Navigation – Plan du site
Articles

La radio et la télévison au Maroc

Tutelle de l’État et contrôle du gouvernement
Ahmed Hidass
p. 41-68

Résumés

L’analphabétisme élevé de la population et l’audience limitée de la presse écrite font de la radio et de la télévision les premiers médias au Maroc. Afin d’entretenir son image et de diffuser son message, le Maghzen (l’État) les a placées sous sa tutelle et assujetties au contrôle du gouvernement. Pour des raisons de prestige et de conjoncture, l’État a initié la création d’une radio et d’une télévision privées. Puis, sous pression, une mini « alternance gouvernementale » est engagée. Serait-ce là un signe de démocratisation ? La liberté d’opinion et d’expression y gagnerait ! Pour répondre à cette question, la RTM, chaîne publique de radio et de télévision, est un dictateur de choix. Elle ne fait pas état de changement. Média de souveraineté pour le Maghzen, sa structure et sa politique éditoriale allient priorités officielles, langue de bois et black-out.

Haut de page

Texte intégral

1Comme en témoignent les débats en France sur la proposition de loi de Mme Catherine Trautmann, ministre de la communication, l’audiovisuel est sujet à controverse. Mais si dans les pays démocratiques, la controverse porte sur les droits d’auteur, l’éthique, les modes de diffusion, le financement, la concurrence, etc., et que les différends que cela engendre sont réglés dans le respect du droit (Dilts Holsinger, 1994 ; Hennebelle, 1995), ailleurs, elle se limite au contrôle. Les autres considérations sont peu présentes. Qu’en est-il au Maroc, pays du Tiers-monde aux réputations contradictoires ? (Palazoli, 1978 ; Cubertafond, 1987)

  • 1 Au Maroc, le taux d’analphabétisme est de 56 % à 60 % de la population. En milieu rural, c’est 75 % (...)
  • 2 Au Maroc, le salaire mensuel minimum (SMIG) est de 1 600 MAD (160 US $). En milieu rural, 70 % de l (...)
  • 3 En dehors de la presse périodique, elle-même corporatiste ou associative, le Maroc compte 18 quotid (...)

2Au Maroc, l’audiovisuel est d’une importance particulière. La presse écrite étant d’une audience limitée pour cause d’analphabétisme1, de niveau de vie bas2 et de politisation des titres3, la télévision et surtout la radio sont les seuls médias à couvrir le pays et à permettre une communication de masse. D’où l’intérêt que leur porte l’État pour son image de marque et pour la diffusion de son message. Ils sont sous sa tutelle depuis toujours au seul profit du gouvernement. Un gouvernement qui a changé d’équipes et de personnes mais qui n’a jamais changé de politique depuis la première constitution du pays en 1963.

3Mais depuis la réforme constitutionnelle de 1994 et « l’alternance » gouvernementale de 1998, le pays semble prêt au changement dans le sens d’une démocratisation du régime. Cédant aux pressions externes, les autorités affichent quelque ouverture, comme le remarque Lise Garon, spécialiste canadienne des pays du Maghreb (Garon, 1997). Les institutions, quant à elles, s’exercent au pluralisme.

4Pour se faire une idée de cette ouverture et juger de son degré de démocratie, l’audiovisuel est un paramètre de choix. Couvre-t-il l’actualité comme elle se présente ? Il y va de la liberté d’expression, pierre de touche de toutes les libertés qui font la démocratie, comme le proclame la résolution 49 (I) des Nations Unies en 1946. Ce paramètre est d’autant plus important que la radio et la télévision sont, pour le Maghzen (l’État au sens traditionnel au Maroc), des médias de souveraineté, comme le démontre dans sa thèse de doctorat en droit Jean Perreau (1987), spécialiste français de la politique de l’information au Maroc.

5Avant de répondre à ces questions, il est nécessaire de dresser une topographie de l’audiovisuel au Maroc. Elle est significative. Et pour y répondre, un échantillon de hot news, tel qu’il a été traité par la RTM, la chaîne la plus accessible, est révélateur. Pour que les réponses soient claires, il faut les replacer dans le contexte du pays.

6Situé à l’extrémité occidentale du monde arabo-musulman et au nord-ouest de l’Afrique, le Maroc est aussi à quelques kilomètres de l’Europe, ce qui n’est pas sans effets sur son régime, ses médias et ses traditions. Multilingue, multi-ethnique, musulman sunite à 98 % avec une population qui avoisine les 30 millions d’habitants, il souffre de problèmes endémiques liés à son sous-développement. Un Marocain sur deux est illettré, paysan et sans électricité, donc sans accès à la plupart des nouvelles technologies de l’information.

  • 4 Voir le titre II de la Constitution du Maroc de 1972. « Je dispose de pouvoirs importants telle que (...)
  • 5 Voir le titre IV de la Constitution du Maroc de 1972.
  • 6 Voir le titre III de la Constitution du Maroc de 1972. Pour se faire une idée des particularités du (...)

7Politiquement, c’est le pays des contrastes (Palazoli, 1978). Pour le discours officiel, c’est la modernité et le pluralisme. Dans les faits, la réserve est de rigueur. Le Maghzen préside à tout et à sa façon. Monarchie traditionnelle depuis des siècles, constitutionnelle tempérée de 1962 à 1965, exclusive de 1965 à 1972 et tentée par la démocratisation depuis quelque temps, le Maroc compte quatre pôles de décision ; par ordre d’importance : le roi avec des prérogatives larges4, le gouvernement nommé par le roi lui-même5, le parlement6 et, en dernier lieu, la justice. Si tant est que la presse a un poids au Maroc, elle viendrait en cinquième position. Ailleurs, elle est le quatrième pouvoir sinon mieux puisqu’elle peut démettre des hommes d’État.

8Depuis l’indépendance, deux questions occupent la classe politique : le partage du pouvoir entre ces pôles de décision et le choix d’une politique pour arracher le pays au sous-développement (Rousset, 1978). Aucune des deux questions n’a reçu de réponse et les conflits qu’elles suscitent se traduisent en audiovisuel par des luttes qui ont, jusque-là, tourné au seul profit du gouvernement et de son administration.

9Sans contre-pouvoir, cette administration, aux prérogatives tentaculaires avec des hommes inamovibles et des pratiques féodales, a mené une politique aux résultats médiocres, de surcroît accaparés par une minorité de privilégiés. Le Maroc est 125e dans le classement de la Banque Mondiale. Ce que des voix dénoncent. Dans la presse écrite seulement. Pour Zakia Daoud, fondatrice du fameux magazine critique Lamalif disparu depuis dix ans, c’est pour entretenir, à l’étranger, l’image d’un État ouvert à la liberté d’expression (Daoud, Ouchelh, 1997).

  • 7 Voir la presse marocaine d’octobre 1994 à mars 1995 sur l’Affaire Tabet. Un commissaire de police q (...)

10Mais depuis quelque temps, ces voix sont relayées, au plan international, par des ONG comme Amnistie Internationale, Reporters Sans Frontières ou Human Rights Watch, qui dénoncent ce que le Marocain moyen vit au quotidien sans oser en parler : la violation des droits de l’homme, la corruption, le détournement des fonds publics et des biens sociaux, l’abus de pouvoir7, le népotisme, etc. Ce qui a eu quelques effets sur les autorités puisqu’elles ont fini par en prendre acte « comme si de tels actes ne devaient choquer que des étrangers » (El Alaoui, 1996).

11En 1996, une campagne d’assainissement de l’administration est lancée de façon intempestive. Quelques semaines plus tard, elle s’évanouit aussi rapidement qu’elle a commencé, suscitant méfiance et suspicion vu les explications peu claires données par le gouvernement (El Alaoui, 1996).

12Drôle de situation quand on sait que le 10 septembre 1987, les autorités ont, officiellement, demandé l’adhésion du Maroc à la Communauté Européenne. Une communauté aux régimes démocratiques et qui, en vertu de l’article 10 de la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme, pratique une liberté d’expression élargie face aux idées du Maroc qui, en plus de son déficit démocratique, cumule les signes de sous-développement endémique. Un ferment pour toutes sortes d’extrémismes chez les exclus et les laissés pour compte. Des voix s’affolent et appellent au changement. Imperturbables et sans se soucier des critiques, les autorités rassurent.

13Pour le ministre de l’Intérieur Driss Basri, en poste depuis un quart de siècle, « le Maroc est la Nation du juste milieu, étranger à l’excès, à la démesure et à toute forme d’extrémisme. Lorsque le Tiers-monde s’enivrait de la tourmente dirigiste des centralismes et des cultes totalitaires, le Maroc optait pour le libéralisme politique et économique. Il confirme ainsi son credo de la liberté et de la démocratie » (Basri, 1995 : 86-87). « Quant aux objectifs inscrits à l’ordre du jour de notre vie constitutionnelle, ils s’articulent autour de l’édification d’un État moderne et démocratique, du souci d’ouverture sur les autres peuples et civilisations et la recherche inlassable de la réalisation du développement économique du Maroc. » (Basri, 1994 : 5)

  • 8 Ce qui est trop peu pour un pays de la superficie du Maroc qui compte plus de 30 millions d’habitan (...)

