Navigation – Plan du site
Articles

À qui parlent les professionnels politiques ? 

La fabrique des publics des députés européens sur les dispositifs Facebook et Twitter
Sandrine Roginsky et Sophie Huys

Résumés

Le 7 septembre 2010, le Parlement européen vote une résolution qui encourage les députés européens à utiliser les technologies du Web 2.0 et à « entamer le dialogue avec les citoyens ». Le présent article s’intéresse aux perceptions que les professionnels politiques développent des publics qu’ils pensent avoir sur les dispositifs de plateformes numériques. L’objectif est double : il s’agit d’abord d’analyser les représentations des publics par les professionnels de la politique, puis de comprendre comment ces représentations se construisent. Les auteures souhaitent contribuer à la connaissance des usages et des usagers de deux plateformes numériques, soit Facebook et Twitter, dans le champ politique au moyen d’une approche longitudinale sur une période de cinq ans (2009-2014).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parlement européen, résolution « Le journalisme et les nouveaux médias — créer une sphère publique (...)
  • 2 Hélène Michel parle d’une « injonction récurrente à créer des liens avec les citoyens européens » ( (...)
  • 3 Nicolas Hubé (2009) rappelle ainsi qu’il y a bien une profession politique comparable à n’importe q (...)
  • 4 Nous reprenons ici la définition de dispositif de Laurence Monnoyer-Smith : « […] les dispositifs o (...)
  • 5 Par souci de rigueur et pour faciliter la lecture, nous utiliserons ici l’expression « plateformes (...)

1Le 7 septembre 2010, le Parlement européen vote une résolution qui encourage les députés européens à utiliser les technologies du Web 2.0 et à « entamer le dialogue avec les citoyens ». Les recommandations sont claires : « Il faut être présent là où la conversation se tient, par exemple sur Facebook et Twitter1. » Ces plateformes sociales numériques sont présentées comme des dispositifs capables de rapprocher les élus des citoyens ; ces derniers sont dès lors reconnus comme les publics à qui s’adressent les élus européens sur ces plateformes. Dans un contexte institutionnel européen où la « rhétorique du déficit communicationnel » (Aldrin, 2009a) est particulièrement prégnante, souvent conjuguée à celle du « déficit démocratique » (Meyer, 1999 ; Anderson et McLead, 2004 ; Vreese et al., 2006 ; Spanier, 2012), l’idéal démocratique est ainsi mobilisé pour justifier, mais aussi encourager, l’utilisation de ces plateformes par les députés européens. En ce sens, cette approche s’inscrit dans une visée participative de la démocratie qui voit dans la mise en place de ce type de dispositifs l’occasion pour les citoyens, « les gens d’en bas », de participer aux débats et aux décisions politiques (Bresson, 2014)2. De fait, la manière dont les élus européens perçoivent leur public est importante en cela qu’elle renseigne sur le caractère « participatif » des dispositifs de réseaux sociaux, mais aussi parce qu’elle détermine la manière dont ces professionnels de la politique3 (Gaxie, 2001) vont construire leurs discours sur ces dispositifs. Loïc Blondiaux a d’ailleurs montré que « les publics imaginaires pèsent sur l’expérience car ils servent de référence et d’appui à l’usage du dispositif et à sa mise en récit » (2003 : 315). L’approche interactionniste développée notamment par Erving Goffman met elle aussi en lumière le rôle du public dans la mise en récit de soi et de ses activités. C’est la raison pour laquelle nous nous intéressons dans le présent article aux perceptions que les professionnels politiques développent des publics qu’ils pensent avoir sur les dispositifs4 de plateformes numériques5. Pour ce faire, nous empruntons à Alice Marwick et danah boyd (2011a) le concept de public imaginé, théorisé de manière plus précise par Eden Litt (2012). L’objectif ici est double : il s’agit d’abord d’analyser les représentations des publics par les professionnels de la politique, puis de comprendre comment ces représentations se construisent. Le premier point amène à distinguer quatre figures de publics qui se dégagent des discours et des usages des plateformes par le personnel politique européen : le citoyen ordinaire, le citoyen initié, le militant et le professionnel. Celles-ci ont une valeur heuristique (et non pas normative) pour nous aider à mieux comprendre les représentations que les professionnels construisent de leurs publics. Le second point appelle à intégrer à la réflexion sur les publics la question des usages puisque les professionnels politiques sont usagers de ces dispositifs sociotechniques qu’ils utilisent pour communiquer. Il convient par conséquent de comprendre comment ces usages se construisent : on verra ici qu’ils sont notamment le fait de l’expérience et du parcours des acteurs, des caractéristiques techniques des dispositifs, mais aussi des contextes institutionnels et politiques dans lesquels ils s’insèrent. Dans une dernière partie, nous introduirons des éléments sur les publics pour savoir ce qu’ils disent d’eux-mêmes, mais aussi des dispositifs et des usages qu’ils développent. Cette confrontation entre « publics imaginés » et « publics réels » mettra en évidence des points de rencontre, mais amènera malgré tout à remettre en question l’existence même des publics.

2Dans le cadre du présent article, nous nous limiterons à prendre en compte les usages de deux plateformes numériques, soit Facebook et Twitter, qui sont les deux principaux dispositifs utilisés par les députés européens, tout en gardant en tête que les usages étudiés (comme les discours sur les usages) ne sont pas stabilisés (Domenget, 2013). Par conséquent, notre travail ne prétend pas à l’exhaustivité, mais souhaite plutôt contribuer à la connaissance des usages et des usagers des plateformes numériques dans le champ politique au moyen d’une approche longitudinale sur une période de cinq ans (2009-2014).

Perspective théorique

3La notion d’usage est déterminante puisque c’est à partir des usages qu’ils ont des plateformes numériques que les professionnels se représentent leurs publics, eux aussi usagers des plateformes. On note ainsi une « technicisation » (Jauréguiberry et Proulx, 2011) des relations de communication entre les professionnels et leurs publics. Alexandre Coutant et Jean-Claude Domenget (2012) rappellent que le dispositif et les usages qui en sont faits s’influencent mutuellement. Notre approche met l’accent sur l’analyse des usages en effectuant un retour sur les acteurs en contexte. Généralement, le regard porté sur les usages des dispositifs de plateformes numériques par les professionnels politiques se centre sur les outils, le terme usage est alors uniquement compris comme un mode d’utilisation des objets (Jeanneret et Souchier, 2002). Nous inversons la focale en revenant sur les logiques des acteurs, autrement dit nous nous intéressons à « la dimension culturelle de la pratique » (Jeanneret et Souchier, 2002 : 14), à l’usage comme « art de faire », car « les individus agissent avec les objets en fonction du sens que ces objets ont pour eux, et ce sens se construit au cours des interactions sociales » (Flichy, 2008b : 165). Le contexte est par conséquent partie prenante de la construction des usages. Les individus agissent en effet en fonction des contextes institutionnels, dans lesquels ils évoluent et travaillent, et des conventions sociales et culturelles associées qui participent à construire ces contextes (Orlikowski, 2007). Pour autant, le contexte n’est pas quelque chose de posé, extérieur, objectif, élément causal d’explication de l’usage, mais bien une construction subjective entremêlée à l’usage (Van Dijk, 2012). En l’occurrence, ici, le contexte est à la fois en ligne et hors ligne. John Postill et Sarah Pink (2012) nous rappellent d’ailleurs que les usages des dispositifs de plateformes numériques ne peuvent pas être définis comme des phénomènes qui prennent place exclusivement en ligne : ils s’inscrivent également dans des terrains hors ligne. Il est donc nécessaire de les étudier en prenant en compte les contextes tels que se les représentent les acteurs. En cela, l’approche est compréhensive et met l’accent sur les « significations d’usages » (Verdier, 2006), en particulier quand sont mobilisées des figures des publics.

4L’entrée par les usages est particulièrement féconde, car elle permet d’éclairer le lien entre usage et public. Litt (2012) souligne que l’utilisation de dispositifs comme les plateformes numériques, qui se font intermédiaires dans les processus de communication, a pour corollaire une forme de disparition du public qui devient moins facilement repérable et visible. Les usagers deviennent ainsi plus dépendants de l’imaginaire qu’ils se créent du public en question. Pour Litt, moins un public est visible ou connu, plus les individus deviennent dépendants de leur imagination : c’est ainsi qu’entre en jeu le public imaginé. Celui-ci joue un rôle central puisque ce sont les représentations qu’un individu construit des publics qui peut-être l’observent qui vont inspirer la manière dont il va se présenter (Goffman, 1959). Ce public imaginé devient ainsi réalité et bénéficie, « malgré son caractère d’artefact, d’une profonde légitimité émotionnelle » (Dayan, 1992 : 152). C’est d’autant plus vrai dans le cas qui nous intéresse que les professionnels étudiés, usagers des dispositifs, ne disposent que de peu d’éléments d’information sur les publics qui les suivent. S’il est certes possible de recueillir des indices à partir des activités visibles du public ou des outils analytiques, comme le notent Josiane Jouët (2003) et Eden Litt (2012), la compréhension des publics des dispositifs de plateformes numériques reste limitée : difficile de savoir ce qu’ils lisent vraiment, et encore moins ce qu’ils retiennent (Marwick et boyd, 2011a). Compliqué également de savoir précisément qui sont les gens qui constituent ces publics, puisqu’il existe une diversité des formes de visibilité sur les plateformes numériques et les individus peuvent y jouer leur identité sur des registres différents en ayant un « rapport stratégique et calculatoire à leur propre identité » (Cardon, 2008 : 125). On voit alors la difficulté pour des parlementaires européens, qui ne sont pas professionnels du Web et qui ne peuvent profiter de l’infrastructure des partis politiques, de recueillir les éléments tangibles sur les individus qui les suivent sur ces dispositifs. C’est d’autant plus difficile que non seulement les publics des dispositifs sont multiples et divers (Marwick et boyd, 2011b), mais ceux des députés européens le sont également (Lilleker et Michalska, 2011). Ces derniers sont amenés à imaginer leurs publics à partir de ce qu’ils aimeraient qu’ils soient plutôt qu’à partir de ce qu’ils sont, comme l’a montré Russel David Brake (2012) dans son travail sur les blogueurs. Dans un contexte institutionnel et politique européen dans lequel les « citoyens font l’objet de toute une série d’attentions » et « sont l’objet de flux d’informations constants » (Michel, 2014 : 139), les dispositifs de plateformes numériques sont célébrés pour la proximité qu’ils permettent avec les citoyens. Il n’est alors pas étonnant que ces derniers apparaissent comme les publics naturels des élus. D’où l’intérêt porté dans le présent article aux discours d’accompagnement puisqu’on peut s’attendre à ce que, dans ces conditions, ils influent les représentations des publics imaginés.

Méthodologie

  • 6 Il est cependant difficile de proposer une description type d’un bureau de député tant la compositi (...)
  • 7 Cette posture a fait émerger des questions relatives à la réflexivité, qui ont amené l’auteur en qu (...)

5Selon Domenget, « la position critique développée par la sociologie des usages consiste en une mise à distance du discours spontané ou promotionnel » (2013 : 52). Il convient donc de procéder à la déconstruction des discours promotionnels portés par toute une série d’acteurs suivant l’approche critique proposée par Coutant et Domenget (2012). Cette démarche appelle à interroger le lexique employé par les professionnels politiques pour décrire les publics qu’ils définissent. L’article s’appuie ici sur une recherche qualitative extensive menée entre 2009 et 2014 sur l’inscription des dispositifs Facebook et Twitter dans le travail politique de députés européens. Celle-ci a conjugué une « participation observante » (Soulé, 2007) prolongée entre 2009 et 2012, complétée par la conduite d’une soixantaine d’entretiens semi-directifs entre 2010 et 2014, principalement avec des assistants de députés européens, auxquels s’ajoute une dizaine d’entretiens avec des députés européens et avec des candidats aux élections européennes de mai 2014. Des entretiens avec des membres du personnel responsable des dispositifs au sein du Parlement européen ont également été conduits pour mieux comprendre leurs pratiques et positionnements par rapport aux professionnels politiques : le premier avec le porte-parole et directeur des médias, le deuxième avec le responsable de l’équipe « médias sociaux », le troisième avec un membre de cette équipe qui a rejoint le cabinet du président du Parlement européen depuis 2012. Nous pensons en effet que la compréhension des figures du public ne peut faire l’économie d’une approche attentive aux acteurs et à leurs pratiques, notamment discursives, tant les manières de faire sont indissociables des discours qui les fondent. Nous avons principalement interrogé des assistants parlementaires qui, dans leur grande majorité, sont responsables des dispositifs de plateformes numériques pour un député européen. En général, un député européen dispose d’au moins deux assistants parlementaires accrédités dans le bureau bruxellois et de plusieurs assistants locaux dans le bureau en circonscription6. La gestion des dispositifs de plateformes numériques est souvent un travail d’équipe, comme d’ailleurs l’ensemble du « travail politique routinier » (Paoletti, 2014 : 118). Nous avons été capables d’approcher les assistants accrédités puisque l’une d’entre nous était assistante parlementaire entre 2009 et 20127. Sébastien Michon (2008) s’est attelé à montrer que les assistants parlementaires sont des acteurs politiques clés, même s’ils restent peu étudiés (Busby et Belkacam, 2013). Leur connaissance des pratiques professionnelles au sein des bureaux de députés européens ainsi que leur position « in the background » (Michon, 2008 : 169) leur donnent l’occasion de comprendre finement la manière dont les députés appréhendent les dispositifs ; ces assistants peuvent de plus adopter un discours souvent plus libre que leur employeur. Prendre le parti de s’intéresser ici aux professionnels politiques permet par ailleurs d’inclure facilement ces collaborateurs d’élus dans l’analyse puisqu’ils constituent « le gros de ceux qui vivent de et pour la politique » (Paoletti, 2014 : 118).

