Navigation – Plan du site
Lectures

Danielle LONDEI, Sophie MOIRAND, Sandrine REBOUL-TOURÉ et Licia REGGIANI (dir.) (2013), Dire l’événement. Langage, mémoire, société

Paris, Presses Sorbonne Nouvelle
Clément Puget
Référence(s) :

Danielle LONDEI, Sophie MOIRAND, Sandrine REBOUL-TOURÉ et Licia REGGIANI (dir.) (2013), Dire l’événement. Langage, mémoire, société, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle

Texte intégral

1« Dire l’événement, est-ce possible ? » s’interrogeaient Gad Soussana, Alexis Nouss et Jacques Derrida en 1997, à l’occasion d’un séminaire à Montréal. En s’appuyant sur les fondements du no 38 de la revue Terrain (2002) — « Qu’est-ce qu’un événement ? » —, les auteurs dirigeant le présent ouvrage ont situé leur étude dans le vaste champ des travaux relatifs à l’événement et à sa renaissance dans les sciences humaines et sociales, pour reprendre le mot de l’historien François Dosse (2010).

2Les cinq chapitres qui structurent l’ouvrage poursuivent le travail en cours sur la notion d’événement, l’interrogeant du point de vue linguistique et sémiologique (chapitres 4 et 5), tout en l’abordant dans « l’espace social » (chapitre 1) pour y analyser sa représentation médiatique (chapitre 2) et son rapport à la mémoire et à l’oubli (chapitre 3). Le fil rouge de cet ouvrage est constitué par l’événement « saisi par la communication » — l’événement-objet — et par ce qui relève de sa mise en mots et en images, de sa mise en récit dans diverses constructions discursives et temporalités. La transdisciplinarité revendiquée par ce travail fait également voyager le lecteur de la philosophie à l’histoire, en passant par les sciences de l’information et de la communication, au confluent de supports (virtuels) aussi éloignés que ceux du Petit Robert, d’un film documentaire ou encore de Twitter. Constitué d’un « index des notions » et de « références bibliographiques » abondantes, Dire l’événement traduit la volonté du quatuor qui l’a dirigé de s’adresser à un public étudiant, mais également à la communauté scientifique des humanités pour revenir sur les multiples sens de l’événement et se rendre compte, en paraphrasant Louis Quéré (2006), que « la compréhension de l’événement se mue en une compréhension selon l’événement ».

  • 1 On notera que les universités de Bologne-Forli et Sorbonne Nouvelle – Paris 3 sont à l’origine de l (...)

3« L’événement dans l’espace social » constitue le premier des cinq chapitres. Il rassemble plusieurs articles de chercheurs français et internationaux1. Ces derniers abordent le problème de l’analyse des discours sociaux, qui a cela de complexe qu’elle croise nécessairement sphères privée et publique, posant des problèmes méthodologiques complexes liés au recueil des données, mais également à leur interprétation. Il en va ainsi de « l’Affaire d’un tweet », ou encore du carnaval de rues de Montpellier, voire de l’appel d’urgences même, ou encore de l’inauguration du Centre Pompidou de Metz — événement politique et discursif. Avec « Les médias et la représentation de l’événement » (chapitre 2), le discours télévisuel et la presse écrite sont interrogés, comme ailleurs dans l’ouvrage, en tant que lieux de cristallisation de la lecture officielle des faits — grippe aviaire et grippe A (H1N1), interdiction du port du voile intégral, question des Roms… —, mais également en tant qu’espaces discursifs représentant l’événement. Comme l’écrit Francesca Cabasino, ce qui fait « événement » ici, c’est la scène médiatique comme lieu de confrontation d’interlocuteurs et d’idées pensées dans un processus de persuasion du public.