14C’est dans ce contexte de controverses, de crises et de discours rassurants, d’espoirs et de déceptions, de conservatisme et de modernité, de monopoles d’État en tout genre et de libéralisme de façade, qu’il faut replacer la radio et la télévision au Maroc. Décrété monopole public, l’État en a fait ses médias (I). Pour des raisons de prestige et de conjoncture, les autorités ont initié une radio et une télévision ouvertes aux capitaux privés. Mais les modalités de cette ouverture, malicieusement ficelées en toutes dimensions, sont telles qu’il n’est pas question de dé-monopolisation (II). Pour ce qui est des programmes, à part une ou deux émissions mensuelles dites critiques, les deux radios et les deux télévisions que compte le pays pour ses 30 millions d’habitants se conforment aux volontés officielles8. En témoigne le traitement de l’actualité politique, des faits divers et des intempéries par la RTM, la chaîne la plus accessible au Maroc (III).

La radio et la télévision publiques : tutelle de l’État et contrôle du Gouvernement

15La réflexion sur l’audiovisuel au Maroc passe nécessairement par le rôle du Maghzen pour deux raisons.

16Le Maghzen, appareil d’État selon la terminologie du journal français de référence Le Monde, est à l’origine de tout. Il est le principal financier, employeur, investisseur et l’unique arbitre.

17Les grands pôles de l’économie marocaine appartiennent à l’État. C’est le cas des mines, des pêches, des transports, des banques, de l’éducation, des télécommunications, de l’eau, de l’électricité, etc. Patrimoine dit public, ils sont placés sous tutelle de l’État et gérés ou contrôlés par une autorité gouvernementale.

18L’audiovisuel, radio et télévision, n’échappe pas à cette règle.

La tutelle de l’État

19La tutelle publique sur les télécommunications remonte au siècle dernier et cadre, en cela, avec la tradition de l’État qui consistait à tout régenter en bled Maghzen (territoires sous contrôle du pouvoir central). En témoigne le réseau de rekkas (Marin Lemesle, 1996) qui acheminaient le courrier et le distribuaient dans les villes impériales. À l’ère des déréglementations en tous genres, cette tutelle demeure encore et repose juridiquement sur des textes aussi variés que contradictoires.

La Constitution : liberté de communication ou monopole d’État ?

20En droit positif, la constitution est la principale source pour les libertés. Aussi, il est classique de s’en tenir à son dispositif pour connaître le sens et l’étendue donnés par le constituant à la liberté de communication.

21L’article 9, paragraphe 2 de la Constitution marocaine de 1972 stipule que « la liberté d’opinion, la liberté d’expression sous toutes ses formes et la liberté de réunion (…) sont garanties à tous les citoyens ».

22Général, explicite et dépourvu de toute référence idéologique ou d’exceptions légales, cet article tranche par sa simplicité. Il porte à croire que la liberté d’opinion et d’expression, dite actuellement liberté de communication, est retenue, contenu et contenant. Contenu dans le sens des idées avec ce que cela comporte comme bannissement du délit d’opinion et contenant dans le sens des moyens d’expression avec ce que cela inclut comme presse écrite, radio, télévision et médias électroniques (Hidass, 1993a : 80-82).

23Mais sommaire qu’il est, enchâssé dans des dispositions à caractère politique et syndical et au vu de son dispositif qui s’écarte du standard international en la matière, ledit paragraphe 2 semble bien donner à la liberté d’opinion et d’expression un sens limité.

  • 9 Le Maroc a connu plusieurs procès portant sur la liberté d’opinion et d’expression, mettant en caus (...)
  • 10 Canal Horizon est la seule chaîne de télévision étrangère payante commercialisée au Maroc. Exclusiv (...)

24Dans les pays démocratiques, la liberté de communication signifie liberté d’opinion, pluralisme, liberté d’entreprendre et indépendance à l’égard des pouvoirs publics. En est-il de même au Maroc ? L’étude de la jurisprudence révélée9 mais non publiée dégage une pratique qui allie conjoncture et légalité pour ce qui est du contenu. Quant au contenant, la liberté d’opinion et d’expression se limite, dans les faits, à la création de journaux, d’imprimeries, de maisons d’édition, de cabinets de conseil et d’agences de communication. La création de radios et de télévisions par des associations ou des opérateurs privés semble exclue10. Le manque de textes, le silence de l’Administration et l’absence de recours contentieux en la matière ne permettent pas de penser le contraire.

25Promulguée en 1972, à une époque de triste mémoire pour les libertés publiques, la Constitution marocaine a été révisée à plusieurs reprises. Entre autres pour moderniser l’appareil d’État (le Maghzen) et pour faire écho à la démocratisation qui interpellait le pays chaque jour davantage. L’article 9 est demeuré le même dans son intégralité et n’a fait l’objet d’aucune révision. La liberté d’opinion et d’expression est donc toujours entendue au sens évoqué plus haut.

Le droit international

26À la révision de septembre 1994, un amendement remarqué a été porté au préambule de la Constitution. Il dispose que « Le Maroc respecte les droits de l’Homme tels qu’ils ont été consacrés par le droit international ». L’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (1948) et l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (1966) proclament que la communication est libre au sens du « droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de rechercher, de recevoir et de répandre sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen que ce soit ». Vu la profession de foi du constituant en 1994, il y a lieu de se demander pourquoi l’article 9 susmentionné n’a pas été revu. Textuellement, il n’est pas en conformité avec le droit international.

Le dahir du 25 novembre 1924 : base du monopole d’État

27Avant d’en présenter les dispositions et leurs conséquences, le dahir du 25 novembre 1924 suscite trois remarques :

  • Ce dahir date du temps du protectorat français. Le pays était sous tutelle. Pour des raisons de souveraineté, le législateur aurait dû le revoir depuis l’indépendance en 1956, d’autant plus qu’il est devenu obsolète pour un secteur qui a connu, entre temps, plusieurs révolutions techniques et bénéficié de nouvelles approches juridiques.

  • Le dahir est antérieur à la Constitution et pose un problème de conformité temporelle.

  • Sommaire, voire simpliste, et ne dépassant pas la demi-page par son libellé, il ne peut régir l’audiovisuel au Maroc à un moment où, dans d’autres pays, celui-ci est régi par des codes fournis, longuement préparés par des commissions spécialisées, adoptés après moult débats au parlement et constamment révisés pour accompagner l’évolution de la technologie.

28Toujours est-il que, trois quarts de siècle après son adoption, ce texte est toujours en vigueur. Jalousement reconduit par l’État, comme en témoigne la nouvelle réglementation des télécommunications (dahir du 20 juin 1997), il a eu pour conséquences d’empêcher :

  • l’apparition d’écuries et de groupes multimédias susceptibles d’activer l’industrie audiovisuelle, demeurée jusque-là au stade artisanal ;

  • l’installation de réseaux de radio, de télévision, de cinéma par câble ;

  • l’installation au Maroc de studios de production professionnels et de relais de transmission pour radios et télévisions satellitaires ;

  • le développement de réseaux et de services télématiques ;

  • l’apparition de traditions audiovisuelles marocaines.

Le contrôle du Gouvernement

29Le monopole d’État, naguère instauré par le protectorat français pour des raisons coloniales, est paradoxalement maintenu par les autorités de l’indépendance. Il est même renforcé par une gestion de la radio et de la télévision qui les place sous la tutelle organique du Gouvernement et sous son strict contrôle éditorial.

Organisation de la Radio Télévision Marocaine (RTM)

30À quelques détails près et toutes proportions gardées, la RTM est le prolongement de Radio Maroc. Créée en 1926 par la Résidence Générale française, elle avait pour mission de faire du divertissement et de la propagande pour sa politique. Avec l’indépendance, les autorités ont reconduit cette mission pour la RTM (non sans controverses pour une ère que le Mouvement National imaginait différente). Les textes qui organisent la RTM le confirment.

  • Dès l’indépendance, un dahir daté du 24 novembre 1956 rattache Radio Maroc au ministère de l’Information et du Tourisme.

  • Le 18 mai 1959, un dahir ordonne aux stations de radio étrangères installées dans la ville de Tanner, naguère sous administration internationale, de cesser d’émettre et rappelle, par là, que la radiodiffusion est au seul profit de l’organisme d’État « Radio Maroc » (Marin Lemesle, 1996).

  • Le 22 novembre 1966, un décret royal érige la RTM en établissement public doté de la responsabilité civile et de l’autonomie financière. Au Maroc, on reprend souvent le droit français et ce décret fait probablement écho à la loi française du 27 juin 1964 qui transformait la RTF en office, l’ORTF. Mais on est rapidement revenu sur cette décision. Le 22 février 1967, un autre décret royal remet la RTM sous tutelle du ministère de l’Information et la loi de finances de 1968 lui attribue, comme marge de manœuvre et d’indépendance, un budget annexe en sa qualité de service administratif.

  • Depuis, la satellisation de la RTM est constamment reconduite. Le décret du 26 décembre 1978 relatif à l’organisation et aux attributions du ministère de l’Information et le décret du 25 avril 1989 portant son organigramme qualifient la RTM de « service administratif gouvernemental ». Avec les avantages et les obligations qui en découlent.

31Régie de façon centralisée, elle émet à partir de studios installés à Rabat, la capitale, et dispose, pour ce qui est de son service radio, de neuf stations régionales. Mais celles-ci sont loin de satisfaire à la proximité tant elles ne diffusent que de l’information officielle et ne couvrent que les sorties régionales du Gouvernement et les activités des autorités locales.

