Navigation – Plan du site
Lectures

Jason LUCKERHOFF et François GUILLEMETTE (2012), Méthodologie de la théorisation enracinée. Fondements, procédures et usages

Québec, Presses de l’Université du Québec
François R. Derbas Thibodeau
Référence(s) :

Jason LUCKERHOFF et François GUILLEMETTE (2012), Méthodologie de la théorisation enracinée. Fondements, procédures et usages, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1De houleux débats animent la communauté scientifique autour de la légitimation des méthodes inductives. S’y engageant, Jason Luckerhoff et François Guillemette ont mobilisé une équipe multidisciplinaire de collaborateurs qui, d’une part, abordent les fondements, les procédures ainsi que les usages de cette tradition méthodologique de la théorisation enracinée (MTE). D’autre part, la mise en œuvre de la MTE est illustrée par la référence à des projets de recherche, notamment en communication sociale, en arts, en éducation, puis en gestion.

2Comme Juliette Corbin l’écrit en préface, l’ouvrage présente l’intérêt de « sortir la MTE d’une vision abstraite la limitant à un ensemble d’idées et de procédures, pour l’amener dans une vision vivante en l’appliquant à des projets de recherche concrets » (p. vii). Cet ancrage dans la concrétude facilite effectivement la compréhension des diverses facettes de la MTE, sans toutefois compromettre la profondeur du propos. Il s’agit aussi du premier ouvrage de langue française consacré à la MTE. En ce sens, en s’adressant tant aux étudiants, aux professeurs qu’aux chercheurs débutants et expérimentés en la matière ainsi qu’aux différents comités institutionnels, il contribue à la démocratisation de cette manière inductive de penser et de faire de la recherche. Derrière ce choix de s’adresser également aux comités institutionnels, nous retrouvons une intention résolument politique des auteurs à laquelle nous nous intéresserons ici.

3Dans un contexte où le paradigme hypothético-déductif a été érigé en référence universalisée des exigences institutionnelles en matière de recherche scientifique et de financement de celle-ci, la reconnaissance de la légitimité des pratiques inductives constitue un enjeu d’actualité qui est expressément abordé au second chapitre. Plus précisément, les auteurs déplorent que, malgré son cadre méthodologique éprouvé et ses critères de scientificité bien définis, la MTE ne reçoive pas encore à ce jour un accueil favorable de la part des comités institutionnels.

4Plus en avant sur la question, Luckerhoff et Guillemette révèlent que de nombreux évaluateurs institutionnels ne connaissent pas bien la MTE et se méprennent d’emblée sur la flexibilité inhérente à certaines de ses stratégies inductives, qu’ils prennent pour un manque de rigueur. Parmi les éléments prescrits en MTE qui tendent à être mal compris, les auteurs en relèvent trois qui sont plus prégnants : la suspension initiale des références, la circularité de la démarche ainsi que l’échantillonnage théorique.

5Or, leurs fondements sont éloquents : la suspension des références, jusqu’à l’atteinte d’un certain degré d’avancement dans la théorisation, vise à appuyer le processus d’induction, fondamental en MTE. Elle permet au chercheur de préserver de la distorsion le sens émergeant des données.

6La circularité de la démarche, elle, résulte de l’intégration des étapes de collecte et d’analyse des données. Cette stratégie permet au chercheur en MTE de continuellement remettre en question puis de bonifier l’ancrage de sa théorisation dans la réalité empirique. En fonction des nouvelles dimensions qui émergent, l’intégration permet aussi de progressivement diversifier les références ainsi que, finalement, l’échantillonnage dit théorique. Celui-ci est construit à partir des éléments systématiquement ciblés qui apparaissent les plus à même de contribuer à la théorisation et à une meilleure compréhension du phénomène, par la diversification des perspectives.

7Les résistances des comités institutionnels à l’égard de la MTE ne sont toutefois pas qu’attribuables à des référents méthodologiques lacunaires. Les auteurs observent, en amont, que la culture institutionnelle et la communauté scientifique plus largement tendent à fonder leurs cadres normatifs sur l’hypothético-déductif. De fait circulent dans nos institutions des outils en découlant qui sont inadaptés aux spécificités des pratiques inductives telles que la MTE. Alors que les auteurs suggèrent plusieurs voies pratico-pratiques de contournement de ces tensions, qui ne sont que les manifestations formelles d’un problème plus profond de reconnaissance, ils ne vont pas jusqu’à offrir des pistes de solution concrètes aux problèmes de fond. Leur positionnement en faveur d’une meilleure reconnaissance des pratiques inductives est cependant manifeste.

8Luckerhoff, Guillemette et leurs collaborateurs ne se contentent pas d’exposer efficacement les fondements, les procédures et les usages de la MTE ; ils choisissent également de traiter des tensions l’entourant. Un enjeu majeur demeure toutefois occulté : la dichotomie qualitatif/quantitatif. À la lecture de l’ouvrage, nous constatons qu’il n’y est que très peu question du volet quantitatif de la MTE. Celui-ci a pourtant été introduit dès sa « découverte » par Barney Glaser et Anselm Strauss (1967), qui expliquent que la distinction entre le qualitatif et le quantitatif n’est pas pertinente lorsque le but de la recherche est la théorisation. Glaser soutient non seulement que le principe du all is data inclut les données quantitatives, mais aussi que le traitement quantitatif de divers corpus de données (notamment, récupérés) constitue l’une des avenues de développement de la MTE qui recèle le plus grand potentiel (1998) ; un argumentaire qu’il réitérera en 2008. La marginalité du quantitatif, en MTE, subsiste pourtant. En effet, une recension bilingue des écrits par combinaison de termes et dans plus d’une dizaine de bases de données nous a permis de repérer une vingtaine de textes qui l’abordent seulement, alors que des centaines se réclament de la MTE qualitative.

9Dans cet ouvrage de synthèse voulu démocratisant, il nous apparaît qu’un tel enjeu de communication scientifique aurait mérité que lui soient consacrées quelques pages. La place ténue que Luckerhoff et Guillemette donnent au quantitatif en MTE dans leur ouvrage semble dès lors une occasion manquée de contribuer à cet aspect du développement du champ méthodologique de la théorisation enracinée.

Haut de page

Bibliographie

GLASER, Barney (1998), Doing Grounded Theory. Issues and Discussions, Mill Valley (CA), Sociology Press.

GLASER, Barney (2008), Doing Quantitative Grounded Theory, Mill Valley, Sociology Press.

GLASER, Barney et Anselm STRAUSS (1967), The Discovery of Grounded Theory : Strategies for Qualitative Research, Chicago, Aldine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François R. Derbas Thibodeau, « Jason LUCKERHOFF et François GUILLEMETTE (2012), Méthodologie de la théorisation enracinée. Fondements, procédures et usages », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/6090

Haut de page

Auteur

François R. Derbas Thibodeau

François R. Derbas Thibodeau est doctorant en communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : francoisrdt@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org