6Notre approche est résolument empirique et vise à étudier comment les professionnels politiques, dans leurs discours et leurs usages des dispositifs, se représentent les publics qui s’intéressent à eux sur les dispositifs. Ce faisant, nous souhaitons dépasser l’approche quantitative du public (le nombre d’amis, de fans, de followers) qui tend à faire de l’internaute un produit (Jouët, 2003 : 210) pour mieux comprendre le sens que le personnel politique investit dans les relations avec les publics qui se trouvent sur les dispositifs de médias sociaux. En ce sens, nous empruntons à l’ethnographie en ligne (Hine, 2008, 2000 ; Vittadini et Pasquali, 2013) puisque nous suivons un ensemble de députés sur Facebook et Twitter depuis le début de l’année 2010, à savoir les députés rencontrés hors ligne, personnellement ou par l’intermédiaire de leur collaborateur, mais aussi des députés ayant une activité plus soutenue sur les dispositifs étudiés, repérés grâce à notre observation en ligne. Nous entendons ici par ethnographie en ligne l’observation des échanges réguliers et des battements successifs d’interactions, construction des postures et des figures de communication sur les dispositifs. Pour Christine Hine, comme pour Daniel Miller et Don Slater (2000) ou John Postill et Sarah Pink (2012), l’ethnographie d’internet oblige à la mobilité entre les contextes de production et d’usages, mais aussi entre le terrain en ligne et celui hors ligne. C’est la raison pour laquelle notre étude s’intéresse aux discours des acteurs en situation, dans l’entremêlement des messages publiés en ligne et des propos tenus dans un contexte (public et privé) hors ligne.

  • 8 Ces dernières ayant répondu positivement à la demande formulée sur le questionnaire distribué en av (...)
  • 9 Les huit eurodéputés belges francophones ont été sollicités pour diffuser le questionnaire ; un seu (...)

7Il nous semble également intéressant de mettre en résonance les représentations des publics construites par les professionnels politiques avec celles des membres desdits publics. Pour ce faire, nous mobilisons les résultats d’une enquête par questionnaire auprès de 300 personnes qui suivent des députés européens belges francophones sur Facebook. Bien conscientes qu’« un questionnaire ne décrit jamais exhaustivement une pratique » (Vilatte, 2007 : 4), nous ajoutons à ces questionnaires des entretiens semi-directifs avec 14 d’entre elles8. Le questionnaire comme les entretiens cherchent à connaître les publics de députés européens (notamment leur appartenance ou leur engagement politique), leurs perceptions d’eux-mêmes et de leurs pairs sur le dispositif, leurs motivations à suivre un député européen et plus généralement leurs usages du dispositif Facebook (certaines questions relatives au dispositif Twitter ont également été intégrées). Administré en ligne, le lien vers le questionnaire a été directement accessible à partir des pages ou des profils Facebook des sept députés européens belges francophones ayant accepté de jouer le rôle d’intermédiaire9. Si nous avons publié le questionnaire directement sur les pages et profils des députés, c’est sous présomption, d’une part, de l’implication des personnes qui les suivent dans la problématique nous intéressant et, d’autre part, de leur capacité à nous apporter des informations pertinentes et significatives pour notre recherche (Javeau, 1990). La première diffusion et récolte d’informations s’est étalée entre juin et août 2013, la deuxième, d’avril 2014 jusqu’en mai 2014, avec l’organisation des entretiens semi-directifs. L’échantillon de 300 personnes n’est bien sûr pas représentatif de l’ensemble des publics des députés européens sur les dispositifs de plateformes numériques, mais les réponses recueillies (grâce aux questionnaires et aux entretiens) nous ont permis d’en savoir plus sur la perception que certains publics de députés européens peuvent développer de leurs usages et d’eux-mêmes.

Rapprocher les députés européens des citoyens ordinaires grâce aux dispositifs : promotion de Facebook et de Twitter dans les discours d’injonction

  • 10 Discours de Jerzy Buzek (notre traduction), 7 octobre 2010. [En ligne]. http://arc.eppgroup.eu/Pres (...)
  • 11 Parlement européen, résolution « Le journalisme et les nouveaux médias – créer une sphère publique (...)
  • 12 Entretien avec Jaume Duch, porte-parole du Parlement européen et directeur des médias, 30 août 2012
  • 13 Pour une présentation plus précise et complète de certaines de ces initiatives, voir Roginsky et Je (...)
  • 14 Traduction du courriel d’invitation envoyé par la représentante de Facebook à l’ensemble des bureau (...)
  • 15 Voir ses propos. [En ligne]. http://www.reuters.com/article/2012/02/01/us-facebook-letter-idUSTRE81 (...)

8En 2010, le président du Parlement européen déclare : « Avec Facebook, Twitter et les autres outils 2.0, on peut se rapprocher de nos citoyens, sur une base quotidienne et quasi personnelle10. » Les citoyens apparaissent ainsi au cœur du dispositif. On retrouve ce credo dans le rapport parlementaire mentionné plus tôt qui précise que ces outils « permettent la construction d’une démocratie plus délibérative », qu’ils génèrent « de nouveaux types de publics »11, des publics citoyens, jeunes, qui jusque-là ne s’intéressaient pas à l’Europe. D’où l’injonction à les utiliser, portée notamment par le service de communication de l’institution parlementaire européenne auprès de ses députés et illustrée par ces propos du porte-parole du Parlement européen, directeur des médias dans l’institution : « Nous sommes en train de nous investir d’une façon très conséquente dans tout ce qui est social media, surtout parce que je dirais presque [que] c’est la première fois que nous pouvons avoir des outils qui vraiment nous mettent en contact direct avec les gens, avec le citoyen lambda12. » Entre 2010 et 2012 sont organisées au sein du Parlement plusieurs initiatives qui visent à convaincre les députés européens de la nécessité d’utiliser les dispositifs et à les accompagner dans leurs usages et leur appropriation. Des ateliers sont ainsi organisés entre octobre 2010 et mars 2011 par quatre députés européens ; on y convie des représentants d’entreprises de réseaux sociaux et des consultants d’agences numériques, pour prêcher la bonne parole auprès du personnel politique13 et convaincre de l’utilité démocratique de ces plateformes. Un an plus tard, en mars 2012, une représentante de Facebook organise un atelier pour montrer aux députés européens et à leurs collaborateurs comment utiliser le dispositif en tant que « représentant politique » dans le but de se connecter avec les « électeurs, électeurs de la circonscription, citoyens et publics internationaux14 ». On retrouve dans le message porté par la représentante de l’entreprise Facebook au sein de l’assemblée parlementaire européenne la rhétorique de son patron, Mark Zuckerberg, selon qui la technologie peut transformer le monde15. L’entreprise Twitter n’est pas en reste. Des représentants organisent également des conférences pour les professionnels politiques européens dans le but de promouvoir et d’expliquer les usages possibles de l’outil. C’est le cas en mars 2014 quand un représentant de Twitter intervient pendant la conférence préparatoire des élections européennes que tient le Parti populaire européen à Dublin. L’intervention est mentionnée sur Twitter par plusieurs participants, comme dans l’exemple ci-dessous : 

Illustration 1. Intervention d’un représentant de Twitter

Illustration 1. Intervention d’un représentant de Twitter

9Comme le rappelle Thierry Vedel,

en même temps qu’elles produisent de nouveaux outils, les grandes firmes industrielles conçoivent également des stratégies symboliques d’accompagnement pour orienter, légitimer ou justifier les types d’usage les mieux à même de soutenir leurs objectifs commerciaux ou financiers (1994 : 14).

10Ces interventions participent aux discours d’accompagnement, définis par Philippe Breton comme un « ensemble d’énoncés caractérisés par le fait qu’ils sont tenus dans l’espace public et sont formés des commentaires extérieurs sur une technique, son emploi, le contexte et les conséquences de son usage » (2002 : 5). Selon Yves Jeanneret et Emmanuël Souchier (2002), ces discours forment une « machine discursive massive » qui accompagne la diffusion de nouvelles technologies, mais aussi et surtout qui oriente et préfigure les usages (Rebillard, 2007).

11Les discours d’accompagnement ne sont pas seulement le fait des représentants d’entreprises médiatiques. Au sujet des dispositifs de plateformes numériques, Coutant et Stenger notent qu’ils sont l’objet d’une « profusion de discours provenant de spécialistes du marketing et de la communication sur internet, de journalistes et de personnalités politiques » (2012 : 76). Les universitaires produisent eux aussi des discours sur ces dispositifs16. Quand on s’intéresse à la production de ce type de discours dans le cadre spécifique des institutions européennes, force est de constater qu’ils sont généralement déterministes (Roginsky, 2014) et tendent à présenter internet comme un dispositif capable de rapprocher le politicien du citoyen dans un contexte de « déficit démocratique17 » (Vergeer, 2012). Les plateformes numériques y jouent un rôle particulier puisqu’elles permettent, selon Vergeer et ses collaborateurs, de « communiquer et [de] se connecter aux citoyens18 » (2011 : 477). Si ce n’est finalement pas le cas, c’est, selon ces chercheurs, le fait des députés européens qui rechignent à les utiliser et qui d’ailleurs ne les utilisent pas convenablement. Pour autant, les chercheurs n’ont interrogé ni les émetteurs ni les récepteurs des messages pour arriver à ces conclusions. On voit ainsi apparaître une forme de discours universitaire prescriptif sur les usages souhaités des outils. Ce type de rhétorique s’inscrit dans la durée : on la retrouve par exemple dans l’Action Transforming Audiences, Transforming Societies du programme européen de recherche COST qui porte sur l’utilisation de Twitter à l’occasion des élections européennes de mai 2014. Le postulat de départ de l’Action pose que « le développement des médias sociaux […] offre le potentiel à la fois aux politiciens et aux citoyens de circonscrire les médias et de s’influencer directement les uns les autres19. »

12L’ensemble des discours promotionnels qui circulent dans l’espace public insiste sur le pouvoir que les dispositifs confèrent aux individus (Patriarche, 2008), en particulier aux citoyens, et participe ce faisant à construire les publics que les membres du personnel politique européen peuvent trouver sur les dispositifs. Il s’agit maintenant de voir si ceux-ci les reprennent à leur compte et si les représentations qu’ils construisent des publics participent à nourrir cet idéal démocratique.

Quand les députés européens se représentent les publics qui les suivent sur les dispositifs : du citoyen ordinaire au professionnel

13Darren Lilleker et Karolina Koc-Michalska (2011) revisitent la typologie proposée par Darren Lilleker et Nigel Jackson (2011) en retenant cinq publics potentiels susceptibles de visiter le site Web d’un député européen — particulièrement en période d’élection : l’internaute (« browser »), le journaliste, l’activiste thématique (« special issue activist »), le militant du parti (« partisan supporter »), le partisan de l’élu (« personal supporter »). Le premier est approché par son usage, les autres par leur statut (professionnel, politique, etc.). Les professionnels politiques ne mentionnent eux aussi que très rarement les caractéristiques d’un public reconnu à partir d’un usage spécifique des dispositifs, du type « les jeunes sont plus sur ces dispositifs » (entrevue 13). Généralement, c’est plutôt la dimension citoyenne et professionnelle des publics qui est mise en avant. Quatre figures émergent de l’analyse des discours et des usages des dispositifs par les élus européens, qui nous rappellent que « le public est toujours un public de publics » (Kettner, 2007 : 115 ; Souchon, 1990) : le citoyen ordinaire, le citoyen initié, le militant et le professionnel. Les trois premières figures participent de la même représentation politique des publics : chacune mesure le degré d’implication, d’engagement et d’intérêt pour la vie institutionnelle et politique européenne. Le citoyen ordinaire est moins impliqué et intéressé que le citoyen initié, qui est lui-même moins impliqué et intéressé que le militant. Comme le rappelle Daniel Gaxie (2001), 

la politique suppose un apprentissage et une initiation. Elle est du même coup réservée à des « initiés ». Ceux qui ne le sont pas sont objectivement des « profanes », à la fois « ignorants » (relativement aux initiés et inégalement) et éloignés […] (2001 : 22).

