Navigation – Plan du site
Articles

Préfigurations du lecteur dans la presse en ligne

Une analyse sémio-rhétorique de la pratique des hyperliens par les webjournalistes
Alexandra Saemmer

Résumés

Comment le texte journalistique en ligne, cadré dans une page-écran et ancré dans un dispositif, préfigure-t-il ses « publics-modèles » ? L'auteure mobilise des approches du texte médiatique, issues des cultural studies et de l’économie politique de la communication, pour dresser la toile de fond méthodologique de l’étude sémio-rhétorique proposée ici. Au centre de l’étude se trouve un corpus d’articles publiés en 2014 dans liberation.fr et lemonde.fr, autour de l’annulation des spectacles de Dieudonné et la révélation de la relation entre François Hollande et Julie Gayet. Elle montre comment les journalistes préfigurent des « publics-modèles » à travers les formes de la page-écran et la pratique de l’hyperlien, tout en inscrivant l’analyse dans une approche critique des médias.

Haut de page

Texte intégral

1Comment le texte journalistique en ligne, cadré dans une page-écran et ancré dans un dispositif, préfigure-t-il ses publics ? Quelles sont les positions idéologiques vers lesquelles le texte oriente les publics par ces préfigurations, et comment subvertit-il éventuellement ces positions ? J’essaierai d’esquisser des éléments de réponse à ces questions en mettant en œuvre une étude sémio-rhétorique s’appuyant sur un corpus de six articles sélectionné dans les journaux en ligne liberation.fr et lemonde.fr, traitant de deux « affaires » qui ont occupé une place importante dans les médias français en janvier 2014 : l’annulation des spectacles de l’humoriste Dieudonné et la révélation de la liaison du président François Hollande avec l’actrice Julie Gayet. Des approches du texte médiatique issues de l’économie politique de la communication, des cultural studies, de la sémiotique et de la rhétorique dresseront la toile de fond théorique de la démarche d’analyse proposée ici. Mon objectif est de montrer comment les webjournalistes explorent les potentiels d’expression divers ouverts par le numérique (la forme des pages-écrans du texte, et en particulier l’hyperlien). J’inscris cette étude dans une approche critique des médias qui prend certes en compte les structures de domination lourdes qui pèsent sur le journalisme en ligne, mais valorise (plus encore que ne le font, par exemple, de Maeyer et Holton, 2015) la diversité des pratiques effectivement mises en œuvre.

2Je commencerai par passer en revue les approches du texte médiatique mises à l’épreuve par Stuart Hall, Charlotte Brunsdon et David Morley dans le champ des cultural studies. Contrairement à ces auteurs qui n’y recourent pas, j’insisterai sur le caractère opérationnel de l’analyse rhétorique comme méthode de décryptage des discours. Les repères de l’approche critique mobilisée se fondent notamment sur une théorisation des « allants-de-soi » du texte numérique. Je mobiliserai ensuite les concepts d’énonciation éditoriale et de forme-modèle empruntés à la sémiopragmatique française (Jeanneret et Souchier, 2005), pour mettre en œuvre une analyse sémiotique et rhétorique du corpus : analyse qui permettra d’enrichir, et jusqu’à un certain point aussi de relativiser, les analyses du rôle marchand de l’hyperlien dans le journalisme en ligne tel qu’il est revendiqué par certains auteurs s’inscrivant dans la tradition de l’économie politique de la communication.

Problématique et objectifs de l’étude

3Concernant la presse en ligne, nombreux sont les chercheurs qui constatent une « rupture de l’équilibre fragile entre la vocation sociopolitique du journalisme et ses impératifs commerciaux » (Carbasse, 2012 : 47). Franck Rebillard a consacré plusieurs travaux à la question de savoir si l’organisation socioéconomique de la filière de l’information en ligne favorise la dissémination d’informations originales et multiples ou si elle participe plutôt d’une amplification de la circulation circulaire de l’information (notamment Rebillard, 2006 et 2011). S’appuyant sur des études quantitatives et qualitatives, l’auteur affirme que la diffusion des contenus en ligne s’inscrit dans un « processus de retraitement des informations au sein duquel les portails et agrégateurs de nouvelles […] jouent un rôle majeur », s’apparentant à de véritables machines « à engendrer de la redondance sur l’internet » (2011 : 89-90).

4Pour expliquer ces tendances, Marc-Olivier Goyette-Côté définit internet comme une « vaste étendue de points liés entre eux par des liens hypertextes », précisant qu’« aucun site ne saurait être visible sur la Toile s’il n’est pas lié à d’autres par des liens hypertextes » (2012). Le fonctionnement par hyperliens ferait en sorte que la plupart des sites sont accessibles par d’autres sites, notamment par les moteurs de recherche. Les hyperliens favoriseraient ainsi, avant tout, le classement d’un site par les moteurs. Par exemple, pour classer un site, Google tient compte en effet du nombre de visites, mais aussi du nombre de liens entrants, de la fréquence d’actualisation, de la source qui a abordé un sujet en premier et des sources les plus souvent citées. Selon Rebillard (2006 et 2011), il n’est donc pas étonnant que le recours à l’hypertextualité se réduise souvent à des liens autoréférentiels et peu renouvelés. Pour Yannick Estienne (2007), les webjournalistes se trouvent ainsi « dominés », soumis au principe d’une « circulation circulaire de l’information » (Bourdieu, 1996 : 26) qui appauvrit les contenus, et qui finalement ne fait que soutenir des logiques marchandes.

5Il ne suffit pourtant pas de quantifier les liens internes, effectivement nombreux, et de constater la fréquence de renvois aux mêmes sources, pour conclure à un appauvrissement systématique des contenus. La quantification des liens (souvent accompagnée de cartographies) fait peu de cas du contexte discursif de l’hyperlien et du rôle qu’il joue au niveau micro. Mon analyse rhétorique « en acte » d’articles de presse en ligne a pour objectif de montrer que se greffent sur les logiques marchandes d’autres stratégies, textuelles, qui prennent parfois la forme d’une invitation à des pratiques de lecture dialogiques, voire déviatives. Les approches inspirées de l’économie politique passent à côté de ces pratiques subtiles de négociation et d’opposition parce qu’elles n’effectuent pas d’analyse rapprochée des textes médiatiques dans leur contexte — importance d’une contextualisation qui est également pointée par Juliette de Maeyer (2013).

Repères théoriques

Apport des cultural studies

6Plusieurs représentants des cultural studies, notamment Hall, Brunsdon et Morley, ont soutenu qu’il est possible de faire émerger les positions idéologiques inscrites dans un texte médiatique par une analyse rigoureuse des stratégies discursives (Morley et Brunsdon, 1999 ; Hall, 2008a ; Hall, 2008b ; Morley, 2008a ; Morley, 2008b). Avec son modèle appelé « encodage/décodage », Hall (2008a) a proposé une méthode pour prendre en compte, d’une part, les « grammaires médiatiques » qui préfigurent la lecture d’un texte et, d’autre part, les références culturelles des récepteurs qui les conduisent vers des lectures plus ou moins conformes à ces préfigurations.

