Navigation – Plan du site
Document

Histoire et journalisme au seuil du cyberespace

Paul-André Comeau
p. 173-186

Texte intégral

  • 1 Ce texte est une version légèrement remaniée d’une conférence prononcée à l’occasion du 50e anniver (...)

1Calepin noir ou gadgets informatiques à la main, le journaliste ébauche les premiers jets de l’Histoire qui s’écrira demain1. Selon une bonne tradition, un certain nombre de journalistes ont pris l’habitude, ici et ailleurs, de signer des ouvrages où l’histoire trouve sa part. Cette contribution du journaliste au chantier de l’histoire me paraît normale. Elle devient plus nécessaire que jamais alors que se manifestent les premiers signes d’une vraisemblable déperdition d’une matière importante et peut-être significative, aux yeux de l’historien de demain. L’information où se niche la chronique des faits et gestes de l’humanité est déjà bousculée par la prédominance de la télévision. La complémentarité du tandem journalisme-histoire paraît plus indispensable que jamais au moment où la notion, à tout le moins le support de documents, est remise en question.

2Le postulat du lien entre le journalisme et l’histoire repose sur un constat qui se dégage de l’examen superficiel d’essais et d’ouvrages signés par des journalistes qui vont au-delà du papier quotidien. Ce postulat se fonde sur une communauté d’objets et de démarches entre ces deux modes de se pencher sur l’aventure humaine. Devant la diversification et l’ultra-spécialisation de l’information et devant l’avènement des nouvelles technologies, cette complémentarité devrait susciter des initiatives audacieuses et courageuses.

Le temps qui s’écrit

3Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’au démantèlement du mur de Berlin, l’aventure humaine s’est, dans une large mesure, soumise au duel entre l’Est et l’Ouest, entre Moscou et Washington. Autrement dit, la guerre froide a dominé l’histoire du siècle qui s’achève.

4Page importante de l’histoire de l’humanité, ne serait-ce que par la menace de l’hécatombe nucléaire, la guerre froide a hanté et orienté l’existence de deux générations d’hommes et de femmes. Ici, au Québec, il s’agit d’une page mal connue ou encore peu parcourue : quelle place ont laissé dans notre subconscient collectif les représentations, les discours de la guerre froide ? Pour comprendre l’achèvement de ce cycle, force est de porter un regard sur l’événement symbolique et charnière tout à la fois que représentent l’ouverture et le démantèlement du mur de Berlin. Exercice stimulant : la lecture de Robert Darnton (1991), historien qui, à la faveur d’un sabbatique providentiel, s’est transformé en chroniqueur, à la manière d’un journaliste. Il est impossible de ne pas signaler à quel point la lecture de l’ouvrage fondamental de Jacques Lévesque (1995), trouve sens et écho lorsque lu consécutivement au petit livre de Darnton.

5D’autres aspects ou épisodes importants du demi-siècle qui s’achève bénéficient aussi de l’éclairage journalistique. Du passage du Marché commun à l’Union européenne, du traité de Maastricht jusqu’à la décision de créer l’euro, le témoignage de certains journalistes est capital pour déchiffrer les textes des traités, ou décoder la langue de bois des communiqués de presse et autres documents d’une bureaucratie bruxelloises « tricotée serrée », même si issue de sociétés multiples (de l’Écotais, 1976 ; Fralon, 1985).

6Ces exemples forcent un constat. Dans le domaine international, la contribution québécoise est mince, pour employer un euphémisme. Ainsi, en trente ans de présence à Washington, les journalistes québécois n’ont laissé aucun ouvrage sur la vie politique, sur le visage changeant de cette société, sur les épisodes majeurs de l’État le plus important au monde, qui est notre voisin immédiat et, à vrai dire, notre unique voisin. Il faut signaler l’exception que représente le livre signé par Jean-François Lisée (1990), à la faveur de son séjour, en tant que pigiste ! à Washington. Lisée s’est intéressé à la question des relations entre les États-Unis et le Québec de façon fort originale. Autre exception qui atténue à peine la portée de ce constat : il s’agit du petit ouvrage, très enlevant, du correspondant-pigiste de La Presse, à Paris depuis plus de deux décennies (Robitaille, 1995). Mais c’est là une autre question qui interpelle notre capacité de scruter et de sonder l’autre.

