Navigation – Plan du site
Lectures

Dominique CARDON et Fabien GRANJON (2013), Médiactivistes

Paris, Presses de Sciences Po
Akila Nedjar-Guerre
Référence(s) :

Dominique CARDON et Fabien GRANJON (2013), Médiactivistes, Paris, Presses de Sciences Po

Texte intégral

1L’ouvrage de Dominique Cardon et Fabien Granjon, riche et dense, apporte une véritable connaissance sur le médiactivisme, car il conjugue aussi bien des apports théoriques que des analyses de cas, donnant ainsi une lisibilité des enjeux, des formes et des pratiques du médiactivisme à l’échelle internationale.

2Ainsi, si le fil conducteur de l’ouvrage est principalement le positionnement des médiactivistes entre deux approches contradictoires, l’une plus ancienne relative à la critique contre-hégémonique et l’autre à la critique expressiviste, la perspective historique permet de comprendre les enjeux et les perspectives du médiactivisme et la manière dont ces médias se sont transformés en fonction des conjonctures politiques et technologiques.

3Le livre, qui est composé de six chapitres relatant l’évolution chronologique des médiactivistes dans l’espace public, tend à interroger les critères d’un partage entre médias dominants et médias alternatifs ainsi que les champs de production de l’information créés par ceux-ci.

4Les auteurs définissent le médiactivisme comme « une mobilisation sociale progressiste qui oriente l’action collective vers la critique des médias dominants ou la mise en œuvre de dispositifs alternatifs de production d’information » (p. 8). Ils amorcent le premier chapitre par une distinction nécessaire entre critique contre-hégémonique et critique expressiviste : la première repose sur la critique des médias dominants comme vecteurs des pouvoirs économiques et politiques et sur la nécessité de la création de contre-pouvoirs critiques, alors que la seconde insiste davantage sur la production d’information comme « instrument d’émancipation plutôt que comme moyen de lutter contre la reproduction de la domination symbolique » (p. 18). Ces deux visions sont considérées alors comme « irréconciliables » du fait que l’une désavoue la survalorisation du local, voire de l’individuel, alors que l’autre considère qu’il faut rompre avec les logiques du champ journalistique.

5C’est à partir de cette distinction que Granjon et Cardon retracent dans les chapitres suivants le développement de ces deux approches ainsi que les liens de domination de l’une et de l’autre selon les conjonctures politiques. Depuis les années 1960 et 1970 où les médias communautaires destinés aux classes populaires étaient portés par des revendications politiques et existentielles jusqu’à la période actuelle contemporaine marquée par les nouveaux outils de la communication de l’information et de la communication, on constate, selon les auteurs, une prise en compte de plus en plus forte de l’autonomie des expressions populaires, même si les raisons de leur existence ont été, certes, différentes et variées.

6En effet, si certaines mobilisations ont au départ existé pour faire face aux systèmes structurant les activités des sociétés capitalistes, l’impératif participationniste des médiactivistes s’est également manifesté contre l’impérialisme culturel avec la nécessité de « décoloniser l’information et [d’]établir un nouvel ordre international de l’information et de la communication » (p. 51) à la recherche d’une autodétermination culturelle et d’une autonomie médiatique. Les groupements militants qui se sont créés depuis une trentaine d’années ont beaucoup œuvré pour le droit à la communication, la démocratie de l’accès à l’information et la lutte contre la fracture numérique entre autres. L’un des objectifs était de « rapprocher émetteur et récepteur, de faire de la production d’information un acte collectif, de parler avec les codes du public visé, de refuser l’influence commerciale, d’établir un rapport d’égalité et de proximité entre producteurs, journalistes et audiences » (p. 64). Ce renversement de perspective qui signe l’abandon de la critique contre-hégémonique repose avant tout sur la dénonciation d’un système social plus global dont les médias de masse ne sont qu’une des composantes. Néanmoins, les auteurs soulignent le fait que de nombreux médias communautaires se sont aussi trouvés soumis à des processus de « professionnalisation, voire de commercialisation qui se sont produits au détriment des principes et des objectifs fondateurs » (p. 66).

7C’est dans les années 1980 que la convergence de l’informatique et des télécommunications a conduit à une plus grande facilité de production coopérative entre émetteurs et récepteurs, à une diminution des contraintes éditoriales et des coûts de diffusion qui semblent se confirmer particulièrement à partir de 1995, période où Internet arrive à maturité. De même, les logiciels libres apparaissent, avec Internet, comme des supports présentant certains traits de la culture des médias expressivistes, à savoir une idéologie qui valorise l’autonomie, le respect d’autrui, la gratuité et la liberté de parole. L’une des conséquences du développement d’Internet soulignées par les auteurs concerne le fait que le médiactivisme des années 2000 ne s’appuie pas sur des structures organisationnelles qu’on peut facilement définir, a contrario de celui que portaient les médias communautaires des années 1970. Les médias expressivistes qui accompagnent en marge les mouvements altermondialistes cristallisent parfois trois univers représentés par l’informatique, le milieu artistique et celui de l’activisme et conduisent à une redéfinition profonde de la critique expressiviste.

8Cette interdépendance grandissante entre les professionnels de l’information et les internautes permet de créer de nouveaux formats d’énonciation de l’information, avec de nouveaux espaces de production hybride mettant en relation professionnels, militants et amateurs.

9Par ailleurs, les auteurs constatent que pour les nouveaux activistes du numérique, le réseau serait une possibilité d’individuation dans la mesure où la forme et la nature de leurs expériences collectives se manifestent davantage autour d’un impératif d’action commun plutôt qu’autour des fins de cet agir. Si les auteurs s’interrogent sur les effets de ce « participatif » tant sur la politique démocratique de la technique que sur le succès des revendications sociales, ils restent néanmoins sceptiques quant à l’idée d’un nouveau projet politique ou d’une nouvelle vision du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Akila Nedjar-Guerre, « Dominique CARDON et Fabien GRANJON (2013), Médiactivistes  », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5933

Haut de page

Auteur

Akila Nedjar-Guerre

Akila Nedjar-Guerre est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et membre du Laboratoire Mobilités, réseaux, territoires et environnement (MRTE), de l’Université de Cergy-Pontoise. Courriel : anedjarg@u-cergy.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org