Navigation – Plan du site
Lectures

Pascal LARDELLIER et Daniel MOATTI (2014), Les ados pris dans la Toile. Des cyberaddictions aux techno-dépendances

Paris, Éditions Le Manuscrit, Coll. « Addictions : Plaisir, Passion, Possession »
Alexandre Eyries
Référence(s) :

Pascal LARDELLIER et Daniel MOATTI (2014), Les ados pris dans la Toile. Des cyberaddictions aux techno-dépendances, Paris, Éditions Le Manuscrit, Coll. « Addictions : Plaisir, Passion, Possession »

Texte intégral

1Durant les dernières années, on a assisté à une croissance exponentielle des dispositifs sociotechniques d’information et de communication qui ont envahi nos sociétés, colonisé notre quotidien et phagocyté notre temps libre. Plus rien, de nos jours, ne se fait sans l’intervention de l’un de ces outils technologiques dont les potentialités et les performances toujours plus impressionnantes ne font que rehausser l’incroyable attractivité. Si tous les individus peuvent présenter un attachement affectif fort pour ces outils, il est une partie de la population qui, plus particulièrement, se retrouve à consommer beaucoup plus que de raison — allant parfois jusqu’à commettre les pires excès — ces dispositifs ; il s’agit bien évidemment des jeunes adolescents, collégiens et lycéens principalement.

2Dans leur ouvrage, Pascal Lardellier et Daniel Moatti s’emploient à dépasser les formidables possibilités relationnelles, culturelles et ludiques des technologies de l’information et de la communication (le nomadisme, la mobilité et la connectivité permanente) et s’efforcent d’en explorer le versant plus sombre.

3Sans jamais verser dans l’alarmisme et le catastrophisme, ils donnent à voir dans leur ouvrage composé de trois chapitres les risques de l’hyperconnectivité adolescente et en désignent les origines aussi bien politiques que sociologiques et économiques.

4Dans leur introduction, ils expliquent qu’en quelques années, les addictions n’ont pas cessé de se ramifier dans de multiples directions. Si le territoire des addictions historiques (cigarette, alcool, drogue) est bien délimité, force est de constater que « l’addiction a explosé en une décennie à peine, pour s’étendre comme un lierre sur nos vies et sur la société » (p. 11). Les auteurs rappellent à juste titre que, pour les autorités médicales françaises et étrangères, le chocolat, les ordinateurs et les téléphones portables, le travail, le sport, le sexe, le shopping, les jeux en ligne (le poker notamment) et la plupart de nos passe-temps et hobbies sont considérés comme potentiellement dangereux et de nature à engendrer une forme de dépendance.

5Que dire, alors, de ces dispositifs sociotechniques numériques d’information et de communication qui ont fini par prendre une part toujours plus importante dans nos vies aussi bien privées que publiques ? Lardellier et Moatti font des écrans le grand Moloch des addictions technologiques et soulignent que 

ceux-ci ont colonisé notre quotidien et envahi les espaces publics, s’imposant dans les cafés, restaurants, supermarchés, gares, aéroports, entreprises et administrations. Ils ont vampirisé nos yeux, les enchaînant à eux. Écrans géants des nouvelles télévisions high tech, écrans des ordinateurs, des consoles de jeux ou des lecteurs de DVD écrans de nos smartphones, malins et sensibles, écrans des tablettes, aimantant les regards dans les réunions et les transports ; et puis écrans des GPS, des bornes tactiles et des guichets interactifs qui jalonnent nos parcours quotidiens (p. 15-16).

6Si ces écrans omniprésents et toujours plus pressants conquièrent sans cesse de nouveaux territoires, il n’est pas de chambre d’adolescent dans laquelle ils n’aient pas étendu leur empire, violant en douceur l’intimité d’une génération qui confond intimité et projection dans la sphère publique : « <Écran mon bel écran>, semble répondre l’écho générationnel des <techno-ados> qui aiment tant se mirer dans ces psychés d’un nouveau genre pour en faire aussi des <chambres d’ego> très narcissiques » (p. 16).

7Les auteurs précisent fort à propos qu’ils ont centré leurs analyses sur les pratiques d’hyperconnexion adolescente (alors même que certains adultes présentent les mêmes symptômes) et se sont appuyés sur un vaste corpus de discours politiques, de textes juridiques (arrêtés, décrets, chartes), d’articles et de tribunes journalistiques, mais aussi sur des textes littéraires qu’ils ont croisés avec une série d’enquêtes et de recherches menées — en tant qu’enseignants — auprès d’élèves et d’étudiants.

