Navigation – Plan du site
Lectures

Brian O’NEILL, Elisabeth STAKSRUD et Sharon MCLAUGHLIN (dir.) (2013), Towards a Better Internet for Children ? Policy Pillars, Players and Paradoxes

Göteborg, Nordicom
Nicole Boubée
Référence(s) :

Brian O’NEILL, Elisabeth STAKSRUD et Sharon MCLAUGHLIN (dir.) (2013), Towards a Better Internet for Children ? Policy Pillars, Players and Paradoxes, Göteborg, Nordicom

Texte intégral

1Reprenant dans son titre l’aphorisme Better Internet for Children de l’intitulé d’un texte législatif européen récent (Commission européenne, 2012), cet ouvrage collectif entreprend de revenir en détail sur la complexité de la protection des enfants et des adolescents dans l'internet. Il rassemble un nombre imposant de contributions (27) de chercheurs d’une quinzaine de pays européens, inscrits majoritairement dans le champ des études des médias et qui appartiennent au réseau scientifique européen EU Kids Online à l’origine de l’enquête comparatiste sur les usages d’Internet chez les jeunes (Livingstone, Haddon et Görzig, 2012). Exemples à l’appui, issus de cette vaste étude, les contributeurs évaluent la pertinence des dispositifs successivement mis en œuvre depuis 20 ans à l’échelle européenne et, à titre d’illustration, par quelques États membres.

2Le sujet prête largement à polémique puisqu’il ouvre des débats sur les modèles de régulation d’Internet. L’aborder par l’intermédiaire de l’examen des initiatives européennes, à l’orientation libérale affirmée, privilégiant un modèle de régulation peu contraignant pour les industriels du secteur du point de vue de leurs responsabilités sociales, engage nécessairement les discussions. L’ambition critique est d’ailleurs annoncée dans l’introduction. Disons tout de suite qu’elle fait quelque peu défaut. La préface de l’ouvrage par la libérale vice-présidente de la Commission européenne d’alors, Neelie Kroes, mais aussi la publication chez Nordicom, éditeur placé sous l’égide du Conseil des ministres nordiques, le laissaient présager.

3Ces limites posées, l’ouvrage n’en conserve pas moins tout son intérêt. Il offre une synthèse fournie qui manquait sur le sujet. Trois parties, bien équilibrées, structurent l’ouvrage. La première partie interroge les dispositifs et les modèles de régulation d’Internet. Elle s’ouvre sur les systèmes de filtrage et de classifications des contenus (chapitres 1 et 2) avec une discussion originale sur la difficulté à définir les descripteurs de contenus illicites ou préjudiciables en raison de fortes spécificités culturelles, et sur les lignes d’assistance téléphonique (hotlines) permettant aux usagers de dénoncer anonymement ces mêmes contenus (chapitre 3). Elle se poursuit sur la présentation des forces et des faiblesses des modèles de régulation (chapitre 4) et se clôt sur l’analyse des mécanismes de l’autorégulation par les industriels eux-mêmes, à l’aide de trois exemples dans le domaine des jeux vidéo, des médias sociaux et de la téléphonie mobile (chapitre 6). On y trouve également un intéressant retour réflexif de Sonia Livingstone (coordinatrice de l’enquête Eu Kids Online) sur les modalités d’intervention de scientifiques dans une recherche financée, pris entre collaboration et distance critique (chapitre 5).

4S’il n’est guère possible d’entrer dans le détail de toutes les contributions, notons la démonstration convaincante de l’inefficacité des dispositifs de filtrage et de classification pourtant donnés dans les premières directives européennes comme exemplaires dans le cadre d’une co-régulation. L’enquête EU Kids Online ici convoquée ne laisse aucun doute sur l’incapacité de la plupart des parents à faire usage du filtrage parental (un tiers en serait capable) et sur la méconnaissance généralisée des hotlines. Ne manquons pas de relever (chapitre 6) l’utile focalisation sur les obligations, parfois uniquement morales, signifiées aux industriels et l’absence d’évaluation de l’efficacité de leurs stratégies de protection alors que sont manifestes des phénomènes de dérégulation de domaines plutôt bien réglementés hors ligne : voir le dispositif Pan European Game Information (PEGI) non appliqué par les éditeurs de jeux vidéo en ligne. C’est l’un des mérites de cette première partie, la plus critique des trois, de montrer que les solutions plébiscitées par les industriels, soutenues par les institutions européennes, rendent complètement aléatoire la protection de publics vulnérables.

