plateau sont des animateurs de la chaîne et des professionnels de la télévision. France 5 diffuse sur son antenne une émission consacrée à sa nouvelle programmation. Les personnes présentes en plateau sont Alexandre Michelin, le directeur de l’antenne et des émissions de France 5, Michel Cymes, Iris Jimenez et Élisabeth Tchoungi, des animateurs de la chaîne, Yves Calvi, le présentateur de l’émission et François Viot, le directeur de la rédaction d’un guide de programmes télévisés hebdomadaires télé-câble-satellite hebdo.
Découpage en 19 séquence
Générique (durée : 11 s)
Séquence d’introduction : présentation (durée : 2 min 5 s)
Séquence « Grande chaîne » (durée : 1 min 42 s)
Séquence « Une autre télévision » (durée : 2 min 22 s)
Séquence « France 5 chez les Helvètes » (durée : 41 s)
Séquence « Vivante, innovante » (durée : 1 min 43 s)
Séquence « De l’horaire fixe aux soirées lesbiennes » (durée : 2 min 47 s)
Séquence de transition, lancement du sujet (durée : 30 s)
Séquence « C’est encore plus France 5 » (durée : 3 min)
Séquence « Nouvelles formes » (durée : 1 min 55 s)
Séquence « Case et Slash et déguisement » (durée : 3 min 15 s)
Séquence de transition, lancement du sujet (durée : 21 s)
Séquence CULT (durée : 1 min 54 s)
Séquence CULT plateau (durée : 6 min 30 s)
Séquence « Les portes de la santé » (durée : 6 min 28 s)
Séquence « L’Europe à table » (durée : 2 min 13 s)
Séquence « La chaîne du 21e siècle » (durée : 3 min 4 s)
Séquence « Les documentaires » (durée : 2 min 1 s)
Séquence « La colocation des cases et l’audace » (durée : 9 min 3 s)
FORMAT : Émission de plateau, diffusée en direct, un animateur distribue la parole aux invités, qui sont assis autour d’une table. Un public formé d’une trentaine de personnes assiste, silencieux, aux discussions.

Illustration 4 b. Générique : culture numérique

Illustration 4 b. Générique : culture numérique

Code temporel : 0:47:22

(13) Séquence sujet « CULT » : 0 h 47 min 18 s à 0 h 49 min 12 s (durée : 1 min 54 s)
Audio : fond sonore, musique générique de l’émission CULT, superposé à la voix masculine d’un des animateurs qui prononce le nom de l’émission : CULT (prononcé avec un accent anglais)
Visuel : générique de l’émission, déclinaison graphique du mot CULT sur des supports très variés, plan final, signature « Le magazine des cultures urbaines », typographie en lettres blanches, comme taguées sur du mobilier urbain.
Audio : commentaire, voix hors champ se superpose : « CULT, ça veut dire c’est unique à la télé, objectif ambitieux qui passe principalement par l’interactivité. » 

Illustration 4c. Portrait de blogueur : Aldo

Illustration 4c. Portrait de blogueur : Aldo

Code temporel : 0:47:33 Code temporel : 0:47:37

Audio : commentaire, voix hors champ se superpose : « Aldo a 17 ans et fait partie des interviewers réguliers de CULT, pas la peine d’avoir une compétence particulière sur le sujet, il suffit d’avoir une opinion. »
Audio : son direct superposé au commentaire, voix de l’intervenant (intensité sonore très basse, presque inaudible) : « L’armée euh faut pas, faut pas blaguer non plus, ça reste quand même euh, un truc pour faire la guerre donc quand vous nous dites… »
Audio : son direct, voix de l’intervenant (intensité sonore augmente) : « C’est pas du tout ça il faudrait rebaptiser le nom de l’armée, faudrait l’appeler le secours populaire… les soldats c’est quand même pour faire la guerre. »
Visuel : dispositif émission : l’internaute s’exprime et il y a des plans du plateau intercalés : invité, présentateur, le dernier plan de la séquence est celui de la caméra qui filme l’intervenant internaute de profil, la caméra est légèrement décalée pour pouvoir faire apparaître la silhouette d’une femme dans l’encadrement de la porte de la pièce où est assis le jeune homme, sans doute s’agit-il de sa mère, dont la présence au moment de l’enregistrement des images est ainsi révélée.