8Dans le premier chapitre de l’ouvrage, Lardellier et Moatti prennent soin de clarifier les définitions des termes d’addiction et de dépendance et d’expliquer que l’on devrait logiquement préférer dans le contexte universitaire francophone le mot dépendance à celui d’addiction, qui est issu du monde anglo-saxon. Ils définissent la cyberdépendance comme une « accoutumance à des outils de communication (télévision, ordinateurs connectés, smartphones…) qui deviennent indispensables à tout moment de la journée et de la nuit » (p. 24). Les auteurs rappellent que, depuis l’arrivée des ordiphones (terme que les Québécois proposent de substituer à celui de smartphone), les élèves, y compris pendant qu’ils sont dans la classe, sont de manière quasi permanente connectés à leurs machines communicantes. Ces outils, cumulant les fonctions d’un téléphone portable, d’un ordinateur, d’un lecteur musical, d’un appareil photographique, d’une télévision et d’une console de jeux, sont tellement attrayants que les adolescents sont incapables de s’en séparer.

9Depuis quelques années, la présence des technologies de l’information et de la communication et leur pression sur les jeunes sont allées crescendo à un point tel que « désormais, le degré de connexion semble induire des cyber-addictions de fait, tant les TIC ont su se rendre indispensables en maillant nos vies et leurs mille activités de leur résille numérique » (p. 28). Lardellier et Moatti soulignent que si les adolescents sont beaucoup plus touchés par les phénomènes de cyberdépendance, c’est parce qu’ils ont beaucoup plus de temps que n’importe quelle autre partie de la population à consacrer aux écrans, qu’ils ont développé sur Internet une nouvelle forme de sociabilité et de nouvelles modalités relationnelles, et que toutes leurs activités ont migré sur les écrans et les réseaux.

10Les adolescents interrogés avouent d’ailleurs volontiers qu’ils ne peuvent pas se passer d’Internet ou de leur portable tout en reconnaissant qu’il s’agit là de symptômes évidents d’une dépendance identique à celle que provoque l’alcool ou le tabac. Les conséquences de cette dépendance, pour autant que les sujets en aient conscience, peuvent être graves : déscolarisation, désocialisation, fatigue et tension nerveuse, irritabilité, agressivité par exemple lors de la confiscation d’un téléphone par un professeur.

11Dans le deuxième chapitre, les auteurs donnent à voir les différents phénomènes afférents à une nouvelle religion, la religion numérique, dont les ministres du culte ne manquent pas et dont les fidèles se comptent par millions. Les fidèles en question sont le sujet d’un « <conditionnement>, d’une pression marketing peu commune, ayant des résonances idéologiques, sur fond d’<Utopie de la communication>. Et les jeunes sont les premières <cibles> (au sens marketing et balistique, aussi) de ces campagnes, leur enjoignant de consommer de la communication » (p. 41) à tout prix, et quelles que puissent en être les conséquences. Cette religion numérique a ses initiés et ses excommuniés. Lardellier et Moatti montrent bien la puissance de l’idéologie techniciste qui prédomine au plus haut sommet de l’État et qui a fini par déteindre sur la société. Cette idéologie contribue, par un effet pervers, à créer de la discrimination :

[…] nous sommes poussés à « consommer de la communication », et à consommer des relations. « Quoi ! Tu n’es pas sur Facebook !? », ou « Tu ne connais pas Twitter !? » sont des questions jetant l’opprobre sur ceux à qui on la pose, et qui répondant par la négative, appartiennent au camp des ringards réfractaires à ces si progressistes TIC. […] On ringardise ceux qui ne seraient pas assez « communiquants », et qui résisteraient au nomadisme et à la mobilité technologiquement assistée (p. 45).

12Notre société d’individualisme connecté prônant l’obsession du lien et une opulence communicationnelle généralisée, on nous incite à pratiquer en ligne un nombre croissant d’activités (lire, aimer, acheter, converser, visiter un musée) au nom d’une perception idéalisée d’Internet comme synonyme de modernité, de progrès technique et social. Nous consommons de la communication autant que des relations, de façon de plus en plus frénétique et de plus en plus compulsive, pour conjurer ce que Dominique Wolton appelle les « solitudes interactives ».

13Chez les adultes aussi, la « connexionnite aiguë » fait rage, y compris dans les réunions professionnelles durant lesquelles un intervenant s’exprime pendant que tous les participants « qui feignent de l’écouter, pianotent des SMS, des mails, s’adonnant à tout autre chose <en ligne> qu’à ce à quoi invite pourtant l’ordre du jour » (p. 48).

