Navigation – Plan du site
Lectures

Bernard PAPIN (dir.) (2010), Images du Siècle des lumières à la télévision. Construction d’une culture commune par la fiction

Bruxelles/Paris, De Boeck/Ina
Hélène Monnet-Cantagrel
Référence(s) :

Bernard PAPIN (dir.) (2010), Images du Siècle des lumières à la télévision. Construction d’une culture commune par la fiction, Bruxelles/Paris, De Boeck/Ina

Texte intégral

1De quelle manière la télévision contribue-t-elle à construire une culture commune ? C’est à cette question que l’ouvrage dirigé par Bernard Papin se propose de répondre en examinant plus particulièrement le cas du XVIIIe siècle et de sa représentation à la télévision. Les recherches s’attachent en particulier à la fiction qui, comme l’explique Papin, constitue « le vecteur privilégié de la construction des imaginaires » (p. 14).

2Mais d’emblée, le projet se heurte à un certain nombre de difficultés, recensées dans la première partie. C’est, d’une part, la délimitation historique et géographique de ce qu’il est convenu d’appeler « le Siècle des lumières », associé, d’autre part, à un objet aussi protéiforme et mouvant que la télévision. Philippe Lavat illustre ce dernier point en faisant état de sa recherche dans les bases de l’Inathèque autour de Voltaire. D’un reportage sur le dressage de chiens pour un téléfilm sur l’affaire Calas, dans 30 millions d’amis, à un événement sportif au gymnase Japy situé boulevard Voltaire à Paris, le nom du philosophe produit près d’un millier d’occurrences qui interrogent autant la nature du matériau télévisuel — spectacle ou texte — que celle de la postérité. Isabelle Meunier-Messika s’intéresse quant à elle aux limites chronologiques, géographiques et idéologiques des lumières en étudiant l’adaptation en téléfilm d’Orgueil et préjugés par Simon Langton (BBC, 1995). Si Jane Austen appartient bien, historiquement, au Siècle des lumières anglais, ses romans montrent une société en profonde mutation ; c’est ce que l’adaptation, très fidèle au roman et, à ce titre, dans la veine des fictions patrimoniales, rend bien, donnant à voir la transition vers le romantisme naissant. Interroger les frontières permet alors de restituer la complexité de la perspective historique. C’est cette problématique que Papin développe à partir de la représentation des « anti-lumières », part d’obscurantisme du siècle illustré à la télévision par les téléfilms consacrés à la bête du Gévaudan, au supplice de Damiens ou aux manipulations de Messmer. L’étude minutieuse de chacun de ces exemples, de 1967 à 2008, montre l’irrépressible évolution de la télévision vers une spectacularisation toujours plus ostentatoire au détriment d’une compréhension du fait historique.

3La deuxième partie examine l’un des topoï les plus importants de l’imaginaire de ce siècle : des Liaisons dangereuses à Casanova, jusqu’à la Série rose, le libertinage et sa sensualité donnent à la télévision publique, entre 1980 et 2003, quelques heures de récréations licencieuses. Entre la télévision et ses téléspectateurs, les magazines consacrés aux émissions offrent une préparation de la réception pouvant s’avérer particulièrement opportune dans le cas d’émissions jugées « difficiles ». C’est en tout cas l’hypothèse examinée par Geneviève Landié à propos de deux adaptations de Laclos (Brabant, 1980 ; Dayan, 2003) et leur médiation par trois magazines, Télépoche, Télé 7 jours et Télérama. Si chacun de ces magazines construit différents lectorats, leur évolution montre une certaine similarité avec celle de la télévision, surtout pour les deux premiers : le passage de chaînes exclusivement publiques à un système mixte public-privé se manifeste là encore dans la transformation de cette presse d’une mission de propédeutique à un canal de promotion. S’intéressant justement à cette mission culturelle du service public, Alain Sebbah analyse l’adaptation des Liaisons dangereuses de Charles Brabant (1980). Ce téléfilm est un exemple de ce que l’on pourrait qualifier d’art télévisuel. L’intégration au récit de Laclos d’une fiction faisant se rencontrer Merteuil et son auteur manifeste un souci de médiation de l’œuvre littéraire s’exprimant par des procédés caractéristiques de l’énonciation télévisuelle, entre spectacularisation et adaptation. En dira-t-on autant de Casanova ? Examinant les cinq fictions télévisées consacrées à l’aventurier vénitien, Emmanuelle Meunier retient deux types de mise en scène du mythe du libertin. Séducteur conforme à sa légende ou figure mosaïque, Casanova projette une image qui oscille entre le stéréotype et sa tentative de réhabilitation. Mais c’est finalement toute la profondeur du libertinage que sa représentation télévisée manque à saisir, comme le montre Papin dans son analyse de la Série rose. Anthologie de petits récits érotiques adaptés d’auteurs connus, la série ne propose qu’une image convenue et édulcorée, oublieuse de la dimension philosophique du courant libertin : il s’agit avant tout pour les chaînes publiques de montrer, à l’heure de l’émergence de la télévision privée, qu’elles peuvent aussi s’encanailler.

