Navigation – Plan du site
Recherches

Culture et football

Une cohabitation à la française à l’occasion du Mondial 98
François-Gabriel Roussel
p. 121-144

Texte intégral

  • 1 La Régie Autonome des Transports Parisiens a plus de 100 ans et recouvre à la fois métro, bus et R. (...)

1En tant que « prestataire agréé de la Coupe du Monde de Football 1998 », la RATP1 a largement célébré l’événement en souhaitant la bienvenue aux étrangers dans toutes les langues parlées dans les pays participants (banderoles dans les rues de Paris, bandeaux latéraux des autobus, portillons automatiques d’accès au métro, affiches de 3 mètres sur 4 sur les murs du métro), pour notamment présenter l’équipe chargée de transporter les spectateurs du Mondial, celle de la RATP. Parallèlement à ces campagnes d’affiches, la RATP a distribué gratuitement un hebdomadaire d’une trentaine de pages intitulé À nous Paris, réalisé en collaboration avec Le Parisien.

  • 2 Propos de M. Francis Fèvre, de la Délégation Générale à la Communication de la RATP, qui a orchestr (...)
  • 3 Voir pour exemple, Le Monde du vendredi 5 juin 1998, p. 5, d’un format important : 19 cm sur 27 cm.

2Dans ce cadre, la RATP a également déployé une large campagne autour du slogan « Découvrez les pays de la coupe autrement qu’en short », campagne dont l’objectif annoncé était de « proposer à ses clients une animation afin de rendre l’expérience du métro plus agréable », le Mondial servant de « prétexte pour présenter la culture des différents pays représentés »2. Cette campagne a largement dépassé le cadre de l’enceinte du métro puisque ces affiches ont été reproduites jusque dans la presse nationale3. Ces affiches ont été conçues pour sembler réellement déchirées, laissant apparaître ce qui avait l’air d’être l’affiche précédemment collée au mur. Ce procédé offrait ainsi la superposition de deux images, l’une de footballeurs, en noir et blanc, l’autre présentant un fragment de photo en couleurs censé évoquer le pays signalé explicitement en dessous (drapeau et nom du pays en lettres majuscules droites, noires). La superposition des deux images présentait, grâce à une continuité approximative des lignes, des compositions humoristiques. On pouvait ainsi voir une antilope avec quatre pieds de footballeurs ou un arbitre dressant non pas un carton rouge ou jaune, mais un éventail de danseuse de flamenco. Ce procédé d’affiches faussement détériorées est actuellement assez courant : un nombre important d’affiches publicitaires sont aujourd’hui couvertes de tags et graffitis conçus et imprimés avec l’affiche afin de mieux attirer l’attention du passant blasé.

  • 4 Je tiens à remercier chaleureusement ici Jean-Michel Almeida et Aurélie Scalabre d’Euro-RSCG, qui o (...)

3Ces affiches avaient pour fonction d’annoncer les différentes manifestations organisées par la RATP du 5 mai au 6 juin : elles consistaient d’une part en la présentation de 19 des pays participant au Mondial et, d’autre part, en l’information concernant les différentes festivités de la semaine en cours et de la semaine à venir. Elles étaient placardées dans toutes les stations de métro (dans un format de 62 cm sur 100 cm), en 9 positions, 8 sur les quais et 1 dans les accès. Leur réalisation avait été confiée à l’agence Euro-RSCG4

La démarche des organisateurs

4Deux mois durant, du côté de la RATP, une équipe de 13 personnes s’est attelée à la préparation de ces festivités, tantôt culturelles stricto sensu (concerts de musique, expositions de photos ou de peintures, poésies, films, etc.), tantôt présentant la civilisation contemporaine (dégustations variées, initiation à la cuisine ou à la danse du pays, etc.).

5Cette équipe a donc coordonné les préparatifs des festivités qui ont été prises en charge par les équipes des 13 lignes de métro et des 6 centres-dépôts de bus, chacune de ces 19 équipes ayant à s’occuper d’un pays, charge de travail suffisamment considérable pour se limiter à cela. C’est là que réside l’explication des 19 pays représentés : cette répartition du travail en limitait le nombre. Comment ont-ils été choisis parmi les 32 pays participants (la France étant écartée d’emblée) ? M. Fèvre nous confirme finalement qu’il n’y a pas eu de tirage au sort pour la sélection des 19 pays présentés, mais un choix effectué par chacune des 19 équipes, puis un tirage au sort pour départir les équipes qui avaient fait le même choix. Ce procédé explique pourquoi, à mon étonnement, ont été écartés les pays d’Europe Centrale (que le responsable commercial d’Euro-RSCG reconnaît ne pas apprécier), les pays qualifiés par ce même responsable de « sensibles » (comme l’Iran). En revanche, l’Europe Occidentale est bien servie et les pays limitrophes de la France sont bien représentés. Tous ces éléments semblent indiquer que le hasard aurait peut-être un peu trop bien fait les choses...

