Navigation – Plan du site
Recherches

Les étudiants universitaires, les médias et l’actualité

Julie Thibeault
p. 145-160

Texte intégral

1Sur beaucoup de tribunes, il semble acquis que l’on soit entrés dans une ère post-industrielle, dans une société dite de l’information. Nos façons de vivre et d’agir, par le fait même, seraient nécessairement bouleversées par la masse d’information qui nous est dirigée. Sommes-nous mieux informés pour autant ? Qu’en est-il de notre manière de se tenir au courant de l’actualité ?

2Dans le cadre d’un mémoire de maîtrise en Sciences de la communication à l’Université de Montréal, nous avons choisi de nous pencher sur l’intérêt que vouent les étudiants universitaires à l’actualité, entendue comme une construction sociale issue de la sélection des nouvelles diffusées par les médias d’information. Notre étude visait trois objectifs : mesurer l’intérêt manifesté par les jeunes pour l’actualité, décrire la consommation que ceux-ci font des médias d’information et vérifier, par un quiz, les connaissances réelles des étudiants en matière d’actualité.

  • 1 L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue ne proposant pas de baccalauréats en droit et en co (...)

3Un sondage a été réalisé auprès de 516 étudiants de premier cycle de l’Université de Montréal (UdM), de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) et de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT). Cette dernière constitue un volet régional de la recherche et a été retenue dans le but d’observer si les étudiants vivant en région entretiennent une relation différente avec l’actualité. Dans chacune de ces universités, quatre disciplines des sciences sociales ont été retenues : administration, communication, droit, enseignement1. Le questionnaire, auto-administré et distribué dans 12 classes, comportait plus de 20 pages, 250 variables et demandait près d’une demi-heure à être rempli. Bien que l’échantillon ne soit pas strictement probabiliste, notons que sa marge d’erreur maximale aurait été de 4,3 %.

4Cet article présente les résultats de recherche les plus probants. Tour à tour, nous discuterons des variables qui se sont avérées les plus révélatrices lors de l’analyse. Une comparaison sera ensuite effectuée avec un sondage semblable réalisé l’année dernière auprès de jeunes de 18 à 24 ans par le Groupe Léger et Léger. Ce sondage fournit des données au sujet de l’ensemble des jeunes, et non des seuls étudiants universitaires.

Télévision et presse écrite

5Les médias, par l’information qu’ils transmettent, agiraient pour plusieurs telle une école parallèle, instruisant les gens sur le monde qui les entoure. Toutefois, cette fonction pédagogique ne peut s’opérer que si le contact avec les médias se fait de manière régulière ; elle demeure, sinon, virtuelle. Or, parmi les 516 étudiants universitaires en sciences sociales qui furent les sujets du sondage et dont l’âge moyen est de 22,7 ans, 7 % sont des lecteurs fidèles de La Presse, c’est-à-dire qu’ils la lisent tous les jours. Pour Le Journal de Montréal ou Le Devoir, les fidèles sont au nombre de 2 % de l’ensemble des étudiants. Ceux-ci préfèrent lire, en moyenne, trois quotidiens par semaine, et ce « assez rapidement ».

Tableau 1. La lecture de quotidiens chez les étudiants universitaires

Tableau 1. La lecture de quotidiens chez les étudiants universitaires

N = 516

*L’expression « fidèles » est ici employée pour désigner les lecteurs qui lisent ces quotidiens tous les jours où ils sont publiés. Cela peut être six ou sept jours par semaine.

6Les proportions sont semblables quant aux informations télévisées. Les auditeurs fidèles de TVA et de la SRC sont au nombre de 8 % des étudiants universitaires. RDI rejoint quotidiennement 4,3 % d’entre eux et TQS, 2,5 %. Toutefois, tous réseaux confondus, les étudiants disent regarder en moyenne 7,1 bulletins de nouvelles par semaine répartis sur 3,6 jours.