7Le « message » du texte est d’abord construit par la production, qui s’appuie sur « un savoir usuel concernant les procédures courantes, des compétences techniques historiquement définies, des idéologies professionnelles, des définitions et des suppositions, des hypothèses sur le public » (Hall, 2008a : 27). Toutes ces composantes, et en particulier les hypothèses sur le public, prennent à un moment donné la forme d’un discours « codé » : « Dans un moment <déterminé>, la structure emploie un code et génère un <message>, à un autre moment déterminé, le <message> par l’intermédiaire de ses décodages, débouche sur la structure des pratiques sociales » (Hall, 2008a : 27). Pour qu’il y ait communication, il faut que les processus d’encodage et de décodage se rencontrent au moins partiellement ; cette rencontre est préfigurée par le texte médiatique.

8Morley souligne que les médias doivent donc certes être considérés comme une construction par leur public, mais que « la polysémie du message n’exclut pas qu’il obéisse à une structure. Les publics ne voient pas simplement dans un texte ce qu’ils veulent y voir, dès lors il ne s’agit pas d’une fenêtre ouverte sur le monde, mais d’une construction » (2008b : 159). Le décodage du texte par le lecteur s’opère dans certaines limites préfigurées par le texte, qui produisent une clôture du sens. Hall, Brunsdon et Morley affirment donc que les effets idéologiques des médias peuvent se déduire de l’analyse de la structure textuelle et formelle des messages qu’ils émettent. Doivent être analysées les différentes thématiques abordées, mais aussi des figures d’adresse au public, bref : doivent être analysés les contenus et la forme du texte.

  • 1 Morley (2008b) revient lui-même sur ces critiques.

9Cette analyse vise en particulier à cerner ce que Hall appelle « la lecture préférentielle » : la lecture à laquelle le lecteur « implicite » (Iser, 1995), tel qu’il est imaginé consciemment ou inconsciemment par les producteurs et auteurs d’un texte, est censé adhérer. La « lecture préférentielle » ne peut être détectée ni dans les seuls discours des producteurs et auteurs ni dans ceux des lecteurs, mais nécessite une analyse des spécificités sémiotiques et rhétoriques du texte lui-même. La « lecture préférentielle », c’est-à-dire la stratégie discursive dominante inscrite dans un texte, n’est pas équivalente à une lecture « majoritaire ». Qui décide alors de sa pertinence et qui est capable de la déceler ? Malgré la nature problématique du concept de lecture préférentielle pointée par de nombreux auteurs1, et qui m’a amenée jusqu’alors à lui préférer le terme, plus neutre, de potentiel d’action — emprunté à Wolfgang Iser (1995) — dans mes travaux, je propose d’expérimenter ici sa pertinence. À travers ce concept, je postulerai en effet que tout texte — même le texte hypermédiatique — est caractérisé par une clôture, au moins partielle, parce qu’il engage le lecteur vers des points de vue que l’on peut analyser à partir d’une approche critique. Comme le formule Ien Ang, l’un des buts de l’analyse du texte médiatique par les cultural studies est en effet de

comprendre les mécanismes spécifiques (textuels et institutionnels) par lesquels les médias fonctionnent idéologiquement ; ceux par lesquels, dans les processus de production culturelle institutionnalisée, des significations particulières sont encodées dans la structure des textes, devenant ainsi significations « préférentielles », renforçant les relations de pouvoir économique, politique et social (2008 : 263).

10Il ne s’agit certainement pas d’affirmer que le texte est doté d’une seule signification. J’inscris mes analyses sémiotiques et rhétoriques du texte numérique dans une démarche résolument pragmatique, qui tient compte des conditions de production et de réception des signes « en action », dans leur contexte social. Néanmoins, je postule que des « significations préférentielles » se proposent au lecteur parce que tout message comporte des éléments directifs. La « lecture préférentielle » est celle vers laquelle le texte ne cesse d’orienter son lecteur. Il est important de l’identifier, notamment face à un texte médiatique comme un article journalistique, parce que dans ce champ le pouvoir de réinterprétation du public « est loin d’être équivalent au pouvoir discursif inhérent aux organisations médiatiques centralisées » (Morley, 2008b : 166). L’analyse des stratégies textuelles inscrites dans le contenu et sa forme est, depuis l’Antiquité, l’objectif de la rhétorique.

Apports de la rhétorique

11Dans mon approche du texte médiatique, j’emprunte des concepts à la sémiotique (qui est également convoquée par Hall, Brunsdon et Morley), en m’appuyant notamment sur l’analyse des « formes-modèles » par Yves Jeanneret et Emmanuël Souchier (2005). Les deux auteurs définissent les formes-modèles comme des protocoles de lecture qui contribuent à la signification d’un texte ; ces formes dressent les cadres qui « contiennent » le texte sur les pages. Mon analyse de l’articulation de deux ou plusieurs textes journalistiques par hyperliens dans leur contexte discursif relève ensuite d’une approche rhétorique du texte numérique (Saemmer, 2015).

12Les rapports entre sémiotique et rhétorique sont complexes, et ce n’est pas le lieu ici de les discuter. Pour le dire rapidement, en m’appuyant sur Sémir Badir (2011), je définis la rhétorique comme la partie créative et ouverte du système sémiotique, qui se penche sur la production de nouvelles relations entre « unités » de sens et leur articulation stratégique. La rhétorique étudie notamment comment la disposition des éléments d’un discours préfigure les conditions d’acceptation d’un texte, et comment l’élocution oriente la réception à travers les figures. Bien évidemment, une étude rhétorique ne peut être séparée d’un questionnement sur l’influence exercée par celui qui détient le pouvoir sur le discours.

13Dans une démarche pragmatique, on ne peut donc analyser l’émergence de la signification sans se référer en outre au contexte idéologique. Iser (1995) a forgé le terme normes d’attente pour désigner les facteurs qui, d’une part, conditionnent la réception d’un texte par les publics et qui, d’autre part, se trouvent inscrits dans le texte lui-même, et peuvent donc y être décryptés. Louis Althusser (1971) décrit l’effet idéologique le plus élémentaire comme celui de l’allant-de-soi ; le « sens commun » empêcherait l’examen des conditions historiques d’un fait social. L’idéologie n’est donc pas forcément ce qui est caché, mais plutôt ce qui paraît le plus manifeste. Le « sens commun », sa façon d’établir les choses comme « allant de soi », se reflète dans un texte partout où ses prémisses et présupposés semblent les plus transparents.

Positions idéologiques dans les allants-de-soi

14Pour revenir au texte numérique, un premier « allant-de-soi », au sens d’Althusser, est l’idée que l’hyperlien sert avant tout à confirmer des informations déjà existantes, à les définir ou à les expliciter, mais en aucun cas à les mettre en question ou à les contredire. Plusieurs études empiriques confirment le caractère partagé de cette « norme d’attente » à l’égard de l’hyperlien (Saemmer, 2015). Beaucoup de producteurs et d’auteurs de textes en ligne, mais aussi des chercheurs en communication et en psychologie cognitive (parmi tant d’autres, Baccino, 2011 ; Giffard, 2011 ; Cassin, Clayssen et Leclère, 2009 ; Carr, 2008), affirment que la raison de cette attente doit être cherchée dans les pratiques de lecture numérique, et notamment dans la rapidité avec laquelle le lecteur traverserait « forcément » les textes hyperliés  pratique de lecture qui est posée comme un lieu commun. Une structure argumentative complexe ne répondrait pas à ces normes d’attente. Cette idée du lecteur comme consommateur pressé arrange grandement les logiques marchandes dans la presse en ligne reposant notamment sur l’incitation au clic rapide dans des textes courts.

