Navigation – Plan du site
Lectures

Larbi CHOUIKHA (2015), Des séquelles de l’étatisation aux aléas de la transition. La difficile transformation des médias. Des années de l’indépendance à la veille des élections de 2014

Tunis, Éditions Finzi
Ratiba Hadj-Moussa
Référence(s) :

Larbi CHOUIKHA (2015), Des séquelles de l’étatisation aux aléas de la transition. La difficile transformation des médias. Des années de l’indépendance à la veille des élections de 2014, Tunis, Éditions Finzi

Texte intégral

1Les médias ont, a-t-on dit, joué un rôle important lors de la révolution tunisienne. Ils ont été vus comme un objet merveilleux qui a fait abattre un régime sans merci, à croire qu’il n’y avait plus de Tunisiennes et de Tunisiens en chair et en os pour tenir le flambeau de la liberté. Le livre de Larbi Chouikha n’est pas polémique, il s’agit plutôt d’un travail de réflexion inspiré par des travaux qu’il mène patiemment depuis plus de deux décennies sur les médias et l’information en Tunisie. Le point de vue historique adopté suggère qu’on ne peut comprendre la Tunisie de l’après Ben Ali sans une mise en perspective qui permette de comprendre non seulement les ruptures, mais aussi les continuités du système implanté dès l’indépendance et fortement renforcé par des régimes autoritaires successifs.

2La première partie consacrée aux médias, en particulier au journalisme, discute du verrouillage de la liberté d’expression et de l’accaparement tentaculaire des espaces d’expression par les régimes alors en place. Cette « vampirisation » de la société trouve sa clé dans l’opacité des régimes politiques, notamment celui de Ben Ali, et la pratique à grande échelle de la répression. Chouikha donne à ce type de régime le qualificatif de patrimonial, parce qu’il fonctionne sur la superposition de l’autorité étatique et de l’autorité de la figure du patriarche, qualificatif qui nous paraît suranné et peu approprié aux réalités de la Tunisie contemporaine. L’illégitimité du régime, c’est-à-dire la « banditisation » de ses pratiques, est dans cette première partie illustrée à travers la promulgation des lois relatives aux médias, à la télévision et à la presse, l’arbitraire et l’opacité que seule une connaissance réelle et attentive du terrain à l’étude permet de mettre au jour et de déconstruire. Ce livre n’est pas une dénonciation superfétatoire, mais une analyse critique des modalités de verrouillage de la société tunisienne et du domaine des médias : arbitraire des attributions de licences de diffusion, monopolisation « sélective » de l’État, manipulation des initiatives privées tant à la radio qu’à la télévision, « <pratiques discriminatoires> de l’administration » (p. 45).

3La deuxième partie de l’ouvrage, qui commence dès la moitié du chapitre 1 décrit les formes multiples de contestation qui ont jalonné les années du régime Ben Ali. Parallèlement aux initiatives prises par la société civile, par les syndicats et quelques mouvements citoyens (voir la constitution du Syndicat des radios libres dès 2005 lors du Sommet mondial de la société de l’information à Tunis), l’irruption des technologies de l’information et de la communication semble avoir fissuré dans le silence la puissance du régime en place. Dans son énumération des nouveaux usages de ces technologies, Chouikha passe, nous semble-t-il, un peu trop rapidement sur un phénomène qui a effrité subrepticement les assurances du pouvoir, en l’occurrence l’avènement de la télévision par satellite et le sentiment de liberté qu’il a donné aux « petites gens ». En revanche, Chouikha documente la cyberdissidence, commencée de l’intérieur dès la fin des années 1990, qui fut de courte durée précisément à cause de la censure de l’État. Ainsi, dans l’espace liminal d’une société ligotée, on assiste, écrit l’auteur, à « l’apparition des espaces autonomes » (p. 46) créés par les télévisions administrées par des Tunisiens de la diaspora et, par la suite, par « le cyberespace tunisien », exemplifié par Tunisnews, lancée sur la Toile en dehors de la Tunisie. Tunisnews fut une véritable lanterne dans l’obscurité aveugle de la Tunisie de l’ère Ben Ali. L’analyse éclairante que fait Chouikha des pratiques dissidentes, du moins une certaine frange d’entre elles (urbaine et scolarisée), décrit les réseaux d’information parallèles utilisés par les Tunisiens, mais laisse ouverte la question des liens entre la distribution de ces informations et la mobilisation de toutes les couches sociales de janvier 2011. Mais surtout, Chouikha n’analyse pas la convergence de la cyberdissidence (blogues, pages Facebook, etc.) et les effets des télévisions satellitaires — y compris celles qui diffusent à partir de la Tunisie — sur la vision du monde des Tunisiens, ni comment les deux types de médiatisations transnationales propres aux deux médias se sont articulés pour donner lieu à l’effervescence révolutionnaire.

