Navigation – Plan du site
Lectures

Renée LEGRIS (2013), Le téléroman québécois, 1953-2008

Québec, Éditions Septentrion
Yannick Lebtahi
Référence(s) :

Renée LEGRIS (2013), Le téléroman québécois, 1953-2008, Québec, Éditions Septentrion

Texte intégral

1Théoricienne et professionnelle de l’audiovisuel, Renée Legris nourrit son regard d’analyste à partir de ses nombreuses expériences et d’un important corpus d’œuvres.

2Son exploration tant théorique qu’empirique donne lieu à des propositions originales qui étoffent largement le champ de la recherche sur l’histoire de la télévision québécoise. Cet incontournable ouvrage est une véritable encyclopédie pour la communauté scientifique et plus précisément pour le chercheur qui étudie l’histoire de la télévision québécoise à partir de celle d’un genre singulier.

3L’ouvrage traite du téléroman sous ses aspects socioculturels, sociohistoriques, économiques et esthétiques. Il étudie les différentes formes d’héritage et leurs filiations, la complexité des éléments en présence et les facteurs à prendre en compte qui font signifiance dans la perspective d’une recherche sur le téléroman. L’examen des normes et des valeurs qui interagissent dans les sphères culturelles, médiatiques et marchandes montre comment le téléroman, en tant que genre, a été un espace de création et d’expérimentation pour les réalisateurs des débuts de la télévision québécoise, pour ensuite s’inscrire dans une forme de modélisation scénaristique calquée sur les modèles dominants.

4L’analyse, qui porte sur une période d’environ cinquante années, met en lumière la diversité des regards et des approches. L’auteure y fait une mise au point sur la critique et procède à un état de la recherche au Québec.

5La mise en perspective des univers représentés et imaginés ainsi que les métadiscours qui en découlent permettent non seulement de comprendre la société québécoise, ses ruptures et ses évolutions, mais aussi de cerner ce que recouvre l’imaginaire collectif durant cette période et ce qui a été à l’origine de la forte popularité des téléromans et des téléséries. À partir d’un fonds d’archives important, cet ouvrage ambitieux développe une analyse stimulante des représentations sociales, de leurs emprunts et de leur influence sur la culture québécoise, face à la mondialisation à l’ère du numérique. L’auteure évoque avec finesse le « miroir déformant des réalités sociales » et « l’angle mort du miroir » pour tenter de saisir les enjeux identitaires et de formaliser les espaces de contestation. De la conception à la production, de la programmation à la réception, les éléments définitoires du genre sont alors posés en référence aux caractéristiques techniques et esthétiques dans un contexte sociétal en mutation — de la modernité à la postmodernité.

6L’auteure montre en quoi les œuvres de son répertoire, au-delà de leur caractère divertissant, proposent des cadres et des modes de pensée et comment elles revisitent le réel pour en proposer de nouvelles reconfigurations. L’éclairage sur les différents courants d’influence met au jour les conséquences du point de vue non seulement de l’écriture, mais aussi de la nature de l’accompagnement institutionnel et de l’organisation de la logique marchande au sein du secteur. Dans une inlassable quête d’audience, les facteurs se conjuguent et orientent les stratégies des chaînes en matière de programmation et de diffusion.

7Quant à l’écriture, elle est devenue de plus en plus télévisuelle, et de nouvelles formes discursives, de nouveaux langages et de nouveaux formats ont émergé au fil de l’évolution des dispositifs, des technologies et des préoccupations de la société québécoise. À partir de la description détaillée des figures tutélaires comme celles du héros, de la femme ou de l’homme et des thèmes les plus emblématiques comme la violence, le religieux, le fétichisme sexuel, l’auteure s’interroge sur la portée idéologique et éthique de ces thèmes.

8D’un intérêt scientifique indéniable, l’ouvrage de Legris contribue au rayonnement international et au développement de la recherche portant sur la théorie et l’histoire de la télévision.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Lebtahi, « Renée LEGRIS (2013), Le téléroman québécois, 1953-2008 », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5961

Haut de page

Auteur

Yannick Lebtahi

Yannick Lebtahi est membre du Groupe d'Études et de Recherche Interdisciplinaire en Information et COmmunication (GERiiCO), Université de Lille 3. Courriel : yannickelebtahi@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org