Navigation – Plan du site
Lectures

Thomas P. MACKEY et Trudi E. JACOBSON (2014), Metaliteracy: Reinventing Information Literacy to Empower Learners

Chicago, ALA Neal-Schuman
Karine Aillerie
Référence(s) :

Thomas P. MACKEY et Trudi E. JACOBSON (2014), Metaliteracy : Reinventing Information Literacy to Empower Learners, Chicago, ALA Neal-Schuman

Texte intégral

1Dans l’histoire du Web, le tournant des années 2 000 marque l’arrivée résolument sociale et collaborative des services et des ressources en ligne. Cela constitue un enjeu majeur pour les acteurs du monde éducatif, qui sont obligés de procéder à une refonte profonde des contenus de formation et des postures pédagogiques. C’est ce défi que se proposent de relever Thomas P. Mackey et Trudi E. Jacobson, eux-mêmes enseignants aux études supérieures (State University of New York). À cette fin et nourris d’expériences de terrain, ils ont élaboré le modèle de la « métalittératie » (metaliteracy), à la fois théorique et pratique, de formation à l’information : l’information literacy anglo-saxonne (IL), expression polysémique, évolutive et ayant donné lieu à de nombreux débats quant à la pertinence de ses traductions francophones. Le modèle métalittératique se présente ainsi comme un cadre théorique global, intégrant les technologies sociales et travaillant à fédérer de multiples domaines de compétences. À ce titre, c’est la notion d’information literacy elle-même qui se trouve repensée et élargie, prenant à son compte les pratiques de production et de partage de contenus dans les environnements participatifs en ligne. Cet ouvrage fait suite à un article publié en 2011 par ces deux mêmes auteurs, introduisant déjà largement le concept de « métalittératie » (Mackey et Jacobson, 2011). Il se trouve ici enrichi des résultats de leur collaboration avec une équipe de collègues enseignants et bibliothécaires dans le cadre d’une subvention institutionnelle obtenue en 2012 (Innovative Instruction Technology Grant) et d’un MOOC (Massive Open Online Course). Cet ouvrage est également à mettre en perspective avec le blogue qui l’accompagne (http://metaliteracy.org). Introduit par Sheila A. Webber, l’ouvrage développe le concept de métalittératie avant de cerner les compétences ou habiletés qu’il recouvre, de le lier aux autres types de littératies émergentes, puis de proposer des pistes concrètes et des perspectives de formation.

2Le terme de métalittératie existait avant les travaux de Mackey et de Jacobson. Dès les premiers usages du terme, celui-ci s’inscrit dans une relation forte avec les autres types de littératie, ce caractère faisant sa complexité tout autant que sa richesse. Il est ainsi, dès ses premières acceptions, intimement lié à la multimodalité des modes de communication modernes. Lorsqu’ils l’utilisent, Mackey et Jacobson insistent pour leur part sur la centralité des médias sociaux dans les pratiques numériques contemporaines et militent pour une approche réflexive du champ de l’IL, au sens bourdieusien de regard critique d’une discipline sur elle-même. Le projet métalittératique propose ainsi un retour réflexif à la fois sur la notion d’IL en tant que telle, mais aussi, voire surtout, sur les pratiques de formation à l’information et les représentations qui les sous-tendent. L’objectif des auteurs n’est pas de former leurs étudiants à la recherche d’information au sens traditionnel et universitaire de l’expression, mais bien plutôt de les former à comprendre leurs propres démarches de recherche et à tirer bénéfice de leurs expériences de confrontation à l’information. Cette réponse possible aux défis pédagogiques à l’ère des réseaux sociaux sur Internet ne s’adresse pas seulement aux enseignants de l’université, mais vise à nourrir aussi les formations à l’information offertes dans les enseignements secondaires.

3Le modèle métalittératique vise à rompre avec l’entrée par compétences ou référentiels, et avec le caractère souvent ponctuel de la formation à l’information des étudiants. Le modèle qu’ils proposent a ainsi vocation à s’inscrire dans un projet de formation institutionnel global, à s’intégrer dans les curricula disciplinaires et à combler l’écart entre habiletés liées aux outils techniques et compétences info-documentaires. L’enjeu, pour les auteurs de ce livre, n’est en effet pas d’ajouter une littératie supplémentaire, mais bien de proposer un cadre théorique et pratique structurant. Il s’agit de former enseignants, élèves et étudiants à relever le défi de la pensée critique et de la participation active, de la maîtrise des situations d’apprentissage et de communication dans les environnements ouverts et collaboratifs. À ce titre, le modèle est comparé aux initiatives théoriques voisines telles que les intelligences multiples de Howard Gardner (1993), les multilittératies (New London Group, 1996), la littératie multimodale (Cordes, 2009) et la translittératie (Thomas et al., 2007). Si ces approches partagent un objectif théorique commun et des éléments constitutifs comparables, le modèle métalittératique réaffirme clairement la centralité du besoin d’information inhérent à l’IL, capacité à déterminer quand et où commencer le processus de recherche d’information. Le modèle de Mackey et Jacobson vise en outre à intégrer les compétences liées aux technologies mobiles et sociales, disséminées dans différents champs connexes à l’IL : littératies médiatique, numérique, visuelle, cyber, mobile, critique, éducation à la santé…