14Les initiés, sont des permanents de la politique, au sens où le permanent est « celui qui est présent sur le terrain politique en permanence » sans forcément recevoir une rémunération financière ; les seconds sont des « publics occasionnels, qui ne montrent qu’un intérêt ponctuel, et souvent conjoncturel, vis-à-vis de la politique ». L’intérêt et l’implication se mesurent ainsi en quantité de temps consacré à la chose politique. À côté de ces publics politiques, on trouve des publics professionnels. Il s’agit ici de publics constitués d’individus qui s’intéressent aux publications des élus européens sur les dispositifs dans le cadre d’une activité professionnelle. Les professionnels de l’information (les journalistes) représentent le haut de l’iceberg, la partie certainement la plus visible, du moins dans le discours des acteurs politiques étudiés. Il ne faudrait pas pour autant oublier les autres professionnels : ceux qui travaillent sur des thématiques liées (et qui peuvent avoir une fonction d’expertise, de lobbying, etc.) et les professionnels de la politique eux-mêmes, c’est-à-dire les « collègues » — élus et collaborateurs — qui travaillent dans les institutions et les organisations satellites (partis politiques notamment).

15Le citoyen ordinaire domine l’ensemble des discours d’escorte qui accompagnent l’arrivée des dispositifs de plateformes numériques dans l’arène parlementaire européenne. L’un des députés derrière l’initiative des ateliers visant à encourager les parlementaires à adopter les outils estime que ceux-ci permettent à l’élu de « communiquer de manière plus directe avec les citoyens et électeurs20 ». Citoyens et électeurs sont ainsi distingués, les deuxièmes étant bien sûr un dérivé des premiers, mais limités à l’activité de vote. D’ailleurs, les premiers dominent incontestablement la majorité des discours des députés européens. Ce qui n’est pas surprenant puisqu’il s’agit pour les professionnels interrogés de mettre en avant l’usage qu’ils ont des dispositifs pour informer sur une activité au long cours. N’oublions pas en effet que nous situons notre analyse dans le temps du quotidien politique et parlementaire, et non pas dans le cadre d’une campagne électorale. Si beaucoup de professionnels précisent avoir commencé à utiliser les dispositifs pendant la campagne électorale de mai 2009, ils disent les avoir vraiment découverts dans le cadre de l’activité parlementaire. D’ailleurs, quand ils utilisent le terme électeurs pour qualifier les publics, les élus et leurs collaborateurs mettent en avant l’utilité des dispositifs pour leur rendre des comptes et non pour les convaincre : « c’est un moyen de communiquer directement avec vos électeurs, votants, les gens qui vous ont élu » (entrevue 2), « pour rassurer les gens qui ont voté pour [vous] » (entrevue 6). Même lors des entretiens conduits au printemps 2014, en pleine période de campagne électorale européenne, les professionnels interrogés restent convaincus que ces dispositifs ne sont pas adéquats pour convaincre des publics qui ne seraient pas déjà acquis à la cause. « Les médias sociaux ont une portée vraiment limitée », explique par exemple un candidat déchu à l’élection européenne de mai 2014 (entrevue 17)21, notamment parce qu’ils ne permettent pas de toucher autant de monde que la télévision ou les principaux journaux. Si au départ les professionnels politiques reprennent la rhétorique du citoyen ordinaire à leur compte, dès qu’ils sont amenés à qualifier davantage leurs publics à l’invitation du chercheur qui les interroge, ils tempèrent, nuancent, se reprennent, comme c’est le cas dans la citation suivante : « Ça lui permet de voir quand il dit quelque chose comme c’est ressenti dans la population, donc les militants, donc... Donc je pense que oui ça le rapproche un peu lui des citoyens » (entrevue 1). Alors que la figure du citoyen ordinaire est très présente dans les discours publics, elle tend à disparaître dans les discours recueillis dans le cadre des entretiens pour devenir plutôt celle du citoyen initié, voire du militant. Ces figures ne s’opposent pas, il s’agit plutôt de les imaginer comme des poupées russes qui s’emboîtent les unes dans les autres : le militant étant la poupée finale, celle qui reste pour suivre véritablement le député européen sur les dispositifs. Le citoyen initié est finalement pris en sandwich entre les deux autres figures. Comme le militant, il constitue un public ayant une base de référence commune, nécessaire à l’interaction. Les dispositifs sont alors envisagés comme des outils utiles pour toucher ce type de publics intéressés : « C’est bien pour toucher les gens qui sont intéressés par le débat public, sur ce qu’il se passe dans le monde politique, et surtout pour se profiler dans cette communauté » (entrevue 12). La référence commune est ici la chose politique, en l’occurrence la politique européenne. Cependant, à la différence du militant, le citoyen initié n’appartient pas à l’organisation partisane. Si les élus et leurs collaborateurs l’imaginent généralement sympathisant ou suffisamment proche pour trouver un intérêt à les suivre, ils le distinguent du militant qui, lui, est acquis à la cause. Le militant constitue un public important pour les élus européens, il revient très souvent lors des entretiens semi-directifs : « les militants, c’est la plus grosse cible […] il y a énormément de militants » (entrevue 6). Philippe Aldrin rappelle que

le militant se définit en creux dans l’univers partisan, par opposition aux rôles mieux prescrits qu’il n’y occupe pas : il est bénévole (contrairement au permanent), actif (contrairement au simple adhérent), anonyme (contrairement au leader), et il sert le parti à la base (contrairement au dirigeant) (2009b : 68).

16Cet intérêt pour informer le militant sur ses activités n’est certainement pas sans lien avec la procédure de sélection au sein des organisations partisanes quand arrive l’élection, notamment l’élection européenne. Olivier Rozenberg (2009) explique que les députés européens sont, pour la plupart, davantage préoccupés par leur re-sélection que par leur réélection, car le mode de scrutin donne un pouvoir décisionnaire capital aux sélectionneurs (les états-majors nationaux des partis) plutôt qu’aux électeurs. Michon ajoute que les députés européens « ne peuvent pas se couper de leur parti politique ; leur dépendance à cet égard est illustrée par la construction des listes à la direction nationale des partis. Ils se doivent d’exister au niveau du parti — ce qui nécessite un travail politique et partisan spécifique au positionnement européen » (2014 : 182). Effectivement, tous les élus et les collaborateurs rencontrés mentionnent les militants comme cibles prioritaires des messages, comme cette assistante d’une députée française : « L’idée, c’est vraiment de communiquer avec les gens qui sont militants, qu’elle a déjà croisés. L’idée, ce n’est pas de faire une publicité sur le rôle de ma députée » (entrevue 5). Une députée britannique ajoute aussi : « Vous montrez aux membres du parti que vous êtes là » (entrevue 11).

17Nous avons expliqué ailleurs que la communication des acteurs des institutions européennes sur les dispositifs de plateformes numériques tend à s’adresser à quelques initiés plutôt qu’au citoyen ordinaire — nous avons proposé le concept de e-Brussels Bubble (Roginsky, 2014). La « bulle bruxelloise » est le terme généralement employé pour désigner l’environnement professionnel immédiat des individus qui travaillent dans les institutions européennes ou qui gravitent autour d’elles (Georgakakis, 2011). Il trouve sa déclinaison sur les plateformes numériques, en particulier sur Twitter. Si les députés européens ne précisent pas qu’ils s’adressent aux professionnels constituant la « bulle bruxelloise » (ils ne les mentionnent pas dans les entretiens menés), on note malgré tout dans un grand nombre de messages publiés (en particulier sur Twitter, mais également sur Facebook) un « jargon » qui ne peut être compris que par un certain type d’initiés aguerris à la politique européenne, comme le suggère le message ci-dessous d’une députée européenne française.

Illustration 2. Message d’une députée européenne française

Illustration 2. Message d’une députée européenne française

18L’exemple ci-dessous présente une discussion très technique, difficile d’accès au citoyen ordinaire, entre une députée européenne britannique et un follower dont on peut se demander s’il n’exerce pas une activité professionnelle liée au sujet discuté et qui, en tout cas, semble disposer d’une expertise sur le sujet.

Illustration 3. Discussion entre une députée européenne britannique et un follower

Illustration 3. Discussion entre une députée européenne britannique et un follower

19Pour autant, la nature des messages publiés sur les dispositifs ne permet pas, le plus souvent, de préciser à qui ceux-ci s’adressent. On note en effet la rareté des formes d’adresse, alors même que Patrick Charaudeau (2005) estime qu’elles tiennent normalement du genre du discours politique. Cette absence de précision sur les destinataires des messages correspond néanmoins à des dispositifs de communication qui tendent à entremêler des contextes d’énonciation et de réception généralement distincts. Les messages peuvent donc s’adresser simultanément à plusieurs figures — d’autant que celles-ci sont d’une grande proximité, pour ne pas dire porosité. Ainsi, dans la sphère institutionnelle européenne, le professionnel est celui qui exerce une activité d’expertise sur un champ thématique donné, mais aussi le professionnel de l’information dont l’activité consiste à récolter, à analyser et à diffuser l’information relative à la vie politique ou institutionnelle. Bref, le terme professionnel est lui aussi difficile à saisir puisqu’il est polysémique. Qui plus est, le professionnel de l’information — autrement dit, le journaliste — constitue lui-même un public hétérogène : entre le correspondant d’un grand quotidien national généraliste en poste à Bruxelles pour suivre les institutions européennes, le journaliste spécialisé sur une thématique particulière qui développe une expertise pointue sur le sujet et le journaliste politique qui couvre l’actualité nationale partisane à laquelle le député européen peut aussi participer, la figure du professionnel de l’information est, comme celle du citoyen, multiforme.

20Françoise Paquienséguy rappelle d’ailleurs que la notion de figure est « un idéal type qui propose des extrêmes vers lesquels les utilisateurs des plateformes ne font que tendre » (2014 : 135). C’est également le cas ici, bien que les publics soient définis par leur qualité politique et professionnelle plutôt que par leurs usages des dispositifs médiatiques. Mais approcher l’individu par sa qualité civique pose aussi question, comme le souligne Michel, pour qui « le citoyen reste une catégorie très particulière, empreinte de conceptions bien théoriques et normatives sur la démocratie » (2014 : 140). Il faut donc être vigilant devant la pluralité des registres discursifs mobilisés par les acteurs politiques pour tenter de qualifier les publics. Il est possible de noter toutefois que les professionnels politiques ne semblent pas beaucoup s’intéresser aux usages que lesdits publics font des dispositifs : il n’est fait qu’une seule fois mention, par exemple, d’une heure idéale de publication de messages pour toucher un public médiatique qui viendrait consulter le dispositif à certains moments de la journée. Les publics sont donc représentés à partir de leur activité politique, citoyenne et professionnelle — et non à partir de leur activité médiatique. D’autant que les professionnels de la politique sont généralement conscients du fait que les usagers des dispositifs ne se constituent pas en publics de l’arène politique européenne par leur seule présence et leur seule utilisation des plateformes numériques : « Après, ça touchera les citoyens qui sont intéressés par la politique, par l’Europe. Ce n’est pas le dernier clip de Stromae ! Ce n’est pas le même genre ! Ça ne va pas toucher n’importe qui ! » (entrevue 4). En cela, les membres du personnel politique interrogés se distancient des discours d’accompagnement qui tendent à laisser penser que tous les usagers des dispositifs seraient naturellement des publics politiques des institutions européennes. Une députée européenne note d’ailleurs que si « la plupart des jeunes maintenant utilisent Twitter pour communiquer ensemble, ils ne le font pas pour avoir des débats politiques » (entrevue 11). Les dispositifs seraient ainsi un espace supplémentaire pour communiquer auprès de publics que les députés européens retrouveraient également ailleurs : dans des réunions politiques, des entrevues journalistiques, des visites sur le terrain, etc.

Fabrique des publics à partir des usages des dispositifs 

  • 22 Connaître mieux le public qui les suit ne semble pas un objectif prioritaire. Nous avons utilisé ce (...)

21À l’exception d’un député britannique rencontré qui a délégué le travail de suivi des publics sur les dispositifs à une agence extérieure, sans d’ailleurs s’y intéresser particulièrement, la totalité des professionnels interrogés ne dispose pas d’outils de monitoring — si ce n’est les fonctionnalités gratuites fournies par les dispositifs qu’ils n’utilisent pas systématiquement22. C’est finalement à partir de leur expérience des dispositifs que les professionnels se construisent leurs représentations des publics : ils font ainsi souvent référence à leur propre usage des plateformes quand ils tentent de se figurer leurs publics. On note ici une forme de paradoxe à se baser sur des usages privés pour construire des représentations de publics potentiels ; publics qui se trouvent appréhendés à partir de leur statut (politique, professionnel) plutôt qu’à partir de leurs usages. Ce propos de la responsable des médias sociaux de la délégation française d’un groupe politique européen est à ce titre indicatif de l’influence que l’usage personnel des dispositifs a sur la manière de se représenter le type de public qui s’y trouve : 

Il me semble que moi sur Facebook je peux plus facilement joindre d’autres gens en général : c’est-à-dire via les amis d’amis d’amis d’amis, moi et toi on a des amis qui ne sont pas du tout chez […], mais parce que tu as liké ma newsletter que j’ai mise sur Facebook, ils vont tout d’un coup avoir accès à des informations militantes. Et ça me semble plus grand public. Alors que Twitter autour de moi, hors […], je ne connais aucun de mes amis qui a un compte Twitter. […] Et il y a un autre côté où j’aime bien Facebook, parce que… c’est sympa. C’est les vieux souvenirs, les gens, les vrais gens. C’est virtuel mais en même temps c’est plus chaleureux (entrevue 3).

