Navigation – Plan du site
Lectures

Michel MATHIEN (dir.) (2009), Les jeunes dans les médias en Europe. De 1968 à nos jours

Bruxelles, Éditions Bruylant, Coll. « Médias, société et relations internationales »
Faïza Naït-Bouda
Référence(s) :

Michel MATHIEN (dir.) (2009), Les jeunes dans les médias en Europe. De 1968 à nos jours, Bruxelles, Éditions Bruylant, Coll. « Médias, société et relations internationales »

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif réunit les actes d’un colloque organisé au printemps 2008, à l’occasion des 40 ans de Mai 68, par le Centre d’études et de recherches interdisciplinaires sur les médias en Europe (CERIME). Il propose une approche chronologique de la représentation à la fois médiatique, mais aussi, de manière nécessairement transversale, sociopolitique et socioculturelle, de la catégorie « jeunes », en tenant pour point d’ancrage les mouvements étudiants de Mai 68.

2Sans conteste, les contributions (plusieurs adoptant un angle international) et les regards croisés interdisciplinaires que propose le recueil constituent une originalité par rapport au thème traité : les liens et les rapports entre médias et « jeunes » (en tant que public, source et sujet). Le volume couvre un large échantillon disciplinaire qui relève de divers champs des sciences humaines et sociales et donnant lieu à des entrées multiples.

3Organisé en quatre parties (soit 21 chapitres) témoignant d’une progression historique de l’analyse portée, le volume entend respecter une logique séquentielle à partir des mouvements du « joli mois de mai », lesquels occupent principalement les deux premières parties, les deux suivantes explorant la période contemporaine.

4La première partie choisit une entrée contextualisée des médias à l’heure de Mai 68, plus empreinte de la sociologie culturelle et politique que de la sociologie des médias. Du point de vue de l’ambition internationale affichée dans ce volume, le défi est essentiellement relevé dans les cinq derniers chapitres fort instructifs de cette partie. Il s’en dégage le caractère expansif de l’« esprit de Mai » en révélant son émergence et ses effets mitigés sur différents terrains (Amérique du Nord, Europe de l’Ouest et orientale, Asie). À ce stade, il devient évident que le tournant social, culturel et politique d’alors sonne les prémices de l’émergence d’une « horizontalisation » des relations qui dépassent l’Hexagone.

5La deuxième partie s’inscrit dans le prolongement temporel de la première et concentre la focale sur les mutations des industries culturelles en regard de la segmentation progressive de l’offre culturelle et de la montée de la « tyrannie » de l’audience à compter de 1960 jusqu’à nos jours. En dépit de l’avertissement fait dans l’introduction d’un balayage contraint du paysage médiatique, celui-ci s’avère pourtant large en couvrant les secteurs de la presse, de l’audiovisuel et du livre. L’intention de traiter de « l’expression des jeunes à travers les médias » (selon le titre de la partie) est ici inégalement concrétisée. On regrette le regard quelque peu médiacentré qui irrigue cette partie ne s’intéressant que partiellement à l’expression du public annoncée. Force est de constater qu’il est ici davantage question du processus de construction de la catégorie « jeunes » comme segment de consommateurs autonomes et émancipés au sein des industries du divertissement.

6C’est dans la partie suivante que sont décrits les processus de prises de parole et les stratégies de mise en visibilité médiatique du public « jeune », cette fois dans une perspective uniquement contemporaine. Cette troisième partie recense les regards critiques de cinq auteurs qui sont autant de terrains d’investigation riches d’enseignement sur la variété des ressources culturelles, symboliques ou économiques dont disposent les « jeunes » dans leurs démarches pour une reconnaissance en tant qu’acteurs à part entière. À l’issue de la lecture de cette partie stimulante, de nombreux faisceaux d’indices éclairent le « divorce » entre médias et « jeunes » (Elisabeth Cossalter). L’on assiste à une généralisation de pratiques médiatiques et journalistiques conduisant à une distorsion de la réalité des « jeunes » et à une co-construction asymétrique de leurs représentations à la faveur des médias et, indirectement, des acteurs politiques. L’on découvre surtout l’ampleur de l’impossible débat entre les journalistes et leur public (et source) « jeune » et les écueils (autant que les absents) avec lesquels l’éducation aux médias doit composer.

7C’est précisément cette question des enjeux politiques et pédagogiques autour de l’éducation aux médias que soulève succinctement la quatrième et dernière partie du recueil. Le premier chapitre (Mireille Vagné-Lebas) frappera le lecteur dans sa tentative de conceptualisation épistémologique qui y est tardivement proposée, alors que tout au long du parcours du volume, l’on s’étonne des décalages dans l’acception de la catégorie « jeunesse » d’un chapitre à l’autre.

