Navigation – Plan du site
Lectures

Philippe ALDRIN, Nicolas HUBÉ, Caroline OLLIVIER-YANIV et Jean-Michel UTARD (dir.) (2014), Les médiations de l’Europe politique

Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg
Manfred Peters
Référence(s) :

Philippe ALDRIN, Nicolas HUBÉ, Caroline OLLIVIER-YANIV et Jean-Michel UTARD (dir.) (2014), Les médiations de l’Europe politique, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg

Texte intégral

1Au moment de la crise grecque, symbolisée par le grexit, et de la montée de l’euroscepticisme, le présent ouvrage collectif vient à son heure. La victoire référendaire d’Alexis Tsipras (5 juillet 2015) est saluée sur le continent par l’extrême droite comme par l’extrême gauche. Cette montée du radicalisme est un défi lancé à l’Europe. Désormais, l’un de ses chantres siège au Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement. D’autres peuvent suivre.

2La question de la légitimité politique — et celle des médiations qui la fabriquent — se pose tous les jours. Elle est d’autant plus pertinente que l’Europe est souvent victime de préjugés, soigneusement entretenus par les États membres. Comme l’a dit à plusieurs reprises le président du Parlement européen, Martin Schulz, quand les choses vont mal, c’est la faute de l’Europe ; quand les choses vont bien, c’est le mérite des États nationaux qui la constituent.

3Ont contribué à l’ouvrage Les médiations de l’Europe politique, outre les quatre coordinateurs scientifiques, Romain Badouard, Olivier Baisnée, Julia Bonaccorsi, Stéphane Carrara, Ivan Chupin, François Foret, Aline Hartemann, Nicolas Maisetti, Pierre Mayance, Hélène Michel, Jean-François Polo, Yoann Pupat, Sandrine Roginsky et Florian Tixier. Quand on regarde la biographie des auteurs, on constate qu’il s’agit de spécialistes, français et belges, de haut niveau. Leurs bibliographies sont impressionnantes.

4Les contributions sont structurées autour de trois axes : 

  • Légitimer l’Europe : les transformations historiques d’un problème politique ; 

  • Mobiliser l’Europe : l’action européenne face à ses publics ; 

  • Médiatiser les affaires européennes : les mondes professionnels de l’information européenne.

5Comme il est précisé dans l’introduction générale, l’ouvrage est le fruit d’une série de rencontres organisées dans le cadre du programme « La production des espaces publics européens », l’objectif étant d’étudier le monde des acteurs engagés dans le travail de légitimation de l’Europe politique, et ce, d’un point de vue synchronique et diachronique. Les coordinateurs préfèrent l’expression générique « Europe politique » à celle de « Communauté européenne » ou d’« Union européenne » instituées par les traités européens.

6Vu la richesse et la variété des contributions, il est impossible de les traiter toutes dans le cadre d’une recension. Je me contenterai d’en évoquer une par axe.

7En ce qui concerne la première partie du livre, j’ai choisi le chapitre introductif, rédigé par François Foret, professeur de science politique à l’Université libre de Bruxelles où il est titulaire de la chaire Jean Monnet Social and Cultural Dimensions of European Integration. L’auteur montre que, malgré la faiblesse de la communication, le référent européen s’installe de plus en plus dans les réalités de vie et les représentations du monde des citoyens, en insistant sur le fait que l’identité collective peut considérablement différer de l’identité individuelle.

8Comment fabriquer des publics européens en ligne ? Telle est la question que traite, dans la deuxième partie de l’ouvrage, Romain Badouard, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Cergy-Pontoise. Quand le 2 mai 2005 les Français rejettent, par référendum, le Traité constitutionnel européen, cela agit comme un électrochoc. L’auteur décrit les différentes mesures mises en place par la commission de José Manuel Barroso, parmi lesquelles Internet occupe une place de choix. En l’espace d’une année, un grand nombre de dispositifs participatifs, fort hétérogènes, sont mis en place. L’un des problèmes réside dans le fait que les dispositifs mis en ligne par la commission nourrissent l’ambition de construire des publics nationaux autour d’enjeux européens, alors que les débats y sont souvent cantonnés à l’échelle des États nationaux.

9Aline Hartemann, qui termine actuellement une thèse consacrée à l’ethnographie de la chaîne de télévision culturelle franco-allemande à vocation européenne ARTE, est particulièrement bien placée pour élaborer une analyse des conditions de production d’une information européenne transnationale, de sa définition à sa mise en œuvre, en mettant l’accent sur les phénomènes d’interactions, de négociations et de coopérations auxquels elle donne lieu. Sa contribution dans la troisième partie de l’ouvrage est une remarquable étude de cas de la production du magazine Zoom Europe proposé à l’antenne de 2007 à 2014.

10L’un des grands mérites des coordinateurs est d’avoir réussi à éviter les redondances, alors que certains sujets sont proches l’un de l’autre. Le lecteur n’a jamais l’impression d’avoir déjà trouvé le même argumentaire ailleurs dans le livre. Malgré sa rigueur scientifique, celui-ci se lit facilement. Il ne s’adresse pas seulement aux chercheurs et aux décideurs politiques, mais également aux citoyens passionnés par l’avenir de l’Europe.

11Un seul regret : l’absence d’un index des noms et d’un index des mots-clés. Ceux-ci auraient grandement facilité un regard transversal sur la problématique abordée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manfred Peters, « Philippe ALDRIN, Nicolas HUBÉ, Caroline OLLIVIER-YANIV et Jean-Michel UTARD (dir.) (2014), Les médiations de l’Europe politique », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5921

Haut de page

Auteur

Manfred Peters

Manfred Peters, Université de Namur, Faculté de Philosophie et Lettres. Courriel : Manfred.peters@unamur.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org