Navigation – Plan du site
Lectures

Tobias OLSSON (dir.) (2013), Producing the Internet. Critical Perspectives of Social Media

Göteborg, Nordicom
Julien Péquignot
Référence(s) :

Tobias OLSSON (dir.) (2013), Producing the Internet. Critical Perspectives of Social Media, Göteborg, Nordicom

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif international rédigé en anglais est tiré d’un colloque ayant eu lieu en Suède en 2011. Il est construit autour de la question des producteurs d’Internet, des réseaux sociaux en particulier, et interroge autant leur statut que leurs types, leur évolution, ainsi que les notions communes ou savantes qui leur sont attachées, parfois abusivement. Si la majeure partie des auteurs vient de Suède, la dimension internationale est toutefois très présente, avec des textes provenant de Belgique, du Royaume-Uni, des Pays-Bas ou encore du Canada. On notera aussi une quasi-parité (8 textes sur 17 sont signés par des femmes), qu’il faut saluer, alors qu’elle est souvent encore trop rare dans les études universitaires.

2L’ouvrage se distingue d’emblée par une richesse certaine, en ce qui a trait aux domaines envisagés — organisations et communautés, commerce et marketing, politique —, aux notions prises à bras-le-corps (les notions suivantes, notamment : participatif, trans et cross média, produser et prosumer) et aux appareils théoriques et méthodologiques mobilisés : économie politique, théorie marxienne, sociologie des organisations et des individus, entretiens, questionnaires, observation participante, analyse de discours, discourse theory (Peter Dahlgren, p. 203-220). S’ajoutent à cela des terrains fort divers, d’un site d’amateurs de chevaux (Anna Lund, p. 185-202) à des plateformes d’engagement citoyen en passant par des sites de presse, de municipalité ou d’adeptes de jogging, ainsi qu’une large couverture géographique (Suède bien sûr, mais aussi Turquie, Hongrie, Bulgarie, Royaume-Uni).

3Au-delà de cette grande diversité qui est incontestablement l’une des qualités majeures du livre, celui-ci présente une réelle unité grâce à la perspective critique dans laquelle s’inscrivent tous les textes, quand bien même à des degrés divers. Cette perspective critique, que l’on peut entendre parfois assez précisément au sens d’une théorie critique directement transposée depuis l’école de Francfort aux problématiques contemporaines, est néanmoins peut-être aussi un défaut de l’ouvrage. En effet, certains textes proposent des démonstrations très convaincantes et rigoureusement argumentées.

4Ainsi, Christian Fuchs applique by the book la théorie marxienne aux réseaux sociaux et montre que « If Internet users become productive web 2.0 prosumers, then in terms of Marxian class theory this mean that they become productive labourers who produce surplus value and are exploited by capital » (p. 35). Anna Lund (p. 185-202) montre quant à elle que l’activité citoyenne de débat politique peut trouver des conditions favorables d’épanouissement précisément dans des lieux qui ne sont pas prévus pour cela ; María Isabel Villa (p. 121-144) analyse en profondeur l’organisation des médias télévisuels publics de Catalogne et en propose une cartographie précise et heuristique grâce entre autres à de nombreux schémas fort utiles, et ce ne sont là que deux exemples parmi les nombreux articles de qualité qui composent le livre. Cependant, une forme de systématisation de la perspective critique amène parfois les mêmes auteurs à sortir de leur rigueur, soit parce qu’ils basculent dans l’engagement politique ou le militantisme, soit parce qu’ils mettent entre parenthèses justement le principe critique concernant certaines notions. Ainsi, democracy (ou même our democracies, Nico Carpentier, p. 64) et civic citizen sont des notions énormément mobilisées, mais rarement, voire jamais discutées, d’autant plus que les jugements de valeur (positifs) qui les accompagnent sont mis en évidence par l’opposition dans laquelle ils sont placés (et donc construits) avec notamment le commerce, le capitalisme, les corporations, les consommateurs. De même, la jeunesse semble un enjeu majeur pour nombre d’auteurs, car ils représentent les futurs citoyens (ou pas) de demain : « […] there is an ongoing debate among representatives for The Swedish Government and researchers concerning young people and their possibly diminishing opportunities to develop democratic competences » (Anna Lund, p. 185).

