Navigation – Plan du site
Lectures

Samuel LEPASTIER (dir.) (2013), L’incommunication

Paris, CNRS Éditions, Coll. « Les Essentiels d’Hermès »
Gilles Labarthe
Référence(s) :

Samuel LEPASTIER (dir.) (2013), L’incommunication, Paris, CNRS Éditions, Coll. « Les Essentiels d’Hermès »

Texte intégral

1« L’incommunication », cette « absence de communication entre deux personnes », est d’abord une occasion de mieux cerner par défaut l’ensemble des fonctions, composants et contextes nécessaires à établir une communication réussie entre émetteurs et récepteurs. Un des premiers intérêts de ce petit ouvrage réside dans cette perspective : rappeler à quel point la communication est un processus à la fois fondamental, dense et fragile. Comme le soulignent d’emblée les auteurs, ni la multiplication des canaux de diffusion par Internet ni la diversité des nouveaux supports technologiques ne garantissent le passage de l’information — aujourd’hui déversée en flux continu — à celui de « communication ». Une communication dont la définition (plus exigeante qu’ailleurs) est posée ici en ces termes : elle supposerait minimalement des échanges entre deux acteurs, mais aussi une négociation et une relation humaine.

2Fidèle à sa ligne éditoriale — présenter des articles courts à la portée du grand public, dans un souci de vulgarisation —, la collection « Les Essentiels d’Hermès » entend combler une lacune. Il s’agit de discuter et de remettre à l’ordre du jour une notion centrale, mais encore peu théorisée. Le concept transdisciplinaire d’incommunication est présenté en ouverture par Samuel Lepastier, chercheur associé à l’Institut des sciences de la communication du Centre national de la recherche scientifique (CNRS, ISCC) et coordinateur de ce panorama d’une dizaine de contributions dans lesquelles des questions d’incommunication apparaissent de manière particulièrement évidente. La plupart des articles sont inédits, signés par des spécialistes de domaines divers : psychiatrie, psychanalyse, linguistique, sociologie, sciences de la communication et littérature.

3Face au mirage technologique et technocratique, le problème de l’incommunication a déjà été repéré et formulé en France depuis une trentaine d’années. « Les contenus sont d’autant plus légers et insignifiants que la production est lourde et insistante », avertissait le chercheur multidisciplinaire Pierre Schaeffer en 1988. Lepastier le cite en référence, tout comme il renvoie à un essai philosophique de 1985 de Denis Huisman sur le milieu envahissant des « communicants », à des articles du sociologue Raymond Boudon, dont sa « Petite sociologie de l’incommunication » (1989), ou encore à Sigmund Freud. La nécessité d’une approche interdisciplinaire dépassant les domaines apparentés de la psychologie et de la linguistique a surtout été soulignée par Dominique Wolton (qui conclut cette publication sous forme d’entretien) dans ses nombreux travaux consacrés à ce sujet, menés pendant deux décennies à rebours des « idéologies contemporaines de la communication » qui la consacraient de fait, masquant d’autres réalités :

L’incommunication n’est pas tant l’échec, temporaire ou chronique, d’une situation de communication que son horizon : les malentendus, l’incompréhension mutuelle, les quiproquos, autant que les désaccords, sont constitutifs des processus de communication, relançant les interactions incessantes qui caractérisent toute communication humaine ou technique (p. 11).

4Le lecteur pourra juger de la pertinence et de l’apport heuristique de cette notion (qui suppose, en plein ou en creux, une définition, voire une vision particulière de la communication) en parcourant la suite des contributions. Celle de Laurent Danon-Boileau part de trois études de cas cliniques de troubles de langage chez l’enfant, pour évaluer leurs effets notamment sur la relation à l’autre et sur la capacité de symbolisation. On y lit le véritable travail de sauvetage que ce psychanalyste et professeur en linguistique doit engager (« faire renaître la confiance »… « plutôt suivre l’enfant que le précéder »…) afin que ses très jeunes patients retrouvent une voie apaisée de communication avec autrui. L’incommunication serait aussi une notion clé en sociologie du couple : exploitant les données d’une enquête quantitative, le spécialiste de la famille et de la vie privée François de Singly s’intéresse à la conversation conjugale, « support à la fois de la validation réciproque du monde subjectif dans lequel vit chaque conjoint, et de la construction d’un monde commun du fait même de cette validation » (p. 50). La sociologue Maïa Fansten interroge de son côté le phénomène des « jeunes en retrait », connu au Japon sous le nom de hikikomori : comment peut-on se retirer dans une société dite de communication ? Et surtout : pourquoi ? L’étude exploratoire menée par un collectif de chercheurs en France et au Japon, à laquelle elle a participé, dépasse les perceptions communes. Le retrait des jeunes derrière un écran et Internet peut certes être perçu comme « idiome de détresse », mais il est aussi « désynchronisation », « réagencement d’un espace interne, des investissements affectifs et relationnels » (p. 74, 77 et 80). Autant de réponses ou de résistances dans un monde où les avancées technologiques vont de pair avec de nouvelles injonctions sociales (accélération, ubiquité, mobilité) « lourdes, contradictoires ou conflictuelles ».