Tableau 2. L’écoute de bulletins télévisés chez les étudiants universitaires

Tableau 2. L’écoute de bulletins télévisés chez les étudiants universitaires

N = 516

*L’expression « fidèles » désigne les auditeurs qui regardent un ou des bulletins de nouvelles télévisées sept jours par semaine.

7« The model of a good news consumer is a person with a home, a family and a stake in the community » (Zoglin, 1996 ; 44). Cette explication fournie par Nancy Woohul, directrice du Media Studies Center, pourrait expliquer le faible pourcentage d’étudiants qui sont fidèles à un média. Plutôt volages dans leur relation à l’information, ils attrapent par-ci une édition de La Presse, par-là une copie du Journal de Montréal ou un bulletin à TVA. Ils ne correspondent pas à ce modèle du « bon consommateur de nouvelles » : majoritairement, les aspirants au baccalauréat n’ont pas encore fait l’achat d’une maison, n’ont pas encore fondé de famille et n’occupent pas d’emploi stable ou à temps plein. On pourrait avancer qu’ils sont à un âge-charnière, sortis de l’adolescence, mais pas encore tout à fait installés dans leur vie d’adulte. On note d’ailleurs qu’une proportion importante, 60 %, disent s’informer davantage depuis deux ou trois ans, période qui couvre, pour la plupart, les années de transition entre la fin de leurs études collégiales et le début de leurs études universitaires.

8Trois quotidiens et sept bulletins télévisés, est-ce peu, est-ce beaucoup ? Difficile de poser un tel jugement, car pour tel journaliste, c’est très peu, tandis que pour tel philosophe, c’est amplement suffisant. Toutefois il apparaît clairement que chez les étudiants, parmi tous les médias d’information auxquels ils ont accès, la télévision remporte la palme d’or du média le « meilleur » et le plus « crédible » en matière d’actualité : 57 % la choisissent, contre 30 % qui lui préfèrent les quotidiens, 12 % qui choisissent les périodiques et 2 % la radio. Nombre d’entre eux apprécient de « voir » l’événement et beaucoup ne cachent pas qu’ils apprécient la « facilité » du média : on peut s’informer à la télé tout en faisant autre chose. À l’heure de l’instantanéité, le quotidien traîne de la patte. La presse voit son lectorat décliner, surtout chez les jeunes : il faut débourser autour d’un dollar par exemplaire, disposer de temps pour le lire, accepter d’être informés des principales nouvelles avec un certain retard.

9Cependant, les avantages de l’information écrite remontent du sondage : plus les étudiants lisent de quotidiens, meilleure est leur note au quiz. Ce lien est beaucoup moins fort pour l’écoute de bulletins télévisés. De plus, lorsque le suivi de l’actualité se fait essentiellement à la télévision, apparaît le problème de l’orthographe. Le quiz démontre de manière surprenante que les étudiants écrivent souvent les mots comme ils les entendent : Mike Aris, les Outous, les Tootsies ou les Tutti (quand ce n’est pas les Toutous), Jacques Shirak, etc.

L’intérêt pour l’actualité

10Sur la question de l’intérêt manifesté pour l’actualité, les opinions formulées par les étudiants semblent en décalage avec leurs comportements. Ainsi, 84 % d’entre eux se disent très ou assez intéressés par l’actualité. Seul 0,8 % des répondants ne se disent pas du tout intéressés par l’actualité. Trois quarts des répondants se disent très ou assez au courant de l’actualité. Enfin, 89 % des étudiants se disent satisfaits de la qualité de l’information que leur proposent les différents médias. Si leurs connaissances et leur intérêt leur semblent suffisants, les résultats à un quiz sur l’actualité ont révélé une note moyenne de 45,6 %. Placé à la toute fin du questionnaire, ce quiz voulait mesurer leurs connaissances réelles. S’y trouvaient des questions d’actualité récente et de connaissances générales sur le monde de la politique, des arts et spectacles, des affaires sociales et de l’économie. Le tableau 3 contient toutes les questions du quiz. En plus de donner les réponses aux questions, il indique le pourcentage d’étudiants qui ont su y répondre correctement.

