Navigation – Plan du site
Lectures

Ruth AMOSSY (2014), Apologie de la polémique

Paris, Presses universitaires de France, Coll. « L’interrogation philosophique »
Mihaela Drâmbă
Référence(s) :

Ruth AMOSSY (2014), Apologie de la polémique, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « L’interrogation philosophique »

Texte intégral

1L’Apologie de la polémique n’est pas tant un éloge de sa grandeur qu’un défi pour la penser et la conceptualiser autrement, en prenant la contrepartie d’une société du spectacle qui à la fois met ouvertement en scène la polémique et la diabolise. Ruth Amossy nous invite à découvrir la polémique sous un regard neuf. L’auteure émet l’hypothèse de l’utilité publique de la polémique. Celle-ci remplit des fonctions sociales importantes dans une démocratie pluraliste précisément parce qu’elle permet d’exprimer et de gérer discursivement le conflit. Tout l’ouvrage est une argumentation dans ce sens.

2Ainsi, dans la première partie, l’auteure s’attache à décortiquer théoriquement la polémique. Elle situe ses origines dans l’Antiquité, suit l’évolution des modèles conceptuels du consensus et du dissensus et propose une lecture panoramique des théories en croisant les points de vue philosophiques, rhétoriques, sociologiques et linguistiques. Au bout de ces riches considérations théoriques, elle montre les limites des théories actuelles de l’argumentation et prend le parti d’une rhétorique du dissensus. Ce parti pris lui permet, dans le chapitre 2, de repousser les contours de la polémique et de la redéfinir comme une modalité argumentative — une parmi d’autres —, ayant la particularité de traiter d’une question d’actualité, d’intérêt public, qui relève du conflictuel et mobilise principalement la dichotomisation, la polarisation et la disqualification et, contrairement à l’opinion souvent répandue, moins la violence verbale et le pathos.

3Les deux autres parties du livre prolongent la thèse avancée et servent de démonstration en s’appuyant sur des éléments observés sur le terrain.

4Ainsi, la deuxième partie est consacrée à l’exploration des modalités sociodiscursives de construction de la polémique. Amossy s’intéresse à la polémique en action pour sonder son fonctionnement et les effets modélisateurs sur la communication in situ. Méticuleusement, elle se concentre sur deux cas de figure : le port de la burqa en France (chapitre 3) et l’exclusion des femmes en Israël (chapitre 4). Ces deux chapitres se complètent réciproquement.

5Dans le chapitre 3, l’auteure découpe ce phénomène sociodiscursif en discours et échanges d’idées polémiques qui sont observés dans des cadres communicationnels précis : un débat télévisé et un forum de discussion répondant à un article de presse. Ces micro-analyses lui permettent d’explorer le rôle des médias dans la matérialisation de la polémique. Si, d’une part, les médias font circuler les discours polémiques, d’autre part, les journalistes eux-mêmes construisent la polémique. Ils ne rendent pas nécessairement visible un discours polémique préexistant ; a contrario, c’est l’écriture de l’article de presse qui fragmente les opinions, c’est le « texte qui organise le regroupement des acteurs en deux camps » (p. 83). L’auteure pose ici délicatement la question de la responsabilité et de l’éthique des journalistes.

6Le chapitre 4 met en exergue la polyphonie des discours monogérés et des duels verbaux sur une question controversée telle que l’exclusion des femmes dans l’espace public israélien. Amossy constate que « la polémique publique ne se construit pas sur le modèle du dialogue classique », les discours « circulent en parallèle, ne se répondent qu’indirectement, ou se croisent incidemment » (p. 105). Ce constat entraîne des conséquences sur la manière de concevoir les fonctions communicationnelles et sociales de la polémique. Son rôle n’est pas ici de produire un dialogue entre des parties prenantes divergentes, mais de se positionner politiquement, de rassembler davantage leur propre camp, de créer du lien social à partir de la divergence et, finalement, de permettre la coexistence de la différence dans l’espace public.

7En s’appuyant toujours sur un cas concret, celui des stock options en temps de crise, la troisième partie approfondit davantage les aspects polémiques de la polémique : la passion et la violence.

8Le chapitre 5 s’attache à interroger la place prise par le pathos ainsi que ses conséquences sur la capacité profonde de la polémique de contribuer à la prise de décision, à la délibération dans la sphère démocratique. Amossy repousse encore une fois les préjugés et réfute le dualisme en montrant l’enchevêtrement de la passion et de la raison, voire la rationalité des affects dans la polémique. En plus, elle constate que la passion renforce la polémique et que la fonction d’indignation suscitée par un sentiment moral joue un rôle moteur important dans l’action démocratique lors des cas jugés scandaleux.

9Le chapitre 6 s’attaque aux fonctions et aux limites de la violence verbale dans la polémique. Après un rapide passage en revue des différentes formes de violence verbale qui peuvent apparaître dans les échanges polémiques, l’auteure s’attarde plus longuement sur l’utilité de la violence dans le débat public. Elle réalise une micro-analyse des « flammes » sur Internet produites par la controverse autour des primes distribuées aux dirigeants en situation de crise. Tout comme la passion, la violence verbale produit une communauté de protestation et incite à l’action dans le cadre de la lutte sociale. Selon Amossy, la poussée verbale violente s’inscrit majoritairement dans un cadre institutionnel et social qui la régule et qui permet ainsi la vie démocratique.

10Le chapitre conclusif synthétise ses constats et rappelle les fonctions communicationnelles et sociales de la polémique : persuasion, mise en relation, ralliement, protestation et stratégie de positionnement.

11Pour conclure, l’ouvrage présente une analyse très fine, bien articulée, rigoureuse et méthodique de la polémique. Celle-ci s’appuie essentiellement sur la linguistique de l’énonciation, l’analyse du discours et les théories de l’argumentation. Néanmoins, on peut regretter que les aspects politiques, communicationnels, sociologiques et anthropologiques de la polémique ne soient que brièvement ou partiellement abordés. L’ouvrage ouvre plusieurs voies de recherche pour les sciences de l’information et de la communication. Il incite par exemple à mobiliser davantage les théories de l’argumentation — et la polémique — pour alimenter les travaux communicationnels portant sur les médias, la contestation sociale, la souffrance et le conflit social, les processus de prise de décision, les articulations entre sphère publique et sphère privée. Par ailleurs, il interroge en creux les modèles de communication : la communication relève-t-elle plus d’une mise en commun ou d’une dislocation ? Est-elle échange, mise en ordre des discours ou flux polymorphe, en désordre ? 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mihaela Drâmbă, « Ruth AMOSSY (2014), Apologie de la polémique », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5926

Haut de page

Auteur

Mihaela Drâmbă

Mihaela Drâmbă est doctorante en sciences de l’information et de la communication et membre de l’équipe Plurilinguismes, représentations, expressions francophones, information, communication, sociolinguistique (PREFics), de l’Université de Rennes 2. Courriel : mihaeladramba@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org