Navigation – Plan du site
Articles

Essai sur la communication politique au Maroc

Najib Mouhtadi
p. 11-40

Résumés

En société marocaine traditionnelle, il y avait des vecteurs de communication descendante émanant de l’autorité sultanienne ou ascendante, provenant du substrat tribal ou confrérique. C’est lorsque ces formes de communication étaient épuisées ou rompues, que l’on passait à d’autres moyens d’expression, parfois violents. De manière générale et malgré les nombreuses failles qui persistent encore dans l’édifice de modernisation de l’État marocain, on peut affirmer que le processus de démocratisation s’est relativement renforcé ces dernières années. L’intégration de plus larges franges de la société à la gestion des affaires publiques et le recrutement de nouvelles élites sont de nature à renforcer la cohésion interne du système et à réduire les attitudes d’incompréhension et de méfiances réciproques. La démocratie parviendra-t-elle à instaurer les règles d’une réelle communication politique tout en débarrassant le système des vestiges de son héritage traditionnel ?

Haut de page

Texte intégral

1Parties d’un constat : qu’il ne peut y avoir de communication politique, au sens moderne du terme, sans l’existence de deux éléments essentiels. Le premier est une instance sociale autonome et dynamique qui se perçoit par elle-même et par le truchement d’une opinion publique constituée de manière distincte vis-à-vis de l’État. Le second est relatif à une instance politique relativement articulée à la société par de multiples canaux, à la fois de dialogue et de coercition, tendant à faire respecter les compromis (ordre politique et économique, élections, lois, etc.). Dans ce schéma simplifié, l’appareil de gouvernance de l’État se trouve contraint d’interagir avec la société, non pas uniquement pour valider ses projets et programmes, mais également dans un souci de légitimation de ses décisions.

2Un fonctionnement optimal des institutions suppose ainsi la réunion de conditions nécessaires à l’émergence d’une vie politique contradictoire, impliquant un certain degré de stratification politique qu’on peut résumer en deux grands agrégats. Un régime de séparation des pouvoirs (représentation populaire et indépendance du juge) avec son corollaire de contrôle institutionnel (interpellation du gouvernement, commissions d’enquête) et une vigilance permanente de l’opinion publique et des médias face à l’action de l’exécutif.

3La vie démocratique en Occident a suffisamment mis en évidence cette forme de « complicité » pouvant se nouer entre l’action législative et la vigilance de la société et des médias. C’est pourquoi on est tenté de supposer une relation de cause à effet entre l’évolution politique dans un pays donné et la formalisation de son ordre de communication. La nature du régime politique, son histoire et son évolution marquent alors de leurs empreintes tout système de communication politique ou de communication publique.

4La communication publique peut être définie comme un programme d’accompagnement destiné à « expliquer » et à susciter l’adhésion populaire à des actions d’une autorité publique ou à « un ensemble d’actions coordonnées en vue d’atteindre un ou plusieurs objectifs » (Meny et Thoenig, 1989 : 12). Dans ce cadre, on peut recourir à l’analyse des politiques publiques pour définir la part du programme de communication que renferment de telles politiques, et par là évaluer l’ampleur de la communication elle-même.

5Par « communication publique », on entend différencier la communication menée par l’État et ses organismes annexes (administrations locales, établissements publics, etc.) de celle institutionnelle menée par les entreprises privées pour la promotion (Dubois, 1991 : 23-24). En revanche, la communication politique dépasse le cadre restreint du cercle de l’État. Elle s’étend à l’ensemble des acteurs politiques, ministres, élus locaux et chefs de partis politiques. Pour cerner les contours de la communication politique, parfois difficiles à déterminer, l’analyste recourt à l’interdisciplinarité et à la diversité des approches en ce domaine. Celles-ci tiennent à « la transversalité des problèmes posés », d’où l’emprunt à des disciplines aussi variées que la sémiotique, la sociologie, la linguistique ou l’anthropologie. Autant de « sites d’analyses » que la science politique « doit s’efforcer d’(les) intégrer à ses propres interrogations en faisant face aux différents paradigmes qui s’y affrontent » (Gerstlé, 1992 : 9).

6Politique et communication ont vite fait bon ménage, au point qu’on a affirmé que l’essor de la communication traduit le déclin de la politique. C’est ce qu’on « pourrait appeler l’impuissance grandissante du politique. Non pas que cette impuissance du politique soit liée aux médias, mais simplement que les médias donnent une certaine visibilité à cette impuissance. Et, puis les politiques auront de plus en plus tendance à se tourner vers la communication comme substitut à cette impuissance » (Missika, 1994 : 150).

7Dans les différents enjeux économiques, sociaux et culturels, où la politique se trouve impliquée, la communication est tout naturellement présente. La politique n’étant pas un phénomène définitivement « isolable » dans la société, « n’importe quelle question… peut devenir politique » (Missika, 1994 : 11). L’élection comme source de légitimité de l’homme politique n’est plus, elle-même, suffisante dans ce nouvel espace public.

8L’homme politique se doit de communiquer afin de donner une confirmation après coup, à la « légitimité » des urnes. Ceux qui maîtrisent les moyens audiovisuels et cultivent une certaine aptitude à communiquer « bénéficient d’une autorité sans égale : le pouvoir appartient aux plus apparents » (Cotteret, 1991 : 78). La communication publique semble avoir un bel avenir au Maroc dans la perspective de la régionalisation et des politiques de décentralisation, même si en tant que politique publique, la communication n’existe pas pour elle-même (Dubois, 1991). La communication politique, quant à elle, tient compte de l’opinion publique et des techniques érosives des sondages. Elle a un penchant naturel à se transformer en marketing politique (Maarek, 1992).

9Les Américains ont été les premiers à avoir expérimenté et mis en pratique les moyens modernes de la communication politique. Aux États-Unis, connus par l’antériorité de la pénétration des médias modernes, ce sont les élections et la volonté de remporter le suffrage qui poussent les hommes politiques à faire appel à la communication. Le premier exemple de marketing politique remonte à 1952, lorsque les Républicains, en vue d’appuyer l’élection du Général Eisenhower, avaient fait appel à un cabinet de relations publiques. L’agence BBDO (Batten, Barton, Durstin & Osborne) a ainsi été mise à contribution avec l’appoint de l’un des pionniers du marketing commercial audiovisuel, Thomas Rosser Reeves Jr., relevant de l’agence Ted Bates. C’était la première fois que les partis avaient réservé un budget à la communication politique (Maarek, 1992 : 11).

10On a considéré le marketing politique comme « l’action d’un homme, ou d’un parti qui par les moyens de modifier l’opinion ou le comportement des électeurs, peut obtenir le maximum de voix et être élu » (Cotteret, 1991 : 71-78).

11Toute communication politique implique un projet politique, et la démocratie demeure le catalyseur des stratégies de communication. Qu’en est-il au Maroc ? La société marocaine a-t-elle atteint un degré suffisant de stratification politique ? Peut-on affirmer qu’il y a une communication politique et quelles en sont les caractéristiques, les manifestations et les singularités ?

Quelle communication en société traditionnelle ?

  • 1 Il s’agit ici des historiens du XVIIIe et XIXe siècle les plus célèbres, Zayani A. El Hassan (Al Th (...)
  • 2 L’idée de ce transfert repose sur l’hypothèse qu’il existe une relation d’échanges entre une struct (...)

12L’une des insuffisances des historiens marocains des siècles passés réside en l’intérêt démesuré qu’ils accordaient à l’appareil d’État, au mépris de chroniques renseignant sur le fonctionnement de la société et de la population. L’historiographie officielle1 atteste néanmoins incidemment de l’existence d’un certain type de « communication » qu’on ne peut récuser du simple fait que sa forme était rudimentaire. Cette « communication », pour peu qu’on l’admette sur un plan méthodologique, on est en droit de poser qu’elle puisse avoir « transmis » certains de ses attributs à la société contemporaine2, un héritage culturel qu’il n’est pas toujours facile de déceler.

Les pesanteurs du passé

13Du fait de son isolement pendant des siècles, le Maroc était resté de façon générale à l’écart des grands progrès techniques ayant marqué l’évolution de la société occidentale consécutive à la révolution industrielle. Aussi, sur le plan culturel, la situation n’était-elle guère meilleure. Jacques Berque estime que l’orientation générale au XVIIe siècle était plutôt dans ces tendances confuses à « l’exaltation dévote, au culte des saints et à l’ésotérisme, que dans une spéculation nettement différenciée entre écoles. Sa sagesse est éclectique. Elle compose, sans les synthétiser, théologie rationnelle, croyance populaire et mysticisme » (Berque, 1958 : 122). Peut-on parler de politique d’information dans le Maroc traditionnel ? S’il est difficile de l’étayer avec force détails, on pourrait toutefois considérer celle-ci comme peu objectivée et différenciée, à l’image de la société elle-même. La société marocaine était divisée en deux grandes catégories ; la khassa (élite) et la ‘amma (gens du commun). En l’absence de réelles études sur la morphologie sociale du Maroc pré-capitaliste, on a pu voir dans le charifisme (noblesse fondée sur les liens présumés d’appartenance à la famille du prophète ahl al-bayt) des XVe et XVIe siècles, une forme de différenciation de la société et un vecteur de mobilité sociale (Hammoudi, 1974 : 147-180).