Tableau 3. Quiz : questions, réponses et proportion de bonnes réponses

Tableau 3. Quiz : questions, réponses et proportion de bonnes réponses

N = 516

11Les étudiants, alors qu’ils remettaient le questionnaire dûment rempli, étaient tantôt surpris, tantôt découragés des réponses données au quiz. Sur 516 répondants, 104 ne savent pas nommer la capitale des États-Unis, soit 20 %. Sur 516, toujours 57 ne savent pas nommer la capitale du pays où ils vivent, soit 10 %. C’est plus de 90 % des étudiants qui ne savent pas que la future monnaie unique européenne portera le nom d’euro. Seuls 16 % des étudiants savent nommer les Hutus et les Tutsis comme les principaux groupes ethniques qui s’affrontent au Rwanda. L’exercice leur a démontré qu’ils étaient moins au courant de l’actualité qu’ils ne le pensaient. Ce décalage entre ce que les étudiants pensent savoir et ce qu’ils savent est effectivement assez intrigant. Dans les commentaires ouverts, les étudiants n’ont pas manqué de souligner, avec une force égale, tantôt les côtés positifs, tantôt les côtés négatifs qu’ils voyaient à l’actualité. Si beaucoup mentionnent qu’il est important de se tenir au courant de ce qui se passe autour d’eux, plusieurs indiquent aussi qu’ils ne le font pas parce qu’on diffuse, selon eux, trop de mauvaises nouvelles.

12Il s’avère que pour être considéré comme une nouvelle, un événement doit comporter un élément de nouveauté et que good news is no news. La restructuration d’une entreprise, une mission des Casques Bleus, un scandale politique, ne sont pas en soi des mauvaises nouvelles, mais des informations sur ce qui a cours dans la société.

13Encore plus fortement, plusieurs ont expliqué qu’ils aimeraient s’informer davantage mais qu’ils manquent tout simplement de temps.

Le temps file

14Proportion impressionnante, ce sont 72 % des étudiants qui disent manquer de temps pour s’informer autant qu’ils le voudraient. Telle est l’explication qui revient le plus souvent. Leur vie, d’après leurs commentaires, semble être une course contre la montre. La majorité étudie en moyenne 18 heures par semaine. Ensuite, le temps passé en classe, pour la plupart, équivaut à environ 15 heures par semaine. De plus, une majorité travaillent parallèlement à leurs études, et cet emploi leur demande environ 16 heures par semaine. Au total, ils sont donc occupés, par l’école et le travail, 49 heures par semaine. Restent les sorties, les courses, l’entretien de l’appartement, la famille, le sport...

15Autrefois, rares étaient les étudiants qui occupaient un emploi parallèlement à leurs études. Aujourd’hui, rares sont ceux qui n’en occupent pas un (35 %). En additionnant les frais de scolarité, les dépenses de logement dans les grands centres, les frais de transport, etc., le coût de la vie d’un étudiant revient passablement cher et plusieurs parents ne peuvent à eux seuls l’assumer. Pour cela, beaucoup d’étudiants travaillent. D’autres le font afin d’acquérir de l’expérience professionnelle, ou simplement par intérêt.

16On remet rarement en question le travail des étudiants. À quoi consacreraient-ils ces heures, s’ils en disposaient ? Aux études ? Aux médias ? Aux sorties ? À la culture ? Prendraient-ils davantage le temps de s’informer de l’actualité, de comprendre leur société ? C’est du moins ce que disent, en substance, leurs commentaires : « je suis très intéressé par l’actualité, je suis satisfait de la qualité de l’information qu’offrent les médias, je considère que tout le monde doit se tenir au courant de l’actualité, mais je manque de temps pour m’informer. » Dans Comme un roman, Daniel Pennac (1992) explique que le temps pour la lecture est toujours du temps volé : du temps volé aux amis, au travail, aux engagements, du temps volé à la vie. On pourrait penser que le temps nécessaire pour se tenir au courant de l’actualité doit lui aussi être volé.