15Un autre « allant-de-soi » est que l’hyperlien accomplit une fonction documentaire, permettant au lecteur de vérifier par lui-même les sources d’une information. Se trouve ainsi conforté un refus de l’incertitude, qui favorise le journalisme d’information sur le journalisme d’opinion, sous-entendant que la « nouvelle » est plus « vraie », parce que vérifiable. Ce postulat de la « transparence informationnelle », rendue possible par la technique du lien, a forgé la représentation de l’information comme « une sorte de réel ontologique immédiatement perceptible ». Comme le montrent Joëlle Le Marec et Igor Babou, cette représentation est fondée sur l’idée que grâce à la technique, « la communication entre individus serait enfin désambiguïsée, libérée des contraintes de l’interprétation » (2003 : 255).

16Certes, il faut préciser que l’hyperlien a été, dans certaines communautés de chercheurs et de praticiens, salué plutôt comme un vecteur de pluralisme. En avançant qu’il « instrumentalise la complexité », Jean Clément, l’un des premiers théoriciens de l’hypertexte en France, a mobilisé l’idée d’un lien qui oppose à l’organisation ordonnée des savoirs une « organisation en système, plus floue, mais plus ouverte et plus dynamique » (2000 : 49). Au lieu de prôner l’existence d’une « vérité », l’association dynamique de points de vue permettrait de refléter la complexité des phénomènes qui nous entourent. Dans le domaine du journalisme, les affirmations allant dans ce sens n’ont pas non plus manqué. Mário Mesquita affirme ainsi que les « nouvelles technologies du cyberespace », dont l’hyperlien, visent à dépasser les paradigmes du réalisme et de l’objectivité. Les hypertextes « reçoivent la notion de contradiction, fragmentation, juxtaposition et pluralisme, au lieu de la recherche de la <vérité> qui se trouve au centre du projet journalistique traditionnel » (2005 : 224).

17S’est néanmoins imposée l’idée que seul l’hyperlien « informationnel », qui établit des connexions « transparentes » et « prédictibles », répond aux attentes du lecteur (par exemple Charney, 1994 ; DeWitt, 1999 ; Ensslin, 2007). Que cette conception du lien favorise la lecture rapide, superficielle, paraît clair : ce qui est seulement confirmé par lien n’a pas besoin d’être lu de près. Que cette conception favorise la « circulation circulaire de l’information » par renvoi aux sources, toujours les mêmes, et au bout du compte le référencement d’un site, donc aussi des logiques marchandes, paraît également évident. Que la prétendue lecture fragmentaire provoquée par l’hyperlien exige des textes courts, peu complexes, est accepté comme un allant-de-soi, enseigné dans les écoles de journalisme, arrangeant directement les affaires du marketing éditorial. Qu’il vaut mieux écrire plusieurs fois par jour un texte court, peu argumenté, qu’un article long si l’on veut être bien référencé dans Google, cimente cette pratique. Que le lecteur supposé hyperactif, promené en rond de clic en clic, arrange les affaires des producteurs, a été largement démontré par plusieurs chercheurs (voir analyses de Rebillard et Estienne évoquées plus haut).

18Un dernier allant-de-soi concernant la participativité du texte numérique, l’idée que le lecteur n’a plus la patience de lire ou de cliquer mais souhaite avant tout partager, commenter, écrire lui-même, peut paradoxalement renforcer ces tendances. Le lecteur-commentateur génère des flux, produit gratuitement des contenus, qu’il partage bénévolement sur les réseaux sociaux.

19Comment le texte numérique dans le journalisme en ligne répond-il à ces allants-de-soi ? Ne fait-il que les confirmer, comme le suggèrent les études du rôle marchand de l’hyperlien citées plus haut ? Ou les pratiques de lecture telles qu’elles sont préfigurées dans les discours hyperliés et leurs formes graphiques sur la page-écran sont-elles plus diversifiées ? C’est à ces interrogations que l’analyse qui suit s’efforce de répondre.

Démarche méthodologique

  • 2 « Pour une rhétorique de la réception du texte numérique : figure de la lecture, anticipations de p (...)

20Dans le cadre d’un projet de recherche visant à poser les fondements théoriques et méthodologiques d’une Rhétorique du texte numérique2, j’ai constitué entre décembre 2010 et avril 2011 un corpus de 25 articles prélevés dans les journaux en ligne lexpress.fr, marianne.fr et lepost.fr, consacrés aux sujets les plus divers (de Frontex à l’affaire Galliano, d’une marque de jeans à la visite du président chinois en France) et qui contenaient au moins trois hyperliens vers d’autres articles. Ce projet de recherche m’a permis d’élaborer les étapes d’une méthodologie d’analyse sémio-rhétorique que je mettrai également en œuvre ici.

21J’ai commencé l’analyse de chaque article par un relevé des formes-modèles graphiques sur la page-écran qui contribuent à créer les conditions d’accueil du public et à l’orienter vers des pratiques de réception sous la forme d’une énonciation éditoriale. Dans un média numérique comme le journal en ligne, certaines de ces formes-modèles, conçues non pas par les auteurs-journalistes mais par des concepteurs d’outils et des designers professionnels, font appel à des formats éditoriaux plus anciens, notamment le journal papier que la plupart des journaux étudiés continuent à publier parallèlement à la version en ligne. Je me suis ainsi intéressée notamment à l’influence des content management systems utilisés par les journalistes pour écrire et publier leurs textes.

  • 3 La définition retenue ici est proche de celle que proposent Yves Jeanneret et Jean Davallon (2004).
  • 4 Pour des précisions sur ces études, voir Saemmer (2015 : chap. 2).

22La deuxième étape de mon analyse a consisté à lister les thématiques abordées dans les 25 articles et à analyser leur articulation rhétorique. J’ai étudié l’emplacement de l’hyperlien dans l’énoncé et prêté une attention particulière aux annonces préparant le « terrain » au texte relié. L’hyperlien est, dans ce contexte, défini comme un texte à lire et à manipuler, trace d’une interprétation de la relation de contiguïté entre texte initial et texte relié par l’auteur du lien3. En m’appuyant sur une analyse des discours d’accompagnement et des études empiriques menées auprès de lecteurs4, j’ai énoncé, pour chacun des hyperliens figurant dans le corpus, des hypothèses concernant les attentes possibles du lecteur à l’égard des textes reliés. J’ai enfin activé les hyperliens et relevé les thématiques et leurs articulations rhétoriques dans les textes reliés, afin d’évaluer leur niveau de contiguïté avec l’article de départ. J’ai constaté une grande diversité dans ces niveaux de contiguïté.

23L’étude plus restreinte présentée ici permet de tester la robustesse de la méthode et des résultats obtenus, en étendant l’analyse à deux autres titres de presse français d’une renommée certaine et toujours considérés jusqu’à un certain point comme étant « de référence ». Plus encore, elle contribue à éclairer des zones d’ombre de Rhétorique du texte numérique : en effet, je n’y avais pris en compte ni l’étude des logiques marchandes de l’hyperlien ni celle des orientations idéologiques plus larges de certaines formes et figures préfigurées par le texte numérique. Par ailleurs, un corpus plus réduit, mais thématique permet d’engager une étude exploratoire de nature comparative, entre la pratique des formes-modèles et des hyperliens dans les deux titres sélectionnés.