4Le modèle métalittératique est donné à voir par ses auteurs sous la forme de schémas visuels, dans lesquels on retrouve les éléments standards de l’IL (déterminer un besoin d’information, accéder à l’information et l’évaluer, la comprendre, l’intégrer et l’utiliser) amendés par quatre domaines de compétence : collaborer, participer, produire, partager.

5Dans l’article de 2011, le modèle regroupait sept champs de compétences que l’ouvrage de 2014 synthétise sous la forme de quatre objectifs de formation couvrant eux-mêmes quatre domaines d’apprentissage (comportemental, cognitif, affectif, métacognitif) :

  • Évaluer les contenus de façon critique, y compris les contenus dynamiques, contenus en ligne qui se modifient et évoluent constamment comme les prépublications scientifiques, les blogues ou les wikis ;

  • Comprendre les enjeux éthiques de l’information, la protection des données personnelles et la propriété intellectuelle dans des environnements technologiques mouvants ;

  • Partager l’information et collaborer au sein de divers environnements participatifs ;

  • Connecter les apprentissages et les stratégies de recherche avec les projets de formation tout au long de la vie, les desseins personnels, scolaires et professionnels.

6La seconde partie de l’ouvrage donne à voir la mise en œuvre concrète de ces objectifs d’apprentissage en contexte universitaire sous la forme d’une enquête et d’études de cas.

7Cet ouvrage et la proposition de modèle qu’il porte ne sont pas novateurs en tant que tels dans le champ de l’IL. Les mises à jour récentes des textes (UNESCO1, IFLA2, SCONUL3) ont déjà souligné la nécessité de faire évoluer les standards. Cela dit, l’initiative, qui vise à fédérer les différents cadres existants tout en les rapportant à la réalité des pratiques numériques individuelles, est pertinente. La force de cette proposition ne repose pas tant sur l’objectif de formation des apprenants à devenir des producteurs d’information actifs et critiques. Elle réside surtout dans sa nature collective, pluridisciplinaire et transmédia. Une invitation à expérimenter in situ et, peut-être, à faire évoluer le modèle.

Haut de page

Bibliographie

CORDES, Sean (2009), « Broad horizons : The role of multimodal literacy in 21st Century library instruction », Proceedings of the World Library and Information Congress, 75th IFLA General Conference and Assembly, du 23 au 27 août, Milan [En ligne]. http://www.ifla.org/files/hq/papers/ifla75/94-cordes-en.pdf. Page consultée le 3 février 2015.

GARDNER, Howard (1993), Frames of Mind: The Theory of Multiple Intelligences, New York, Basic Books.

MACKEY, Thomas P. et Trudi E. JACOBSON (2011), « Reframing information literacy as a metaliteracy », College & Research Libraries, 72(1) : 62-78.

NEW LONDON GROUP (Courtney CAZDEN, Bill COPE, Norman FAIRCLOUGH, Jim GEE et al.) (1996), « A pedagogy of multiliteracies: Designing social futures », Harvard Educational Review, 66(1) : 60-92.

THOMAS, Sue et al. (2007), « Transliteracy : Crossing divides », First Monday 12(3), page consultée le 3 février 2015. [En ligne]. http://firstmonday.org/ojs/index.php/fm/article/view/2060/1908.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Aillerie, « Thomas P. MACKEY et Trudi E. JACOBSON (2014), Metaliteracy: Reinventing Information Literacy to Empower Learners », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6095

Haut de page

Auteur

Karine Aillerie

Karine Aillerie est rattachée à la Direction de la recherche et du développement sur les usages du numérique éducatif — Canopé (Centre national de documentation pédagogique), chercheuse associée à l’équipe TECHNE (EA6316, Université de Poitiers) et membre de l’ANR TRANSLIT « La translittéracie : vers la transformation de la culture de l’information » (Sorbonne Nouvelle). Courriel : karine.aillerie@reseau-canope.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org