Navigation – Plan du site
Articles

Les publics d’une stratégie

Captation de l’attention et dispositif de participation au sein du groupe Québecor
Arnaud Anciaux

Résumés

Le développement du numérique et d’internet a accentué les faiblesses structurelles de l’économie du journalisme et augmenté les concurrences autour de l’attention des publics. À partir d’une analyse de discours fondée à la fois sur les positions institutionnelles et officielles du groupe de médias et de communication canadien Québecor, et à partir des entretiens réalisés en 2011 et 2012 avec des personnes travaillant dans le groupe, l’auteur cherche à comprendre comment ce groupe médiatique et les acteurs qui le composent appréhendent leur public comme un ensemble de consommateurs.

Haut de page

Texte intégral

1Le développement du numérique et d’internet a accentué les faiblesses structurelles de l’économie du journalisme. Il a augmenté les concurrences autour de l’attention des consommateurs, ces derniers étant au cœur du financement direct (abonnements, achats unitaires) ou indirect (principalement par l’intermédiaire des revenus publicitaires) de la production journalistique (Sonnac, 2009). Les préoccupations de financement sont au centre d’un mouvement qui favorise depuis quelques années une injonction à la rentabilité exacerbée, une pression économique sur le journalisme et les différents acteurs qui concourent à la production journalistique. Cette évolution est décrite par le concept de régime d’hyperconcurrence (Bonville et Charron, 2004) désignant, pour un marché donné, l’accélération de la compétition entre les acteurs pour l’accès à différentes ressources, et notamment aux consommateurs : « […] les pressions exercées sur le journaliste pour qu’il contribue aux objectifs commerciaux de l’entreprise deviennent plus présentes, voire omniprésentes, celui-ci conçoit que l’attention du public est devenue un enjeu professionnel hors duquel point de salut » (Bonville et Charron, 2004 : 299). La quête renouvelée — et potentiellement empreinte de contradictions — d’une audience monétisée est l’une des principales dynamiques de ce régime. La dépendance à l’égard des consommateurs, qu’il s’agisse d’en tirer des revenus directs ou indirects, peut ainsi apparaître comme « une conséquence directe du régime d’hyperconcurrence que l’économie de l’innovation promeut et célèbre » (Demers, 2012 : 10).

2Aussi l’objectif poursuivi par le présent article n’est-il pas d’interroger comment le public agit, interprète et donne un sens à l’information produite, mais bien de comprendre comment les groupes médiatiques et les acteurs qui les composent appréhendent ce public comme un ensemble de consommateurs. Comment cette logique accompagne-t-elle un redéploiement des groupes afin que ceux-ci organisent en leur sein ce régime d’hyperconcurrence ? Pour ce faire, l’exemple du Québec, province du Canada connaissant un degré de concentration du marché médiatique très important, permet de voir et d’étudier certains processus à l’œuvre, et notamment l’intégration de certaines logiques économiques dans les structures, pratiques et discours. La dynamique étudiée ici repose entre autres sur une problématique centrale : comment sont imaginés — à nouveau — les liens entre le public/audience (Dayan, 2000) et les médias journalistiques déployant leurs activités sur internet ? Il est possible de montrer l’existence d’une certaine tension entre la volonté de maximiser les audiences dans le cadre de cette hyperconcurrence et la recherche d’un rapport renouvelé avec le public. Cette problématique est au cœur d’une redéfinition de la notion de public telle qu’elle est conçue et imaginée au sein des organisations médiatiques.

3Afin d’aborder ces questions, la première partie s’intéresse à la littérature scientifique portant sur le concept et les acceptions du public, tout en se concentrant sur — et discutant — les notions qui sont plus particulièrement appropriées dans la présente étude. La deuxième partie précise ensuite le cadre de l’analyse, en s’attachant aux ancrages théorique et méthodologique retenus ainsi qu’en présentant le contexte de l’étude empirique. Celle-ci constitue la troisième partie, présentant l’analyse du cas étudié et les résultats qui en sont tirés.

La notion de public aux prises avec les stratégies des entreprises médiatiques

4Au-delà de l’idée qu’un ou des publics peuvent exister dans le cadre d’une production, notamment culturelle ou médiatique, la notion de public demeure fortement marquée dans la littérature par des hésitations et des difficultés à la définir et à la circonscrire. Fixer la notion de public à une acception particulière semble pouvoir indiquer les concepts, les ancrages théoriques des auteurs. Ces derniers peuvent par exemple mettre en avant dans cette notion la subordination du public à l’objet visé, entouré, reçu, ou au contraire mettre en avant l’autonomie du public, ses vagabondages d’un objet à l’autre. Cette notion rencontre les conceptions particulières et historiquement construites du public autour du journalisme et des médias. Elle se voit très rapidement tiraillée entre des préoccupations normatives, politiques, et bientôt économiques ; existe-t-il alors « des publics » ?

[…] le public est une notion mort-née. L’emploi du pluriel par les sociologues n’est pas qu’affaire de commodité. Il révèle un malaise profond. La pensée du public part d’une définition politique qui obéit à un idéal, et, comme toute définition de ce type, aucune enquête sociologique ou historique ne peut la corroborer pleinement (Bourdon, 2004 : 15).

5Les enquêtes sur la réception se voient obligées de restaurer le public, et se retrouvent ainsi face à de véritables artefacts (Chaniac, 2003). Certains auteurs ont également pu mettre en avant ce risque amplifié dès lors que l’on considérait un lien trop direct, presque essentiel, entre un objet et son public : « Un public ? D’abord une sociation qui n’est pas donnée d’avance, qui ne se définit pas à travers l’objet autour duquel elle se constitue. […] ce ne sont pas les livres qui suscitent les lecteurs ni les équipes sportives qui font naître les spectateurs » (Sorlin, 1992 : 93).

6Ces difficultés à définir le public permettent de soulever des interrogations d’ordres différents, que l’on retrouve tout particulièrement autour du journalisme. Au singulier comme au pluriel, le public n’apparaît pas réductible à certaines caractéristiques ou à certains éléments communs, sauf à se limiter à une somme d’individus qui ont une action de réception à l’égard d’un support donné. Dans ce dernier cas, le dénombrement donne lieu à des études d’audiences, plus ou moins approfondies et maîtrisées par les différents acteurs, et permet certaines mesures ; il n’autorise néanmoins pas a posteriori à définir le public. Ainsi, on ne retrouve pas cette « démarche liminaire, minimale et absolument essentielle, s’accorder sur une définition de l’entité <public> » (Ruellan, 2011 : 200). Malgré cette nécessité souvent rappelée, le public n’en demeure pas moins à la fois perçu comme enjeu et échappant à une saisie ainsi qu’à une définition.

7Nombre de chercheurs s’interrogent alors sur les représentations et les tentatives de compréhension par les acteurs de la notion de public. Celui-ci peut être ainsi à la fois imaginé et renié, ou à l’inverse autonomisé (Le Grignou, 2003 : 13-23). Pour les différents acteurs du journalisme et des médias, il est imaginé mais, surtout, demeure introuvable (Trédan, 2012 : 199). Il se voit néanmoins — et bien malgré lui — intégré dans une série de représentations et de discours. Ainsi, c’est avant tout dans les mobilisations qui sont faites de lui que le public apparaît présent. Peu importe son évanescence, ses singularités, et surtout son silence apparent, il est fréquemment convoqué par divers acteurs, au soutien de leurs prises de position sur le journalisme, par exemple dans la réflexion sur la déontologie à compter des années 1990 (Ruellan, 2011 : 201).

8Dans ce contexte d’interrogations et de convocations autour du public, deux questions peuvent être approfondies à partir de la littérature existante, et sur lesquelles portera l’analyse ultérieure dans le présent article. Tout d’abord, autour des médias, la mesure et la recherche des audiences ont acquis une importance forte. Ensuite, dans le cadre du numérique, la volonté de faire participer les internautes s’est développée comme un enjeu important.

Le public entre représentations professionnelles et constructions statistiques

9Un certain nombre de dispositifs de médiation (courrier des lecteurs, ombudsmen et médiateurs, etc.) ont été mis en place au sein de nombreux supports médiatiques, censés permettre aux cadres et aux travailleurs de l’information de mieux connaître leurs récepteurs (Ruellan, 2011 : 205-207) et notamment les attentes qu’ils peuvent avoir à l’égard des supports. Ils sont alors souvent la création des dirigeants des organisations médiatiques voulant « mieux prendre en compte la parole du public au cœur de la tourmente des relations citoyens-médias » (Pépin, 2008 : 18), en renouvelant la relation de proximité, notamment dans la presse régionale et locale (Amar, 2008). Néanmoins, les prises de parole de membres du public ainsi engendrées demeurent relativement peu nombreuses, et sont souvent disqualifiées comme étant peu représentatives, notamment par le groupe professionnel des journalistes (Degand, 2012 : 344-345), et ce, en dépit de l’absence de connaissances sur le public dans sa globalité et sa complexité. Le public visible devrait alors correspondre au public imaginé pour être considéré comme représentatif du public réel. Cette notion apparaît ainsi comme floue, mais également instrumentale, permettant de cristalliser des représentations dirigées vers certains intérêts — qu’il s’agisse par exemple de ceux des directions des entreprises médiatiques (pouvant mettre en avant une audience et un ensemble de consommateurs à servir) ou de ceux du groupe professionnel des journalistes et de ses représentants (pouvant mettre en avant les citoyens et les participants de l’espace public).

10Plus qu’une connaissance, c’est une construction du public qui est mise en œuvre, selon Valérie Cavelier-Croissant, et qui « relève pour une grande part de la culture professionnelle [;] [le public] est le fruit d’une démarche intuitive, d’une acquisition et d’une assimilation d’expérience dans le cadre de l’apprentissage et de l’exercice du métier » (2001 : 160). Ce public imaginé par les acteurs du journalisme retrouve les traits d’un destinataire qui correspond au message produit. Mais cette adéquation — entre public imaginé (par les professionnels), public visible (par ses prises de parole) et public présent (par ses usages ou consommations des supports) — peut autant paraître forte dans l’idéal professionnel qu’elle peut devenir fragile lorsqu’elle est confrontée aux volontés des cadres de la production journalistique et des dirigeants des médias. Ceux-ci ont progressivement développé des propositions stratégiques internes visant à redéfinir les attentes du public, et donc les messages qui doivent être produits (Demers, 2012 : 17). Dans cette perspective, ce sont surtout les énoncés audimétriques qui vont permettre de déplacer la production et, en filigrane, de redessiner les organisations.

11Les constructions du public par le groupe professionnel des journalistes peuvent permettre de mobiliser certains idéaux et de justifier certaines pratiques. Il en est ainsi de la nécessité de s’adresser à un public de citoyens, bénéficiant d’un droit proclamé à l’information. La nécessité d’un public présent auquel se destine le journalisme — et surtout les supports médiatiques — peut se retrouver dans les représentations sociales des travailleurs de l’information, parmi d’autres revendications et justifications du groupe professionnel. À cette abstraction s’oppose — avec force — l’effet de réel des statistiques et des analyses d’audience.

  • 1 Voir notamment, pour les évolutions dans les types d’enquêtes et les différents médias imprimés con (...)