24En janvier 2014, j’ai donc commencé le repérage d’articles dans lemonde.fr et dans liberation.fr, traitant de deux nouvelles : l’annulation des spectacles de l’humoriste Dieudonné à la suite de la publication d’une circulaire par le ministre de l’Intérieur Manuel Valls et la révélation de la relation entre le président François Hollande et l’actrice Julie Gayet par le magazine Closer. Parmi les nombreux textes consacrés aux affaires Dieudonné et Gayet par les deux titres de presse, j’ai sélectionné six articles, d’une part pour leur caractère argumentatif dépassant la simple présentation de nouvelles, d’autre part pour la présence d’au moins deux hyperliens reliant ces textes à d’autres articles.

25Un premier texte paru le 7 janvier dans lemonde.fr porte le titre « Le spectacle de Dieudonné interdit dans plusieurs villes5 » et contient deux hyperliens. Il relate qu’après d’autres responsables politiques, le préfet de la Loire-Atlantique a signé l’arrêté d’interdiction du spectacle de Dieudonné. Certains arrêtés visant Dieudonné ont cependant été invalidés dans le passé, au nom du respect de la liberté d’expression. Le même jour que lemonde.fr, liberation.fr consacre un article à l’affaire Dieudonné intitulé : « Après Bordeaux et Nantes, Orléans ne veut pas du show de Dieudonné6 ». L’article parsemé de quatre hyperliens revient sur la circulaire ministérielle et fait le point sur les décisions prises par les maires de France concernant l’interdiction du spectacle.

26La deuxième série d’articles du corpus est consacrée à l’« affaire Gayet ». Le 14 janvier, liberation.fr publie un article détaillant les réponses données par Hollande concernant sa vie privée, lors de la conférence de presse rituelle de janvier, intitulé « <Vie privée> de Hollande : un question-réponse tout en esquives7 ». Cinq hyperliens marquent cet article. L’interview avec l’historien Robert Muchembled, intitulée « Le roi, et aujourd’hui le président, reste le fécondateur suprême » et publiée le 13 janvier par liberation.fr, contient deux hyperliens8. Les révélations d’adultères seraient un « classique de l’histoire ». Revenant sur l’affaire Gayet, le journaliste avance que « l’appartement des rencontres nocturnes » serait lié à une figure du grand banditisme. Les adultères ont en effet parfois permis de faire pression sur l’homme au pouvoir, confirme l’historien.

27Lemonde.fr a également consacré des articles à l’affaire Gayet. Le court texte intitulé « Vie privée : Hollande promet de clarifier sa situation9 », publié le 14 janvier et contenant deux liens, revient aux réponses données par Hollande lors de la conférence de presse. Dans le même journal, le « médiateur » Pascal Galinier propose le 24 janvier un résumé des réactions de lecteurs face aux publications autour de l’affaire Gayet, intitulé « Tabou or not tabou ?10 » et parsemé de huit hyperliens. Au centre se trouve la question du traitement de la vie privée des hommes publics dans la presse.

Formes-modèles de la page-écran et du texte

28Sur les pages-écrans de lemonde.fr et de liberation.fr, les contenus rédactionnels se trouvent massivement entourés de liens et de bannières publicitaires. Au moment de la constitution du corpus, une grande bannière sur lemonde.fr, tout en haut de la page-écran, annonce un partenariat entre Le Monde et IBM. La page-écran de liberation.fr, journal initialement pensé sans publicité, est également parsemée d’annonces commerciales qui, parfois, s’intercalent jusque dans les articles, interrompant potentiellement le flux de la lecture intensive d’un contenu rédactionnel. Cédant à la publicité non seulement l’usage décomplexé de la couleur, mais aussi de l’animation textuelle, ces formes graphiques littéralement saillantes semblent valider la domination du journalisme en ligne par les enjeux marchands, constatée par l’économie politique, alors que d’autres formes s’en démarquent.

Formes-modèles pro-intensives

29Les polices avec empattement, comme la mythique Times, peuvent être considérées comme une sorte de rappel nostalgique d’un univers en partie révolu, et assurent la continuité d’une image de marque lorsqu’elles apparaissent juste dans un logo ou les grands titres. En outre, la police avec empattement a la réputation de faciliter la lecture rapide sur papier, mais de ralentir la lecture sur support numérique. Bien que Jakob Nielsen et Hoa Loranger affirment que « les études de lisibilité à l’écran montrent que le texte sans sérif est plus rapide à lire » (2007 : 232), les grands titres sur lemonde.fr s’affichent ainsi dans une police avec empattement, dotant potentiellement le texte d’une certaine « respectabilité » et d’une fiabilité traditionnellement associées au texte imprimé.

30Les hyperliens dans lemonde.fr sont soulignés par une couleur légèrement bleutée et agrémentés d’un soulignement en pointillé rappelant les premières formes-modèles de l’hyperlien naissant des années 1990. La discrétion de ces formes-modèles pourrait laisser supposer qu’il s’agit encore une fois de déranger le moins possible le flux d’une lecture intensive du texte. Il est en revanche intéressant de noter que les hyperliens restent présents dans le mode de lecture « zen », proposé par une petite icône à gauche des articles et réservé aux abonnés du monde.fr. Les hyperliens ne semblent donc pas forcément considérés par les concepteurs de ce journal comme des figures mettant en péril la lecture intensive, alors que toutes les icônes incitant au partage sur les réseaux sociaux, ainsi que les publicités disparaissent en mode « zen ». À moins qu’il s’agisse de continuer à préserver les avantages que les liens internes vers des pages du monde.fr, effectivement nombreux, apportent au référencement des pages, et que cette logique marchande prime même la revendication d’une lecture « zen » ?

31Dans liberation.fr, le texte courant des articles se trouve habillé d’une police avec empattement. Les hyperliens sont signalés par simple soulignement, sans même être affectés d’une couleur différente de celle du texte courant, s’inscrivant dans la même logique de discrétion que celle pratiquée par lemonde.fr, préfigurant potentiellement une lecture intensive.

32Je propose d’appeler « pro-intensives » ces formes-modèles qui préfigurent des lectures du texte plutôt concentrées et lentes, pourtant considérées comme difficilement compatibles avec la lecture sur support numérique. Ces formes-modèles se positionnent à l’encontre des allants-de-soi concernant la lecture « fatalement » rapide, fragmentaire et superficielle du texte numérique.

Formes-modèles pro-extensives

33L’un des allants-de-soi les plus partagés concernant les pratiques de lecture numériques reste néanmoins le caractère rapide et superficiel de celles-ci : le lecteur aurait envie d’accéder rapidement à des données factuelles et refuserait de prendre le temps de s’immerger dans des lignes d’argumentation complexes. J’ai mentionné plus haut à quel point cette représentation du lecteur numérique arrangeait les « affaires » des grands groupes de presse.

34Les formes-modèles « pro-extensives » dans le journal en ligne préfigurent ce lecteur impatient. La police sans empattement pour le texte courant est censée favoriser la lecture rapide à l’écran. Un haut niveau de tabularité de la page-écran, une structuration des articles mettant en avant les « informations » principales du texte, des encadrés synthétiques, mais aussi le marquage fort des hyperliens incitant préférentiellement à une lecture fragmentée peuvent être considérés comme des formes-modèles pro-extensives.

35Dans lemonde.fr, le texte courant s’affiche ainsi dans une police sans empattement. Autour de chaque article se regroupent des listes, contenant par exemple un rappel des principaux titres d’actualité d’une rubrique, qui peuvent être parcourues d’un seul coup d’œil.