22Cette remarque met en avant l’importance des usages privés dans la manière d’appréhender les dispositifs et les publics qui s’y trouvent. Patrice Flichy (2008a) évoque lui aussi le croisement des activités professionnelles et personnelles qui caractérise les usages d’internet. La citation suivante, d’une assistante parlementaire d’un député belge, en est l’illustration :

C’est simplement que, en fait, sur Facebook, moi et les autres assistants on a un compte Facebook donc c’était facile, au départ, de l’utiliser comme notre propre compte, mais personne n’utilise Twitter pour soi, et donc on a un peu du mal à vraiment savoir l’utiliser (entrevue 4).

23Les usages d’abord dans le cadre privé puis importés dans le cadre professionnel sont également liés aux fonctionnalités des dispositifs (Coutant et Domenget, 2012 ; Jauréguiberry et Proulx, 2011), qui ce faisant participent à construire les figures du public. Une assistante parlementaire explique ainsi :

Globalement l’utilisation est pas la même quand même. Parce que sur Facebook, les gens viennent à toi, alors que sur Twitter il faut aller les chercher quand même. Avec les systèmes de hashtags, etc. C’est plus… les liens entre les utilisateurs se font pas aussi simplement que sur Facebook, je trouve. Ça ne me paraît pas être la même chose du tout. Ça ne me paraît pas aussi simple en tout cas (entrevue 5).

24On constate alors que « l’usager investit l’objet technique de significations subjectives (projections, associations) » (Jauréguiberry et Proulx, 2011 : 90). Entre 2009 et 2011, Facebook est la plateforme de prédilection des collaborateurs interrogés parce que c’est celle qu’ils utilisent à titre privé. Ils l’importent dans la sphère professionnelle et ils en importent aussi ses usages : parce que Facebook est utilisé d’abord à des fins personnelles quand Twitter est découvert dans le cadre professionnel où il est ensuite utilisé, les usagers politiques ont le sentiment que de facto les publics sont différents d’un dispositif à l’autre et correspondent finalement à leurs propres usages. Il est important de rappeler à ce stade que nous nous intéressons dans le présent article à des professionnels politiques, certes, mais qui approchent les dispositifs individuellement, au sein d’équipes parlementaires, à distance de l’infrastructure du parti politique. Ce qui peut expliquer l’importance de l’usage privé dans l’appréciation des dispositifs qu’ils sont amenés à utiliser dans le cadre professionnel. Il ne s’agit pas ici d’avoir une approche normative qui nous pousserait à conclure que l’usage des dispositifs par les professionnels étudiés serait par conséquent naïf, réduit et limité — notamment par rapport à celui d’organisations partisanes, surtout nord-américaines, qui peuvent par exemple utiliser les dispositifs pour récolter de larges quantités de données. Il est d’ailleurs problématique de raisonner, comme c’est trop souvent le cas, à partir d’un modèle nord-américain alors même que le contexte (politique, institutionnel, économique, etc.) y est fort différent (Miller, 2013). Finalement, c’est dans leur « expertise quotidienne » que les députés européens et leurs collaborateurs vont puiser leurs connaissances des dispositifs, autrement dit dans leur propre expérience. Comme le rappelle Michel de Certeau (1980), les bricolages des dispositifs amènent des pratiques originales et adaptées aux besoins rencontrés. En ce sens, il ne faut pas oublier que communiquer vers des publics n’est qu’une activité parmi d’autres pour les professionnels politiques dans leur utilisation des dispositifs de plateformes numériques. Moins visible, l’activité de veille informationnelle occupe pourtant beaucoup plus de temps dans la pratique quotidienne des dispositifs. Dans cette activité, le professionnel politique devient lui-même public d’autres producteurs d’informations.

Approche différenciée des publics en fonction des dispositifs 

25Les professionnels politiques ne font pas les mêmes usages des deux dispositifs ; ils associent ainsi des caractéristiques et des publics spécifiques à chaque dispositif. C’est ce qu’explique cette assistante d’un député danois : 

Peu de Danois savent comment Twitter fonctionne. Et la plupart des gens au Danemark pensent que Twitter, c’est quelque chose que les gens connus utilisent pour interagir entre eux, donc ce n’est pas comme toi et moi, nous n’avons pas un profil Twitter. C’est un peu comme avec MySpace, auparavant, c’était pour les musiciens, pas pour les gens ordinaires. Les gens ordinaires, ils vont sur Facebook, c’est la croyance qui domine (entrevue 7).

26C’est alors dans l’opposition entre les publics imaginés de Facebook et ceux de Twitter qu’on voit apparaître les figures d’un public qui serait plutôt profane sur le dispositif Facebook et d’un public plus professionnel sur le dispositif Twitter : « Twitter, c’est plus professionnel, Facebook est plus tout le monde. Twitter est plus utilisé par les gens qui sont dans la connaissance de la politique, qui connaissent la politique. Facebook c’est tout le monde » (entrevue 9). Définir Twitter comme un dispositif pour professionnels de la politique et de l’information politique et Facebook comme un dispositif pour profanes a nécessairement des répercussions sur les représentations des publics que les députés européens vont y croiser. Un assistant parlementaire précise ainsi : 

Je pense qu’il y a quand même plus de monde sur Facebook que sur Twitter. Et un public un peu plus large et moins spécialisé… Je pense que sur Twitter c’est vraiment des gens qui voilà veulent suivre les enjeux politiques, les discussions, les hommes politiques. En général ils sont abonnés à plein d’hommes politiques. Il y a peut-être quelques abonnés qui sont abonnés parce qu’ils sont sur la région […] et ils veulent suivre un peu l’activité […] en tant que député […]. Mais sur Twitter c’est quand même un public plus de spécialistes, tandis que sur Facebook il y a un monde fou d’inscrit sur Facebook, on a atteint les 5 000. […] On touche quand même beaucoup plus de monde sur Facebook que sur Twitter (entrevue 10).

27Les caractéristiques techniques des dispositifs participent également à la définition des usages et des pratiques, comme on l’a mentionné plus tôt, et donc à la définition des publics. La fonction biographique est par exemple beaucoup plus développée sur Facebook que sur Twitter. Ce qui fait dire ce qui suit à une assistante : 

Twitter, c’est plus direct, tu peux écrire 140 caractères et donc les messages apparaissent… c’est plus professionnel, je crois. Facebook tu as un peu [la] vie [du député] le week-end, les conférences… Twitter c’est vraiment les gens qui recherchent les news et qui suivent une personne ou un politique. Les gens qui suivent généralement quelqu’un, c’est parce qu’ils veulent connaître son activité. Il y a beaucoup de journalistes qui suivent (entrevue 14).

28Cela étant, si un consensus semble émerger sur la différenciation des publics en fonction des dispositifs, les acteurs interrogés sont prudents quand il s’agit de préciser davantage encore la nature des publics. Ils ne sont pas certains de ce qu’ils avancent et utilisent généralement des verbes comme penser, croire, imaginer, comme le reflètent les propos d’un député européen : « C’est probablement surtout, j’imagine que les gens qui suivent sont membres du parti, probablement des membres du parti d’opposition qui suivent ce qu’on fait, et je pense, je devine, je ne pense pas, que le public plus large utilise beaucoup Facebook » (entrevue 11). En effet, dès que les personnes interrogées sont amenées à préciser ce qu’elles entendent par « public plus large », elles s’arrêtent alors sur un type particulier de citoyens : les citoyens initiés, au fait de la chose politique, certes, mais aussi et surtout les militants :

J’ai l’impression que sur son profil perso Facebook, il a beaucoup plus de militants locaux de la région […]. Les amis de [mon député] sur sa page perso, je vois que c’est une grande partie des militants [du parti] connus […]. Voilà mais je ne les connais pas, enfin les 4 000, les 3 500… (entrevue 1)

29Il est possible d’imaginer son public à partir des seuls individus qui sont visiblement actifs sur les dispositifs (Marwick et boyd, 2011a ; Brake, 2012), un peu à la manière des signes qui servent d’indice au locuteur pour connaître son public dans les situations de communication directe (Goffman, 1959). Une députée explique ainsi : « Nous n’avons pas beaucoup de signes que les gens normaux ou qui ne sont pas membres de réseaux utilisent [Twitter ou Facebook] » (entrevue 11). En utilisant de tels procédés — la collecte d’indices laissés par les publics —, les membres du personnel politique ont l’impression que ce sont les militants qui constituent les publics sur Facebook. Plusieurs signalent avoir d’ailleurs utilisé leur compte Facebook pour communiquer avec des militants de leur parti, par exemple dans le cadre de congrès internes, de primaires, d’activités diverses et variées, à l’image de ce député :

Quand on a eu la primaire pour choisir le candidat pour les élections européennes, c’était par un vote des membres. Je l’ai beaucoup utilisé alors, je connaissais beaucoup de membres du parti travailliste qui sont amis et j’ai commencé à suivre plusieurs groupes locaux du parti (entrevue 12).

30La figure du militant remplace peu à peu celle du citoyen ordinaire dans les propos des professionnels qui, ce faisant, se distancient des discours d’accompagnement :

Facebook permet d’approcher plus le citoyen lambda ? Non, ça j’y crois pas trop. À moins qu’on soit dans un truc, il y a une sorte de leader qui apparaît face à un enjeu électoral important. C’est peut-être sans doute le cas de Barack Obama, pour prendre un exemple. Où là je pense qu’il y a eu un réel enjeu, les gens voulaient changer de… monde, je sais pas. En tout cas là il y a eu un engouement sur Barack Obama, où là je pense c’est peut-être la seule fois où on a vraiment touché tout type d’électeurs, tout type de citoyens. Pour les élus, déjà députés européens c’est compliqué parce que le citoyen lambda il sait pas trop ce qu’il fait, il ne sait pas trop à quoi il sert. Honnêtement, je crois que 90 % de notre cible sur Facebook reste des militants. […] C’est la base du parti qui est sur Facebook (entrevue 6).

31Pour cette députée européenne, qui gère elle-même son compte Facebook, le public à qui elle s’adresse est clairement composé d’adhérents de son parti politique, désignés comme des « camarades ». Elle publie ainsi ce message :

Illustration 4. Message d’une députée européenne aux adhérents de son parti politique

Illustration 4. Message d’une députée européenne aux adhérents de son parti politique

32On voit ainsi que les professionnels eux-mêmes sont amenés à apporter des nuances à la réalité de la présence du citoyen ordinaire sur leurs pages. Blondiaux rappelle que le citoyen ordinaire est très largement une fiction politique : « […] tout acteur, y compris lorsqu’il joue le rôle du profane dans tel ou tel […] dispositif, est déjà plus ou moins engagé, plus ou moins informé » (2007). Il en est ainsi sur les plateformes numériques. Finalement, le public qui se dessine est celui de citoyens initiés et de citoyens engagés. Pippa Norris (2003) montre que les politiciens qui utilisent les plateformes numériques « prêchent les convaincus ». D’ailleurs, le profil des internautes politiques n’est pas tellement différent de celui des militants traditionnels selon Rachel Gibson et Stephen Ward (2011). Ulrike Klinger et Jakob Svensson (2014) précisent que les plateformes numériques facilitent la mise en relation d’individus qui se ressemblent. Ce dont sont conscients les professionnels politiques qui estiment que, sur les dispositifs, « on reste entre nous » (entrevue 6). Ainsi, contrairement aux médias de masse traditionnels qui sont dirigés vers des publics de masse, les dispositifs de réseaux touchent selon Klinger et Svensson de larges quantités de gens auto-sélectionnés qui ne constituent pas le « grand public ». Ils expliquent cela par le niveau structurel que les dispositifs occupent dans l’espace public, qui serait beaucoup plus circonscrit et restreint. De fait, les deux dispositifs, qu’il s’agisse de Facebook ou de Twitter, se trouvent mis sur le même plan. D’ailleurs, si les professionnels politiques envisagent les dispositifs Twitter et Facebook de manière certes différenciée, à partir des fonctionnalités des dispositifs et des publics imaginés qui s’y trouveraient, certains publics seraient selon eux présents simultanément aux deux endroits. Un député explique ainsi que, si Facebook est la plateforme de prédilection des citoyens intéressés et des militants du parti, ces publics ne délaissent pas pour autant Twitter. Au contraire, ils constituent là aussi des publics privilégiés :

Je pense que sur Twitter c’est largement interne à des gens qui sont déjà dans la politique, qui sont intéressés par les questions politiques et les affaires européennes. Mes propres followers sur Twitter sont surtout deux groupes différents : les travaillistes dans le Yorkshire surtout, beaucoup de gens du parti travailliste dans le Yorkshire, et [en] Europe (entrevue 12).