14En société marocaine traditionnelle, on peut citer principalement le prêche du vendredi et la pratique du crieur public comme vecteurs de communication descendante, émanant de l’autorité sultanienne. Aujourd’hui encore le prêche du vendredi est uniforme partout au Maroc et à l’occasion, il est consacré aux questions religieuses ou politiques. Le prêche est officié par des Imams désignés par le ministère des Affaires Religieuses, également responsable des fondations pieuses, wakfs ou habous (Tozy, 1990 : 75). D’un autre côté, et même si son impact est limité, on peut faire mention de quelques formes de communication ascendante, provenant de la société au sens large. Il s’agit essentiellement des lettres adressées au Sultan par des notables (a’yan), demandes d’audience ou dépôt de doléances (chikayat) auprès de bureaux (bniqa) situés dans l’enceinte du palais (méchouar). Elles reflètent les inquiétudes et réclamations émanant de familles, de tribus ou de confréries religieuses (zaouias).

15C’est lorsque ces formes de communication étaient épuisées ou rompues que l’on passait à d’autres moyens d’expression, parfois violents. Il pouvait s’agir d’une insoumission ou d’une rébellion contre le représentant local du pouvoir (caïd ou amel), ou, à l’inverse, d’une expédition militaire sultanienne contre une confédération tribale insoumise ; en somme le phénomène sociologique qu’on a résumé dans la formule générique et non moins polysémique de la siba (anarchie circonscrite). Les exemples d’expéditions punitives (harkas) sont nombreux et peuplent les écrits des historiographes marocains, particulièrement sous le sultan Moulay Ismaïl (dont le règne s’étend de 1672 à 1727).

  • 3 Également Magali Morsy (s. d.), en particulier le chapitre sur « l’arbitre religieux, l’expression (...)

16Il faut, toutefois, se garder d’en tirer une quelconque conclusion. Le makhzan, dénomination traditionnelle de l’État, est une forme de compromis politique que matérialise l’institution de l’allégeance (bey’a). La reconnaissance légale des sultans du Maroc a toujours été établie par les doctes religieux (ouléma) qui constatent la conformité de la succession au Trône et vérifient la capacité du prétendant à l’exercice du pouvoir, suivant les préceptes de la loi islamique (Lahbabi, 1958). Le Sultan accomplissait en outre de nombreuses fonctions sociales et assumait un rôle prééminent d’arbitrage (Ayache, 1979 : 5-21)3. Cependant, il se trouvait souvent otage des forces traditionalistes dont les Ouléma, réfractaires à toutes les innovations bureaucratiques (réforme de l’administration) ou technologiques (chemin de fer). Lorsque de légères réformes étaient intervenues à l’aube du XXe siècle (Laroui, 1978 : 255), il était déjà trop tard, le Maroc allait passer sous la coupe de puissances étrangères. Il faudrait toutefois retenir que ce processus de « traditionalisation des institutions se double de méthodes de gouvernement qui, renouant apparemment avec les pratiques de l’ancien Makhzan, sont basées sur le compromis et la médiation entre les groupes et les individus » (Camau, 1978 : 95).

17Or, ces éléments « porteurs » de traditionalité ne risquent-ils pas de constituer un facteur de retard à l’éclosion d’une réelle communication moderne, purifiée de ses « lourdeurs » du passé ?

18Cette question suscite une double hypothèse :

  • la pratique de la communication est intimement liée à l’exercice du pouvoir et, de ce fait, toute percée démocratique au Maroc doit renseigner sur les transformations touchant au domaine de la communication ;

  • le caractère de la « verticalité » a pendant longtemps dominé la pratique publique de communication au Maroc. Cet attribut doit alors marquer de manière résiduelle la structure interne de l’information officielle, c’est-à-dire toute donnée informationnelle émanant de l’État ou des organes dont il a la tutelle.

  • 4 C’est la période la plus critique du Maroc des temps modernes : faillite économique par manque de l (...)

19La presse et l’activité journalistique sont très récentes au Maroc, puisqu’elles remontent à la fin du siècle dernier, en particulier à Tanger (ville placée alors sous statut international) et Tétouan, alors sous occupation espagnole (Baida, 1996). Il y a eu d’abord une courte et éphémère période de liberté totale de la presse entre 1906 et 1912 (Drissi Alami, 1985 : 45). Cette liberté était le fruit d’une séquence mouvementée de l’histoire contemporaine du Maroc. Une situation dominée par l’absence de tout cadre juridique qui s’apparente plus à un vide juridique qu’à une attitude politiquement réfléchie4. Le protectorat s’est empressé dès 1914 d’introduire l’obligation de dépôt d’une caution destinée officiellement à couvrir les frais de toutes condamnations aux peines d’amendes ou de réparations indemnitaires (dahir du 27-11-1914). La raison inavouée était de dissuader les jeunes nationalistes qui nourrissaient le projet de créer une quelconque publication.

20Le mouvement national a néanmoins réussi à éditer quelques publications dont la plus ancienne et la plus populaire, Al alam, existe toujours. C’est dans les colonnes de ce journal que la plupart des militants et intellectuels nationalistes ont fait leurs premières armes. Habitué à la presse écrite, le mouvement national aura du mal à saisir l’enjeu de l’audiovisuel, du moins durant les premières années de l’indépendance.

21Néanmoins, affirmer d’emblée que la communication au Maroc est encore à son stade primaire relève d’un jugement évasif que l’on voudrait éviter avant de vérifier ses composantes et ses manifestations.

Le renouveau démocratique

  • 5 Abdallah Ibrahim, leader de l’UNFP devenu un parti marginal, a été il y a 40 ans, le premier chef d (...)

22Le Maroc a entamé depuis 1990 une phase nouvelle de réaménagement institutionnel et de redéfinition du politique. Le Maroc a accompli un sursaut sous l’effet conjugué de facteurs endogènes (coalition des forces de l’opposition démocratique) et exogènes (exacerbation de l’action associative en Europe, notamment Amnistie Internationale). Depuis 1992, on assiste à d’importantes décisions dans le domaine des droits de l’homme : élargissement des détenus politiques, destruction de la tristement célèbre prison de Tazmamert et retour des exilés. La moralisation de l’administration, dans le sens de lui faire admettre les normes d’une gestion transparente, reste la tâche la plus lourde à réaliser. Il semble que l’État soit néanmoins disposé à réviser certaines dispositions juridiques en vue de consolider l’État de droit et d’approfondir les libertés publiques, notamment dans le domaine de la presse. Un effort intense de dialogue tous azimuts et une capacité d’adaptation du système politique ont abouti en février 1998 à la mise en place du premier gouvernement d’opposition depuis l’expérience d’Abdallah Ibrahim en 19595.

  • 6 M. Youssoufi, 74 ans, est un avocat de formation et un défenseur des droits de l’homme. Ancien mili (...)

23Le gouvernement de coalition centre-gauche que préside actuellement M. Abderrhaman Youssoufi6 a été baptisé « gouvernement d’alternance », une appellation qui ne fait pas l’unanimité. Le discours politique marocain s’est enrichi ces dernières années de deux concepts qui ont fini par structurer le champ politique : « l’alternance » et le « consensus ». Ces deux termes ont forgé une formule sui generis « l’alternance consensuelle », largement utilisée par les politiques et les médias. Les deux concepts ont la particularité d’avoir pour origine le discours politique du roi. Depuis l’automne 1993, le Souverain a appelé de ses vœux l’avènement d’un gouvernement issu de l’opposition et a mis en avant pour le qualifier, le concept « d’alternance ».

  • 7 Un Gentlemen’s Agreement a été signé avec le patronat pour que les opérateurs économiques respecten (...)

24Dans le même ordre d’idées, le « consensus » traduit la volonté du pouvoir de traiter certains problèmes, y compris en dehors des institutions conventionnelles (Parlement, diverses commissions nationales), pour impliquer la majorité des parties concernées7. Ainsi il en a été de la création d’un cadre institutionnel appelé « dialogue social », qui réunit le patronat, les syndicats et les pouvoirs publics, en vue de garantir un climat serein pour le politique et l’entreprise. Le ministère de l’Intérieur a également réussi à obtenir, avant les élections générales de 1997, un pacte d’honneur aux termes duquel l’État et l’ensemble des partis politiques s’engagent à respecter les règles d’une consultation « honnête » et régulière, en promettant de s’abstenir de dénoncer les résultats du scrutin.

  • 8 Dans un récent entretien accordé à une publication marocaine, René Gallissot (1998) a exprimé son s (...)
  • 9 C’est le cas de l’extrême-gauche représentée par le PADS (Parti d’Avant-garde Démocratique et Socia (...)

25Pour un certain nombre de dossiers, le pouvoir recourt à une large concertation qui finit par l’adoption de résolutions à l’unanimité ou par acclamation. Le « consensus » dans le contexte marocain actuel s’apparente à une forme de concertation destinée à parvenir à des compromis. Derrière sa signification moderne, le « consensus » épouse la notion de « juste milieu » souvent citée dans les allocutions du roi et renvoie à un référentiel fortement traditionnel qui tient plus du sentiment religieux que de la raison politique. La décision par « consensus » (ijma’) rappelle la première expérience politique après la mort du Prophète Mohamed (Djaït, 1989). La gestion politique par consensus était en effet destinée à prémunir le pays contre le chaos (la fitna). La concertation (alchoura, autre notion proche) et le pacte d’allégeance (‘aqd al-bey’a, une cérémonie célébrée chaque année au Maroc pour renouveler le lien symbolique unissant la communauté à son khalife) sont à la base de la conception démocratique en Islam (Mansour, 1971 : 116). Très largement repris par la presse, ces deux termes ont été érodés et suscitent l’approbation des uns ou le rejet des autres8. La gauche radicale considère que l’alternance politique au pouvoir doit être le résultat d’une composition politique « distillée » par les urnes et non d’un consensus « historique » entre le roi et les forces de la gauche. L’OADP (Organisation pour l’Action Démocratique et Populaire), qui fait partie de la Koutla al-dimokratya, a manifesté une position analogue et a décliné, en guise de désapprobation, l’offre de participer au présent gouvernement9.

