Navigation – Plan du site
Lectures

Hélène ROMEYER (dir.) (2010), La santé dans l’espace public

Rennes, Presses de l’EHESP, Coll. « Communication santé sociale »
Émilie Blanc
Référence(s) :

Hélène ROMEYER (dir.) (2010), La santé dans l’espace public, Rennes, Presses de l’EHESP, Coll. « Communication santé sociale »

Texte intégral

1L’information disponible sur le domaine de la santé est vaste et complexe. L’ouvrage d’Hélène Romeyer vient interroger les différents discours sur la santé qui coexistent et s’affrontent dans l’espace public. Le politique, le journaliste et le citoyen, chacun s’exprime à sa manière et selon ses propres stratégies. Intérêt général, mais aussi intérêts économiques pour les uns ? Rôle de relais, mais aussi de constructeur de sens et donc d’influence pour les autres ? Enfin, quête de reconnaissance, mais aussi de légitimité pour les derniers ?

2Pour étudier les rapports entre les politiques publiques de santé et la communication, une analyse comparée est réalisée entre les campagnes de dépistage du cancer aux États-Unis, au Royaume-Uni, ainsi qu’en France (Catherine Déchamp-Le Roux ; Ghislaine Lozachmeur ; Mohamed Saki). Il ressort de cette étude différents éléments pour chaque pays : aux États-Unis, les intermédiaires jouent un rôle important dans l’accompagnement de la maladie et dans l’accès aux soins des associations ; au Royaume-Uni, il est attendu une responsabilisation accrue de l’individu ; alors qu’en France, le rôle du médecin est incontournable. Ainsi, il est intéressant de constater que les stratégies de communication varient d’un pays à l’autre en fonction des contextes sociohistoriques. Un autre exemple de stratégie de communication est celui du contexte québécois (Luc Bonneville), où le discours vise à faire adhérer au changement du système de santé (accepter la réorganisation des soins au moyen des technologies de l’information et de la communication) par la culpabilisation et la responsabilisation de l’ensemble des citoyens, et notamment des professionnels de la santé. Caroline Olivier-Yanniv, quant à elle, révèle dans son étude les paradoxes de la communication institutionnelle française concernant le tabac, celle-ci remettant elle-même en cause l’action publique et faisant de ce fait voir à quel point le discours est politique. Enfin, Pauline Grison et Daniel Jacobi montrent comment, par un effet massif de vulgarisation d’une simple recommandation scientifique à la base, les pouvoirs publics aidés des médias peuvent inscrire des normes comportementales dans le quotidien. L’exemple donné est la croyance en la vérité du slogan publicitaire Manger au moins cinq fruits et légumes par jour, selon lequel cette action serait gage d’une bonne santé.

3Dans la deuxième partie de l’ouvrage, il est question du traitement journalistique des questions de santé. Il ressort de l’étude que le rôle des médias n’est pas neutre. Au-delà de la retranscription des avancées de la recherche médicale et du relais des politiques publiques, les médias participent par leur influence même à la construction et à l’orientation du débat public. En effet, pour asseoir leur opinion selon laquelle la réforme néolibérale du système de santé est nécessaire, les médias s’appuient sur un discours pseudo-scientifique qu’ils propagent d’une manière continue et de façon consensuelle avec la sphère politique (Loïc Ballarini). De même, que ce soit au sujet du don d’organes (Patrick Amey ; Raphael Hammer), des urgences médicales et psychiatriques (Jérôme Thomas) ou encore de l’épidémie de chikungunya (Michel Watin), il est intéressant de constater combien le discours journalistique reste empreint de représentations sociales qui le dépassent. Dans ces analyses, il est donc également question de la posture et de l’éthique professionnelle du journaliste.

4Enfin, la troisième et dernière partie de l’ouvrage met en évidence l’émergence de nouveaux acteurs dans l’espace public : les associations de malades. Il y est expliqué comment les associations se mobilisent (Éric Dagiral et Ashween Peerbaye) pour faire connaître les maladies rares ou pour organiser une prise de parole collective des malades atteints de cancer (François Briatte ; Sandrine Knobé). Les malades deviennent ainsi de véritables parties prenantes des discours sur la santé. Néanmoins, Ève Bureau présente aussi l’instrumentalisation qui peut en découler avec l’exemple du programme national de lutte contre le sida au Cambodge. Pour terminer, Marc Lemire met en lumière le rôle de plus en plus accru d’Internet. L’utilisation de la technologie permet de mieux s’approprier la prescription et d’avoir accès à l’information pour faire des choix en fonction de son propre jugement, mais aussi d’aller chercher de l’aide grâce aux réseaux d’échange.

5Compte tenu de l’ensemble des éléments de l’ouvrage dirigé par Romeyer, celui-ci éclaire particulièrement sur les enjeux communicationnels des différentes parties prenantes du discours de la santé dans l’espace public : les pouvoirs publics, les médias et les malades. Il est intéressant de connaître et de comprendre ces mécanismes de diffusion du discours, car ils sont, sans doute, transférables à d’autres thèmes, les catastrophes nucléaires, par exemple. Par ailleurs, la variété des terrains de recherche, ainsi que la diversité des auteurs mobilisés permettent d’avoir un regard qui s’étend au-delà du territoire national, et apportent de ce fait une perspective d’autant plus intéressante sur le phénomène.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Blanc, « Hélène ROMEYER (dir.) (2010), La santé dans l’espace public », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/6132

Haut de page

Auteur

Émilie Blanc

Émilie Blanc est doctorante en sciences de l’information et de la communication et membre du Laboratoire Information, milieu, médiations (I3M, EA 3820), Université Nice Sophia Antipolis. Courriel : emilieblanc31@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org