Navigation – Plan du site
Lectures

Danielle LONDEI, Sophie MOIRAND, Sandrine REBOUL-TOURÉ et Licia REGGIANI (dir.) (2013), Dire l’événement. Langage, mémoire, société

Paris, Presses Sorbonne Nouvelle
Claudia Torres Castillo
Référence(s) :

Danielle LONDEI, Sophie MOIRAND, Sandrine REBOUL-TOURÉ et Licia REGGIANI (dir.) (2013), Dire l’événement. Langage, mémoire, société, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle

Texte intégral

1La lecture nous permet de parcourir diverses manières d’approcher l’analyse et l’interprétation ou les interprétations d’un événement. Ce livre a un caractère transversal et transdisciplinaire qui aide à comprendre comment un événement se construit dans différents domaines. Celui-ci est présenté à partir de faits auxquels des acteurs de sociétés contemporaines participent. Ce livre nous permet d’explorer différents chemins de pensée et façons de concevoir et d’aborder un événement.

2De ce fait, l’événement prend des formes presque opposées entre linguistes et historiens. Le livre nous amène dans un voyage au fil du temps et suit un parcours bien articulé entre ces deux domaines. L’événement vu par des linguistes « a une signification plus technique : le verbe dénote un événement, que l’on peut énoncer avec des approches particulières » (p. 12), du genre analyse du discours, analyse sémiotique et sémiologique, ou bien d’une analyse du corpus, tandis que pour les historiens, l’événement est une « trace significative ».

3Dire l’événement. Langage, mémoire, société mobilise des connaissances de l’histoire, des sciences sociales, des sciences de l’information et de la philosophie pour expliquer le sens social, mais aussi le sens des événements.

4En effet, la notion d’événement est étudiée à l’aide de concepts dissemblables et de méthodes considérées comme adéquates pour chaque domaine. Or, la compréhension de la notion d’événement à travers la lecture de ce livre nous permet de découvrir le « caractère humain » de l’événement, le ressenti, et l’expérience chez ceux qui l’ont vécu qui découle des diverses façons d’interpréter. Cela nous donne aussi la possibilité de trouver le fil conducteur que les contributeurs de cet ouvrage ont utilisé. Cet ouvrage a réussi le défi qui consistait à réunir des acteurs de nombreux domaines pour Dire l’événement. Langage, mémoire, société. Les auteurs nous livrent cette diversité d’interprétations dans cinq parties :

  1. L’événement dans l’espace social : l’interprétation de l’événement à partir de corpus trouvés sur les réseaux sociaux, sous les yeux de responsables d’enregistrements de caméras de surveillance ou dans des interactions téléphoniques. On y apprécie l’importance accordée à l’interprétation de celui ou celle qui écoute et qui raconte afin d'éviter toutes idées préconçues à son sujet. Il serait correct d’éviter de se faire des idées formatées de références et de personnes. On constate la préoccupation relative à la participation de l’individu à la construction de l’événement. « Nous appréhendons un événement en tant qu’il nous affecte et nous concerne et en fonction des réactions qu’il suscite en nous (Quéré, 1994 : 18) » (p. 72).

  2. Les médias et la représentation de l’événement : pour reconnaître le rôle des médias et de la mise en scène médiatique dans la construction de l’événement. Deux possibilités nous y sont proposées : d’une part, le pouvoir des mots dans un discours du pouvoir, celui qui cherche à influencer, d’autre part, l’usage des corpus pour effectuer des analyses du discours sémantiques (analyse du choix des mots) ou une analyse sémiologique (analyse de symboles). L’exemple de la grippe en France (p. 123-136) mis en contraste avec le cas de la grippe A (H1N1) (p. 137-149) nous permet de réfléchir à notre tour sur le pouvoir des mots utilisés dans les médias. En même temps, dans ce chapitre, sont également remises en cause la pertinence et l’efficacité de ces diverses analyses du discours.

  3. L’histoire, entre l’oubli et mémoire : l’événement peut renvoyer au même fait du passé ; par contre, la multiplicité des significations et des interpellations qui en découlent nous fait apprécier par exemple le travail exceptionnel des interprètes en langues étrangères. Il ne s’agit pas seulement de « passeurs de langue » ou de « témoins privilégiés de l’histoire ». Car c’est grâce aux interprètes et traducteurs qui ont participé au procès Eichmann à Jérusalem que la construction de l’événement a été possible en 1949. Eni Puccinnelli Orlandi, spécialiste de l’analyse du discours, considère que « la mémoire n’est pas faite d’oublis mais également de sens de non-dits, de sens à ne pas dire, de silences et de mises sous silence » (p. 191).

  4. Du nom d’événement au non-événement : la préoccupation pour distinguer un événement de ce qui ne l’est pas semble évidente ; Fred Hailon propose de définir l’évènement comme « une construction de l’action sociale par le discours » (p. 253). D’après lui, « il s’agit d’aborder l’action sociale de l’événement dans son rapport à l’altérité et dans sa temporalité qui marque une histoire dans la production des discours. Inscrit dans un continuum sémantique identitaire ». Pour cet auteur, « l’argumentation contribue à l’effort consenti par les acteurs sociaux pour donner du sens au monde qui les entoure, et pour s’adosser au passé, connu et jugé, afin de projeter dans un avenir incertain ». L’événement doit « être étudié dans son contexte, mis en perspective au regard de ses points d’appui socio-historiques, et suivi dans toutes ses transformations discursives » (p. 283).

  5. La langue et l’événement : Michel Charolles et Béatrice Lamiroy analysent les mots fait et événement, même si actuellement les médias et les locuteurs les utilisent sans pour autant les différencier. Ces auteurs affirment qu’entre les deux noms (fait et événement), il ne s’agit pas de « simples nuances sémantiques » (p. 307). Leur analyse montre que l’événement « permet d’appréhender les situations comme des sortes d’entités singulières qui se différencient des autres » (ibidem). Pour imposer l’évènement à travers la langue, « le meilleur moyen semble être de raconter l’évènement et de le ré-raconter en insistant sur les conséquences qui en découlent ou peuvent en découler » (ibidem) tandis qu’un fait « a un sens plus abstrait », le fait « catégorise la situation à laquelle il fait allusion », les faits « sont tous vrais ». Pour mettre en valeur un fait, « il faut l’étayer, apporter des preuves qu’il a bien eu lieu ». Avec ces précisions, le lecteur a des pistes pour mieux définir le genre de discours.

5L’événement est « un objet de connaissance et un objet de recherche » pour les sciences humaines et sociales. Mais surtout, l’événement est « un lieu de réflexion de penseurs venant de tous horizons » (p. 11), et la lecture de cet ouvrage nous invite à explorer davantage les diverses possibilités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Torres Castillo, « Danielle LONDEI, Sophie MOIRAND, Sandrine REBOUL-TOURÉ et Licia REGGIANI (dir.) (2013), Dire l’événement. Langage, mémoire, société », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/5974

Haut de page

Auteur

Claudia Torres Castillo

Claudia Torres Castillo est doctorante et membre de l’équipe Plurilinguisme, représentations, expressions francophones information, communication, sociolinguistique (EA 4246 PREFics-DYNADIV), Université François-Rabelais de Tours. Courriel : klas6805@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org