Les classes sociales

17Certaines thèses de l’ouvrage La distinction : critique sociale du jugement de Pierre Bourdieu (1979) trouvent leur reflet à plusieurs endroits dans les résultats du sondage. Selon le sociologue français, les classes sociales détermineraient, dans une très large mesure, les individus et leurs comportements. Les années d’études, qu’il appelle le capital scolaire, expliquent bien souvent les pratiques culturelles. Mais ce capital scolaire est lui-même déterminé par le statut social d’origine de l’individu.

18Pour être accepté au baccalauréat en droit dans une université québécoise, un candidat doit détenir une moyenne générale beaucoup plus forte que pour être admis dans un baccalauréat en enseignement. Par le fait même, ce sont souvent les meilleurs élèves qui sont acceptés dans les programmes de droit. Inversement, ceux provenant de familles aux revenus plus modestes le sont dans les programmes d’enseignement.

19Les étudiants en droit de notre échantillon proviennent effectivement des classes les plus aisées, le revenu annuel de leurs parents étant le plus élevé des quatre disciplines. Viennent ensuite les étudiants en administration, en communication, puis ceux en enseignement. Il se trouve que ce sont les étudiants en droit qui obtiennent les meilleurs résultats au quiz, suivis des étudiants en administration et de ceux en communication, ces deux derniers obtenant une note identique. Viennent ensuite les étudiants en enseignement.

Tableau 4. Résultat au quiz selon le champ d’étude et l’université

Tableau 4. Résultat au quiz selon le champ d’étude et l’université

N = 516

20Toutes ces données font apparaître le schéma bourdieusien : le champ d’étude et le résultat au quiz sont fonction de la classe sociale.

21Voyons la lecture de quotidiens. Le Devoir, considéré au Québec comme le journal de référence, est lu par 14,3 % des étudiants de notre échantillon. Il trouve son plus fidèle lectorat parmi les étudiants en droit ; 22,5 % d’entre eux le lisent. Chez les étudiants en enseignement, la proportion de lecteurs chute à 9,6 %. L’écart est considérable. Le même phénomène se produit quant à la lecture des journaux La Presse et The Gazette. Le Journal de Montréal, tabloïd au contenu riche en faits divers, échappe à la règle, étant lu par 31,5 % d’étudiants en droit et 38,5 % d’étudiants en enseignement.

22Tous quotidiens confondus, ce sont aussi les étudiants en droit qui en lisent le plus grand nombre par semaine : 3,7 contre 2,1 chez les futurs enseignants. La moyenne générale est de trois.

23De toutes ces données, on peut conclure que les étudiants en droit et ceux en enseignement ne se représentent pas le journal de la même manière. En effet, ils ne vont sûrement pas y chercher les mêmes informations. Ainsi, le journal n’aurait pas de valeur absolue.

24Dans une enquête réalisée au Lac-Saint-Jean, Gilles Pronovost (1993 : 336) en arrive à cette conclusion : « [...] tout se passe comme si moins on écoute les informations, moins on se dit préoccupé du “manque d’information”, et moins on est activement à la recherche d’information. »

Tableau 5. Consommation hebdomadaire de quotidiens et de bulletins télévisés selon le programme d’étude

Tableau 5. Consommation hebdomadaire de quotidiens et de bulletins télévisés selon le programme d’étude

N = 516

25Les mêmes différences selon les classes sociales se remarquent quant à l’écoute des bulletins télévisés. Les étudiants en droit sont ceux qui en regardent le plus grand nombre, 8,7 par semaine, contre 6,2 chez les étudiants en enseignement, qui en regardent le moins parmi l’échantillon. La moyenne est de 7,1 pour l’ensemble des étudiants. Les comportements divergent quant à l’écoute de RDI et TVA. Pour RDI, chaîne de nouvelles continues, les étudiants en droit sont près de deux fois plus souvent à l’écoute que les étudiants en enseignement. Quant à TVA, station privée populaire, elle est regardée par 55 % des étudiants en droit, contre 71,9 % des étudiants en enseignement.