6Un deuxième tirage au sort, moins étonnant celui-là, a réparti les différents pays sélectionnés entre les équipes des lignes de métro et des centres-dépôts des autobus.

7Les 19 pays étant sélectionnés et les équipes de la RATP commençant les préparatifs des manifestations, les créatifs d’Euro-RSCG se sont attachés à la conception de cette campagne publicitaire par affiches. Une fois trouvée l’idée de cette campagne (superposition de deux images), une première série de croquis a été conçue, avec l’intention explicite de présenter, dans la partie en couleurs, des clichés de ces pays « qui ne dérangent pas », des clichés qui ne correspondraient pas à celui qui présenterait un Français avec une baguette et un béret... Scrupules tout à fait appréciables. Les projets élaborés par les créatifs ont été ensuite soumis aux commerciaux, qui les ont proposés, selon l’usage, au client, la RATP. Les scrupules évoqués plus haut ayant écarté les fautes de tact les plus évidentes, seules quatre ambassades ont dû être consultées : celle de Belgique, pour obtenir l’autorisation de la part de la ville de Bruxelles de reproduire le Manneken Pis ; celle du Brésil, afin de vérifier que l’image des danseuses de carnaval n’évoquerait pas des travestis ; celle du Cameroun pour savoir si le masque choisi n’était pas, par exemple, la représentation d’un esprit maléfique ; et celle d’Allemagne enfin, qui a rejeté un projet d’une natte blonde en gros plan d’une femme portant un plateau de bretzels, la couleur de la natte pouvant évoquer une caractéristique arienne et tout ce que cela peu comporter. Rappelons ici que toute référence à une boisson alcoolisée (fût-elle de la bière) était légalement impossible.

8Restait la réalisation. La presque totalité des photos ont été prises pour cette campagne et n’ont pas été tirées d’une banque d’images : il fallait qu’il y eût conformité aux croquis retenus, vu la difficulté de faire coïncider des images aussi disparates. Seules quatre photos n’ont pas été prises par cette agence : le crocodile, l’antilope, le géant de l’Île de Pâques et le Manneken Pis. Mais il convient de souligner ici que les photos en noir et blanc des footballeurs ont été réalisées avec l’équipe de football de la RATP. Ce point symbolise l’esprit dans lequel ce travail semble avoir été fait.

Un objet problématique

9Ces premiers éléments d’information suscitaient de nombreuses interrogations sur cet usage étonnant d’éléments de clichés identitaires attribués dans cette campagne aux différentes nationalités représentées, et sur l’impact de ces affiches auprès des voyageurs : outre l’aspect humoristique, en avaient-ils décrypté les images symboliques et quels étaient pour eux les meilleurs clichés pour évoquer ces pays ? Nous utilisons ici le terme de « cliché », qui est une expression stéréotypée, distincte du « lieu commun » qui est une pensée stéréotypée ; en sachant que les stéréotypes, comme représentations sociales et culturelles, interviennent en tant que systèmes d’interprétation régissant notre relation au monde et aux autres.

10En effet, si la représentation sociale est toujours la représentation de quelque chose de réel, d’incertain ou de fictif, la construction mentale dépend des propriétés cognitives propres à chaque individu pour traiter les perceptions, processus au cours duquel chacun projette des significations personnelles, tirées de son bagage et de son vécu. Il y a donc décalage entre l’objet et sa représentation sociale, qui se situe à l’interface du psychologique et du social, de l’individuel et du collectif (Jodelet, 1993). Cette approche relève du courant constructiviste, qui remet en cause la distinction traditionnellement admise entre sujet percevant et objet perçu et pour qui nous ne recevons pas la réalité telle qu’elle est : « nous construisons la plus grande partie de ce monde inconsciemment, sans nous en rendre compte, simplement parce que nous ne savons pas que nous le faisons » (Von Glaserfeld, 1988 ; Watzlawick, 1984).

La prise d’opinion

11Cette campagne ayant été réalisée dans les conditions indiquées et affichée, restait à se demander quel avait pu être l’impact de cette campagne d’affiches parmi les usagers du métro. Nous avons donc envisagé d’effectuer sur le terrain une prise d’opinion.

  • 5 Je remercie ici Virginia Grouhel, Létitia Jopia, Jean-Michel Mercier et Sandra Molia, qui ont accep (...)

12Cette prise d’opinion n’a pas de prétention scientifique et revêt juste une valeur indicative, les normes du sondage (panel représentatif, quantité significative de sondés, quotas, etc.) n’ayant pu être prises rigoureusement en compte pour cette enquête effectuée avec des moyens matériels très limités et reposant sur le dévouement bénévole d’une poignée d’étudiants du département de L.E.A. de l’université de Paris-XII5.