12Les groupes médiatiques ont développé, en interne ou avec l’aide d’intervenants extérieurs, la volonté de connaître précisément le nombre de personnes entrant en contact avec leurs supports et plateformes. D’abord, il s’agissait principalement de compter le nombre d’exemplaires dans le but, notamment, de fournir aux annonceurs une mesure des consommateurs qu’ils pouvaient toucher, malgré une certaine réticence initiale de la part des éditeurs de journaux : « Concéder l’occupation d’une partie des espaces de publication à la propagande commerciale ne les obligeait en rien, selon les journaux, à divulguer, ou pire à faire certifier, l’étendue de l’audience » (Pradié, 2004 : 126). Et ce, jusqu’à la mise en place de l’Audit Bureau of Circulations (ABC) en 1914 aux États-Unis et au Canada, géré par des représentants des journaux ainsi que des annonceurs. À une simple quantification succède progressivement une connaissance de plus en plus fine du lectorat et de ses habitudes, à l’aide de sondages1. Ces mesures sont ainsi marquées par un ou plusieurs acteurs centraux, notamment pour la justification du tirage et une multiplication progressive de propositions (visant à connaître les consommations), concurrentes ou spécialisées (Fraisse, 2003). Ainsi, au Québec, deux organismes sont utilisés pour la justification du tirage (l’ABC ou le CCAB, Canadian Circulation Audit Board), selon les groupes éditeurs, tandis que certaines agences peuvent s’intéresser au lectorat de manière commune aux différents médias, comme l’enquête téléphonique de NADBank, agence créée en 1984 (Centre d’études sur les médias, 2012).

  • 2 Elle connaît ainsi une structuration propre, avec de grands acteurs présents à l’international (not (...)

13Cette préoccupation s’est notamment accélérée avec le développement des médias audiovisuels qui, contrairement à la presse écrite ou au cinéma, ne disposent a priori d’aucun élément directement quantifiable (tels les exemplaires vendus d’un journal ou le nombre de billets), à l’exception des récepteurs (poste de télévision, de radio, etc.) vendus dans le commerce. Cette mesure paraît largement insuffisante, surtout à compter du développement de chaînes et de stations concurrentes, qui « font justement commerce de leur public » (Méadel, 2010 : 21) au moyen des revenus publicitaires. Ainsi, aux côtés des réflexions sur la réception et la constitution de l’espace public, une vision commerciale et quantitative du public, appelé alors audience, se développe. Brigitte Le Grignou (2003 : 3) y voit la réflexion directe d’un enjeu professionnel. De nombreuses études sont alors réalisées, principalement autour de l’audiovisuel, et coïncident avec de fortes évolutions dans le champ professionnel et commercial. Leur renforcement progressif est ainsi à la fois un outil pour les acteurs, médias et annonceurs, et une participation à l’accentuation de la concurrence, ce qui fait de ces données un objet stratégique et si possible confidentiel. Vérification et connaissance de l’audience des médias deviennent un marché et une industrie à part entière, évoluant entre annonceurs, producteurs et éditeurs de contenus2.

14Les données d’audience sont alors le résultat de mécanismes sociotechniques qui se veulent marqués d’une certaine neutralité (Bourdon et Méadel, 2011), en étant construites au travers d’institutions mises en place par différents acteurs (éditeurs de chaînes, annonceurs, publicitaires, etc.). Ces institutions établissent et organisent de nombreuses conventions, établies principalement autour de questionnements techniques (comment mesure-t-on précisément ? Quels sont les biais et comment les corriger ?), et suivant les dispositifs de mesure utilisés. Les auteurs précités rappellent que des critiques ont également émergé, selon lesquelles ces dispositifs ne sont qu’empreints de scientificité ou que les résultats ne sont qu’une représentation « comptable » du public, un dénombrement faisant fi de l’hétérogénéité des pratiques de réception. Néanmoins, l’effet de réel de ces constructions statistiques se fait très clairement sentir au sein des organisations médiatiques. La volonté poussée ou prolongée par les directions d’un dénombrement d’une audience (quel qu’en soit le degré de précision) vient rencontrer l’un des idéaux professionnels mentionnés plus haut, l’adresse des journalistes à un public de citoyens.

Ce qui se présente au départ comme un simple instrument de connaissance, disponible et susceptible de faciliter l’activité professionnelle ou de lui donner plus d’efficacité, devient une « machine de guerre » qui redéfinit à la fois les missions et les pouvoirs de chacun à l’intérieur de l’entreprise de presse (Delforce, 1994 : 46).

15À l’instar de l’audiovisuel, la spécialisation et la précision accrue des analyses dans la presse écrite vont permettre de connaître plus précisément les réactions et les attentes de l’audience de supports médiatiques et de titres particuliers (là où les premières portaient, avant les années 1970‑1980, sur l’audience globale d’un type de média). Elles permettent d’accompagner de possibles changements, d’abord limités, puis d’ampleur grandissante, dans la présentation formelle, la structure et les contenus proposés (Delforce, 1994 ; Pradié, 2004). Deux mouvements ont alors lieu en concomitance : les études de lectorat deviennent études de marché et se développent avec la fonction marketing au sein et autour des entreprises médiatiques (notamment avec une grande force dans la presse magazine) ; la gestion et les résultats de ces études sont de circulation restreinte et échappent au regard des rédactions. Ainsi,

[…] la tendance à l’asymétrie des visions des publics, floue dans les salles de rédaction, assise sur des enquêtes plus rigoureuses dans les services gestionnaires, produit désormais des effets bien plus contraignants pour les journalistes qu’une confrontation froide à la sociologie de leurs audiences (Neveu, 2009 : 61).

16Dès lors qu’est mieux assurée la prégnance, voire la légitimité de ces statistiques d’audience, un partage de l’ensemble ou d’une partie de celles-ci par les directions peut par la suite être à même d’en assurer une plus grande efficacité dans l’orientation de la fonction de production au sein des organisations. Cette dynamique rencontre alors la comparaison entre les différents médias, déjà très répandue mais fondée sur des données souvent sommaires, et réalisée par les différents acteurs du journalisme.

17La connaissance et — dans une certaine mesure — la maîtrise d’un savoir sur l’audience peuvent, au sein des groupes observés, contribuer à certaines transformations dans la fonction productive. Au sein d’un processus hyperconcurrentiel, elles donnent un pouvoir particulier aux directions managériales souhaitant accroître quantitativement le public de leurs titres, notamment pour modifier les contenus produits. Néanmoins, cet appui peut aussi se retrouver dans les transformations organisationnelles des groupes, particulièrement dans le contexte numérique. Les données d’audience, et surtout leur présentation institutionnalisée, peuvent ainsi participer d’un mouvement de réorganisation interne aux groupes. Le rapprochement entre différents titres peut ainsi être présenté à l’aune d’un public commun et partagé par les supports, au prix d’une réification renouvelée.

  • 3 De manière simplifiée, des mesures peuvent suivre l’audience à partir d’un site (les connexions à c (...)

18Le développement du numérique est en partie venu prolonger cette dynamique, à la fois en accentuant de manière contextuelle les pressions économiques sur l’audience recherchée et en permettant la création de nouvelles techniques de mesure. La circulation restreinte évoquée plus haut n’est pas neutre. Elle peut permettre aux directions des entreprises médiatiques de favoriser la vision qu’elles ont, avec le soutien des fonctions marketing, des contenus qui doivent être produits et édités. Néanmoins, ce rapport déséquilibré doit être tempéré et redéfini à l’aune du journalisme en ligne. En effet, la relative rareté de circulation de l’information audimétrique fait place à une présence accrue de celle-ci, aux côtés et au sein de la pratique quotidienne des journalistes (Degand, 2012 : 318-319 ; Demers, 2012). Des outils tels que Google Analytics, tout en demeurant relativement peu coûteux, permettent une représentation quantitative supposée précise, article par article, de l’audience d’un site. La nature supposée différente du public sur internet par rapport aux autres médias peut favoriser une gestion différente de son analyse (Jouët, 2004), notamment dans l’opposition entre mesures site centric et user centric3. Cependant, le modèle d’affaires principalement retenu par les acteurs de l’information en ligne repose, à l’instar des autres médias, sur la recherche d’une maximisation de l’audience pour la revendre sur le marché publicitaire et rentabiliser la production. L’importance de la quantification de l’audience demeure ainsi intacte. Dans le cadre numérique, elle est rejointe par l’intérêt accru pour la participation de l’audience redevenant public participant.

La construction progressive des dispositifs participatifs comme enjeu majeur autour du public

19La conception d’un public du journalisme attaché à des titres médiatiques ou à des groupes repose à la fois sur une imagination liée aux idéaux d’un groupe professionnel et sur les dispositifs de connaissance, notamment statistique, des audiences. Elle est l’une des bases du développement d’une hyperconcurrence entre les groupes médiatiques et au sein de chacun d’entre eux, afin notamment de développer une audience la plus grande possible. Dans ce contexte, d’autres formes de rapport avec le public ont été développées — à défaut d’être apparues — avec le Web, parfois en étant célébrées comme de nouvelles occasions d’épanouissement pour le journalisme, hors des positions fixées de la profession. À l’audience passive — presque comptable — succéderait un public participant à la production, à l’édition et à la diffusion de l’information (Rosnay et Revelli, 2006). Il semble cependant que les possibilités, ouvertes notamment par des dispositifs techniques, ne suffisent pas à créer une envie, à inventer un goût pour la production et la participation (Trédan, 2012).

20Dans et autour du journalisme, cette démarche n’est pas nécessairement une nouveauté liée au Web. Il est en effet possible de relier ces pratiques ou tentatives à la recherche, notamment ancrée dans la presse régionale et locale, de sources et de soutiens en dehors du groupe professionnel des journalistes, par exemple par l’entremise de correspondants locaux de presse (Ruellan, 2007).

  • 4 Par exemple le site coréen OhmyNews.

21Dans le cadre des médias numériques — ayant un caractère journalistique —, cette recherche de coproduction de contenus par le public s’est principalement développée dans la décennie 2000, par l’introduction progressive de dispositifs participatifs au sein des sites Web à partir d’expériences présentées comme des succès4 et faisant office de véritables mythes (Trédan, 2012 : 168-185). Malgré des réussites finalement mitigées, ces expériences ont ouvert la voie pour de nombreuses entreprises médiatiques, préexistant au développement du Web, à la mise en place de dispositifs recherchant et favorisant cette participation. Olivier Trédan souligne toutefois que le déterminisme technologique, selon lequel les dispositifs et les possibilités ouvertes rencontreraient leur public, ne s’est pas réalisé. Contrairement à l’idée formulée et souvent maintenue que « les velléités participatives des internautes sont anciennes » (Aubert, 2011 : 44) et rejoignent de nouvelles fonctionnalités ainsi que la « quête de relations moins hiérarchisées, plus égalitaires entre les individus » (Rieffel, 2008 : 113), ces derniers ne semblent pas massivement devenir des contributeurs, des participants, des journalistes citoyens.

  • 5 Pour reprendre l’expression mise en avant par Joël de Rosnay et Carlo Revelli (2006).