36Dans liberation.fr, c’est pour les grands titres surplombant les articles qu’une police sans empattement a été retenue, alors que le texte courant encourage par sa forme des pratiques de lecture intensives. Incrustés dans l’article et l’entourant de façon tabulaire sur la page-écran, plusieurs encadrés proposent des liens vers des articles « sur le même sujet ». Des recommandations de titres d’articles « ailleurs sur le Web » ou « à lire sur libe.fr », listées de façon compacte, adressent de même au lecteur des invitations à « dériver » de sa lecture intensive d’un texte précis.

Formes-modèles pro-interventives

37Les formes-modèles « pro-interventives », enfin, anticipent sur un lecteur qui, de diverses manières, souhaite laisser des traces dans le texte numérique, confortant l’allant-de-soi que le lecteur en ligne serait forcément « hyper-actif » ; adepte du partage et non content du clic, il aurait envie de participer lui-même au processus d’écriture.

38Beaucoup de journaux en ligne donnent aujourd’hui la possibilité à leurs lecteurs de commenter le contenu rédactionnel, voire de participer eux-mêmes à la fabrication de celui-ci en proposant des posts sur un blogue associé. Grand nombre de symboles entourant le texte des articles invitent par ailleurs au partage et au commentaire sur des réseaux sociaux.

39Dans lemonde.fr, plusieurs onglets et icônes, marqués majoritairement par la couleur bleue, incitent le lecteur à « suivre » le média sur Facebook, Twitter et Google+ ou à s’abonner à des newsletters. Est même indiqué le nombre de lecteurs qui recommandent un article sur Facebook. Un rappel de ces formes-modèles pro-interventives se retrouve dans la colonne de gauche, en dessous d’une liste d’articles « les plus lus ». En bas de certains articles, l’onglet « Réagir » invite à laisser des commentaires. Ces moyens de partage, mettant gratuitement le lecteur à contribution et l’incitant à faire la promotion des contenus, sont également très présents dans liberation.fr.

40En résumé, les versions en ligne de ces deux quotidiens français anticipent à travers certaines formes-modèles sur des pratiques intensives et concentrées, pourtant fréquemment considérées comme incompatibles avec la lecture numérique. Lemonde.fr va jusqu’à proposer un mode de lecture « zen », certes payant. En revanche, l’organisation des pages-écrans est hautement tabulaire, et chaque article se trouve entouré d’un grand nombre de listes de titres incitant à la « dérive ». Par ailleurs, de nombreux outils de partage et de participation anticipent sur un lecteur qui n’aurait pas seulement envie de lire, mais surtout d’écrire du texte numérique, le mettant ainsi gratuitement à contribution pour la production des contenus et leur promotion. Certains lieux communs concernant le lecteur pressé, refusant l’incertitude, peu friand de lignes d’argumentation complexes, se trouvent ainsi soutenus par les formes-modèles des textes numériques étudiées, confirmant les logiques marchandes des grands groupes de presse.

Préfigurations de pratiques de lecture par l’hyperlien

41L’oscillation entre une lecture préférentielle soutenant les logiques marchandes, et des préfigurations de lectures résistant à ces logiques se retrouve dans les pratiques rhétoriques de l’hyperlien qu’il s’agit d’étudier maintenant.

Préfigurations d’une lecture « informationnelle »

42Dans le corpus des six articles, les hyperliens préfigurant des pratiques de lecture que je propose d’appeler « informationnelles » sont majoritaires (61 %). Ces hyperliens relient une affirmation à sa source, un concept à sa définition, une explication à sa « parole d’expert », un événement à sa photo de « preuve », proposant une lecture préférentielle nimbée d’une aura de transparence. L’hyperlien soutient, par son fonctionnement de renvoi rapide, le lieu commun idéologique de l’information comme « une sorte de réel ontologique immédiatement perceptible » (Le Marec et Babou, 2003 : 255).

43Dans le premier article publié par lemonde.fr consacré à l’affaire Dieudonné, un hyperlien marque par exemple l’expression « circulaire du ministère de l’Intérieur préconisant au cas par cas l’interdiction pour troubles à l’ordre public » (les hyperliens seront signalés par des soulignements). Le texte relié répond aux normes d’attentes « informationnelles » par un renvoi à la source et à des données factuelles, en concordance avec celles déjà fournies dans l’article de départ. L’article relié rappelle ainsi la première interdiction d’un spectacle de Dieudonné à Bordeaux, revient (comme l’article de départ) sur les annonces de l’avocat de Dieudonné de porter plainte, puis résume la circulaire ; le document original de la circulaire est incrusté dans le texte, confortant le refus d’incertitude présumé chez le lecteur. Menant vers un article du même journal en ligne, cet hyperlien favorise non seulement la circulation circulaire des informations, toujours les mêmes, mais aussi le référencement des pages du média par les moteurs de recherche.

44Dans l’article 2, le journaliste rappelle qu’une manifestation avait été prévue à la demande de la famille Klarsfeld avec l’association Fils et Filles des déportés juifs de France. L’hyperlien posé sur l’énoncé « la famille Klarsfeld a appelé à manifester mercredi » donne accès à un texte paru dans libération.fr qui résume l’argumentation de la famille Klarsfeld et rappelle que Dieudonné doit à l’État 65 000 euros issus de ses amendes pour propos racistes. Même si certains contenus dans le texte relié fournissent ainsi des informations complémentaires qui ne sont pas présentes dans l’article de départ, ils ne déplacent jamais le point de vue de l’article initial. Par ailleurs, il s’agit encore une fois d’un renvoi interne vers le même média.

45La pratique fréquente du lien préfigurant une lecture préférentielle du type informationnel est confirmée dans l’article 3 de liberation.fr, consacré à l’affaire Gayet. « Tendu », le président Hollande répond lors de la conférence de presse « sans s’épancher ». On serait loin du « avec Carla c’est du sérieux » du président Nicolas Sarkozy lors de sa conférence de presse de 2008, commente le journaliste, mais proche de son discours tenu lors d’un entretien en 2005, en pleine « tempête conjugale » avec Cécilia Sarkozy. L’énoncé hyperlié « avait expliqué l’alors président de l’UMP sur France 3 », encadrant des paroles de Sarkozy évoquant sa vie privée, renvoie vers la source de l’interview archivée sur le site de l’Institut national de l’audiovisuel. L’hyperlien inséré dans le même article juste après le tweet d’Alain Barluet « posté à la suite de son intervention » lors de la conférence de presse, donne accès au compte Twitter du journaliste, ce qui conforte encore une fois la position idéologique de la « vérifiabilité » de l’information sur support numérique.

46L’article 5 publié par lemonde.fr, consacré à l’affaire Gayet, présente sur un ton neutre les questions posées à Hollande lors de la conférence de presse. Si le lecteur s’attend face à l’énoncé hyperlié « lors de la conférence de presse, mardi 14 janvier » à un résumé de la conférence ou à un renvoi vers une source vidéo, il n’est pas déçu en cliquant. L’article relié résume tous les autres contenus, « hors vie privée », de la conférence, extraits vidéo à l’appui. Concernant « la question de sa sécurité », un texte relié, encore issu du monde.fr, précise qu’à l’Assemblée, l’Union pour un mouvement populaire (UMP) s’est interrogée sur la sécurité du président. Le fait que les informations sur la conférence de presse et ses contextes se trouvent distribuées dans plusieurs articles, reliés par liens internes, soutient non seulement le lieu commun que le lecteur aurait envie de recevoir des contenus fragmentés, mais également favorise les logiques de référencement.

