Navigation – Plan du site
Lectures

Béatrice VACHER, Yanita ANDONOVA, Anne-France KOGAN, Anne MONJARET, Beanlisoa RAVALISON et Carsten WILHELM (2014), Vive la technologie ? Traité de bricolage réfléchi pour épris de liberté

Paris, Presses des Mines, Coll. « Les carnets de Lilith »
Jean-Simon Demers et Luc Bonneville
Référence(s) :

Béatrice VACHER, Yanita ANDONOVA, Anne-France KOGAN, Anne MONJARET, Beanlisoa RAVALISON et Carsten WILHELM (2014), Vive la technologie ? Traité de bricolage réfléchi pour épris de liberté, Paris, Presses des Mines, Coll. « Les carnets de Lilith »

Texte intégral

1D’après Béatrice Vacher et ses collègues qui ont participé à la rédaction de cet ouvrage original qui s’adresse autant aux universitaires qu’au grand public, ce n’est pas tant la technologie en elle-même qui est à louer que la capacité humaine de la bricoler et de l’adapter aux usages personnels multiples qui varient dans le temps et dans l’espace. L’idée de l’ouvrage est d’offrir aux lecteurs « des clés d’interprétation pour un usage libéré et raisonné de la technologie » (p. 10), ce qui est accompli par la présentation de quatre séries de récits liés à des mésaventures technologiques telles que vécues par des usagers. Chacun des récits est accompagné d’une analyse sous la forme d’essai pour permettre au lecteur de se situer par rapport au contexte et au sens des aventures racontées.

2Il est facile de s’identifier aux différents récits présentés, surtout qu’ils sont tous situés dans un contexte récent, c’est-à-dire entre 1990 et aujourd’hui. Que ce soit une histoire de mot de passe oublié, de difficulté d’utilisation de l’ordinateur pour la première fois ou de problèmes de communication avec un service d’assistance technique, on se retrouve dans les récits, qui sont d’ailleurs racontés de façon colorée.

3C’est toutefois dans les essais que l’ouvrage prend réellement son envol. Le travail accompli par les auteurs permet de se retrouver dans le fatras des nouvelles technologies et des multiples usages que les organisations tentent de promouvoir. Le livre rappelle que l’individu est un être créatif et que les technologies à sa disposition sont elles aussi appelées à être soumises à la créativité humaine. Car au-delà de toutes les visions déterministes de la technologie se pose inévitablement le double potentiel d’autonomie et de créativité de l’individu en tant que tel.

4L’analyse faite de la relation que l’individu maintient avec la technologie, à travers la lunette des sciences humaines, aboutit au constat que quatre éléments sont issus de la relation : des produits-service (blogue), des traces-images (modes d’emploi), des liens sociaux et la tranquillité d’esprit. Ces résultats sont présentés comme des éléments positifs de la relation. Cependant, par l’intermédiaire des histoires mises en avant, un élément essentiel se démarque : il existe une forme d’embarras et de dépouillement de l’individu face à la technologie lorsque celle-ci ne fonctionne pas ou que son usage prescrit est complexe.

5La technologie est présentée comme ayant « sauvé » l’individu des tâches monotones, tout en devant être à son tour sauvée par l’intervention de l’individu en raison d’un manque de compréhension des utilisateurs. On ramène le lecteur vers la sociologie des usages et la sociologie de l’innovation à la toute fin de l’ouvrage en lui rappelant que c’est le rôle de l’individu d’adapter les technologies, surtout qu’elles ne sont pas toujours adaptées aux situations et aux époques où elles apparaissent. On en vient à comprendre le point d’interrogation dans le titre.

6Ainsi reçoit-on deux messages en apparence contradictoires, mais qui reflètent la réalité des usagers : d’une part, la technologie est là pour rendre les tâches humaines plus faciles sur tous les plans et, d’autre part, le plein pouvoir de la technologie ne peut être exploité que si l’on est en mesure de lui donner un sens. C’est l’une des limitations abordées par les auteurs : le besoin de plus en plus grand de se faire autodidacte en matière de nouvelles technologies. Dans un monde où plusieurs cherchent à posséder les derniers gadgets, à tort ou à raison, le fait demeure que les capacités d’usage des technologies demeurent inégales.

7C’est pourquoi il est difficile d’adhérer au dogme de la technologie salvatrice. On est en effet redevable aux avancées technologiques d’avoir permis de remplacer par des machines les employés qui exécutaient des travaux déshumanisants. Cette réalité est en effet révolue. Mais dans le contexte postmoderne où l’ouvrage (dans une certaine mesure) se situe, cette rétrospective ne fait que détourner l’attention du lecteur de la réalité présente. C’est l’individu qui sauve l’individu lorsque la technologie fait défaut. Celle-ci est créée par l’individu, adaptée par l’individu, réparée par l’individu. Que ce soit par soi-même ou grâce à l’aide de spécialistes, un être humain en vient à régler les problèmes occasionnels posés par les défaillances technologiques. Peu importe le but de l’usager qui a recours à une certaine technologie, celle-ci demeure issue de l’individu. La présence de « médiateurs humains » (p. 70) este essentielle pour faire « vivre la technologie » (p. 73) qui ne vit pas d’elle-même.

8Les auteurs répondent donc à leur propre question en prenant un chemin détourné. Oui, vive la technologie, dans la mesure où elle apporte des avantages et des avancées sur tous les plans. Elle n’est cependant pas la réponse à tous les maux. Il est essentiel de prendre en considération la place que l’être humain occupe par rapport à celle-ci. De la conception à l’usage, en passant par l’adaptation et les complications, l’individu demeure celui qui fait les choix qu’il considère comme pertinents par rapport aux technologies qu’il décide, ou non, d’utiliser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Simon Demers et Luc Bonneville, « Béatrice VACHER, Yanita ANDONOVA, Anne-France KOGAN, Anne MONJARET, Beanlisoa RAVALISON et Carsten WILHELM (2014), Vive la technologie ? Traité de bricolage réfléchi pour épris de liberté », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6138

Haut de page

Auteurs

Jean-Simon Demers

Jean-Simon Demers est étudiant au Baccalauréat ès arts spécialisé bidisciplinaire en communication et en lettres françaises, Université d’Ottawa. Courriel : jdeme089@uottawa.ca

Articles du même auteur

Luc Bonneville

Luc Bonneville est professeur au Département de communication, Université d’Ottawa. Courriel : luc.bonneville@uottawa.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org