22Les sites Web fondés sur le principe participatif n’ont pas atteint un public faisant d’eux des « médias des masses5 », ou n’ont pas réussi à construire un équilibre promouvant réellement la création de contenu par un grand public, au profit d’une plus grande présence des journalistes, « experts » proches ou déjà habitués des médias (Aubert, 2008). Dans le cas qu’elle étudie, Aurélie Aubert souligne que « la proportion de contenus utilisables et pertinents est donc jugée décevante par la rédaction » (2008 : 101), tandis que les internautes apparaissent comme de nouvelles sources dans la pratique des journalistes. Ils peuvent parfois entrer dans une discussion importante avec les journalistes dans une logique de réflexivité, par exemple dans le cas du journal en ligne payant Mediapart (Canu et Datchary, 2010).

23Cependant, pour un grand nombre de médias « traditionnels », la recherche d’une participation apparaît d’autant plus complexe qu’elle doit négocier avec des habitudes de rapports au public construites en grande partie hors du numérique (Pynson, 2011). L’injonction, ressentie dans les organisations médiatiques, à construire une participation est ainsi transmise rapidement aux internautes, par l’intermédiaire d’appels, d’exclamations générales ou de dispositifs peu ou prou éloignés du cœur médiatique et journalistique des titres. Dans le même temps, l’apport de ces contributions peut demeurer douteux, et empreint de craintes sur le contrôle et la responsabilité pour les dirigeants et les journalistes (Hermida et Thurman, 2008 ; Singer et Ashman, 2009).

  • 6 Il n’en demeure pas moins que, malgré le succès mitigé de ces expériences — au moins au regard des (...)

24Beaucoup de médias ont principalement créé des espaces de discussion (forums, commentaires sous les articles) où le public est globalement invité à donner son avis, le plus souvent sans interaction avec les journalistes. Si certains ont pu mettre en place des plateformes de blogues, celles-ci reposent plus sur un rapprochement de sous-domaines que sur une véritable ouverture à une coproduction des informations et contenus journalistiques6. Ainsi, la parole des internautes apparaît non pas mélangée avec celle des journalistes, mais dans des espaces définis par les médias, des genres séparés (information et commentaire), et donne lieu à un encadrement, une différenciation et enfin une exploitation (Touboul, 2006). Cette distinction permet de conserver les routines professionnelles et la position des journalistes (Domingo et al., 2008 ; Hermida et Thurman, 2008). Cependant, les stratégies économiques, pouvant sous-tendre le développement de cette participation du public aux médias, semblent devenir plus prégnantes :

  • 7 User generated content, contenus générés par les utilisateurs.

[…] branding strategies designed to build loyalty, strategies for increasing website traffic as a route to profitability and a bandwagon effect driven by a desire to remain competitive. Journalists in smaller countries, notably Belgium and Croatia, also said their managers viewed UGC7 as a cost-saving strategy […] (Vujnovic et al., 2010 : 294).

  • 8 Voir notamment la présentation et l’analyse par Laurie Schmitt (2012).

25Les productions de contenus photographiques ou audiovisuels, tels ceux qui ont été mis en circulation lors des attentats de Londres ou du tsunami en Asie du Sud-Est, ont été fortement présentées par de nombreux acteurs8 comme des exemples de contribution « citoyenne » à l’information. Contrairement à l’écrit, ces contenus semblent ainsi pouvoir faire l’objet d’appropriations plus simples par les médias, et sont au centre de stratégies et d’efforts importants déployés à la fois par les organisations médiatiques et les entreprises « connexes » comme les agences photographiques (Schmitt, 2012 : 143-181). Diffusés sur les réseaux sociaux, ils peuvent aussi servir d’alertes pour les médias au sujet d’une actualité (Aubert, 2011), replaçant le public comme des sources pour l’activité journalistique — rôle bien mieux défini et contrôlé par le groupe professionnel des journalistes, à l’instar des correspondants locaux par exemple.

26Au bout du compte, loin des révolutions parfois annoncées par certains promoteurs du Web 2.0 (voir notamment l’analyse de Franck Rebillard, 2007), la participation du public est une injonction de plus en plus forte, mais est dans le même temps accueillie et prise en compte avec une certaine circonspection par le groupe professionnel des journalistes (Pereira et Fonsêca de Freitas, 2012). Celui-ci doit alors — une fois de plus — négocier les rôles et les positions d’acteurs situés à des frontières toujours floues (Ruellan, 2007). Cette injonction n’en mobilise pas moins une grande partie des acteurs au sein des organisations médiatiques.

27Dans ce contexte, la relation au public, que le journalisme portait dans ses principes, n’est plus — si toutefois elle l’a jamais été — prise en charge, mais subie, au travers d’informations parcellaires et d’injonctions. Au sein des différentes entreprises, le groupe professionnel des journalistes voit ainsi une justification de ses pratiques et de son organisation, voire de son magistère, lui être retirée et, peut-être plus violent encore, retournée contre lui dans les dernières décennies du XXe siècle. Autrement dit, le journalisme peut de moins en moins se justifier par son rapport censément privilégié au public, mais doit de plus en plus justifier qu’il parvient encore à l’attirer.

Questionner les figures multiples du public autour d’un groupe médiatique

28Au travers des éléments mis en avant par les recherches existantes, le public, pour les médias et le journalisme, apparaît à la fois comme un enjeu important et comme une notion aux acceptions nombreuses. La présente partie de l’article va tout d’abord revenir sur les principaux concepts théoriques qui ont été mobilisés dans l’analyse, avant de préciser ensuite la méthodologie suivie et enfin le contexte du groupe médiatique spécifiquement étudié.

Le cadre théorique de l’analyse

29L’analyse vise ici à saisir les mécanismes de création discursive et sociale, pour ne pas dire psychologique, qui viennent produire le public, en s’insérant dans des ensembles plus vastes, les imaginaires, notamment saisis par les travaux de Patrice Flichy (2001, 2008). Le présent article se concentre plus précisément sur le binôme usager/consommateur (Paquienséguy, 2012) afin d’investir le public en tant que figures multiples, composées par les imaginaires à l’œuvre au sein et autour des groupes médiatiques. Ce binôme usager/consommateur ne doit pas nier ni même oublier d’autres figures lui échappant à première vue, par exemple l’appréhension du citoyen dans le cadre de l’espace public irrigué par le journalisme. Celle-ci sera d’ailleurs évoquée dans l’analyse, puisqu’elle rejoint — peut-être malgré elle — le binôme en s’intégrant à des discours et à des enjeux au sein des groupes médiatiques.

30L’acception du public sous la forme de ce binôme usager/consommateur peut ouvrir la voie à une analyse des dispositifs et notamment des discours qui les composent, au travers de la présence sociale et discursive de ces figures. Cette appréhension du public permet notamment à Françoise Paquienséguy d’insister sur les mises à distance nécessaires entre les offres des industries culturelles et les réponses du public :

Cependant, la prégnance des logiques industrielles et économiques sur l’usager a toujours été présente, faire usage permettant de dépasser la consommation. […] Même si l’offre industrielle contient une figure dominante de l’usager, celui-ci dispose d’une capacité d’autonomie [… Celle-ci] repose en partie sur les motivations et les représentations, explicites ou pas, qui sous-tendent la consommation en correspondance avec les figures que l’usager convoquera au moment de cette consommation : bloggeur, conjoint, salarié, fan, ami… (2010 : 93)

31Cette logique peut se retrouver dans l’analyse du déploiement des dispositifs participatifs à destination du public en ligne au sein des groupes. Ceux-ci reposent en effet sur des stratégies issues des industries culturelles et viennent renouveler en partie le binôme usager/consommateur :

[…] une caractéristique forte de ce nouveau système médiatique, le multimédia, repose sur la participation de l’internaute à la production et à la consommation de ces contenus ; participation, qui porte simultanément l’inégalité, certains étant plus actifs ou créatifs que d’autres, et la consommation partagée dont elle se nourrit, pratique grandement facilitée par les nouveaux réseaux de médiatisation […].

Le processus a fait basculer l’usager d’une position de consommateur d’informations, de passeur de contenus issus de prestataires professionnels, selon les modèles portés par les mass médias et les industries culturelles, à une situation décalée dans laquelle, tout en conservant la première, il en endosse une seconde en maîtrisant une partie de la production de contenus (en transformant son compte Facebook en book d’artiste par exemple) et en intervenant sur les contenus des autres au travers des wiki par exemple (Paquienséguy, 2011 : 8).

32Les dispositifs participatifs peuvent montrer une volonté de contrôler, d’une manière renouvelée, les parcours et les trajectoires de consommation médiatique, tout en s’appropriant la valeur créée par les internautes. Cette place du public, mise en scène, peut également participer in fine de stratégies de réorganisation interne aux groupes. Le concept développé par Marie-Anne Dujarier (2008) de mise au travail du consommateur sera ici utilisé, afin de voir comment le public est mobilisé au moyen de dispositifs participatifs, principalement dans la production mais aussi dans la distribution de contenus. Dans la proposition qu’elle développe à l’endroit de nombreux services, le travail du consommateur peut être défini, selon elle, à partir de trois critères : c’est un « rapport social, une activité socialisée et socialisante » ; il « crée de la valeur pour l’entreprise » ; il est une « activité du sujet en prise avec le réel et la contrainte, se débattant avec lui pour tenter de développer son milieu matériel, social et subjectif » (2008 : 15-16). Il peut alors prendre plusieurs formes, selon la fonction de l’organisation qui est mise en jeu, à savoir l’externalisation de tâches vers le consommateur (il doit alors travailler pour consommer), l’intégration d’une valeur ajoutée créée par lui (il souhaite coproduire pour travailler), ou encore l’organisation des processus de consommation des consommateurs par l’ensemble des consommateurs ou par une partie d’entre eux (il participe à un travail d’organisation). C’est principalement la deuxième forme qui sera ici mobilisée pour comprendre les dispositifs qui peuvent être envisagés par les entreprises médiatiques.

33Ensemble, ces convocations, mobilisations et recherches du binôme usager/consommateur s’appuient à la fois sur des informations issues de dispositifs techniques, visant et produisant une connaissance — réelle parfois, réaliste toujours — du public, et sur la maîtrise peu ou prou aboutie des imaginaires avec lesquels se construisent les représentations des acteurs. C’est dans cette direction qu’il est possible de s’interroger non pas sur le public — en soi —, mais sur le public imaginé, appréhendé par les acteurs au sein des organisations médiatiques. Ne sera pas ici opposée aux représentations du public la réalité de celui-ci — que cette réalité soit une présence, une absence ou une évanescence. La compréhension du public pour les acteurs permet néanmoins de développer une compréhension des choix stratégiques effectués au sein des organisations. Autrement dit, l’accent est porté ici sur la construction des décisions et des représentations, fondées sur l’imagination, par les professionnels des médias et du journalisme, d’un public pour eux.

34Elles peuvent s’appuyer et se nourrir de conceptions construites ou réalistes, idéalistes ou statistiques, etc. Elles sont à la source de représentations différentes et différemment construites, conduisant le travail des journalistes et des producteurs de contenus à se référer à des destinataires imaginés, et notamment ceux qu’ils appellent le « public » (Cavelier-Croissant, 2001).