47Certains hyperliens insérés dans le deuxième article publié par lemonde.fr autour de l’affaire Gayet répondent aussi aux normes d’attente motivées par un désir de réduction des incertitudes. Si le lecteur s’attend, face aux hyperliens sur « Camille Claudel », « Alma Mahler » et « Fanny Mendelssohn » citées comme exemples de femmes condamnées à rester dans l’ombre d’hommes célèbres, à des compléments d’information biographiques, il y accédera en effet. Le premier de ces hyperliens est interne et déplace le foyer d’attention vers un film de Bruno Dumont consacré à Camille Claudel. L’hyperlien sur Alma Mahler, externe, renvoie vers le site Babelio, et plus précisément un livre de Françoise Giroud consacré à Alma Mahler. L’article d’Agoravox consacré à Fanny Mendelssohn retrace l’histoire de la sœur de Félix Mendelssohn restée dans l’ombre du frère, malgré un talent égal.

Préfigurations d’une lecture « dialogique »

48Alors que la préfiguration d’une lecture informationnelle, confortant les positions idéologiques associées à la lecture numérique, ne favorise pas la diversité des représentations du réel, d’autres hyperliens (18 %) repérés dans le corpus préfigurent un lecteur prêt à accepter la juxtaposition d’arguments contradictoires, de points de vue divergents et de perspectives changeantes. Le procédé rhétorique de l’hyperlien que j’appelle « dialogique » invite le lecteur à effectuer des mises en perspective attentives qui nécessitent en principe une pratique de lecture intensive, en accord avec certaines formes-modèles des médias étudiés, mais mettant en question les « allants-de-soi » de la vérifiabilité, de la réduction des incertitudes et de la transparence informationnelles.

49Alors que deux hyperliens dans l’article 2 de liberation.fr préfigurent une lecture préférentiellement informationnelle, deux autres hyperliens invitent au croisement d’arguments et de contre-arguments, ouvrant le texte initial vers un débat d’idées que celui-ci seul ne contient pas. L’énoncé hyperlié évoquant que le ministre de l’Intérieur a « fait parvenir aux préfets et aux édiles une circulaire » donne accès à un article relié de libération.fr qui contextualise la circulaire, puis pointe certaines difficultés : non seulement les avocats de Dieudonné ont annoncé qu’ils contesteraient les décisions d’interdiction, mais en outre, certaines interdictions de spectacles par le passé n’ont effectivement pas été maintenues par les juges. L’initiative du ministre risque par ailleurs de ne pas tenir devant un tribunal parce que celui-ci n’est pas censé « créer du droit ». Les arguments de la circulaire sont exposés, mais se trouvent nuancés par des discours remettant en question le statut de la circulaire. Certes, l’hyperlien est encore interne, et l’on pourrait conclure que le dialogue d’arguments s’ouvre à l’intérieur du même journal et favorise le référencement. Néanmoins, la logique textuelle tempère ici la logique marchande.

50L’énoncé hyperlié « <Un scénario catastrophe pour le président> » dans l’article 6 du monde.fr cite le titre d’un article du même journal consacré à l’affaire Gayet. Le texte relié renvoie à l’article en question et fournit ainsi des explications sur le « scénario catastrophe » : la conférence de presse de Hollande risquait d’être dominée par la question de la vie privée ; la thèse des « deux corps du président » volerait en éclats sous l’effet d’une pratique inédite, avec filature et photographies ; se poseraient aussi des questions de sécurité. Des sondages convoqués par le texte relié montrent néanmoins que 77 % des Français considèrent la relation présumée entre Hollande et Gayet comme une affaire privée. Alors que le texte initial n’évoque donc que le « scénario catastrophe », le texte relié relativise partiellement ce scénario. Le lecteur est invité à se forger sa propre opinion à partir de ces deux points de vue croisés grâce à l’hyperlien.

51L’étude approfondie de l’hyperlien dans la presse en ligne montre donc que se greffent, sur les logiques marchandes pointées par l’économie politique, des stratégies textuelles qui prennent parfois la forme d’une invitation à des lectures dialogiques, sans pour autant contredire les résultats des études de Rebillard et d’Estienne.

Figures de la lecture déviative

52Les juristes des médias en ligne semblent conscients qu’à travers l’hyperlien, des zones de fuite potentielle peuvent s’infiltrer dans les textes. Dans les « mentions légales », Le Monde précise ainsi : « Ce Site comporte des informations mises à disposition par des sociétés externes ou des liens hypertextes vers d’autres sites qui n’ont pas été développés par le Monde Interactif. Le contenu mis à disposition sur le Site est fourni à titre informatif. L’existence d’un lien de ce Site vers un autre site ne constitue pas une validation de ce site ou de son contenu11. » Certains journalistes profitent de ces « zones de fuite » pour ouvrir leurs textes vers le dialogue. D’autres vont jusqu’à proposer des hyperliens à potentiel « déviatif », reliant un texte à des éléments qui subvertissent les propos du texte initial (21 % dans le corpus). S’agit-il de laisser filtrer des points de vue personnels allant à l’encontre de la ligne éditoriale du journal ? S’agit-il de profiter des lieux communs associés à l’hyperlien pour « faire croire » à une vérifiabilité, contredite par les contenus des textes reliés, mais dont les journalistes savent qu’ils ne sont pas toujours lus en entier ?

53La façon même de placer, dans l’article 3 de liberation.fr, un hyperlien sur l’affirmation que Hollande s’explique sobrement « sans s’épancher » lors de sa conférence de presse, peut susciter des soupçons dans la mesure où le lecteur est invité, par le geste du clic, à « creuser » l’énoncé. S’agit-il de provoquer ainsi des épanchements malgré tout ? « Un parfum de vaudeville flottera dans la salle », prédit l’auteur de l’article relié, publié la veille de la conférence de presse. Selon « plusieurs sources » qui ne sont pas citées, il est prévu que le président se réfugie dans un no comment au nom du respect de sa vie privée. Est évoqué « un de ses amis », qui lui aurait conseillé « un embargo total et ferme ». Hollande « fait du Hollande », même en situation de crise, commente l’auteur de l’article. Est citée une journaliste qui confirme à quel point Hollande s’occupe seul de sa communication. Un « collaborateur » du président confie que celui-ci est pourtant « mauvais » en la matière, mu par le seul objectif de se démarquer du storytelling de Sarkozy. Avançant tous ces « ouï-dire », le texte relié déplace le focus vers des problèmes de communication plus généraux de Hollande, mais livre aussi des confidences faites par l’entourage du président sans citer nominativement les sources, se plaçant dans une logique de propagation de rumeurs qui confirme implicitement l’affaire entre Hollande et Gayet, pourtant « présumée » au moment de la publication du texte.

54Voilà pourquoi je parlerais d’une préfiguration de lectures « déviatives », anticipant dans ce cas précis sur un lecteur friand de rumeurs, de révélations paradoxales et croustillantes, à l’instar du lecteur de la presse people. Retenons par ailleurs que l’article relié est publié par le même journal que le texte de départ, liberation.fr. Alors que le texte de départ adopte une relative neutralité par rapport à la rumeur de l’affaire, relatant les seules questions-réponses de la conférence de presse, le texte relié laisse littéralement filtrer la rumeur.

