Navigation – Plan du site
Lectures

Alain QUEMIN (2013), Les stars de l’art contemporain. Notoriété et consécration artistiques dans les arts visuels

Paris, CNRS Éditions, Coll. « Culture et société »
Clara Lévy
Référence(s) :

Alain QUEMIN (2013), Les stars de l’art contemporain. Notoriété et consécration artistiques dans les arts visuels, Paris, CNRS Éditions, Coll. « Culture et société »

Texte intégral

1La notoriété en art contemporain peut être approchée à partir des classements dont le monde social correspondant est particulièrement friand. De nombreux palmarès sont ici astucieusement pris en compte tant comme ressources informatives que comme objets à interroger méthodologiquement. Les techniques d’enquête sont très diversifiées : l’expérience indigène de journaliste et de critique d’art de l’auteur et les échanges d’idées informels rendus possibles par la familiarité qu’il entretient avec le monde de l’art contemporain et ses acteurs renforcent l’enquête quantitative scrupuleuse consacrée aux palmarès artistiques et aux fonctions qu’ils remplissent.

2Alain Quemin montre parfaitement que ces classements répondent à une forte demande sociale, puisqu’ils permettent de résoudre, au moins partiellement, les questions liées à la valeur de l’art contemporain et à la qualité des artistes. Ces palmarès se sont ainsi multipliés au cours des années, comme pour fournir une base objective aux valeurs (esthétique et marchande) d’un monde dont on pourrait croire, vu de l’extérieur, qu’il repose sur des décisions arbitraires. Les multiples palmarès, même s’ils sont souvent critiqués par les acteurs du monde de l’art contemporain (collectionneurs, artistes, galeristes…), sont lus, commentés et connus de tous.

3Les principaux classements étudiés sont le Kunstkompass (palmarès annuel des 100 artistes vivants les plus reconnus, qui apparaît en 1970 — soit un an après l’exposition qui marque la naissance de l’art contemporain), le classement d’Artfacts (qui, contrairement au précédent, ne présente pas de biais pro-germanique, et qui a été créé en 2003) et, pour le résultat des ventes aux enchères, celui d’Artprice. Sont également passés au crible, parmi d’autres, deux classements internationaux d’œuvres (Complex Art + Design et Artinfo), ainsi que des palmarès fondés sur le pouvoir des différents acteurs du monde de l’art (comme le Power 100, publié depuis 2002, en tête duquel caracolent le galeriste Larry Gagosian et le collectionneur François Pinault). À cela s’ajoutent encore des palmarès nationaux français.

4L’un des résultats frappants de l’ouvrage réside en la convergence des données des classements pour les artistes consacrés. Lorsque l’on compare les résultats des classements, on retrouve la même hiérarchie, « comme si la consécration s’imposait d’elle-même quand elle est suffisamment forte, quelle que soit la méthode mise en œuvre pour l’appréhender » (p. 203) — du moins lorsqu’interviennent des jugements experts, les résultats étant beaucoup plus labiles pour les quelques classements qui ne procèdent pas par agrégation de jugements experts. Quemin met aussi clairement en évidence la valeur performative des classements puisqu’en même temps qu’ils sont censés informer et éclairer sur la notoriété, ils la construisent et la confortent.

5Le meilleur indicateur du succès à venir est le succès passé et présent. Dès lors qu’on est apparu d’emblée très haut dans le classement et qu’on a continué ensuite à progresser dans les années suivantes, il est très rare que l’on chute. L’analyse longitudinale des palmarès permet de mettre au jour à la fois la permanence des résultats et, de plus en plus, la nécessité de passer par un cursus honorum pour accéder au sommet. Existe donc une prime aux premiers entrants, dans le cadre d’un système favorisant le vieillissement.

6Cela permet de comprendre pourquoi les artistes contemporains les plus reconnus sont généralement très âgés, puisque l’âge, qui n’était pas discriminant à l’origine, fonctionne de plus en plus comme une barrière. Les effets de la variable du genre sont également très forts : les femmes occupent encore des rangs le plus souvent secondaires ; elles sont très désavantagées dans les classements réputationnels et plus encore sur le marché de l’art. Enfin, le pays de résidence joue un rôle prépondérant, puisque le poids des États-Unis (qui, à eux seuls, concentrent la moitié de la création internationale) et, dans une moindre mesure, celui de l’Allemagne sont écrasants sur la scène artistique internationale, alors même que le milieu de l’art actuel veut croire en la mondialisation. Dans ce monde qui se veut novateur, sans préjugé sexiste et ouvert aux métissages culturels permanents, l’artiste type superstar est pourtant un homme, (souvent peintre) étatsunien ou allemand, âgé de plus de 70 ans…

7Du point de vue théorique sont discutés les principaux travaux sociologiques sur la notoriété, d’une part, et les recherches les plus classiques en sociologie de l’art, d’autre part. L’analyse de Quemin conforte l’idée de Pierre Bourdieu selon laquelle il existe une homologie entre les caractéristiques des experts et celles des élus, « une similitude frappante en termes de nationalité entre ceux qui produisent la reconnaissance artistique et les réputations […] et ceux qui en sont les bénéficiaires directs » (p. 422). En revanche, l’idée de Raymonde Moulin, selon laquelle la valeur de l’art se construirait « à l’articulation du marché et du musée », si elle vaut encore pour certains artistes (par exemple, Gerhard Richter), est mise à mal par le très fort succès marchand des artistes contemporains chinois, qui, pour autant, ne sont guère reconnus institutionnellement.

8Finalement, ce vaste ouvrage très complet, fondé sur une démarche empirique rigoureuse, permet de mieux comprendre le fonctionnement du monde de l’art contemporain en mettant en évidence le poids de certaines variables sociales (l’âge, le genre, la nationalité) sur la notoriété des artistes et en testant les principales théories du domaine à l’aide de données originales ; il apporte ainsi une contribution déterminante à la sociologie de l’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Lévy, « Alain QUEMIN (2013), Les stars de l’art contemporain. Notoriété et consécration artistiques dans les arts visuels », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/6124

Haut de page

Auteur

Clara Lévy

Clara Lévy est professeure de sociologie à l’Institut d’études européennes (IEE) et chercheuse au Laboratoire des Théories du Politique (Labtop), Université Paris 8. Courriel : clara.levy05@univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org