Navigation – Plan du site
Lectures

Christine LETEINTURIER (dir.) (2014), Les journalistes français et leur environnement : 1990-2012. Le cas de la presse d’information générale et politique

Paris, Éditions Panthéon-Assas
Frédéric Pugnière-Saavedra
Référence(s) :

Christine LETEINTURIER (dir.) (2014), Les journalistes français et leur environnement : 1990-2012. Le cas de la presse d’information générale et politique, Paris, Éditions Panthéon-Assas

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Christine Leteinturier réunit sept contributions réparties en autant de chapitres. Constitué de trois parties, « Devenir journaliste en presse et le rester : un double défi », « Les transformations de la presse d’information générale et politique » et « La mise en ligne de la presse d’information générale et politique : une métamorphose continue », il problématise la philosophie de la carrière de journaliste au gré des transformations du marché de l’emploi depuis 1990 ainsi que les enjeux de la « révolution numérique » qui ont reconfiguré entièrement le paysage journalistique français.

2L’avant-propos contextualise l’ouvrage en mentionnant qu’il s’agit des résultats d’un projet financé par l’Agence nationale de la recherche — Acteurs et marchés des médias : la production journalistique et son environnement (AMMEJ) — Le cas des médias d’information générale et politique. Ce projet repose sur la constitution d’un corpus important qui rassemble cinq types de données : données statistiques portant sur 20 ans d’archives, analyses de contenu des quotidiens Libération et le Parisien-Aujourd’hui en France et d’un journal télévisé, histoire chronologique des grands groupes médiatiques, données statistiques (échantillon de 1 500 journalistes) portant sur le statut des journalistes (la carte de presse et son obtention) et recensement bibliographique systématique de la littérature française sur le journalisme et les journalistes sur près de 20 ans. L’introduction générale rappelle l’importance de cet ouvrage centré sur « une perspective particulière à la fois diachronique et synchronique » qui va éclairer les « facteurs de transformation du secteur » (p. 9).

3La première partie de l’ouvrage regroupe deux chapitres écrits par Leteinturier et qui portent sur le double défi de devenir journaliste de presse et de le rester. Le premier, intitulé « La presse d’information générale et politique dans l’emploi des journalistes français titulaires de la carte de presse : une réduction continue entre 1990 et 2012 », s’appuie sur des données sociodémographiques recueillies lors des enquêtes menées en 1990 et en 1999 croisées avec celles contenues dans le fichier de la Commission pour la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP). Ces données dessinent un groupe vieillissant, plutôt féminisé et majoritairement francilien. L’émergence d’Internet et la crise de la presse écrite amènent la profession vers une plus grande précarité en raison d’une réduction des effectifs qui vise à réduire les coûts généraux de production. Ces données montrent également que la presse d’information générale et politique domine le marché d’emploi, prenant le pas sur la presse spécialisée et les « autres presses » (p. 25).

4Le second chapitre, intitulé « Les carrières des journalistes en presse : les nouveaux titulaires de la carte professionnelle », analyse trois cohortes (1990, 1998 et 2008) de titulaires de la carte de presse et montre une forte tendance pour les entrants à cumuler des expériences significatives en journalisme (stages, activités professionnelles ou journalistiques sans carte) avant d’obtenir la carte professionnelle. Les carrières journalistiques sont pour la plupart discontinues (voire interrompues). L’auteure constate par ailleurs qu’il est difficile d’établir un profil standard du journaliste tant les situations et les parcours individuels sont différents et que le caractère instable de la profession contraint le journaliste à d’éventuelles reconversions dans le champ de l’information et de la communication en raison de la transformation du métier par différents mécanismes d’hybridation (p. 54).

5La deuxième partie se compose également de deux chapitres : le premier, « L’évolution des marchés de la presse d’information générale et politique », est signé par Nadine Toussaint- Desmoulins et le second, « L’évolution des politiques éditoriales en presse d’information générale et politique : l’exemple de Libération », par Camille Laville.