33Ce sont donc des « initiés » de la politique, pour reprendre le terme de Gaxie, qui constituent les principaux publics des députés européens sur Twitter, qu’ils soient professionnels ou non : « Les gens qui nous suivent sur Twitter sont des gens actifs dans la politique dans le Yorkshire généralement, des gens qui sont au Parlement européen, à Westminster, le Parlement britannique » (entrevue 12). Ainsi les publics imaginés de Twitter ont-ils en commun un intérêt aiguisé pour la politique européenne ainsi qu’une connaissance fine et pointue de celle-ci, certains pour des raisons personnelles, d’autres pour des raisons professionnelles. Mais les motifs passent au second plan, car les amateurs de la politique se trouvent confondus avec les professionnels. Parce que ce dispositif en particulier est d’abord envisagé comme un média d’information (Small, 2011), les publics qui lui sont associés sont « des publics professionnels, qui cherchent plutôt les news » (entrevue 15). Les professionnels de la politique en sont nécessairement, puisque la veille d’information est une activité centrale. Mais, bien sûr, on trouve d’autres publics qui constituent ces publics professionnels, notamment les journalistes : « Par exemple, Twitter, il y a énormément de journalistes qui sont dessus, donc c’est vraiment un bon moyen de diffuser une information au plus grand nombre » (entrevue 16), explique un collaborateur de député, qui poursuit ainsi : « C’est très intéressant les réseaux sociaux donc premièrement pour avoir effectivement un lien direct avec le militant, deuxièmement vis-à-vis des journalistes. »

34Loin des discours d’accompagnement, et notamment de ceux qui présentent les dispositifs de médias sociaux comme des outils pour favoriser le lien privilégié entre le personnel politique et le citoyen en contournant le journaliste, c’est ce dernier qui devient l’une des cibles privilégiées — en particulier sur le dispositif Twitter, qui est ainsi considéré comme un outil de relation de presse nouveau genre ; d’où une forme d’éditorialisation des propos pour correspondre directement à ce que les journalistes attendent : « C’est court, mais au final le journaliste il va s’intéresser à un mot clé, un hashtag et donc toi tu vas être assez intelligent pour te dire bah c’est ce hashtag qu’il faut que j’utilise, parce que c’est vraiment ça aussi… » (entrevue 16). On voit là encore qu’usages du dispositif et représentations du public sont étroitement liés.

Les députés européens parlent à des initiés : « l’entre soi » sur les dispositifs ou la disparition des publics

35Finalement, quel que soit le dispositif, les élus européens et leurs collaborateurs estiment que les individus qui s’intéressent à eux sont à la recherche d’informations politiques européennes, qu’elles soient de nature partisane, thématique ou institutionnelle. Ces individus deviennent des figures idéalisées du public. C’est d’autant plus le cas sur le dispositif Twitter. Une assistante d’un député écologiste estime ainsi que le public abonné au profil du député sur ce dispositif est constitué de « géo-trouvetout » : « Twitter c’est plus j’allais dire les écologeeks ou les gens un peu plus… je ne sais pas comment dire… les géo-trouvetout… qui sont de toute façon là, sur les réseaux sociaux, et qui suivent ce qui se passe, qui relaient les infos » (entrevue 1). Un autre assistant ajoute : « Les gens qui sont sur Twitter sont des gens qui sont curieux par essence et qui cherchent à, non pas à vivre dans une communauté fermée, mais à vivre dans une communauté ouverte » (entrevue 16). Le fait d’être usager du dispositif serait alors un indicateur de la qualité des publics : ceux de Twitter seraient des citoyens particulièrement avisés et intéressés. Ce seraient les « bons » publics : « T’es sûr que les gens qui sont là ont un intérêt par ailleurs […]. Et t’es sûr, donc, voilà, tu parles aux bons, tu parles à ceux qui sont les premiers de tes écouteurs » (entrevue 3). L’approche déterministe qui est ici présentée contraste avec celle des discours d’escorte qui dominent dans l’espace public : en effet, il n’est plus ici question d’un dispositif idéalisé pour ses vertus démocratiques et participatives, mais d’un dispositif qui fait lien entre des publics avides d’information. Ce faisant, ce dispositif semble être réservé à des publics particuliers qui certes sont présentés comme ouverts et curieux, mais qui échangent des informations entre eux et seulement entre eux — ce qui tend à exclure le citoyen ordinaire, qui ne présente pas les mêmes aptitudes et centres d’intérêt. Ainsi, on arriverait à une situation paradoxale puisque, selon une responsable des médias sociaux pour une délégation de députés européens, le public sur ce dispositif serait finalement limité à 

un certain milieu d’intellectuels, de gens branchés, sur un ordinateur, donc il faut avoir un impact parmi ces gens-là, car ce sont les gens qui sont... au pouvoir, enfin, c’est les gens qui ont un pouvoir d’influence sur l’opinion publique. […] J’ai quand même l’impression que tout ça est très élitiste. Moins Facebook. Mais je pense que Facebook est moins efficace en termes de communication politique. Et Twitter c’est très élitiste au bout du compte. C’est élitiste parce que voilà ça te parle entre gens qui se regardent un peu le nombril sur cet outil-là, et du coup on n’est pas dans la vie… on n’est pas dans une forme de vie réelle. […] Ça a un côté élitiste, ou en tout cas exclusif, excluant (entrevue 3).

  • 23 Il est à noter qu’en avril 2014, un recensement réalisé par un journaliste belge, Lukas Vanacker, i (...)

36Ce regard un peu désabusé et plus nuancé du dispositif et de ses publics est intéressant en cela qu’il remet fondamentalement en question l’idéal démocratique porté dans les discours d’accompagnement sur ces médias. La critique du dispositif se niche notamment dans l’écart avec « la vie réelle ». Pour autant, Julien Navarro rappelle que « la faiblesse du lien électoral au Parlement européen alimente l’idée d’une Europe élitiste » (2009), autrement dit, ce que l’assistante définit comme une forme travestie de ce qu’elle appelle « la vie réelle » pourrait aussi en être le reflet ou la continuation. On pourrait alors parler d’une forme de communauté caractérisée par « un nombre restreint de personnes qui partagent un lien relativement fort » (Le Bayon, 2010 : 40). D’ailleurs, on note que les élus européens et leurs collaborateurs ne disent attacher que peu d’importance au nombre de personnes abonnées à leurs profils : si au départ la rhétorique du chiffre leur semblait séduisante, ils disent en être revenus et ne pas chercher toujours plus de followers, de fans ou d’amis. S’il faut bien sûr prendre la distance adéquate que requiert l’analyse des propos d’acteurs, il n’en demeure pas moins que les députés européens semblent satisfaits avec un nombre d’abonnés qui semblerait faible à d’autres23. Ces abonnés seraient, selon eux, des professionnels (politiques et médiatiques) et des initiés, autrement dit des « professionnels amateurs » (Flichy, 2010). Selon Flichy, ce type d’amateurs « se tient à mi-chemin de l’homme ordinaire et du professionnel, entre le profane et le virtuose, l’ignorant et le savant, le citoyen et l’homme politique » (2010 : 11). En ce sens, ces publics sont nécessairement en nombre limité. Certains participent à la e-Brussels Bubble mentionnée plus haut. Mais celle-ci est relativement réduite puisqu’elle correspond aux publics directement actifs ou en tout cas impliqués dans le champ institutionnel européen. Par ailleurs, si elle apparaît dans notre analyse des comptes individuels et des messages publiés sur les dispositifs, elle n’est pas retenue par les professionnels politiques étudiés. On constate en effet l’absence du marqueur communautaire dans l’approche de ces derniers, qui ne mobilisent jamais la rhétorique de la communauté — pourtant très populaire, comme le constatent Bruno Ollivier (2012) et Serge Proulx (2006) — pour tenter de définir les publics qui les suivent. Si les participants s’appuient sur des indices issus des dispositifs pour imaginer la communauté, on peut dès lors penser que les professionnels politiques n’ont pas repéré ce type d’indices : ce qui n’est pas surprenant si l’on en croit Thierry Barboni et Éric Treille, qui montrent les limites de « l’inclusivité des communautés virtuelles partisanes » (2010 : 1140) du fait de l’individualisation des modes d’engagement. S’il n’y a pas de « communauté », il n’est donc pas nécessaire d’avoir un community manager. Aucun des professionnels politiques interrogés n’utilise d’ailleurs le terme community manager, bien que certains d’entre eux soient responsables de la gestion des dispositifs de plateformes numériques pour un député. Si la question de la professionnalisation des collaborateurs responsables de la gestion de ces dispositifs pour des parlementaires reste à traiter, l’absence de ce terme dans le vocabulaire courant des acteurs serait, quoi qu’il en soit, l’indication d’une conception particulière des publics sur les dispositifs. Ceux-ci ne seraient donc pas envisagés comme des groupes d’usagers à animer, mais davantage comme une masse d’individus, connectés au professionnel politique, mais déconnectés les uns des autres. En ce sens, on peut se demander si ces individus constituent finalement des publics aux yeux des députés, et ce, d’autant plus que le terme public ou publics est lui aussi peu utilisé. D’ailleurs, une députée en vient même à conclure : « Je ne suis pas sûre que les membres du public vraiment suivent » (entrevue 11).

Des « publics imaginés » aux « publics qui s’imaginent » : quelle réalité des publics ?

37Il s’agit maintenant de confronter ces représentations des publics par les professionnels politiques avec celles que les publics ont d’eux-mêmes. Notre questionnaire auprès des personnes abonnées à des pages et profils de députés européens belges francophones apporte quelques éléments, bien qu’il porte uniquement sur les usagers du dispositif Facebook et qu’il n’offre par conséquent qu’une vue très partielle. Près de 50 % des personnes qui ont répondu au questionnaire sont membres d’un parti politique. Pour la moitié qui n’est pas adhérente au parti, on peut malgré tout parler d’individus particulièrement intéressés par la chose politique, en recherche d’informations qu’ils pensent trouver sur la page des députés européens. Ils estiment « qu’il faut déjà s’intéresser à la politique pour pouvoir suivre un député européen » (entrevue 18), qu’il s’agit donc de « gens qui ont une connaissance minimum de ce qui se passe » (entrevue 22), et que par conséquent on trouve d’abord « des militants dans des partis ou qui sont très, on va dire <accros> à l’info » (entrevue 18). Pour le dire autrement, les individus qui suivent des députés européens pensent que les individus qui suivent des députés européens sont « soit des gens qui sont très, très intéressés par la politique, [soit des gens] qui sont actifs d’une façon ou d’une autre dans la politique » (entrevue 18).

38Ces propos ne sont pas sans rappeler ceux des professionnels politiques. Ils sont confirmés par Dominique Cardon qui constate lui aussi « un entre-soi qui s’est simplement étendu à ceux des internautes qui disposent d’un fort capital politique et d’un intérêt affirmé pour l’information » (2013 : 37). Pour autant, rares sont les répondants à nos questionnaires qui disent travailler dans le secteur politique ou médiatique. De fait, la description qu’ils font d’eux-mêmes est celle d’« initiés » (Gaxie, 2001) ou de « professionnels amateurs » (Flichy, 2010) de la politique. C’est d’autant plus le cas pour les publics de députés européens qui se trouvent sur les deux dispositifs, Facebook et Twitter. Il s’agit d’une minorité (environ un quart des répondants), la plateforme Twitter étant jugée trop complexe par la majorité. L’usage du Twitter est alors strictement politique et informationnel : on y suit « des hommes politiques, des journalistes. C’est principalement ça. Pas vraiment d’amis, ou de cercles personnels » (entrevue 18). À l’inverse, Facebook mêle les usages social, informatif et politique : « Facebook on aura du contenu plus sérieux, mais on aura aussi des gens qui vous invitent à jouer à des jeux, des fêtes du village, et ainsi de suite, qu’on trouve rarement sur Twitter » (entrevue 18). Là encore, les « suiveurs » rejoignent les « suivis » en cela qu’ils pensent, comme les professionnels politiques, que Twitter est « quelque chose qui est dédié à des gens qui sont déjà plus habitués à ce genre d’outils, donc qui sont déjà plus intéressés soit par la politique, soit… enfin qui veulent vraiment suivre de l’actualité, du contenu plus sérieux, journalistique et autres » (entrevue 18), ou encore que « Twitter est beaucoup plus ciblé […] [alors que Facebook] c’est du tout-venant » (entrevue 19) et que, sur Facebook, « du fait du nombre d’utilisateurs supérieur à Twitter, le public qui suit les députés [y] est beaucoup plus varié » (entrevue 20). D’ailleurs, la grande majorité des individus interrogés se sont inscrits sur le dispositif Facebook d’abord pour un usage social et personnel, dans le but d’entretenir et de développer des relations de sociabilité avec les amis et connaissances. Ce qui n’est pas sans rappeler l’usage que les professionnels politiques ont de Facebook, eux aussi. C’est au fur et à mesure de l’emploi de l’outil que les individus abonnés aux députés intègrent à leurs usages du dispositif le suivi de personnalités politiques : « C’était à la demande de plusieurs amis d’école […] et puis après l’objectif a changé, et il y a eu une orientation plus idéologique et politique » (entrevue 22). Les informations du député européen s’affichent alors sur leur fil d’actualité, autrement dit l’information vient à eux : « Je ne vais jamais sur son profil. Parce que par principe je n’ai pas de temps à perdre pour ce genre de choses, donc je ne prends que les informations qui me passent devant le nez » (entrevue 25). Si certains répondants (environ un quart) disent aller au-delà de l’information publiée pour suivre également les commentaires, ce n’est pas là un trait majoritaire. Il ressort de cela que les publics ne sont généralement pas très intéressés par ce que les publics racontent sur les pages des députés européens : c’est ce que racontent les députés européens qui importe, même si certains jettent un œil aux commentaires pour « voir ce qui se dit, prendre le pouls, prendre connaissance des arguments. Avant, quand on suivait un débat à la télévision, on ne savait pas connaître les avis des autres personnes, maintenant avec les réseaux sociaux, c’est possible de voir ce qui se dit » (entrevue 18).