La tutelle des ministères de l’Intérieur et de la Communication

32La tutelle du ministère de l’Information, dit de la Communication depuis 1994, sur la RTM se traduit par plusieurs conséquences :

  • l’orientation et le contrôle des dépêches, bulletins, journaux et magazines d’information ;

  • la subordination du personnel – journalistes et employés – à l’Administration par un peu de recrutement plutôt « administratif » et « sécuritaire » que professionnel et par des taux de rémunération qui récompensent beaucoup plus la docilité que la création ou la critique ;

  • le personnel de la RTM est en principe régi par le Statut de la Fonction publique et bénéficie, par conséquent, de la sécurité de l’emploi. Mais sachant que ledit statut lie tout fonctionnaire au respect de sujetions (Hidass, 1993) comme l’obligation de réserve et la subordination hiérarchique, cela réduit « les journalistes » de la maison à faire fonction de présentateurs, de porte-micro et d’employés aux écritures ;

  • l’absence d’activité syndicale, de mouvements de revendication, de convention collective et de code d’éthique maison.

  • 11 Voir la recherche de doctorat de J. PERREAU qui conclut d’après la liste des hommes qui se sont suc (...)

33Par ailleurs, de 1986 à 1994, le portefeuille de l’information a été confié à M. Driss Basri, ministre de l’Intérieur en exercice depuis un quart de siècle. Il en profitera, au passage, pour nommer des hommes bien à lui à la direction de la RTM : un gouverneur comme président-directeur-général et deux super-caïds, l’un pour la radio et l’autre pour la télévision. Sans profil journalistique ni expérience dans les médias, ils sont toujours en poste depuis quatorze ans, inamovibles11, malgré l’arrivée d’autres ministres au portefeuille de l’information.

Les radios et télévisions privées ou étrangères : le rôle d’État

34À l’exception des pays anglo-saxons où l’État est, de façon constitutionnelle, écarté de toute tutelle sur la liberté d’opinion et d’expression et où l’audiovisuel est quasiment privé, ailleurs, les radios et télévisions commerciales n’ont été admises qu’après des luttes et actions en justice contre le monopole d’État.

  • 12 En 1994, trois partis d’opposition, l’Istiglal, l’OADP et l’USFP, ont préparé un projet de loi inso (...)

35Au Maroc, c’est, paradoxalement, l’État lui-même qui a initié la seule radio et la seule télévision, dites privées, que connaît le pays, mais sans couverture légale ni projet d’ensemble pour le secteur de l’audiovisuel. L’initiative est peu commune et suscite des interrogations. Mais, quelles que soient les réponses, il faut noter, à la décharge de l’État, que ni le Parlement, ni les partis politiques, ni les opérateurs privés n’ont, jusque-là, réclamé l’abolition du monopole public ni parrainé d’actions dans ce sens. Aux dernières élections législatives (1997), aucun des 16 partis en lice n’avait de programme pour l’information, la communication ou l’audiovisuel. Leurs littératures/doléances se limitaient à la qualité des programmes et aux conditions d’accès à l’antenne quand ils ne font pas de propositions fantaisistes12. Internet, le numérique, le multimédia, les banques de données, la communication par satellite avec ce que cela comporte comme enjeux sont autant de questions qui sont mal connues. La communication et ses technologies ont toujours été subies et jamais pensées par les acteurs politiques et les décideurs marocains.

La radio franco-marocaine privée « Médi 1 »

36La documentation sur la création, le statut, le financement et la gestion de cette radio sont rares et son site Web austère (http//:www.Medil.Com.ma). Se définissant comme une « station privée exploitée par une société de droit marocain », Médi 1 est une opération montée dans le cadre de la coopération franco-marocaine.

37C’est le 28 mars 1978, à l’occasion d’une visite officielle du roi du Maroc, Hassan II, en France, qu’une convention de maîtrise d’œuvre confie à la SOFIRAD, société publique française d’audiovisuel, la création d’une radio commerciale pour le compte de l’État marocain. (La RTM radio et télévision ignorent encore le web.). En 1980, une société franco-marocaine dénommée « Radio Méditerranée Internationale ! » est créée avec 49 % de capitaux pour la CIRT (France), filiale de la SOFIRAD, et 51 % pour les opérateurs marocains (BMCE Bank et Sochepress à capitaux majoritairement publics) menés par l’ONA, le premier groupe (holding) du pays.

  • 13 Médi 1 semble bénéficier d’une bonne pénétration au Maroc et en Algérie (pas d’études d’audience so (...)

38Installée à Tanger et émettant à partir de Nador (nord du Maroc), Médi 1 dispose de sa propre régie de publicité et émet depuis juillet 1980 sur la base d’une convention d’exploitation signée avec l’État marocain le 12 juillet 1980. Dotée d’un conseil d’administration présidé par une autorité gouvernementale marocaine, dirigée depuis toujours par un Français, Pierre Casalta, animée par 46 journalistes, pour la plupart français et marocains, elle a tenu le pari du bilinguisme voulu par ses fondateurs. Elle diffuse ses programmes, non sans succès, simultanément en arabe et en français. Mais jamais en Tamazight (berbère), pas même pour des variétés. C’est pourtant la langue maternelle et de communication d’une bonne partie de son auditoire13.

39Généraliste, commerciale, à vocation maghrébine et financée par la publicité radiophonique dont elle a le monopole de fait au Maroc, elle offre des programmes variés mais elle en produit peu (5 à 10 %) et ne fait jamais de direct. Avec des informations, des journaux et magazines (repris en général de l’AFP) brefs et dépouillés qui tranchent avec l’archaïsme de la radio publique RTM, d’un ton vif et personnalisé, elle est rigoureuse, côté timing, et entretient l’image d’une radio moderne. Mais, mis à part son « Journal du Maghreb » qui fait son image de marque, du reste plat et sans mérite, et ses variétés qui sont communes à toutes les radios commerciales, Médi 1 est loin de satisfaire à la proximité. Elle n’a pas de correspondants locaux, ignore l’actualité marocaine (1 à 2,5 % de ses journaux), reprend à la lettre les agences de presse étrangères, abonde dans les sujets internationaux (sida, pétrole, catastrophes naturelles, Irak/ONU, Bosnie Herzégovine, Moyen Orient, etc.), évite les tabous marocains et ne se hasarde jamais ni à analyser ni à critiquer le discours officiel. Elle doit sa création à l’État et son audience à la médiocrité endémique de la radio publique RTM. Comparativement à des radios de même envergure en Europe et au Moyen-Orient, Médi 1 est certes une radio vivante, animée de façon professionnelle mais elle est loin de coller au milieu auquel elle s’adresse et qu’elle se propose de couvrir : le Maroc et le Maghreb. Son mérite est d’être la seule option, sur bande FM ou GO, pour un Marocain qui voudrait écouter autre chose que la RTM !

La télévision « 2M »

40La première télévision du Maroc est privée mais date du temps du protectorat français. C’est en 1950, sur la base d’une concession publique, que des industriels français ont lancé une télévision commerciale dénommée TELMA. Limitée aux villes de Rabat et Casablanca, elle a disparu au bout de deux années pour exercice déficitaire.

41Pour ce qui est de 2M, la première télévision dite privée du Maroc indépendant, son histoire recoupe celle de la radio dite privée Médi 1 : c’est l’État qui en a eu l’idée et c’est l’État lui-même qui en a supervisé le montage financier. « Sa création est un acte politique important », déclarait son premier PDG, Fouad Filali (cité dans Dillmann, 1989 : 28 ; voir Bennani Smires, 1996) et renforce le prestige international de l’État. Elle a été confiée aux Français (SOFIRAD) pour sa réalisation, et le capital de la société d’exploitation (SOREAD) a été réparti à raison de 51 % pour les opérateurs marocains menés par l’ONA, premier groupe et holding du pays, et 49 % pour les opérateurs étrangers, français et canadiens.

42Généraliste, commerciale, à péage (180 MAD = 36 US $) et bilingue comme la radio Médi 1 avec 20 % des programmes en arabe et 80 % en français, elle a démarré ses émissions à l’occasion du 28e anniversaire de l’intronisation du roi du Maroc. Mettant à profit le réseau d’émetteurs de la RTM, chaîne publique, 2 M diffuse au Maroc par voie hertzienne avec un pic de 110 000 abonnés et par satellite à destination du marché africain francophone et des immigrés marocains en Europe (plus de 2 millions de personnes).

43Mais ce lancement était sans compter avec les tares congénitales du projet et avec la concurrence internationale. La prolifération des antennes paraboliques et la performance des chaînes satellitaires ont permis aux Marocains, las du discours officiel galvaudé à longueur d’année sur les deux chaînes publique et privée, de découvrir autre chose : des variétés, une information sans complaisance, des analyses contradictoires, une vie politique animée et des autorités qui répondent de leurs actes.

  • 14 2M a, entre autres, été créée au moment où le Maroc se portait candidat à l’organisation du Mundial (...)
  • 15 Au Maroc, comme dans d’autres pays du Tiers-monde, pour savoir ce qui se passe chez soi, il faut s’ (...)
  • 16 Le piratage y était estimé à quatre foyers raccordés pour un abonné. En 1994, le Parlement marocain (...)

