Navigation – Plan du site
Lectures

Christine BARATS (dir.) (2013), Manuel d’analyse du Web

Paris, Armand Colin, Coll. « U »
Patrick Giroux
Référence(s) :

Christine BARATS (dir.) (2013), Manuel d’analyse du Web, Paris, Armand Colin, Coll. « U »

Texte intégral

1Internet a, depuis plusieurs années maintenant, touché toutes les sphères de l’activité humaine. Au fil du temps, un grand nombre de traces témoignant de divers phénomènes sociaux, culturels, politiques ou anthropologiques et de la vie quotidienne de millions d’individus ont été laissées sur Internet, volontairement ou non. Il n’est donc pas surprenant que, depuis quelques années déjà, Internet soit devenu un terrain de recherche et un outil de travail pour plusieurs chercheurs. Mais comment les chercheurs peuvent-ils transposer leurs stratégies de recherche dans cet univers numérique ? Est-ce possible et souhaitable ? Quelles sont les limites ou les difficultés rencontrées par les chercheurs qui exploitent le Web ?

2Dans l’ouvrage qu’elle dirige, Christine Barats et plusieurs autres chercheurs donnent des exemples pratiques dans lequel le Web est soit objet d’étude, soit outil au service du chercheur. Les points de vue et les stratégies discutées sont nombreux et variés. L’ouvrage est subdivisé en trois parties. Chaque partie compte plusieurs chapitres portant chacun sur un sujet distinct. Les chapitres sont presque tous suivis de textes plus courts (intitulés des « Zoom » !) qui approfondissent des sujets très précis liés à la matière du chapitre, donnent un exemple concret si le chapitre ne l’a pas déjà fait ou fournissent un complément d’information (par exemple, présenter des outils Web ou des logiciels utiles pour le type d’approche utilisée dans le chapitre).

3Les textes regroupés dans la première partie du livre abordent des questions interdisciplinaires qui se posent souvent en amont de la recherche. Ainsi, dans le chapitre 1, on présente le Web en tant que « dispositif » et interroge son appréhension par le chercheur. Dans le chapitre 2, on discute de certains enjeux éthiques de la recherche sur le Web. Dans le chapitre 3, on analyse l’évolution du Web depuis sa création et ses effets sur les pratiques de recherche. Dans le chapitre 4, on aborde l’analyse des discours et traite de la redéfinition ou du recadrage nécessaire des genres pour s’adapter au Web.

4La seconde partie, intitulée « Contenus et usages du Web : objets et cadres d’analyse », regroupe des textes qui présentent des cadres d’analyse et réfléchissent à la nature des données « Web » ainsi qu’à la composition d’un corpus de données sur Internet. Dans le chapitre 5, on discute ainsi de l’analyse textométrique du Web alors que dans le chapitre 6, on s’attarde à des approches sémiologiques de ce terrain. Dans le chapitre 7, on remet en cause la possibilité d’une ethnographie des usages de participation en ligne. Le chapitre 8 clôt cette deuxième partie en présentant une étude de cas à propos de la participation politique en ligne dans laquelle les auteurs discutent (entre autres sujets) de la difficulté à bien définir en quoi consiste la participation en ligne.

5La troisième et dernière partie de ce manuel porte finalement sur la mesure et la quantification du Web et des traces laissées en ligne par différentes pratiques numériques. Dans le chapitre 9, on présente quelques outils et méthodes pour quantifier les usages du Web alors que dans le chapitre 10, on discute de l’utilisation des données d’audience des sites. Dernier chapitre du manuel, le chapitre 11 examine quant à lui le potentiel d’une cartographie de sites Web.

6L’ouvrage est d’abord intéressant par la variété des approches qu’il permet aux lecteurs de découvrir. Il ne s’agit cependant pas d’un ouvrage exhaustif faisant l’inventaire de toutes les stratégies d’étude ou d’utilisation du Web à des fins scientifiques ni d’un manuel dans lequel on explique avec force détails « comment faire ». Ce n’est pas non plus un ouvrage conçu pour être lu de la première à la dernière page. En ce sens, ce « manuel » ne convient pas à l’étudiant ou au chercheur qui désirent apprendre « étape par étape » comment exploiter les statistiques du Web relatives à un événement ou comment procéder pour faire l’analyse sémiotique d’un site Web ou d’un outil de réseautage social. Cet ouvrage introduit cependant une variété d’approches appréciable. Il se démarque aussi par l’importance des réflexions épistémologiques à propos de l’analyse du Web. Il permettra aux chercheurs ainsi qu’aux étudiants déjà familiers avec la recherche de mesurer les défis et les subtilités de l’exploitation du Web à des fins de recherche en sciences humaines. Il offrira également aux personnes qui exploitent ou analysent déjà le Web d’autres angles d’approche de ce terrain. Chacun des chapitres présente aussi une liste de références bibliographiques de qualité. Le lecteur dispose ainsi d’une bonne base pour pousser plus loin la réflexion sur un sujet donné. Malgré la variété des sujets abordés, certains éléments semblent manquer à ce livre pour en faire un incontournable. L’utilisation du Web pour le contact et le recrutement de participants ainsi que son usage comme support à des questionnaires en ligne (des usages fréquents du Web en recherche) sont, par exemple, presque absents de ce manuel et ne sont pas abordés directement. La force et la portée des conclusions que l’on peut tirer des différentes stratégies d’étude du Web auraient également pu être le sujet de discussions beaucoup plus approfondies dans ce manuel. Toutefois, sans être un incontournable, ce manuel d’analyse du Web constitue un détour intéressant pour les étudiants et les chercheurs qui travaillent déjà sur le Web ou qui pensent s’y aventurer. C’est, de plus, l’un des seuls ouvrages francophones disponibles sur le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Giroux, « Christine BARATS (dir.) (2013), Manuel d’analyse du Web », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5928

Haut de page

Auteur

Patrick Giroux

Patrick Giroux est professeur et chercheur associé du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE), de l’Université du Québec à Chicoutimi. Courriel : pgiroux@uqac.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org