5La deuxième partie s’intéresse aux rôles dévolus par les législations européennes et nationales aux différents acteurs concernés par le modèle de co-régulation : les autorités de régulation (chapitre 7) abordées dans le contexte de trois pays européens (Irlande, Grande-Bretagne et Allemagne), les industriels examinés à partir d’un examen sur l’implication des fournisseurs d’accès dans les stratégies de réduction des risques et des préjudices (chapitre 8), les organisations non gouvernementales, qui peinent pour influencer les politiques européennes et dont la présence reste inégale dans les pays européens (chapitre 9), les enseignants, progressivement impliqués dans l’enseignement de la littératie numérique avec cependant des disparités selon les pays dans la prise en charge de cet enseignement (chapitre 10), les parents et leurs pratiques de médiation (conseils/restrictions) aux effets contradictoires sur la prévention des risques et le développement de compétences numériques (chapitre 11) et les enfants, abordés à partir de la tension entre les droits des enfants à s’informer et à s’exprimer et les politiques de protection susceptibles de faire obstacle à ces droits (chapitre 12). Cette partie offre des analyses très bien documentées. On relèvera cependant l’optimisme de l’appréciation positive de la capacité des fournisseurs d’accès ou de celle de l’autorité de régulation irlandaise à assumer vaille que vaille leurs responsabilités dans la protection des jeunes usagers. Il faut également mentionner que l’information n’est pas toujours actualisée, comme le montre la citation de l’organisation non gouvernementale française Le Forum des Droits sur Internet, alors que celle-ci a disparu en 2010 après l’arrêt des subventions publiques.

6Dans la troisième partie, les auteurs insistent sur les limites d’une approche trop protectionniste des enfants dans Internet. Bien balisées par les résultats de l’enquête EU Kids Online, par une stricte catégorisation des risques (contenus, contacts et conduites à risques renvoyant respectivement aux problématiques de l’enfant récepteur, participant et acteur) et par l’appui sur la distinction entre risques et préjudices, les trois dernières contributions plaident pour une action protectionniste respectueuse des droits reconnus aux enfants dans la Convention internationale de 1989 (chapitres 13 et 14). L’ouvrage s’achève par la promotion de l’approche participative (chapitre 15), incitant les jeunes à faire un usage actif et créatif d’Internet, la plus apte à doter les enfants d’aptitudes à faire face aux expériences négatives tout en leur permettant de bénéficier des potentialités d’Internet.

7L’ouvrage remplit le programme annoncé dans le sous-titre : sont abordés les axes politiques, les acteurs et les paradoxes. Il s’agit donc d’un ouvrage important qui a le mérite d’affronter de vastes questions. Bien qu’elles soient circonscrites à l’aire européenne, les discussions sur la régulation, la protection et les droits des enfants dans Internet répondront sûrement aux préoccupations de chercheurs de tous les pays.

Haut de page

Bibliographie

COMMISSION EUROPÉENNE (2012), Communication on the European Strategy for a Better Internet for Children, Bruxelles ; traduit en français par « Stratégie européenne pour un Internet mieux adapté aux enfants ».

LIVINGSTONE, Sonia, Leslie HADDON et Anke GÖRZIG (2012), Children, Risk and Safety on the Internet : Research and Policy Challenges in Comparative Perspective, Bristol, The Policy Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Boubée, « Brian O’NEILL, Elisabeth STAKSRUD et Sharon MCLAUGHLIN (dir.) (2013), Towards a Better Internet for Children ? Policy Pillars, Players and Paradoxes », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/6107

Haut de page

Auteur

Nicole Boubée

Nicole Boubée est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, à l’École supérieure du professorat et de l’éducation (ÉSPÉ), de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, membre du Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (LERASS) et responsable de l’axe Médias, Information et littératies de la Structure fédérative de recherche de l’ÉSPÉ. Courriel : nicole.boubee@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org