Navigation – Plan du site
Lectures

Jacques GERSTLÉ et Raul MAGNI BERTON (dir.) (2014), 2012, la campagne présidentielle. Observer les médias, les électeurs, les candidats

Paris, L’Harmattan
Martin Jolicœur
Référence(s) :

Jacques GERSTLÉ et Raul MAGNI BERTON (dir.) (2014), 2012, la campagne présidentielle. Observer les médias, les électeurs, les candidats, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif constitue une synthèse de travaux universitaires sur la dernière campagne électorale présidentielle française. Il s’appuie sur une conception des campagnes électorales conséquente avec de nombreux travaux actuels en communication politique, qui tendent à mettre l’accent sur l’image et la stratégie de communication des acteurs. La campagne y est définie comme « une affaire de communication […] orientée vers la maximisation des voix obtenues par une organisation politique » (p. 27). Le contenu est découpé en trois parties — les médias, les électeurs et les candidats — qui visent chacune à illustrer comment les acteurs publics ont participé à cette dynamique en 2012.

2La première partie étudie l’activité des médias. Les chapitres 1 et 2 présentent une analyse de la couverture médiatique des candidats par les médias d’information traditionnels. Les auteurs notent d’abord sans surprise que les plus populaires — Nicolas Sarkozy et François Hollande — se voient systématiquement accorder plus d’attention que les autres candidats, malgré la règle d’équité qui commande aux médias français d’accorder une couverture équivalente à chacun. Ils remarquent aussi que les événements de l’actualité courante traités par les médias — comme la crise économique grecque ou les attentats terroristes (affaire Merah) en 2012 — tendent à ponctuer le rythme de la campagne en favorisant momentanément la visibilité de certains candidats. Par contre, même si on peut effectivement croire que l’avènement de problèmes liés à l’économie et à la sécurité nationale permet aux candidats de droite — Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen — de se démarquer plus nettement, cet effet d’association candidat-enjeux — amorçage ou priming — n’est en réalité que momentané et tend à s’estomper au fur et à mesure que la campagne avance, ce qui pousse les auteurs à conclure à un effet modéré de l’intervention des médias d’information sur l’issue de la campagne.

3Les chapitres 3 et 4 sont consacrés à l’utilisation du Web par les organisations politiques. Il en ressort que les sites Web, médias sociaux, blogues et autres espaces virtuels permettent de contrebalancer l’autorité des médias de masse traditionnels et de construire des « websphères sympathisantes » au moyen desquelles les contenus sont directement diffusés auprès des électeurs. Les auteurs ne peuvent cependant pas s’empêcher de remarquer que, malgré les efforts importants déployés par les candidats, l’investissement massif des organisations politiques en matière de présence Web ne semble pas se refléter dans l’achalandage des sites ni dans la taille des websphères.

4Pour ce qui est de la deuxième partie, centrée sur les électeurs, les chapitres 5 et 6 sont consacrés à une réflexion sur les enjeux méthodologiques de l’étude et de la prédiction du vote. D’une part, on y apprend que la méthode d’enquête par panel électoral utilisée par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) a révélé qu’environ une personne sur deux change d’intention de vote entre le début de la campagne et le premier tour, et que ce changement se fait le plus souvent à l’intérieur d’un même camp politique. D’autre part, l’équipe du baromètre TriÉlec nous apprend qu’un plan de questionnaire permettant aux répondants de s’exprimer sur leur probabilité de voter pour chaque candidat se révèle plus efficace pour prédire le vote que la méthode du sondage d’opinion traditionnel qui consiste à choisir entre les candidats. Cette méthode permet par ailleurs d’observer que les électeurs de gauche ont des intentions de vote plus tranchées que ceux de droite, qui ont plutôt tendance à être ambivalents, ce qui laisse aussi croire que les candidats de droite attirent plus efficacement les indécis.

5Le chapitre 7 traite des systèmes d’aide au vote — comme La boussole présidentielle française, équivalent de La boussole électorale au Québec — qui sont dépeints comme des outils d’information répondant à un besoin réel des électeurs. Parmi leurs effets notables, on compte principalement la diffusion d’information, l’incitation au vote et, plus rarement, l’influence sur le choix de vote. Le chapitre 8 clôt la section sur les électeurs avec une étude du comportement dans les forums de discussion en ligne, où l’on observe que les citoyens trouvent une façon de discuter d’enjeux moins présents dans les grands médias.

6La dernière partie de l’ouvrage est consacrée à divers aspects de la stratégie des acteurs politiques. Le chapitre 9 fournit un portrait du financement actuel des partis politiques et des candidats. L’auteur souligne qu’entre 2007 et 2012, les dépenses électorales ont augmenté deux fois plus vite que l’inflation, ce qui s’explique en partie par une hausse du plafond budgétaire autorisé et par une augmentation du nombre de candidats admissibles au remboursement de leurs frais. Le niveau de dépenses totales d’un candidat dépendrait surtout de ses chances réelles de l’emporter, puis de son admissibilité au remboursement des frais de campagne.

7Le chapitre 10 aborde la question des groupes d’intérêts. L’étude de leurs activités révèle que la majorité de ces groupes restent indépendants, préférant plutôt faire leur propre campagne sans s’ingérer dans les activités des partis. Ils sont surtout actifs au cours des présidentielles, très peu et presque pas au cours des législatives et des municipales.

8Le chapitre 11 décrit une tendance saillante depuis les vingt dernières années à utiliser l’attaque comme stratégie de promotion dans le discours politique. Cette « spirale de la négativité » s’observerait par une hausse des figures de dénigrement des autres candidats dans différents types d’interventions publiques, occupant plus de 37 % d’un corpus de déclarations et autres discours analysés, et allant même jusqu’à 60 % des interventions dans le cas de Sarkozy.

9Enfin, le chapitre 12 relève l’utilisation devenue presque incontournable dans le rituel électoral français de la publication de livre comme stratégie de communication. Celle-ci permettrait aux candidats de partager l’ethos très respecté dans la culture française de l’écrivain ou du littéraire, d’où ils tirent une certaine légitimité, en plus d’attirer l’attention des médias et de gagner un certain capital de visibilité.

10En conclusion, l’ouvrage de Jacques Gerstlé, Raul Magni Berton et leurs collaborateurs constitue une synthèse très complète des tendances à suivre dans les campagnes électorales occidentales actuelles. Si la formule du collectif constitue une excellente porte d’entrée sur une variété de travaux et de thèmes, elle permet par contre plus difficilement de lier les connaissances les unes aux autres, ce à quoi un chapitre de conclusion qui manque malheureusement à l’ouvrage aurait permis de remédier. Le plan net et clair de l’ouvrage le rend agréable à consulter, facile à lire et fonctionnel comme outil de référence, ce que le lecteur chercheur ou profane appréciera à coup sûr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Jolicœur, « Jacques GERSTLÉ et Raul MAGNI BERTON (dir.) (2014), 2012, la campagne présidentielle. Observer les médias, les électeurs, les candidats », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5944

Haut de page

Auteur

Martin Jolicœur

Martin Jolicœur est doctorant en communication publique, membre du Laboratoire de recherche sur les stratégies de l’oral et du Groupe de recherche en communication politique, de l’Université Laval. Courriel : martin.jolicoeur.2@ulaval.ca.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org