14Ce qui compte avant tout sur Internet, c’est établir et surtout maintenir le contact avec l’autre (les autres), à tout prix, quoi qu’il puisse en coûter en énergie, en temps et en santé : « […] le sociologue des usages numériques Christian Licoppe explique, avec son concept de la <présence connectée>, que ce n’est pas l’absence qui pose problème sur Internet, mais le silence. Cette absence est le fondement même de cette modalité d’échange. Par contre, le silence est insupportable » (p. 50), car il renvoie l’usager dépendant d’Internet à la vacuité de son existence hors réseau, hors ligne.

15Dans le troisième et dernier chapitre de l’ouvrage, les auteurs font remonter les origines et les soubassements des phénomènes de cyberaddiction et de techno-dépendance à des décisions politiques bien antérieures qui ont fait de la maîtrise d’Internet et des différentes technologies numériques non seulement une priorité, mais aussi et surtout une nécessité quasiment mystique. Les gouvernements de droite et de gauche se succédant entre 1997 et 2012 ont tous eu comme commune volonté d’accroître considérablement le taux d’équipement de la France en technologies numériques innovantes, tout en prévoyant « une extension rapide du secteur des logiciels de jeux qui apporterait des emplois et d’importants gains financiers aux entreprises françaises » (p. 65).

16La politique volontariste du premier ministre Lionel Jospin en matière d’informatique et de développement des réseaux numériques a eu pour principale conséquence de renforcer l’idéologie techniciste déjà présente chez les gouvernants, vieille survivance du positivisme comtien, qui associait développement des dispositifs numériques et progrès en tous genres dans une sorte de mysticisme technologique : 

[…] l’équipe gouvernementale de Lionel Jospin s’appuyait sur un autre partisan de poids du réseau Internet, Christian Pierret, secrétaire d’État à l’industrie qui […] en juin 2000, n’hésita pas à affirmer qu’« au fond le Net est la chair et le sang de la République d’aujourd’hui ». Député, ministre, avocat, énarque, président ou vice-président de plusieurs cercles de pensées et associations d’influence, cet homme de réflexion et d’action a su mobiliser les énergies pour le développement du Réseau en France (p. 79).

17Cet engagement total dans le numérique et l’hyperconnexion de l’État français — relayé ensuite par le plan pour la France numérique 2012 d’Éric Besson — a été positif sur le plan du taux d’équipement numérique des Français, sur le plan économique et industriel également, mais il aura fallu attendre près de dix ans pour voir poindre les premières inquiétudes officielles, avec l’utilisation des termes addiction et cyberdépendance, dans un long rapport d’information déposé devant les sénateurs le 22 octobre 2008 par le sénateur David Assouline. Dans ce rapport qui marque une étape importante dans la prise en compte de ce phénomène, le sénateur évoque « un rétrécissement de la sphère de l’intime ; l’addiction et la cyberdépendance aux jeux vidéo ; l’omniprésence de la publicité ; l’impact des contenus violents sur les adolescents modifiant les comportements affectifs, sexuels et sociaux » (p. 100).

18Cet enthousiasme étatique débordant pour le numérique a constitué longtemps l’arbre qui cache la forêt des techno-dépendances et de ce que les spécialistes appellent les « addictions sans produit ». Cela contribue à expliquer que les mesures prises par les différents États européens pour lutter contre la cyberdépendance (Norme PEGI) ou la Charte Pédagojeux en France semblent arriver à contretemps, ne pas prendre toute la mesure de ces phénomènes et ne proposer que des solutions paraissant pour le moins inoffensives par rapport aux réels dangers guettant les jeunes hyperconnectés.

19Dans la conclusion de leur stimulant ouvrage, Lardellier et Moatti entendent s’inscrire en dehors du traditionnel débat entre les « technolâtres » et les « technophobes » pour susciter « plus le débat que la polémique, plus le dialogue que la controverse » (p. 188).

20Ils exhortent à une prise de conscience générale des tenants et des aboutissants de ces phénomènes à la fois par les pouvoirs publics, par les parents d’élèves et par les industriels spécialisés dans les technologies numériques.

21Les deux auteurs appellent également à une plus grande vigilance de tous pour que les adultes accompagnent les jeunes dans leur utilisation des médias numériques afin que ceux-ci n’en viennent pas à confondre, comme dans l’allégorie platonicienne, la réalité et son simulacre et ne préfèrent pas les relations virtuelles aux rencontres authentiques avec de véritables individus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Pascal LARDELLIER et Daniel MOATTI (2014), Les ados pris dans la Toile. Des cyberaddictions aux techno-dépendances », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5959

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Alexandre Eyries est ingénieur d’études au Laboratoire I3M (EA 3820), de l’Université de Nice Sophia Antipolis. Courriel : alexandre.eyries@unice.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org