Navigation – Plan du site
Lectures

Angeliki KOUKOUTSAKI-MONNIER, Sylvie THIÉBLEMONT-DOLLET et al. (2010), Médias, dispositifs, médiations

Nancy, Presses universitaires de Nancy, Coll. « Interculturalités »
Alain Chante
Référence(s) :

Angeliki KOUKOUTSAKI-MONNIER, Sylvie THIÉBLEMONT-DOLLET et al. (2010), Médias, dispositifs, médiations, Nancy, Presses universitaires de Nancy, Coll. « Interculturalités »

Texte intégral

1Médias, dispositifs, médiations est composé de 10 articles écrits par des enseignants chercheurs et 3 doctorants, pour une large majorité rattachés aux sciences de l’information et de la communication (7), ainsi que des sociologues (3) et une étudiante d’école d’art.

2L’ouvrage a été édité en 2010, avec donc des références majoritairement de 2008 et 2009. Cela explique que quelques points soient un peu dépassés, sur le plan événementiel, ce qu’on remarque à la mention « la nette amélioration des conditions de vie en Grèce » (p. 66), exacte à l’époque, mais qui ne correspond plus à la crise actuelle et montre que les phénomènes économiques évoluent rapidement et que l’actualité devient très vite document d’Histoire ; on le remarque également sur le plan théorique, la remarque « peu exploitée en Sciences humaines et sociales, la notion de dispositif semble attirer, depuis quelque temps, l’intérêt des chercheurs en SIC » (p. 15) étant largement obsolète : le Conseil national des universités (CNU) a fait de l’étude des dispositifs un des cinq axes majeurs des sciences de l’information et de la communication. Il reste fort intéressant de remonter aux moments où l’intérêt pour ce concept émergeait, et la définition qu’en fait Hélène Boulanger, dans une acception foucaldienne, insistant sur le réseau que l’on peut établir entre des éléments (politique, économique, juridique) aussi bien que du non-dit, reste valable.

3Sous le titre Médias, dispositifs, médiations, on trouve des approches multiples dont le dénominateur commun annoncé est « le caractère à la fois structuré et structurant du dispositif en tant qu’objet fluide, en construction et reconfiguration perpétuelles » (p. 16). L’objectif est de se pencher « sur l’apparition et le fonctionnement de dispositifs dans des contextes médiatiques et de médiation, notamment dans le domaine de la communication et/ou de la diversité interculturelles » dans leurs logiques et dans leurs effets (introduction, p. 16).

4Une petite étude quantitative rapide montre en effet que le terme de dispositif apparaît six fois dans les titres des articles (sur 10 titres), diversité six fois, dont trois en tant que « diversité culturelle », et interculturalité trois fois.

5La communication est envisagée sous un angle médiatique classique, avec deux fois la mention journalistique et deux fois presse.

6La médiation (trois mentions) est abordée de façon diverse, de l’intermédiaire transactionnel (les intermédiations) au passeur médiatique (presse) et fédérateur (site Web).

7Les trois termes sont envisagés différemment.

8Les médias constituent un ensemble un peu trop diversifié à notre sens. L’« étude de discours de presse américains et français sur les émeutes de 2005 » (Isabelle Garin-Marrou) est une étude classique qui a l’avantage de prendre actuellement une résonance toute particulière compte tenu de l’actualité : ces discours réactivent différents ensembles mémoriels. À la fois dispositifs de pouvoir et dispositifs symboliques, ils parlent de guerre intérieure (liée selon les cas aux difficultés économiques et au racisme) et réaffirment la primauté de l’ordre, avec des cadrages différents, les États-Unis insistant plus sur la responsabilité individuelle, la France sur celle de l’État.

9« La diversité francophone dans la presse littéraire française, le cas franco-belge » (Paul Dirkx) traite pour sa part d’une presse très spécifique, originale et peu connue dans un contexte historique ciblé (1922-1972). Cette francophonie « frontalière » débouche sur une approche très particulière de la notion d’universalisme français qui est ici fondée sur une homonymie (« français » renvoyant à la langue ou au pays), fondant un « déséquilibre structural symbolique unique au monde… à l’instar des relations entre Paris et la province » (p. 149).

10Fredj Zamit suit lui aussi un axe historique. « Albert Camus rédacteur en chef au Soir Républicain. Quel dispositif journalistique face à la guerre ? » évoque un cas très précis où des procédés discursifs et des techniques scéniques sont utilisés pour compenser le manque d’informations et pour faire face à la censure, ce combat affiché devenant le vrai sujet de la parution au détriment des informations événementielles impossibles à évoquer : « Dans sa stratégie, le Soir Républicain s’attaque aux sujets sensibles, se fait censurer, puis met en exergue ce bâillonnement en laissant blanc tous les passages filtrés » (p. 167).

11Au contraire, le texte sur les « dispositifs de médiation journalistique et l’interculturalité » insiste sur les codes et les recommandations (Estrela Israël Garzon) et veut proposer de nouvelles perspectives dans les pratiques en donnant une grande responsabilité aux acteurs de la médiation.

12Cela conduit à envisager le traitement du troisième terme du titre.

