Navigation – Plan du site
Lectures

Philippe CORCUFF (2012), Où est passée la critique sociale ?

Paris, La Découverte, Coll. « Bibliothèque du MAUSS »
Adrien Jahier
Référence(s) :

Philippe CORCUFF (2012), Où est passée la critique sociale ?, Paris, La Découverte, Coll. « Bibliothèque du MAUSS »

Texte intégral

1Philippe Corcuff nous propose de concilier sociologie critique et philosophie politique. Pour ce faire, le politiste sollicite dans ce « livre-atelier » (p. 14) de 317 pages pas moins de 426 entrées bibliographiques — dont certaines font référence aux écrits de Pierre-Joseph Proudhon, Karl Marx, Émile Durkheim, Georg Simmel, Norbert Elias, Hannah Arendt, Emmanuel Lévinas, Maurice Merleau-Ponty, Paul Ricœur, Charles Wright Mills, Max Weber, Michel Foucault, Pierre Bourdieu, Daniel Bensaïd, Jacques Rancière ou encore Luc Boltanski — pour tenter d’esquisser des pistes vers la formation d’une critique sociale émancipatrice. Celle-ci tend vers « un global qui ne prétend pas au total » dont le but est alors la défense d’une « vision générale d’un monde pluriel plutôt que la connaissance totale d’un monde entièrement cohérent » (p. 19).

2Corcuff nous propose alors le découpage suivant : dans une première partie (chapitres 1 à 4), l’auteur cherche à réfléchir à une critique de la domination et à une philosophie de l’émancipation en s’attardant notamment sur les tensions dans l’œuvre de Bourdieu et de Rancière. Dans une deuxième partie (chapitres 5 à 8), le politiste revient sur des auteurs cardinaux comme Marx, Durkheim et Simmel et en vient à l’« équilibration des contraires » proudhonienne. La troisième partie (chapitres 9 à 12) crée l’occasion d’un dialogue entre Bourdieu et Foucault et permet de s’attarder plus longuement sur la praxis avec l’économie sociale et solidaire, ainsi que des mouvements de contestation comme Occupy Wall Street.

3De manière générale, cet ouvrage présente plusieurs atouts : tout d’abord, il a un intérêt pédagogique indéniable, car il permet de découvrir ou de redécouvrir le contenu critique ou émancipateur d’auteurs incontournables — Bourdieu, Foucault, Rancière, Merleau-Ponty notamment — de façon synthétique.

4À travers ces différents théoriciens, Corcuff participe à un dialogue entre la sociologie critique et la philosophie politique. Il s’inscrit donc à l’encontre d’un éclatement des sciences humaines et sociales, qui peut tendre à l’hyper-spécialisation.

5La méthode employée par l’auteur est empruntée à Proudhon et s’intitule « l’équilibration des contraires ». Elle est particulièrement stimulante : le lecteur pourra se surprendre à une lecture novatrice entre, par exemple, la pensée de Bourdieu et celle de Rancière ou Foucault, non pas dans une opposition stérile, mais par un dépassement des tensions entre leur corpus.

6Enfin, l’initiative de Corcuff de faire des liens avec la « culture ordinaire » est également louable avec ses références, toutes personnelles, aux chansons d’Eddy Mitchell ou Michel Jonasz, ou encore à la série télévisée Ally McBeal. Même si ces références relèvent le plus souvent de l’analogie, cette prise d’initiative est intéressante, car elle permet d’aller à l’encontre d’une « dévalorisation académique » (p. 16) trop souvent présente en sciences sociales.

7L’ouvrage présente, malgré tout, certaines faiblesses. D’abord, le lecteur pourra être dérouté par un manque de cohérence entre certains chapitres : même si le but, à savoir constituer une critique sociale émancipatrice, est rappelé dans les introductions et les conclusions de chacun des chapitres, l’ensemble de l’ouvrage est constitué de travaux déjà existants de Corcuff qui se retrouvent agencés de façon quelque peu disparate.