Illustration 4d. Extrait : les producteurs

Illustration 4d. Extrait : les producteurs

Code temporel : 0:48:4 Code temporel : 0:48:53 Code temporel : 0:48:57

(13) Séquence sujet « CULT » : 0 h 47 min 18 s à 0 h 49 min 12 s (durée : 1 min 54 s)
Visuel : deux personnes, un homme et une femme, sont debout et s’expriment face à la caméra. Le synthé indique le nom de l’homme et sa fonction : Dominique Delport producteur. En arrière-plan, des baies vitrées évoquent le décor d’un bureau.
Audio : voix du producteur : « Y’a des émissions comme C dans l’air avec des experts en plateau, qui sont des sachant, hein, ils savent des choses et ils le transmettent avec euh, avec l’animateur-interviewer Yves Calvi. CULT c’est un peu différent puisque ce sont avant tout ces jeunes-là qui interviennent en direct, qui posent leurs questions, qui réagissent sur l’actualité sans être forcément sachant, savant mais néanmoins avec cette fraîcheur, cette spontanéité que, euh, l’interactivité et le Web permet, on les maquille pas, on les fait pas répéter, ils sont… dans leurs piaules depuis leur appart, leur studio, le bureau des parents, avec juste une connexion ADSL, une webcam et ils interviennent comme s’ils étaient chez eux et on les considère, au même titre que nos chroniqueurs, comme des intervenants réguliers de l’émission. Y en a 250 aujourd’hui en France, avec la diffusion hertzienne de CULT, hein, après 6 mois de câble-sat et de TNT maintenant, on est aussi en hertzien, entre 18 et 19, on espère que cette communauté de bloggers, hein, c’est le nom qu’on a trouvé avec Estelle, les bloggers, qui animent aussi leurs blogs sur internet, vont, euh, tout simplement se multiplier. » Visuel plateau.

Illustration 4e. Extrait : les blogueurs et l’interactivité

Illustration 4e. Extrait : les blogueurs et l’interactivité

Code temporel : 0:50:4 Code temporel : 0:50:42 Code temporel : 0:53:18

(14) Séquence « CULT », direct, double plateau : 0 h 49 min 13 s à 0 h 55 min 43 s (durée : 6 min 30 s)
Voix du présentateur, Yves Calvi : « On, on l’a bien compris, j’pose la question à Chakib Lahssaini, hein, euh, vous êtes donc là tous les trois dans cette nouvelle émission, mais y’a vraiment un rôle très très important, essentiel, qui est, qui est donné au téléspectateur ? Hein ? »
Voix de l’animateur invité, Chakib Lahssaini : « Ah ouais, parfaitement, alors ch’crois que c’que Ray, Ray répondait c’bien à la question parce que finalement c’qui change dans CULT c’est que, euh, la personne, notre public de prédilection, c’est-à-dire les 15-25 ans, voire même 15-35 ans sont pas simplement spectateurs, aujourd’hui ils sont acteurs de cette émission parce qu’ils peuvent, peuvent faire partager leurs points de vue et surtout y… y’z’interviennent sur des sujets sur lesquels on n’a pas l’habitude de les entendre parce qu’on les renvoie souvent à ce qu’ils s…, à l’image qu’on s’fait d’eux, c’est-à-dire des jeunes alors qu’on peut les entendre sur l’euthanasie, sur la désobéissance civile et sur d’autres sujets et j’crois qu’c’est ça qui change un peu, euh, c’est un peu l’état d’esprit de l’émission et qui change par rapport aux autres émissions où on peut voir un public qu’qu’y’a à peu près notr… la tranche d’âge du nôtre. »
Voix du présentateur, Yves Calvi : « L’interactivité, alors euh, comme toujours, euh, c’est à la fois, euh, le meilleur et parfois le moins bon, j’veux dire, y suffit pas d’prononcer l’mot, hein, c’est c’est vraiment quelque chose sur lequel vous allez travailler et qui chez vous, euh, essaie d’avoir un état d’esprit, euh et un impact différent… »
Voix de l’animateur invité, Chakib Lahssaini : « Ouais c’est clair, j’crois que les rapports de toute façon ne sont pas les mêmes quand on a quelqu’un qui est dans sa chambre, qui vit ça comme quelque chose qui appartient à son intimité et on s’lâche plus facilement, on n’est pas à la télévision, y’a pas les lumières, y’a pas les caméras qui peuvent un peu nous empoisonner parce qu’on est sous pression, on s’retrouve très libres, à parler de sujets sur lesquels on est à l’aise, sur lesquels on a envie de discuter, de chez soi, c’est un peu ça qui est, qui fait le caractère spécifique de l’émission. »