13Cette enquête a été menée sur le terrain, dans le métro, au cours de la journée du 15 juin, entre 7 h 45 et 19 h avec une répartition régulière sur l’ensemble de la journée. Un total de 62 personnes ont accepté de répondre au questionnaire (voir annexe), 30 hommes et 32 femmes, parmi lesquels 32 amateurs de football contre 30 ne s’y intéressant pas, chose étonnante parce que non préméditée (contrairement à la répartition équilibrée des sexes).

Tableau 1. La prise d’opinion

Tableau 1. La prise d’opinion

14Quelques grandes lignes se dégagent de cette prise d’opinion.

15Sur les 62 personnes sondées, 41 personnes avaient remarqué cette campagne d’affiches, soit presque les 2/3 (66,13 % exactement), et la presque totalité de ces 41 personnes l’avait trouvée intéressante (95,12 %). En revanche, on est surpris de constater que malgré cette satisfaction quasi générale face à l’idée de cette campagne, à peine plus d’1/3 (36,58 %) s’était donné la peine de lire cette affiche, alors que 68,28 % étaient capables d’évoquer une ou plusieurs affiches les ayant marquées. Une grande majorité estimait que cette campagne n’incitait pas à se documenter sur ces pays (68,28 %), mais à l’inverse, une nette majorité constatait que cette campagne incitait bien à suivre les festivités proposées par la RATP (56,09 %), ce qui correspond au fait que 21,95 % des personnes qui avaient remarqué cette campagne s’étaient rendues à des manifestations (dont l’une à 2 manifestations et une autre à 4 manifestations à elle seule !). Ce taux de participation est tout à fait considérable quand on sait d’un côté qu’un tiers des personnes passant devant ces affiches ne les avait pas remarquées et d’un autre côté à quel point il est difficile de motiver des gens à sortir pour des activités dites culturelles et à quel point les manifestations officielles de l’inauguration de ce mondial n’avaient pas rencontré le succès escompté.

16Parmi les 66,13 % des personnes sondées qui avaient remarqué cette campagne de publicité, à la question « laquelle de ces affiches vous a le plus marqué ? », 31,70 % n’avaient pas d’affiche particulière en mémoire. Plus des deux tiers (68,30 %) en évoquaient spontanément une, et en ne signalant l’image que dans 6 cas, contre 19 qui désignaient le pays et 2 qui évoquaient à la fois l’image et le pays. Ce point n’est pas négligeable, car le fait d’évoquer le pays, et non l’image représentée, prouve qu’au moins 19 personnes de notre corpus avaient au moins pris le temps de lire en partie l’affiche, ne fût-ce que le nom du pays, alors que seules 15 d’entre elles affirmaient avoir lu ces affiches. Un cas marginal cependant : une personne a répondu à cette question en parlant de « l’affiche avec la photo d’un Noir », en supposant qu’il s’agissait du Cameroun. Or, la seule photo représentant un Noir serait celle de la Jamaïque avec le chanteur rasta, le Cameroun étant représenté par un masque de bois.

17Enfin, il n’existe pas de corrélation directe entre la ligne où chaque personne a été sondée et l’affiche évoquée (l’Espagne par exemple a été citée dans le R.E.R. D et sur les lignes 6, 8, 11) mais ne connaissant pas le trajet de chacun de ces voyageurs et les lignes qu’ils empruntaient, il est impossible d’en tirer une conclusion autre que le fait qu’ils n’évoquaient pas seulement l’affiche qu’ils venaient de voir sur les murs des stations précédentes.

18Comment savoir pour quelles raisons objectives ou personnelles ces différentes affiches ont marqué telle ou telle personne ? Un intérêt personnel ? Un souvenir de voyage ? Un parent ou un ami, voire une simple connaissance originaire de ce pays ? Ou bien les spécificités de l’affiche mémorisée ? Toujours est-il que seules 12 des affiches ont été citées, comme le montre le tableau ci-dessous :

Tableau 2. Nombre de réponses à la question « Laquelle de ces affiches vous a le plus marqué ? »

Tableau 2. Nombre de réponses à la question « Laquelle de ces affiches vous a le plus marqué ? »

19C’est donc sans relation apparente avec la ligne utilisée par le voyageur que l’on constate que sept affiches n’ont pas été évoquées, et que les deux les plus citées ici sont la Jamaïque et l’Espagne. La tête d’un chanteur rasta ou un éventail dressé par la main d’une femme seraient-ils plus évocateurs que la moitié inférieure du Manneken pis ou les mariachis ?