44Créée pour des raisons de conjoncture14 et de prestige, sans réelle concurrence, avec des programmes aseptisés limités à quelques genres : des séries, du sport, un peu de mode et quelques variétés, 2M passait pour une vidéo à domicile. Elle manquait de proximité, produisait peu et évitait les problèmes de la société marocaine : chômage, drogue, abus de pouvoir, déficit démocratique, analphabétisme, corruption, pollution, etc. Dirigée par des hommes de haute confiance, animée par des présentateurs triés sur le volet, son équipe rédactionnelle est réduite, ne dispose pas de correspondants ni de bureaux locaux et ne fait pas de direct. En comptant sur le cinéma et un divertissement bas de gamme sans informations ni services de proximité, 2M ne faisait pas le poids devant les chaînes satellitaires étrangères qui, en plus de leurs programmes et spectacles attrayants, bénéficiaient de la crédibilité de leurs journaux et magazines d’information15. Pour ses dirigeants, c’est le piratage qui lui a fait tort et qui l’a mise en difficulté. Apparemment, pour un abonné, elle comptait quatre pirates (El Grichi, 1996)16. Mais pour une télévision payante, le piratage fait partie des prévisions. Canal Plus en France et ses filiales en Europe s’en accommodent bien et consolident leurs performances (Le Monde, 27 avril 1996, p. 24) malgré les pertes que cela leur cause.

  • 17 Pour quelques montants de la subvention voir « 2M va-t-elle mourir ? », Maroc Hebdo International, (...)

45C’est peut-être la viabilité d’une chaîne payante au Maroc qui est en question, le revenu moyen par habitant étant d’un dollar US par jour et 15 % seulement de la population adulte disposant d’un compte en banque (Ruquoi, 1997). Toujours est-il que 2M qui tablait sur un financement par les abonnements (20 %) et la publicité (80 %) n’est jamais arrivée à équilibrer son budget. Les opérateurs étrangers, français et canadiens (Vidéotron) se sont rapidement retirés. Pour éviter sa liquidation, l’État, qui a été à son origine, intervient et renfloue ses finances à partir de 1993. Des subventions directes lui sont accordées ainsi que des prélèvements sur le Fonds d’aide à la production audiovisuelle créé, entre-temps, par le dahir du 29 décembre 1992 portant loi de finances pour 199317.

  • 18 Au Maroc et d’après la Constitution, les opérations qui engagent les finances publiques comme la pr (...)
  • 19 Les matches de la Coupe d’Afrique de football (février 1998) étaient retransmis simultanément par l (...)

46À un moment où la déréglementation et la privatisation sont, partout, de mise, contre toute attente et sans que la question soit soumise au Parlement, compétent en la matière, l’État racheta 75 % du capital de 2M et décida de la diffuser en clair à partir du 10 janvier 199618. Ainsi, l’État qui a du mal à revaloriser sa première chaîne de télévision se retrouve avec une deuxième qui fait double emploi19 tant l’une et l’autre sont généralistes, bilingues (arabe et français), au service de la politique officielle et avec des grilles de programmes qui se recoupent de façon inutile. En l’état actuel, à deux, 2M et la RTM sont loin de relever le défi des télévisions satellitaires qui offrent mieux et disent vrai sans façon ni complaisance pour les hommes politiques et les problèmes de société. Ce qui manque au Maroc et fait que le public, assoiffé d’information et écœuré de la langue de bois, se tourne vers la télévision des autres comme pour vivre la démocratie par procuration.

47Comme réaction à la crise, M. Driss Alaoui M’Daghri (1996), alors ministre de la Communication et porte-parole officiel du Gouvernement, pense joint venture, reprivatisation, diffusion par satellite et bouquet. Avec quels partenaires, dans quelles conditions et avec quelle marge de liberté d’expression ? Ces questions n’ont pas été abordées par le ministre. Toujours est-il que les quelques largesses éditoriales, hautement encadrées, que les présentateurs s’étaient aménagées du temps du « statut privé », s’évanouissent pour laisser place aux cérémonial et vérités d’antan. Et malice du destin, les agences commerciales de 2M, actuellement au chômage, commercialisent des bouquets étrangers comme Arabesque ou Canal Horizons, projet français destiné à l’Afrique francophone naguère déboutée de partenariat par les autorités marocaines. C’était avant le lancement de 2M !

48À titre de curiosité, 2M vient d’initier une première. Le 3 décembre 1998, son personnel manifeste, in situ, avec port de brassard rouge, à l’écran, par le présentateur du journal de la mi-journée. Du jamais vu au Maroc. Mais sachant que l’État régente tout et que la télévision est sa chose, il y a lieu de s’interroger sur les raisons d’auto médiatisation de cet événement surprenant.

Les antennes paraboliques ou le droit à l’antenne au Maroc

49De toutes les techniques qui ont bouleversé le paysage audiovisuel marocain, on peut, sans conteste, retenir les antennes paraboliques avec ce qu’elles ont apporté comme changements dans les habitudes d’écoute.

  • 20 Pas de chiffres officiels à ce sujet. L’ex-PDG de 2M, M. T. Bennani Smires, les estimait le 14 mars (...)

50Révulsés par la première chaîne, sa langue de bois, ses speakers inamovibles (plus de vingt ans à l’écran pour certains) et ses interminables actualités gouvernementales non convaincus par la deuxième chaîne, officieuse et à péage, les Marocains se sont rués sur les antennes paraboliques dès leur apparition il y a dix ans. Introduites le plus souvent en contrebande, d’un prix relativement élevé (2 000 à 3 000 MAD = 200 à 300 US $), le SMIG étant de 1 500 MAD (150 US $), elles ont rapidement envahi le paysage urbain et sont actuellement estimées à plus de 2 millions d’unités20.

51Médusée par le flot de chaînes étrangères et craignant leurs conséquences sur l’audience de 1M et de la RTM, toutes deux dédiées, chacune à sa façon, à une image de l’État (Hidass, 1993a), le Gouvernement soumit les antennes paraboliques, dans un premier temps, à autorisation administrative. Délivrée au compte-gouttes pendant des années par le ministère de l’Information au seul profit des hôtels (fréquentés en quasi-totalité par des étrangers), elle fut abandonnée pour un régime moins restrictif en vertu du décret-loi du 13 octobre 1992 : déclaration et paiement d’une redevance de 5 000 MAD (500 US $).

  • 21 Au vu du dahir de 1924 instituant le monopole d’État en matière audiovisuelle, les régimes d’autori (...)
  • 22 Conseil Constitutionnel, Arrêt 94/37 du 16 août 1994.
  • 23 En plus de cette loi, le droit à l’antenne est consacré et aménagé par plusieurs textes, notamment (...)

52Impopulaire et sans fondement légal21, la réception audiovisuelle ayant toujours été libre techniquement, ce régime revenait à faire payer le propriétaire d’une antenne parabolique pour des images qu’il doit aux télévisions étrangères. Sans que l’on sache pourquoi, ni comment, la loi 93/33 prise en application du décret-loi du 13 octobre 1992 fut soumise au Conseil constitutionnel qui l’annula. Pour vice de forme seulement, le fond n’ayant pas été abordé. Prenant acte de cette décision, le gouvernement ne relança pas son projet. Ce qui porte à croire que la réception audiovisuelle est, depuis lors, libre. Mais de fait seulement22. Pour clarifier la situation, un texte est nécessaire d’autant plus que la taille des réflecteurs paraboliques est encombrante au Maroc. Hérissés sur les toits, accrochés aux murs et aux balcons ou posés à même le sol, ils avilissent le paysage urbain déjà en mal d’harmonie. Dans beaucoup de pays comme l’Espagne et la France, l’installation d’une antenne de réception individuelle est un droit mais différemment aménagé selon que le logement est individuel ou collectif, câblé ou non, dans un site protégé ou ordinaire. En France, pour éviter toute prolifération abusive, la loi du 20 mars 1997 réformant l’audiovisuel impose aux promoteurs immobiliers l’installation d’une antenne parabolique collective à tout dépôt de demande de permis de construire23.

Les radios locales et la bande FM au Maroc

53La bande FM qui fait le bonheur des radios locales, prolifiques partout où la communication audiovisuelle est libre, est quasiment inoccupée au Maroc.

  • 24 En Europe, en Asie et en Amérique du Nord et du Sud, la bande FM est saturée. En France, à chaque r (...)

54Vu les besoins, le législateur est intervenu dans beaucoup de pays pour gérer la rareté des fréquences et rationaliser leur attribution à des candidats de plus en plus nombreux24. Au Maroc, la bande FM ne compte que quatre stations de radio : RTM (arabe), RTM (trois parlers Tamazight), RTM Chaîne Inter (français et quelques heures en anglais et en espagnol) et Médi 1, toutes reçues dans le périmètre de quelques villes seulement. Émettant déjà en courtes, moyennes et longues ondes, aucune n’assure de programme local en bande FM. Casablanca, la capitale économique du pays avec ses 6 millions d’habitants, est la seule ville à avoir une radio locale depuis 1987. Mais elle est musicale, sans journaux ni services de proximité.

55À son premier débat télévisé, M. Larbi Messari, ministre de la Communication, a déclaré le 16 décembre 1998 que son département est saisi de 20 demandes pour des radios privées. Elles sont toujours sans réponses. Aussi, au colloque national « Infocom » organisé en 1993 en grandes pompes par le ministre de l’Intérieur et de l’Information, le représentant de la BBC a, solennellement, sollicité que le programme en langue arabe de sa radio soit relayé en bande FM au Maroc. Jusqu’à l’heure actuelle, la BBC radio n’est accessible qu’en ondes courtes.