Illustration 5a. Corpus TV 2005 : France 5, retranscription, émission CULT du 2 avril 2005. Première diffusion sur le réseau TNT, émission Spécial Sidaction diffusée le samedi 2 avril 2005, de 18 h à 20 h. Introduction : présentation des blogueurs

Illustration 5a. Corpus TV 2005 : France 5, retranscription, émission CULT du 2 avril 2005. Première diffusion sur le réseau TNT, émission Spécial Sidaction diffusée le samedi 2 avril 2005, de 18 h à 20 h. Introduction : présentation des blogueurs

Code temporel : 00:07:06

« Voilà qu’est ce qu’il y a dans l’émission et moi je dois te dire, stop, si toi aussi tu veux faire partie de notre petite famille, il suffit d’avoir une webcam et une ligne ADSL et il faut aller sur notre site cult.fr toutes les détails sont là-dessus, comment devenir blogueur ou blogueuse, comme nos amis à la maison ce soir, sauf que quand toi tu viens dans l’émission tu vas bouger… »
AA : « bouge ton corps sur le dancefloor »
RC : « parce que pour le moment ils bougent pas ils sont au téléphone mais vous en faites pas on va réparer ça tout à l’heure… c’est à qui… ah oui c’est à moi »
CL : « c’est toujours à toi »
RC : « on va revenir sur… on va couper ça au montage, oh non, on est en direct » (rires) « bon… »

Illustration 5 b. Corpus TV 2005 : France 5, retranscription, émission CULT du 2 avril 2005. Première diffusion sur le réseau TNT, émission Spécial Sidaction diffusée le samedi 2 avril 2005, de 18 h à 20 h. Le décor du plateau

Illustration 5 b. Corpus TV 2005 : France 5, retranscription, émission CULT du 2 avril 2005. Première diffusion sur le réseau TNT, émission Spécial Sidaction diffusée le samedi 2 avril 2005, de 18 h à 20 h. Le décor du plateau

Code temporel : 01:04:26

RC : « Re-bonsoir et re-bienvenue, et re-bienvenue et re-bonsoir à nos bloggers à la maison : Yamina, Bruno, Baptiste et Djamel, et ça marche ! »
Bloggers : (brouhaha) « Bonsoir ! »
Les vidéos des bloggers incrustées à l’écran sont animées : le problème technique a été résolu.
Invité, Disiz la Peste : « ça y est ça marche, magnifique ! »
RC : « Ça c’est vraiment, c’est vraiment typique ça… la première heure sur notre plus grande télé depuis longtemps, ça marche pas puis on part sur la TNT et puis ça marche. »
Invité, Disiz la Peste : « Ouais mais ça va vous porter chance parce qu’c’t’émission elle déchire, c’est bon… »

Illustration 5c. Corpus TV 2005 : France 5, retranscription, émission CULT du 2 avril 2005. Première diffusion sur le réseau TNT, émission Spécial Sidaction diffusée le samedi 2 avril 2005, de 18 h à 20 h. Séquence : pratiques des internautes face à leur webcam

Illustration 5c. Corpus TV 2005 : France 5, retranscription, émission CULT du 2 avril 2005. Première diffusion sur le réseau TNT, émission Spécial Sidaction diffusée le samedi 2 avril 2005, de 18 h à 20 h. Séquence : pratiques des internautes face à leur webcam