26Pour conclure sur la consommation médiatique, rappelons aussi que quotidiens, télévision et radio confondus, la consommation totale d’information d’actualité est la plus élevée pour les étudiants en droit, suivis des étudiants en communication, des étudiants en administration, puis des étudiants en enseignement. Nous pouvons donc affirmer l’influence des classes sociales sur la consommation d’information, dans la mesure où ces classes déterminent en partie quels étudiants se trouvent inscrits dans les différents programmes offerts.

Le sexe

27Tout aussi révélatrice que la classe sociale, la variable du sexe du répondant est apparue comme l’une des variables maîtresses pour expliquer la consommation d’information.

28Les étudiants mentionnent qu’en matière d’actualité, leur père est mieux informé que leur mère. La moitié des répondants s’estiment moins informés que leur père, tandis que seul le quart s’estiment moins informés que leur mère. Inversement, 39 % s’estiment plus informés que leur mère, tandis que seule la moitié, 19 %, s’estiment plus informés que leur père.

29Cette différence, notée chez leurs parents, est tout aussi présente chez eux. Notons d’abord que notre échantillon est composé à 73 % de femmes et à 27 % d’hommes. Cela est attribuable au fait que deux des quatre disciplines retenues tendent à être choisies par davantage de femmes que d’hommes. Ainsi, les communications et l’enseignement sont des disciplines fortement féminisées.

30Les résultats du sondage démontrent que les femmes obtiennent une note de 10 sur 25 au quiz, et les hommes, une note de 15 sur 25. Cette importante différence s’explique, du moins en partie, par le fait que les femmes lisent moins de quotidiens que les hommes. Ceux-ci lisent en moyenne 3,7 quotidiens par semaine tandis que celles-ci en lisent 2,7. Toutefois, un nombre semblable d’hommes et de femmes lisent La Presse, Le Journal de Montréal et The Gazette. Quant au Devoir, il est lu par près de deux fois plus d’hommes que de femmes. Il est intéressant, aussi, de noter les différences selon la ville de résidence.

Tableau 6. Quotidiens lus par semaine selon le sexe et la ville de résidence

Tableau 6. Quotidiens lus par semaine selon le sexe et la ville de résidence

N = 516

31Il est apparu clairement que les hommes et les femmes ne lisaient pas leur quotidien de la même manière. Les sections préférées des hommes ne sont pas les mêmes que celles que prisent les femmes, mise à part la une. Les hommes préfèrent les sections plus « sérieuses », et les femmes, les plus « divertissantes ».

32En ce qui concerne l’écoute de bulletins télévisés, par contre, les ressemblances hommes-femmes sont plus importantes que les différences. Les représentants des deux sexes se rejoignent tant sur le nombre de bulletins écoutés par semaine que sur le choix des stations écoutées. La variable de la ville de résidence ne fait pas varier significativement l’écoute.

Tableau 7. Bulletins télévisés regardés par semaine selon le sexe et la ville de résidence

Tableau 7. Bulletins télévisés regardés par semaine selon le sexe et la ville de résidence

N = 516

33Les femmes ne cachent pas qu’elles sont moins intéressées par l’actualité que les hommes. Seuls 13,6 % se disent très intéressées par l’actualité contre 27,3 % chez les hommes, soit le double. Les femmes sont aussi 10 fois moins nombreuses à se dire très au courant de l’actualité que les hommes : 1,6 % contre 16,5 %. Inversement, elles sont 26 % à s’avouer peu au courant de l’actualité, contre la moitié moins, 12,9 % chez les hommes. Toujours de la même manière, elles sont 1,9 % à se dire très satisfaites de leurs connaissances sur l’actualité, comparativement à 12,9 % chez les hommes. Elles s’avouent, à 39 %, pas très satisfaites de ces connaissances, contre la moitié moins, 19,4 % chez les hommes.