39D’autres, plus rares encore, apprécient les discussions qui peuvent émerger : « oui, je participe à des petits débats, bien sûr. C’est ça l’intérêt, c’est de partager, d’interagir » (entrevue 22). Mais globalement, la majorité est silencieuse et préfère surtout regarder « défiler les messages » (Latzko-Toth, 2005).

40Aurélie Aubert (2012) montre que le public puise « dans les pratiques du quotidien et dans les attaches socioculturelles » pour façonner son approche de l’information politique. Celles-ci sont aussi diverses que les individus qui les mobilisent, il est donc difficile de voir émerger des figures et des usages types qui correspondraient à l’ensemble des personnes abonnées à des députés européens. On peut par contre repérer des traits communs : de la même manière que les contextes sont entremêlés quand les députés européens s’expriment sur les dispositifs puisqu’ils parlent tout à la fois à des professionnels et à des amateurs de la politique et de l’information, les individus qui constituent les publics possèdent des identités plurielles (Lahire, 2001, cité par Jauréguiberry et Proulx, 2011) et donc entremêlent différents types d’usages des dispositifs : des usages de sociabilité à visée amicale et personnelle ainsi que des usages plus politiques de collecte et de partage d’informations politiques, dans une approche en clair-obscur (Cardon, 2008). Les deux ne sont bien sûr pas étanches, comme l’illustrent ces propos d’une personne interrogée : « Sur Facebook, la convivialité fait que les personnes que je suis sont plus proches de mes convictions politiques, parce que le contenu qu’elles mettent est plus personnel et m’intéresse plus » (entrevue 23). Les militants ou sympathisants suivent en priorité les députés européens du même parti, ce qui ne les empêche pas d’aller visiter les pages des opposants au coup par coup : « pour être au courant de ce que les autres disent » (entrevue 23), pour « savoir ce qu’ils se racontent, ce qu’ils se disent, comment ils interprètent, leur façon de voir les choses » (entrevue 25). D’autres au contraire ne veulent pas « aimer » la page d’un opposant. Le dispositif Twitter leur permet alors plus facilement de suivre des députés avec lesquels ils sont en désaccord que le dispositif Facebook, car le geste de suivi n’est pas défini comme un geste de ralliement. On comprend ainsi que l’activité de suivi de députés européens sur les dispositifs est envisagée comme une activité politique à part entière : « c’est une manière de militer aussi, moi je trouve que tout en étant chez soi, et de pouvoir partager des informations, et de pouvoir avoir un contact avec les personnes qui nous représentent » (entrevue 24). Un autre poursuit : « depuis que je suis engagé en politique, c’est vrai que je me sers aussi de Facebook et de Twitter pour véhiculer ce que je peux faire comme actions, mes idées » (entrevue 23). Facebook aide aussi à l’organisation entre militants en permettant « d’avoir une discussion sur l’organisation, sur un événement, sur d’autres choses » (entrevue 23). D’autres individus, militants également, ont un usage différent des dispositifs : « en dehors des élections, je ne veux pas qu’on sache quelles sont mes idées politiques, pour la simple raison qu’il y a des gens qui en tiennent compte et pourraient se servir de la chose » (entrevue 25).

41Ces quelques éléments sur les personnes abonnées à des pages et profils de députés européens mériteraient d’être approfondis. Ils mettent en avant la figure d’usagers actifs et tacticiens (Jouët, 2000), que ceux-ci laissent ou pas des traces visibles en ligne, qui approchent les dispositifs et les députés européens de multiples manières. Il est donc difficile, voire impossible, de tenter de catégoriser ces usages et ces publics — au risque sinon de les réifier. Ces éléments nous permettent cependant de constater que l’usage à lui seul ne suffit pas à créer la communauté (Proulx, 1994) — il faut également l’appartenance culturelle : « Le statut d’usager désigne un ensemble inorganisé d’individus et de ménages atomisés ne possédant entre eux qu’un très faible lien social et très peu susceptible de développer une quelconque solidarité autour d’un intérêt commun » (Proulx, 1994 : 156). Les usagers qui utilisent les dispositifs dans le cadre d’une activité politique semblent davantage cibler des collectifs auxquels ils participent — par exemple au moyen de la constitution de leurs réseaux d’« amis » et du partage d’informations sur le dispositif Facebook. Les usagers qui utilisent Facebook pour une activité informationnelle de suivi de l’actualité politique semblent circonscrire cette activité : elle a une place accessoire ou en tout cas limitée dans leur usage plus global du dispositif. Par conséquent, ils ne ciblent pas de collectifs liés à cette activité. Enfin, les usagers qui suivent des députés européens par intérêt pour la personne plutôt que pour la politique (« 80 % pour la personne, 20 % pour la politique » [entrevue 26], précise un abonné à Frédérique Ries, présentatrice célèbre du petit écran en Belgique francophone avant de devenir députée européenne) semblent peu intéressés à partager ou à découvrir les publics également abonnés aux mêmes députés européens. Bref, les usagers connectés à un député européen constituent des « objets hybrides » (Proulx, 2007). Dans ces conditions, on peut, à l’image de Proulx, s’interroger : « Comment alors les utilisateurs de ces nouveaux médias numériques pourraient-ils se constituer en <public> ayant une compétence à intervenir dans la sphère publique ? » (2007 : 2). Selon Daniel Dayan (1992), il faut que des individus aient conscience d’être membres d’un public pour que celui-ci émerge. On en vient donc à se demander au terme du présent article s’il est réellement possible de parler de « publics » de députés européens. Or, s’il n’est pas possible de parler de « publics », comment y voir émerger des « communautés » ? Selon Geoffroy Patriarche, « la notion de communauté constitue un point d’articulation entre les concepts de public et d’usager » (2008 : 192). C’est notamment par l’usage d’un dispositif qu’un public peut se constituer, selon lui, en une communauté. Mais encore faut-il qu’il y ait publics, ce qui reste à démontrer, qu’il s’agisse ici de publics dits médiatiques ou de publics dits politiques (Cefaï et Pasquier, 2003).

42Si la tentation est grande chez le chercheur d’utiliser le vocable communauté pour qualifier les phénomènes qu’il croit observer sur internet, surtout s’il adopte une lecture à partir d’une analyse en termes de graphe social, il arrivera à une autre conclusion s’il s’intéresse aux discours des acteurs sur leurs usages et leurs relations sur les dispositifs. En effet, que ce soit du côté des professionnels politiques dans leurs représentations des publics ou du côté desdits publics, la pratique des dispositifs est envisagée de manière individuelle sans référence à des collectifs, ce qui peut évoquer une forme d’« individualisme connecté » (Flichy, 2004). Comme le soulignent Stenger et Coutant (2010 : 222), un réseau socionumérique constitue un terreau sur lequel peuvent émerger des communautés, mais il ne se confond pas pour autant avec elles.

CONCLUSION

43Les dispositifs de plateformes numériques sont présentés dans les discours publics des représentants politiques des institutions européennes comme le moyen de rapprocher les élus européens des citoyens. Par les discours d’accompagnement sur l’innovation que représentent ces dispositifs numériques du point de vue démocratique, les élus tentent ainsi de (re)construire un imaginaire positif dans lequel ils se ménagent, publiquement au moins, une place centrale. Pour autant, ils ne sont pas dupes et se distancient de ces discours d’escorte quand ils envisagent les publics auxquels ils s’adressent sur les dispositifs de médias sociaux. Ce sont des publics intéressés qui suivent des députés européens, autrement dit des publics initiés à la politique, voire même engagés, à côté de publics professionnels : la frontière entre amateurs et professionnels est poreuse et floue puisque les premiers seraient des « amateurs devenus experts » (Proulx, 2007) quand les seconds seraient des experts professionnels. Les deux ont un trait commun : ils ne se déclinent pas à l’échelle européenne. En effet, la figure du « citoyen européen » n’est jamais convoquée. Cette « fiction figurée du grand public » (Aldrin, 2013) n’apparaît pas dans le discours des professionnels politiques ni dans leurs répertoires d’actions. Les députés européens français parlent à des publics français, les députés britanniques à des publics britanniques, les députés belges francophones à des publics belges francophones, et ainsi de suite, sans même parler des publics très locaux de la circonscription. Les députés parlent et les publics écoutent, si possible en indiquant leur soutien (au moyen d’un like ou d’un partage). En ce sens, il ne semble pas s’agir de dispositifs participatifs à proprement parler, mais plutôt de dispositifs de recueil, et de partage le cas échéant, d’informations politiques.

44Le professionnel lui aussi, qu’il soit professionnel de la politique ou professionnel de l’information, est géographiquement ou institutionnellement proche du député. Un collaborateur explique ainsi que les messages de son député écossais sur les dispositifs intéressent surtout les journalistes écossais, un autre que les messages de son député intéressent d’abord les collègues du Parlement national. L’expérience joue ici un rôle important ; les contacts établis avec des journalistes par l’intermédiaire de la plateforme Twitter ou les tweets repris dans des journaux participent à les convaincre que les journalistes constituent l’un des principaux publics professionnels, ceux qui sont établis avec les militants laissent penser qu’ils sont eux aussi des lecteurs fidèles. Ce qui amène un assistant parlementaire à remarquer que « des gens qui suivent l’actu des députés européens, à part des militants et des journalistes, il n’y a personne » (entrevue 16). S’il y a une nuance à apporter dans le cas de la e-Brussels Bubble, celle-ci est limitée à un public réduit et spécifique qui vit au sein ou aux alentours des institutions européennes. De plus, les députés européens ne reconnaissent pas ce public qui apparaît dans l’analyse du chercheur.

45Si, comme Dayan (1992), nous partons du principe que « la notion de public est construite de toutes pièces par les discours portés sur lui », l’analyse des discours des professionnels politiques tend à mettre en lumière la diversité des individus ciblés qui sont définis à partir de leur statut (citoyen, professionnel) et de l’activité politique ou professionnelle qui est liée. Au bout du compte, les professionnels politiques ont une connaissance plutôt réduite de leurs publics. Ils semblent peu au fait des techniques propres aux médias sociaux (« to create and market a <personal brand> » pour reprendre les termes de Marwick et boyd [2011b : 119]), ils utilisent généralement peu ou pas les outils de monitoring et n’adoptent que très rarement (ouvertement du moins) une approche marketing des dispositifs. Leur approche des plateformes, qu’on pourrait qualifier d’intuitive, est largement influencée par leur propre usage. Ce n’est pas qu’ils n’ont pas de « publics », mais ils sont hésitants à « labelliser » ces publics, à les faire entrer dans des catégories, à donner des étiquettes, voire même à parler de « publics ». Bien sûr, il s’agit là de parlementaires qui sont responsables de leur propre communication et donc qui ne disposent pas de l’infrastructure d’un parti politique. Cependant, il nous semble hâtif et normatif de postuler que leur usage des dispositifs serait par conséquent insuffisant ou insatisfaisant. D’ailleurs, il faudrait alors en dire autant de l’usage de l’ensemble des outils communicationnels (pas seulement numériques), voire de l’ensemble du travail politique routinier. Notre observation participante a au contraire mis en lumière un usage des dispositifs numériques adapté au contexte sociotechnique, d’un côté, et au contexte institutionnel et politique, de l’autre. D’où l’importance de la méthode ethnographique pour mieux analyser les usages en contexte. Il est en effet erroné de penser qu’une simple observation en ligne, aussi sophistiquée soit-elle, permet à elle seule de comprendre les logiques des acteurs derrière les données recueillies. C’est pourtant l’approche qui domine aujourd’hui la recherche sur les usages politiques des dispositifs de plateformes numériques. Or, nous constatons que les figures spécifiques du public ne sont pas nécessairement convoquées dans les interactions qui se jouent sur les dispositifs : elles peuvent parfois être implicites et être alors identifiées dans l’analyse, mais ce n’est pas toujours le cas. Pourtant, comme le rappellent Nicoletta Vittadini et Francesca Pasquali (2013), les performances et les contenus en ligne sont toujours conçus pour un public, que celui-ci soit visible et connu ou non. Dans ces conditions, il est nécessaire de mettre au point une méthodologie capable de prendre en compte la réflexivité des individus. C’est ce que cette recherche a tenté de faire. Il est en effet indispensable de s’intéresser aux pratiques et aux usages effectifs des acteurs (Coutant et Domenget, 2012), car, comme le rappelle Jouët, « l’activité d’internet se déploie aussi largement en dehors des connexions » (2003 : 210). Autrement dit, les usages des dispositifs se situent dans un contexte spécifique de pratiques sociales (Proulx, 2005). Ce qui demande d’observer et d’interroger les acteurs en situation et pour cela d’aller de l’autre côté de l’écran.

