Navigation – Plan du site
Lectures

Philippe BOUQUILLON (dir.) (2012), Creative Economy, Creative Industries : des notions à traduire

Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes
Julien Péquignot
Référence(s) :

Philippe BOUQUILLON (dir.) (2012), Creative Economy, Creative Industries : des notions à traduire, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Philippe Bouquillon interroge les notions d’économie créative et d’industries créatives tant théoriquement (première partie) qu’à partir de cas d’études particuliers portant sur les territoires (deuxième partie), l’éducation (troisième partie) et les politiques publiques (quatrième partie). Y ont participé autant des spécialistes reconnus que de plus jeunes chercheurs et chercheuses. La majorité des 14 textes regroupés s’inscrivent en tout ou en partie dans le cadre du programme Agence nationale de la recherche (ANR) « Culture, création », Maison des Sciences de l’Homme (MSH) Paris Nord. Cette communauté d’origine, au-delà de la diversité des terrains et des questionnements, confère à l’ouvrage une grande homogénéité, qui facilite la lecture, permet à chaque texte d’être éclairé par les autres et au lecteur de s’approprier pleinement, au fil des pages, les informations, notions et références qui y sont déclinées.

2L’objectif annoncé de cette publication, qui « est d’établir un premier bilan plus d’une décennie après l’apparition de ces problématiques » (quatrième de couverture), est pleinement rempli. Que cela soit dans la première partie théorique ou dans la longue et complète introduction de Bouquillon, mais en fait plus ou moins dans tous les textes, l’abondance de références sera très précieuse pour qui veut commencer à défricher ce champ relativement récent. Outre les productions scientifiques, sur lesquelles je vais revenir, une importante littérature grise est balisée, référencée et analysée, tant à l’échelon régional, national (pour un nombre conséquent de pays) qu’international. Ces informations, d’accès souvent peu aisé et rébarbatif, sont rendues facilement utilisables par d’autres chercheurs et accompagnées le plus souvent de lectures critiques éclairantes. En ce qui a trait aux productions scientifiques, principalement francophones et anglophones, cet ouvrage permet une première entrée bibliographique déjà solide, et ce, d’autant plus que la cohérence entre les textes évoqués plus haut se remarque également dans les références. Ainsi, des auteurs tels que Richard Florida, Nicholas Garnham, Gaëtan Tremblay (qui signe un texte de l’ouvrage) ou encore David Throsby sont régulièrement convoqués et leurs travaux mobilisés et commentés. Ce qui pourrait apparaître comme une redondance devient plutôt un mécanisme d’ordre pédagogique : la lecture de l’ouvrage donne non seulement l’accès à une partie de la bibliographie de référence sur le sujet, mais aussi la maîtrise, au moins partielle, de celle-ci — autrement dit, elle permet de gagner du temps lorsque l’on entreprend d’aborder ce champ d’investigation.

3Cependant, l’ouvrage n’est pas un simple manuel ou panorama descriptif, mais adopte — autre forte marque d’homogénéité — presque tout au long une posture critique, parfois acerbe, non seulement des notions d’économie créative et d’industries créatives, mais aussi de leurs origines, des buts qu’elles sont censées servir ainsi que de leurs usages et incidences tant dans les domaines politiques, économiques que scientifiques. Ce principe directeur, qui est « de discuter dans une perspective critique la notion d’industries créatives » (Florence Toussaint, p. 61), critique étant à entendre la plupart du temps dans le sens de théorie critique, amène un certain nombre de conclusions et de constats récurrents.