5Cette préoccupation politique s’incarne alors dans des formes qui peuvent sembler quelque peu datées. Par exemple, la dichotomie non discutée entre démocratie et capitalisme ou commerce, ou encore un modèle de communication vectorisé et mécanique qui a pourtant été aujourd’hui largement remis en question depuis, au moins, les travaux de Paul Lazarsfeld : « In fact, they stimulate children to be part of a commodity strategy, as there are commercial imperatives underneath the free online content and communication — to sell advertisements, which encourages children to consume » (Ulrika Sjöber et Ingegerd Rydin, p. 117-118) ; « The commenters [sic] are also recognizable as a more or less anonymous audience that reads and reacts to news, in accordance with a standard model of mass communication » (Dino Viscovi et Malin Gustafsson, p. 98). Autre exemple, l’opposition diachronique entre spectateurs passifs et actifs, de nos jours de plus en plus abandonnée sous l’effet d’approches plus pragmatiques (« Recipients have become participants » — María Isabel Villa, p. 122) et qui confine dans certains textes au technico-déterminisme, souvent pessimiste, voire à la limite de la théorie du complot. Ainsi José Van Dijck insiste à de très nombreuses reprises sur la dimension occulte des plateformes de médias sociaux (« […] invisible — content is generated, triggered, expanded, and controlled by collaborating human and machines, consciously and inconsciously […] Imperceptible […] black-boxed […] opaque […] secretive », p. 54) et utilise d’ailleurs The Wizard of Oz en comparaison (p. 55).

6La méfiance à l’égard du système conduit aussi à des affirmations infondées et très discutables (« This means that the norm of action is that of the amateur: passionate, engaged, quick, and informal » — Stina Bengtsson, p. 179-180), d’autant plus qu’elles ne sont pas nécessaires aux textes dont les qualités sont certaines. Certains textes concluent sur une mise en accusation très noire d’Internet (« Corporate social media are not a realm of user/prosumer participation, but a realm of Internet commodification and exploitation » — Christian Fuchs, p. 35) et même par de sombres prédictions : « Given the rise of hyper-neoliberalism as response to the new global capitalist crisis, a shift towards the right and extreme-right in many countries and only slight movement of resistance, I have my doubt that in the contemporary situation of capitalism corporate domination will be successfully resisted » (ibid., p. 39).

7En revanche, d’autres travaillent plutôt à dépassionner le débat. Ainsi, la contribution de Shakuntala Banaji et David Buckingham, qui s’appuie sur une très vaste enquête internationale, permet de déconstruire les discours utopiques aussi bien que dystopiques pour replacer Internet à une place comme une autre : « However, evidence from across the sample in all the countries also suggests that neither of these assumptions — about the internet being inherently democratic or a youth tool — is wholly true in relation to civic participation » (p. 229) ; de même, Anders Svensson a le mot de la fin concernant une nouvelle économie qui se serait construite sur les médias sociaux : « However, the conclusion must be, based on previous research and the critical reading in this case that this seems to be and remains essentially just a potential » (p. 252).

8En conclusion, si certaines approches peuvent être critiquées pour ne pas discuter ou renouveler des ancrages tels que l’école de Francfort des premiers temps, des modèles de communication mécanistes ou même certaines formes de behaviorisme simpliste, l’ouvrage dans son ensemble demeure une lecture profitable en raison de la qualité et de la rigueur qui prévalent, sur les plans théorique et méthodologique, ainsi que de la richesse des terrains étudiés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Péquignot, « Tobias OLSSON (dir.) (2013), Producing the Internet. Critical Perspectives of Social Media », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6112

Haut de page

Auteur

Julien Péquignot

Julien Péquignot est chargé de recherche postdoctorale au Centre d’études sur les images et les sons médiatiques (CEISME) et au Labex ICCA (Industries culturelles et création artistique). Il est également chargé d’enseignement à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR Arts plastiques et sciences de l’art et UFR Arts et médias, du Département de médiation culturelle. Courriel : Julien.pequignot@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org