35Afin d’investir les problématiques présentées ci-dessus, l’analyse des dispositifs tels que les définit Michel Foucault a été suivie, notamment dans la perspective d’une analyse de discours :

Ce que j’essaye de repérer sous ce nom [dispositif], c’est, premièrement, un ensemble résolument hétérogène comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref : du dit aussi bien que du non-dit, voilà les éléments du dispositif. Le dispositif lui-même, c’est le réseau qu’on établit entre ces éléments. […]

Deuxièmement, ce que je voudrais repérer dans le dispositif, c’est justement la nature du lien qui peut exister entre ces éléments hétérogènes. […]

Troisièmement, par dispositif, j’entends une sorte — disons — de formation, qui, à un moment historique donné, a eu pour fonction majeure de répondre à une urgence. Le dispositif a donc une fonction stratégique dominante (Foucault, 1977 : 299).

36Cette perspective a donc également conduit à concentrer l’analyse sur les discours portés autour des publics, par différents acteurs au sein du groupe (discours institutionnels et centraux des dirigeants, des cadres, des journalistes et travailleurs, d’observateurs, etc.), sans pour autant établir de hiérarchie entre eux (Oger, 2005 : 121). Il s’agit bien en effet d’étudier, comme composantes à part entière des dispositifs, des traces qui se situent à différents niveaux, légitimités ou natures, pour les discours et leurs supports (Foucault, 1966 : 529).

La méthodologie

  • 9 Ce travail a été réalisé dans le cadre d’une thèse de doctorat en sciences de l’information et de l (...)

37Si les différentes appréhensions du public peuvent — et vraisemblablement doivent — être distinguées dans une démarche analytique, il n’en demeure pas moins qu’elles répondent de conceptions fonctionnant ensemble, ce qui justifie de les traiter dans une réflexion commune ; c’est ce qui motive ici le choix de recourir à une étude de cas. Pour analyser comment la préoccupation pour le public du journalisme et des médias a évolué sous la pression de considérations économiques, une méthodologie mixte a été mobilisée, mêlant approche quantitative et surtout qualitative, au sein d’une étude du groupe canadien de communication Québecor9.

38Dans un premier temps, la démarche a consisté à analyser les données d’audiences qui circulent entre les acteurs ou qui sont mises en discours par les organisations. Il s’agit alors de comprendre comment elles peuvent être le siège de représentations construites du public et devenir une justification pour des stratégies particulières (plutôt que de vouloir quantifier d’une manière ou d’une autre le public des groupes). Dans un second temps, l’étude a porté sur les dispositifs mis en place pour faire « entrer » le public dans les groupes et leurs médias, au travers notamment de la question de la participation des internautes à la production de contenus. Au-delà de l’analyse des dispositifs en tant que tels, une analyse de discours a été réalisée et est reprise dans la suite de l’article. Elle est fondée à la fois sur les positions institutionnelles et officielles du groupe (discours directs et rapportés des dirigeants, rapports annuels et financiers, communiqués de presse), ainsi que sur des entretiens anonymes avec neuf personnes travaillant dans le groupe (journalistes et cadres éditoriaux intermédiaires du réseau de télévision TVA et du Journal de Montréal) ou à proximité (responsables syndicaux). Ces entretiens ont été réalisés au tournant des années 2011 et 2012. D’une durée variable, ils ont cherché à favoriser l’expression libre des acteurs rencontrés, par le recours à des entretiens semi-structurés, constitués autour d’un guide permettant d’adapter chaque rencontre à l’originalité des perceptions individuelles, et surtout de limiter l’intrusion du chercheur dans le discours des acteurs. Les thématiques communes abordées portèrent notamment sur les parcours personnels et professionnels, la conception du support et de l’environnement médiatique, la connaissance, l’intégration et la prise en compte du public dans les activités, les prescriptions issues de l’organisation, ou encore la situation économique de celle-ci.

39Ces entretiens ont permis de mettre en lumière les différentes représentations et positions discursives à l’œuvre et en circulation dans le groupe, qui viennent définir le public sous la figure de l’usager/consommateur tout en la réactivant par son passage entre différents supports médiatiques du groupe autour d’internet. Avant d’en présenter les résultats, il est nécessaire de rappeler succinctement le contexte empirique de l’étude de cas.

La présentation liminaire du groupe Québecor

40Québecor est un groupe canadien dont l’activité s’est construite au sein des industries médiatiques et de communication. Il a été développé dans la seconde partie du XXe siècle par Pierre Péladeau, à partir de l’achat du Journal de Rosemont, et progressivement autour de la presse écrite locale et de l’impression. En 1964 est lancé Le Journal de Montréal, principal titre de presse écrite du groupe. Le groupe s’est principalement concentré sur le marché francophone (isolé au sein de l’Amérique du Nord) du Québec, mais s’est diversifié à la fois dans ses activités et son développement géographique. Il est devenu l’un des plus importants groupes de communication du pays, regroupant de nombreux titres de presse écrite, une importante activité de câblodistribution et de télécommunication (apportant la majeure partie des revenus) et l’un des principaux réseaux de télévision de la province. Le groupe possède un actionnariat ouvert au public, et est coté à la Bourse de Toronto. Néanmoins il conserve un contrôle familial au moyen d’actions spéciales. Aussi, à la mort de son fondateur, ce sont ses enfants, et principalement Pierre Karl Péladeau, qui en prendront la gestion opérationnelle jusqu’en 2013.

Tableau 1. Secteurs d’activité du groupe Québecor en 2012

Tableau 1. Secteurs d’activité du groupe Québecor en 2012
  • 10 Pour une analyse de ces transformations, voir Arnaud Anciaux (2014a, 2014b).

41Le groupe est ainsi, au Québec et au moment de la réalisation de l’enquête, l’un des acteurs les plus importants de la communication et des médias. Il a dû au cours des dernières années se transformer fortement en raison notamment de pressions économiques, à l’instar de nombreux groupes et entreprises de ce secteur marqués par des réductions d’effectifs et des pressions fortes au sein des organisations10.

42L’étude de cas réalisée autour du groupe Québecor a permis de souligner deux processus, faisant écho à la littérature scientifique présentée dans la première partie. S’ils sont en partie distincts entre eux, conduisant ici à les présenter successivement, ils finissent par participer d’une même dynamique. Les recherches existantes peuvent apparaître à la fois prolongées — retrouvant empiriquement certaines acceptions du public — et considérées à nouveau — en ce que les figures du public apparaissent ici non pas comme contradictoires, mais plutôt se rejoignant sous l’influence des discours et dispositifs. En premier lieu, le public fait l’objet d’essais itératifs de saisie et surtout de mobilisation dans le groupe, fondés sur des représentations rationalisées comme imaginées ; en second lieu, les appels à la participation de ce public, à la fois mis au travail et mis en scène, viennent renouveler les représentations à l’œuvre au sein du groupe. Au travers d’hésitations et de tentatives peu ou prou fructueuses, ces deux processus contribuent à une vision du public sous la figure usagers/consommateurs échappant au journalisme ou pouvant le remplacer dans la production, participant ainsi progressivement à une redéfinition du rôle du journalisme au sein du groupe.

Les constructions du public au sein du groupe Québecor

Des représentations à l’œuvre à partir d’une audience

43La circulation des données d’audiences et du public peut sembler être limitée au sein du groupe Québecor. Il est cependant possible de retrouver les traits des intuitions évoquées plus haut par la littérature. Ainsi, ce que Valérie Cavelier-Croissant considérait comme des « stéréotypes de lecteurs de la presse locale : lecteur plutôt âgé, fidèle dans la lecture, lisant exclusivement la presse locale, niveau socioculturel moyen » (2001 : 160), peut se retrouver dans le discours de certaines personnes rencontrées au sein de Québecor :

Les gens en régions ont généralement, c’est des grosses généralisations-là, mais ont des salaires qui vont être de quoi, de 35 000, 35 000-40 000 par année, surtout des gens qui travaillent dans l’industrie lourde, donc pas une industrie de transformation, fait que c’est le papier, c’est le bois, les usines, les métaux, le Plan Nord, les usines à minerais. C’est des gens qui ont pas besoin de beaucoup d’éducation… qui ont pas besoin qu’on stimule leur curiosité plus qu’il faut. Eux autres, ce qu’ils veulent, c’est les trois S de Pierre Péladeau, le sang, le sexe, le sport (entretien avec un producteur de TVA, 1er mars 2012).

[Ces choix-là] sont faits consciemment pour… avec ce qu’ils pensent être une compréhension de leur public. Donc aucune volonté de faire évoluer le public, on sert ce qu’on croit être le public à l’heure actuelle (entretien avec un producteur de TVA, 1er mars 2012).

44S’il est difficile — et hasardeux — de présumer une origine à ces représentations, elles ont semblé, au moins en partie, être partagées par les personnes rencontrées, qui en tirent cependant des conclusions différentes quant au rôle attendu du journalisme. Elles viennent cependant bien ici lier des caractéristiques sociodémographiques projetées sur le public et les contenus produits au sein du groupe. Les entretiens ont également fait ressortir l’idée d’une « proximité » importante entre les titres et leur public, dans le cadre local. L’information proposée est alors censée poursuivre et entretenir ce sentiment partagé, participant d’une relation que l’on voudrait entretenir.

  • 11 L’événement évoqué (concernant en fait une jeune fille dénommée Marjorie) est détaillé plus loin.

Mais Montréal, c’est le pôle, pis Montréal, il vient chercher la prédominance du marché publicitaire, donc il faut que tu sois montréalais dans ton information. Mais c’est important de sortir des nouvelles régionales. Maude [sic] Raymond, la jeune fille qui s’est suicidée est un bon exemple. Elle s’est suicidée en Gaspésie ; ça venait ajouter à la profondeur du message, ou à la portée du message, parce que les gens des régions pouvaient pas dire « ah, on sait bien, c’est juste Montréal qu’y a ces problèmes-là ». Non, c’était une petite fille de Gaspésie, qui a eu un super gros problème (entretien avec un producteur de TVA, 1er mars 201211).

45Les représentations du public viennent ici potentiellement entrer en partie en dissonance avec la production de l’information, tout en essayant de régler cette difficulté. L’information produite dans le groupe est ainsi majoritairement produite dans la principale ville de la province (où la totalité des entretiens a été par ailleurs réalisée), mais devrait ensuite correspondre aux attentes d’un public extérieur à cette zone urbaine. Les choix de contenus viennent alors — supposément — combler l’impossible homologie entre producteurs et récepteurs, replaçant bien ces derniers dans une logique de consommateurs qu’il s’agit de servir selon leurs attentes, même si elles ne sont pas nécessairement valorisées par les journalistes.

46Dans le cadre des titres de presse écrite, cette relation de proximité se construit notamment dans la situation particulière de médias fondés sur une identité attachée à un territoire. Elle offre une justification importante pour l’existence de ce type de support, et ce, jusqu’à pouvoir atteindre une logique tautologique. On retrouve alors la conception du support comme bien convivial, autour duquel peuvent se nouer des relations sociales, entre lecteurs.

47Aux côtés de ces représentations fondées sur des connaissances en partie floues, toujours au sein du groupe Québecor et au moment des entretiens, la mobilisation des statistiques d’audience se fait également de manière externe, par exemple au moyen d’une présentation regroupée, qui suit le rassemblement des activités de production et d’édition des différents titres sous l’unique bannière Sun Media. Au moins auprès de ses annonceurs, le groupe présente son audience comme un tout commun, d’apparence relativement homogène entre les différentes publications, rejoignant la portée recherchée des opérations d’intégration horizontale des années précédentes (Anciaux, 2014a ; Demers et Le Cam, 2012).