55Le texte initial de l’article 4, également paru dans liberation.fr, fait allusion à la rumeur que « l’appartement des rencontres nocturnes serait lié à une figure du grand banditisme corse ». Le texte relié à cet énoncé hyperlié, intitulé « Valérie Trierweiler hospitalisée, un appartement examiné », cite Mediapart pour avancer que le propriétaire officiel de l’appartement des rencontres est Michel Feracci, condamné dans l’affaire des détournements du cercle de jeu parisien Wagram au profit d’un gang corse, informations également relayées par Le Point. Valeurs actuelles précise que l’appartement aurait appartenu à un parton du CAC 40 et serait détenu par une milliardaire. Le texte relié colporte ainsi toutes sortes de rumeurs diffusées par d’autres médias. La pratique de l’hyperlien paraît, dans ce contexte, manipulatrice à plusieurs niveaux. Elle argumente de façon implicite contre l’adjectif supposée associé à la liaison Hollande-Gayet et fournit moult détails croustillants. L’article relié n’hésite même pas à renvoyer, par lien, sur le site du journal de droite Valeurs actuelles — liberation.fr se dédouane ainsi de toute accusation de diffamation tout en propageant les rumeurs en question.

56Est-ce que le journal lemonde.fr répond aux attentes de conscientisation que certains lecteurs associent encore à un grand journal « de référence », comme l’article 6 le montre en citant ces lecteurs ? Il faut noter d’abord que des hyperliens ont été insérés sur les paroles de lecteurs, sans que l’on puisse savoir si les lecteurs ont souhaité et approuvé ces incrustations — d’autant plus qu’elles s’avèrent parfois déroutantes.

57Un lecteur qui s’attend par exemple, face à l’hyperlien posé sur la thèse des « deux corps du roi », à des explications neutres de cette thèse, se trouve renvoyé vers le site de l’éditeur Laffont, et plus précisément vers un livre de Thierry Saussez sur « Les deux corps du président », qui avance une critique sévère de la politique de Hollande. Il n’y est que très rapidement question de la thèse de l’historien Ernst Kantorowicz concernant les « deux corps du roi ». Le livre dénonce surtout un refus d’introspection chez Hollande et prédit que le président ne tiendra pas jusqu’à la fin du quinquennat. Cette critique acerbe n’est pas contenue dans le texte initial ni dans le commentaire du lecteur cité dans l’article. Exprime-t-elle l’opinion du journaliste - « médiateur » à l’égard de la politique de Hollande, que celui-ci ne peut exprimer de façon aussi tranchée dans les pages du journal lemonde.fr ? S’agit-il donc d’une tentative subtile d’y glisser un point de vue personnel ? N’oublions pas que cette question est d’autant plus difficile à trancher que ce n’est pas toujours l’auteur d’un article lui-même qui insère les hyperliens dans les textes de la presse en ligne.

58Le texte relié à l’hyperlien inséré dans le commentaire d’un lecteur qui avance que l’article consacré au photographe de « Closer n’est digne ni de votre journal ni de vos lecteurs » est particulièrement surprenant. L’hyperlien renvoie en effet vers le site Web du magazine Closer, alors que chaque hyperlien peut être considéré comme un vote positif pour le texte relié, dans la mesure où il favorise le référencement de celui-ci (Cardon, 2009). Le renvoi vers Closer peut ainsi laisser une impression particulièrement déroutante, non seulement parce qu’il fait, par son existence même, de la publicité pour le site de ce magazine people, mais parce qu’il subvertit la critique adressée au journal « de référence » Le Monde par certains lecteurs, de consacrer autant de place à une affaire fondée sur des rumeurs et des photos de paparazzi.

59Les allants-de-soi associés à l’hyperlien donnant accès aux sources, sous-entendant qu’une information est plus « vraie » quand elle est vérifiable, sont donc d’une part mobilisés dans liberation.fr comme dans lemonde.fr pour confirmer des rumeurs sans impliquer « directement » le journal. D’autre part, les préfigurations de lectures déviatives peuvent cependant ouvrir au journaliste des « lignes de fuite », lui permettant d’infiltrer des prises de position personnelles, éventuellement contraires à la ligne éditoriale officielle du journal.

Conclusion 

60Bien évidemment, il ne s’agit pas de soutenir ici que l’hyperlien permet aux journalistes — et aux lecteurs — d’échapper aux stratégies de domination qui cernent de toutes parts la presse en ligne, et qui se concrétisent dans les formes-modèles pro-extensives et pro-interventives, ainsi que dans une lecture préférentielle de caractère informationnel arrangeant directement les logiques marchandes des grands groupes de presse. Certains journalistes s’avèrent néanmoins être des « tacticiens » au sens de Michel de Certeau, qui s’inscrivent dans le territoire des stratèges marchands.

61Qu’il contrecarre une apparente neutralité de l’information par la mobilisation de rumeurs dans le texte relié, qu’il permette au journaliste de contourner la ligne éditoriale de son journal en renvoyant vers des discours particulièrement critiques ou qu’il révèle une tendance des grands quotidiens à s’engager sur la pente glissante des pratiques de la presse people (sans que celles-ci soient pour autant totalement assumées), l’hyperlien cache et dévoile le jeu complexe du discours médiatique, entre liberté d’opinion et domination.

62Contraint par les outils d’écriture, les lignes éditoriales et des impositions promotionnelles, le journaliste tacticien n’échappe pas aux stratégies de domination, mais bricole des lignes de fuite. L’une de ces lignes est ouverte par l’hyperlien dialogique et, jusqu’à un certain point, par l’hyperlien déviatif, qui permettent de soutenir, contre l’injonction à la transparence informationnelle qui cache mal la motivation des industries culturelles à proposer du prêt-à-consommer, un certain niveau d’incertitude salutaire concernant l’interprétation du monde.

63Comme nous l’apprennent les études de réception menées par les cultural studies, les lectures inscrites dans un texte, qu’elles confirment des logiques marchandes ou qu’elles s’avèrent résistantes, ne rencontrent pas toujours les pratiques courantes, forgées à leur tour par les discours d’accompagnement et les allants-de-soi. Face au constat d’une lecture de survol généralisée sur les supports numériques, souvent acceptée comme une fatalité, il m’importe en guise de conclusion d’insister sur la nécessité d’une culture de l’interprétation critique du texte numérique. L’un de mes objectifs est de développer des outils pour former les lecteurs à cette culture.

Haut de page

Bibliographie

ALTHUSSER, Louis (1971), Lenin and Philosophy, London, New Left Books, 1971.

ANG, Ien (2008), « Culture et communication. Pour une critique ethnographique de la consommation des médias dans le système médiatique transnational » dans Hervé GLEVAREC, Éric MAIGRET et Éric MACÉ (dir.), Cultural Studies. Anthologie, Paris, Armand Colin, p. 256-275.

BACCINO, Thierry (2011), « Lire sur Internet, est-ce toujours lire ? », BBF, 5 : 63-66.

BADIR, Sémir (2011), « Valeur et variation, sémiologie et rhétorique », Semen, 32. [En ligne]. http://semen.revues.org/9333. Page consultée le 20 janvier 2015.

BOURDIEU, Pierre (1996), Sur la télévision, Paris, Raisons d’agir.

CARBASSE, Renaud (2012), « Saisir les transformations du journalisme en ligne : vers un croisement des approches critiques » dans Où (en) est la critique en communication ?, colloque international dans le cadre du 80e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS), Montréal, Québec, Canada, du 7 au 11 mai 2012, p. 46-60.

CARDON, Dominique (2009), « Vertus démocratiques de l’Internet », La vie des idées. [En ligne]. http://www.laviedesidees.fr/spip.php?page=auteur&id_auteur=0Dominique Cardon. Page consultée le 15 septembre 2013.