Haut de page

Bibliographie

ALDRIN, Philippe (2009a), « L’Union européenne face à l’opinion. Construction et usages des politiques comme problème communautaire », Savoir/Agir, 7 : 13-23.

ALDRIN, Philippe (2009b), « Les permanents sont-ils des militants ? », Recherche socialiste, Hors Série, 46-47 : 67-81.

ALDRIN, Philippe (2013), « Producteurs, courtiers et experts de l’information européenne » dans Didier GEORGAKAKIS (dir.), Le champ de l’Eurocratie. Une sociologie politique du personnel de l’Union européenne, Paris, Economica, p. 151-181.

ANDERSON, Peter J. et Aileen McLEOD (2004), « The great non-communicator? The mass communication deficit of the European Parliament and its Press Directorate », Journal of Common Market Studies, 42(5) : 897-917.

AUBERT, Aurélie (2012), « Participer à l’actualité, quel sens pour l’engagement collaboratif ? », 8e colloque international EUTIC, Publics et pratiques médiatiques, Université de Lorraine, 17-19 octobre.

BARBONI, Thierry et Éric TREILLE (2010), « L’engagement 2.0. Les nouveaux liens militants au sein de l’e-parti socialiste », Revue française de science politique, 6(60) : 1137-1157.

BERGER, Mathieu (2008), « Répondre en citoyen ordinaire. Pour une étude ethnopragmatique des engagements profanes », Pragmatismes, 15 : 191-208.

BLONDIAUX, Loïc (2003), « Publics imaginés et publics réels : la sollicitation des habitants dans les politiques locales » dans Daniel CEFAÏ et Dominique PASQUIER, Les sens du public. Publics politiques et publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, p. 313-328.

BLONDIAUX, Loïc (2007), « La démocratie participative, sous conditions et malgré tout. Un plaidoyer paradoxal en faveur de l’innovation démocratique », Mouvements, 2(4) : 118-129.

BOURDIEU, Pierre (2004), Esquisse d’une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir.

BRAKE, Russel David (2012), « Who do they think they’re talking to? Framings of the audience by social media users », International Journal of Communications, 6 : 1056-1076.

BRESSON, Maryse (2014), « La participation : un concept constamment réinventé. Analyse sociologique des enjeux de son usage et de ses variations », Sociologies. Revue de l’Association française de sociologie, 9, mis en ligne le 4 mars 2014. [En ligne]. http://socio-logos.revues.org/2817. Page consultée le 4 décembre 2015.

BRETON, Philippe (2002), « Les discours d’accompagnement », Dossiers de l’audiovisuel, 103 : 5-9.

BUSBY, Amy et Kheira BELKACEM (2013), « Coping with the information overload: An exploration of assistants’ backstage role in the everyday practice of European Parliament politics », European Integration Online Papers (EIoP), Special Issue 1, 17(4) : 1-28. [En ligne]. http://eiop.or.at/eiop/texte/2013-004a.htm. Page consultée le 4 décembre 2015.

CARDON, Dominique (2008), « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0 », Réseaux, 6(152) : 93-137.

CARDON, Dominique (2013), « La participation en ligne », Idées économiques et sociales, 3(173) : 33-42.

CEFAÏ, Daniel et Dominique PASQUIER (2003), « Introduction » dans Daniel CEFAÏ et Dominique PASQUIER (dir.), Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, p. 13-59.

CERTEAU, Michel de (1980), L’invention du quotidien, t. 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard, Coll. « Folio essais ».

CHARAUDEAU, Patrick (2005), Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert.

COUTANT Alexandre et Jean-Claude DOMENGET (2011), « Étudier les phénomènes en cours de stabilisation : quelle posture de recherche pour la théorie critique ? », Colloque Communications-organisations et pensées critiques, 5-6 juillet, Lille/Roubaix, p. 18-29.

COUTANT Alexandre et Jean-Claude DOMENGET (2012), « Une sociologie critique des usages est-elle possible ? Réflexions sur la conciliation d’une posture critique et d’une démarche empirique » dans Thomas HELLER, Romain HUET et Bénédicte VIDAILLET (dir.), Communications-organisations et pensées critiques, Lille, Presses de l’Université Laval/Septentrion, p. 143-154.

DAYAN, Daniel (1992), « Les mystères de la réception », Le Débat, 71 : 146-162.

DE VREESE, Claes de et al. (2006), « The news coverage of the 2004 European Parliamentary election campaign in 25 countries », European Union Politics, 7(4) : 477-504.

DOMENGET, Jean-Claude (2012), « Construire l’usager de Twitter : producteur-utilisateur, abonné, expert ? », 8e colloque international EUTIC, Publics et pratiques médiatiques, Université de Lorraine, 17-19 octobre.

DOMENGET, Jean-Claude (2013), « La fragilité des usages numériques. Une approche temporaliste de la formation des usages », Les Cahiers du numérique, 2(9) : 47-75.

FLICHY, Patrice (2004), « L’individualisme connecté entre la technique numérique et la société », Réseaux, 22(124) : 17-51.

FLICHY, Patrice (2008a), « Internet et le débat démocratique », Réseaux, 4(150) : 159-185.

FLICHY, Patrice (2008b), « Technique, usage et représentations », Réseaux, 2(148-149) : 147-174.

FLICHY, Patrice (2010), Le sacre des amateurs, Paris, Seuil/La République des idées.

GAXIE, Daniel (2001), « Les enjeux citoyens de la professionnalisation politique », Mouvements, 5(18) : 21-27.

GEORGAKAKIS, Didier (2011), « Don’t throw out the <Brussels Bubble> with the bathwater: From EU institutions to the field of eurocracy », International Political Sociology, 5(3) : 331-334.

GIBSON, Rachel et Stephen WARD (2011), « Renouveler le parti ? Les stratégies de campagnes et d’organisation en ligne des partis britanniques » dans Fabienne GREFFET (dir.), Continuer la lutte.com. Les partis politiques sur le web, Paris, Sciences Po Les Presses, p. 109-123.

GILLESPIE, Tarleton (2010), « The politics of platforms », New Media and Society, 12(3): 346-364.

GOFFMAN, Erving (1959), The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Doubleday.

HINE, Christine (2000), Virtual Ethnography, Londres, Sage.

HINE, Christine (2008), « Overview: Virtual ethnography. Modes, varieties, affordances » dans Nigel FIELDING, Raymond M. LEE et Grant BLANK (dir.), Handbook of Online Research Methods, Londres, Sage, p. 257-270.

HUBÉ, Nicolas (2009), « Le recrutement social des professionnels de la politique » dans Antonin COHEN, Bernard LACROIX et Philippe RIUTORT (dir.), Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, p. 335-354.

JAURÉGUIBBERY, Francis et Serge PROULX (2011), Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Éditions Érès.

JAVEAU, Claude (1990), L’enquête par questionnaire, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles/Éditions d’Organisation.

JEANNERET, Yves et Emmanuël SOUCHIER (2002), « La communication médiatisée est-elle un <usage> ? », Communication et langages, 132 : 5-27.

JOUËT, Josiane (2003), « La pêche aux internautes », Hermès, 37 : 203-211.

JOUËT, Josiane (2000), « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, 100 : 487-521.

KETTNER, Matthias (2007), « La démocratie délibérative. Du discours rationnel au débat public » dans Philippe GOUJON et Sylvain LAVELLE (dir.), Technique, communication et société : à la recherche d’un modèle de gouvernance. Les technologies de l’information et de la communication et les limites du paradigme de la raison communicationnelle, Namur, Presses universitaires de Namur, p. 105-117.

KLINGER, Ulrike et Jakob SVENSSON (2014), « The emergence of network media logic in political communication: A theoretical approach », New Media and Society, 16(6) : 1-17.

LATZKO-TOTH, Guillaume (2005), « La normalisation des pratiques de chat : l’émergence d’un cadre normatif d’usage de l’Internet Relay Chat » dans Bernard CONEIN, Françoise MASSIT-FOLLEAN et Serge PROULX (dir.), Internet, une utopie limitée. Nouvelles régulations, nouvelles solidarités, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 197-222.

LE BAYON, Simon (2010), Sociologie de la composition des collectifs web 2.0. Le cas de la diaspora bretonne. Thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Dominique BOULLIER, Rennes, Université Rennes 2.

LILLEKER, Darren et Karolina KOC-MICHALSKA (2011), « MEPs online: Understanding communication strategies for remote representatives », ECPR Conference, Reykjavik, septembre.

LILLEKER, Darren et Nigel JACKSON (2011), Political Campaigning, Elections and the Internet in US, UK, Germany and France, Londres, Routledge.

LITT, Eden (2012), « Knock, knock. Who’s there? The imagined audience », Journal of Broadcasting and Electronic Media, 56(3) : 330-345.

MARWICK, Alice et danah BOYD (2011a), « I tweet honestly, I tweet passionately: Twitter users, context collapse and the imagined audience », New Media and Society, 13(1) : 114-133.

MARWICK, Alice et danah BOYD (2011b), « To see and to be seen: Celebrity practice on Twitter », Convergence. The International Journal of Research into New Media Technologies, 17(2) : 139-158.

MEYER, Christoph (1999), « Political legitimacy and the invisibility of politics: Exploring the European Union’s communication deficit », Journal of Common Market Studies, 37(4) : 617-639.

MICHEL, Hélène (2009), « Un peuple européen sur mesure », Savoir/Agir, 1(7) : 9-12.

MICHEL, Hélène (2014), « L’UE, contre ses publics… tout contre » dans Philippe ALDRIN et al. (dir.), Les médiations de l’Europe politique, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, p. 139-151.

MICHON, Sébastien (2008), « Assistants in the European Parliament, a springboard for a European career », Sociologie du travail, 50(2) : 169-183.

MICHON, Sébastien (2014), « Le travail de représentation des députés européens au concret : logiques d’organisation des équipes parlementaires » dans Alice MAZEAUD (dir.), Pratiques de la représentation politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 179-201.

MILLER, Daniel et Don SLATER (2000). The Internet. An Ethnographic Approach. Oxford New York, Berg Publishers.

MILLER, William J. (2013), « We can’t all be Obama: The use of new media in modern political campaigns », Journal of Political Marketing, 12(4) : 326-347.

MONNOYER-SMITH, Laurence (2013), « Le web comme dispositif : comment appréhender le complexe ? » dans Christine BARATS (dir.), Manuel d’analyse du web en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, p. 12-31.

NAVARRO, Julien (2009), « Le travail dans les assemblées du Parlement, un investissement payant ? Une application de la théorie du vote rétrospectif aux élections européennes », Colloque de l’AFSP Le lien électoral au Parlement européen, Strasbourg. [En ligne]. http://www.afsp.msh-paris.fr/activite/2009/coll191109/navarro.pdf. Page consultée le 4 décembre 2015.

NORRIS, Pippa (2003), « Preaching to the converted? Pluralism, participation and party websites », Party Politics, 9(1) : 21-45.

OLLIVIER, Bruno (2012), « Limites des analyses conversationnelles dans les usages web. Des risques d’une naturalisation des technologies », Actes du colloque Organisations, performativité et engagement, 80e congrès international ACFAS, Montréal, Palais des congrès, p. 77-86.

ORLIKOWSKI, Wanda J. (2007), « Sociomaterial practices: Exploring technology at work », Organization Studies, 28 (9) : 1435-1448.

PAOLETTI, Marion (2014), « L’organisation du travail de représentation politique » dans Alice MAZEAUD (dir.), Pratiques de la représentation politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 117-122.

PAQUIENSÉGUY, Françoise (2014), « La figure de l’usager revisitée par le web 2.0 : le cas de l’éco-citoyen » dans Jacques BONNET, Rosette BONNET et Daniel RAICHVARG (dir.), Communication et intelligence du social. Acteurs, auteurs ou spectateurs des médias, Paris, L’Harmattan, p. 135-143.

PATRIARCHE, Geoffroy (2008), « Publics et usagers, convergences et articulations », Réseaux, 1(147) : 179-216.

POSTILL, John et Sarah PINK (2012), « Social media ethnography: The digital researcher in a messy web », Media International Australia, 145 : 123-134.

PROULX, Serge (1994), « Les différentes problématiques de l’usage et de l’usager » dans André VITALIS (dir.), Médias et nouvelles technologies. Pour une socio-politique des usages, Rennes, Apogée, p. 149-159.

PROULX, Serge (2005), « Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hui : enjeux – modèles – tendances » dans Lise VIERA et Nathalie PINEDE (dir.), Enjeux et usages des TICS : aspects sociaux et culturels, t. 1, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, p. 7-20.

PROULX, Serge (2006), « Communautés virtuelles : ce qui fait lien » dans Serge PROULX, Louise POISSANT et Michel SENECAL (dir.), Communautés virtuelles : penser et agir en réseau, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 13-26. [En ligne]. http://sergeproulx.uqam.ca/wp-content/uploads/2010/12/2006-proulx-communautes-vi-36.pdf. Page consultée le 4 décembre 2015.

PROULX, Serge (2007), « Web participatif : vers un engagement citoyen de l’usager ? », Colloque de l’UNESCO Éthique et droits de l’homme dans la société de l’information. [En ligne]. http://www.stc.arts.chula.ac.th/UNESCO/pdf/26_Proulx-Serge.pdf. Page consultée le 04 décembre 2015.