56Quant aux postes radio, le marché marocain n’en propose que des classiques en bandes FM, SW et L. Les appareils de réception en mode Citizen Band, scanner ou Digital Audio Broadcasting ne sont pas en vente.

L’ouverture à l’épreuve des faits

  • 25 M. Michel Jobert, ex-ministre français est natif du Maroc. Il assure une rubrique hebdomadaire (sam (...)

57Par rapport à des voisins d’Afrique et de monde arabe, le Maroc passe pour un pays modéré. Traditionnel mais vibrant à la modernité, comme le dit l’ex-ministre français natif de Meknes, M. Michel Jobert25, pluraliste mais régi par un appareil d’État féodal et omnipotent comme l’écrit le professeur français de droit public Michel Rousset (Rousset, 1978), il est, depuis une dizaine d’années, tenté par la démocratisation. Administrée à petites doses mais difficilement perceptible en milieu politique. Qu’en est-il en audiovisuel ?

Ouverture/démocratisation sous contrôle

58La langue de bois et la tutelle de l’État qui ont fossilisé, depuis l’indépendance, la radio et la télévision dans l’archaïsme et le monolithisme font actuellement place à des discours contradictoires. Mais de façon mesurée et sans bénédiction légale.

Le vide législatif

  • 26 Les textes relatifs à l’information datent tous du temps du Protectorat ou sont établis par le pouv (...)

59Dans le pays développé comme dans beaucoup de pays du Tiers-monde, la communication audiovisuelle est dotée d’une réglementation riche et variée. Mûrie par des décennies de régulation et de jurisprudence, elle est constamment renouvelée. Au Maroc, mis à part le dahir de 1924 et quelques autres textes pris par le Protectorat français et, après l’indépendance, par le seul pouvoir exécutif, c’est le vide législatif, le Parlement n’ayant jamais pris d’initiative dans ce domaine (Hidass, 1989)26. Il relève pourtant de ses prérogatives.

60À un moment où il est question de transition démocratique, de dynamisation du marché de l’information et d’ouverture de l’économie à plus d’investissements étrangers (Michalet, 1997), le secteur de l’audiovisuel gagnerait à être doté de textes sur :

  • la communication audiovisuelle par voie hertzienne, par câble et par satellite : production, répartition des fréquences, diffusion, etc. ;

  • la publicité par toutes sortes de médias : affichage, presse écrite, radio, télévision, hors médias ainsi que sponsoring et mécénat ;

  • les sondages, les études d’audience, l’audiométrie, le marketing ;

  • la protection du public, surtout les mineurs, contre les programmes non conventionnels : violence, indécence, ségrégation raciale ;

  • le statut de l’entreprise de presse écrite et audiovisuelle pour des raisons fiscales et d’incitation à l’investissement ;

  • la protection de la vie privée, le droit à l’image, le respect de la présomption d’innocence, le droit à l’oubli, etc. ;

  • l’accès à l’information et à la documentation administratives (Hidass, 1993b) ;

  • le dépôt légal et la conservation des archives audiovisuelles ;

  • le secret des sources d’information journalistiques et ses limites légales ;

  • les missions et obligations de l’audiovisuel public et de tous les organes d’information qui bénéficient de subventions publiques ;

  • le cahier des charges des radios et télévisions privées ;

  • les autorités de régulation, etc.

61Par ailleurs, il y a lieu de relever l’inexistence d’organisations non gouvernementales dédiées à l’audiovisuel. La publicité mensongère, la protection des mineurs, la concurrence déloyale, l’audience des chaînes, l’éthique de l’information, la décence des programmes, le droit de réponse, de rectification et de répartie, de rétorsion et de réplique sont autant de causes qui n’ont pas de défenseurs. Malgré le dahir de 1958 sur les libertés publiques et les quelques associations « officielles » médiatisées par la RTM, 2M, Médi 1 et par la documentation officielle, la société civile, au sens du public et du consommateur, est encore sans voix dans ce domaine (pour les ONG en matière d’information et de communication voir : Ministère de l’Information, 1994).

Audiovisuel et campagnes électorales

62Depuis l’indépendance du pays en 1956, la radio et la télévision sont fermées aux partis politiques, aux syndicats et à l’homme de la rue sauf s’il est question de dire OUI au gouvernement, de louer sa clairvoyance et de célébrer ses réalisations, fussent-elles médiocres.

  • 27 L’article 7 dispose qu’il « est institué une commission de suivi et de supervision chargée de veill (...)

63Le 28 septembre 1992, mais bien après le déroulement d’une consultation populaire, le ministre de l’Intérieur et de l’Information décida, par arrêté, d’ouvrir l’audiovisuel aux campagnes électorales27. Mais au vu des articles 1 et 2 du texte, cette ouverture ne concerne que les partis représentés au Parlement et tel que cela a été pratiqué par la radio et la télévision marocaines, seules les élections législatives et communales sont concernées. Les referendums initiés par le roi en sont exclus.

64D’après l’article 45 de la Constitution de 1972, les projets de textes portant sur les libertés publiques sont du ressort du Parlement. Le fait que ce soit le ministre d’État (titre pour super ministre) à l’Intérieur et à l’Information qui en ait décidé porte à croire que c’est là une largesse de l’État.

Audiovisuel et langues du pays

65Le Maroc compte deux langues maternelles : le berbère (Aspinion, 1953) et l’arabe, par ordre d’ancienneté, et quelques langues étrangères, le français, l’anglais et l’espagnol, par ordre de popularité, pratiquées par les lettrés. Les radios et télévisions du pays font écho, chacune à sa façon, à ce plurilinguisme et diffusent dans ces langues. Toutefois, Médi 1 et 2M ne diffusent qu’en arabe (langue officielle) avec respectivement 40 % et 20 % des programmes en français (légué par le Protectorat) avec 60 % et 80 %.

66La RTM radio avec ses neuf stations régionales ne diffuse qu’en arabe. C’est son studio central à Rabat, la capitale, qui diffuse un mini-programme de neuf heures en berbère à raison de trois heures pour chacun de ses troisparlers (Tachelhit, Tamazight et Tarafit). Depuis une dizaine d’années, il a été porté à 12 heures. Ce qui est dérisoire quand on sait que le berbère est la langue maternelle de 50 à 80 % de la population (Donet, 1995). Et quel que soit le pourcentage réel, la paysannerie berbère (environ 80 % des Berbères) ne communique que dans cette langue.

67La RTM télévision, quant à elle, a, depuis sa création, fait le black-out sur cette langue. En guise d’ouverture, elle diffuse depuis le 24 août 1994 un « Journal des Dialectes » (références aux parlers berbères) de 5 à 10 minutes en appendice au journal en arabe de la mi-journée. Reprenant trois fois de suite les mêmes informations avec un présentateur différent pour chacun des trois parlers, il résume d’une façon caricaturale et expéditive les titres du journal-maison avec des titres et un générique en arabe et non en tifinagh (alphabet berbère). À l’exception des activités régionales du gouvernement et des rares sorties des journalistes pour braquer la caméra sur des visages souriants et pour tendre le micro à des citoyens heureux, le « Journal des Dialectes » ne donne aucune information de proximité pour les régions auxquelles il s’adresse, pas même en cas d’intempéries ou de faits/incidents/accidents graves comme les inondations ou un crash d’avion.

  • 28 Voir la revue berbérophone Amazigh disparue en 1983 au bout de quelques numéros et les feuilles irr (...)

68Considéré comme insultant par les quelques périodiques berbérophones qu’autorise l’État28, on peut aussi lui reprocher son archaïsme et sa volonté de ne pas reconnaître le Tamazight (le berbère), vieille de plus de 5 000 ans, comme langue à part entière. Imperturbable, sans changements ni concessions aux critiques, le « Journal des Dialectes » persévère dans sa formule depuis sa création.

69La révision constitutionnelle de 1996 a introduit une décentralisation sous forme de 16 régions au Maroc. Promises par le constituant à l’image des landers allemands qui sont des États dans l’État, il y a lieu de se demander si elles ont compétence en matière de communication pour autoriser des radios locales ou en créer, elles-mêmes, dans le parler de la région. Pour l’instant, aucun texte d’accompagnement n’a suivi dans ce sens.

Ouverture et programmation

70C’est une « télévision à la marocaine » pour « une certaine image du Pouvoir […] dans le meilleur des Maroc […] ». C’est ainsi que titrait, non sans malice, le magazine Jeune Afrique, pourtant pro-marocain, son dossier consacré en 1997 à l’audiovisuel au Maroc (Jeune Afrique, 1997). Pour ce magazine, dont les conclusions recoupent celles de chercheurs universitaires (Perreau, 1987), « la télévision a toujours été entre les mains du Pouvoir. Conçue pour véhiculer son message, elle est construite autour de quelques émissions centrales qui n’ont guère varié avec le temps » (Jeune Afrique, 1997).

71Le journal télévisé : présenté par les mêmes anchormen, en poste, pour certains, depuis un quart de siècle, il est extensible. Il peut aller de 30 minutes à plus de 2 heures et obéit à un rituel immuable avec les activités officielles en premier. Quelles que soient les nouvelles du jour et quelle que soit leur gravité. En ouverture et pendant le temps qu’il faut, c’est les discours, les réunions, les colloques, les signatures et autres coupures de ruban avec des commentaires descriptifs : « étaient présents », « ont pris la parole », « ont honoré de leur présence », renforcés par des slogans sur « la démocratie marocaine », « l’administration citoyenne », « l’État de droit », etc. Les reportages sont sur fond de fleurs, de fresques idylliques ou de citoyens souriants qui ravissent le bonheur aux Soviétiques d’antan. Pour M. Omar Salim, chroniqueur au Quotidien du Maroc, « le journal TV est un véritable somnifère » (Salim, 1998).