7Sur le plan interne, des journalistes se sont heureusement penchés sur des temps forts, des périodes de crise de notre cheminement collectif. Dans le désordre, au fil des souvenirs, s’alignent les livres de Pierre Laporte (1960) sur Maurice Duplessis, de Renaude Lapointe (1962) sur l’affaire Charbonneau, de Claude-V. Marsolais (1992) sur le référendum de 1980. Véritable bénédictin de la confidence recueillie, Jean-François Lisée a donné dans la chronique au lendemain de l’échec des accords du Lac Meech, du chemin qui mène de la Commission Bélanger-Campeau au point d’orgue du référendum de Charlottetown. Cette aventure — deux tomes et plus de 1 100 pages ! — prend l’allure d’une chronique minutieuse des faits et gestes de la classe politique québécoise et, de façon plus particulière, de son mentor d’alors. Les deux ouvrages de Lisée (1993 ; 1994) se démarquent de ce que produisent habituellement journalistes et chroniqueurs. En fait, ils tiennent lieu des papiers qu’aurait normalement signés ce journaliste, dans l’un ou l’autre de nos quotidiens.

Originalité de l’apport journalistique

8Ces quelques rappels illustrent la nature et l’originalité de l’apport de journalistes qui sentent le besoin d’aller au-delà des feuillets de chaque jour et de dégager le sens des événements dont ils sont témoins et qu’ils rapportent à l’intention de leurs lecteurs. L’exercice ne se ramène pas à la production de papiers collés. Il s’agit ici d’ouvrages originaux en bonne et due forme. Ces journalistes profitent d’un début de recul pour relier les événements, dégager causes et conséquences, supputer et mieux apprécier le poids des décisions et faire la part du hasard ou de l’impondérable. Ils cherchent en fait à relativiser et à inscrire dans une perspective de rupture ou de continuité, les précipitations et soubresauts d’une chronique vécue et relatée au jour le jour. Ils cèdent heureusement à la tentation de l’histoire immédiate.

9Dans ce créneau, le journaliste livre au chantier de l’histoire le matériel privilégié qu’il a accumulé et dont il s’est servi. Certaines de ses notes et observations sont souvent demeurées inexploitées dans l’un ou l’autre des calepins noircis au hasard des événements et des rencontres. Ce sont des témoignages qui, sur le coup, ne s’imposent pas par leur fulgurance ; parfois des annotations personnelles qui n’ont pas été retenues et publiées, des confidences emmagasinées au cas où... Cette matière enrichit et, dans un certain sens, structure la démarche réflexive qu’impose ce retour sur un passé encore frais.

10Témoin privilégié et parfois confident plus ou moins redouté, le journaliste sauve de l’oubli des chevilles et parfois des pans de structure de l’édifice que la chronique érige de façon plus ou moins élaborée. Au récit premier des événements, il tente d’intégrer la complexité des mobiles, la pesanteur des relations entre les acteurs. Parfois, le journaliste franchit un pas supplémentaire et signale coups de génie et bévues qui modifient sérieusement le sens des actions ou des décisions placées jusque-là sous un éclairage provisoire.

11Les témoignages, glanés à chaud ou coulés intentionnellement au journaliste, trahissent peut-être le désir d’influencer l’opinion ; ils diffèrent de la tentative de justification a posteriori que favorisent le temps écoulé et les premiers jugements des contemporains. À bien lire Lisée, on devine aisément la portée de cette affirmation. À propos des événements qu’il a scrutés avec minutie et ténacité, des témoins sont déjà disparus ; des hypothèses ont certes été avancées, qui doivent être vérifiées, confirmées ou rejetées avant qu’on ne puisse proposer une interprétation globale de la trame historique en observation.

12Les témoignages et les confidences ne sont pas l’apanage du journaliste-chroniqueur. L’historien pourra frapper plus tard à la porte des acteurs et des simples témoins d’un passé relativement récent ; mais il dispose, dans la meilleure des hypothèses d’un demi-siècle, tout au plus. L’entrevue historique a ses lettres de noblesse, elle fait partie de la boîte à outils de l’historien.