26Le bilan de la politique de communication depuis l’indépendance semble être un moyen de compréhension de l’évolution politique et d’évaluation de l’expérience démocratique. La communication n’est pas uniquement un instrument entre les mains du pouvoir, elle peut aussi servir de moyen d’analyse de ce même pouvoir. Nous allons ainsi passer en revue l’évolution de la « politique » d’information du Maroc indépendant, en gardant à l’esprit son enjeu dans les transformations politiques et sociales.

Une entente impossible

  • 10 Avec le recul, on ne peut s’empêcher de jeter l’opprobre sur une caste de militaires ambitieux mené (...)

27Il existe au moins deux grands moments dans l’histoire marocaine contemporaine qui ont façonné de manière significative la formalisation de sa politique d’information. La première période s’étend de 1956 à 1974, la seconde de 1975 à nos jours. De l’indépendance du pays à 1974, le Maroc a vécu des moments difficiles en raison des crises ayant ponctué l’évolution politique dans son ensemble. Les intrigues et épisodes de méfiance réciproque ont commencé dès 1959. Plusieurs fois accusés de fomenter des complots, les nationalistes et anciens résistants et membres de l’armée de libération ont été la cible d’une série d’arrestations et de procès retentissants10.

  • 11 Prenant tout le monde de court, le roi a d’abord publié la loi fondamentale en 1961, puis un an apr (...)
  • 12 Une disposition reprise in extenso par toutes les constitutions révisées (Sehimi, 1982 : 231ss).

28D’un côté et dans le souci d’annihiler les velléités d’instauration du parti unique très fortes dans les années 1960, le jeune roi prônait le libéralisme, la pluralité politique et syndicale et l’ouverture sur l’ensemble des forces sociales (ouléma, notables, différentes sensibilités politiques, etc.). Une assemblée constituante (conseil constitutionnel) a été instituée en novembre 1960 pour élaborer une constitution pour le pays. Elle comprenait 78 membres, experts et représentants de partis politiques et des syndicats. L’institution, victime de ses propres lacunes et handicapée par l’éclectisme de ses membres, a été condamnée à l’inaction et à l’attentisme11. L’interdiction du Parti unique a été soulignée de manière expresse dans l’article 3 de la première constitution de 1962 : « Les Partis politiques contribuent à l’organisation et à la représentation des citoyens. Il ne peut y avoir de Parti unique » (Sehimi, 1982 : 231)12.

  • 13 Il s’agit des événements tragiques qui ont accompagné le recouvrement de l’indépendance. Des partis (...)

29De l’autre côté, les forces nationalistes affichaient leur prétention « légitime » à gouverner sans partage et à vouloir jouer un rôle exclusif et dynamique dans le développement du pays comme c’est le cas des Partis nationalistes en Égypte, en Syrie ou en Tunisie. Dès le début, l’image de l’Istiqlal a été précocement ternie par les événements de 195613, et le pouvoir, cherchant à élargir ses marges de manœuvre, a tendu la main aux notabilités locales, abstraction faite de leur passé. Au cours de cette période, le pouvoir informait de ses résolutions, sans chercher une quelconque adhésion à ses décisions. L’objectif pour les organismes publics n’est pas d’éclairer la population sur ses propres décisions, mais d’informer comme obligation juridique de publicité, la loi prévoyant la formalité obligatoire de publication au Bulletin Officiel.

L’amorce d’une ouverture

30En revanche, depuis l’élan mobilisateur suscité par la « marche verte » organisée pour la récupération du Sahara Occidental en 1975, le Maroc a inauguré un long processus de démocratisation, un effort laborieux de modernisation des institutions économiques et politiques qui se prolonge jusqu’à nos jours. Cette période était caractérisée par le fait que l’État élargissait le cercle de la concertation et par la multiplication des partenaires politiques. Le ministre de la Communication, M. Larbi Messari, peut écrire à ce sujet que « l’approche consensuelle s’est installée dans le jeu politique marocain au point qu’elle est devenue l’une de ses caractéristiques saillantes » (1998).

  • 14 Des deux souverainetés stipulées dans la constitution, la souveraineté monarchique est sacralisée, (...)
  • 15 La question de la sacralisation du pouvoir semble ne pas être spécifique au contexte culturel maroc (...)

31Ainsi, l’implication de la population au processus décisionnel semble d’autant plus facultative que la légitimité sensée préoccuper toute équipe gouvernementale est concentrée en la personne du Roi14. Par conséquent, toute « information » sortie de l’espace étatique est forcément revêtue de la sacralité du pouvoir15. Dès le début, il y a eu comme un partage implicite des sphères de la communication : l’institution monarchique (l’État de manière générale) s’est emparée de la radio nationale, tandis que les Partis nationalistes (Istiqlal et UNFP) ont investi l’espace important de la presse écrite, qui connaissait à l’époque son âge d’or. Ces deux acteurs principaux de la scène politique nationale s’attelleront, chacun en ce qui le concerne, à formuler et à défendre son propre projet politique. Dorénavant, la participation de l’opposition au pouvoir est conditionnée par la concrétisation de l’idéal démocratique.

La communication politique est liée à un projet politique

32Sans l’existence d’un projet de société, traduit en plan d’action politique, il n’est nul besoin de recourir à une quelconque communication. Dans une société caractérisée par une faible différenciation des institutions, par une insuffisance de sollicitations à « travestir » le vécu et à transcender les contradictions sociales, la communication politique est condamnée à demeurer rudimentaire, balbutiante, au profit d’une propagande hautement structurée et planifiée.

  • 16 Abdellah Laroui parle d’un choix global à faire : opter pour « la raison ou la non-raison, l’État o (...)

33Dans le contexte spécifique du Maroc actuel, la communication est à l’image du politique ; elle est en gestation, inscrite sur un registre constamment ballotté entre un processus qui tarde à s’affirmer et un jeu politique aux contours ambigus16.

34À partir de là, on se propose d’entrevoir la réalité de la communication politique à travers une distinction fonctionnelle entre deux grandes instances. Il s’agit de l’État et de la Société, qui entretiennent globalement des relations de compromis, même si apparaissent parfois des signes conflictuels. Dans ce débat sur consensualisme et conflictualité, se profilent des problèmes de définition et de clarification de concepts. L’État est, ici, perçu dans sa définition conventionnelle (lieu d’exacerbation des contradictions sociales et un moyen de domination d’une classe sur les autres), mais le concept de société requiert des aménagements dans le contexte particulier du Maroc d’aujourd’hui.

  • 17 L’analyse gramscienne a trouvé un accueil favorable au sein de la gauche de la fin de la décennie 6 (...)

35La société dont il sera question est sujette à caution, car le concept est volontairement bâti sur le syncrétisme entre société civile, et une partie de la société politique située en dehors des rouages du pouvoir et insoumise à sa domination. Le concept de société civile, avant d’être affiné par Antonio Gramsci, a connu de multiples significations depuis Hegel, et avant ce dernier, quand il était opposé à « société naturelle » ou « société primitive » et non à l’État ou son pouvoir politique. Dans ses Carnets de prison (Quaderni del carcere), Gramsci a apporté une contribution singulière à l’analyse marxiste, en entreprenant la mise à jour de notions comme la société civile, l’hégémonie (empruntée au mouvement socialiste russe/Plekhanov et Axelrod) ou le rôle de l’intellectuel organique17.

  • 18 Le bloc démocratique (al-koutla al-dimokratya), dit koutla, est une instance politique formelle et (...)

36À l’origine, la notion de société civile diffère donc foncièrement de la signification qu’elle a aujourd’hui. Le particularisme de certains intellectuels et politiques marocains est de faire front commun ou de vouloir rallier la société à leurs propres desseins politiques, ce qui leur confère parfois une dimension démagogique. C’est pourquoi une grande fraction de la société politique issue du « bloc démocratique18 » est disséminée dans différentes associations à caractère politique et social. L’avantage de cette approche, en dépit de sa méthodologie impure, est de prendre en compte une donnée sociale évidente que la théorie semble souvent ignorer par manque de recul ou par implication subjective des acteurs.

37Tout le monde parle du concept de société civile au point de vider la notion de toute signification historique. Chacun, pour ce qui le concerne, (ministres, députés, universitaires ou artisans) évoque à l’appui de ses arguments le « rôle » de la société civile dans le développement social et politique, sans qu’il y ait le moindre souci de définir sa consistance sociale et anthropologique ou sa dimension tactique dans le jeu d’équilibre des pouvoirs. Selon Anderson, il y a trois versions différentes et simultanées des rapports établis par Gramsci entre les concepts essentiels (hégémonie, État/société civile, coercition/consentement) qu’il utilise dans ses Carnets de prison. Dans la première, il « oppose l’hégémonie à la société civile ou à l’État, alors que dans la seconde l’État lui-même devient un appareil de l’hégémonie. Dans une troisième version, la distinction entre société civile et société politique disparaît totalement : le consentement tout comme la coercition deviennent des extensions de l’État » (Anderson, 1978 : 39-40).

  • 19 La création de l’Organisation Marocaine des Droits de l’Homme (OMDH) a été un tournant car elle n’a (...)
  • 20 Assailli par un courrier ininterrompu de contestations et de dénonciation de la situation des droit (...)

38Dans le discours politique engagé, l’usage du concept de société civile à une large échelle et en dehors des cercles d’intellectuels est relativement récent dans le lexique politique marocain. Il remonte à la fin de la décennie 1980, lorsque le mouvement associatif a commencé à prendre une certaine ampleur, notamment dans le domaine des droits humains19. Cette prise en compte du dossier des droits de l’homme n’est pas uniquement motivée par des facteurs endogènes. L’activisme d’associations étrangères, en particulier Amnistie Internationale, a stimulé le terreau du militantisme des droits de l’homme au Maroc, et contribué à lui donner une légitimation20.