  • 1 Extrait de son livre publié à nouveau en 1952, après avoir été mis au pilon sous l’occupation.

5L’incommunication peut encore être appréhendée dans l’étude des rapports entre stratégies offensives de la communication, rhétorique, langages et pouvoir. C’est le propos des quatre contributions suivantes. La première est celle du professeur et directeur de communication Arnaud Benedetti : elle concerne justement « la com », dont les techniques envahissantes et persuasives tendent à nier l’altérité. Celles-ci peuvent aussi générer, en réaction et dans le meilleur des cas, des antidotes salvateurs. La spécialiste Laurence Aubry revient ensuite sur la définition de langages totalitaires sous le régime nazi et sur des moyens de s’y opposer. Sur la propagande politique, un texte de 1939 du sociologue allemand d’origine russe Serge Tchakhotine1 fait écho à sa contribution. Enfin, le professeur et chercheur Michaël Oustinoff (CNRS) remet en cause « la vision messianique du globish, ou l’anglais planétaire », dans un XXIe siècle marqué par l’accroissement sans précédent des phénomènes migratoires, l’« exil de la langue », si difficile à vivre, et la disparition de langues parlées.

6En conclusion, Dominique Wolton apporte des précisions sur sa conception volontiers philosophique de l’incommunication comme « état dynamique ». Il insiste : « L’altérité radicale entre l’émetteur et le récepteur est déterminante » (p. 167). Cette altérité peut être d’ordre idéologique, culturel, identitaire, de genre, contextuel, linguistique, technologique... Un des grands paradoxes actuels étant qu’Internet, naïvement perçu comme symbole d’un monde ouvert, immédiat et garant d’une plus grande transparence, fournit dans le même temps une incroyable caisse de résonance à des mouvements marqués par les extrémismes ou tentés par les replis communautaires. À ces ruptures s’ajoutent celles de la perte de contacts physiques, des sens, de la durée, essentiels selon lui au maintien de toute communication.

7Le tour d’horizon effectué par ce recueil promet autant de pistes de réflexion fertiles, suivant un ordre de présentation qui va globalement du singulier au général, de l’individu au social. L’agencement est bien pensé. Il suit une certaine logique, même si les contributions semblent parfois juxtaposées, plutôt que de s’enrichir et de dialoguer de manière intellectuellement constructive : la notion même d’incommunication n’y est pas toujours mentionnée, et même rarement articulée. Il est certain qu’une théorisation plus poussée de cette notion reste nécessaire. Elle pourrait faire l’objet d’un prochain ouvrage de synthèse, qui permettrait de compléter les bases communes de définition, de préciser les différentes dimensions que recouvre cette notion, de structurer ses développements, d’expliciter et d’exemplifier comment cet ensemble pourrait s’avérer opérationnel pour des analyses plus systématiques, s’éclairant les unes les autres, dans des domaines croisés des sciences humaines et sur des études de cas complémentaires. On pourra également regretter à ce stade l’absence de liens avec des travaux de théorisation et de recherche autres que français, menés à l’international autour de notions anglophones voisines (miscommunication, par exemple) et sur les mêmes sujets.

Haut de page

Bibliographie

BOUDON, Raymond (1989), « Petite sociologie de l’incommunication », Hermès, « Le nouvel espace public », 4 : 53-66.

FREUD, Sigmund (1901/2010), La psychopathologie de la vie quotidienne. Sur l’oubli, le lapsus, le geste manqué, la superstition et l’erreur, Paris, Gallimard, Coll. « Folio Essais ».

HUISMAN, Denis (1985), L’incommunication. Essai sur quelques effets pléthoriques abusifs ou pervers de la communication actuelle, Paris, Vrin.

SCHAEFFER, Pierre (1988), « Incommunication de masse », dans CENTRE NATIONAL D’ENSEIGNEMENT À DISTANCE, Publics, contenus et média de l’enseignement à distance. Actes du séminaire 1986-1987, Paris, CNED.

TCHAKHOTINE, Serge (1939), Viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Extrait de son livre publié à nouveau en 1952, après avoir été mis au pilon sous l’occupation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Labarthe, « Samuel LEPASTIER (dir.) (2013), L’incommunication », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/5964

Haut de page

Auteur

Gilles Labarthe

Gilles Labarthe est chercheur et assistant-doctorant à l’Académie du journalisme et des médias, Université de Neuchâtel. Courriel : gilles.labarthe@unine.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org