4Une fois repéré dans l’espace social, mis à l’épreuve des constructions médiatiques informationnelles, l’événement rejoint, dans le troisième chapitre, l’histoire, la mémoire et l’oubli — référence à Paul Ricœur bien sûr, mais pas seulement. Piochant dans les heures sombres de l’histoire, Thomas Bouchet traite de la nuit du 1er au 2 décembre 1851 — celle du coup d’État fomenté par Louis Napoléon Bonaparte et les conjurés. Son objet d’analyse, particulièrement original, est le silence de l’événement, qui constitue à la fois son expression même et la limite/l’enjeu de sa représentation. De l’événement mort-né, on passe à la médiatisation exceptionnelle de l’histoire en train de s’écrire, au point de faire du procès Eichmann un événement, presque en dehors de ce qui y est évoqué. La perspective adoptée par Elio Ballardini fait voir que dans la série des « procès-événements », dont l’ampleur tient peut-être autant à l’énormité des crimes jugés qu’à la médiatisation tentaculaire dont ils font l’objet, le procès Eichmann est l’acte inaugural — au-delà de Nuremberg — de fondation d’une part de l’identité juive d’Israël. En cela, le procès est lui-même l’événement qui permet tout à la fois la compréhension de l’histoire, mais également la prise de conscience que l’histoire n’est qu’énoncé, notamment multilinguistique dans le cas d’Eichmann. Qui dit « émergence » et « transmission » d’une mémoire (en devenir) pense également, du côté de l’éducation, à l’enseignement de l’histoire. Ce qu’Émilie Lumière mentionne dans son texte sur les différentes phases d’écriture et de réécriture de l’histoire espagnole — celle du premier franquisme — en dit long sur la survivance des images mythifiées puis démythifiées. Le seul article de l’ouvrage consacré à un récit filmique documentaire, Sao Carlos/1968, et à ses images en mouvement s’affirme comme la preuve tangible d’une écriture (cinématographique) qui ne serait guère une représentation, mais bien une entreprise discursive qui produit un passé. « Du nom d’événement au non-événement » (chapitre 4), Denis Barbet s’interroge sur la récurrence du nom de Grenelle alors qu’Eduardo Guimaraes expose la diversité sémiologique du mot histoire et Fred Hailon observe l’événement comme une construction de l’action sociale par les discours. Analysant « la figure du voyou » à Villiers-le-Bel par le prisme d’un corpus d’articles de presse, l’auteur indique que le traitement médiatique de l’événement a contribué à renforcer l’argumentaire du parti du Front national, devenu événement. « La langue et l’événement » conclut cet ouvrage, dense et stimulant, par des études d’inspiration linguistique relatives à la tension entre « signifié de la phrase et image de l’événement ».

5Les approches diverses contenues dans ce travail constituent des orientations possibles que le lecteur, désireux de comprendre l’événement, empruntera le cas échéant. Parce que dire c’est faire l’événement, le langage, la mémoire et la société sont autant de pistes de réflexion possibles sur l’appréhension de la matière événementielle. Riche, l’ouvrage nous incite à repenser nos cadres de référence et grilles d’analyse au profit d’une théorie de l’événement.

Haut de page

Bibliographie

DERRIDA, Jacques, Alexis NOUSS et Gad SOUSSANA (dir.) (2001), Dire l’événement, est-ce possible ?, Paris, L’Harmattan.

DOSSE, François (2010), Renaissance de l’événement, Paris, Presses universitaires de France.

QUÉRÉ, Louis (2006) « Entre fait et sens, la dualité de l’événement », Réseaux, 5(139) : 183-218.

Haut de page

Notes

1 On notera que les universités de Bologne-Forli et Sorbonne Nouvelle – Paris 3 sont à l’origine de l’édition d’un tel volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Puget, « Danielle LONDEI, Sophie MOIRAND, Sandrine REBOUL-TOURÉ et Licia REGGIANI (dir.) (2013), Dire l’événement. Langage, mémoire, société », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/5968

Haut de page

Auteur

Clément Puget

Clément Puget est maître de conférence et membre du Laboratoire CLARE-Artes EA 4593, de l’Université Bordeaux Montaigne. Courriel : clement.puget@u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org