4Le deuxième chapitre, chronologiquement situé après cette dissidence, semble de prime abord n’avoir pas de lien avec la première partie, parce qu’il aborde les événements post-janvier 2011. Il n’en est rien. Outre qu’il est passionnant et présente des analyses de première main, certes déjà publiées pour certaines d’entre elles dans diverses revues (signalées dans l’ouvrage), ce chapitre analyse de manière cohérente et convaincante « la difficile transformation des médias » de 2011 jusqu’en 2014 et les formidables initiatives prises pour « désétatiser l’information » (p. 71), revigorer ou créer des syndicats spécialisés et mettre sur pied des structures médiatiques indépendantes soustraites aux aléas des jeux politiciens. Parmi celles-ci, citons l’Instance nationale pour la réforme de l’information et de la communication (INRIC, créée le 2 mars 2011), dont l’ambition est de produire un cadre juridique digne de la nouvelle démocratie et de mettre en marche une nouvelle « culture de service public », ou la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA, créée le 2 novembre 2011), conçue pour être un instrument de régulation des médias. Mais le travail titanesque amorcé au sein de ces structures dans des conditions difficiles s’est vu peu à peu ralenti, voire obstrué, par l’absence de volonté politique, en particulier de la Troïka (coalition de trois partis, dont celui des islamistes) alors au pouvoir, qui a renoué avec les pratiques d’antan, entre autres, en nommant sans consultation des personnes à des postes de responsabilité. Davantage encore, il a fallu au nouveau pouvoir plus d’un an et demi pour accréditer la HAICA, ce qui a créé un vide juridique sans précédent qui a laissé libre cours aux chaînes de télévision diffusant sans autorisation légale à partir de l’étranger ou à la propagation de pratiques journalistiques manquant de la déontologie la plus élémentaire. Face à ces difficultés, il y a aussi des exemples de réussite assertée comme celui de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE, créée le 23 octobre 2011), qui a veillé à ce que les règles de bonne conduite soient appliquées par les médias lors des premières élections démocratiques du pays.

5Le livre de Chouikha souligne l’ampleur de la tâche à accomplir et la vigilance de tous les instants nécessaire pour transformer l’amorce de démocratisation engendrée par le soulèvement populaire et la rendre effective. Mais, comme l’écrit l’auteur, « [c]e qui fait la singularité de cette transition tunisienne, et dans le même temps, constitue aussi sa fragilité, c’est qu’elle ne peut évoluer en rupture totale et irréversible avec les pratiques et les schèmes qui ont toujours régis les médias par le passé » (p. 103). Une petite leçon d’histoire et un livre à lire !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ratiba Hadj-Moussa, « Larbi CHOUIKHA (2015), Des séquelles de l’étatisation aux aléas de la transition. La difficile transformation des médias. Des années de l’indépendance à la veille des élections de 2014 », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5935

Haut de page

Auteur

Ratiba Hadj-Moussa

Ratiba Hadj-Moussa est professeure de sociologie à l’Université York (Toronto). Courriel : rhm@yorku.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org