  • 12 Un employeur peut, à l’occasion du renouvellement d’une convention collective (donnant lieu à un dé (...)

48La mise en avant de l’audience s’est également retrouvée mobilisée au cours de moments marquants au sein de l’organisation. Ainsi, entre 2009 et 2011, un conflit de travail important a eu lieu au sein du Journal de Montréal. Le titre ne paraissait alors qu’avec le concours de quelques cadres (environ 250 travailleurs étant alors placés en lock-out12) et l’utilisation de contenus journalistiques produits ailleurs que dans la rédaction concernée. Il a eu lieu dans le contexte d’une volonté patronale de favoriser une production multisupports par les travailleurs du journal, ainsi qu’une importante réduction des effectifs notamment journalistiques (Anciaux, 2014b : 260-272). Le rapport au public, notamment dans son expression statistique, est clairement apparu comme un enjeu dans le déroulement du conflit et dans les positions des différents acteurs.

49Ainsi, alors que le Journal n’était plus produit par des journalistes rattachés au titre, le lectorat visible n’a pas été touché par le conflit. Le groupe met alors en avant à la fois une hausse du nombre de lecteurs et, surtout, les bénéfices tirés de cette situation, dus au maintien des revenus adossés à l’audience et à la baisse concomitante des coûts de main-d’œuvre (Québecor inc., 2010 : 23-24 ; 2011 : 31). Cette amélioration financière est directement liée à la situation de lock-out, comme le souligne un travailleur membre du comité de négociation dans les pages de La Presse : « Le message envoyé, c’est qu’ils sont capables de faire un journal sans employés aujourd’hui, en 2009. Est-ce que c’est normal ? Ce sera à la population de décider » (Benessaieh, 2009 : A14).

Le lectorat a monté durant le conflit, ça donne une idée de… ce que le monde recherche dans le journal, là. […] C’est ça, là, la plus grosse déception des journalistes, ça a été lors du conflit, ils pensaient que les journalistes et la qualité de leur information qui faisaient que c’te journal-là était le numéro 1 en Amérique. Ils pensaient que c’était ce qu’ils avaient créé avec leur expérience pis leur, leur savoir-faire, pis que le lectorat du Journal de Montréal était conscient de ça, pis que c’était important pour eux autres. Ça, la plus grosse déception qu’ils ont eu les journalistes, lorsqu’ils se sont aperçus que personne ne voyait une différence dans le contenu, de l’information, durant le conflit (entretien avec un conseiller de la Fédération nationale des communications, 3 avril 2012).

  • 13 Ainsi de l’échange entre une chronique, une réponse de Québecor et une réplique du syndicat des tra (...)

50Le maintien de l’audience fragilise ainsi la position des travailleurs dans le processus de négociation, et se retrouve au cœur de nombreuses discussions13. À la fin de la première année de conflit, le tirage du Journal a même augmenté par rapport à l’année précédente (Baillargeon, 2010b ; Sasseville, 2010). Il se retrouve alors mis en avant par la direction du groupe Québecor, et contesté par la partie syndicale, qui appelle au boycottage du titre par les lecteurs : « Il ne suffit plus de s’abstenir d’acheter le quotidien, lequel continue à paraître près de deux ans après le début du lock-out de ses 253 employés, il ne faut plus le lire, même quand il est distribué gratuitement » (Nicoud, 2010 ; Baillargeon, 2010a).

51Au sortir du conflit, l’absence de soutien par le public à ce boycottage apparaît comme un aspect marquant de l’opposition entre la direction et les travailleurs. Ainsi de l’article de Stéphane Baillargeon (journaliste notamment spécialiste des médias au Devoir), qui commente la fin du conflit en 2011 :

  • 14 Terme péjoratif pour désigner son caractère abîmé, endommagé, voire dénaturé.

Un journal sans journalistes, c’est donc possible. Le Journal de Montréal en fait la preuve depuis plus de deux ans. La population s’en contrefout royalement et continue de consommer (c’est le bon terme) cette source d’information maganée14, sans honte ni remords. Le tirage du Journal de Montréal a même augmenté pendant les vingt-cinq mois du conflit de travail (Baillargeon, 2011 : B7).

52Dans ce conflit de travail, la question de l’audience est un enjeu, non seulement en tant que telle, pour la rentabilité économique qu’elle permet directement ou indirectement, mais aussi en tant que soutien potentiellement mobilisé au profit des stratégies mises en place. Les démarches servant à la constitution de ces audiences sont également remises en question et peuvent faire l’objet de contestations.

53L’enjeu de l’audience des titres médiatiques, particulièrement pour la presse écrite, rend nécessaire la recherche d’un renforcement de celle-ci, ou à tout le moins un maintien à des niveaux déjà connus. Si la vente directe, à l’unité ou par abonnement, soutient cette nécessité, le financement sur le marché publicitaire — comme les justifications internes qui viennent d’être exposées — peut potentiellement porter une acception plus large de cette audience. Elle dépasse alors le tirage vendu pour s’étendre à un lectorat (Charon, 2003), véritablement rencontré ou simplement représenté par l’intermédiaire de statistiques.

54Toujours au cours du conflit touchant Le Journal de Montréal, la diffusion du titre a ainsi pu faire l’objet d’une abondante distribution gratuite, de la même manière que le journal gratuit 24Heures au sein du groupe. Il est difficile d’évaluer la part exacte du tirage qui a été ainsi offerte, mais Québecor a pu soutenir la diffusion affichée et revendiquée du journal auprès des annonceurs — et des travailleurs en lock-out :

C’était frustrant, mais on voyait bien que c’était vrai, mais on savait aussi que c’était artificiel. C’est que Le Journal de Montréal est un journal vendu. Et pendant le conflit… […] Il était distribué partout, à telle enseigne que même les derniers chiffres de l’ABC qui sont sortis il y a un mois nous rappellent que 25 % des copies du Journal de Montréal sont données encore aujourd’hui, alors que La Presse c’est 7 % […]. Donc on maintient un tirage ou des chiffres de lectorat artificiellement élevés parce qu’on se dumpe, ce qu’on appelle du dumping… […] Mais c’est artificiel… à l’époque le père, la seule mesure du père pour évaluer si le Journal était bon, c’était le nombre de copies qu’il vendait. […] Alors que le fils, lui, il le donnait […] pour continuer à… à pouvoir vendre sa publicité au tarif établi, et faire la démonstration que ce journal-là, il pouvait le faire en se passant des journalistes (entretien avec un cadre-journaliste du Journal de Montréal, 19 avril 2012).

55Ainsi, les statistiques d’audiences et leur circulation apparaissent bien comme un enjeu des représentations. Ici, elles sont d’ailleurs contestées quant à leur étiage final, mais se voient de manière indirecte confirmées dans leur importance de principe. Reprises, imaginées ou contestées, les mesures de l’attention de l’usager/consommateur apparaissent comme un incontournable des représentations sociales à l’œuvre dans le groupe.

56Au sein de Québecor, la prégnance de cette figure, comme public devant être recherché, s’est également déployée au-delà des mobilisations et des représentations. Ainsi, la réification du public s’est construite aussi sur des dispositifs faisant « entrer » cette figure au sein du groupe, en essayant d’organiser certains usages et de redéfinir la consommation, au moyen de la participation.

Une mise au travail recherchée d’un public réifié

La recherche d’une coproduction de l’information

57Au sein du groupe Québecor, la recherche d’une forme de mise à contribution des usagers/consommateurs peut se retrouver dans différents espaces (par exemple l’ouverture de commentaires, l’utilisation des réseaux sociaux). Cependant, au cours des entretiens et, plus généralement, dans les discours entourant le groupe, c’est en grande partie la mise en place d’un dispositif particulier autour du support audiovisuel qui vient marquer très fortement ce questionnement.

58À partir de 2008, TVA, le réseau de télévision du groupe Québecor, a mis en place un dispositif intitulé Mon topo. Il requiert auprès du grand public, à partir d’une page sur le site internet du réseau, la transmission d’informations sous la forme de photos ou de vidéos :

Vous êtes témoin d’un événement ? Vous avez des images qui pourraient faire la manchette ? Partagez ces photos et vos vidéos en les expédiant au service de l’information de TVA/LCN.

Comment ? Téléchargez-les sur cette page en suivant les directives. Ou directement de votre téléphone cellulaire, soumettez vos images en composant : montopo@tva.ca

Les meilleurs photos et vidéos d’actualité pourraient se retrouver sur les ondes de TVA, de LCN et sur le site lcn.canoe.ca15.

  • 16 Entretien avec un journaliste de TVA, 28 mars 2012.

59Malgré l’inspiration puisée dans iReport créé par le réseau CNN aux États-Unis16, le déploiement de ce dispositif participatif diffère. Mon topo ne possède pas, dans un premier temps du moins, d’espace de visibilité qui lui soit propre, mais constitue un appel réalisé par et au sein d’un média existant, à savoir le réseau TVA, et plus précisément la chaîne d’information en continu LCN. Il ne se positionne ainsi pas tant en regard des médias sociaux et du journalisme citoyen (Kperogi, 2010) qu’au sein du processus de production de contenus informationnels.

  • 17 Entretien avec un journaliste de TVA, 28 mars 2012.

60Ce dispositif vise alors à obtenir des contenus visuels et audiovisuels produits par les internautes, sans demander de leur part une production écrite, de textes ou d’analyses. Il s’agit alors de capter les témoignages d’événements, à défaut de couverture immédiate possible ou souhaitable par les journalistes du groupe. Le format demandé est quant à lui directement lié aux nécessités du média télévisuel. Un tel dispositif permet — potentiellement — à la fois d’obtenir des contenus divers pouvant être mis à l’antenne et de s’assurer ou d’espérer une certaine exclusivité, les contenus n’étant pas partagés publiquement — à la différence de ceux obtenus sur les réseaux sociaux comme Twitter ou Instagram — mais transmis directement au groupe17. Cependant, la mise en place du dispositif n’a pas initialement permis d’obtenir les contenus qui pouvaient être visés par le réseau, qui devaient pouvoir être facilement diffusés dans une capsule au sein d’une émission ou d’un bulletin d’informations. Des extraits des discussions sur les réseaux sociaux, de commentaires sont alors parfois mis en ondes afin de constituer un passage :

Pendant un an, la réception était très très bonne, c’est-à-dire que les gens nous envoyaient des trucs, mais c’était pas de la nouvelle, c’était très léger, c’était des couchers de soleil, c’était des beaux paysages, c’était… des chiens habillés en Canadiens de Montréal, lorsque venait le temps de… d’assister aux séries. Alors [après cette période], là on voulait… de la nouvelle. Vraiment, de la nouvelle qui pouvait avoir de l’impact, de la nouvelle exclusive, donc… exclusive à TVA, puisque c’est les gens qui nous envoient des images, des photos, des vidéos (entretien avec un journaliste de TVA, 28 mars 2012).

  • 18 Une adolescente de 15 ans, vivant en Gaspésie, s’est suicidée le 28 novembre 2011, après avoir été (...)

