Navigation – Plan du site
Lectures

Jason LUCKERHOFF et François GUILLEMETTE (dir.) (2014), « Approches inductives en communication sociale »

Approches inductives, 1(1)
Geneviève Bergeron
Référence(s) :

Jason LUCKERHOFF et François GUILLEMETTE (dir.) (2014), « Approches inductives en communication sociale », Approches inductives, 1(1)

Texte intégral

1Le premier numéro de la toute nouvelle revue Approches inductives est composé de neuf articles rédigés par différents chercheurs en communication. Venant du Québec, de la Colombie-Britannique et de la France, ces derniers soumettent des réflexions théoriques et méthodologiques relatives aux approches inductives dans le champ de la communication sociale.

2Signée par les directeurs, l’introduction permet au lecteur d’appréhender les liens étroits qui unissent les approches inductives telles que la grouded theory — ou méthodologie de la théorisation enracinée (MTE) — et la communication sociale. On y découvre leur héritage commun reçu de l’interactionnisme symbolique, une approche issue de la sociologie américaine basée sur le postulat que le fait social est un processus qui se construit par les dynamiques d’interactions ainsi que le sens que les personnes donnent à leurs actions. Jason Luckerhoff et François Guillemette expliquent comment l’interactionnisme symbolique, particulièrement celui de l’école de Chicago, a influencé la grouded theory en mettant en évidence la nécessité de ne pas imposer de sens aux données, et en contrepartie, de se concentrer sur le sens construit par des personnes dans leurs interactions. Cette importance accordée au lien social et au sens représente également un point d’ancrage pour les chercheurs en communication sociale.

3L’introduction met en évidence certaines querelles méthodologiques liées aux approches inductives qui s’inscrivent à contre-courant des approches hypothético-déductives. Les auteurs abordent la question de manière transparente en relatant, d’une part, les reproches adressés à une conception compréhensive et inductive de la recherche et, d’autre part, les apports potentiels de cette conception. Quoi qu’il en soit, ce texte liminaire rappelle que la multiplicité des objets d’étude des sciences de la communication et le caractère interdisciplinaire de celles-ci sous-tendent une grande richesse d’approches et d’outils méthodologiques permettant d’appréhender les phénomènes qui y sont liés. C’est d’ailleurs ce qu’illustre Ariane Normand dans le premier article intitulé « Proposition pour l’induction en analyse du discours », qui renvoie au concept d’éclectisme méthodologique.

4Parmi les articles ayant attiré notre attention, mentionnons celui de Sophie Boulay et Chantal Francoeur. Il témoigne du processus d’une équipe de recherche qui, ayant constaté les limites de l’analyse de contenu des unes des journaux, se tourne vers les approches inductives. En laissant parler le terrain, l’équipe parvient à contourner les difficultés et les limites rencontrées par l’analyse de contenu et conclut que « l’esprit critique et la capacité à se remettre en question sont des valeurs fondamentales des approches inductives » (p. 55).

5Les articles portant sur des projets de recherche-action ancrés dans une approche inductive sont plutôt rares. Le texte Agnès d’Arripe, Alexandre Oboeuf et Cédric Routier offre un exemple enrichissant en ce sens alors qu’il relate un projet de recherche-action interdisciplinaire, visant l’évaluation d’un nouveau dispositif de soutien pour les personnes âgées dépendantes qui résident dans un établissement d’hébergement. Les auteurs présentent cinq facteurs ayant rendu le recours à l’approche inductive incontournable. Par exemple, ils traduisent comment l’approche convient aux équipes interdisciplinaires alors que la sensibilité théorique de chacun devient un outil précieux pour mieux comprendre la réalité et faire émerger les éléments signifiants. En outre, l’article comporte des exemples concrets qui illustrent la flexibilité des chercheurs par rapport aux méthodes et outils de collecte qui sont continuellement ajustés au terrain.

6Qui pensait que le rock et la chrétienté ne faisaient pas bon ménage ? La musique rock chrétienne aux États-Unis, un objet de recherche peu exploré, est pourtant au cœur d’un article de Chantal Falardeau et Stéphane Perreault. On y découvre les raisons pour lesquelles les chercheurs sont passés d’une approche déductive à une approche inductive dans leur processus d’étude des paroles de chansons s’étant retrouvées au numéro 1 du palmarès Billboard Christian Songs. Les auteurs révèlent les défis auxquels ils ont fait face en adoptant une logique inductive tout en spécifiant que ce choix leur a permis « de mettre à jour des données plus riches et de nouvelles catégories » (p. 143).

7L’un des articles particulièrement intéressants de ce numéro d’Approches inductives est celui de Raymond Corriveau. Il montre que le recours aux approches inductives comme la MTE constitue une méthodologie appropriée pour les grandes enquêtes publiques en soulignant la nécessité d’ancrer solidement le travail de recherche sur les données du terrain, c’est-à-dire par l’intermédiaire de la voix des citoyens. Ces derniers contribuent à mieux définir les problématiques tout en favorisant l’émergence de solutions qui tiennent compte de leur réalité. Dans le contexte des grandes enquêtes publiques, l’induction est donc au service des citoyens. Poursuivant la réflexion, on peut se demander si l’induction présente un potentiel émancipateur.

8L’ouvrage comporte également deux textes qui présentent des méthodes d’analyse dont le potentiel pour soutenir la recherche inductive en communication sociale est mis en avant. Robert Newell et Ann Dale discutent de leur technique de modélisation des conversations (TNDMC) qui permet de cerner des idées, des thèmes et les relations entre les éléments d’une conversation en ligne afin de fournir une synthèse cohérente et partiale de son contenu. Jo Katambwe, Kéren Genest et Béatrice Porco suggèrent quant à eux d’exploiter une stratégie de recherche multiétagée qui consiste à combiner des approches méthodologiques pour contourner le fait que certaines des approches inductives ne peuvent à elles seules rendre visible la dynamique complexe des systèmes d’interprétation.

9Ce numéro thématique propose des articles fort pertinents qui mettent en évidence « la valeur et le rôle des données en tant que guides pour l’exploration d’objets de recherche » (p. 38) dans le champ de la communication sociale. Un élément récurrent dans ce numéro concerne l’importance de demeurer ouvert à une multitude de possibilités méthodologiques ainsi que de se référer à différentes disciplines pour analyser des phénomènes. L’esprit critique et le doute semblent représenter des principes directeurs importants des chercheurs qui souhaitent privilégier les approches inductives. Or, c’est à travers un regard rétrospectif que certains d’entre eux mettent au jour les liens de parenté entre leurs travaux et les approches inductives. La nouvelle revue Approches inductives pourrait en ce sens devenir un levier important de soutien des chercheurs qui désirent adopter plus sciemment une logique inductive pour certains de leurs travaux en communication sociale et dans d’autres disciplines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Bergeron, « Jason LUCKERHOFF et François GUILLEMETTE (dir.) (2014), « Approches inductives en communication sociale » », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6093

Haut de page

Auteur

Geneviève Bergeron

Geneviève Bergeron est professeure au Département des sciences de l’éducation et membre du Laboratoire international sur l’inclusion scolaire, Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : Genevieve.Bergeron@uqtr.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org