Navigation – Plan du site
Lectures

Guillaume PINSON (2012), L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au XIXe siècle

Paris, Classique Garnier
Christine Leteinturier
Référence(s) :

Guillaume PINSON (2012), L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au XIXe siècle, Paris, Classique Garnier

Texte intégral

  • 1 Référence à Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (2011), La civ (...)

1Cet ouvrage qui entre dans le champ de l’histoire des médias se situe toutefois dans une perspective particulière, entre l’historiographie sociopolitique classique du journal et du journalisme et l’histoire culturelle et littéraire. Pour Guillaume Pinson, il restait à faire « l’histoire de l’imaginaire du journal » pour comprendre « comment les contemporains des débuts de l’ère médiatique ont perçu, imaginé, ressenti, mis en scène leur entrée dans la <civilisation du journal>1 » (p. 10). Il ne s’agit donc pas ici d’étudier les imaginaires véhiculés par la presse, mais de saisir les récits élaborés, en particulier dans la littérature, et destinés à apprivoiser le journal, textes qui vont progressivement construire une culture du journal au XIXe siècle, précisément entre 1836 et 1914, fondement de la culture médiatique des XXe et XXIe siècles. Ces récits se constituent à partir de trois éléments liés au journal : les pratiques (actions, effets et acteurs), les discours (scènes, styles et représentations) et les supports (objets mis en page qui se regardent et se manipulent). Par ailleurs, ces trois éléments s’inscrivent dans des temporalités différentes qui structurent la production des récits et la fabrication des imaginaires. La première est celle du présent du journal qui va conduire à la production de descriptions, de physiologies, de taxinomies et plus largement de bibliographies systématiques qui permettent de montrer ce que sont les journaux, ceux qui les éditent et les écrivent. Par ailleurs, le journal est dans le temps, dans son temps, strictement daté au jour le jour. Cette perspective chronologique va conduire aux premières productions historiographiques, mais aussi biographiques. Des récits personnels d’acteurs des journaux mettent en scène journal et journalisme sur un mode mémoriel à la fois réaliste et imaginé. Enfin, la troisième temporalité inscrit le journal hors du temps, en particulier quand il est saisi par la fiction qui va faire du journaliste une figure romanesque, un héros. Par ce double cadrage, l’auteur justifie le fait que son travail laisse de côté les contenus mêmes des journaux, « cet immense continent » (p. 19) trop vaste pour être saisi par les corpus mobilisés ici.

2L’ouvrage est divisé en cinq chapitres qui parcourent l’ensemble des métadiscours repérés en circulant dans les trois temporalités définies. Les deux premiers chapitres — « L’impossible panorama » et « Le journalisme est un roman » — montrent comment se construisent les représentations des journalistes à partir de la monarchie de Juillet et jusqu’en 1914, qu’il s’agisse d’ouvrages dédiés aux journalistes ou de physiologies plus vastes concernant Paris par exemple, dans lesquelles le journaliste est portraituré à côté d’autres figures typiques de la capitale. Ces récits s’efforcent de restituer la réalité journalistique du temps, personnalités des journalistes, activités, rôle, à mi-chemin entre une description presque ethnographique et une analyse plus critique. Enchaîner sur le « journalisme est un roman » permet de poursuivre la création imaginaire en analysant l’apport de la fiction à l’élaboration de la figure du journaliste autour de divers temps de la carrière : devenir journaliste souvent en se déracinant et en investissant les espaces de sociabilité qui influencent à la fois l’entrée dans la carrière et sa dynamique ultérieure. La fiction croise aussi les physiologies dans la construction d’une critique souvent négative, sur le registre de la condamnation qui fait du journaliste un individu plutôt négatif, échouant dans son projet, victime de ses mœurs et du « système » médiatique de l’époque.

3Ensuite, Pinson aborde les dimensions chronologique et historiographique constitutives du temps médiatique, avec les premiers historiens de la presse, mais aussi par les « fictions mémorielles » de certains acteurs d’un côté et de l’autre l’émergence de la représentation du journal comme « archive du futur ». Il s’agit alors de prendre en considération la fonction d’information de la presse, sa contribution à la production de l’actualité, mais aussi à la fabrication de l’opinion publique, y compris en critiquant fortement ses excès divers alimentant le débat politique. Parallèlement, des représentations plus neutres, moins subjectives et plus techniques apparaissent dans des articles ou des ouvrages pratiques portant sur « le mécanisme de la presse », le travail du journaliste, l’organisation des rédactions. C’est dans ce cadre que l’auteur inscrit la création des bibliographies et des annuaires divers qui recensent régulièrement non seulement les titres de presse, mais également les associations, les journalistes, les textes juridiques, etc., brossant ainsi le paysage médiatique du siècle. Celui-ci va aussi être progressivement illustré par une iconographie réaliste qui contribue à la construction de l’imaginaire du journal, de sa fabrication, mais aussi de sa lecture. La fin du XIXe siècle est aussi marquée par la structuration progressive de la une, l’historiographie illustrée des journaux montrant aussi en images l’évolution des dispositifs de mise en forme de l’actualité.

4Enfin, le dernier chapitre consacre le journaliste comme héros, figure qui émerge plutôt à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, parallèlement au reportage. L’auteur analyse alors les caractéristiques du journaliste-reporter par opposition à celles de l’écrivain-journaliste. Une place importante est ici accordée à Jules Verne que Pinson considère comme l’inventeur du « reporter fictif ». L’autre figure est celle de l’enquêteur — justicier des romans populaires. Dans ces œuvres romanesques, la dimension de l’écriture est abolie au profit de celle de l’action, de la révélation du mystère, de la justice rendue. L’épilogue de ce chapitre est bien sûr consacré à Tintin, petit reporter héroïque redresseur de torts qui n’écrit jamais.

5La conclusion ouvre sur la nécessité de passer de l’étude de l’imaginaire à celle des sensibilités médiatiques.

6Cet ouvrage passionnant est aussi extrêmement documenté, les références s’appuyant à la fois sur des sources contemporaines de l’époque observée et sur des travaux plus récents qui ont ouvert la voie à l’analyse des imaginaires médiatiques. Le corpus bibliographique est doublement organisé, au fil de la lecture en notes de bas de page et de façon systématique dans le corpus de fin (p. 243-262), ce qui fait de cet ouvrage également un usuel incontournable pour qui veut connaître la production sur le journal et le journalisme en France au XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Référence à Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (2011), La civilisation du journal, Paris, Nouveau Monde Éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Leteinturier, « Guillaume PINSON (2012), L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au XIXe siècle », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/6122

Haut de page

Auteur

Christine Leteinturier

Christine Leteinturier est maître de conférences honoraire à l’Institut français de presse, de l’Université Panthéon-Assas. Courriel : christine.leteinturier@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org