4C’est aussi comme prétextes que sont convoquées les figures historiques dont la représentation est examinée dans la troisième partie. Qu’il s’agisse de Casanova, dont Meunier compare cette fois les évasions télévisées à son autobiographie, de Voltaire dans deux téléfilms analysés par Landié ou des bandits fameux du XVIIIe siècle mis en scène dans plusieurs fictions étudiées par Nicolas Schmidt, tous ces personnages ne sont pas tant montrés dans un souci de saisir leur complexité historique qu’en conformité avec une image préconçue. C’est ainsi que construisant une culture commune par ses fictions, la télévision confirme, à quelques exceptions près, l’image du Siècle des lumières transmise par l’opinion commune et les manuels scolaires. Les raisons en sont multiples : grand public, concurrence d’une télévision privée et commerciale, c’est dans ce contexte que le service public doit exercer ses missions et, comme le rappelle François Jost en préface, concilier culture et divertissement.

5Pour autant, la télévision ne manque pas d’ambition, et c’est ce dont témoigne Benoît Jacquot, interviewé par Roselyne Quenemer, en clôture de l’ouvrage. Du cinéma à la télévision, explique le réalisateur, les demandes sont les mêmes avec seulement une perspective et une temporalité différentes mais, en réalité, « aucun réalisateur, dont l’activité principale est de faire des films de fiction, ne les fait différemment » (p. 189) ; ce qui compte, c’est de faire un film.

6Si, pour Papin, « les écrans ont pris une importance particulière dans la construction d’un imaginaire partagé » (p. 5), ils exigent des appareils d’analyse spécifiques. C’est ce dont Images du Siècle des lumières à la télévision fait la démonstration : de l’archivage aux particularités nationales, du comparatisme littéraire au point de vue des professionnels, l’ouvrage n’interroge pas seulement les imaginaires, mais propose aussi un panorama des perspectives méthodologiques par lesquelles la télévision peut être saisie. Rigoureux, érudit mais très progressif, ce livre s’adresse autant au dix-huitiémiste averti qu’au chercheur en communication, sans oublier le téléspectateur éclairé.

Haut de page

Bibliographie

BRABANT, Charles (1980), Les Liaisons dangereuses, téléfilm, adaptation de l’œuvre de Laclos, TF1.

DAYAN, Josée (2003), Les Liaisons dangereuses, mini-série, adaptation de l’œuvre de Laclos, TF1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Monnet-Cantagrel, « Bernard PAPIN (dir.) (2010), Images du Siècle des lumières à la télévision. Construction d’une culture commune par la fiction », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/6119

Haut de page

Auteur

Hélène Monnet-Cantagrel

Hélène Monnet-Cantagrel est doctorante et membre du Centre d’Étude sur les Images et les Sons médiatiques (CEISME), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Courriel : monnetcantagrel@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org