Navigation – Plan du site
Lectures

Sami ZLITNI et Fabien LIÉNARD (dir.) (2013), La communication électronique en questions

Berne, Peter Lang
Julien Péquignot
Référence(s) :

Sami ZLITNI et Fabien LIENARD (dir.) (2013), La communication électronique en questions, Berne, Peter Lang

Texte intégral

1Cet ouvrage volumineux, qui regroupe 24 contributions regroupées sous des thématiques telles que le marketing, la médiation culturelle, les territoires ou encore la politique, se propose de « mettre la communication électronique en question » (Christian Licoppe, p. 1). Le lecteur peut s’attendre alors à voir les notions mêmes de communication, d’électronique ainsi que leur combinaison, interrogées selon des angles multiples et complémentaires, informationnels, communicationnels, sémiotiques, sociologiques, juridiques, etc.

2Hélas, il n’en sera rien et dès le premier texte le ton est donné : « La communication électronique consiste en l’échange d’informations de natures diverses par des Technologies de l’Information et de la Communication (désormais TIC). Ces TIC sont présentes partout, sont utilisées par tous et nous accompagnent tout le temps. Elles sont omniprésentes et transforment en profondeur nos sociétés contemporaines » (Fabien Liénard et Sami Zlitni, p. 3).

3Est ici illustré le défaut majeur qui touche la quasi-intégralité de l’ouvrage : une suite d’assertions non prouvées, ne s’appuyant sur aucune enquête et confinant la plupart du temps à une naïveté confondante. On apprend ainsi que « le smartphone permet un accès global et total au web » ou que « ce discours contenu dans l’UGC [User Generated Content], échappe aux marques et peut être écrit par de simples contributeurs » (Forence Jacob, p. 75 et 79), que « la communication électronique est une communication virale », que « du fait qu’elle repose sur des technologies spécifiques, principalement des artefacts par nature, la communication électronique se prévaut de susciter des médiations à part » (Daiana Dula, p. 139), ou encore qu’« à travers l’histoire humaine, la ville a toujours fasciné » (Smail Khainar, p. 192), ou enfin que

depuis quelques années, les plateformes et outils dédiés à la création et à la diffusion des contenus en ligne connaissent un foisonnement impressionnant. Il en résulte un ensemble d’outils interactifs qui ne cessent d’impressionner par leur capacité inégalée de dépasser les schémas culturels et les modèles communicationnels traditionnels et de jeter les bases d’un nouveau mode de prise de parole (Kamel Gharbi, p. 335).

4Les idées reçues, y compris les discours alarmistes (« […] nous en sommes aussi à nous en inquiéter parce qu’elles [les TIC] dévorent le temps des jeunes générations, parce qu’elles paraissent renégocier quelques principes fondateurs de nos sociétés, ni plus ni moins » — Liénard et Zlitni, p. 3), s’accompagnent d’un discours empreint de management, y compris dans une dimension prosélyte, comme dans le texte de Smail Khainar, qui propose un programme pour l’action sur l’usage des technologies de l’information et de la communication dans la ville (« nous proposons […] nous préconisons […] », p. 202), ou dans celui de Belgin Bilge : « Il est capital de former à la technologie les citoyens du monde en voie de développement » (p. 368).