Le point de vue des personnes interrogées

20Par ailleurs, lorsque l’on demande quelle serait l’image-symbole de chacun de ces pays, le nombre de personnes évoquant spontanément l’image choisie par les publicitaires met en évidence d’autres éléments (voir annexe).

21Nous sommes ici au cœur de clichés identitaires, influencés cependant par le contexte particulier de cette campagne publicitaire. Les réponses auraient-elles été les mêmes si le sondage avait été effectué dans la rue, sans aucune référence à cette campagne, auprès d’un public qui ne prend pas forcément le métro ?

22Toujours est-il que pour nos usagers du métro sondés, la Jamaïque évoque spontanément le reggae ; la Colombie, le café ; le Brésil, le carnaval ; l’Argentine, le tango et la Hollande, les tulipes... En revanche, ils n’établissent d’emblée aucun lien entre une cage à oiseaux blanche et la Tunisie, une femme en tenue de cow-boy et les États-Unis.

Tableau 3. L’image-symbole

Tableau 3. L’image-symbole

23Une analyse plus fine s’impose, d’autant que la variété des réponses spontanées de cette deuxième partie de l’enquête est éloquente. Nous avons tout d’abord regroupé, dans le tableau ci-dessous, les éléments cités au moins deux fois pour symboliser chacun de ces pays.

Tableau 4. Nombre de mentions des images-symboles.

Tableau 4. Nombre de mentions des images-symboles.

Difficultés méthodologiques et conclusions

24Tout d’abord une remarque méthodologique sur ce tableau : puisque, dans un souci de précision, nous avons estimé utile de distinguer un taureau de la tauromachie, les montagnes de la Cordillère des Andes, nous avons également distingué Venise et les gondoles, Bob Marley et les chanteurs rasta. Il serait cependant absurde de nier la relation qui les lie deux à deux : c’est bien à la même notion que pensent ces gens qui le formulent différemment. Cependant, ce choix de désigner une ville par son nom ou par ce qui la symbolise le mieux nous reportant à l’objet de notre étude, nous ne pouvions envisager d’assimiler les deux formulations. L’inconvénient de ce souci de précision est de cloisonner des concepts forts voisins, cloisonnement parfois simplement dû à l’usage de synonymes, ce qui était le cas notamment pour la drogue en Jamaïque, exprimée par un vocabulaire varié mais regroupant réellement le même concept (joint, herbe, chanvre, pétard, la fume, drogue), l’ensemble de ces termes étant utilisé à neuf reprises dans cette rubrique du sondage et n’apparaissant qu’avec trois termes cités chacun deux fois.

25L’autre inconvénient de cette démarche, qui ne retient que les éléments cités au moins deux fois, est de ne pas faire apparaître les nombreuses exceptions, qui relevaient tantôt d’une formulation marginale, tantôt d’une erreur flagrante de la personne sondée (gondoles pour la Tunisie), tantôt d’une idée particulièrement originale ou révélant une bonne connaissance du pays (place Djema el Fnae à Marrakech). Il sera donc nécessaire de revenir ultérieurement sur ces cas isolés.

26Cette démarche n’a cependant pas que des inconvénients : ce tableau 4 a l’avantage de mettre en évidence les grands clichés correspondant à ces différents pays, même s’ils ne correspondent pas ou plus à l’objet évoqué, et de tirer quelques grandes lignes de représentations collectives caricaturales. La lecture de ce tableau parle d’elle-même. Cependant quelques points méritent réflexion, parce qu’ils mettent en évidence des processus d’association d’idées qui relèvent de confusions terminologiques : le chili con carne, par exemple, cité deux fois pour symboliser le Mexique, est une réalité culinaire locale, que l’on retrouve même dans des films nord-américains, qui font grand usage de stéréotypes... L’inspecteur Colombo, qui ne peut renier ses origines mexicaines, n’avoue-t-il pas souvent son penchant pour ce plat ? En revanche, ce mets est inconnu au Chili, et le seul lien qui peut exister entre ce plat mexicain (qui porte le nom d’un piment qui entre dans sa composition, le chile ou chili) et le pays d’Amérique du Sud, est une confusion terminologique, confusion largement répandue, puisque cinq des personnes sondées l’ont faite.

27Un autre point mérite également d’être souligné, c’est la totale inégalité des pays face à la distance de l’histoire : autant l’Allemagne semble ne pas pouvoir se détacher de son passé, autant à aucun moment n’a été signalé Franco en Espagne ou Mussolini en Italie... Les dictatures sud-américaines, pourtant plus récentes que le nazisme, rentrent déjà dans l’histoire, avec seulement deux références pour le Chili et l’Argentine. Peut-être est-ce dû à la distance, nous n’avons pas personnellement et directement souffert des gouvernements militaires sud-américains. On comprend ici les réticences de l’ambassade d’Allemagne devant la première proposition de l’équipe d’Euro-RSCG..