39Pour notre part, nous posons comme hypothèse qu’il existe au Maroc depuis le milieu des années 1970, un courant réformateur de tendance social-démocrate, qui a abandonné le schéma classique de la mobilisation du prolétariat comme force sociale hégémonique. Face à un État structuré et puissant, il a cherché à rallier à ses thèses une large partie de la « bourgeoisie » d’affaires, supposée porteuse de changement et de bien-être pour la classe ouvrière. La notion de société civile, d’apparition récente dans le discours politique conventionnel, semble sceller leur union objective et s’apparente à un pacte implicite contre l’envahissement de la puissance étatique et pour la limitation de ses pouvoirs exorbitants, notamment ses empiétements sur l’instance économique.

La communication au niveau de l’État

40Il s’agit d’examiner la politique de communication des grands ensembles symbolisant l’exercice du pouvoir politique, à savoir : le Gouvernement, le Parlement et les autres organes d’État comme les établissements publics. L’aspect dominant de cette communication peut être décrit de manière substantielle, par la centralité et la verticalité.

41Centralité tout d’abord. La communication est perçue comme un instrument pervers dont le maniement nécessite doigté et circonspection. Analyse certainement juste, mais les organes de l’État en font trop de souci pour s’adonner à une communication normale. D’ailleurs, même lorsque ce sont les journalistes qui vont à la recherche de cette information, l’administration publique exerce souvent un « droit de rétention » qu’aucun texte juridique ne justifie. La moindre information sur le déplacement de criquets pélerins ou l’apparition sporadique d’une épidémie (choléra) est considérée comme secret d’État. Ainsi, la plupart des informations refluaient et refluent toujours, sécurité oblige, sur le ministère de l’Intérieur. Héritier des vieilles structures makhzan, ce département, par la tutelle qu’il exerce sur nombre de secteurs (social, urbanisme, hygiène, santé et sécurité, etc.), quadrille l’espace territorial et se trouve, par la force des choses, étroitement impliqué dans la gestion des affaires locales.

  • 21 Par notabilité d’opinion, on veut marquer la différence qu’il y a avec la notion de leaders d’opini (...)
  • 22 La notion de two-step flow communication avait remis en cause la théorie ayant longtemps cru à l’in (...)

42Verticalité, en ce sens que la communication est conçue au sommet de l’État. Celui-ci y voit principalement un moyen d’étendre sa domination, de consolider son omniprésence. À l’image de la gestion administrative et politique, la verticalité développe des foyers longitudinaux (phénomène du clientélisme) en matière socio-économique, et des liens réseaux dans un sens descendant à travers des « notabilités » d’opinion21. Les « opinions » que celles-ci défendent ne sont pas forcément inscrites dans une démarche destinée à éclairer l’opinion publique et à guider ses choix. Ces notables ont l’avantage de parler la langue du peuple, et se fondent volontiers dans un tissu social savamment élaboré et intégré aux mailles des réseaux multiples du pouvoir. Le plus pernicieux, c’est lorsque les médias s’en mêlent et leur confèrent la crédibilité qui leur faisait défaut. Le champ politique marocain est fragmentaire par nature, ce qui consolide l’éclatement des opinions sur des paramètres parfois diamétralement opposés. Une notabilité d’opinion répercute la donnée informationnelle en lui imprimant la déclinaison justifiée par un souci d’adaptation ou de conformité aux intérêts en présence. Le fameux two-step flow communication prend ici une coloration locale spécifique22.

43Deux remarques sont à mettre en évidence :

    • 23 Pour près de dix ans, l’information était rattachée au ministère de l’Intérieur. Paradoxalement, la (...)

    l’information au Maroc était souvent triée de manière arbitraire et subjective23. L’opinion publique est ainsi considérée comme immature et mineure, donc incapable de « supporter » la vérité d’un événement ou l’ampleur d’une information, soit-elle un fait divers (inondations, catastrophes naturelles, etc.). D’où le recours à la dissimulation et la propagation de données maquillées, dans un souci de sécurisation de la population.

    • 24 Les médias publics (RTM) sont toujours entre les mains de fonctionnaires du ministère de l’Intérieu (...)

    naissance d’une oligarchie qui s’érige en censeur de la mémoire collective, et impose sa propre façon de voir le monde et de concevoir le futur. Le danger à terme : c’est l’accumulation de ce pouvoir entre les mains d’une minorité qui soit tentée par le jeu pernicieux de la manipulation24. La société a alors un rôle primordial, celui de gardien des valeurs et de garde-fou contre les dérapages, y compris en matière d’excès de pouvoir ou de bévues administratives.

La communication au niveau de la société

44Il convient de préciser de prime abord que le terme société est retenu dans le sens de « société civile », telle que définie plus haut et qui intègre une partie de la société politique, celle qui n’est pas organiquement rattachée à la sphère du pouvoir. Dans cette acception entrent en ligne de compte, outre les personnalités « indépendantes », des membres de partis politiques surtout d’opposition se qualifiant de démocrates et progressistes. Militants de formations politiques, ils sont jaloux de leur « autonomie intellectuelle », et déclarent eux-mêmes « militer » pour l’avènement d’une « société civile développée ». Ils rejettent l’esprit du « centralisme démocratique » ou de la « voix unique » au sein de leurs formations respectives, et défendent un espace de liberté qui leur permet d’exprimer des positions peu conformistes, notamment dans le cadre d’associations et organisations non gouvernementales (ONG, syndicats, etc.).

  • 25 La plupart des intellectuels marocains interviennent lors d’entretiens ou de débats publics, en fra (...)

45Cette « élite » se considère ainsi le fer de lance d’une société en mutation, qui ambitionne l’instauration de la démocratie, la modernité, la généralisation du civisme et de l’esprit citoyen. D’une part, on observe une tendance traditionnelle de l’État à gérer la chose politique par le recours à une information distillée et aseptisée. D’autre part, cette partie consciente et instruite de la société s’investit d’une mission qui consiste à « réanimer » l’opinion publique25 face à la puissance d’institutions publiques ou d’instances économiques et financières inféodées à la sphère étatique.

46Si l’État produit un discours « anesthésiant » que propagent régulièrement ses appareils idéologiques, les partis de l’opposition se sont habitués, pour leur part, à développer un contre-discours qui déstabilise les fondements sécurisants de la communication publique et provoque des craquements dans son édifice. Sa stratégie est basée sur le « catastrophisme » comme moyen d’équilibre pour ramener l’information à des proportions normales. C’est là que la société civile, comme espace tampon entre les protagonistes, pourrait jouer un rôle primordial en matière d’éclosion d’une opinion publique réellement consciente et distante par rapport aux acteurs du jeu politique.

  • 26 C’est surtout la chaîne de télévision privée 2M qui a joué un rôle moteur dans l’instauration d’un (...)

47Cette démarche est demeurée toute relative (impact limité de la presse écrite), tant que la société n’avait pas accès aux moyens de communication de masse (radio et télévision). Aujourd’hui, son discours touche de plus grandes franges de la société, notamment à travers le « spectacle politique » qui reste somme toute parcimonieux et généralement limité26. De telles contradictions entre une structure étatique tutélaire et une société cherchant à s’émanciper se dissolvent naturellement dans une société démocratique.

La communication politique, fille légitime de la démocratie

48Si la dynamisation politique d’une société est une condition indispensable à la naissance et au développement de la communication, la démocratie, elle, est un enjeu stratégique de mobilité et d’agglutination des forces sociales. Elle est une condition essentielle de la mise en place d’une cohésion durable pour la réalisation de tout projet de société cohérent et intégré. Il existe, pourrions-nous dire, deux formes de communication qui répondent à des schémas d’exercice du pouvoir, une communication par information et une communication par anticipation.

Communiquer pour informer

49C’est une forme de communication qui tend à informer, ou du moins à rendre compte de la politique généralement suivie par l’État. Son objectif est de porter à la connaissance du public non pas les motivations de la décision comme projet à débattre, mais la décision elle-même, telle que prise en dehors de toute intervention étrangère aux rouages internes (exclusifs) de ses propres mécanismes décisionnels.

50Dans ce type de communication, l’opinion publique est considérée comme un espace neutre et une caisse d’enregistrement sensée entériner la décision prise sans autre formalisme. Réduite à son expression incongrue, l’opinion publique est simplement sollicitée de prendre note de la politique générale, à laquelle elle devrait se plier et se soumettre.

51Or, la communication dans sa forme moderne et démocratique suppose l’implication de la population, son adhésion à la « philosophie » qui sous-tend la politique suivie. C’est pourquoi, avions-nous dit, la communication est par essence le fruit de la démocratie. Au lieu d’une information « dictée », il y a une autre forme de communication active (ou interactive) qui cherche à sensibiliser l’opinion publique, à « impliquer » les citoyens en les intégrant au processus de décision.

Communiquer pour anticiper

52Contrairement au cas précédent, la communication participationniste anticipe sur l’événement car elle a pour souci de faire gagner à ses projets l’adhésion préalable de l’opinion publique. Au lieu de « décréter », elle cherche d’abord à anticiper sur le processus d’adhésion. Faire participer la population à la formulation puis à l’adoption d’une décision constitue ainsi un gage de légitimité pour la validation de la politique suivie, au risque d’aboutir à une « surinformation » pouvant impliquer une banalisation de l’information même. Mais, la recherche de la légitimité est elle-même rattachée à la problématique de la démocratie, ce qui fait de la communication par « anticipation » le reflet d’un pouvoir en perfectionnement constant, un pouvoir évolutif, donc soucieux d’un idéal démocratique.