13Dans un autre registre, on peut en dire autant du premier livre publié par Pierre Salinger, au lendemain de la disparition tragique de John F. Kennedy (Salinger, 1966). Le journaliste devenu, l’espace de vingt mois, attaché de presse du premier Président catholique des États-Unis, a en fait contribué à en fixer une image tenace. Il a ainsi établi pistes et balises où la recherche prend pied ou, à l’opposé, affiche divergences et démentis. C’est le cas, tout récemment, de l’ouvrage de Seymour M. Hersh (1997) qui constitue en fait une charge contre le personnage Kennedy, tel que présenté par plusieurs des collaborateurs du défunt Président, à commencer par Salinger.

14Aux yeux de l’historien, la prudence et une certaine réserve doivent guider le recours à ce type de récits, de grands reportages. Le journaliste-témoin n’est-il pas le miroir inconscient des acteurs des petits et grands événements ? Il n’a pas eu accès aux documents importants qui seront livrés au public avec des années de retard.

15Ces nuances doivent être alignées. Elles témoignent d’une saine prudence que corroborerait une démarche épistémologique des plus élémentaires.

16Il est évidemment difficile d’établir la véracité, la certitude des faits accumulés, analysés et interprétés par le journaliste. Ce dernier est témoin privilégié, mais extérieur aux décisions des détenteurs du pouvoir, aux manœuvres arrêtées derrière les portes closes. Il doit s’en remettre aux déclarations officielles ; il doit recouper les propos des uns et des autres, dégager le vraisemblable de la fabulation. Malgré toute la bonne volonté du monde, malgré le talent des hommes et des femmes qui exercent ce métier indispensable dans nos sociétés démocratiques, le reportage à chaud comporte inévitablement un coefficient d’approximation.

Une question de complémentarité

17Ces réserves admises, il est possible de postuler la valeur, l’utilité et même la nécessité de cette histoire immédiate qui devrait tenter la plupart des bons journalistes. L’histoire qui dit l’aventure humaine ne peut écarter ce type de matériaux, cette source qui va bien au-delà de la rumeur et de la légende. En un mot — et c’est là l’objectif de cette démonstration, de ce plaidoyer — la complémentarité entre les démarches de l’historien et du journaliste semble s’imposer. Ce postulat peut en surprendre certains, en agacer d’autres, mais il ne peut être écarté du revers de la main.

18Les journalistes s’engagent dans l’aventure de l’histoire immédiate, à diverses étapes de leur carrière et obéissent, sans doute, à des motifs différents. La recherche d’une notoriété plus large ne peut pas être minimisée. La confrérie journalistique ne vit pas sous la menace du publish or perish, mais la publication d’un ouvrage ouvre, dans la plupart de nos pays, les portes d’un cénacle plus restreint. Il serait ridicule de nier cet aspect de la question, mais c’est là, on le devinera aisément, quelque chose de fort secondaire.

  • 2 Coïncidence significative, au moment de rédiger ce texte, deux journalistes consacrent un dossier à (...)

19Tout journaliste est tenté, un jour ou l’autre, de réfléchir sur le caractère éphémère, évanescent de son produit quotidien, ou hebdomadaire. Une information, une nouvelle pour donner dans le jargon d’ici, dure à peine plus qu’une rose au mois de juillet. Comment résister au désir de prolonger une réflexion, de s’inscrire dans une certaine durée, d’échapper à l’éphémère impitoyable2. Les journalistes couronnent souvent leur carrière en consignant dans des mémoires ou ouvrages-synthèses l’essentiel de leur quête de vérité. Certains de ces livres constituent même des témoignages exceptionnels sur une tranche d’histoire, sur des périodes importantes ou tourmentées, dont ils ont été témoins attentifs. Dans cette lignée, on peut citer les mémoires du journaliste américain Théodore H. White, dont le titre à lui seul corrobore ce propos (1979).

  • 3 White a présenté, sous forme de grand reportage, la trame des élections présidentielles des États-U (...)