4Premièrement, les notions de créativité et d’industries créatives, pour être très largement mobilisées, ne sont que très incomplètement, voire pas du tout définies, ni par les acteurs concernés ni même par une partie des chercheurs qui les mobilisent. Il existe ainsi un « contraste entre, d’un côté, l’amplification et la multiplication de ces références et, de l’autre côté, la faiblesse des notions et modèles organisationnels auxquels elles font appel » (Pierre Mœglin et Gaëtan Tremblay, p. 193). Tous les textes insistent d’ailleurs sur la rareté et la faiblesse des chiffres, des données positives solides concernant les industries créatives, dont aucun rapport ou aucun chercheur ne peut en définitive donner véritablement la mesure réelle en termes de résultats, de répercussions ou même plus radicalement de réalité. Ainsi, « […] outre que ces textes relèvent le plus souvent du programmatique ou même du prévisionnel, mêlant propositions d’actions et insistances sur les résultats escomptés, il est clair que leurs auteurs n’ont pas disposé, qu’ils l’aient recherchée ou non, de la distance suffisante pour prendre la mesure des enjeux soulevés » (Bernard Miège, p. 260). Cela se vérifie d’ailleurs à la lecture de l’ouvrage : outre le fait que le conditionnel y est très présent, son emploi dans chacun des textes est inversement proportionnel au degré critique de ceux-ci.

5Deuxièmement, « [u]n accord semble toutefois trouvé sur ses origines [de la notion d’industries créatives], britanniques, et sur des motivations concernant une mobilisation d’ordre sociopolitique visant à justifier un soutien des pouvoirs publics à certaines activités économiques » (Éric Georges, p. 52). Plus, « [a]vec l’introduction du thème de la créativité et l’élargissement des frontières de la culture aux activités créatives, la perspective libérale est donc encore plus affirmée. Dans les discours du moins, tout objectif non économique est occulté ou, plus exactement, est formulé en des termes économiques et même entrepreneuriaux » (Philippe Bouquillon, p. 255).

6Troisièmement, les notions tendent à remplacer celle d’industries culturelles ou à s’y fondre « afin d’obtenir, en contrepartie, l’appui de l’État et de dissimuler la nature capitaliste et néo-libérale des stratégies de sortie de crise » (Florence Toussaint, p. 62). Il est d’ailleurs frappant de constater, que cela soit en point de départ ou d’arrivée, combien l’ouvrage associe systématiquement ces notions à celles de libéralisme (ou de néolibéralisme), de flexibilité, de domination, de capitalisme dans sa version expansive et agressive, etc.

7Finalement, « [l]’introduction de la notion d’industries créatives correspond aussi à une position renouvelée de certains pans du monde académique, proches de la consultance, et désireux de contribuer, aux côtés des institutions publiques et des acteurs socio-économiques, aux changements en cours » (Philippe Bouquillon, p. 44).

8Ces constats très noirs sonnent parfois comme des alarmes ou des appels à la résistance, y compris au prix d’attaques directes — fait rare dans la littérature scientifique. Ainsi, « nous avons constaté combien des auteurs — tel Henry Jenkins, le gourou de la fan culture et du Web 2.0, à la fois professeur au Massachusetts Institut of Technology (MIT) et consultant pour la chaîne de télévision musicale MTV — ont joué un rôle essentiel dans la construction de la notion, voire de la <fiction> du Web 2.0 » (Philippe Bouquillon, p. 45). Plus généralement, dans ce contexte qui pourrait ressembler parfois à une complexe machination néolibérale, « toute posture critique devient un non-sens ou plutôt est considérée comme une position réactionnaire, voire élitiste ou non respectueuse des espérances placées dans le Web collaboratif comme dans la créativité » (Philippe Bouquillon, p. 45). Si le trait pourra sembler forcé à certains, qui seront pour la même raison agacés du peu de place faite à des discours divergents au sein de l’ouvrage — mais certains textes sont loin d’être aussi critiques —, celui-ci n’en reste pas moins convaincant dans l’ensemble, ne serait-ce que par la franchise de son positionnement, la richesse de ses sources et la clarté de ses analyses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Péquignot, « Philippe BOUQUILLON (dir.) (2012), Creative Economy, Creative Industries : des notions à traduire », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5931

Haut de page

Auteur

Julien Péquignot

Julien Péquignot est chargé de recherche postdoctorale au Centre d’études sur les images et les sons médiatiques (CEISME) et au Labex ICCA (Industries culturelles et création artistique). Il est également chargé d’enseignement à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR Arts plastiques et sciences de l’art et à l’Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, UFR Arts et médias, Département de médiation culturelle. Courriel : Julien.pequignot@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org