61Une inadéquation importante apparaît ainsi entre les attentes placées dans le dispositif et la réception/compréhension qui en est tirée par les usagers potentiels. La diffusion d’une vidéo — deux chauffeurs dormant pendant la journée dans leur camion — en 2010 est alors citée comme le premier exemple de contenu permettant la construction d’un reportage et d’une nouvelle. Depuis, beaucoup de faits divers ont été mis en avant à partir de ce dispositif, certains devenant un sujet repris et circulant dans plusieurs médias. Ainsi de l’affaire du harcèlement et du suicide de Marjorie Raymond, diffusée par ce moyen18, après un message de « deux lignes » reçu par Mon topo.

62Le dispositif est également l’objet d’une revendication des normes professionnelles journalistiques, notamment la vérification auprès de sources différentes hors du témoignage premier du contenu audiovisuel. À partir de 2010, le dispositif s’est ainsi progressivement transformé pour accueillir et diffuser des contenus plus informationnels :

Le succès de Mon topo se mesure je trouve en fonction de la qualité des nouvelles qu’on a, que ce soit en photo oui, en vidéo oui, mais pas juste ça, en termes d’histoires, de contenus. […] Mon topo c’est pas juste des incendies puis des accidents, Mon topo c’est aussi des nouvelles de contenu… […] Pis c’est des nouvelles récemment où [on a connu] le plus d’achalandage sur notre site internet, donc le succès de Mon topo c’est la qualité des nouvelles, en contenu, en images, en vidéo (entretien avec un journaliste de TVA, 28 mars 2012).

63La question de la présence des usagers/consommateurs apparaît ainsi également dans sa dimension quantifiée, la représentation d’une réussite étant notamment construite à l’aune de l’audience reçue. Au moment des entretiens en 2012, Mon topo avait acquis une place relativement importante au sein de la chaîne LCN et du réseau TVA. Sur les sites Web du groupe, le dispositif a vu sa visibilité augmenter, notamment parce qu’on propose directement au sein de nouvelles les vidéos et images transmises par les internautes. Les contenus ainsi obtenus sont également partagés au sein des différents médias du groupe, notamment par la publication de photos au sein des quotidiens édités au Québec. Cependant, malgré les précautions annoncées, à savoir l’inscription revendiquée dans les normes du groupe professionnel, certains acteurs à l’intérieur du groupe peuvent également émettre des doutes sur la qualité des informations ainsi produites :

Ça a commencé à TVA je pense, Mon topo, pis le journaliste citoyen qui envoie des photos pour que ça fasse les nouvelles. Je me demande jusqu’à quel point aussi la photo en question qu’on présente est crédible… je me demande jusqu’à quel point ça peut pas être stagé juste parce que les gens veulent connaître leurs 15 minutes de gloire. Ces photos-là sont souvent de mau… de plus ou moins bonne qualité, d’ailleurs pour en revenir aux photos et aux vidéos que les journalistes eux-mêmes font, ça aussi c’est de plus ou moins bonne qualité, fait qu’on présente ça, souvent ces photos-là à la télé de plus en plus. Pis ce qui est particulier, ce qui est contradictoire, c’est que jamais nos télévisions ont été d’aussi bonne qualité avec des écrans HD et jamais on a présenté des images aussi laides (entretien avec un journaliste du Journal de Montréal, 29 février 2012).

64La critique du dispositif et des contenus ainsi produits s’inscrit ici dans une réflexion qui, si elle s’intéresse notamment à certains aspects techniques et qualitatifs, vient lier Mon topo à certaines évolutions touchant le journalisme, notamment au sein du groupe.

65L’utilisation de ses contenus peut être perçue comme une concurrence au sein de la production, sans que les journalistes puissent assurer une présence à la fois aussi importante (être présents sur les événements rapidement) et gratuite. Au cœur de ce processus de mise au travail, c’est alors le déplacement du créateur de valeur au sein de la fonction de production qui est potentiellement en jeu :

Mon topo c’est quoi ? C’est minimum une demi-heure par jour, 15 minutes d’émission, plus les présences dans les bulletins, même 45 minutes parce que t’as plusieurs présences dans les bulletins, c’est 45 minutes de contenus gratuits. C’est ça Mon topo ; ça veut pas dire qu’ils ont compris les nouvelles, parce qu’ils font Mon topo. Mon topo, c’est 45 minutes gratis, 45 minutes de : j’ai pas à envoyer un journaliste sur le terrain pour fouiller, les gens vont le faire pour moi. […] Fais qu’ils ont un délateur, ils ont un dénonciateur qui permet de faire la job à la place de journalistes. …]… Ça vaut la peine (entretien avec un producteur de TVA, 1er mars 2012).

  • 19 Entretien avec un journaliste de TVA, 28 mars 2012.
  • 20 Dénombrement réalisé avec WaybackMachine (http://archive.org/web/), réalisé sur 11 mois pour 2011 e (...)

66Au sein du réseau TVA et du groupe Québecor, ce dispositif a acquis une place à la fois importante et controversée. Poussé par la direction managériale, il semble avoir atteint une certaine réussite, permettant d’acquérir des contenus à visée exclusive auprès du public. Cependant, même après qu’il est qualifié de réussite par certains de ses promoteurs, les informations obtenues et utilisables demeurent relativement peu nombreuses (sur une cinquantaine de courriels en moyenne par jour, une vingtaine pourraient constituer des sujets, et seulement trois ou quatre pourraient être l’objet d’une diffusion sur les ondes de TVA ou LCN19). La page Mon topo du site tvanouvelles.ca, reprenant en articles des photos ou des vidéos envoyées, ne compte en moyenne que 1,57 article par jour en 2011, 0,44 en 2012 et 0,36 en 201320.

67Il serait donc réducteur de résumer ce dispositif à une recherche de coûts réduits dans la chaîne de production. Il se retrouve investi et mobilisé en effet bien au-delà de la simple apparition des contenus et de leur diffusion.

[…] on peut plus couvrir bêtement comme on faisait avant des conférences de presse, parce que tout le monde va avoir cette conférence de presse là, donc c’est vraiment dans le but de présenter pis d’offrir aux gens un contenu qui est différent, et Mon topo c’est ça d’une part, des nouvelles exclusives, qui arrivent à Mon topo, qui restent à Mon topo, qu’on développe par la suite sur nos différentes plateformes, donc on peut alimenter… […] tous les bulletins, toutes les émissions d’affaires publiques, René Lévesque, François Paradis, Martineau, à partir d’une nouvelle de Mon topo, donc on est déjà de l’avant sur RadioCan, qu’est comme… [Après l’avoir] sorti le mardi soir, à 18 h, 22 h, RadioCan le mercredi refait ce [qu’on avait sorti], nous autres on est déjà rendus plus loin. Donc Marjorie, TVA l’a sorti, on continue d’écouter TVA, t’sais c’est comme… bon, garder l’achalandage des gens qui nous ont écoutés, qui ont eu accès à cette nouvelle-là, exclusive et nouvelle, et en plus c’est que ça vient des gens, donc peut-être que oui ça s’inscrit très très bien dans la philosophie de TVA, d’être people, près des gens… « TVA c’est vrai » ; tous les slogans qu’on entend… (entretien avec un journaliste de TVA, 28 mars 2012).

68En reprenant — en le généralisant en partie — un exemple donné, ce propos met en avant certaines mobilisations qui se construisent par l’intermédiaire de ce dispositif. Ici, l’essentiel n’est pas tellement le remplacement potentiel d’un contenu produit par des journalistes par ces contenus issus de Mon topo, mais plutôt le renforcement grâce à ces contenus de représentations sur le fonctionnement du journalisme, ainsi que sur la concurrence et la proximité relative avec le public recherché. Les représentations évoquées plus haut se voient en quelque sorte ici investies à nouveau. Ainsi, dans ce dispositif, il est possible d’envisager la mise au travail comme une coproduction des contenus de plusieurs niveaux, à la fois comme des alertes à destination de journalistes définis comme des interlocuteurs, et donc un travail relationnel avec de nouvelles sources, et éventuellement comme des producteurs d’informations ou de contenus propres, pouvant parfois être repris comme tels ou retravaillés par les journalistes.

69Cependant, une fois diffusés et mentionnés comme issus du dispositif, ces contenus permettent un affichage d’une production particulière, par une partie du public à destination de son ensemble. Le travail du consommateur peut alors constituer un outil pour la mise en scène d’une homologie et d’une proximité entre le support médiatique, ses contenus et son public ; il peut également servir de soutien et d’accompagnement pour les stratégies déployées à l’intérieur des groupes.

La construction d’une mise en scène, interne et externe

70Le déploiement d’un dispositif tel que Mon topo n’acquiert ainsi peut-être pas autant d’importance dans sa mise en place que dans sa mise en scène, notamment auprès du grand public. Il permet d’afficher un lien particulier que possède — ou à tout le moins posséderait — le réseau TVA avec son public. Les journalistes rencontrés ont d’ailleurs pu souligner le fait que ce dispositif marchait notamment en raison des caractéristiques — représentées — du public de la chaîne, principalement censé posséder une éducation limitée aux études secondaires et être présent en régions (hors des grandes aires métropolitaines et de leurs centres). L’affaire Marjorie Raymond a ainsi pu être citée à plusieurs reprises, croisant ces différentes caractéristiques autour du dispositif de participation.

71Les contenus journalistiques possèdent un caractère de biens relationnels. Pour leur utilisateur final, l’un de leurs intérêts réside dans la possibilité de nouer des relations sociales autour d’eux, que ce soit entre voisins, entre collègues, entre pairs, etc. Cet aspect apparaît d’autant plus important pour des titres médiatiques cultivant une relation de proximité entre les lecteurs, les journalistes et le support, tout particulièrement dans la presse régionale et locale. Celle-ci, depuis longtemps, cherche à faire figurer le lecteur potentiel du journal dans les sujets, les textes ou même l’iconographie (Thierry, 2010), au sein des titres quotidiens comme hebdomadaires. Pour ce faire, une partie non négligeable de la production des contenus a été construite progressivement autour de travailleurs aux frontières du groupe professionnel des journalistes, notamment en France autour des correspondants locaux de presse. C’est dans cette perspective qu’il est possible d’envisager, au-delà d’une production gratuite de contenus, la mise au travail des consommateurs, dans le cadre des entreprises médiatiques.

72Ces traits de la gestion et de la mise en scène du dispositif sont renforcés par l’identification au quotidien de Mon topo à un journaliste unique, gérant à la fois les discussions avec les personnes fournissant les contenus et la présentation en ondes ; le dispositif s’en retrouve personnifié, incarné. Au-delà de ce qui peut apparaître comme une nécessité liée au média audiovisuel, cette identification d’un journaliste interlocuteur renforce la possibilité de faire figurer le dispositif comme un outil relationnel entre le public et le support médiatique. On retrouve alors le rôle joué par certains animateurs faisant entrer à partir des années 1980 le public — par l’entremise de témoins, d’individus partageant des histoires plus ou moins exceptionnelles — dans la télévision (Le Grignou, 2003 ; Mehl, 1996).

