Navigation – Plan du site
Lectures

Mario ZUNINO (2013), Quand le JT de TF1 fait son cinéma ou La marchandisation croissante de l’information télévisée

Paris, L’Harmattan
Delphine Le Nozach
Référence(s) :

Mario ZUNINO (2013), Quand le JT de TF1 fait son cinéma ou La marchandisation croissante de l’information télévisée, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1Parmi les émissions télévisées, le journal fait partie de celles que l’on associe immédiatement au monde réel. Pourtant, Mario Zunino incite le lecteur à porter un regard différent sur cette émission : et si le journal télévisé glissait petit à petit vers le monde de la fiction ? Son ouvrage analyse l’évolution de l’information télévisée, notamment en fonction des mutations politico-économiques.

2Dans l’introduction et le chapitre 1, Zunino explique son vif intérêt pour le sujet et circonscrit son étude : il s’intéresse aux éditions de 20 h du journal télévisé de TF1, depuis la création de la première chaîne, en passant par sa privatisation et jusqu’à nos jours. Un rapide historique de la télévision permet une contextualisation et un rappel des missions originelles du petit écran : informer, distraire, cultiver. Sans justification probante, il est stipulé que TF1, même dans ses émissions d’information, met l’accent sur le divertissement. Le chapitre 1 se conclut ainsi : « […] dans quelle mesure le JT de TF1 a-t-il recours à une information-cinéma (divertissante) ; et ce, dans un but essentiellement marchand ? » (p. 31). Le questionnement se présente donc en deux temps : la mise en scène cinématographique de l’information télévisée, d’une part, et sa marchandisation, d’autre part.

3À partir de ces axes, l’auteur procède à une revue de la littérature (chapitre 2). Mobilisant de nombreux chercheurs tels que Benoît D’Aiguillon, François Jost, Guy Lochard, Arnaud Mercier, Bernard Miège, Jean-Claude Soulages ou Eliseo Verón, il examine tout d’abord l’information-cinéma par thématiques — personnages du journal télévisé, musique, habillage, montage, hyperfragmentation des images — avant de s’intéresser au devenir de l’information télévisée vers une marchandisation progressive. Cet état de l’art multidisciplinaire permet à Zunino de se positionner : il propose l’expression « information-cinéma » pour qualifier les effets fictionnels utilisés dans le journal télévisé. En cela, il prend le contre-pied de la promesse du journal, « une vérité sans artifices » (p. 57), et fait entre autres l’hypothèse que l’ambiance de « polar » de certains reportages rend l’information plus attirante et plus commerciale.

4Le chapitre 3 a pour objet de détailler la méthodologie choisie pour « vérifier si l’information-cinéma au sein du journal télévisé de TF1 dans un but marchand se confirme » (p. 65). La problématique ainsi reformulée surprend. Elle donne l’impression qu’il ne s’agit plus d’interroger l’information-cinéma en elle-même (premier axe annoncé), mais uniquement d’attester son lien avec la marchandisation de l’information télévisée (deuxième axe). Finalement, l’étude cherche à vérifier si les journaux télévisés empruntent davantage de codes aux fictions cinématographiques au moment où ils connaissent des transformations importantes (privatisation, concurrence). Pour cela, l’auteur détermine un échantillon de journaux télévisés à visionner : 57 journaux télévisés de 20 h en tout. S’il établit une règle, à savoir « progresser par bonds de 5 ans », il la transgresse pour les besoins de son développement et ajoute une douzaine d’émissions à son corpus. Ensuite, il conçoit une grille d’observation sous la forme d’indicateurs ; ceux-ci relèvent à la fois du contenu « le lien avec le programme du soir », de la mise en scène « les effets sonores » et mêlent également le fond et la forme « l'amplification dramatique ».

5Cette confusion se retrouve dans les résultats énoncés au chapitre 4. Par exemple, si l’information-cinéma correspond aux effets cinématographiques présents dans le journal télévisé (forme), Zunino place, sur un même niveau d’analyse, les reportages du journal télévisé consacrés aux tournages des vedettes du cinéma ou à la promotion d’un film (fond). Par ailleurs, l’auteur dessine deux périodes : de 1949 à 1970, l’information-cinéma a pour but d’intéresser le public, alors qu’à partir des années 1970, elle vise à « obtenir puis [à] conserver une vaste audience ; et ce, avec une visée essentiellement marchande » (p. 75). Or, intéresser le public ne permet-il pas de créer et de maintenir l’audience et donc d’attirer des financeurs ? La mince frontière entre ces deux objectifs n’est pas distinctement explicitée. Bien qu’ils soient largement illustrés, les résultats provoquent la frustration chez le lecteur. À la p. 63, Zunino affirme que la définition de l’information-cinéma n’est pas encore complète — « la partie qui suit […] aidera aussi à enrichir la <définition> que nous venons plus ou moins d’élaborer » —, mais il ne la conceptualise pas plus en fin d’ouvrage. C’est d’autant plus dommageable que la présentation des résultats issus du travail de terrain ne permet pas non plus d’établir précisément le lien entre information-cinéma et marchandisation de l’information (p. 75-108). Si la partie consacrée à l’« interprétation des résultats » (p. 108-118) apporte des éclaircissements contextuels essentiels à la thèse soutenue, son contenu ne reflète pas son titre : l’auteur exploite peu ses propres résultats pour répondre à ses hypothèses.

6En fait, la structure de l’ouvrage — en quatre chapitres intitulés « Problématique », « Cadre théorique », « Méthodologie » et « Résultats » — reflète la principale critique que l’on pourrait faire à ce livre : l’auteur expose des faits sans que le lecteur puisse suivre un réel développement analytique. On aurait aimé une démonstration plus qu’une description des étapes d’une recherche. In fine, cet ouvrage reste trop académique pour trouver un lectorat profane et aurait nécessité plus de rigueur scientifique pour satisfaire le chercheur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Le Nozach, « Mario ZUNINO (2013), Quand le JT de TF1 fait son cinéma ou La marchandisation croissante de l’information télévisée », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6152

Haut de page

Auteur

Delphine Le Nozach

Delphine Le Nozach est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, IUT Nancy-Charlemagne, et chercheuse au Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA 3476), Université de Lorraine. Courriel : delphine.le-nozach@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org