20White n’a pas attendu la fin de sa carrière pour céder à la tentation de l’histoire immédiate. On lui doit d’avoir lancé un genre important pour qui veut comprendre la politique américaine. Ses chroniques sur les élections présidentielles américaines revêtent l’allure de documents incontournables3. Devant l’importance du sujet, devant la richesse d’une documentation à peine effleurée, encore moins ramassée sous forme de synthèses, White et d’autres journalistes franchissent le pas. Ils se plient aux exigences particulières d’un genre qui semble se situer aux antipodes des desiderata d’un rédacteur en chef ou d’un secrétaire de rédaction.

21Ce type d’ouvrage illustre et traduit tout à la fois la complémentarité entre l’artisan de l’éphémère et le chercheur orienté vers la reconstitution, la compréhension d’un hier plus ou moins lointain. Cette complémentarité, cette nécessaire complémentarité s’enrichit sans doute du tribut du talent ; elle découle avant tout d’une communauté d’objet et de démarche.

22La démonstration ne sera pas longue, ni complexe en ce qui concerne l’objet que se partageraient historiens et journalistes. Il s’agit de ces événements et faits qui jalonnent la vie des hommes et des collectivités et qui permettent de comprendre, parfois d’expliquer changements et ruptures, décisions et silences, tumulte et calme.

23Le journaliste se livre à la même quête du fait, de l’événement, de la déclaration, de l’idée ou de la tendance qui méritent d’être rapportés et signalés à l’attention de tous. Dégagé du magma, de la masse des faits et gestes du jour, pris isolément ou non, l’objet d’une information ou d’une dépêche s’inscrit exactement dans la même logique qui amène l’historien à s’intéresser à un événement du passé. L’intérêt, l’importance présumée ou avérée d’un événement, la représentativité ou le caractère exemplaire d’un fait expliquent, dans un cas comme dans l’autre, la décision d’épingler et de cerner ce fait. Sans cette attention, cette vigilance, les faits et événements, les décisions et paroles se logent dans une mémoire collective où s’installe, peu à peu, la confusion, à la limite l’indifférence.

  • 4 Débats de l’Assemblée législative du Québec, Québec, Assemblée nationale. Déjà, 26 volumes de la re (...)

24Il vaut la peine de prolonger un instant cette réflexion. Jetons un coup d’œil sur l’un des rituels les mieux connus de notre vie parlementaire, la période des questions à l’Assemblée nationale. Combien de questions ou d’interpellations font l’objet d’une information dans nos quotidiens ? Grâce à l’admirable et très utile reconstitution des Débats de l’Assemblée4, une matière nombreuse et multiforme est ainsi à la disposition des chercheurs. Ici aussi, force est de reconnaître que la moisson se fait parcimonieuse. Rien de surprenant ou d’extraordinaire à cette constatation : la sélection des faits et des événements est une exigence fondamentale de la démarche intellectuelle. À leur façon et en fonction d’impératifs qui peuvent parfois diverger, ou se recouper, les journalistes et les historiens sont engagés dans une même recherche du significatif. Ils y parviennent en structurant une information, en reconstruisant un événement ou une séquence d’événements. Dans les deux cas, ils confèrent un statut particulier à quelques-uns, mais quelques-uns seulement des faits et gestes des humains qui se succèdent sur la planète.

25La communauté d’objet se range, selon moi, au rayon des évidences.

Le poids du temps

26Qu’en est-il de la démarche, de la méthode de travail qui pourrait, elle aussi, fonder, à tout le moins asseoir, cette complémentarité ?

27Une fois l’événement ou le fait retenu, le journaliste doit tenter d’en comprendre la portée et la signification. Tout journaliste doit aller au-delà de l’apparent. Il doit vérifier et contre-vérifier l’objet de la dépêche à venir, du reportage à bâtir ; c’est l’abc du métier.

28Au-delà de la vérification des faits, c’est à l’analyse des éléments recueillis que le journaliste doit procéder avec rigueur et diligence. Frapper à la porte d’autres acteurs, se mettre à la recherche de nouveaux documents, vérifier les faits pour en supputer la vraisemblance, examiner le dossier déjà dressé : l’une ou l’autre de ces possibilités s’offre au journaliste qui doit composer avec une contrainte impitoyable, le temps ou, pour être plus précis, la fameuse et terrible heure de tombée.