Portée de la communication

53Les hésitations de la démocratie ont eu des répercussions directes sur le champ communicationnel. L’ouverture démocratique s’accompagne par la dynamisation de l’espace communication, et la période de reflux politique entraîne inéluctablement un amenuisement de la part des libertés publiques dont la liberté d’expression et un certain droit à l’information.

54Deux observations s’imposent. La communication politique a connu deux grands moments dans l’histoire contemporaine du Maroc.

55La monopolisation publique du champ d’information comme moyen de pouvoir a pris une forme de lutte contre les velléités de la société politique à construire un discours critique basé sur la revendication du partage et de la participation au processus décisionnel. Cette démarche, ayant marqué la décennie 1965-1975, a enfanté une stratégie d’assaut du pouvoir contre les moyens de communication de masse (radio, T.V., agence, etc.).

  • 27 Société maroco-française d’exploitation d’une radio de droit privé, basée à Tanger et mise en servi (...)
  • 28 Première chaîne de télévision privée cryptée au Maroc. Fondée en 1989, elle a fonctionné sur des ba (...)

56La gestation d’une politique de communication au cours de la décennie 1980 a eu pour effet la reconnaissance officielle de son rôle primordial dans toute stratégie de développement. Médi-127 et 2M28 ont constitué des indices significatifs sur cette voie. Le retour à une vie politique plus libérale à partir de 1990 a déteint positivement dans le domaine de la communication. L’État commence à prendre en compte les revendications de la société dans son ensemble, marquant un tournant sur la voie de la consolidation démocratique. Cette assertion se confirme notamment par :

  • La tenue d’un symposium national sur l’information et la communication (Infocom) en 1993, et le changement de la dénomination du ministère de l’Information, devenue « communication », témoignent d’une tendance nouvelle qui préfigure d’une « réinitialisation » possible du champ de l’information au Maroc ;

    • 29 Pour résorber un déficit financier de l’ordre de 450 millions de DH, annoncé par son président Foua (...)
    • 30 Il était fréquent que les médias officiels ignorent totalement un événement majeur qui intéresse au (...)

    L’élargissement, timide mais croissant, de l’espace réservé à la communication (même si la publicisation de 2M29 peut être considérée comme un recul, mais un recul de nature provisoire), conforte la tendance lourde à l’ouverture. De ce fait, la société se considère plus que jamais interpellée par le devenir de l’information. Le problème en de pareils moments est surtout de baliser cette trajectoire de façon à éviter les déviances30, et notamment une régression brutale, tel un retour à l’ère de la propagande étatique (1965-1974).

Perspectives de la communication politique

57Nous avons posé comme paradigme, au début, les conditions qui nous semblent indispensables à l’éclosion d’une communication politique. Aussi est-il normal d’examiner à présent si la vie politique et sociale au cours des deux dernières décennies a connu des transformations de nature à favoriser l’avènement d’une nouvelle ère en ce domaine. Dans cette approche, nous retiendrons les tendances lourdes ayant marqué ces développements, à la lumière des changements intervenus sur les plans politique et institutionnel.

58Il s’agit, notamment, de l’élargissement du champ des libertés et de la participation des citoyens à la politique. Ces deux paramètres permettent d’évaluer l’évolution en matière de communication politique. Voyons tout d’abord les réformes d’ordre politique et leur impact sur le fonctionnement de la société. Depuis la fin de la décennie 1980, le Maroc a entamé un processus de consolidation de l’État de droit et des droits humains de façon générale. Avec les grandes transformations à l’échelle planétaire (effondrement du bloc de l’Est, mondialisation des échanges, fin du soutien aux dictatures), le système politique marocain a fait preuve d’une capacité d’adaptation remarquable.

  • 31 Placé sous la présidence du 1er Président de la Cour Suprême (la plus haute instance judiciaire du (...)

59Sur le plan institutionnel, le roi a constitué auprès de lui dès 1990, le Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH)31, une instance autonome servant à la fois de commission d’enquête, de cadre de réflexion et de comité de vigilance en matière de respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Par sa composition éclectique, le roi poursuivait un objectif double. Être informé de la réalité des droits de l’homme dans le pays avec un maximum d’objectivité et d’impartialité, et recevoir des propositions concrètes quant aux solutions à apporter au règlement des dossiers en suspens.

  • 32 Après la création de l’OMDH en 1989, une ONG initialement indépendante de tout courant politique, l (...)

60Durant cette période, les pouvoirs publics ont également autorisé la création d’associations jusqu’ici non avenues32.

  • 33 Lors de l’ouverture de la quatrième législature, le Souverain avait exprimé ses préférences pour de (...)
  • 34 Au lendemain des élections générales consécutives à la révision constitutionnelle de 1992, le chef (...)
  • 35 L’OADP a même vu ses rangs divisés sur la question au point que la crise larvée qu’il vit depuis 19 (...)

61En 1993, le roi a renoué le dialogue avec les représentants du mouvement national, coalisés au sein du bloc démocratique (al-koutla), pour explorer les possibilités de leur avènement au pouvoir33. Même aux moments les plus difficiles34, les discussions n’ont jamais été rompues et ont permis, de ce fait, de déblayer le terrain pour une nouvelle expérience entamée en 1995 avec de nouvelles propositions de la koutla. Les quatre partis de la koutla démocratique avaient, en effet, envoyé un mémorandum au Souverain dans lequel ils demandaient de nouvelles réformes allant dans le sens de la consolidation des libertés, le renforcement des attributions du Premier ministre et de la rationalisation de l’action parlementaire avec l’éventualité de création d’une seconde chambre. La constitution de 1996 a pris en compte certaines des propositions mises en avant et en a ignoré d’autres, mais elle a globalement suscité une large adhésion populaire. Seuls l’extrême-gauche et l’OADP ont dit non à cette révision constitutionnelle35.

62Au centre du système d’organisation sociale et principal instigateur du champ politique national, le roi est parti au-devant des revendications d’associations féminines militant pour la révision de la moudouana (code du statut personnel). En sa qualité de chef spirituel (article 19 de la constitution), il s’est saisi d’un dossier relevant éminemment de l’autorité religieuse, puisque le Statut Personnel, au Maroc comme ailleurs dans le monde musulman, est régi par la loi islamique (chari’a). Les aménagements apportés au texte de la moudouana, bien que modestes, ont constitué une évolution heureuse concernant certains aspects de la condition féminine. Ils ont eu, surtout, l’avantage de prouver que l’on est capable aujourd’hui de modifier ou d’adapter certaines dispositions juridiques régies par la loi islamique, en dépit de l’hostilité de milieux fondamentalistes. Le rôle du Souverain est capital parce qu’il est la seule autorité légitime qui soit habilitée, avec le concours des oulémas, à valider de telles innovations.

  • 36 Rémy Leveau (1998) tempère ce jugement. « Aussi bien pour les partis liés à la couronne que dans ce (...)

63Par l’avènement d’un gouvernement centre-gauche, il semble que le Maroc ait rompu le cercle de la succession monotone de cabinets insipides dans lesquels les membres du gouvernement, dont le Premier ministre, étaient beaucoup plus des collaborateurs que de véritables décideurs. De manière générale et malgré les nombreuses failles qui persistent encore dans l’édifice de modernisation de l’État marocain, on peut affirmer que le processus de démocratisation s’est relativement renforcé. L’intégration de plus larges franges de la société à la gestion des affaires publiques sur le plan local et le recrutement de nouvelles élites36 sont de nature à renforcer la cohésion interne du système et à réduire sensiblement les attitudes d’incompréhension et de méfiance réciproques.

  • 37 Des émissions talk-show ont vu le jour sur 2M. Les ministres, qui acceptaient rarement de se confie (...)

64Sur le plan de la communication à proprement parler, il y a lieu de remarquer une explosion des titres au cours des dix dernières années. La censure ayant prévalu autrefois n’existe plus et hormis de rares cas comme celui de l’hebdomadaire satirique Al ousboue al-sahafi qui a été frappé d’une décision d’interdiction en 1996, la liberté de la presse est respectée. Le Maroc a organisé en 1993 son premier forum national dans le domaine de la communication, « Infocom », une manifestation placée sous le patronage du roi. L’audiovisuel a connu un sursaut salutaire37 avec la multiplication d’émissions à caractère politique ainsi que la transmission en direct des séances des questions orales des députés et conseillers au Parlement. Les parlementaires savent d’ailleurs profiter de cet espace pour déployer leurs joutes oratoires, une occasion privilégiée de communiquer avec leurs électeurs.

  • 38 Libération, 2364, « Casablanca », daté du 13 octobre 1998, p. 1.

65La nouvelle équipe au pouvoir n’a pas encore modifié de manière significative les bases de la communication politique. Des réticences subsistent en raison de la mainmise sur les médias publics et de l’incapacité statutaire des journalistes à imposer une charte professionnelle. Les journalistes de la radio et télévision (RTM), à titre d’exemple, ainsi que ceux de l’agence nationale (MAP), ont un statut proche du fonctionnariat (donc peu motivant) et travaillent dans une structure bureaucratique et fortement hiérarchisée. Faute de pouvoir changer la réalité, le ministère de la Communication travaille sur un certain nombre de dossiers dont l’essentiel est contenu dans les 118 recommandations de l’Infocom, dont la création d’un conseil supérieur de l’information et de la communication. Parmi les mesures envisagées, la privatisation de 2M, la révision du statut de Médi 1, la restructuration du journal gouvernemental Al Anbaa, la conversion de la RTM en établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière et l’élaboration d’un nouveau statut pour l’agence MAP38.