  • 1 Rappelons qu’un tiers de la population française a moins de 20 ans en 1968 (les personnes de 16 à 2 (...)

8Nonobstant les précautions prises en introduction de l’ouvrage justifiant le placement de ce cadrage de la catégorie « jeunesse » en fin de volume par une nécessaire logique dans l’avancée de l’argumentation, il émerge une confusion quant à la définition de la population décrite, qui varie tout au long des 18 chapitres précédents. Les « jeunes » sont ainsi tantôt compris dans la tranche adolescente des 15-20 ans (Bernard Wuillème ; Isabelle Smadja ; Elisabeth Cossalter), tantôt intègrent des « bébés » (Mathias Blanc), tantôt sont entendus comme de jeunes adultes (au-delà de 20 ans). L’on devine certes, et assez rapidement, la difficulté de traiter du spectre « jeunes » qui renvoie à un segment démographique nébuleux et à une notion instable conditionnée par des clivages générationnels. On retient de cette difficulté épistémologique la richesse des différentes facettes auxquelles se rapporte la catégorie (marketing, sociale, politique) au fil des chapitres. Ce parti pris relatif à la structuration du volume laisse cependant place à une massification de la population « jeune » qui gomme les disparités pourtant réelles en son sein, que celles-ci soient sociales, culturelles ou économiques à chacune des périodes couvertes, et à plus forte raison pour Mai 1968, qui occupe une grande part des contributions1.

9L’on s’interroge également sur l’absence d’un préalable sur l’historicité anté-1968 des mouvements de la jeunesse dans la construction du sujet politique et de leur visibilité au sein de l’espace public (dès la Révolution, au XIXe ou, pour rester proche de 1968, en 1936), insinuant une conception des événements de Mai 1968 sous l’unique prisme du monôme étudiant, dont les célébrations mémorielles de l’événement sont coutumières.

10Le « label » Mai 68 actionne une série de souvenirs communs (jusqu’aux plus jeunes générations) qui révèle une forme d’hypertrophie mémorielle. Un rappel de l’importance de la couverture médiatique des mouvements étudiants de Mai 68 et de son phagocytage d’autres mouvements sociaux survenus simultanément ou presque aurait été utile pour comprendre les conditions de formation et d’évolution des représentations médiatiques de la « jeunesse », et a fortiori celles « inconscientes » de production des contenus médiatiques (notamment, en regard de la sociodémographie des journalistes de l’époque, par identification ou différenciation). Le choix de Mai 68 comme ancrage temporel de l’ouvrage, justifié comme un « prétexte » à une relecture du « phénomène sociétal » (Michel Mathien), n’atténue pas le manque de déconstruction du sens commun autour de l’événement.

11Ces quelques limites soulignées n’ôtent rien aux deux atouts majeurs de l’ouvrage. D’une part, ce volume est résolument novateur dans son refus affiché d’un franco-centrisme trop souvent et trop longtemps entretenu dans la myriade d’ouvrages et de discours sur l’événement. D’autre part, les contributions qu’il rassemble n’intéresseront pas uniquement les chercheurs, mais tout acteur concerné par la place et le rôle sociomédiatique des « jeunes ». De fait, s’il est fréquent de situer l’amorce d’une dépolitisation de la jeunesse dans l’après-Mai, ce recueil rappelle qu’un tel phénomène est concomitant, voire corollaire d’un engagement politisé, quel que soit le contexte socioculturel. Les jeunes générations ne sont ainsi nullement touchées par un individualisme démobilisateur et dépolitisé, mais recourent à d’autres canaux, moins traditionnels, pour se faire entendre.

Haut de page

Notes

1 Rappelons qu’un tiers de la population française a moins de 20 ans en 1968 (les personnes de 16 à 24 ans représentant 8 millions de Français). Les étudiants ne comptent, quant à eux, que 440 000 individus. La même année, les disparités entre population rurale et population urbaine révèlent aussi un clivage social certain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Faïza Naït-Bouda, « Michel MATHIEN (dir.) (2009), Les jeunes dans les médias en Europe. De 1968 à nos jours », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/6102

Haut de page

Auteur

Faïza Naït-Bouda

Faïza Naït-Bouda est membre du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC), de l’Université Stendhal-Grenoble 3. Courriel : nb_faiza@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org