34Éloquentes, ces statistiques démontrent que les hommes et les femmes d’aujourd’hui ne manifestent pas le même niveau d’intérêt pour l’actualité. Plusieurs en seront surpris d’ailleurs, croyant que ces clivages tendent à disparaître chez les gens plus scolarisés. Si des différences quant au sexe sont toujours notables aujourd’hui, on pourrait poser l’hypothèse qu’elles tendront à s’estomper avec les années si les étudiants continuent à préférer la télévision au journal. Déjà, les hommes et les femmes manifestent un intérêt et un usage similaire de la télévision comme média d’information. S’ils lisent de moins en moins de quotidiens – on a vu que la lecture de ceux-ci influençait fortement le résultat au quiz que l’écoute de bulletins télévisés – il y a fort à parier que leurs connaissances sur l’actualité s’uniformiseront.

La ville de résidence

35Conformément à l’une de nos hypothèses, les étudiants de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue s’informent différemment de ceux qui fréquentent les universités montréalaises. D’abord, on l’a vu dans le tableau 6, ils lisent deux quotidiens de moins par semaine que les Montréalais, 1,5 contre 3,5. Les Rouynorandiens sont aussi deux fois moins nombreux à lire La Presse, près de trois fois moins nombreux à lire Le Devoir et plus de six fois moins nombreux à lire The Gazette. Ils lisent toutefois Le Journal de Montréal dans une proportion plus grande que leurs cousins montréalais : ce quotidien est lu par 42,4 % des étudiants de Rouyn-Noranda, contre 30,7 % à Montréal. Les étudiants de l’UQAT, en revanche, lisent davantage d’hebdomadaires d’information régionale que les étudiants montréalais.

36En ce qui concerne les nouvelles télévisées, la consommation des deux groupes se ressemble, 7,1 par semaine à Montréal contre 7,2 à Rouyn-Noranda. Une différence s’observe quant au choix des stations : les Rouynorandiens regardent davantage TVA et TQS que les Montréalais. Ceux-ci, à leur tour, regardent davantage la SRC et RDI que les étudiants de l’UQAT.

37Ces différences ne surprendront pas outre mesure ceux qui sont familiers avec le mode de vie en région. Les résultats au quiz, qui montrent que les étudiants de Rouyn-Noranda obtiennent une moyenne de 10 sur 25 au quiz et ceux de Montréal, une moyenne de 12 sur 25, témoignent de ces différences. On peut tenter d’expliquer ces différences par plusieurs facteurs.

38D’abord, on peut évoquer la règle journalistique suivante : plus un événement se déroule loin, moins il suscite l’intérêt. Les grands quotidiens font rarement écho à ce qui se passe en Abitibi-Témiscamingue, hormis les accidents miniers ou les drames familiaux. Un autre facteur explicatif pourrait être l’accès aux journaux, qui ne sont disponibles en kiosque que vers midi. À cette heure, beaucoup de gens ont déjà entendu les dernières nouvelles à la télévision ou à la radio. Si la plupart des marchands de journaux offrent La Presse et Le Journal de Montréal, plus rares sont ceux qui reçoivent Le Devoir, The Gazette ou d’autres quotidiens. L’accessibilité des quotidiens est donc beaucoup moins aisée qu’à Montréal. On peut aussi se rappeler que les étudiants vivant à Rouyn-Noranda sont issus de familles au revenu moins élevé que les étudiants montréalais.

Le sondage Léger et Léger

39Nous avons mentionné plus tôt l’existence d’un sondage réalisé par le Groupe Léger et Léger, pour le compte de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec et la Société Radio-Canada. Tout comme notre recherche, celui-ci portait sur les jeunes et l’actualité. Il a été réalisé par entrevues téléphoniques en juin 1996 auprès de 406 répondants âgés de 18 à 24 ans. Nous avons donc pu comparer notre enquête à celle-ci, qui porte sur l’ensemble des jeunes, qu’ils soient ou non étudiants. L’échantillon aléatoire de Léger et Léger comprend 56 % d’étudiants. Les autres sont soit sur le marché du travail, à la maison, ou sans emploi.