13Deux chapitres exploitent la médiation au sens des possibilités de passage et de cohésion offertes par les nouvelles technologies de communication/médiation, l’un consacré aux blogues : « Diaspora et réseaux numériques francophones. Les blogs d’étudiants français à Berlin » (Sébastien Rival) qui se multiplient avec le développement d’Erasmus et qui servent à indiquer aussi bien le regard porté sur le lieu de séjour que le regard sur leur propre pays et sa culture, l’autre au Web, « Les sites Web de la diaspora grecque en tant que dispositifs de médiation de la diversité culturelle » (Angeliki Koukoutsaki-Monnier). Il s’agit là d’analyser les dispositifs de médiation dans leurs dimensions instrumentale, normative, mais aussi pragmatique et interactionniste, ce qui permet de révéler la faible interactivité de ces médias ainsi que la place primordiale donnée au récit autobiographique, et de montrer que la valorisation de la diversité n’est pas pensée en fonction de l’intégration.

14Mais les médiations sont surtout abordées sous l’angle de l’interculturalité, voire de la diversité, avec deux études de cas assez différentes. « De la diversité culturelle au musée de l’immigration. Le cas de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration » (Linda Idjeraoui-Ravez) permet de saisir que ces structures, à la fois objets de patrimoine et objets de discours, lieux de dilemme entre l’obsession de l’unité nationale et l’interculturalité qui conduit à des débats de société très polémiques en France, existent en fait dans de nombreux pays d’Europe, d’Amérique latine et aux États-Unis avec là aussi beaucoup de problèmes liés à la diversité des références culturelles. L’autre étude est « La diversité francophone dans la presse littéraire française, le cas franco-belge » (Paul Dirkx), déjà envisagé du point de vue de la presse.

15Les approches théoriques, « Diversité, interculturalité et dispositifs organisationnels. Ou comment penser l’intermédiation et sociologie » (Philippe Hamman) et « Diversités culturelles. De l’exception au principe » (Hélène Boulanger), permettent d’avancer dans la connaissance de l’historique et des significations du terme de diversité.

16Hamman étudie la place croissante de la précarité et des discriminations dans le débat public puis dans les recherches en sciences sociales, qui se focalisent sur les discriminations liées au sexe et à l’origine nationale et ethnique dans le champ de l’emploi. Il note que maintenant (vers 2008-2009), c’est le terme de diversité qui a « le vent en poupe » dans les énoncés officiels, mais toujours vu sur un plan ethnique. L’objet que constitue la diversité lui paraît « piégé et piégeux pour le sociologue quant à l’appréhension de la figure de l’Autre » (p. 27). Il propose d’aborder la diversité par la transaction sociale (inspirée de Georg Simmel), qui constitue un processus d’apprentissage de l’ajustement à l’autre dans la recherche mouvante d’un équilibre instable lié à des interactions complexes entre intérêts et valeurs, combinant des exigences de liberté et d’égalité qui sont antinomiques mais complémentaires.

17Boulanger montre comment une formule d’abord vide de sens (« diversité culturelle »), lancée presque au hasard face à la nécessité de contrer les États-Unis, a atteint en quelques années le statut de principe du droit international, par une série de relations entre l’intellectuel, l’économique et le politique. L’évolution se situe dans un contexte où s’opposent deux visions de la culture de masse, objet d’un débat entre Edgar Morin (orienté sur la production) et Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron (orientés sur la réception), débat qui porte finalement « plus sur les conséquences du phénomène » (p. 49) que sur sa réalité.

18Devant l’échec de la démocratisation de la culture par les produits subventionnés par la puissance publique au profit des produits industriels marqués par la concentration capitalistique, l’UNESCO a développé une stratégie dans les années 1980 autour du concept d’identité culturelle nécessitant un dialogue interculturel (pour faire ressurgir des cultures propres après la phase colonialiste).

19Ce concept a été remplacé dans les années 1990 par la « diversité culturelle » à la suite du débat sur l’exception culturelle, cette « parade élaborée dans l’urgence » (Jean Musitelli, 2012), concept poussé par la France (entraînant l’Europe), réclamant une latitude interventionniste aux États dans le domaine des industries culturelles et visant à substituer à l’exception la règle en lui donnant une dimension universelle et culturelle (et non économique). L’UNESCO va lui donner un vrai statut en insistant sur le pluralisme culturel. Vers 2000, on assiste à la création de dispositifs de médiation (Réseau international sur la politique culturelle au Canada, Organisation internationale de la Francophonie [OIF] en France), qui semblent impuissants à résoudre les problèmes de la concentration capitalistique dans les médias. On est dans une situation assez paradoxale où le succès (la diversité culturelle a acquis le statut de principe de droit servi par un instrument international) passe par un concept mou et une incidence hypothétique sur la réalité des marchés.

20Au total, l’ouvrage présente des éléments un peu hétérogènes, entre théorie et pratiques, mais offrant par cela même des possibilités de rapprochements et de lectures diverses en fonction du projet du lecteur, ce qui était justement revendiqué par la disposition ternaire du titre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Chante, « Angeliki KOUKOUTSAKI-MONNIER, Sylvie THIÉBLEMONT-DOLLET et al. (2010), Médias, dispositifs, médiations », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/5954

Haut de page

Auteur

Alain Chante

Alain Chante est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Institut de technosciences de l’information et de la communication de l’Université Paul Valéry à Montpellier, responsable de l’équipe de recherche du Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales-Cercle d’étude et de recherche en information-communication (LERASS-Céric). Courriel : alain.chante@univ-montp.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org