Navigation – Plan du site
Lectures

Terry GOULD (2013), Meurtres sans frontières. Mourir pour un reportage dans les endroits les plus dangereux du monde

Québec, Presses de l’Université Laval
Mathieu Crettenand
Référence(s) :

Terry GOULD (2013), Meurtres sans frontières. Mourir pour un reportage dans les endroits les plus dangereux du monde, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1Selon le bilan annuel de Reporters sans frontières, 71 journalistes ont été tués en 2013 en exerçant leur métier. Ce chiffre est extrêmement élevé, même s’il est légèrement en baisse par rapport à 2012, alors que 88 journalistes avaient péri. La plupart des journalistes tués ont été assassinés à cause des révélations de leurs enquêtes journalistiques. En effet, contrairement aux idées reçues, la majorité des journalistes qui meurent dans l’exercice de leurs fonctions ne sont pas des correspondants de guerre pris entre deux feux, mais des journalistes qui, par leurs révélations sensibles, devenaient gênants pour les personnes ou les organisations mises en cause. Si dangereux pour les « affaires » qu’ils ont été éliminés, et ce, presque toujours en toute impunité.

2Au total, selon le Comité pour la protection des journalistes, 70 % des journalistes morts dans l’exercice de leur travail ont fait l’objet d’attaques délibérées, en représailles à leur travail. Face à un tel danger, où les journalistes puisent-ils le courage de continuer à révéler la vérité, là où certaines vérités amènent des conséquences mortelles ? C’est à cette question que Terry Gould répond avec justesse.

3L’ouvrage, articulé autour d’enquêtes de terrain méticuleuses et passionnantes, s’intéresse aux motivations de ces journalistes qui ont travaillé dans des endroits parmi les plus dangereux du monde, où toute vérité n’est pas bonne à dire. Ne s’attardant pas sur les circonstances des assassinats, dans ses enquêtes, l’auteur examine les trajectoires de sept journalistes qui ont perdu la vie en exerçant leur profession.

4En explorant des contextes sociaux et politiques très différents, Gould dresse un tableau plutôt homogène de ce qu’est aujourd’hui le journalisme responsable et engagé aux quatre coins de la planète. Ainsi, Guillermo Bravo Vega est mort pour avoir dénoncé le capitalisme sauvage et l’impunité criminelle d’une petite ville de Colombie ; Marlene Garcia-Esperat a été abattue devant ses enfants pour avoir enquêté sur la « corruption métastatique » existant aux Philippines ; Manik Chandra Saha a été exécuté à coups de grenailles à mitraille pour s’être mis à dos les différents groupes armés opérant dans la ville de Khulna au Bangladesh ; la journaliste russe Anna Politkovskaïa est devenue tristement célèbre pour avoir dénoncer la kricha, littéralement le « toit », une couverture légale permettant de mener des activités criminelles après l’effondrement de l’Union soviétique. Ses révélations sur les actions de l’armée russe dans ses guerres au Caucase lui ont également valu un lot d’ennemis. Ses compatriotes Valery Ivanov et Alexeï Sidorov ont subi le même sort pour s’être entêtés à révéler les activités mafieuses dans la ville de Togliatti ; enfin, Khalid W. Hassan est un journaliste irakien, qui a été pris au piège, dans les violences entre les sunnites et les chiites qui avaient éclaté à la suite de l’invasion de l’Irak par les États-Unis.

5L’intérêt principal de la démarche de Gould réside dans le fait de présenter les motivations des journalistes à poursuivre leurs efforts de recherche de la vérité, au péril de leur vie. En effet, le point commun aux sept parcours de vie est que ces journalistes ont persévéré dans leurs investigations malgré les menaces reçues ou les tentatives d’assassinat. Dans les contextes où domine l’impunité, la recherche de l’information et sa diffusion, si elles parviennent à révéler des complots ou des secrets politiques et économiques, fonctionnent comme un boomerang aux conséquences bien trop souvent fatales. Le résultat est la forme idéale de censure de la presse, qui consiste à éliminer le problème à sa source tout en réduisant souvent les autres au silence.

6Ce que l’auteur nomme « meurtres-commis-avec-impunité » sont effectifs dans trois cas de figure (p. 2) : lorsque les journalistes défendent le droit du public de connaître les actions et les décisions des autorités publiques ; lorsqu’ils révèlent la criminalité quand la police refuse de s’en occuper (voire quand elle y participe) ; lorsqu’ils informent le public des activités poursuivies dans leur région par des groupes armés illégaux. Ces cas de figure prennent forme dans les histoires de journalistes exerçant leur profession dans des pays aux prises avec des problèmes sociétaux importants tels que la Colombie, les Philippines, le Bangladesh, la Russie et l’Irak. Ces cinq pays n’ont pas été choisis au hasard, puisqu’ils figuraient en 2005 en tête des nations où les journalistes avaient été assassinés. Aujourd’hui, la Somalie et la Syrie ont remplacé la Colombie et la Russie.

7Les journalistes décrits dans l’ouvrage ont comme point commun d’avoir occupé des emplois mal rémunérés dans des régions éloignées sous l’égide d’autorités corrompues et où les journalistes corrompus étaient eux-mêmes la norme. Gould décrit chaque parcours de vie des journalistes avec précision, sur la base d’études de terrain, dans leur ville d’origine, auprès de leurs famille, amis et collègues, afin de comprendre ce qui avait motivé leurs actions. La description politique, sociale et économique des contextes dans lesquels vivent les journalistes enrichit indéniablement les propos de l’auteur. Le soin avec lequel il dépeint les vies et la bravoure des journalistes fait coup double : il rend un magnifique hommage au courage des journalistes qui relatent à tout prix l’information et crée un attachement immédiat du lecteur aux personnalités décrites.

8Gould décrit un journalisme d’investigation qui a presque disparu dans les pays occidentaux. Vivant dans des régions du monde où l’impunité est la règle, les sept journalistes avaient choisi leur camp, celui de la vérité. La dénonciation des situations d’injustice créées par les dérives de l’autorité publique ou par le poids des organisations criminelles est devenue au fil des enquêtes la raison de vivre de ces journalistes. Devenus par défaut également des défenseurs des droits de l’homme, ils ont pris des risques incommensurables pour décrire des pratiques illégales, mais tolérées par des autorités politiques impuissantes ou complices. À ce titre, Meurtres sans frontières résonne comme un appel à un journalisme responsable permettant de dénoncer l’impunité qui règne encore dans de trop nombreuses parties du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Crettenand, « Terry GOULD (2013), Meurtres sans frontières. Mourir pour un reportage dans les endroits les plus dangereux du monde », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/5947

Haut de page

Auteur

Mathieu Crettenand

Mathieu Crettenand est docteur en sciences de la communication, de l’Université de Genève. Courriel : mathieu.crettenand@bluewin.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org