8La position de l’intellectuel, qui cherche à s’adresser à la fois à un public universitaire et à des non-spécialistes, reste également à être définie. Au lieu d’éclairer sa démarche, l’auteur revient, tout au long de l’ouvrage, sur son propre parcours de militant politique. Même en tant qu’intellectuel s’adressant à des non-spécialistes, l’auteur qui cherche à « expliciter les dimensions principales des problèmes retenus en fournissant des éclaircissements utiles pour les non-spécialistes » (p. 15) se contredit, ensuite, en rejetant une conception de type léniniste où le pédagogue « apporterait des lumières de l’extérieur » (p. 37). Il termine l’ouvrage par 14 propositions (p. 274-280) qui se destinent, avant toute chose, aux cercles académiques. Le lecteur, qu’il soit universitaire ou non-spécialiste, se retrouve alors perdu : l’ensemble est probablement peu intelligible pour un non-spécialiste et trop synthétique pour un universitaire.

9Ce dernier ne manquera pas alors de relever l’évocation de certaines références qui, dans l’optique d’embrasser la sociologie critique et la philosophie politique émancipatrice, auraient mérité un certain approfondissement. Évoquée indirectement en introduction à travers les travaux de Max Horkheimer (p. 15), l’école de Francfort n’est pas mobilisée dans le reste de l’ouvrage. C’est donc toute la théorie critique qui est mise de côté par l’auteur. De la même manière, la « sociologie de l’imagination » de Mills, mentionnée en introduction (p. 20), n’est que peu rappelée ensuite alors qu’elle avait probablement toute sa place comme intermédiaire entre Bourdieu et Foucault dans la volonté de « dépasser » leurs contradictions (chapitre 11). Plus surprenant, l’utilisation des travaux de Weber se résume seulement au concept de « neutralité axiologique » (p. 196). Or, un volet incontournable de sa sociologie concerne la rationalisation des activités sociales, source d’aliénation au sein du monde moderne. Cette partie du corpus wébérien aurait eu toute sa place dans l’ouvrage.

10L’utilisation de la méthode proudhonienne de « l’équilibration des contraires » peut également laisser le lecteur insatisfait. À titre d’illustration, le dépassement entre capital et individualité (chapitre 8) repose, tout d’abord, sur une définition de l’individu associée à des auteurs du XIXe siècle comme Jean Jaurès, Mikhail-Alexand Bakounine ou Fernand Pelloutier. Plus loin, Corcuff précise sa définition en s’appuyant sur un entretien avec Foucault de juillet 1984 où ce dernier parle de « l’élaboration de sa propre vie comme une œuvre d’art personnelle » (p. 245). Entre la conception moderne de l’individu selon Jaurès ou Bakounine et cette conception très postmoderne qu’en donne Foucault, il est à se demander quelle définition l’auteur entend de l’individu contemporain et quel usage il en fait.

11Enfin, Corcuff, souhaitant s’intéresser à la praxis, traite des formes concrètes de l’émancipation avec les mouvements altermondialistes comme Occupy Wall Street et les Indignados, ainsi que l’économie sociale et solidaire (chapitre 10). Or, d’une part, ces mouvements altermondialistes ont échoué à être pérennes. D’autre part, l’économie sociale et solidaire, définie de façon institutionnelle par l’auteur et qui serait « à l’avant garde » (p. 215) des expérimentations, n’en est pas moins traversée par des logiques contradictoires où de grandes banques dites « mutualistes » existent à côté des sociétés coopératives et participatives (SCOP), qui pèsent peu dans l’économie.

12En conclusion, l’ouvrage esquisse quelques pistes stimulantes pour arriver à une synthèse entre philosophie émancipatrice et sociologie critique. Il revêt également un intérêt pédagogique, mais pèche par sa volonté d’exhaustivité, qui ne permet pas de déceler le fil conducteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Jahier, « Philippe CORCUFF (2012), Où est passée la critique sociale ? », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5938

Haut de page

Auteur

Adrien Jahier

Adrien Jahier est doctorant au Centre d'Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir (CERTOP), Université Toulouse III – Paul Sabatier. Courriel : adrien.jahier@iut-tlse3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org