Code temporel : 01:11:02 Code temporel : 01:11:16

RC : « C’est super, vous l’avez lu les bloggers ? »
Bloggers (un peu tous ensemble) : « Non j’l’ai pas lu moi »
RC : « et ben maintenant vous allez le lire quand même »
Disiz la Peste : « La vie devant soi, et c’est un très belle histoire en plus, la vie d’un petit qui s’appelle Mohamed et qui se lie d’une relation avec une prostituée qui est juive, c’est magnifique.. »
RC : « Y’a Djamel qui veut te montrer quelquechose… »
Disiz la Peste : « Marc Lévy »
Djamel montre un livre de Marc Lévy à la webcam
RC : « C’est ton livre préféré ou quoi ? »
Djamel : « J’vous l’conseille parce que c’est un super auteur et il écrit vraiment super bien, et c’est vraiment une super bonne idée… Sept jours pour une éternité »
Invité : « c’est bien il faut lire… »

Illustration 5d. Corpus TV 2005 : France 5, retranscription, émission CULT du 2 avril 2005. Première diffusion sur le réseau TNT, émission Spécial Sidaction diffusée le samedi 2 avril 2005, de 18 h à 20 h. Séquence : Le grand chat’ inversé

Illustration 5d. Corpus TV 2005 : France 5, retranscription, émission CULT du 2 avril 2005. Première diffusion sur le réseau TNT, émission Spécial Sidaction diffusée le samedi 2 avril 2005, de 18 h à 20 h. Séquence : Le grand chat’ inversé

Code temporel : 01:11:55 Code temporel : 1 h 16 min 34 s
fin : 1 h 18 min 45 s

« Le grand chat avec les bloggers et Disiz »
Les bloggers (Baptiste, Bruno, Yamina) : « N’importe quelles questions, on n’a rien préparé »
Invité : « Alors Bruno, quelle question je vais te poser, tiens est-ce que tu lis, toi d’ailleurs ? »
Bruno, webcam : « Hélas non, mais j’vais m’forcer, d’ailleurs l’bouquin dont t’as parlé ça m’intéress’rais bien donc j’vais noter, j’vais aller à une librairie, et l’ach’ter »…
Invité : « C’est La vie devant soi de Romain Gary… Trop occupé avec internet, la télé, ou y’a déjà trop de médias et de loisirs, c’est ça qui t’empêche de lire »
Bruno, webcam : « euh, ouais-f-c’est vrai qu’j’prends pas l’temps de faire ça… »
Invité : « Y’a pas de pub dans un livre »…
« Yamina, qu’est-ce que tu fais dans la vie ? »
Yamina : « Ch’ui journaliste dans un magazine féminin… cultures urbaines »
Invité : « … le fast-flirt… »
Baptiste : orientation professionnelle (radio)
Yamina : « Milieu radio… du piston »
Invité : « Radio pirate, qu’on nous laisse nous exprimer, bordel de m’… »
Yamina : « Y sont pas ouverts… »

Haut de page

Notes

1 Voir la notion de compétence, qui sera développée à partir de Dewey (1927/2013).

2 Pour les discours d’accompagnement : retranscription de l’édition spéciale de l’émission C dans l’air qui a inauguré la nouvelle grille de France 5 le 31 mars 2005 à 19 h, notamment la séquence qui présentait le concept de CULT (« C’est unique à la télé ») comme l’un des temps forts de la programmation de la grille TNT (télévision numérique terrestre).

3 « La chaîne France 5 lance une émission interactive expérimentale », Les Échos, no 19141, 21 avril 2004, rubrique « Innovation en bref », p. 23.

4 Je me permets ici de faire référence à l’une de mes publications.

5 L’émission est retirée de la grille de programmation de France 5 après une dernière édition diffusée le 4 juin 2005.

6 Voir la page d’accueil : www.france5.fr, version du 31 mars 2004, page consultée à partir d’internet Archive le 10 juin 2014 à 12:00.

7 Voir la page d’accueil : www.france5.fr, version du 19 mai 2004, page consultée à partir d’internet Archive le 10 juin 2014 à 12:00.

8 Selon John Dewey, le public est un résultat, la communauté n’est pas fédérée a priori, son existence est dynamique, elle est le « fruit de la contribution individuelle de toutes les personnes concernées » (Zask, 2008 : 37).