66Cela se traduirait par une ouverture prononcée vers l’institutionnalisation d’un système de communication et d’échanges purifiés des vestiges du passé. Les facteurs technologiques militent en faveur de ce système ouvert et évolutif (la mondialisation de la communication a précédé la mondialisation des échanges et la tendance n’est pas pour l’inverse).

67S’agissant des perspectives de la communication politique au Maroc, deux orientations opposées peuvent être envisagées.

68En premier lieu, de fortes présomptions reposent sur l’actuelle équipe au gouvernement pour imprimer une nouvelle façon de gouverner, capable de rétablir la confiance aux citoyens. On suppose alors dans la foulée d’une démocratisation rapide, que l’État lâche la bride et renonce par exemple au monopole de fait sur l’audiovisuel (télévision et radio privées). Il œuvrera alors à la création d’un climat propice à l’émulation et au nivellement par le haut.

69Cela passera peut-être par une période délicate de relâchement et de dérégulation du système communicationnel dans son ensemble. Un stade normal qui devrait être suivi d’une décantation progressive, dans laquelle l’État revient à la charge pour une mission de contrôle et de respect des règles en vigueur. Le pays vit cette situation de fait depuis quelques années déjà, avec un phénomène nouveau : la multitude de tabloïds qui forment la presse populaire au Maroc. Certains y ont vu la résultante d’une libéralisation sauvage, tandis que d’autres y perçoivent une volonté malsaine de parasiter le domaine de la presse « engagée » (organes des partis politiques), de déstabiliser la presse d’opinion et de créer une diversion chez le lectorat par les titres à sensation et le contenu de faits divers (crimes, scandales, etc.).

70Il existe également le sentiment que dans un tel environnement de liberté, la société élargira son assise « civile », c’est-à-dire qu’elle densifiera encore plus le tissu associatif, rompra avec l’attentisme et prendra en charge son propre devenir. Il appartiendra ainsi à la société de s’attaquer aux maux qui minent le champ politique et social (corruption, malversations, incivisme, etc.). Elle réduira la part des forces politiques partisanes ayant joué un rôle « historique » dans sa propre genèse. Elle sera alors appelée à prendre la relève effective par la mise en place de dispositifs institutionnels et normatifs, indispensables au fonctionnement sain d’un tel système. Elle jouera un rôle plus entreprenant, notamment en matière de dynamisation de la vie politique. Ce rôle consistera en l’interpellation des acteurs, la remise en cause des procédés éculés et néanmoins résiduels dans la gestion des rapports gouvernants-gouvernés, et le respect de l’observance des règles éthiques et déontologiques, en particulier dans le domaine de la presse.

71Au cours du mois d’octobre 1998, le CCDH a tenu une conférence de presse dans laquelle il a révélé les grandes lignes du rapport remis au Souverain au terme de longues années d’investigations. Le Conseil a rendu publics les résultats de ses recherches, mettant un terme au flou qui entourait les années de plomb (1960-1980). La liste comporte l’identité des personnes disparues, les détenus politiques élargis et ceux supposés vivre à l’étranger. Il a aussi proposé une indemnisation prompte et équitable des victimes ou de leurs ayants droit.

  • 39 Pendant longtemps, le Maroc a nié l’existence de prisonniers politiques dans le pays et a constamme (...)

72Pour sa part, le Prince Héritier Sidi Mohammed a présidé une campagne nationale de « lutte contre la pauvreté », qui a enregistré un succès relatif et une adhésion populaire spontanée. Les deux événements ont pour dénominateur commun l’avancée démocratique et la prise en compte du volet des droits de l’homme civiques et économiques (soutien aux démunis)39.

  • 40 Une manifestation de « diplômés chômeurs » a été dispersée de manière musclée par la police, fin oc (...)

73En second lieu, du fait des réticences traditionnelles, l’État continuera sa politique de rétention et d’ouverture dosée dans le domaine de la communication, en dépit de l’avènement du gouvernement d’alternance40. Il est en effet tout à fait possible que l’actuel gouvernement persiste sur la voie de ses prédécesseurs, étant entendu que la communication ne se décrète pas. C’est un long processus de mûrissement qui implique « une mise à niveau » de tous les partenaires sociaux et politiques.

74Il existe même le risque pour la nouvelle équipe au pouvoir d’échouer à court terme dans sa mission, faute de disposer de l’ensemble des appareils de l’État. Quatre départements considérés comme des ministères de « souveraineté » et donc relevant du domaine réservé du roi, n’ont pas été cédés au gouvernement de Youssoufi. Il s’agit de l’Intérieur, des Affaires islamiques, de la Justice et des Affaires étrangères. Les organes de la presse officielle relevant théoriquement du ministère de la Communication demeurent également entre les mains de fonctionnaires de l’Intérieur ou de personnalités proches du pouvoir.

75N’étant pas sûr de sa viabilité gouvernementale, le nouveau cabinet risque alors de céder à la facilité en privilégiant la propagande politique, un comportement qu’il aurait hérité de la structure étatique toujours en place, et dont il ne pourra se départir sans peine. Dans ce cas, la société est tentée par la recherche de nouveaux canaux de communication, en vue de contourner les voies « squattées » par les appareils de communication publique. L’explosion des paraboles sur les toits des grandes villes, et jusque dans les confins reculés, souligne la soif des Marocains de s’informer et de s’ouvrir sur d’autres cultures.

  • 41 Dans le contexte culturel marocain de tradition orale, la rumeur a toujours concurrencé l’informati (...)

76Cette attitude dessert l’État et ses moyens audiovisuels, et fait que les citoyens doutent constamment de la bonne foi de l’information officielle. Souvent ils remettent en cause les fondements d’une information pourtant bien établie, et privilégient les éléments épars et diffus de la rumeur41. Cette situation creuse un gouffre entre gouvernants et gouvernés et se trouve à la base du climat de « méfiance » que peuvent cultiver les citoyens vis-à-vis de toute information émanant de l’État. Deux exemples significatifs nous permettent de mettre en relief cette assertion.

77Durant l’été 1994, un avion de la compagnie Royal Air Maroc, de type ATR, s’est écrasé dix minutes après son décollage de l’aéroport d’Agadir (centre sud). L’État réagit relativement vite pour informer sur le drame et dès le lendemain, des images ont été diffusées par les chaînes de télévision nationales. Les responsables de l’aviation civile font quelques déclarations, mais demeurent circonspects et attendent que soient décodées les données de la boîte noire. Toutefois, la rumeur a couru que l’avion en question connaissait quelques défaillances techniques. Une idée, semble-t-il, corroborée par des milieux proches du personnel navigant. Lorsque le contenu de la boîte noire a permis aux responsables du ministère des Transports de conclure à la thèse du suicide du commandant de bord, l’opinion publique était déjà acquise à l’autre version créditant la défaillance technique de l’avion et la négligence des services techniques de la RAM et donc de l’État. De nombreuses émissions de radio et de télévision, de longs articles dans la presse écrite n’ont pas pu modifier l’idée que la population s’était faite sur l’accident. L’État aura menti et la rumeur a triomphé !

  • 42 Le roi a amnistié en 1997 toutes les personnes arrêtées et condamnées à l’occasion de cette campagn (...)

78Le deuxième cas qui illustre cette suspicion latente à l’égard de « l’information publique » est relatif à une opération de lutte contre la contrebande, baptisée « campagne d’assainissement ». Cette action, menée au début de 1996, s’inscrivait dans un programme de défense de la propriété industrielle et d’assainissement des rouages de l’économie nationale, beaucoup d’investisseurs étrangers s’étant plaints des méfaits de la contrebande sur leurs produits. La campagne donna lieu à plusieurs arrestations et à des procès retentissants. Lors d’une perquisition, la police a découvert des produits dérivés du sang (gammaglobuline). Le procureur général envoie l’échantillon à l’Institut Pasteur de Casablanca (établissement public), qui conclut à « la non-conformité » du produit. Le ministère de l’Intérieur qui supervise l’ensemble de l’opération publie un communiqué tripartite (incluant la Justice, l’Intérieur et l’Institut Pasteur). Il constate l’absence d’autorisation d’import du produit et le considère « dangereux pour la santé ». Le pharmacien impliqué dans cette affaire dite de « gammaglobuline » a été écroué et condamné, au terme d’un procès houleux, médiatisé et qui a connu de nombreux rebondissements42.

79Des enseignants de la faculté de médecine ont remis totalement en cause les résultats de l’Institut, estimant que le produit incriminé n’était pas dangereux pour la santé publique. La presse a joué pleinement son rôle de relais et le citoyen s’est trouvé mêlé à une discussion d’experts, particulièrement ésotérique. L’opinion publique, d’emblée acquise au pharmacien, considère que l’État a menti sur le caractère nocif du produit.

80Il n’est pas dans notre objet de dire laquelle des versions est juste. Ce qui est important de montrer dans ces deux cas, est cette fissure dangereuse qui sépare le citoyen de ses institutions, car l’absence de confiance est source de toutes les déviances. L’État a certes un grand déficit en communication, qu’il doit combler, mais quelle recette adopter pour renverser la tendance et recouvrer sa crédibilité ?

81Il semble encore une fois que la démocratie, la gestion transparente des affaires publiques, et une bonne communication publique, sont le meilleur remède contre la défiance et la suspicion.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON, Perry (1977), Sur le marxisme occidental, Paris, Maspéro.

BAIDA, Jama’a (1996), La presse marocaine d’expression française : des origines à 1956, Rabat, Publication de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines.

BERQUE, Jacques (1958), Al-Youssi, problèmes de la culture marocaine au XVIIe siècle, La Haye-Paris, Mouton.

CAMAU, Michel (1978), Pouvoirs et Institutions au Maghreb, Tunis, Cérès Productions.