28Une autre approche, thématique cette fois, aurait pu écarter les inconvénients du dépouillement présenté dans le tableau 4 ; il se serait agi alors de regrouper les éléments de réponse par rubriques thématiques. Mais un problème insoluble se serait alors posé : comment définir, de la manière la plus objective possible, les différentes catégories sous lesquelles nous pourrions regrouper ces informations ? Pour l’Afrique du Sud, par exemple, il semblait possible de discerner les tendances suivantes (avec entre parenthèses leur nombre d’apparitions) : évocations raciales (17) ; sport (4) ; richesses naturelles (4) ; géographie (3) ; animaux (3) ; végétation (2) ; autres (2).

29Mais derrière cette apparente clarification se cachait déjà un amalgame abusif : les évocations raciales recouvraient à la fois le racisme, « l’apartheid », à l’opposé « une poignée de mains blanche et noire », ou de manière plus neutre l’expression « black and white ». Quant à l’Angleterre, soit nous mettions sous la même rubrique boisson le thé, la bière et le whisky, soit nous aboutissions à une multiplication de ces catégories (boisson chaude, boisson alcoolisée, etc.) qui n’apportait rien en intelligibilité.

30En revanche, un retour sur quelques éléments du tableau 3 semblait pouvoir apporter quelque lumière, en détaillant d’un côté les pays offrant la plus grande coïncidence entre l’image proposée par cette campagne d’affiches et la formulation spontanée des personnes sondées, et d’un autre côté les pays pour lesquels aucun voyageur interrogé n’a pensé spontanément à l’image choisie pour cette campagne.

31Nous avons vu que la Jamaïque avait la plus grande cohésion évocatrice avec 26 associations directes à un chanteur rasta. Ces 26 réponses regroupent en fait 21 « chanteur rasta » stricto sensu et 5 « Bob Marley », que nous avons assimilé à la réponse « chanteur rasta » dans ce tableau 3, puisqu’ici dans la lecture de cette image, les deux réponses étaient convenables (même si nous, dans le recensement des représentations personnelles formulées par les voyageurs, nous avons tenu à établir un distinguo nécessaire à l’objectivité de nos analyses du tableau 4). Mais il est intéressant de rappeler que, en deuxième position (huit réponses), la Jamaïque évoque la consommation de marijuana, comme nous l’avons vu plus haut. Trois réponses proposent ensuite les trois couleurs vert, jaune et rouge (réponse complétée une fois par la mention du drapeau), et trois autres réponses évoquent la danse, dont une fois avec l’adjectif « africaine ». L’expression « danse africaine », qui est impropre ici, fait référence à l’origine lointaine de la population jamaïcaine et non à la réalité géographique de cette île, de même que l’on utilise fréquemment des termes comme « afro-brésilien » ou « afro-cubain » pour désigner l’intersection entre l’origine d’une population et ses racines ethniques et culturelles d’un côté et une réalité géographique contemporaine d’autre part. Et comment ignorer les clichés véhiculés par ces racines ethniques et culturelles : la couleur de la peau, bien sûr, qui, puisqu’elle est noire ici, serait un label certifiant une maîtrise de son corps et de la danse, une aptitude congénitale au rythme... Imaginaires positifs ici, suscitant l’envie ou l’admiration ; imaginaires qui, dans un autre contexte, véhiculeraient aussi maladroitement des différences inhérentes à des caractéristiques physiques, ce que certaines idéologies passéistes désigneraient par « inégalité des races »... Assimilation maladroite, donc entre une couleur de peau et la désignation d’une danse, le reggae, qui n’est pas, elle, africaine. Enfin, deux réponses donnent « la mer », une « les palmiers » et une « tenue légère » ; quelle part de souvenir de voyages en Jamaïque, ou plus généralement aux Antilles, peuvent recouvrir ces trois réponses à la fois marginales et évocatrices d’un même imaginaire ? Toujours est-il que l’image de la Jamaïque, au-delà d’une apparente diversité terminologique, est en fait très pauvre et ne recouvre que deux ou trois clichés.

32Outre le café (25 réponses), la Colombie évoque également la drogue (16), mais avec une terminologie correspondant aux actualités mises en relief par nos médias (11 fois « drogue », 2 « pavot » et 2 « cocaïne » ; 1 réponse marginale signale « marijuana »). Les autres points évoqués demeurent à chaque fois uniques : « la salsa », « la musique », « un lama », et « une femme avec une grande jupe traditionnelle » (définition pouvant s’appliquer à de nombreux pays de la planète). Là encore, nous avons une pauvreté dans la représentation de ce pays.