29L’effet temps grève de façon considérable la démarche du journaliste. L’absence de temps — dead line oblige ! — dresse des limites majeures à la volonté de confronter sources et documents, de pousser plus avant la quête de renseignements. Les exigences de l’action et bien d’autres motifs confinent à un rôle silencieux des acteurs qui, demain, plus tard, pourront lever des voiles, porter des précisions, expliquer ce qui, sous le coup, paraît obscur, incompréhensible.

30Le journaliste est doublement tributaire du temps. D’abord, toute sa démarche est suspendue aux minutes qui le séparent d’une échéance immédiate, obligée. Comme si cette contrainte n’était pas suffisamment lourde de conséquences, le journaliste doit aussi composer avec la réalité et la conscience de l’éphémère. Rares sont les textes dont on se souvient plus de 48 heures, à moins évidemment d’être l’objet de cette information !

31Toute cette démarche vise un objectif précis : livrer au public-lecteur un texte clair, simple et précis. Le texte parcouru, le lecteur doit saisir le sens et la portée de l’information. Il tire ainsi profit du travail intellectuel mené par le journaliste. Le texte est un construit intellectuel, au sens réel de cette expression.

32L’historien s’astreint à une discipline qui n’est pas fondamentalement différente. Et pourtant, il n’est pas besoin d’instituer une enquête pour aligner des particularités, des situations qui hissent la démarche de ce dernier au rang d’entreprise scientifique. Oublions, ou, plus exactement, considérons comme acquis le recul du temps, l’effet de la décantation qui établit une certaine distance et élargit la perspective de l’examen. C’est probablement en période de crise ou lors de très importants bouleversements que se marquent davantage les effets de cette contrainte fondamentale du temps à laquelle échappe l’historien. C’est d’ailleurs ce qui vraisemblablement incite le journaliste à franchir l’étape de la synthèse qui se veut réflexive. Au Québec, Louis Fournier a produit un ouvrage exemplaire à cet égard (Fournier, 1982). Fournier a refait le trajet d’une page tourmentée de l’histoire récente du Québec, à la façon d’un journaliste qui tente d’échapper à la double contrainte du temps. Et qui signe un ouvrage utile, indispensable à l’honnête homme et à l’historien.

33Voilà où se greffe cette complémentarité de l’histoire immédiate et de la recherche plus dégagée, plus large de l’historien libéré de l’impératif du temps qui fuit. La démarche historique du journaliste s’ajoute, en la complétant, à la contribution première et indispensable des chroniqueurs de notre civilisation. Matière première, dégrossie certes, mais encore perfectible, l’information publiée figure toujours parmi les sources à la disposition de l’historien. Peut-on imaginer que l’historien et autres artisans professionnels ne retiennent pas ces essais journalistiques et ne les intègrent pas à leurs sources documentaires ? L’un et l’autre se priveraient alors de ratisser plus large ou d’approfondir encore davantage le premier sillon tracé par ce journaliste. De l’hypothèse de la complémentarité des démarches, on en arrive à postuler, ou presque, la nécessité de cette complémentarité.

34Cette réalité s’accepte de soi lorsqu’il s’agit de la presse écrite. Elle doit pourtant être élargie — et rapidement — aux artisans de ce qu’on appelle curieusement la presse électronique.

Les médias audiovisuels

35Début de l’automne 1997, un grand quotidien suisse a consacré sa première page à la transcription de l’intégralité du téléjournal présenté la veille, à la télévision nationale ; une page qui n’était pas totalement remplie, il faut le préciser.

36Une petite page — format tabloïd — voilà l’information, toute l’information transmise par la télévision aux citoyens qui, dans nos pays, s’alimentent presque exclusivement au téléjournal.

37La démonstration est concluante. L’information télévisée accentue, aggrave un effet déjà visible ou plutôt audible, depuis le moment où la radio a talonné la presse écrite. Le volume de l’information effectivement consommée s’amenuise comme peau de chagrin. Pis encore, les journaux ont, eux aussi, emboîté le pas. L’espace consacré aux textes des journalistes y est chichement compté. Il ne faut pas fatiguer le lecteur qui, selon de nombreuses études, ne prise que la brièveté.

38D’un côté, on assiste à la mise en place d’une société de l’information, de l’autre, on consomme de moins en moins d’information. C’est là un incroyable paradoxe de notre fin de millénaire.