73Cette présentation du dispositif se fait également dans une perspective concurrentielle. En effet, à la représentation d’un public particulier pour TVA et ses chaînes correspondrait, par différenciation, celui de Radio-Canada (et de Gesca), à savoir un public plus urbain (notamment dans Montréal et à proximité de cette ville) et plus éduqué. Cette différence dans la composition — au moins représentée — du public donne alors des réussites différentes aux essais et tentatives de mettre en place des dispositifs similaires :

Radio-Canada a essayé de faire un Mon topo. Ils appellent ça Témoins. […] Il y a des promos qui roulent un peu, « Témoins, parce que vous faites partie de la nouvelle ». Je connais des gens à Radio-Canada, le problème c’est que il y a pas, il y a pas de catcher comme on dit, il y a personne d’assigné à Témoins, uniquement à Témoins. Et c’est ça qui fait la différence, les gens savent que quand ils envoient une nouvelle à Mon topo, c’est [la journaliste] à l’autre bord qui l’attend. Et j’imagine que ça se parle : « Eh j’ai envoyé ça à Mon topo » « Ah ouais, Mon topo ? » « Oui, oui, elle t’appelle la journaliste t’appelle ». Donc… peut-être que la publicité se fait aussi un peu de bouche à oreille. Puis ça aide, les gens savent qu’il y a quelqu’un de l’autre bord qui reçoit le matériel, alors que j’ai l’impression qu’à Radio-Canada il y avait comme personne d’attitré uniquement pour Témoins. C’est sûr ça peut pas marcher (entretien avec un journaliste de TVA, 28 mars 2012).

74La relative réussite du dispositif proposé par TVA, ainsi mise en avant, est l’occasion à la fois d’obtenir des contenus exclusifs et d’entretenir auprès du public une image de proximité par la mise en scène de productions issues de pairs, là où l’information apparaît plus strictement produite par le groupe professionnel des journalistes dans les autres titres médiatiques concurrents.

75Son développement, surtout à partir de 2009, doit aussi être mis en rapport avec les transformations plus globales de l’information au sein de Québecor et de l’organisation de sa production. Au travers de son succès présenté — même relatif —, le management du groupe a pu mettre en avant la perception et les attentes du public, qui différeraient de celles des journalistes, notamment ceux en conflit de travail au sein du Journal de Montréal. Au bout du compte, les dispositifs de mise au travail peuvent apparaître comme une possible coproduction de contenus, insérée dans la fonction de production des médias ; ils peuvent également — et surtout — être envisagés comme des outils d’affichage, à la fois tournés vers l’extérieur de l’organisation médiatique et recherchant des effets à l’intérieur.

Entre recherche et mobilisation du public, des représentations à l’œuvre dans un cadre stratégique

76Dans la poursuite d’analyses développées depuis longtemps, les directions managériales continuent de vouloir connaître avec précision le nombre et la teneur des audiences qu’elles parviennent à réunir autour des titres médiatiques. Le contexte aidant, cette connaissance se voit largement mobilisée afin d’accompagner les transformations subies et représentées de l’environnement du journalisme et des médias. La non-circulation puis la circulation des données produites ou acquises sur le public peuvent ainsi évoluer en fonction des intérêts des directions. L’idée partagée, voire acceptée que le journalisme est en « crise » a alors pu donner un poids particulier à ces statistiques. Dès lors que la recherche d’une audience plus grande, ou la lutte contre sa diminution, a été admise comme une nécessité par les différents acteurs du journalisme et autour de celui-ci, le poids des données statistiques pouvait devenir plus important et légitime au sein des organisations.

77Ce poids a ainsi contribué à renforcer la prise en compte du public sous la figure réifiée de l’usager/consommateur, mobilisée à l’intérieur des organisations et entre les professionnels. Suivant cette perspective, les dispositifs mis en place dans les supports médiatiques et visant à renouer avec le public peuvent être compris comme une expression des représentations à l’œuvre et des stratégies déployées au sein des organisations. Si certains internautes peuvent être effectivement présents dans la production ou la distribution, la présence du public demeure évanescente, fuyante. Mais il faut insister, renouveler les dispositifs, les appels et injonctions. Ainsi, ce déploiement de stratégies nouvelles ou renouvelées produit des effets. À l’intérieur des organisations médiatiques, des rédactions, du groupe professionnel des journalistes. Ces derniers ne composent alors pas tant avec un nouvel entrant qu’avec des assignations de rôles et des injonctions au changement, de plus en plus admises. Les dispositifs tournés vers le public participent d’objectifs renforcés, dirigés vers de nouvelles rentabilités à trouver pour le journalisme inclus dans les plateformes médiatiques.

78Les stratégies impulsées par les directions des organisations, et en particulier dans l’exemple étudié de Québecor, peuvent alors mobiliser à la fois la figure de consommateurs désintéressés du journalisme et la figure d’usagers producteurs pouvant prendre part à l’information sans les journalistes.

79L’analyse du déploiement des stratégies et des dispositifs à destination du public en ligne, au sein du groupe, montre ainsi bien plus une volonté de contrôler les parcours de consommation tout en s’appropriant la valeur créée par les internautes, qu’un changement radical des rapports entre professionnels et publics. Au bout du compte, les dispositifs de mise au travail du public peuvent apparaître comme une possible coproduction de contenus, insérée dans la fonction de production des médias ; ils peuvent également — et surtout — être envisagés comme des outils d’affichage, à la fois tournés vers l’extérieur de l’organisation médiatique et recherchant des effets à l’intérieur. Cette fonction de mise en avant et de mise en scène n’est pas une complète nouveauté, et rejoint en grande partie les travaux évoqués plus haut. Elle s’inscrit ici de manière spécifique dans une représentation du public renouvelée qui, loin d’être isolée, de n’exister qu’auprès d’un dispositif seul et des acteurs qui y participent, se construit dans un renforcement mutuel avec les pratiques, conflits et stratégies à l’œuvre au sein du groupe.

80Cette dynamique permet — en tout ou partie — la reprise de positions énonciatives, discours et stratégies des directions, incorporant avec elles différentes traces de pouvoir en même temps que les savoirs mobilisés et mis en circulation. Cette diffusion se forme en différents lieux, espaces et temps dans l’organisation, investie positivement ou critiquée par les acteurs, mais formée de manière commune. Dispositifs et discours se rejoignent alors dans la construction d’un imaginaire et de représentations particulières du public du groupe, de ses supports et de ses acteurs, intégrées aux stratégies.

Haut de page

Bibliographie

AMAR, Henri (2008), « Presse régionale : un médiateur, pour quoi faire ? », Les Cahiers du journalisme, 18 : 64-74.

ANCIAUX, Arnaud (2014a), « Entre discours et transformations des modèles d’affaires, la place nouvelle du médiatique et du journalisme dans un groupe industriel de communication canadien » dans Florence LE CAM et Denis RUELLAN (dir.), Changements et permanences du journalisme, Paris, L’Harmattan, p. 41-59.

ANCIAUX, Arnaud (2014b), Réinventer l’économie du journalisme. Ouest-France et Québecor, deux essais de transformation d’une pratique discursive et des modèles d’affaires des industries médiatiques à l’ère du numérique. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication sous la direction de François DEMERS, Thierry PÉNARD et Denis RUELLAN, Rennes/Québec, Université de Rennes 1/Université Laval.

AUBERT, Aurélie (2008), « Rue89 : un modèle horizontal de la production d’information ? », Médiamorphoses, 24 : 99-104.

AUBERT, Aurélie (2011), « Le participatif perçu par les professionnels du journalisme : état des lieux », Les Cahiers du journalisme, 22-23 : 42-55.

BAILLARGEON, Stéphane (2010a), « Lire ou ne pas lire Le Journal de Montréal ? La CSN lance un boycottage plus organisé du quotidien », Le Devoir, 20 octobre 2010, p. B10.

BAILLARGEON, Stéphane (2010b), « Médias — Publications : le lectorat reste stable. Mais la chute des revenus publicitaires menace les journaux », Le Devoir, 3 avril 2010, p. B9.

BAILLARGEON, Stéphane (2011), « Sans journalistes et <avec pas de scabs> », Le Devoir, 28 février 2011, p. B7.

BENESSAIEH, Karim (2009), « Lock-out au Journal de Montréal. Québecor durcit ses demandes », La Presse, 16 décembre 2009, p. A14.

BENSON, Rodney (2000), « La logique du profit dans les médias américains », Actes de la recherche en sciences sociales, 131-132 (mars) : 107-115.

BONVILLE, Jean de et Jean CHARRON (2004), « Le journalisme et le marché : de la concurrence à l’hyperconcurrence » dans Colette BRIN, Jean CHARRON et Jean de BONVILLE (dir.), Nature et transformation du journalisme. Théorie et recherches empiriques, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 273-317.

BOURDON, Jérôme (2004), « La triple invention : comment faire l’histoire du public ? », Le Temps des médias, 2(3) : 12-25.

BOURDON, Jérôme et Cécile MÉADEL (2011), « Inside television audience measurement : Deconstructing the ratings machine », Media, Culture & Society, 33(5) : 791-800.

CANU, Roland et Caroline DATCHARY (2010), « Journalistes et lecteurs-contributeurs sur mediapart. Des rôles négociés », Réseaux, 2-3(160-161) : 195-223.

CASSIVI, Marc (2009), « Un empire qui empire », La Presse, 17 décembre 2009, p. 5 [Arts et spectacles].

CAVELIER-CROISSANT, Valérie (2001), « Dis-moi comment tu surfes et j’imaginerais qui tu es. Ou comment les éditeurs de presse quotidienne locale pensent leurs lecteurs sur internet » dans Béatrice DAMIAN et al. (dir.), inform@tion.local, Paris, L’Harmattan, p. 157-173.

CENTRE D’ÉTUDES SUR LES MÉDIAS (2012), Portrait de la propriété dans le secteur des quotidiens au Québec et au Canada, Québec, Université Laval.

CHANIAC, Régine (2003), « Introduction. L’audience, un puissant artefact », Hermès, 37 : 35-48.

CHARON, Jean-Marie (2003), « Presse écrite : du tirage au lectorat », Hermès, 37 : 63-71.

DAYAN, Daniel (2000), « Télévision : le presque-public », Réseaux, 18(100) : 427-456.

DEGAND, Amandine (2012), Le journalisme face au web. Reconfiguration des pratiques et des représentations professionnelles dans les rédactions belges francophones. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication sous la direction de Benoît GREVISSE et Gérard DERÈZE, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain.

DELFORCE, Bernard (1994), « Les journalistes et l’évolution des instruments de connaissance du public : enjeux d’identité et de pouvoir », Les Cahiers du journalisme, 1 : 42-58.

DEMERS, François (2012), « Le défi de la construction d’un public pour le journalisme au temps de Google Analytics », tic&société, 6(1) : 7-30.

DEMERS, François et Florence LE CAM (2012), « Multi-platform production : Full speed ahead the case of the Canadian Company Québecor, 1995-2010 », Brazilian Journalism Research, 8(2) : 237-260.

DESSUREAULT, Isabelle (2009), « 100 conventions sans conflit », La Presse, 22 décembre 2009, p. A22.

DOMINGO, David et al. (2008), « Participatory journalism practices in the media and beyond », Journalism Practice, 2(3) : 326-342.

DUJARIER, Marie-Anne (2008), Le travail du consommateur : de McDo à Ebay, comment nous coproduisons ce que nous achetons, Paris, La Découverte.

