Navigation – Plan du site
Lectures

Anne SAUVAGEOT (2014), Jean Baudrillard. La passion de l’objet

Toulouse, Presses universitaires du Mirail
Yannick Lebtahi
Référence(s) :

Anne SAUVAGEOT (2014), Jean Baudrillard. La passion de l’objet, Toulouse, Presses universitaires du Mirail

Texte intégral

1Le format court d’Anne Sauvageot est un objet singulier, un ouvrage de référence sur et avec Jean Baudrillard, sept ans après sa disparition. L’esthétique de cet objet-livre est fortement en jeu dès la couverture qui attise le regard curieux du lecteur-consommateur et suscite par son horizon d’impressions l’acte d’achat. C’est avec une grande dextérité et une certaine proximité que l’auteure revisite pas à pas la pensée du sociologue, du philosophe et du photographe de notre temps.

2L’ouvrage, au parti pris clairement énoncé, s’ouvre sur les prémices à l’œuvre dans le cheminement scientifique et intellectuel de Baudrillard. L’un des enjeux sera de mettre en incise l’œuvre baudrillardienne élaborée tout au long de sa vie. Ponctué par des extraits de textes fondateurs de l’auteur, le propos analytique de Sauvageot se tisse remarquablement et se centre sur les points sensibles de son parcours critique et épistémologique jalonné de ruptures et de transitions jusqu’aux détournements conduisant Baudrillard du « système des objets » au « système de la simulation », jusqu’à la désillusion.

3Sauvageot procède à des retours très circonscrits en faisant référence aux nombreux théoriciens comme Marshall McLuhan ou Roland Barthes qui, par leurs travaux, ont influencé de loin ou de près ceux du théoricien à l’origine du concept de la « disparition de la réalité » de notre monde qui bascule dans l’ère (du) numérique. L’objet, comme fil conducteur, dessine l’architecture de l’ouvrage et renvoie de manière réflexive à l’infinie passion de Baudrillard, objet qu’il n’a cessé de malaxer dans ses rapports notamment aux dispositifs. « L’objet signe », « L’objet simulacre », « L’objet du crime », « L’objet du complot », « L’objet de la passion » et « Le destin de l’objet » se consacrent à l’examen de sa pensée duale et ambiguë pour une critique radicale des médias et de la société de consommation.

4En interdépendance, ces six entrées dédiées à l’objet élucident les prises de position paradoxales et très controversées de Baudrillard au sein de la communauté scientifique et intellectuelle. Elles clarifient comment, retranché dans ses paradoxes et par-dessus les polémiques en réaction à ses propos sur l’art et sa banalisation, Baudrillard a su se nourrir de cette effervescence au sein de l’espace public tout en se démarquant.

5Par ailleurs, le vent en poupe, les publicitaires et les « marketeurs » ont su y voir, quant à eux, l’occasion d’une instrumentalisation stratégique au service de leur propre développement et de leurs intérêts. Alors que pour la sociologie de l’objet, les propositions du théoricien sont des avancées majeures qui font œuvre d’histoire.

6Enfin, présente en filigrane dans l’ouvrage, la démarche artistique du photographe Baudrillard est mise en avant sous la forme d’une accroche au sixième chapitre. Le lecteur appréciera les huit reproductions photographiques en couleurs et d’une haute qualité. Nous pouvons regretter toutefois qu’elles ne soient pas légendées. Avec une grande admiration pour Baudrillard, Sauvageot évoque sa trajectoire artistique tout en la mettant en parallèle avec celle de l’avant-gardiste Andy Warhol.

7En fin d’ouvrage est présenté « C’est l’objet qui nous pense », un texte inédit au statut particulier puisqu’il s’agit d’une conférence publique que Baudrillard a animée le mercredi 7 avril 1999 au Centre d’initiatives artistiques de l’Université de Toulouse Le Mirail. Sauvageot, qui semble à l’origine de cette conférence, à l’occasion de l’exposition photographique retraçant les voyages de Baudrillard à travers le monde — son expérience américaine, le désert —, laisse la parole ou le mot de la fin au penseur, le temps d’un chapitre.

8Sous la forme d’une discussion avec la salle, Baudrillard s’exprime sur la relation qu’il entretient avec l’écriture et la photographie, sur les transferts qui s’établissent et leurs contradictions. Il explique comment l’acte photographique le ramène à ses préoccupations théoriques et, indirectement, à l’héritage de sa pensée désenchantée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Lebtahi, « Anne SAUVAGEOT (2014), Jean Baudrillard. La passion de l’objet », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/6136

Haut de page

Auteur

Yannick Lebtahi

Yannick Lebtahi est membre du GERiiCO, Université de Lille 3. Courriel : yannickelebtahi@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org