33L’évocation du Brésil montre, non pas une meilleure connaissance du pays, mais une image plus complexe, plus variée, même si elle se cristallise surtout autour de trois axes principaux : le carnaval, le football et Rio. Le carnaval est évoqué directement (16 fois) ou indirectement par « la samba » (10), « la salsa » (3), « la danse » (2) ; « le football », directement (5) ou par un de ses joueurs mythiques, « le roi Pelé » (2) ou « Ronaldo » (2). Rio est nommé deux fois, le Pain de Sucre une fois ; les plages trois fois et le soleil une fois. Restent deux réponses marginales : « la déforestation » (1) dont on a cependant largement parlé dans les médias, et les « vaqueiros » (1), qui prouve une connaissance un peu moins superficielle du pays, non pas parce que l’image serait plus représentative du Brésil, mais parce que la terminologie prouve une maîtrise d’au moins quelques fragments d’une réalité brésilienne moins médiatisée.

34À l’extrémité inverse, les pays pour lesquels personne n’a évoqué l’image proposée par la campagne sont représentés par des images plus parcellaires. À la Tunisie, d’abord, correspondent 22 évocations différentes, et même s’il existe une dominance touristique, parfois explicite, quelques éléments révèlent une connaissance au moins partielle du pays. Nous avons ainsi : « vacances » (2), « tourisme » (2), « soleil » (3), « mer » (3) ou « plage » (2), « sable » (1), « désert » (2), « palmiers » (1) ; mais nous avons aussi « moutons » (1), « chameaux » (1), « maisons blanches » (3) — ce qui pourrait, il est vrai, s’appliquer à bon nombre de pays méditerranéens – mais nous avons également et surtout « darboukas » (1), « minaret » (1), « oued » (1), « danse du ventre » (1), « Tunis » (1) ou « Hammamet » (1). À l’instar des mosaïques antiques superbement conservées en Tunisie, l’image de ce pays est composée ici de nombreux éléments dont aucun ne domine par le nombre. Ce constat est-il dû à la proximité de la Tunisie, à la facilité que nous pouvons avoir d’aller y passer des vacances ou à la présence en France d’une communauté d’origine ?

35Aux États-Unis, enfin, correspondent 25 images très variées, où quelques-unes dominent légèrement : « hamburger » (8), « gratte-ciel » (6), « la statue de la liberté » (5), « des obèses » (5), « Coca-Cola » (3), « le dollar » (2), « les affaires » (2) ou « le base-ball » (2)... Tous les autres points ne sont cités qu’une seule fois, tantôt restant dans les banalités, tantôt ciblant un point plus précis : les grandes villes, la Maison Blanche, le capitalisme, les extrêmes, la diversité, le rêve (de qui ? quel rêve ?...), le patriotisme, la Pomme (The Big Apple), l’Empire State Building, le pont de New York, le rap, la liberté (laquelle ? ou plutôt celle de qui ?), ou la liberté des mœurs (point de vue étonnant chez une femme qui a entre 30 et 40 ans, vu la vague du « sexuellement correct » qui s’étend aujourd’hui sur les États-Unis...).

36Un pays demeure tout à fait marginal, dans cette enquête, c’est l’Italie, pour laquelle la liste des évocations spontanées est significativement plus longue et plus variée. En effet, l’Italie inspire spontanément une réponse à la quasi-totalité des voyageurs sondés (95,16 %), ce qui signifie que seules deux personnes n’avaient pas d’image à proposer pour l’Italie. C’est de loin le taux de réponse le plus élevé. Ensuite, la variété elle-même de ces réponses est étonnante, puisqu’il y en avait 28 différentes : « Venise » (5), « les gondoles » (5), « Pise » (4), « Rome » (1), « Florence » (1), « Naples » (1), « une grande ville » (1), « le Vésuve » (1), « les arts » (1), « l’opéra » (1), « les statues » (1), « les pâtes » (15), « la pasta » (1), « les spaghettis » (1), « la pizza » (6), « la cuisine » (1), « les vins » (1), « un cappuccino » (1), « la mafia » (3), « une botte » (2), « une Ferrari » (1), « une moto » (1), « Valentino » (1), « la séduction » (1), « la beauté » (1), « des gens très beaux » (1), « la fête » (1). Plusieurs villes sont citées, mais aussi des éléments culturels, des spécialités culinaires. Nous avons, en outre, à la fois des réponses très concrètes (un cappuccino) ou, à l’opposé, très abstraites (la beauté). Et pourtant, sur aucun point nous n’avons l’impression de sortir de généralités sur l’Italie comme nous avons pu le voir une fois, pour le Maroc, avec la place Djema el Fnae de Marrakech... Proximité, et souvenirs de vacances, berceau de notre civilisation, beauté du pays ? Il nous est impossible de prétendre comprendre l’incroyable variété des clichés attribués à l’Italie, qui semblerait toutefois liée à une meilleure connaissance de ce pays.