CHARRON, Danielle (1988), Une introduction à la communication, Québec, Presses de l’Université du Québec.

COTTERET, Jean Marie (1991), Gouverner c’est paraître : réflexions sur la communication politique, Paris, Presses universitaires de France.

DRISSI ALAMI, Mohamed (1985), « Réquisitoire pour un droit de l’information » dans Mohieddine AMZAZI et al., Le parlement et la pratique législative au Maroc, Casablanca, Éditions Toubkal, p. 33-75.

DUBOIS, Françoise (1991) (dir.), « Une politique publique de communication, l’exemple de la promotion du plan triennal de la ville d’Amiens » dans François RANGEON (dir.), La Communication politique, Paris, Presses universitaires de France.

GALLISSOT, René (1998), Temps Présent, Casablanca, 50, 23 octobre : 21.

GERMAIN, Ayache (1979), « La fonction d’arbitrage du Makhzan » dans Actes de Durham.

GERSTLÉ, Jacques (1992), La communication politique, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? ».

HAMMOUDI, Abdallah (1974), « Segmentarité, sainteté et stratification sociale », Hespéris Tamuda, XV : 147-180.

HIDASS, Ahmed (1993), « Liberté et communication au Maroc », Communication, 14(2) : 79-99.

LAHBABAI, Mohamed (1958), Le gouvernement marocain à l’aube du XXe siècle, Rabat, éditions Techniques Nord Africaines.

LAROUI, Abdellah (1978), Les origines culturelles et sociales du nationalisme marocain, Paris, Maspéro.

LEVEAU, Rémy (1998), « La Monarchie, acteur central du système politique. Réussir la transition démocratique au Maroc », Le Monde Diplomatique, 536, novembre.

LÉVI-PROVENÇAL, Evariste (1922), Historiens des chorfas, essai sur la littérature historique et bibliographique au Maroc du XVIe au XXe siècle, Paris, Larose.

LYOTARD, Jean-François (1954), La phénoménologie, Paris, Presses universitaires de France.

MAAREK, Philippe J. (1992), Communication et marketing de l’homme politique, Paris, Litec.

MENY, Yves et Jean-Claude THOENIG (1989), Politiques publiques, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Thémis ».

MESSARI, Larbi (1998), « Alternance politique : approches nouvelles et nouvelle élite », communication en arabe, faite au colloque sur L’alternance politique au Maroc, Expérience et perspectives, 1er et 2 juillet, Casablanca.

MISSIKA, Dominique (1994), « Communication et images médiatiques », dans Association freudienne internationale, L’action politique aujourd’hui, colloque, Paris.

MORSY, Magali (s.d.), « Comment décrire l’histoire du Maroc », dans Actes de Durham, Recherches récentes sur le Maroc moderne, p. 122-143.

SEHIMI, Mustapha (1982), « Chronique constitutionnelle, Monarchie et multipartisme au Maroc, à propos de l’article 3 de la constitution », Revue juridique, politique et économique du Maroc.

TOZY, Mohamed (1990), « Le Prince, le Clerc et l’État. La restructuration du champ religieux au Maroc », dans Gilles KEPEL et Yann RICHARD (dir.), Intellectuels et militants de l’Islam contemporain, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit ici des historiens du XVIIIe et XIXe siècle les plus célèbres, Zayani A. El Hassan (Al Thorjomana…), Akensous Ahmed (Al jaïch al Aramaram al Khoumassi, manuscrit-archives), et Al-Naciri K. (Al Istiqsa, 4t). Voir Lévi-Provençal (1922).

2 L’idée de ce transfert repose sur l’hypothèse qu’il existe une relation d’échanges entre une structure traditionnelle et sa « copie » moderne, à travers une « migration » plus ou moins parfaite de séquences entre différentes unités. Empruntée à la génétique, la transposition dans le domaine social paraît plausible, même si les mécanismes nous échappent encore à l’heure actuelle. Najib Mouhtadi, Religion et Pouvoir au Maroc, essai d’histoire politique de la zaouia, Éditions EDIFF, Casablanca (sous presse).

3 Également Magali Morsy (s. d.), en particulier le chapitre sur « l’arbitre religieux, l’expression d’un pouvoir politique », où elle écrit : « le pouvoir d’arbitrage du souverain, son statut interne à l’état tribal, constitue la face cachée mais effective du pouvoir royal, son visage officiel étant celui que lui assigne traditionnellement le rôle de chef de la communauté » (p. 134 et 135).

4 C’est la période la plus critique du Maroc des temps modernes : faillite économique par manque de lucidité et à cause des retards accumulés, déchirement politique entre Hafidiens et Aziziens. Voir Laroui (1978 : 385-398).

5 Abdallah Ibrahim, leader de l’UNFP devenu un parti marginal, a été il y a 40 ans, le premier chef d’un gouvernement à forte coloration socialiste. Professeur de relations internationales à Casablanca, il a gelé toute activité politique depuis 1975. Il refuse de prendre part au jeu politique tant que des « réformes de fond » touchant la sphère du pouvoir n’ont pas été réalisées.

6 M. Youssoufi, 74 ans, est un avocat de formation et un défenseur des droits de l’homme. Ancien militant de l’Istiqlal, il est membre actif de l’internationale socialiste. Lors de la lutte pour l’indépendance, il était proche de la résistance et de l’action syndicale. Condamné puis gracié en 1963, il s’exile volontairement en France. En 1975, il appuie la création de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), née d’une scission avec l’UNFP. À la mort de A. Bouabid, il a été acclamé Premier secrétaire du Parti, un poste qu’il cumule aujourd’hui avec le portefeuille de Premier ministre et de directeur du journal Al-ittihad al ichtiraki, organe du parti.

7 Un Gentlemen’s Agreement a été signé avec le patronat pour que les opérateurs économiques respectent les règles de la gestion saine et transparente, notamment à l’égard du fisc.

8 Dans un récent entretien accordé à une publication marocaine, René Gallissot (1998) a exprimé son scepticisme quant à l’expérience dite de « l’alternance » en raison de ce qu’il appelle « la puissance du contrôle de l’ordre conservateur » au Maroc. Pour lui, le mot alternance « est destiné à montrer qu’il y a un projet, qu’il y a une finalité dans l’appel et la constitution du gouvernement…, cela veut dire que l’alternance sera après ».

9 C’est le cas de l’extrême-gauche représentée par le PADS (Parti d’Avant-garde Démocratique et Socialiste) et d’autres groupuscules non reconnus. Même une fraction gauchisante de l’USFP (Al-chabiba al-Ittihadia/Jeunesse Socialiste) rejette l’idée de consensus et le principe du gouvernement d’alternance.

10 Avec le recul, on ne peut s’empêcher de jeter l’opprobre sur une caste de militaires ambitieux menés par le général Oufkir, et qui aurait largement contribué à envenimer les relations entre le Palais et les nationalistes, voire à rompre tout dialogue entre les deux. La répression policière aveugle dans les rangs des étudiants et intellectuels remonte à cette période. En 1971 et 1972, l’armée a tenté par deux fois de renverser le régime et de s’emparer du pouvoir.

11 Prenant tout le monde de court, le roi a d’abord publié la loi fondamentale en 1961, puis un an après, le texte de la première constitution a été soumis à un référendum populaire.

12 Une disposition reprise in extenso par toutes les constitutions révisées (Sehimi, 1982 : 231ss).

13 Il s’agit des événements tragiques qui ont accompagné le recouvrement de l’indépendance. Des partisans et éléments proches de l’Istiqlal et de la résistance ont été impliqués dans un épisode de liquidation physique de personnes présumées « collaborateurs » ou ayant ostensiblement servi l’administration coloniale. Ces actes ont été perpétrés de manière barbare et n’étaient fondés sur aucun jugement. Parmi les victimes, de nombreux militants du PDI (Parti pour la Démocratie et l’Indépendance – al-choura wa al- istiqlal) de M. Hassan El-Ouezzani.

14 Des deux souverainetés stipulées dans la constitution, la souveraineté monarchique est sacralisée, le roi étant à la fois un chef politique et un guide spirituel (article 19). D’autre part, l’état d’exception (1965-1971) et la période transitoire (1972-1977), dans lesquels le souverain a exercé la totalité des pouvoirs (du reste, en conformité avec les dispositions constitutionnelles), a renforcé chez le politique marocain la marginalité de la souveraineté populaire et, par conséquent, a accentué le caractère relatif de son opinion publique.

15 La question de la sacralisation du pouvoir semble ne pas être spécifique au contexte culturel marocain. Durkheim estime que « vie religieuse et expérience du sacré, montre que la sacré lui-même a son origine dans le totémisme et que le totémisme est une sublimation du social », cité dans Lyotard (1954).

16 Abdellah Laroui parle d’un choix global à faire : opter pour « la raison ou la non-raison, l’État ou le non-État, l’État et la société… le débat ne peut être intéressant entre deux conceptions différentes. L’une se fonde sur l’état et sa logique et c’est celle que je préfère parce qu’elle invite à l’action. L’autre est théologique et invite à la polémique sur le métaphysique et les détails dans lesquels l’individu n’est pas apte à s’engager ». Entretien accordé au journal casablancais Libération du 23 octobre 1998, p. 3.

17 L’analyse gramscienne a trouvé un accueil favorable au sein de la gauche de la fin de la décennie 60 au Maroc. Depuis quelques années, il y a de nouveau un regain d’intérêt pour la théorie gramscienne au sein de la nouvelle gauche, même si sa signification a profondément changé (Anderson, 1977 : 110-113).