72Le divertissement avec des magazines, séries et films au rabais quand ils ne sont pas offerts par CFI (France), Transtel (Allemagne) et autres donateurs. La production nationale est très limitée (2 à 5 %) et se compose de 2 sortes de programmes :

  • des sketches de piètre qualité technico-artistique, socialement critiques et politiquement conformistes diffusés pendant le Ramadan, le mois de carême ;

  • la soirée folklorico-artistique du samedi soir. Avec un menu à l’eau de rose et supervisée par l’Administration, elle est organisée, à tour de rôle, par les différentes préfectures du pays.

73Le sport avec la retransmission de compétitions nationales et parfois internationales via Eurovision. Le football vient en tête des retransmissions, suivi par le golf dont les tournois sont intégralement passés sur antenne. Le premier pour la consommation populaire, le deuxième pour une certaine image du Maroc que les autorités veulent associer au prestige.

Ouverture démocratique et actualités nationales

74Comme nous l’avions suggéré en introduction, pour se faire une idée de la démocratisation du pays, l’audiovisuel est un indicateur de choix. Tel qu’il se présente, son statut ne prête guère au changement. Qu’en est-il de sa politique éditoriale ? Le traitement consacré par la RTM à quelques événements (faits divers, catastrophes, politique, etc.) est révélateur. Notre choix s’est porté sur la RTM pour deux raisons : c’est le pouvoir du son et de l’image dans un pays analphabète à 56 % et c’est la seule télévision à couvrir le pays à 98 %. Ce qui en fait le média de l’État et de ses messages.

  • Depuis trois ans, le détournement de l’aide alimentaire (40 millions US $) accordée par le PAM/ONU aux cantines scolaires défraie la chronique (Salim, 1996). De hauts responsables sont en cause. La RTM n’en a jamais fait état. C’est le black-out total.

  • Le mois de décembre 1996 a connu au Maroc des précipitations record avec des rivières en crue, des inondations, des villes et villages sinistrés et des routes coupées. La RTM n’en a fait état que le 21 décembre 1996. À son journal du soir qui était de 43 minutes, elle consacra 3 minutes aux intempéries dans 2 villes seulement, les moins touchées, avec des commentaires rassurants : les autorités locales suivent la situation et veillent à tout.

  • Les dégâts causés par les précipitations sont énormes. Le 24 décembre 1996, la presse écrite révèle que le ministère de l’Intérieur a donné des instructions pour qu’aucun service provincial ne fournisse d’informations aux journalistes sur les sinistres causés par les inondations. Seul le comité de suivi de la situation pluviométrique et météorologique relevant dudit ministère est habilité à le faire (S.E.A., 1996).

  • Le 6 janvier 1997, un autocar est emporté avec ses passagers par une rivière en crue. À son journal du soir qui était de 42 minutes, la RTM donna la nouvelle par une dépêche lue en 2 minutes après 27 minutes d’activités officielles. Il n’est question que de 20 morts alors que le bilan est plus lourd. Quelques jours après, le 10 janvier 1997, un autre autocar est emporté par une autre rivière en crue. La nouvelle est donnée en 15 secondes en clôture du journal de 23 heures de la RTM.

  • Dans la nuit du 28 au 29 septembre 1997, une cinquantaine de voitures et 5 autocars sont surpris, dans les environs de la ville d’El Hajeb, par des pluies diluviennes et emportés par des coulées d’eau et de boue faisant au moins 50 morts. La nouvelle est donnée en premier par une agence étrangère, l’AFP, suivi 48 heures après par l’agence officielle marocaine MAP, puis par la RTM. Celle-ci relata le sinistre en 15 secondes en milieu du journal du soir avec des images aseptisées et un bilan de 10 morts lui-même arrêté par le ministère de l’Intérieur (voir Libération, 30 septembre 1997, p. 1 ; Le Quotidien du Maroc, 30 septembre 1997, p. 1-2.).

    • 29 Après des tirs contre deux gendarmes et un agent des Forces auxiliaires, les Autorités entreprennen (...)
    • 30 Texte du Communiqué dans L’Opinion, 3 août 1997, p. 1-2.

    En 1997, et pendant des mois, les villes d’Ifrane et Imouzer et les forêts avoisinantes font l’objet de ratissages de l’armée et de la gendarmerie29 à la recherche d’un mystérieux repris de justice dénommé Boulaouhouche, un ex-garde forestier jeté, d’après la rumeur, en prison pour une affaire montée de toutes pièces par ses supérieurs. D’après la presse écrite, pour se faire justice, Boulaouhouche prend le maquis et organise des attaques à main armée contre tout ce que représente l’Autorité. Ses exploits, réels ou supposés, défraient la chronique et suscitent de la sympathie auprès de la population excédée par les exactions de l’Administration et autres officiels. Malgré l’ampleur de l’affaire, aucune des deux radios et des deux télévisions que compte le pays ne prit l’initiative de mener une investigation. Le 1er août 1997, l’agence officielle MAP annonce dans un communiqué « l’arrestation de trois éléments de la bande du malfrat Boulaouhouche30 », mais bien après que l’agence française AFP ait fait état de l’affaire. Quelques jours après, la RTM annonce à son journal du soir, photos d’identité à l’appui mais sans images de l’arrestation, que « le bandit Boulaouhouche et son dernier complice ont été arrêtés ».

  • Au lendemain des élections de la Chambre des représentants du 13 septembre 1997, le ministre d’État à l’Intérieur M. Driss Basri, qui a supervisé toute l’opération, a tenu une conférence de presse pour présenter ses résultats. La RTM, qui couvrait la conférence, transmit en direct le discours du ministre et suspendit la transmission dès que la parole fut donnée aux journalistes présents. Deux jours après, elle en donna un résumé en arabe. Au passage, plusieurs questions et réponses ont été escamotées.

  • Pendant les mois d’avril et mai 1998, la presse écrite a fait état de l’inculpation de 50 magistrats, et non des moindres, pour des délits assez graves perpétrés dans l’exercice de leur fonction : abus de pouvoir, prévarication, concussion, détournement de fonds publics, corruption, etc. Mais ni les noms, ni la juridiction saisie, en l’occurrence le conseil Supérieur de la Magistrature ou la Cour Spéciale de Justice, ni les sanctions encourues n’ont été révélées au public (Anik, 1998). La RTM (radio et télévision), 2M et Médi 1 n’ont jamais abordé l’affaire.

    • 31 Voir à ce sujet les rapports annuels d’Amnistie Internationale, de Human Rights Watch, de Reporters (...)

    Après un black-out de plus de quarante ans, les autorités marocaines, par le biais du très officiel conseil Consultatif des droits de l’Homme où siège le ministre de l’Intérieur ont reconnu, le 12 octobre 1998, la disparition de 56 personnes entre 1960 et 1980. Portés officiellement « disparus » sans autre précision, ce sont d’après la presse étrangère, des prisonniers politiques décédés dans les bagnes, les commissariats ou les prisons du pays (voir les dépêches de l’AFP et de Reuters du 13 octobre 1998. Aussi Le Monde du 14 octobre 1998, p. 3-4). La RTM (radio et télévision), 2M et Médi 1 qui ont donné lecture du communiqué du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme, n’ont dit ni pourquoi, ni comment, ni dans quelles conditions, ni pourquoi 1960-1980 seulement. Malgré la gravité de cette question qui a tant terni l’image du pays à l’extérieur31, aucun débat ne lui a été consacré.

    • 32 Les familles des disparus contestent les listes nominatives publiées par le Conseil Consultatif des (...)

    Quelque temps après, alors que le monde fêtait, en grandes pompes, le 50e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, au Maroc ce fut la discrétion avec des images, à la télévision, sur d’atroces violations dans d’autres pays (Tuqoui, 1998). Pour commémorer cette journée, 2M invita le ministre des Droits de l’Homme, M. Mohamed Aujar, à son journal de la mi-journée. Il psalmodia quelques bribes de discours officiel en la matière et ne souffla pas un seul mot sur la question des disparus ni sur les interpellations de leurs familles32.

Conclusion

75Au vu de nos développements préliminaires et des cas retenus pour les vérifier, le paysage audiovisuel marocain suscite les conclusions suivantes.

76Comme le résume si bien le célèbre poète marocain, Abdellatif Laabi, exilé en France :

  • 33 Entrevue de Radio Médi 1 avec M. Abdellatif Laabi, 1er mai 1998, 18 h 45.

le journaliste et l’écrivain souffrent au Maroc d’un mal être qui n’en finit pas de les étouffer, de les écraser […] comme une chape de plomb. Un mal être qui tue la créativité, momifie les esprits […]. Un mal être qui perdure […]. Sans fin […]. La liberté d’expression, ses espaces, ses hommes, n’arrivent toujours pas. Le mal être profond […]. Conscience libre et vive des nations, les écrivains, les journalistes et autres gens de la plume, sont perçus par le Maghzen comme des notables […] avec les conséquences qui en découlent pour leurs « productions » et pour le média qu’ils enfourchent pour épancher leurs douleurs […]33.