37Il y aurait apparemment une corrélation entre la pauvreté d’une représentation et la reconnaissance immédiate de quelques clichés qui se présentent spontanément à l’esprit pour évoquer l’objet.

38Enfin, le tableau suivant montre à quel point il est étonnant de voir le ralliement assez général des personnes sondées à l’image utilisée pour chaque pays dans cette campagne, dès lors qu’on la leur propose explicitement. Il n’y a là plus aucun rapport avec leur réaction initiale spontanée : plus de la moitié des voyageurs sondés rejoignent la proposition qui vient de leur être faite, hormis pour la Tunisie, le Chili et l’Allemagne.

Tableau 5. Nombre de personnes ayant acquiescé à la relation évocatrice de l’image proposée par cette campagne publicitaire pour illustrer ces pays, et ce, après proposition explicite du sondeur.

Tableau 5. Nombre de personnes ayant acquiescé à la relation évocatrice de l’image proposée par cette campagne publicitaire pour illustrer ces pays, et ce, après proposition explicite du sondeur.

Ceux qui ont assisté aux manifestations

39Nous avons vu que, parmi les personnes sondées qui avaient remarqué cette campagne d’affiches, un cinquième s’est rendu aux animations proposées par la RATP. Il était légitime de se demander qui étaient ces voyageurs.

40Nous constatons une représentation presque équivalente des sexes, qui correspond à peu près à celle du corpus général que nous avions sélectionné (voir tableau 1), et la légère augmentation du nombre des hommes par rapport aux femmes parmi les participants aux festivités ne saurait être significative ici, compte tenu des nombres très petits desquels nous tirons nos statistiques.

41Il est flagrant que ceux qui reconnaissent s’intéresser au football ont davantage participé aux festivités (78 %), alors que le corpus général regroupait de manière presque équivalente des amateurs et des non-amateurs de football. Le fait de s’intéresser plus particulièrement au football aurait, semble-t-il, fait lire avec plus d’attention le programme des festivités proposées par cette campagne s’inscrivant dans le cadre du Mondial.

42Enfin, si la profession de ces spectateurs correspond à la tendance générale du profil des voyageurs sondés, elle l’accentuait vu que les quantités sont réduites tout en augmentant le pourcentage des cadres aux dépens des professions libérales, des retraités ou des chômeurs. Ce point est d’autant plus à souligner que les deux dernières catégories, qui sont représentées dans le corpus général, sont celles qui auraient pu a priori le plus facilement disposer de leur temps pour se rendre à ces manifestations.

43Juste un mot sur les réactions des personnes qui ont assisté aux festivités (parmi lesquelles un homme, un cadre de 30-40 ans, qui a participé à lui seul à 4 manifestations) : les échos en étaient extrêmement positifs. Nous citerons ici quelques expressions : « sympathique », « très bien », « parfait », « superbe », « sourire et chaleur ». Une seule exception à propos d’un concert de guitare pour présenter l’Espagne, celle du cadre assidu que nous venons d’évoquer et qui était par ailleurs tout à fait enthousiasmé par les autres festivités : il a trouvé que cet événement « manquait d’animation ». Or, une des autres personnes sondées (une étudiante, qui avait entre 20 et 30 ans) a trouvé cette même manifestation « superbe »... Ne sommes-nous pas, là encore, au cœur de notre propos ?

44Enfin, signalons qu’un voyageur sondé, qui n’a pris le temps de se rendre à aucune des manifestations proposées, a tenu à préciser qu’il a « beaucoup aimé cette animation interactive qui change de la grisaille »... Même si l’usage de l’adjectif interactif est peut-être ici impropre, l’équipe de la RATP peut être rassurée : son intention première de « proposer au client de la RATP une animation afin de rendre l’expérience du métro plus agréable » a reçu des échos favorables, parfois même, comme ici, de manière étonnamment explicite.

Conclusion

45Nous restons, bien entendu, un peu sur notre faim après la synthèse de cette prise d’opinion : faute de moyens matériels suffisants, nous avons dû largement réduire la portée de notre travail et de ses conclusions, les conditions d’un réel sondage, scientifiquement recevable, ne nous étant pas accessibles.

46Cependant, les éléments que nous avons nous permettent de dégager quelques grandes lignes indicatrices. Tout d’abord, seuls deux tiers des voyageurs sondés avaient remarqué cette campagne pourtant omniprésente, mais ces deux tiers l’ont perçue de manière très positive et près d’un quart d’entre eux se sont rendus aux manifestations organisées, manifestations qui ont été fort appréciées de manière quasi unanime.