40La comparaison est très révélatrice. Les jeunes qui ont répondu au sondage téléphonique rejoignent nos répondants à plusieurs niveaux. De manière presque identique, ils se disent satisfaits de la qualité de l’information présentée par les médias. C’est aussi dans les mêmes proportions qu’ils se disent intéressés par l’actualité. Encore une fois, les hommes se disent plus intéressés que les femmes. Il apparaît que ce sont les personnes les plus scolarisées et celles qui proviennent des classes les plus aisées qui manifestent le plus grand intérêt pour l’actualité. Inversement, ce sont les jeunes qui sont sans emploi qui montrent l’intérêt le plus faible. C’est aussi dans les mêmes proportions que les étudiants se disent informés au sujet de l’actualité.

41Toutefois, les informations qui suivent ne manqueront pas de surprendre. Les répondants du sondage de Léger et Léger lisent beaucoup plus de quotidiens que l’ensemble de nos étudiants universitaires. Si 13 % de nos répondants lisent un journal tous les jours, c’est dans une proportion de 24,6 % que les jeunes du sondage Léger et Léger le font. L’écart est considérable, époustouflant même. Les jeunes dans leur ensemble lisent Le Journal de Montréal dans une proportion de 26,1 % et La Presse, dans une proportion de 21,7 %. Chez nos répondants, ces proportions sont de 52 % pour La Presse et de 34 % pour Le Journal de Montréal. Nos répondants sont au nombre de 25 % à ne jamais lire de quotidiens tandis que l’ensemble des jeunes est à peine 9 % à ne pas le faire.

42Quant à l’information télévisée, l’ensemble des jeunes est encore une fois plus fidèle que l’ensemble des étudiants universitaires. Les jeunes regardent les nouvelles télévisées chaque jour dans une proportion de 49,5 %. Chez les étudiants, cette proportion est de 27,7 %. Les jeunes interrogés par Léger et Léger regardent TVA dans une proportion de 39,5 % et Radio-Canada dans une proportion de 23,2 %. Quant à nos répondants, ils regardent les informations à l’antenne de ces deux stations puisqu’ils sont 61 % à regarder TVA et 59 % à être à l’écoute de Radio-Canada.

43La comparaison est étonnante car elle va à l’encontre de ce qui est communément admis. Les étudiants universitaires devraient lire davantage de quotidiens et regarder plus régulièrement des bulletins télévisés. Or, l’inverse se produit. Que penser de ces résultats ? Étrangement, 13 % des répondants disent lire un autre quotidien que les 6 grands quotidiens de la province. Les faibles pourcentages de lecture de La Presse et du Journal de Montréal nous amènent à douter de la comparabilité des résultats. Il est possible que les jeunes considèrent les hebdomadaires distribués gratuitement (hebdomadaires de quartier, journaux culturels tels Voir, Mirror, etc.) comme des quotidiens. Il est aussi possible que, questionnés sur le vif, les répondants au sondage téléphonique aient eu tendance à surévaluer leur consommation de produits d’information.

44Si on fait abstraction de ces travers méthodologiques, la comparaison remet en question l’hypothèse qui dit que plus on est scolarisé, plus on tend à consulter fréquemment les médias d’information. Les étudiants répondraient sûrement qu’ils ont autre chose à faire que de s’informer, que d’autres lectures les attendent. Parmi les jeunes de Léger et Léger, on compte peut-être des chômeurs qui lisent le journal uniquement pour les offres d’emplois, d’autres qui y lisent surtout l’horoscope ou les sports. Aussi, le fait que ce sondage ait interrogé des jeunes qui sont sur le marché du travail fait peut-être augmenter la fréquence de consommation d’information. On sait que les plus fidèles consommateurs de nouvelles sont les gens qui travaillent, qui mènent une vie plus « régulière ».

45Si cette comparaison soulève des questions, on ne doit pas en tirer de conclusions définitives, les différences méthodologiques entre les sondages étant trop nombreuses.