39Évidemment, la télévision ajoute une dimension supplémentaire à l’information. L’image d’aujourd’hui incitera peut-être l’historien de demain à incorporer à sa palette, des indices, des repères où la vie s’inscrit plus largement.

40L’image est aussi tyrannie. « Pas d’image, pas de nouvelle » énoncent en grommelant les patrons de la télévision. L’image ne dicte peut-être pas le contenu de tous les sujets dans un bulletin d’information. Elle commande un style : l’écriture doit s’effacer, se faire banale accompagnatrice. Pour s’en convaincre, il suffit de tenter le test que pratiquent tous les spécialistes du petit écran. Pour juger de la qualité d’un reportage télé, ils ferment le son, tout simplement. Le seul enchaînement des images et des séquences doit permettre de suivre et de comprendre le sens et le déroulement du reportage, sinon l’artisan rate l’examen de passage. Simple et brutal, mais procédé terriblement révélateur de cette prédominance, de cette domination de l’image.

41On devine aisément l’effort de synthèse, de dépouillement, de concision exigé des journalistes de la télé. Le téléspectateur doit avoir l’impression, la quasi-certitude d’avoir tout compris de la problématique ou de l’événement sous examen. L’exercice confine souvent à une forme d’ultra-simplification qui créé l’illusion de la limpidité, de la clarté. Pour arriver à ces 90 secondes d’antenne, le journaliste-télé aura pourtant accompli le même périple, consacré autant d’énergie à la recherche et à la vérification des faits que ses collègues de la presse écrite.

42Souvent, il aura fait rouler caméra et magnétophone pour recueillir, au passage, déclarations, bouts de phrases, points de presse et même des entrevues en bonne et due forme.

Le risque de déperdition

43Il y a là une matière précieuse qui, règle générale, sera impitoyablement sacrifiée, oubliée à tout jamais. Matériel qui correspond aux notes dont les reporters nourrissent leurs calepins et maintenant leur ordinateur portatif. Matériel indispensable en raison des politiques d’information que privilégient les conseillers de tous les pouvoirs : c’est à la télévision que vont toutes les préférences. Cette matière riche n’est pas vouée au pilori, elle s’envole dans les limbes de l’électronique.

44Ajoutons à ce gaspillage, du point de vue de la chronique et de l’histoire, la désorganisation des archives du premier quart de siècle de la télévision. Ici comme ailleurs, on n’a qu’à interroger les réalisateurs des rétrospectives historiques ou même des notices nécrologiques de nos stations de télé : la richesse, la notion d’archives n’a pas effleuré — ou si peu ! — les premiers artisans du média, engouffrés qu’ils étaient dans leur hâte de produire et de produire encore des émissions, avec la ferveur du beau commencement.

45Heureusement, certains journalistes du petit écran se sont, à leur tour, installés à leur table, pour revenir sur ces moments où ils ont raconté l’actualité (Schlesinger, 1990). Ils cèdent, eux aussi, à la tentation de l’histoire immédiate.

46Prenons le cas de Walter Cronkite, le géant des anchormen de la télé d’outre-frontière (Cronkite, 1997). On a répété à satiété le refrain sur le rôle joué par Cronkite dans l’issue du conflit du Vietnam et le poids de ses reportages dans l’orientation de la politique étrangère des États-Unis. On se surprendra de la modestie de Cronkite et de la simplicité désarmante de sa version des faits. Demain, l’historien du gâchis américain au Vietnam ne pourra pas ne pas tenir compte de ce témoignage.

47De même, pour saisir l’horreur et la complexité du drame qui a ensanglanté et endeuillé l’ex-Yougoslavie, les reportages de David Bell à la BBC devront être scrutés par tout historien qui se respecte. À lire l’ouvrage que Bell a signé (1996), l’historien bénéficiera de l’ampleur de la démarche intellectuelle d’un grand journaliste.

48L’histoire est un discours sur la parole et l’agir de l’homme et de la femme. Elle doit évidemment composer avec les sources d’information nouvelles et différentes, radio et télé, que nous commençons à maîtriser et à mieux comprendre, grâce aux travaux des sociologues et autres émules de MacLuhan. Les médias électroniques, selon l’affreuse expression qu’on nous impose, soumettent la parole à un traitement loin d’être banal. Et l’histoire doit s’y retrouver.