DUPONT, Françoise (2004), « Les lecteurs de la presse : une audience difficile à mesurer », Le Temps des médias, 2(3) : 142-150.

FLICHY, Patrice (2001), L’imaginaire d’internet, Paris, La Découverte, Coll. « Sciences et société ».

FLICHY, Patrice (2008), « Technique, usage et représentations », Réseaux, 2(148-149) : 147-174.

FOUCAULT, Michel (1966), « <Michel Foucault, Les mots et les choses> (entretien avec R. Bellour), Les Lettres françaises, no 1125, 31 mars-6 avril 1966 : 3-4 » dans Dits et écrits, Paris, Gallimard, p. 526-532.

FOUCAULT, Michel (1977), « <Le jeu de Michel Foucault> (entretien avec D. Colas, A. Grosrichard, G. Le Gaufey, J. Livi, G. Miller, J. Miller, J.-A. Miller, C, Millot, G. Wajeman), Ornicar ?, Bulletin périodique du champ freudien, no 10, juillet 1977 : 62-93 » dans Dits et écrits, Paris, Gallimard, p. 298-329.

FRAISSE, Emmanuel (2003), « Que mesure-t-on quand on mesure l’audience ? », Hermès, 37 : 51-62.

HERMIDA, Alfred et Neil THURMAN (2008), « A clash of cultures. The integration of user-generated content within professional journalistic frameworks at British newspaper websites », Journalism Practice, 2(3) : 343-356.

JOUËT, Josiane (2004), « Les dispositifs de construction de l’internaute par les mesures d’audience », Le Temps des médias, 2(3) : 160-174.

KPEROGI, Farooq A. (2010), « Cooperation with the corporation ? CNN and the hegemonic cooptation of citizen journalism through iReport.com », New Media & Society, 13(2) : 314-329.

LE GRIGNOU, Brigitte (2003), Du côté du public usages et réceptions de la télévision, Paris, Économica, Coll. « Études politiques ».

LEBLANC, Raynald (2009), « Le mépris de Québecor », La Presse, 23 décembre 2009, p. A32.

MARCOUX, Julie (2011a), « Une ado se suicide. La mère de Marjorie se confie à Mon topo », TVA Nouvelles, 29 novembre 2011, 4 min 19 [En ligne]. http://tvanouvelles.ca/video/1301627939001/la-mere-de-marjorie-se-confie-a-mon-topo/ . Page consultée le 20 janvier 2014.

MARCOUX, Julie (2011b), « Une ado se suicide. Marjorie Raymond, 15 ans, victime d’intimidation... », TVA Nouvelles, 29 novembre 2011, 1 min 46 [En ligne]. http://tvanouvelles.ca/video/1301534576001/marjorie-raymond-15-ans-victime-dintimidation/. Page consultée le 20 janvier 2014.

MÉADEL, Cécile (2010), Quantifier le public. Histoire des mesures d’audience de la radio et de la télévision, Paris, Économica, Coll. « Médias et publicité ».

MEHL, Dominique (1996), La télévision de l’intimité, Paris, Seuil.

NEVEU, Érik (2009), Sociologie du journalisme, troisième édition, Paris, La Découverte, Coll. « Repères ».

NICOUD, Anabelle (2010), « Appels au boycottage du Journal de Montréal », La Presse, 20 octobre 2010, p. A10.

OGER, Claire (2005), « L’analyse du discours institutionnel entre formations discursives et problématiques socio-anthropologiques », Langage et société, 4(114) : 113‑128.

PAQUIENSÉGUY, Françoise (2010), « La notion d’usage est-elle stratégique pour les industries créatives ? », tic&société, 4(2) : 90-109.

PAQUIENSÉGUY, Françoise (2011), « Multimédia et web 2.0 : entre pratiques éditoriales et industries créatives », Les Enjeux de l’information et de la communication, 12(2) : 3-10.

PAQUIENSÉGUY, Françoise (2012), « L’usager et le consommateur à l’ère numérique » dans Geneviève VIDAL (dir.), La sociologie des usages : continuités et transformations, Cachan, Hermès/Lavoisier, p. 179-212.

PÉPIN, Patrick (2008), « Vertus, faiblesses et ambiguïtés de la médiation de presse », Les Cahiers du journalisme, 18 : 12-19.

PEREIRA, Fábio Henrique et Angélica FONSÊCA DE FREITAS (2012), « Les innovations technologiques et la reconfiguration des rapports entre journalistes et public dans le journal télévisé local. Une étude de l’émission brésilienne DF-TV », Sciences de la société, 84-85 : 214-229.

PRADIÉ, Christian (2004), « L’irrésistible montée des études de marché dans la presse française (1920-1990) », Le Temps des médias, 2(3) : 126-137.

PYNSON, Laura (2011), « La presse à l’épreuve du web participatif : quand la conversation ne va pas de soi », Communication & langages, 169 : 63-75.

QUÉBECOR INC. (2010), Rapport de gestion, Montréal, Québecor Inc.

QUÉBECOR INC. (2011), Revue financière 2010, Montréal, Québecor Inc.

REBILLARD, Franck (2007), Le Web 2.0 en perspective. Une analyse socio-économique de l’internet, Paris, L’Harmattan, Coll. « Questions contemporaines », Série « Les industries de la culture et de la communication ».

RIEFFEL, Rémy (2008), « Les métamorphoses de l’information : de sa production à sa coproduction » dans Xavier GREFFE et Nathalie SONNAC (dir.), Culture Web. Création, contenus, économie numérique, Paris, Dalloz, p. 97-117.

ROSNAY, Joël de et Carlo REVELLI (2006), La révolte du pronétariat : des mass média aux média des masses, Paris, Fayard, Coll. « Tranversales ».

RUELLAN, Denis (2007), « Penser le <journalisme citoyen> », Cahier de recherche M@rsouin, 13 : 1-7.

RUELLAN, Denis (2011), Nous, journalistes. Déontologie et identité, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « Communications, médias et sociétés ».

SASSEVILLE, Serge (2010), « Lettres — Précision concernant Le Journal de Montréal », Le Devoir, 10 avril 2010, p. C4.

SCHMITT, Laurie (2012), Quand les médias utilisent les photographies des amateurs, Paris, Le Bord de l’eau, Coll. « INA | Penser les médias ».

SINGER, Jane B. et Ian ASHMAN (2009), « <Comment is free, but facts are sacred> : User-generated content and ethical constructs at the guardian », Journal of Mass Media Ethics, 24(1) : 3-21.

SONNAC, Nathalie (2009), « L’économie de la presse : vers un nouveau modèle d’affaires », Les Cahiers du journalisme, 20 : 22-43.

SORLIN, Pierre (1992), « Le mirage du public », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 39(1) : 86-102.

THIERRY, Daniel (2010), « Le correspondant de presse local : un professionnel du photojournalisme amateur », Communication & langages, 165 : 31-46.

TOUBOUL, Annelise (2006), « Interactivité des sites de presse : relégation et exploitation de la parole profane » dans Ghislaine CHARTON et Évelyne BROUDOUX (dir.), Document numérique et société, Paris, ABDS, p. 279-298.

TRÉDAN, Olivier (2007), « Le <journalisme citoyen> en ligne : Un public réifié ? », Hermès, 47 : 115-122.

TRÉDAN, Olivier (2012), Les mondes du blogue. Contribution à l’analyse du phénomène des blogues en France. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication sous la direction de Denis RUELLAN, Rennes, Université de Rennes 1.

TVA NOUVELLES (2011), « L’intimidation pousse une ado au suicide. La mère se confie à Mon topo », Tvanouvelles.ca [En ligne]. http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/archives/2011/11/20111129-174952.html. Page consultée le 20 janvier 2014.

VUJNOVIC, Marina et al. (2010), « Exploring the political-economic factors of participatory journalism », Journalism Practice, 4(3) : 285-296.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment, pour les évolutions dans les types d’enquêtes et les différents médias imprimés concernés, Dupont (2004) et Pradié (2004).

2 Elle connaît ainsi une structuration propre, avec de grands acteurs présents à l’international (notamment BPA Worldwilde, ayant notamment intégré le CCAB, et l’Alliance for Audited Media prenant la suite de l’ABC) en concurrence avec des structures de taille plus réduite.

3 De manière simplifiée, des mesures peuvent suivre l’audience à partir d’un site (les connexions à celui-ci) ou suivre les trajectoires d’individus connectés donnés.

4 Par exemple le site coréen OhmyNews.

5 Pour reprendre l’expression mise en avant par Joël de Rosnay et Carlo Revelli (2006).

6 Il n’en demeure pas moins que, malgré le succès mitigé de ces expériences — au moins au regard des objectifs révolutionnaires annoncés —, les exemples de médias, notamment issus de la presse écrite, développant une interactivité prononcée avec leurs publics sont fréquemment mis en avant par différents acteurs.

7 User generated content, contenus générés par les utilisateurs.

8 Voir notamment la présentation et l’analyse par Laurie Schmitt (2012).

9 Ce travail a été réalisé dans le cadre d’une thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, réalisée entre 2009 et 2014, et fondée principalement sur deux études de cas, à savoir le groupe Québecor, dont l’étude est ici reprise, et le groupe Ouest-France (Anciaux, 2014b).

10 Pour une analyse de ces transformations, voir Arnaud Anciaux (2014a, 2014b).

11 L’événement évoqué (concernant en fait une jeune fille dénommée Marjorie) est détaillé plus loin.

12 Un employeur peut, à l’occasion du renouvellement d’une convention collective (donnant lieu à un désaccord), décider de procéder lui-même à une forme de « grève », le lock-out. Le lieu — physique — de travail est alors fermé, et les travailleurs mis de facto en grève, jusqu’à la signature d’un accord.

13 Ainsi de l’échange entre une chronique, une réponse de Québecor et une réplique du syndicat des travailleurs (Cassivi, 2009 ; Dessureault, 2009 ; Leblanc, 2009).

14 Terme péjoratif pour désigner son caractère abîmé, endommagé, voire dénaturé.

15 LCN, Mon topo [En ligne]. http://lcn.canoe.ca/montopo/. Page consultée le 21 juillet 2013.

16 Entretien avec un journaliste de TVA, 28 mars 2012.

17 Entretien avec un journaliste de TVA, 28 mars 2012.

18 Une adolescente de 15 ans, vivant en Gaspésie, s’est suicidée le 28 novembre 2011, après avoir été victime de harcèlement à l’école. Mon topo a alors diffusé cette information le lendemain, avec des extraits d’une lettre laissée par la jeune fille et un entretien avec sa mère (Marcoux, 2011a et 2011b ; TVA Nouvelles, 2011).

19 Entretien avec un journaliste de TVA, 28 mars 2012.

20 Dénombrement réalisé avec WaybackMachine (http://archive.org/web/), réalisé sur 11 mois pour 2011 et 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Secteurs d’activité du groupe Québecor en 2012
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6025/img-1.png
Fichier image/png, 171k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Anciaux, « Les publics d’une stratégie », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/6025 ; DOI : 10.4000/communication.6025

Haut de page

Auteur

Arnaud Anciaux

Arnaud Anciaux est professeur au Département d’information et communication, Université Laval, membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS) et membre associé du Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE). Courriel : Arnaud.Anciaux@com.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org