6À partir de l’évolution du cadre réglementaire des médias audiovisuels et de la diffusion des innovations technologiques qui ont entraîné des interactions entre l’offre des entreprises médiatiques (Le Monde, Le Figaro) et les usages des médias, Toussaint-Desmoulins évoque la situation économique de ces entreprises prises en étau entre de nouvelles formes de consommation de l’information journalistique et l’évolution des marchés de la presse d’information générale et politique (PIGP). L’auteure constate que toutes les études (Pratiques culturelles des Français, mesures d’audience) convergent vers le constat selon lequel les Français lisent de moins en moins la presse papier (nationale, quotidienne ou régionale) au profit des médias électroniques, ce qui entraîne une érosion de la presse d’information générale et politique. L’auteure analyse ensuite les dépenses des ménages en matière d’équipement (y compris les dépenses liées aux supports informatiques, téléphoniques ou audiovisuels) et constate qu’en dépit d’une augmentation de la population, on enregistre une baisse des dépenses se rapportant à l’achat d’un quotidien ou d’un magazine d’information : « Entre 2001 et 2006, le taux d’équipement des ménages augmentait de 25 % pour l’accès à internet, de 18 % pour le téléphone portable, de 15 % pour les micro-ordinateurs tandis que, dans le même temps, les abonnements aux journaux et revues diminuaient de 7,5 % » (p. 75). Face à ce constat, les entreprises ont tenté de trouver des parades pour lutter contre la crise de la publicité et la baisse dramatique de ventes avec le lancement de nouvelles formules. Tout a été tenté, le changement de format, de nouvelles maquettes mais finalement, à partir de 1995, les éditeurs se lancent dans la création de sites Web avec l’espoir de trouver dans la technologie un nouveau modèle économique, mais les pertes perdurent à la suite de l’apparition des grands agrégateurs de contenus tels que Google. Face à une telle situation, les grands groupes comme Hachette/Lagardère, Havas/Vivendi, Hersant France Antilles et Le Monde ont dû se spécialiser, se recomposer par des activités d’achat et de vente incessantes et conforter leurs appuis avec de grandes banques françaises, de grands groupes industriels ou des fonds de pension. L’auteure termine son chapitre en mentionnant que « les ressources que procurent les industriels, les financiers et les mécènes sont précaires et ne durent qu’autant que leurs dispensateurs disposent de fonds et que les médias servent leurs intérêts ou leurs idéaux » (p. 86).

7La contribution de Laville se situe dans le prolongement de celle de Toussaint-Desmoulins, en prenant l’exemple du quotidien Libération pour illustrer la tentation de renouveler la maquette, la refonte des rubriques ou la valorisation de l’information en images. C’est à partir d’une analyse diachronique de contenus que l’auteure a étudié la régularité de sept variables : le format du quotidien, le volume rédactionnel, le volume iconographique, le volume consacré à l’autopromotion et le volume consacré aux annonces, à la publicité et au rubricage. Laville, pour sa part, montre que les rubriques et le contenu sont réorganisés au fil des années : 

La première partie du quotidien est consacrée à l’actualité générale et politique, nationale, internationale et générale et la seconde associe le débat d’idées et les thématiques moins chaudes telles que la culture, le sport mais aussi de nouvelles thématiques telles que «terre» élargissant ainsi la notion d’information (p. 97).

8Il montre également une forte tendance à la réduction de la surface rédactionnelle du quotidien au profit d’une augmentation de l’iconographie participant ainsi à la diversification des contenus qui évoluent vers une information plus people et vers des prolongements de l’information prenant la forme de cahiers (thématiques ou rubricaux), de suppléments généralistes ou de nouvelles rubriques.

9La troisième partie de l’ouvrage réunit trois chapitres écrits par Françoise Laugée et qui s’inscrivent dans une chronologie portant sur une période de vingt ans (1990-2010).

10La première contribution porte sur la reconfiguration de l’accès à l’information au milieu des années 1990, période charnière au cours de laquelle les éditeurs de journaux envisagent le Web avec prudence, craignant une baisse de vente des imprimés. D’abord sous forme de duplicata de la version imprimée (les sites vitrines sont des copies conformes de la version papier), les journaux vont rapidement (vers 2000) miser sur la convergence du numérique et de l’imprimé avec des contenus originaux pour devenir peu à peu de véritables sites d’information multimédia. La question de l’accès (gratuit ou payant) à l’information apparaît dès lors que les ventes déclinent et que l’accès en ligne gratuit financé par la publicité n’est pas rentable « bien qu’il y ait eu une large augmentation de l’investissement publicitaire entre 2003 et 2004 passant de 470 millions à 844 millions d’euros » (p. 117). Le Monde en 2002 proposera une édition spécifique payante. Depuis les années 2000, le Web 2.0, dit participatif, favorise les contributions de lecteurs, l’élargissement de l’audience et un meilleur ciblage en multipliant des offres de contenu thématique (liste de diffusion et flux RSS) et les blogues. Cette reconfiguration attire ainsi les nouveaux acteurs concurrents que sont les portails (fournisseurs d’accès Orange, Free, MSN...), les agrégateurs (Yahoo, Google, Facebook, YouTube...) et les pure players (Bakchich, Rue89, Médiapart et plus récemment Atlantico, Newsring et le Huffington Post).