Le défi des nouvelles technologies

49On commence à soupçonner, à supputer un virage, à tout le moins une impulsion analogue de la part des nouvelles technologies de l’information. Discours triomphaliste, séducteur et réducteur, l’engouement en faveur d’Internet et de l’inforoute doit inciter à une démarche de prudence en ce qui a trait à la collecte et à la diffusion des faits de la chronique. Ce propos ne se limite pas au seul phénomène, encore marginal, de la diffusion sur les sites Web des journaux traditionnels.

50Bulletins d’inspiration multiple, forums ou babillards qui s’attaquent à tous les sujets, informations mises à la disposition du public selon des objectifs aussi nombreux que curieux : la matière déjà portée sur Internet se fait abondante, désarmante. Elle soulève pourtant un défi presque insurmontable, lorsqu’il s’agit d’en supputer la crédibilité, la valeur. D’ordre plus technique, l’intégrité et l’authenticité des messages et informations recueillies sur le réseau des réseaux causent déjà des migraines aux juristes qui tentent de civiliser le cyberespace. Comment l’histoire qui sera, elle, inévitablement amenée à solliciter cette forme de discours s’y retrouvera-t-elle ?

51Internet baigne dans l’éphémère qui guette toute information. Tout y est volatile. Un site intéressant hier aura disparu demain ou aura été intégré dans un autre kiosque électronique.

52Les nouvelles technologies de l’information portent des promesses intéressantes, il serait ridicule de le nier. Il serait tout aussi dangereux de ne pas tenir compte, dès maintenant, des problèmes déjà répertoriés parce que sérieux et inquiétants. La vitesse à laquelle s’enchaînent les générations de langages, de techniques a certes de quoi essouffler. Elle peut également faire oublier aux responsables des systèmes la mise en œuvre d’élémentaires précautions. On recense déjà des exemples précis où des institutions ont temporairement perdu des pans de leur mémoire pour avoir omis de transcrire, en langage nouveau, rubans et disques d’une génération de programmation devenue obsolète et remplacée dans l’allégresse de nouveaux recommencements.

53De même, la mode du non-papier doit être prise en compte dès maintenant. Dans certains milieux, l’idéal affiché est de supprimer tout papier, tout message-papier, toute correspondance qui fait appel au support papier. Messages et ordres s’échangent et s’enchaînent dans la virtualité.

54Les nouvelles technologies de l’information font déjà partie de notre univers. Grandes administrations et appareils publics y recourent avec gourmandise. Force est de dresser, dès maintenant, la liste des interrogations à prendre en considération si l’on espère poursuivre l’écriture de l’histoire.

Un appel aux historiens

55Les historiens, nos facultés et centres de recherches n’auraient-ils pas tout intérêt, ne devraient-ils pas contribuer, dès maintenant, à la cause de l’histoire immédiate ? Ils pourraient s’inspirer d’une pratique mise au point par certaines universités en faveur des leaders politiques dont la contribution à la vie de la collectivité mérite d’être dégagée, mise en perspective. De façon analogue, n’y aurait-il pas lieu d’organiser rencontres et séminaires, d’offrir des stages à l’intention de certains journalistes, au lendemain d’événements qui paraissent particulièrement significatifs ? Ces journalistes pourraient ainsi engager, avec des historiens complices, un premier retour plus systématique sur leur quête d’événements.

56Enfin — et pourquoi pas ? — les revues d’histoire ne devraient-elles pas, toujours à l’occasion d’événements significatifs, solliciter textes ou témoignages de la part de l’un ou l’autre journaliste qui s’est signalé par la qualité, la perspicacité de ses papiers ? Ce serait une autre façon d’approfondir la complémentarité du couple journaliste-histoire.

57Cette complémentarité paraît plus indispensable que jamais, au moment où la presse est bousculée dans ses fondements et traditions par le succès des médias électroniques. L’éphémère est en voie de devenir virtuel. Et le souvenir n’aurait plus sa place dans la démarche réflexive consignée hier sur les tablettes de l’histoire ? La question n’est pas désespérée, loin de là, elle traduit l’urgence d’une prise en charge de cette importante mutation.