77Beaucoup de sujets, tous importants pour ne pas dire décisifs pour le développement du pays, sont tabous. Parmi les moins sensibles : l’enseignement. Plus d’un Marocain sur deux est analphabète. La radio et la télévision, toutes stations confondues, n’abordent pas le problème. Et pour cause, cela reviendrait à faire le procès, jamais engagé, des autorités en la matière depuis l’indépendance ! Surtout qu’avec les mêmes moyens, d’autres ont mieux fait que le Maroc mais dans d’autres conditions de gestion des affaires publiques (Tuqoui, 1997).

78Contrairement aux télévisons publiques, membres de l’Eurovision (la RTM en est membre associé), qui assurent des missions de service public (Universalité, Pluralisme, Équité et Qualité) pour mériter leur financement par les deniers publics (redevances et subventions) (European Broadcasting Union, 1993 ; Atkinson, 1997), la RTM se limite, non sans difficulté, à couvrir le territoire national et à émettre, par satellite, à destination des Marocains à l’étranger.

79Tout comme en France, du temps de l’État jacobin, quand le Général De Gaule déclarait que la RTF est la voix de la France (une France plurielle, rétorquait la Gauche !), au Maroc, l’audiovisuel est un média de souveraineté au seul service des autorités.

80Le monopole d’État et le contrôle du Gouvernement ont eu pour conséquences notamment de freiner « la transition démocratique », d’empêcher l’apparition d’une société civile non « maghzénienne » et de gêner l’émergence d’une économie de l’information. À titre de comparaison, la Colombie et l’Équateur, bons derniers en Amérique Latine, comptent, chacun, plus d’une douzaine de chaînes de télévision nationales et régionales.

  • 34 Voir Libération et Le Quotidien du Maroc, 18 mars 1998. Déclaration confirmée par le Ministre dans (...)
  • 35 Voir pour le texte intégral du discours du Premier Ministre : Le Matin du Sahara, 20 novembre 1998.

81Aux élections législatives du 13 septembre 1997, le Maroc a engagé une mini « alternance gouvernementale ». À son investiture, le nouveau ministre de la Communication, M. Larbi Messari (ex-journaliste, ex-ambassadeur et ex-secrétaire général du Syndicat National de la Presse Marocaine) déclara que sa priorité irait aux bulletins d’information et débats de la radio et de la télévision qu’il voudrait réformer34. Wait and see parce qu’un an après, ils sont toujours les mêmes avec les hommes, les structures et les formules d’antan. Le monopole d’État, véritable obstacle à toute libéralisation, demeure. Dans son programme d’action présenté au Parlement en mars 1998, le Premier Ministre du « gouvernement d’alternance », M. Abderrahmane El Youssoufi, n’a pas fait état de son abolition. Il en fut de même le 19 novembre 1998 dans son discours pour la célébration du 40e anniversaire du dahir portant statut, pourtant controversé, de la presse écrite au Maroc35.

82Si le Maroc est à l’image de sa radio et de sa télévision et vice-versa, il est mal parti pour le XXIe siècle.

Haut de page

Bibliographie

ALAMI (1997), « Le fléau pauvreté et les moyens de lutte », Al Alam, 15 octobre, p. 2.

ALAOUI M’DAGHRI, Driss (1996), entrevue alors qu’il est Ministre de la Communication et Porte Parole du Gouvernement, dans Maroc Hebdo International, 227, 25-31 mai, p. 1-3.

ANIK, Mohamed (1998), « La réforme de la justice », Al Bayane, 12 mai, p. 1-2.

ASPINION, Robert (1953), Apprenons le berbère, Rabat, Éditions Felix Moncho.

ATKINSON, Dave (1997), Public Service Broadcasting: The Challenge of the Twenty-First Century, Reports and Papers on Mass Communication, 11, Paris, UNESCO Publishing.

BASRI, Driss (1994), « Trente années de vie constitutionnelle au Maroc » dans Driss BASRI, Michel ROUSSET et Georges VEDEL (dir.), Paris, LGDJ.

BASRI, Driss (1995), « Le Maroc de l’ouverture », Politique Internationale : 83-91.

BENNANI SMIRES, Taoufiq (1996), « Ça vous intéresse », Magazine 2M, 14 mars.

CAMPET, Jacques (1994), L’avenir de la télévision publique, Rapport au Ministre de la Communication, Paris, La Documentation Française.

CUBERTAFOND, Bernard (1997), Le système politique marocain, Paris, L’Harmattan.

DAOUD, S. et B. OUCHELH (1997), « Le Maroc prêt pour l’alternance », Le Monde Diplomatique, 519, p. 1-8.

DILLMANN, Isabelle (1989), « Une chaîne privée 2M International », Le Monde Supplément TV, 14-15 mai, p. 28.

DILTS, Jon Paul et Ralph L. HOLSINGER (1994), Media Law, 3e édition, Toronto, Mc Graw Hill.

DONET, Joël (1995), « Après deux milles ans de mépris, Renaissance berbère au Maroc », Le Monde Diplomatique, janvier, p. 18.

EL ALAOUI, Hicham (1996), « La monarchie marocaine tentée par la réforme », Le Monde Diplomatique, septembre, p. 6-7.

EL GRICHI, Monique (1996), « 2M n’est qu’un élément du puzzle », Le Quotidien du Maroc, 25 avril, p. 17.

EL MALKI, Habib (1990), « Secteur public et développement national », dans Georges VEDEL (dir.), Édification d’un État moderne, Paris, Albin Michel, p. 277-286.

EUROPEAN BROADCASTING UNION (1993), Public Service Broadcasting: Europe’s Opportunity, Genève, EBU Ed.

GARON, Lise (1998), Le silence tunisien. Les alliances dangereuses au Maghreb, Paris, L’Harmattan.

Hennebelle, Guy (1995), Télévisions du monde, Paris, CinémAction-Corlet.

HIDASS, Ahmed (1989), « Le droit de l’information », Revue Marocaine du Droit du Développement, 20 : 173-194.

HIDASS, Ahmed (1993a), « Communication et liberté au Maroc », Communication, 14(2) : 79-100.

HIDASS, Ahmed (1993b), « Le droit d’accès à l’information », dans Le Marketing de l’information, Actes du colloque BIEF, FID, IFLA & UNESCO, Ottawa, Éd BIEF, p. 137-150.

HIDASS, Ahmed et M. ABDERAHIM (1993), « La régulation de l’audiovisuel au Maroc » dans Charles DEBBACH et Claude GUEYDAN (dir.), La Régulation de la liberté de communication audiovisuelle, Paris, Economica, p. 57-70.

LEVEAU, Rémy (1998), « La monarchie, acteur central du système politique : réussir la transition démocratique au Maroc », Le Monde Diplomatique, 536, p. 14-15.

MAGAZINE JEUNE AFRIQUE (1997), 1898, 21-27 mai, p. 18-21.

MARIN LEMESLE, Raymond (1996), Des rekkas à Radio Maroc, Saint Ouen En Brie, Éditions La Lucarne Ovale.

MICHALET, Charles Albert (1997), « Investissements étrangers : les économies du Sud de la Méditerranée sont-elles attractives ? », Maghreb Mashrek : 43-52.

MINISTÈRE DE L’INFORMATION (1994), La presse marocaine, Rabat, Éd. Ministère de l’Information, p. 94-96.

PALAZZOLI, Claude (1978), Le Maroc politique, Paris, Sindibad.

ROUSSET, Michel (1978), Royaume du Maroc, Paris, Berger Levrault.

S.E.A. (1996), « Instructions pour garder le silence sur les dégâts causés par les intempéries », L’Opinion, 24 décembre.

SALIM, Omar (1996), « Des éducateurs sans conscience », Le Quotidien du Maroc, 7 octobre, p. 1-2.

SALIM, Omar (1998), « Larbi Messari, Ministre de la Communication, dans l’arène », Le Quotidien Magazine, 20-26 mars, p. 5.

TUQOUI, Jean Pierre (1998), « Le Maghreb célèbre des droits qu’il n’hésite pas à bafouer », Le Monde, 8 décembre, p. 3.

TUQOUI, Jean Pierre (1997), « Le Maroc peine à accélérer sa croissance économique », Le Monde, 27 novembre.

Haut de page

Notes

1 Au Maroc, le taux d’analphabétisme est de 56 % à 60 % de la population. En milieu rural, c’est 75 %. Pour l’année scolaire 1997-1998, enseignements primaire et secondaire confondus, du CE 1 au Baccalauréat, ne comptait que 4 527 121 pour une population de 9 369 000 de jeunes scolarisables âgés de 5 à 9 ans (Al Alam du 15 octobre 1998, p. 2). Chiffres accablants pour le discours officiel qui, depuis près de quarante ans, à travers radio et télévision, ressassait la clairvoyance de sa politique éducative. Pour la première fois de l’histoire du pays, M. R. Belmokhtar, alors ministre de l’Éducation, admet l’échec de la politique officielle en la matière à la rentrée scolaire 1997-1998. Mais sans que s’en suivent ni sa démission ni celle du gouvernement. Voir le discours du ministre, Le Matin du 16 septembre 1997, Le Quotidien du 18 septembre 1997 et Libération du 19 septembre 1997.

2 Au Maroc, le salaire mensuel minimum (SMIG) est de 1 600 MAD (160 US $). En milieu rural, 70 % de la population vit avec moins de 750 MAD (75 $) par mois (Alami, 1997 : 2).