9 « La télé sous le feu des webcams », 01net, 28/02/05 [En ligne]. http://www.01net.com/editorial/267910/la-tele-sous-le-feu-des-webcams/. Page consultée le 10 juin 2014.

10 Nous retenons ici l'orthographe conforme aux recommandations des principaux ouvrages de référence.

11 Extrait d’un sujet consacré à CULT et diffusé au cours de l’édition spéciale de l’émission C dans l’air qui a inauguré les nouveaux horaires de France 5, lors du passage au numérique hertzien, le 31 mars 2005.

12 Pour la distinction entre les pratiques des diaristes et des blogueurs, voir Siles (2012).

13 Notamment le succès de la plateforme Blogger rachetée par Google en 2003.

14 Le terme blog est adopté en 1999, les expériences pionnières de 1998 portaient le nom de weblog (Siles, 2012).

15 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, séquence « Portrait d’Aldo », code temporel : 00:11:18 – 00:12:44.

16 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, séquence « La famille », code temporel : 00:12:45 – 00:12:56.

17 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, code temporel : 00:36:25 – 00:36:43.

18 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, code temporel : 00:15:54, débat : « Le sida : tu flippes ou t’esquives ? ».

19 Pour le parallèle avec la radio et notamment la familiarité entre animateur et auditeur, voir Méadel (1984 : 94-96).

20 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, sujet : « Internet : héros malgré eux », code temporel : 00:36:44 – 00:38:42.

21 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, sujet : « Internet : héros malgré eux », code temporel : 00:36:44 – 00:38:42.

22 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, séquence « Boîte à CULT », code temporel : 01:12:10 – 01:13:30.

23 Voir la notion d’intercréativité dans Berners-Lee (1999/2008).

24 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005, sujet : « Le commerce équitable des baskets », code temporel : 01:48:48.

25 Archive de l’émission C dans l’air : C’est encore plus France 5, France 5, 31 mars 2005, 19 h, code temporel : 00:47:06.

26 Archive de l’émission C dans l’air : C’est encore plus France 5, France 5, 31 mars 2005, 19 h, code temporel : 00:47:28.

27 Archive de l’émission C dans l’air : C’est encore plus France 5, France 5, 31 mars 2005, 19 h, code temporel : 00:47:35.

28 Ces consoles éditées par Nintendo étaient très populaires dans les années 1980 et sont devenues des objets cultes : de nombreux sites internet éditent des informations à propos des produits Game & Watch, comme www.gameandwatch.com, et des collectionneurs peuplent aussi la Toile.