47En revanche, on constate un réel décalage entre d’un côté les images choisies par Euro-RSCG, qui relèvent d’une réelle connaissance des pays en question (même si l’on ne peut guère s’éloigner, pour une campagne publicitaire de ce type, de quelques grands clichés), et d’un autre côté les représentations spontanées qu’évoquent les personnes sondées. À ce propos, il est étonnant de voir à quel point l’image de certains pays n’arrive pas à évoluer — le cas de l’Allemagne en est un exemple pathétique - et à quel point l’histoire peut traiter différemment ces pays et leurs représentations imaginaires. Or, les étudiants qui ont bien voulu faire cette prise d’opinion m’ont tous précisé l’attention que chaque voyageur sondé manifestait pour trouver le mot juste, l’idée adéquate, alors que ce sondage demeurait totalement anonyme... Qu’auraient donné des réponses encore plus spontanées ?

48Enfin, plus un pays est apprécié et connu, plus ses évocations deviennent complexes et variées, et à l’inverse, moins il est connu, plus ses représentations sont simplistes et stéréotypées. Or, cette prise d’opinion semblerait indiquer qu’à l’exception de quelques rares pays historiquement, géographiquement, humainement ou personnellement proches, les Français méconnaissent en général les autres pays, leurs cultures et leurs civilisations. Peut-être est-ce ce constat qui nous déçoit aujourd’hui, qui a motivé en toute lucidité la démarche de la Délégation Générale à la Communication de la RATP : cette campagne d’affiches et ces manifestations répondaient à un besoin malheureusement bien réel.

Haut de page

Bibliographie

JODELET, Denise et al. (1993), Les représentations sociales, 3e édition, Paris, Presses universitaires de France.

VON GLASERSFELD, Ernst (1988), « Introduction à un constructivisme radical » dans Paul WATZLAWICK (dir.), L’invention de la réalité : contributions au constructivisme, Paris, Le Seuil.

WATZLAWICK, Paul (1984), La réalité de la réalité, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Annexe


Les images-symboles

Enquête communication ratp/mondial

Tableau 1. Questions 1 à 10

Tableau 1. Questions 1 à 10

À poser systématiquement à tout le monde, même aux voyageurs n’ayant pas remarqué la campagne d’affiches.

Tableau 2. Question 11

Tableau 2. Question 11
Haut de page

Notes

1 La Régie Autonome des Transports Parisiens a plus de 100 ans et recouvre à la fois métro, bus et R.E.R. (Réseau Express Régional).

2 Propos de M. Francis Fèvre, de la Délégation Générale à la Communication de la RATP, qui a orchestré cette campagne d’animations.

3 Voir pour exemple, Le Monde du vendredi 5 juin 1998, p. 5, d’un format important : 19 cm sur 27 cm.

4 Je tiens à remercier chaleureusement ici Jean-Michel Almeida et Aurélie Scalabre d’Euro-RSCG, qui ont bien voulu me recevoir et répondre aux questions que je me posais sur cette campagne. Euro-Roux, Seguéla, Cayzac, Goudard, le premier réseau français et premier réseau européen de publicité, filiale d’Havas-Advertising de New York, actuellement huitième méga-groupe mondial.

5 Je remercie ici Virginia Grouhel, Létitia Jopia, Jean-Michel Mercier et Sandra Molia, qui ont accepté de se relayer pendant une journée pour effectuer cette prise d’opinion.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. La prise d’opinion
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6182/img-1.png
Fichier image/png, 95k
Titre Tableau 2. Nombre de réponses à la question « Laquelle de ces affiches vous a le plus marqué ? »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6182/img-2.png
Fichier image/png, 33k
Titre Tableau 3. L’image-symbole
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6182/img-3.png
Fichier image/png, 87k
Titre Tableau 4. Nombre de mentions des images-symboles.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6182/img-4.png
Fichier image/png, 134k
Titre Tableau 5. Nombre de personnes ayant acquiescé à la relation évocatrice de l’image proposée par cette campagne publicitaire pour illustrer ces pays, et ce, après proposition explicite du sondeur.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6182/img-5.png
Fichier image/png, 89k
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6182/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6182/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6182/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6182/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6182/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Tableau 1. Questions 1 à 10
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6182/img-11.png
Fichier image/png, 152k
Titre Tableau 2. Question 11
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6182/img-12.png
Fichier image/png, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Gabriel Roussel, « Culture et football », Communication, vol. 19/1 | 1999, 121-144.

Référence électronique

François-Gabriel Roussel, « Culture et football », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/6182 ; DOI : 10.4000/communication.6182

Haut de page

Auteur

François-Gabriel Roussel

François-Gabriel Roussel est maître de conférences à l’Université Paris-Est Créteil en sciences de l’information et de la communication et chercheur au labex ICCA/CEISME de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Courriel : francois.gabriel@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org