REBILLARD, Franck (2007), « Le journalisme participatif, de l’idéologie à la pratique », Argumentum. [En ligne]. http://fssp.uaic.ro/argumentum/numarul%206/01_Rebillard.pdf. Page consultée le 04 décembre 2015.

ROGINSKY, Sandrine (2014), « Social networking sites: An innovative communication on Europe ? Analysis in the European Parliament, the European Commission and the European Council » dans Agnieszka STEPINSKA (dir.), Media and Communication on Europe, Berlin, Logos Verlag, p. 91-112.

ROGINSKY, Sandrine et Valérie JEANNE-PERRIER (2014), « La fabrique de la communication des parlementaires européens. <Tweet ton député> et les <ateliers du député 2.0> », Politiques de communication, 3 : 85-124.

ROZENBERG, Olivier (2009), « L’influence du Parlement européen et l’indifférence de ses électeurs : une corrélation fallacieuse ? », Politique européenne, 2(28) : 7-36.

SMALL, Tamara (2011), « What the hashtag? A content analysis of Canadian politics on Twitter », Information, Communication and Society, 14(6) : 872-895.

SOUCHON, Michel (1990), « Un public ou des publics ? », Communications, 51 : 71-77.

SOULÉ, Bastien (2007), « Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales », Recherches qualitatives, 27(1) : 127-140.

SPANIER, Bernd (2012), Europe, Anyone? The « Communication Deficit » of the European Union Revisited, Baden Baden, Nomos.

STENGER, Thomas et Alexandre COUTANT (2010), « Les réseaux sociaux numériques : des discours de promotion à la définition d’un objet et d’une méthodologie de recherche », Hermes – Journal of Language and Communication Studies, 44 : 209-228.

UTARD, Jean-Michel (2014), « La construction d’un ordre du discours européen sur Internet. Acteurs et stratégies » dans Philippe ALDRIN et al. (dir.), Les médiations de l’Europe politique, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, p. 322-346.

VANACKER, Lukas (2014), « Populist MEPs lead Twitter ranking », EU Observer, 15 mai. [En ligne]. http://euobserver.com/eu-elections/124095. Page consultée le 4 décembre 2015.

VAN DIJK, Teun Adrianus (2012), Society and Discourse. How Social Contexts Influence Text and Talk, Cambridge, Cambridge University Press.

VEDEL, Thierry (1994), « Sociologie des innovations technologiques et usagers : introduction à une socio-politique des usages » dans André VITALIS (dir.), Médias et nouvelles technologies. Pour une socio-politique des usages, Rennes, Apogée, p. 13-34.

VERDIER, Benoit (2006), « TIC et (re)segmentation d’un groupe professionnel », COMMposite, 1 : 22-51

VERGEER, Maurice (2012), « Politics, elections and online campaigning: Past, present… and a peek into the future », New Media and Society, 15 : 9-17.

VERGEER, Maurice, Liesbeth HERMANS et Stevens SAMS (2011), « Online social networks and micro-blogging in political campaigning: The exploration of a new campaign tool and a new campaign style », Party Politics, 19(3) : 477-501.

VILATTE, Jean-Christophe (2007), « Méthodologie de l’enquête par questionnaire », formation offerte à Grisolles, le 2 février. [En ligne]. http://www.lmac-mp.fr/telecharger.php?id_doc=46. Page consultée le 4 décembre 2015.

VITTADINI, Nicoletta et Francesca PASQUALI (2013), « Virtual shadowing, online ethnographies and social networking studies » dans Geoffroy PATRIARCHE et al. (dir.), Audience Research Methodologies: Between Innovation and Consolidation, New York, Routledge, p. 160-174.

Haut de page

Annexe

Liste des entretiens cités

Entrevue 1 — Entretien avec une assistante parlementaire responsable des médias sociaux pour un député européen français, 10 octobre 2011.

Entrevue 2 — Entretien avec une assistante parlementaire responsable de la communication (notamment numérique) pour trois députés hollandais, 26 avril 2012.

Entrevue 3 — Entretien avec la responsable des médias sociaux et du site Internet pour la délégation française d’un groupe politique européen, 6 octobre 2011.

Entrevue 4 — Entretien avec une assistante parlementaire responsable en partie des médias sociaux pour un député européen belge, 5 juin 2013.

Entrevue 5 — Entretien avec une assistante parlementaire responsable en partie des médias sociaux pour une députée européenne française, 14 octobre 2011.

Entrevue 6 — Entretien avec l’assistante parlementaire responsable des médias sociaux pour un député européen français, 7 octobre 2011.

Entrevue 7 — Entretien avec l’assistant parlementaire responsable des médias sociaux pour un député européen danois, 26 avril 2012.

Entrevue 9 — Entretien avec l’assistant parlementaire responsable des médias sociaux pour un député européen irlandais, 31 mai 2012.

Entrevue 10 — Entretien avec l’assistante parlementaire responsable des médias sociaux pour une députée européenne française, 24 novembre 2011.

Entrevue 11 — Entretien avec une députée européenne britannique, 8 avril 2014.

Entrevue 12 — Entretien avec un député européen britannique, 17 avril 2014.

Entrevue 13 — Entretien avec une députée européenne britannique, 2 avril 2014.

Entrevue 14 — Entretien avec un assistant parlementaire partiellement responsable des médias sociaux pour un député européen espagnol, 26 avril 2012.

Entrevue 15 — Entretien avec un assistant parlementaire responsable en partie des médias sociaux pour un député européen polonais, 22 mai 2012.

Entrevue 16 — Entretien avec un assistant parlementaire responsable des médias sociaux pour une députée européenne française, 14 octobre 2011.

Entrevue 17 — Entretien avec un candidat britannique (seconde place) aux élections européennes de mai 2014, 26 mars 2014.

Entrevue 18 — Entretien semi-directif avec une personne abonnée à une page de député européen, 20 mai 2014.

Entrevue 19 — Entretien avec une personne abonnée à deux pages de députés européens (du même parti politique), 26 mai 2014.

Entrevue 20 — Entretien avec une personne abonnée à une page de député européen, 26 mai 2014.

Entrevue 21 — Entretien avec une personne abonnée à une page de député européen, 26 mai 2014.

Entrevue 22 — Entretien avec une personne abonnée à une page de député européen, 23 mai 2014.

Entrevue 23 — Entretien avec une personne abonnée à une page de député européen, 23 mai 2014.

Entrevue 24 — Entretien avec une femme abonnée aux pages de trois députés européens (du même parti politique), 20 mai 2014.

Entrevue 25 — Entretien avec une personne abonnée à deux pages de députés européens (de partis politiques différents), 26 mai 2014.

Entrevue 26 — Entretien avec une personne abonnée à une page de député européen, 26 mai 14.

Haut de page

Notes

1 Parlement européen, résolution « Le journalisme et les nouveaux médias — créer une sphère publique en Europe » (2010/2015) (INI), Commission de la culture et de l’éducation, rapporteur : Morten Løkkegaard, 26 mars 2010, p. 11.

2 Hélène Michel parle d’une « injonction récurrente à créer des liens avec les citoyens européens » (2014 : 142). Elle écrit aussi : « […] on ne compte plus les réflexions menées pour mieux informer les citoyens, aller à leur rencontre, s’ouvrir à eux, leur permettre de participer » (2009 : 10).

3 Nicolas Hubé (2009) rappelle ainsi qu’il y a bien une profession politique comparable à n’importe quelle autre profession.

4 Nous reprenons ici la définition de dispositif de Laurence Monnoyer-Smith : « […] les dispositifs organisent un arrangement entre tous les éléments qui les composent […] qui se caractérisent par leur grande homogénéité. Les dispositifs structurent des relations de médiations entre ces différentes composantes de manière à agir et à obtenir un certain résultat » (2013 : 12).

5 Par souci de rigueur et pour faciliter la lecture, nous utiliserons ici l’expression « plateformes numériques » pour désigner les dispositifs Twitter et Facebook. Nous reprenons la définition de Tarleton Gillespie (2010) qui articule la dimension technique (plateforme comme logiciel et architecture informatique) et la dimension socioculturelle (plateforme comme infrastructure performative et scène politique).

6 Il est cependant difficile de proposer une description type d’un bureau de député tant la composition des équipes parlementaires diffère d’un député à l’autre (Michon, 2014).

7 Cette posture a fait émerger des questions relatives à la réflexivité, qui ont amené l’auteur en question à conduire une socioanalyse objectivante (Bourdieu, 2004). Par ailleurs, les entretiens semi-directifs dans le cadre de la recherche, le travail à quatre mains pour rédiger le présent article et les participations à des colloques universitaires ont facilité la prise de distance.

8 Ces dernières ayant répondu positivement à la demande formulée sur le questionnaire distribué en avril (« Accepteriez-vous d’approfondir ce questionnaire par le biais d’un entretien téléphonique ? »), nous les avons jointes par téléphone pour des entretiens d’une durée d’environ 30 minutes.

9 Les huit eurodéputés belges francophones ont été sollicités pour diffuser le questionnaire ; un seul n’a pas donné de réponse favorable.

10 Discours de Jerzy Buzek (notre traduction), 7 octobre 2010. [En ligne]. http://arc.eppgroup.eu/Press/pdoc10/101201intervention-buzek.pdf. Page consultée le 23 juin 2014. Voir aussi la vidéo. [En ligne]. http://www.youtube.com/watch?v=fnrf0hOT0Bw.

11 Parlement européen, résolution « Le journalisme et les nouveaux médias – créer une sphère publique en Europe » (2010/2015) INI, Commission de la culture et de l’éducation, 26 mars 2010, p. 4.

12 Entretien avec Jaume Duch, porte-parole du Parlement européen et directeur des médias, 30 août 2012.

13 Pour une présentation plus précise et complète de certaines de ces initiatives, voir Roginsky et Jeanne-Perrier (2014).

14 Traduction du courriel d’invitation envoyé par la représentante de Facebook à l’ensemble des bureaux des députés européens, 20 mars 2012.

15 Voir ses propos. [En ligne]. http://www.reuters.com/article/2012/02/01/us-facebook-letter-idUSTRE8102MT20120201. Page consultée le 16 juin 2014.

16 Voir le dossier publié en 2010 dans la revue Politix, 1(89), consacré à « L’Académique européenne », pour saisir la contribution des savoirs académiques dans la construction d’attendus et d’objectifs des institutions européennes, notamment en matière de communication.

17 Ils s’inscrivent en ce sens dans une longue tradition de « croyance, renouvelée à chaque innovation, dans le pouvoir des technologies de communication à produire du lien social et de l’adhésion politique » (Utard, 2014 : 322).

18 Notre traduction.

19 Notre traduction. [En ligne]. http://www.cost-transforming-audiences.eu/system/files/pub/joint%20research%20proposal_COST.pdf. Page consultée le 18 juin 2014.

20 Propos de Damien Abad, député européen français. [En ligne]. http://www.delegationfrancaise-ppe.eu/Lettre/2011-01/. Page consultée le 18 juin 2014.

21 Ce même candidat explique qu’il utilise le dispositif Twitter pour discuter et tester des idées politiques entre militants. Selon lui, la plupart des outils de communication ciblent les publics extérieurs au parti (électeurs) alors que Twitter est le seul outil de communication qui « cible » les militants et leur offre un espace de discussion.

22 Connaître mieux le public qui les suit ne semble pas un objectif prioritaire. Nous avons utilisé cet argument pour demander aux députés belges francophones de diffuser notre questionnaire sur leur compte Facebook ou Twitter en proposant de leur faire un retour sur la nature des publics. Aucun n’a saisi l’occasion et n’a demandé d’en savoir plus sur les publics.

23 Il est à noter qu’en avril 2014, un recensement réalisé par un journaliste belge, Lukas Vanacker, indique que plus de 200 députés européens seraient suivis par moins de 1 000 personnes sur Twitter. Il montre que les députés qui ont une fonction institutionnelle importante au sein du Parlement européen ne sont pas davantage suivis. Par contre, certains députés qui ne sont pas actifs au Parlement sont plus largement suivis. Voir Vanacker (2014).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Intervention d’un représentant de Twitter
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6051/img-1.png
Fichier image/png, 47k
Titre Illustration 2. Message d’une députée européenne française
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6051/img-2.png
Fichier image/png, 26k
Titre Illustration 3. Discussion entre une députée européenne britannique et un follower
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6051/img-3.png
Fichier image/png, 126k
Titre Illustration 4. Message d’une députée européenne aux adhérents de son parti politique
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6051/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Roginsky et Sophie Huys, « À qui parlent les professionnels politiques ?  », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/6051 ; DOI : 10.4000/communication.6051

Haut de page

Auteurs

Sandrine Roginsky

Sandrine Roginsky est professeure en communication à l’Université catholique de Louvain et membre du Laboratoire d’Analyse des Systèmes de Communication des Organisations (LASCO). Courriel : sandrine.roginsky@uclouvain.be

Sophie Huys

Sophie Huys est doctorante en communication à l’Université catholique de Louvain et membre du Laboratoire d'Analyse des Systèmes de Communication des Organisations (LASCO). Courriel : sophie.huys@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org