5Au-delà de ce premier constat, la majorité des textes pèche par un manque criant de problématisation, de critique et de mise en perspective. Ainsi, Heba Mosaad développe un protocole rigoureux pour étudier le comportement de sujet sur Facebook : « So, it’s expected through our structural model that Facebook Members develop a social identity congruent with Facebook as a social community group site » (p. 64), mais n’interroge pas les notions de groupe, de communauté, d’appartenance ou encore d’identité, qui font pourtant l’objet de travaux, de débats importants, voire de controverses. De même, Catherine Lejealle met en place une expérimentation sur des sujets pour déterminer l’influence des réseaux sociaux sur la relation commerciale, mais entend par contexte pris en compte « le support d’accès, la présence éventuelle de tiers et le caractère dédié ou non de l’activité de connexion » (p. 44) ; on voit mal dans ces conditions la potentielle montée en généralité de ses conclusions. Dans le même ordre d’idées, certains textes se situent dans une perspective de la communication si immanentiste qu’ils se dispensent de toute forme d’enquête, soit parce que les objets sont considérés comme agissant per se (« […] nous commencerons à répondre à ces questions en analysant les promesses de ce dispositif et les attentes qu’il peut créer chez son public » — Véronique Madelon, p. 90), soit parce que l’extrapolation de l’interprétation de l’auteur semble suffire à l’argument : « Il est évident que l’aspect magique et mystérieux du dispositif : <j’appuie sur un bouton de mon portable et des informations apparaissent>, le fait que les informations disponibles soient d’abord cachées, peut motiver le public, l’impliquer » (ibid., p. 100) ; « […] le visiteur ne perçoit pas la technique comme envahissante parce qu’il est laissé libre dans son parcours d’exploration visuelle » (Nanta Novello Paglianti, p. 113). L’absence d’enquête, de terrain en général, conduit nombre de textes à être purement programmatiques, réduits à la plus simple expression du sentiment personnel de l’auteur : « nous participerons […], nous assisterons […], nous verrons […] » (Edison Ferreira de Macêdo, p. 131), « notre démarche consistera […], nous analyserons » (ibid., p. 132), « nous pensons que cette recherche conduira » (ibid., p. 134), « nous croyons que » (ibid., p. 135), « nous pensons que » (ibid., p. 136 qui est la page de conclusion). Quand il est rendu compte d’un terrain, le résultat est avant tout descriptif et enfonce fréquemment des portes ouvertes, voire se transforme en tautologie : « […] observations in the field […] have shown the relevance of gender as a usefull concept for analyzing sex as a considerable demographic variable, even though it is necessary to consider other variables such as generation or social class » (Hélène Bourdeloie, p. 260) ; « […] cet usage local-local appuie et illustre clairement la thèse que l’Internet est utilisé selon les relations et les connaissances que l’usager connecté cherche à établir et à acquérir. Il se connecte pour en retirer des satisfactions spécifiques répondant à des besoins psychologiques et psychosociologiques particuliers » (Synda Ben Affana, p. 294).

6Il est d’ailleurs intéressant de noter que les quelques textes qui montrent quelque chose parviennent au même constat, que cela soit Hakim Akrab sur les forums de discussion des sites intercommunaux, Zouha Dahmen-Jarrin sur les technologies de l’information et de la communication lors de la révolution tunisienne ou Zlitni et Liénard sur le même sujet : la « communication électronique » ne crée rien, elle n’est qu’un maillon d’une chaîne indépendante du dispositif et n’est ni un moyen déterminant ni une fin en soi, conclusion à laquelle parvient aussi Catherine Lejealle.

7À cette anémie générale s’ajoute un réel problème de révision de l’ouvrage : les coquilles et les fautes sont nombreuses et certains textes, manifestement traduits ou composés par des auteurs non francophones, sont parfois presque incompréhensibles.

8Malgré cela, et à cause de tous les reproches que l’on peut faire à l’ouvrage, il faut signaler deux textes qui tirent de fort belle manière leur épingle du jeu. Daniel Thierry propose une comparaison diachronique des usages des automates dans les lieux publics solidement charpentée par une enquête fertile et soulève ainsi de stimulants questionnements. Elisa Gruppioni, pour sa part, analyse le « français-parlé-écrit » des fictions contemporaines pour adolescents dans un article pointu, passionnant et très riche en enseignements, tant en ce qui a trait aux données qu’à la méthode pour penser — quand même — la « communication électronique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Péquignot, « Sami ZLITNI et Fabien LIÉNARD (dir.) (2013), La communication électronique en questions », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6149

Haut de page

Auteur

Julien Péquignot

Julien Péquignot est chargé de recherche postdoctorale au Centre d’études sur les images et les sons médiatiques (CEISME) et au Labex ICCA (Industries culturelles et création artistique). Il est également chargé d’enseignement à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR Arts plastiques et sciences de l’art et UFR Arts et médias, du Département de médiation culturelle. Courriel : Julien.pequignot@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org