CARR, Nicholas (2008), « Is Google making us stupid? », The Atlantic, juillet-août. [En ligne]. http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2008/07/is-google-making-us-stupid/6868/. Page consultée le 20 janvier 2015.

CASSIN, Barbara, Virginie CLAYSSEN et Thierry LECLÈRE (2009), « Internet rend-il bête ? », Entretien, Télérama, 23 juillet : 20-22

CHARNEY, Davida (1994), « The effect of hypertext on processes of reading and writing » dans Susan HILLIGOSS et Cynthia SELFE (dir.), Literacy and Computers: The Complications of Teaching and Learning with Technology, New York, Modern Language Association, p. 238-263.

CLÉMENT, Jean (2000), « Hypertexte et complexité », Études françaises, 36(2) : 39-57.

DAVALLON, Jean et Yves JEANNERET (2004), « La fausse évidence du lien hypertexte », Communication et langages, 140 : 43-54.

DE MAEYER, Juliette (2013), « Towards a hyperlinked society: A critical review of link studies », New Media & Society, 15(5) : 737-751.

DE MAEYER, Juliette et Avery HOLTON (2015), « Why linking matters: A metajournalistic discourse analysis », Journalism. [En ligne]. http://jou.sagepub.com/content/early/2015/04/23/1464884915579330.full. Page consultée le 16 juillet 2015.

DEWITT, Scott Lloyd (1999), « Defining Links » dans Scott Lloyd DEWITT et Kip STRASMA (dir.), Contexts, Intertexts and Hypertexts, Cresskill, Hampton Press, p. 117-154.

ENSSLIN, Astrid (2007), Canonizing Hypertext, London, Continuum.

ESTIENNE, Yannick (2007), Le journalisme après Internet, Paris, L’Harmattan.

GIFFARD, Alain (2011), « Critique de la lecture numérique : The Shallows de Nicolas Carr », BBF, 5 : 63-66.

GOYETTE-CÔTÉ, Marc-Olivier, « Le retraitement automatisé de l’information d’actualité en ligne : analyse des mécanismes socio-techniques mis en place par les infomédiaires », Communication, Vol. 29/2 | 2012, mis en ligne le 9 février 2012. [En ligne]. http://communication.revues.org/2695. Page consultée le 20 janvier 2015.

HALL, Stuart (2008a), « Codage/décodage » dans Hervé GLEVAREC, Éric MAIGRET et Éric MACÉ (dir.), Cultural Studies. Anthologie, Paris, Armand Colin, p. 25-40.

HALL, Stuart (2008b), « La culture, les médias et l’<effet idéologique> » dans Hervé GLEVAREC, Éric MAIGRET et Éric MACÉ (dir.), Cultural Studies. Anthologie, Paris, Armand Colin, p. 41-60.

ISER, Wolfgang (1995), L’acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique, Paris, Mardaga.

JEANNERET, Yves et Emannuël SOUCHIER (2005), « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Communication et langages, 145 : 3-15.

LE MAREC, Joëlle et Igor BABOU (2003), « De l’étude des usages à une théorie des <composites> : objets, relations et normes en bibliothèque » dans Emmanuël SOUCHIER, Yves JEANNERET et Joëlle LE MAREC (dir.), Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, BPI, p. 233-296.

MESQUITA, Mário (2005), « Théories et pratiques du journalisme du télégraphe à l’hypertexte », Recherches en communication, 23 : 203-232.

MORLEY, David (2008a), « Analyse comparée des décodages différentiels selon les groupes » dans Hervé GLEVAREC, Éric MAIGRET et Éric MACÉ (dir.), Cultural Studies. Anthologie, Paris, Armand Colin, p. 138-154.

MORLEY, David (2008b), « La réception des travaux sur la réception. Retour sur <Le public de Nationwide> » dans Hervé GLEVAREC, Éric MAIGRET et Éric MACÉ (dir.), Cultural Studies. Anthologie, Paris, Armand Colin, p. 154-170.

MORLEY, David et Charlotte BRUNSDON (1999), The Nationwide Television Studies, London, Routledge.

NIELSEN, Jakob et Hoa LORANGER (2007), Site web : priorité à la simplicité, Paris, Campus Press.

OUELLET, Maxime, « L’économie politique culturelle : pour un dépassement du clivage entre l’économie politique de la communication et les Cultural Studies » dans Où (en) est la critique en communication ? colloque international dans le cadre du 80e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS), Montréal, du 7 au 11 mai 2012, p. 254-268.

PÉLISSIER, Nicolas (2001), « Les mutations du journalisme à l’heure des nouveaux réseaux numériques », Annuaire français des relations internationales : 912-930.

REBILLARD, Franck (2006), « Du traitement de l’information à son retraitement », Réseaux, 137 : 29-68.

REBILLARD, Franck (2011), « Modèles socioéconomiques du journalisme en ligne et possibilités d’une information diversifiée » dans Benoit LAFON (dir.), Supplément. Journalisme et questions sociétales au prisme des industries culturelles. Les enjeux de l’information et de la communication, 12(3) : 81-95.

SAEMMER, Alexandra (2015), Rhétorique du texte numérique : figures de la lecture, anticipations de pratiques, Lyon, Presses de l’Enssib.

Haut de page

Notes

1 Morley (2008b) revient lui-même sur ces critiques.

2 « Pour une rhétorique de la réception du texte numérique : figure de la lecture, anticipations de pratiques », habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, soutenue le 3 juin 3013 à l’Université Paris 8.

3 La définition retenue ici est proche de celle que proposent Yves Jeanneret et Jean Davallon (2004).

4 Pour des précisions sur ces études, voir Saemmer (2015 : chap. 2).

5 [En ligne]. http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/01/07/dieudonne-en-passe-d-etre-interdit-a-tours-hollande-appelle-a-la-vigilance_4344084_3224.html. Page consultée le 9 janvier 2014.

6 [En ligne]. http://www.liberation.fr/societe/2014/01/07/le-spectacle-de-dieudonne-interdit-a-tours_971088. Page consultée le 9 janvier 2014.

7 [En ligne]. http://www.liberation.fr/politiques/2014/01/14/hollande-les-affaires-privees-se-traitent-en-prive_972786. Page consultée le 20 janvier 2014.

8 [En ligne]. http://next.liberation.fr/sexe/2014/01/13/le-roi-et-aujourd-hui-le-president-reste-un-supermale-le-fecondateur-supreme_972481?_ga=1.128203212.1999483719.1391269815. Page consultée le 20 janvier 2014.

9 [En ligne]. http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/01/14/francois-hollande-promet-de-clarifier-sa-situation-conjugale_4347995_823448.html. Page consultée le 20 janvier 2014.

10 [En ligne]. http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/01/24/tabou-or-not-tabou_4354022_3232.html?xtmc=gayet&xtcr=13. Page consultée le 20 janvier 2014.

11 « Mentions légales ». [En ligne]. http://www.lemonde.fr/service/mentions_legales.html. Page consultée le 3 avril 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Saemmer, « Préfigurations du lecteur dans la presse en ligne », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/6030 ; DOI : 10.4000/communication.6030

Haut de page

Auteur

Alexandra Saemmer

Alexandra Saemmer est professeure des universités en sciences de l’information et de la communication, au Laboratoire CEMTI, de l’Université Paris 8. Courriel : alexandra.saemmer@univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org