11Le deuxième chapitre aborde les nouveaux outils journalistiques développés à la suite de la mutation des rédactions vers le Net. En effet, les rédactions papier et les rédactions Web sont d’abord incitées à travailler ensemble, puis sont peu à peu mutualisées dans les années 2000 au point d’adopter une stratégie dite bimédias (imprimé et Web) pour la plupart des journaux ; la maîtrise informatique imposée aux journalistes ayant considérablement modifié les conditions d’exercice de leur travail de collecte, d’expertise et de rédaction des nouvelles, les outils numériques tels que les liens hypertextes et la recherche par mots clés ont imposé à la presse une nouvelle temporalité bouleversant l’agenda de l’information. De nouvelles pratiques journalistiques et compétences techniques sont apparues : la vérification en temps réel des informations (fact checking) consistant « à soumettre la parole des politiques à une contre-enquête », le journalisme de données consistant « à collecter d’importantes masses de données et à les traiter afin d’en extraire une analyse censée être pertinente » et l’écriture multimédia consistant « à prendre appui sur les blogs pour raconter et décrire l’actualité autrement » (p. 147-149). L’auteure achève son chapitre dans une perspective futuriste en abordant le développement de robots capables de rédiger automatiquement des articles ou de réaliser un mini-journal télévisé (par exemple, l’Infolab à l’Université de Northwestern aux États-Unis) ainsi que l’utilisation de drones comme moyens facilitant le reportage.
Le dernier chapitre de cette troisième partie traite des modes contemporains de diffusion, notamment les outils de promotion efficaces que constitue le passage obligé pour capter l’audience sur Internet et l’effet important des « recommandations » (Facebook et Twitter) qui « jonglent avec le temps réel et la mise en relation donnant la priorité au flux sur le contenu » (p. 155). L’auteur poursuit en traitant du développement des équipements nomades (téléphone intelligent et tablette) qui, en même temps qu’ils simplifient l’accès à Internet, procurent un grand confort de lecture en ligne : « Comme l’édition imprimée fut un temps transférée à l’identique sur le web, les éditeurs transposent leur site web sur les Smartphones, lesquels deviennent un support majeur de contenu » (p. 166). Le contenu s’adapte toutefois (photos carrées, articles plus courts) et se modernise encore avec l’ajout de codes 2D donnant accès à un supplément d’information et de géolocalisation facilitant l’envoi de messages promotionnels cibles en fonction de l’endroit où se trouve le mobinaute.

12L’auteure conclut sa contribution, mais également l’ouvrage, sur le constat que la presse est désormais construite avec le Web et constitutivement dépendante d’Internet avec une conséquence importante : la perte de l’autonomie, de l’indépendance pour les entreprises de presse et pour les journalistes remettant en cause leur modèle économique originel.

Les journalistes ont beau continuer à faire leur travail dans le respect des règles de leur profession, les paramètres qui déterminent désormais l’accès à leur « production » leur échappent. La toile est désormais gouvernée par les algorithmes des grands groupes internet au premier rang desquels Google et Facebook qui régulent la diffusion de l’information selon leurs propres logiques et intérêts (p. 168).

13Dès les premières lignes de l’ouvrage, il est précisé qu’il s’agit d’une livraison des premiers résultats de travaux actuels d’une vaste recherche retraçant l’histoire des journalistes en France et l’environnement dans lequel ils évoluent sur une période de 20 ans. Nous pouvons dire que l’ouvrage a atteint ses objectifs en présentant les résultats d’une manière claire et scientifiquement pertinente ; ceux-ci sont étayés par des dispositifs didactiques (encadrés approfondissant un aspect du texte, annexes portant sur des données quantitatives et qualitatives très documentées, chronologies...).

14Les données quantitatives sont si riches qu’elles ne transparaissent malheureusement que partiellement dans ce compte rendu, ce qui oblige le lecteur à parcourir cet ouvrage passionnant et très stimulant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Pugnière-Saavedra, « Christine LETEINTURIER (dir.) (2014), Les journalistes français et leur environnement : 1990-2012. Le cas de la presse d’information générale et politique », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/5966

Haut de page

Auteur

Frédéric Pugnière-Saavedra

Frédéric Pugnière-Saavedra est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et membre du Laboratoire Plurilinguismes, Représentations, Expressions Francophones, information, communication, sociolinguistique (PREFics), Université Bretagne-Sud/Université Rennes 2. Courriel : frederic.pugniere-saavedra@univ-ubs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org