3 En dehors de la presse périodique, elle-même corporatiste ou associative, le Maroc compte 18 quotidiens dont 1 gouvernemental, 2 proches du Gouvernement et le reste appartenant à des partis politiques. Pas de quotidien d’information au sens moderne du terme.

4 Voir le titre II de la Constitution du Maroc de 1972. « Je dispose de pouvoirs importants telle que l’orientation de la politique générale du pays, la faculté d’adresser en toute liberté – à la différence de certaines constitutions – le discours du Trône dans lequel je peux dire ce que je juge opportun ou utile, ou te prodiguer une orientation qui t’indique la voie à suivre […] » Discours royal du 20 août 1997, dans Le Matin, 22 août 1997, p. 3.

5 Voir le titre IV de la Constitution du Maroc de 1972.

6 Voir le titre III de la Constitution du Maroc de 1972. Pour se faire une idée des particularités du système marocain, comparer ces titres de la Constitution marocaine avec les titres II (De la Corona), III (De los Cortes Generales) et IV (Del Gobierno y de la Administración) de la Constitution espagnole de 1978.

7 Voir la presse marocaine d’octobre 1994 à mars 1995 sur l’Affaire Tabet. Un commissaire de police qui a violé, dans l’exercice de ses fonctions et pendant des années, des centaines de femmes et détourné des fonds avant que ses abus soient révélés au grand jour. « Trop courant au Maroc, ce genre d’abus et de “non secret”, partagé par tant de personnes, résulte de l’intimidation et accentue l’aliénation du peuple. » (El Alaoui, 1996)

8 Ce qui est trop peu pour un pays de la superficie du Maroc qui compte plus de 30 millions d’habitants, deux langues maternelles (arabe, Tamazight), trois langues étrangères (le français, l’anglais et l’espagnol) et une variété de climats et de reliefs.

9 Le Maroc a connu plusieurs procès portant sur la liberté d’opinion et d’expression, mettant en cause des personnalités politiques (M. Balichi, membre de l’Association Marocaine des Droits de l’Homme), syndicales (M. El Mamoui, Confédération Démocratique du Travail) ou journalistiques (M. El Kaytouni, journal L’Opinion). Mais les arrêts n’étant pas publiés, il est difficile de mettre des affaires à profit pour étudier la jurisprudence marocaine en la matière et apprécier du degré d’indépendance de la Justice.

10 Canal Horizon est la seule chaîne de télévision étrangère payante commercialisée au Maroc. Exclusivement par les agences de 2M et les filiales de l’ONA. Apparemment les autres opérateurs n’ont pas le droit d’assurer ce genre de services à un moment où les bouquets payants se multiplient un peu partout dans le monde.

11 Voir la recherche de doctorat de J. PERREAU qui conclut d’après la liste des hommes qui se sont succédé à la tête du ministère de l’Information que celui-ci a toujours été confié à des fidèles du Maghzen (État).

12 En 1994, trois partis d’opposition, l’Istiglal, l’OADP et l’USFP, ont préparé un projet de loi insolite. Il visait à brouiller les satellites qui diffusent vers le Maroc des programmes indécents ou contraires aux bonnes mœurs et aux valeurs sociales du pays. Texte dans Al Alam du 13 février 1994 et Al Ittihad Al Ishtiraqui du 16 février 1994.

13 Médi 1 semble bénéficier d’une bonne pénétration au Maroc et en Algérie (pas d’études d’audience soutenues). Mais d’après France Info, reprenant son correspondant à Alger, Médi 1 serait une radio dont on se méfie en Algérie parce qu’elle « diffuse de fausses informations sur l’Algérie… ». Assignée en justice pour diffamation par son directeur, le TGI de Paris a donné gain de cause à Médi 1 contre France Info. Jugement du 30 octobre 1996. Voir aussi Yves Marie LABE, « Médi 1, une radio franco-marocaine à succès », dans Le Monde, 26 novembre 1997.

14 2M a, entre autres, été créée au moment où le Maroc se portait candidat à l’organisation du Mundial (Coupe du Monde, Football) de 1994 puis 1998. En matière audiovisuelle, le Cahier des charges de la FIFA exige que le pays organisateur dispose de plusieurs chaînes de télévision.

15 Au Maroc, comme dans d’autres pays du Tiers-monde, pour savoir ce qui se passe chez soi, il faut s’informer ailleurs. Il arrive que les organes d’information, y compris l’agence de presse officielle MAP, se réfèrent à une source étrangère pour donner une information locale.

16 Le piratage y était estimé à quatre foyers raccordés pour un abonné. En 1994, le Parlement marocain a voté une loi contre le piratage. Inspirée de la loi française de 1987, elle prévoyait une amende allant de 10 000 MAD (1 000 US $) à 65 000 MAD et la publication du jugement dans 4 journaux marocains.

17 Pour quelques montants de la subvention voir « 2M va-t-elle mourir ? », Maroc Hebdo International, 217, 16-22 mars 1996, p. 10-11 et « S.A.B., L’avenir de 2M : scénarios possibles », Téléplus, 74, avril 1994, p. 64.

18 Au Maroc et d’après la Constitution, les opérations qui engagent les finances publiques comme la privatisation d’une entreprise publique ou le rachat d’une entreprise privée relèvent de la compétence du Parlement. Dans le cas de 2M, c’est le Gouvernement qui a conclu l’opération. Voir Alaoui M’Daghri (1996).

19 Les matches de la Coupe d’Afrique de football (février 1998) étaient retransmis simultanément par les deux chaînes.

20 Pas de chiffres officiels à ce sujet. L’ex-PDG de 2M, M. T. Bennani Smires, les estimait le 14 mars 1996 à un million d’unités, loc. cit.

21 Au vu du dahir de 1924 instituant le monopole d’État en matière audiovisuelle, les régimes d’autorisation et de déclaration instaurés par la loi 93/33 n’ont aucun fondement juridique dans la mesure où ledit dahir concerne les télécommunications de point à point. Or, l’antenne parabolique est un matériel de réception passif.

22 Conseil Constitutionnel, Arrêt 94/37 du 16 août 1994.

23 En plus de cette loi, le droit à l’antenne est consacré et aménagé par plusieurs textes, notamment la loi du 2 juillet 1966, et confirmé par la jurisprudence. Voir à ce sujet l’unique décision rendue par une juridiction de second degré : C.A. Paris, 8e ch., Régie Immobilière Ville de Paris/Vasconi, Arrêt du 28 mars 1995.

24 En Europe, en Asie et en Amérique du Nord et du Sud, la bande FM est saturée. En France, à chaque renouvellement de licences par le CSA, les candidats à l’attribution de fréquences se comptent par dizaines dans chaque région.

25 M. Michel Jobert, ex-ministre français est natif du Maroc. Il assure une rubrique hebdomadaire (samedi) très suivie sur les ondes de Médi 1.

26 Les textes relatifs à l’information datent tous du temps du Protectorat ou sont établis par le pouvoir exécutif.

27 L’article 7 dispose qu’il « est institué une commission de suivi et de supervision chargée de veiller à l’application des dispositions de l’arrêté […]. Cette commission, présidée par le Secrétaire général de l’information, comprend le Gouverneur Directeur Général de la RTM, le Directeur Général de l’Agence (officielle) MAP, le Directeur de 2M, le Directeur de Médi 1 et un représentant de chacun des partis politiques participants aux élections législatives et communales ».

28 Voir la revue berbérophone Amazigh disparue en 1983 au bout de quelques numéros et les feuilles irrégulières dédiées à la même cause : Agrawe, Amazigh.

29 Après des tirs contre deux gendarmes et un agent des Forces auxiliaires, les Autorités entreprennent une opération de ratissage dans la forêt du Moyen Atlas (voir Abderrahim, dans Al Ittihad Al Ishtiraqui, 5 août 1997, p. 1-2).

30 Texte du Communiqué dans L’Opinion, 3 août 1997, p. 1-2.

31 Voir à ce sujet les rapports annuels d’Amnistie Internationale, de Human Rights Watch, de Reporters Sans Frontières et de plusieurs ONG françaises et espagnoles.

32 Les familles des disparus contestent les listes nominatives publiées par le Conseil Consultatif des droits de l’Homme (organisme officiel) et estiment qu’elles émanent du ministère de l’Intérieur. À l’occasion, elles réclament « des corps et des comptes ». Voir Le Monde, 18 et 19 octobre 1998, p. 4.

33 Entrevue de Radio Médi 1 avec M. Abdellatif Laabi, 1er mai 1998, 18 h 45.

34 Voir Libération et Le Quotidien du Maroc, 18 mars 1998. Déclaration confirmée par le Ministre dans sa première entrevue accordée au quotidien arabe Al Charq Al Awsat paraissant à Londres, édition du 20 mars 1998, p. 1 et 4.

35 Voir pour le texte intégral du discours du Premier Ministre : Le Matin du Sahara, 20 novembre 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ahmed Hidass, « La radio et la télévison au Maroc », Communication, vol. 19/1 | 1999, 41-68.

Référence électronique

Ahmed Hidass, « La radio et la télévison au Maroc », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6174 ; DOI : 10.4000/communication.6174

Haut de page

Auteur

Ahmed Hidass

Ahmed Hidass est professeur à l’Institut supérieur d’information et de communication à Rabat, Maroc.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org