29 Archive de l’émission CULT, France 5, 2 avril 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Extrait : sujets de l’émission CULT
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-1.png
Fichier image/png, 159k
Titre Tableau 1. Extrait : sujets de l’émission CULT (suite)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-2.png
Fichier image/png, 229k
Titre Illustration 1a. Corpus Web 2004-2005. France 5, émission J’m’en mail. Page d’accueil : france5.fr/mayday/, écran du 13 avril 2004, 14 h 9
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-3.png
Fichier image/png, 296k
Titre Illustration 1b. Corpus Web 2004-2005. France 5, émission J’m’en mail. Page « Vos contributions » « J’m’en mail » : france5.fr/mayday/W00383/7/109152.cfm, écran du 13 avril 2004, 14 h 11
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-4.png
Fichier image/png, 314k
Titre Illustration 1c. Corpus Web 2004-2005. France 5, émission J’m’en mail. Page « Forum » « J’m’en mail » : forum.france5.fr/, écran du 13 avril 2004, 14 h 12
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-5.png
Fichier image/png, 262k
Titre Illustration 2a. Corpus Web 2005 : cult.france5.fr. Structure de la page d’accueil : http://cult.france5.fr, écran du 2 avril 2005, 18 h 01
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-6.png
Fichier image/png, 550k
Titre Illustration 2b. Structure de la page « Les bloggers » : http://cult.france5.fr/​index.html?page=bloggers, écran http://cult.france5.fr, 2 avril 2005, 18 h 07
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-7.png
Fichier image/png, 706k
Titre Illustration 2c. Corpus Web 2005 : france5.fr CULT. Page « Le blog de la semaine ». Site France 5 du 7 mai 2005, 17 h 15 : http://cult.france5.fr/​index.html?page=home
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-8.png
Fichier image/png, 234k
Titre Illustration 2d. Structure de la page « Les émissions » : http://cult.france5.fr, écran du 7 avril 2005, 10 h 8
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-9.png
Fichier image/png, 564k
Titre Illustration 2e. Promotion, bandeau. Page d’accueil : France5.fr, écran du 2 avril 2005, 19 h 57
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-10.png
Fichier image/png, 708k
Titre Illustration 3a. Corpus Web 2005 : france5.fr CULT. Page « Le live », player video. Mini-site, page « Le live » : http://cult.france5.fr/​live.html, écran du 21 mai 2005, 13 h 50, code temporel de la vidéo : 00:01:45
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-11.png
Fichier image/png, 461k
Titre Illustration 3b. Corpus Web 2005 : france5.fr CULT. Page « Le live », player video. Mini-site, page « Le live » : http://cult.france5.fr/​live.html, écran du 21 mai 2005, 13 h 50, code temporel de la vidéo : 00:01:49
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-12.png
Fichier image/png, 434k
Titre Illustration 3c. Corpus Web 2005 : france5.fr CULT. Page « Le live », player video. Mini-site, page « Le live » : http://cult.france5.fr/​live.html, écran du 21 mai 2005, 13 h 50, code temporel de la vidéo : 00:02:01
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-13.png
Fichier image/png, 392k
Titre Illustration 4 b. Générique : culture numérique
Légende Code temporel : 0:47:22
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Illustration 4c. Portrait de blogueur : Aldo
Légende Code temporel : 0:47:33 Code temporel : 0:47:37
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-15.png
Fichier image/png, 158k
Titre Illustration 4d. Extrait : les producteurs
Légende Code temporel : 0:48:4 Code temporel : 0:48:53 Code temporel : 0:48:57
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-16.png
Fichier image/png, 199k
Titre Illustration 4e. Extrait : les blogueurs et l’interactivité
Légende Code temporel : 0:50:4 Code temporel : 0:50:42 Code temporel : 0:53:18
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-17.png
Fichier image/png, 289k
Titre Illustration 5a. Corpus TV 2005 : France 5, retranscription, émission CULT du 2 avril 2005. Première diffusion sur le réseau TNT, émission Spécial Sidaction diffusée le samedi 2 avril 2005, de 18 h à 20 h. Introduction : présentation des blogueurs
Légende Code temporel : 00:07:06
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Illustration 5 b. Corpus TV 2005 : France 5, retranscription, émission CULT du 2 avril 2005. Première diffusion sur le réseau TNT, émission Spécial Sidaction diffusée le samedi 2 avril 2005, de 18 h à 20 h. Le décor du plateau
Légende Code temporel : 01:04:26
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Illustration 5c. Corpus TV 2005 : France 5, retranscription, émission CULT du 2 avril 2005. Première diffusion sur le réseau TNT, émission Spécial Sidaction diffusée le samedi 2 avril 2005, de 18 h à 20 h. Séquence : pratiques des internautes face à leur webcam
Légende Code temporel : 01:11:02 Code temporel : 01:11:16
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-20.png
Fichier image/png, 210k
Titre Illustration 5d. Corpus TV 2005 : France 5, retranscription, émission CULT du 2 avril 2005. Première diffusion sur le réseau TNT, émission Spécial Sidaction diffusée le samedi 2 avril 2005, de 18 h à 20 h. Séquence : Le grand chat’ inversé
Légende Code temporel : 01:11:55 Code temporel : 1 h 16 min 34 s fin : 1 h 18 min 45 s
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/5865/img-21.png
Fichier image/png, 293k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Ferjoux, « Pratiques télévisuelles et pratiques en ligne », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 04 février 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5865 ; DOI : 10.4000/communication.5865

Haut de page

Auteur

Céline Ferjoux

Céline Ferjoux est ingénieur de recherche pour le réseau Usages des Patrimoines Numérisés, Sorbonne Paris Cité, Paris. Courriel : cf@nomedia.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org