18 Le bloc démocratique (al-koutla al-dimokratya), dit koutla, est une instance politique formelle et un lieu de coordination entre quatre formations politiques d’opposition (USFP, PPS, OADP et Istiqlal). Les trois premières sont de diverses sensibilités de gauche, alors que l’Istiqlal est un parti nationaliste-conservateur. Sa présence au sein de la Koutla se justifie par son long passé militant (premier Parti national) et sa combativité pour l’instauration de la démocratie et de la justice sociale qu’il a érigée en dogme politique : « l’égalitarisme ».

19 La création de l’Organisation Marocaine des Droits de l’Homme (OMDH) a été un tournant car elle n’avait pas d’obédience politique au départ. La plupart de ses membres ont été des militants actifs dans différentes formations politiques, mais elle tenu à déclarer son autonomie par rapport à toutes affiliations partisanes de gauche ou de droite. En 1990 a été proclamé à Rabat la Charte Nationale des Droits de l’Homme avec la participation de militants et intellectuels, sous les auspices de trois associations travaillant dans le domaine des droits de l’Homme ; l’Association des Droits de l’Homme, la Ligue Nationale des Droits de l’Homme et l’OMDH.

20 Assailli par un courrier ininterrompu de contestations et de dénonciation de la situation des droits de l’homme et des libertés au Maroc, le gouvernement trouvait dans ce sursaut de la société, un moindre mal et un partenaire crédible pour « faire face » aux jugements parfois farfelus d’associations étrangères mal informées ou n’ayant pas de contact direct avec la réalité du pays. La même année, le roi a mis en place une structure originale constituée de personnalités politiques, d’intellectuels et de militants indépendants pour lui servir d’observatoire des Droits de l’Homme au Maroc : le Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH).

21 Par notabilité d’opinion, on veut marquer la différence qu’il y a avec la notion de leaders d’opinion forgée dans un contexte culturel différent. Une notabilité d’opinion est dans le contexte marocain, une personnalité connue pour son action politique, son rang social ou la densité de ses liens de parenté ou d’affaires.

22 La notion de two-step flow communication avait remis en cause la théorie ayant longtemps cru à l’influence directe des médias sur le public. Paul Lazarsfeld a forgé, en 1955, le modèle du two-step flow pour mettre en avant la théorie de l’intermédiaire qui s’interpose entre le média et le public : le leader d’opinion (Charron, 1988 : 30-32).

23 Pour près de dix ans, l’information était rattachée au ministère de l’Intérieur. Paradoxalement, la presse a réalisé beaucoup de ses acquis durant cette période : subventions de l’État, ristourne sur le téléphone et le papier ainsi que divers autres avantages matériels. En 1994, on institua le poste de ministre de la communication et porte-parole de gouvernement que l’on a confié à l’ancien ministre de l’énergie et des Mines, M’daghri Alaoui (fonction qu’il a assumée jusqu’en mars 1998).

24 Les médias publics (RTM) sont toujours entre les mains de fonctionnaires du ministère de l’Intérieur et le nouveau ministre, L. Messari, a reconnu son incapacité à changer la situation. Il a alors inventé une formule critiquée unanimement par la presse : « il ne s’agit pas de changer les hommes, avait-il dit dans un entretien, mais de changer les mentalités ».

25 La plupart des intellectuels marocains interviennent lors d’entretiens ou de débats publics, en français ou en arabe classique, alors que près de 60 % de la population n’a culturellement accès qu’à l’arabe dialectal. La notion d’opinion publique, elle-même, est très relative, vu le taux ahurissant d’analphabétisme. Elle demeure amorphe, en dehors de quelques signes de réveil qu’émet aujourd’hui le mouvement associatif, préfigurant une mutation à moyen terme.

26 C’est surtout la chaîne de télévision privée 2M qui a joué un rôle moteur dans l’instauration d’un dialogue politique entre les forces de droite et de gauche, et franchi la ligne rouge de nombre de tabous.

27 Société maroco-française d’exploitation d’une radio de droit privé, basée à Tanger et mise en service en 1981.

28 Première chaîne de télévision privée cryptée au Maroc. Fondée en 1989, elle a fonctionné sur des bases commerciales jusqu’en 1996. Souffrant d’un important déficit financier, elle a été rachetée par l’État qui entend assainir sa situation financière avant de la « re-privatiser ».

29 Pour résorber un déficit financier de l’ordre de 450 millions de DH, annoncé par son président Fouad Filali, fils de l’ancien Premier ministre, Abdellatif Filalli, la société qui gère la chaîne de Télévision 2M a négocié son rachat par l’État. Cette décision, prise au mépris de l’orientation politique de privatisation en cours depuis plus de dix ans, a suscité des commentaires contradictoires. On a surtout reproché à l’État de reprendre avec l’argent du contribuable une affaire qui ne marchait pas sur le plan commercial.

30 Il était fréquent que les médias officiels ignorent totalement un événement majeur qui intéresse au plus haut point l’opinion publique : grève, réunion politique d’importance, réforme politique ou institutionnelle en vue, etc. Cette opacité de la gestion publique a considérablement terni l’image de l’État, puisque la rumeur, y compris la plus fantaisiste, avait fini par occuper le terrain.

31 Placé sous la présidence du 1er Président de la Cour Suprême (la plus haute instance judiciaire du pays), le CCDH est formé des représentants de tous les partis politiques, de personnalités indépendantes et de militants d’organisations des droits de l’homme.

32 Après la création de l’OMDH en 1989, une ONG initialement indépendante de tout courant politique, l’État a multiplié les gestes de bonne volonté en direction de la société. Il a ainsi autorisé plusieurs associations politiques, dont une filiale d’Amnistie Internationale. En 1997, Transparency Maroc que préside un ancien détenu politique, Sion Assidon, a reçu l’aval des autorités après deux ans d’attente.

33 Lors de l’ouverture de la quatrième législature, le Souverain avait exprimé ses préférences pour deux grands blocs politiques alternant au pouvoir, et a invité les forces de l’opposition, en dépit de leur faiblesse numérique, à accepter de gouverner dans le cadre d’une « alternance consensuelle », c’est-à-dire avec l’appui de la monarchie et des autres partis de la droite.

34 Au lendemain des élections générales consécutives à la révision constitutionnelle de 1992, le chef du parti socialiste (USFP), Abderrahman Youssoufi, avait gelé ses activités à la tête du parti et s’est volontairement retiré à Cannes (France, où vit sa famille), en guise de protestation contre « les irrégularités » qui ont entaché les opérations électorales.

35 L’OADP a même vu ses rangs divisés sur la question au point que la crise larvée qu’il vit depuis 1992 a éclaté au grand jour, provoquant une scission. Celle-ci a donné lieu à l’émergence d’une nouvelle formation politique : le Parti Socialiste Démocratique (PSD). Ce dernier, formé pour la plupart de cadres supérieurs et d’universitaires, a estimé que le changement peut se faire par étapes, et s’est prononcé favorablement pour la révision de la constitution.

36 Rémy Leveau (1998) tempère ce jugement. « Aussi bien pour les partis liés à la couronne que dans ceux de l’opposition, le choix des élites se fait par cooptation avec des mécanismes de filtrage qui doivent plus aux réseaux constitués qu’à des positionnements idéologiques ».

37 Des émissions talk-show ont vu le jour sur 2M. Les ministres, qui acceptaient rarement de se confier à la presse, commencent à présent à provoquer des « entretiens » et acceptent volontiers de se rendre sur les plateaux de télévision. Un phénomène nouveau au Maroc et qui fait suite au mouvement de démocratisation de la vie publique. Si le Souverain n’a jamais accordé d’entretien à un journaliste ni à un média marocain, cela est peut-être dû au fait que le roi s’adresse directement à l’ensemble du peuple, chaque fois qu’il en ressent le besoin.

38 Libération, 2364, « Casablanca », daté du 13 octobre 1998, p. 1.

39 Pendant longtemps, le Maroc a nié l’existence de prisonniers politiques dans le pays et a constamment rejeté les allégations de pauvreté. Il est très symbolique de relever que le Souverain a profité d’un discours devant les élus locaux à l’occasion du 7e colloque national sur les collectivités locales, début novembre 1998, pour attirer l’attention sur un pin’s de solidarité contre la pauvreté qu’il arbore personnellement. Il a alors incité la population à faire preuve de compréhension à l’égard de ceux qui sont dans le besoin.

40 Une manifestation de « diplômés chômeurs » a été dispersée de manière musclée par la police, fin octobre 1998 à Rabat. Cette action a suscité les inquiétudes de démocrates et embarrassé plusieurs membres de la nouvelle équipe au gouvernement. Officiellement, les manifestants n’étaient pas autorisés à organiser une marche dans l’artère principale de la ville devant le siège du Parlement. Mais, était-ce suffisant pour qu’un gouvernement démocrate autorise le passage à tabac d’un attroupement non armé ? La télévision n’a pas retransmis d’images de la manifestation et la police a confisqué les appareils photo de certains reporters.

41 Dans le contexte culturel marocain de tradition orale, la rumeur a toujours concurrencé l’information. L’imaginaire collectif veut que le makhzan ne dise jamais ce qu’il fait. C’est l’une des raisons qui expliquent pourquoi le makhzan est craint dans les contes populaires, au même titre que le fleuve en crue, le feu ou le dromadaire…

42 Le roi a amnistié en 1997 toutes les personnes arrêtées et condamnées à l’occasion de cette campagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Najib Mouhtadi, « Essai sur la communication politique au Maroc », Communication, vol. 19/1 | 1999, 11-40.

Référence électronique

Najib Mouhtadi, « Essai sur la communication politique au Maroc », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/6168 ; DOI : 10.4000/communication.6168

Haut de page

Auteur

Najib Mouhtadi

Najib Mouhtadi est professeur de droit, Université Hassan II – Mohammédia, Maroc.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org