58Imagine-t-on le visage, la forme que devra emprunter, dans l’univers des nouvelles technologies de l’information, ce premier jet qui constitue l’histoire immédiate ? Ne doit-on pas se poser la question encore plus préoccupante de la possibilité de voir surgir cette histoire immédiate dans un univers où l’éphémère doit maintenant rivaliser avec l’évanescent ? Comment se grefferont ces inforoutes et autres véhicules de la chronique aux médias déjà considérés comme électroniques ? De façon paradoxale, l’historien se voit imposer un chantier qui le plonge dans un univers en pleine émergence. Les nouvelles technologies de l’information alignent promesses et défis qu’il faut sonder dès maintenant si l’on veut que l’histoire s’y retrouve.

Haut de page

Bibliographie

BELL, Martin (1996), In Harm’s Way, London, Pingouin.

CRONKITE, Walter (1997), A Reporter’s Life, New York, Random House.

DARNTON, Robert (1991), Berlin Journal – 1989-1990, New York, W.W. Norton.

FOURNIER, Louis (1982), F.L.Q. Histoire d’un Mouvement clandestin, Montréal, Québec/Amérique.

FRALON, José-Alain (1985), L’Europe, c’est fini, Paris, Calmann-Lévy.

HERSH, Seymour M. (1997), The Dark Side of Camelot, Boston, Little, Brown & Co.

LAPOINTE, Josée et Paul CAUCHON (1997), « Dossier : Les journalistes-écrivains », Le « 30 », octobre, p. 23-30.

LAPOINTE, Renaude (1962), L’Histoire bouleversante de Mgr Charbonneau, Montréal, Éditions du Jour.

LAPORTE, Pierre (1960), Le vrai visage de Duplessis, Montréal, Éditions de l’Homme.

L’ÉCOTAIS, Yann de (1985), L’Europe sabotée, Bruxelles, Rossel Édition.

LÉVESQUE, Jacques (1995), 1989 - La Fin d’un empire, Paris, Presses de Sciences Politiques.

LISÉE, Jean-François (1990), Dans l’œil de l’aigle, Montréal, Boréal.

LISÉE, Jean-François (1993), Le Tricheur (Robert Bourassa et les Québécois, 1990-1991), Montréal, Boréal.

LISÉE, Jean-François (1994), Le Naufrageur, Montréal, Boréal.

MARSOLAIS, Claude-V. (1992), Le Référendum confisqué : histoire du référendum québécois du 20 mai 1980, Montréal, VLB.

ROBITAILLE, Louis-Bernard (1995), Et Dieu créa les Français : portraits et clichés de nos chers cousins, Westmount, Éditions RD.

SALINGER, Pierre (1966), With Kennedy, New York, Doubleday, Garden City.

SCHLESINGER, Joe (1990), Times Zones: A Journalist in the World, Toronto, Ramdon House.

WHITE, Théodore H. (1979), In Search of History, New York, Warner Books.

Haut de page

Notes

1 Ce texte est une version légèrement remaniée d’une conférence prononcée à l’occasion du 50e anniversaire de la fondation de l’Institut d’histoire de l’Amérique française, Montréal le 24 octobre 1997.

2 Coïncidence significative, au moment de rédiger ce texte, deux journalistes consacrent un dossier à cette même question, dans la livraison d’octobre 1997 du mensuel de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, Voir Lapointe et Cauchon (1997).

3 White a présenté, sous forme de grand reportage, la trame des élections présidentielles des États-Unis en 1960, 1964, 1968 et 1972.

4 Débats de l’Assemblée législative du Québec, Québec, Assemblée nationale. Déjà, 26 volumes de la reconstitution des débats ont été publiés ; ils couvrent les périodes de 1867 à 1912 et de 1923 à 1924.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-André Comeau, « Histoire et journalisme au seuil du cyberespace », Communication, vol. 19/1 | 1999, 173-186.

Référence électronique

Paul-André Comeau, « Histoire et journalisme au seuil du cyberespace », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6216 ; DOI : 10.4000/communication.6216

Haut de page

Auteur

Paul-André Comeau

Paul-André Comeau est ancien journaliste et correspondant à l’étranger de Radio-Canada, et actuellement président de la Commission d’accès à l’information du Québec.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org