46Au-delà des chiffres et des interprétations, on remarque qu’il n’existe pas une façon de s’informer mais bien des façons. On pourrait penser que l’actualité, tel un miroir, nous force à mieux nous connaître. Elle nous oblige implicitement à nous poser une foule de questions. Où sont nos limites ? Que sommes-nous capables de supporter ? Qu’avons-nous envie de savoir ? Pourquoi ?

47Selon le sexe, l’âge, le programme d’étude ou la ville de résidence, les répondants au sondage s’informent différemment. Ainsi, l’actualité, loin d’avoir une valeur absolue, serait pour certains beaucoup plus qu’un défilement de nouvelles tandis que pour d’autres, elle serait un simple ramassis de faits divers et de mauvaises nouvelles. Mieux vaut une tête bien faite que bien pleine, avançaient Montaigne et Pascal. La question continue, encore aujourd’hui, à faire couler beaucoup d’encre.

Haut de page

Bibliographie

BALLE, Françis (1990), Médias et sociétés, 5e édition, Paris, Éditions Montchrestien.

BAUDELOT, Christian et Roger ESTABLET (1989), Le niveau monte, Paris, Seuil.

BLOOM, Allan (1987), L’Âme désarmée : essai sur le déclin de la culture générale, Paris, Julliard.

BOURDIEU, Pierre (1979), La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit.

CHARRON, Jean, Jacques LEMIEUX et Florian SAUVAGEAU (dir.) (1991), Les journalistes, les médias et leurs sources, Boucherville, Gaëtan Morin.

FALLOWS, James (1997), Breaking the News: How the Media Undermine American Democracy, New York, First Vintage Books Edition.

GONNET, Jacques (1995), De l’actualité à l’école : pour des ateliers de démocratie, Paris, Armand Collin.

PENNAC, Daniel (1992), Comme un roman, Paris, Gallimard.

PRONOVOST, Gilles (1993), Loisir et société : traité de sociologie empirique, Québec, Presses de l’Université du Québec.

RABOY, Marc (1992), Les médias québécois, Boucherville, Gaëtan Morin.

RAMONET, Ignacio (1993), « S’informer fatigue », Le Monde Diplomatique, octobre, p. 28.

VIALLET, Claude (1994), « Faut-il se débarrasser du correspondant à l’étranger », Médiaspouvoirs, 33 : 117-122.

ZOGLIN, Richard (1996), « The news wars », Time, 148(18), octobre : 36-44.

Haut de page

Notes

1 L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue ne proposant pas de baccalauréats en droit et en communication, deux cours de sciences humaines et sociales au contenu similaire ont été retenus pour les représenter.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. La lecture de quotidiens chez les étudiants universitaires
Légende N = 516
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6196/img-1.png
Fichier image/png, 54k
Titre Tableau 2. L’écoute de bulletins télévisés chez les étudiants universitaires
Légende N = 516
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6196/img-2.png
Fichier image/png, 64k
Titre Tableau 3. Quiz : questions, réponses et proportion de bonnes réponses
Légende N = 516
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6196/img-3.png
Fichier image/png, 308k
Titre Tableau 4. Résultat au quiz selon le champ d’étude et l’université
Légende N = 516
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6196/img-4.png
Fichier image/png, 35k
Titre Tableau 5. Consommation hebdomadaire de quotidiens et de bulletins télévisés selon le programme d’étude
Légende N = 516
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6196/img-5.png
Fichier image/png, 25k
Titre Tableau 6. Quotidiens lus par semaine selon le sexe et la ville de résidence
Légende N = 516
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6196/img-6.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 7. Bulletins télévisés regardés par semaine selon le sexe et la ville de résidence
Légende N = 516
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6196/img-7.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Thibeault, « Les étudiants universitaires, les médias et l’actualité », Communication, vol. 19/1 | 1999, 145-160.

Référence électronique

Julie Thibeault, « Les étudiants universitaires, les médias et l’actualité », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/6196 ; DOI : 10.4000/communication.6196

Haut de page

Auteur

Julie Thibeault

Julie Thibeault est candidate au doctorat en communication, Université de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org